lundi 1er octobre 2007 - par Forest Ent

2008, année noire

Ce dans quoi nous entrons n’est pas une petite crise financière des agences de notation. C’est une crise économique majeure qui aura des conséquences politiques. La « tempête parfaite » est en train de s’abattre.

Le présent article poursuit notre chronique macro-économique, entamée avec trois articles en 2007 : 2007 année grise, Un peu au-dessous du volcan, 2007 année grise épisode deux. Nous ne nous étions pas jusqu’ici hasardés à prévoir avec certitude une crise systémique et une récession US. Nous n’en sommes plus là. Tout affirme maintenant que 2008 sera une année noire. Le présent article revient sur les principaux événements sans trop d’ésotérisme. Comme j’utilise habituellement celui-ci pour masquer mon incompétence, je compte sur les vrais spécialistes pour corriger ce tableau noir.

« Il faut de la transparence  ! » C’est ce que viennent de clamer la Banque de France, la FED, le FMI, les gouvernements... C’est ce qu’ils ont dit en 2001. Les Etats-Unis ont alors voté la loi Sarbanes-Oxley, obligeant les entreprises cotées à plus de transparence. On a vu alors les fonds spéculatifs fleurir et les entreprises sortir de la cote. L’opacité s’est recréée presque instantanément. Au-delà de ces pieux discours de façade, tout le monde sait ce qu’il en est vraiment : le dollar est au bord du gouffre, et avec lui le système monétaire international.

Je vais beaucoup utiliser dans cet article le symbole « T$ », qui représente mille milliards de dollars, et qui est l’unité pertinente pour regarder l’économie mondiale.

Selon le BEA, équivalent local de l’INSEE, les Etats-Unis ont un PIB voisin de 14 T$. Ils exportent chaque année environ 0,7 T$ et importent le double, 1,4 T$ soit 10% du PIB. Leurs dépenses de santé sont de 2 T$, soit 15% du PIB, et augmentent beaucoup plus vite. La dette US globale est voisine de 50 T$, soit 350% du PIB dont 9 T$ pour les administrations publiques, 13 T$ pour les ménages, les 28 T$ restant concernant les entreprises et établissements financiers. Le taux d’épargne des ménages est 0.

La dette des ménages est surtout hypothécaire, pour environ 10 T$, soit 130 000$ pour une famille de quatre. La valeur moyenne d’un logement US est en 2007 de 300 000$ alors qu’elle était de 200 000$ en 2000. L’actif immobilier US a été réévalué de 50% en 7 ans, et cela a correspondu à une création de valeur hypothécaire d’environ 7 T$. A un taux de 4%, cela injecte dans l’économie 0,3 T$ par an, soit 2% du PIB, soit encore la croissance réelle constatée hors inflation.

Il y a un problème comparable pour les entreprises. Elles sont moins surévaluées qu’en 2001, mais n’ont aucun potentiel d’appréciation. Or il existe de grandes quantités d’argent investies sur leurs perspectives de croissance. Par exemple, le hedge fund Blackstone a été valorisé à 0,04 T$ alors que sa valeur est exactement 0 si tous ses investissements conservent leur valeur actuelle. Il y a une bulle LBO comme il y a une bulle immobilière.

On voit que l’on est loin d’un « petit problème de subprimes » de 0,1 T$. Les US ne peuvent en aucun cas rembourser leurs dettes. La seule issue possible, et on la voit se dessiner, est l’effondrement du dollar. Si la FED monte ses taux, elle accélère la récession. Si elle les baisse, elle tue le dollar. Cette seringue traduit le fait que l’on ne peut pas vivre indéfiniment à crédit. Il y a 50 000 milliards de dollars en circulation dont la valeur va s’écrouler.

Il y a le même petit problème immobilier en UK, Irlande et Espagne. La situation française est différente : les prix de l’immobilier sont tout aussi aberrants, mais la dette des ménages est soutenable. Ils sont simplement souvent mal logés.

Loin des US se trouve la Chine. Son PIB 2006 est de 2,7 T$. Ses exportations sont de 1 T$, soit 37% du PIB, pour 0,8 T$ d’importations. Le solde commercial est voisin de 10% du PIB. La Chine est une machine à exporter. Un tiers de ses exportations, environ 0,3 T$ vont vers les US.

Que va-t-il se passer maintenant ?

L’effondrement programmé du dollar va avoir des conséquences négatives pour tout le monde.

Pour les Etats-Unis, on peut prédire sans trop de risque une récession, peut-être sévère, un appauvrissement généralisé, et une explosion du système de santé et de retraite.

Pour l’UE, il y aura contagion dans les pays pareillement exposés. L’effondrement des valeurs détenues en dollar va créer un effet de pauvreté et bloquer le crédit. La hausse relative de l’euro va ralentir les exportations, et il n’y a pas de protection possible, car il n’y a pas de zone douanière euro. Globalement, l’UE va importer la crise US : la mauvaise monnaie aura chassé la bonne. L’euro ne nous protège pas du dollar.

Il aurait bien sûr été utile de prévenir cette situation, en ayant les finances les plus saines avant la crise, mais il ne faudra pas s’acharner après. Si la coalition allemande poursuit ses démarches d’économie, elle bloquera la consommation dans l’UE au pire moment. J’aimerais bien écrire que j’ai confiance en Mme Merkel et M. Sarkozy pour gérer la tempête qui s’annonce. Ce n’est malheureusement pas le cas. Je n’ai d’ailleurs surtout pas confiance en M. Sarkozy, visiblement très éloigné des sujets économiques, pour annuler son paquet fiscal et pratiquer une dose de relance keynésienne le jour venu.

Le pays de tous les dangers est la Chine. Les US ne pourront plus avec leur monnaie dévaluée importer 10% de leur PIB, dont un quart en provenance de Chine. Les exportations chinoises vont en prendre un méchant coup. Ce ne serait pas trop gênant s’il y avait un système politique fort et légitime, capable de redistribuer rapidement les cartes vers l’économie intérieure. Ce n’est pas le cas. Les relations vont se tendre entre un milliard d’humains.

Nous abordons une des périodes les plus noires de notre histoire. Une des plus grandes bulles jamais fabriquées est en train d’exploser. Elle aurait pu être crevée il y a deux ans. L’administration Bush avait alors d’autres soucis.



142 réactions


  • En.marge 1er octobre 2007 15:52

    De nombreux analystes semblent partager l’opinion exprimée dans cet article.

    Signalons notamment le Bulletin d’Anticipation Global Europe régulièrement publié par le groupe LEAP/Europe 2020, qui depuis 18 mois fait la chronique de cette crise annoncée.

    http://www.leap2020.eu/index.php


    • dasnet dasnet 2 octobre 2007 02:49

      Aie Aie Aie, ça fait un peu peur tout ça... d’un autre coté, comme je défends la décroissance au bénéfice de l’écologie, je vois que la question ne se pose plus, ça devient une suite logique. Faut voir comment nos politiciens vont gérer tout ça dans l’interet des populations que nous sommes. Sommes nous à l’aube d’une nouvelle ère de prise de conscience ou au contraire d’une ère d’un totalitarisme de castes ?


  • Marsupilami Marsupilami 1er octobre 2007 16:51

    Excellent article. Je pense comme Forest Ent que ce coup-ci, ont est bel et bien devant une crise majeure. J’imagine les tractations hyper-secrètes qui doivent se dérouler entre responsables financiers & économiques Etatsuniens & Chinois en ce moment. Doit y avoir une sacrée panique. La Chine a tout intérêt à sauver l’Oncle Sam, mais en a-t-elle réellement les moyens politiques ? En plus, Greenspan se lâche : « L’ancien président de la Réserve fédérale américaine (Fed) Alan Greenspan a estimé lundi au cours d’une conférence que la crise financière actuelle était »peut-être« finie ».

    Tout est dans le « peut-être » chez cet expert en langue de bois...


    • Dominique Larchey-Wendling 1er octobre 2007 17:05

      « La Chine a tout intérêt à sauver l’Oncle Sam, mais en a-t-elle réellement les moyens politiques ? »

      Permettez moi de douter de cette affirmation ... Si la Chine veut pouvoir encore se développer, il lui faudra des ressources énergétiques, que pour l’instant les USA consomment allègrement.

      Avec la crise pétrolière « Peak Oil », il pourrait être intéressant pour la Chine de contribuer à la « destruction de la demande » venant des USA, qui consomment quand même 1/4 du pétrole mondial.

      Certes, l’économie Chinoise souffrira de la perte du moteur que sont les USA mais si la Chine pense que l’endettement des USA à son profit est un moteur de sa croissance sur le long terme, c’est qu’ils sont fous. Et je ne crois pas qu’ils soient fous ...


    • Marsupilami Marsupilami 1er octobre 2007 17:14

      @ Dominique

      La Chine a vitalement besoin du débouché étatsunien pour ses exportations. Et vu les énormes investissements financiers qu’elle a réalisés aux USA, elle prendrait une sacrée gamelle en cas de massive récession. Tout ça est très enchevêtré et très complexe.


    • goc goc 1er octobre 2007 17:27

      @marsupilami

      « La Chine a vitalement besoin du débouché étatsunien pour ses exportations. »

      je crois que c’est plus que cela, si les usa plongent, c’est l’europe et le japon qui plongent dans un effet boule_de_neige, qui plongera encore plus les usa, et dans ce cas, la chine perdra les 3/4 de ses exportations. Et si la Chine plonge, alors, compte tenu qu’on a depassé un point de non-retour en matiere de delocalisation, je vous laisse imaginer la suite...


    • Dominique Larchey-Wendling 1er octobre 2007 18:37

      Vous parlez tous comme si le plongeon des USA pouvait être évité, comme si on pouvait continuer dans le système actuel. A moins d’éponger les dettes des USA (les soi-disant riches), je ne vois pas comment c’est possible. De toutes façons, le système ne peut-être soutenu par manque d’énergie : pas assez de pétrole.

      La Chine l’a compris ... elle sait qu’il lui faudra se passer des Etats-Unis. Vous raisonnez en termes d’argent ... la Chine raisonne peut-être en termes d’investissement et de développement. Elle a réussit à construire un outils de production à sa taille. Si elle décide de stimuler la demande intérieure plutôt que de produire à l’exportation ...

      A-t-elle encore besoin des USA pour continuer à se développer ? Je vous rappelle la menace récente de la Chine : couler le dollar par une vente massive de bons du trésor US ...


    • ddacoudre ddacoudre 1er octobre 2007 22:52

      bonjour je voulais en faire l’observation face à des difficultés parfois l’on rebondi dans une direction que l’on avait pas privilégiée. ce serait une bonne chose pour les salariés de ce pays, mais ce qui serait mieux pour le monde entier c’est qu’ils se lancent dans la recherche d’une nouvelle façon de consommer et s’enrichir.

      cordialement.


    • ddacoudre ddacoudre 2 octobre 2007 00:48

      Bonjour forest je viens de lire tous les commentaires, tu en as suscités beaucoup.

      J’avoue que depuis mon dernier article sur la krackette je n’ai plus regardé son l’évolution.

      Durant ces plus de trente dernières années l’augmentation de la part du capital par rapport à celle du travail a accru la recherche de placements financiers à haut rendement.

      Je ne crois pas aux crises, lorsque tous les ans on est en crise soit c’est une erreur de diagnostic soit c’est une maladie de longue durée. La dette n’est pas pour un État une difficulté majeure si elle dispose d’une puissance productive efficace et d’une bonne capacité innovation et de recherche. Ce sont là trois facteurs qui en racinent la confiance et font accepter les déconvenues prévisibles. Cela ne veut pas dire qu’il n’en résulte pas des conséquences.

      Pour rester sur ton article j’espère que tu n’auras pas raison non pas que les chiffres ne corroborent pas le raisonnement, mais que les États prendront les mesures pour en compenser les incidences et prendront des mesures pour diriger les capitaux disponibles vers des investissements productifs en taxant les placements spéculatifs.

      L’on peut le faire malgré quelques arrangements de bilans qui concourent à la spéculation. Certes la quantité d’opérations est fabuleuse mais nos techniques informatiques ne le sont pas moins.

      La spéculation si elle est humaine car dépendante de notre nature qui rechercher toujours la facilité, est la plaie du système capitaliste même si l’on peut comprendre que c’est par ce truchement que se font et défont des richesses assurant ainsi le renouvellement des personnes à l’exception des quelques spécialistes qui réalisent leur plus value toujours aux bons moments.

      Je ne crois pas que la solution viendra de notre raison il nous est impossible de quitter notre mode de vie comme un croyant son symbole.

      Pourtant ce que j’espère « irraisonnablement » c’est une lucidité des citoyens devant seulement un système.

      S’assurer une durabilité d’un système libéral n’a pas que des défauts, sauf à ne pas vouloir comprendre qu’il y a un seuil ou la richesse ne sert à rien, si elle n‘a pas une utilité communautaire, hormis satisfaire son ego.

      Cela, d’autant plus que la « souveraineté du peuple » a le pouvoir de dessaisir tout particulier de sa richesse, mais ce n’est pas tant cela qui est important.

      C’est surtout, que l’évolution de notre civilisation s’est construite sur la technologie.

      Cette technologie se manifeste aujourd’hui par la puissance de cerveaux qui ne sont pas les nôtres, les ordinateurs, et il y a un danger à leur confier notre existence, si leur puissance ne peut-être comprise de ceux qui y sont soumis, si le moindre incident les pousse à la panique et à la paranoïa, si les hommes ne peuvent pas comprendre leur destin au moyen de leur être sensible.

      Ceci n’est pas en contradiction avec le fait que toute notre activité sociale ou/et notre univers puissent être traduis en langage mathématique.

      Il ne faut pas se méprendre entre les mathématiques qui tentent de définir ce que nous sommes, et qui sont d’une utilisation scientifique, et celles qui comptabilisent notre organisation sociale culturelle qui ne sont que le reflet de cette activité, et par-là même sont relatives, comme les valeurs que nous définissons avec.

      Nous en avons l’exemple quand il suffit de dire aux hommes qu’ils manquent de l’argent, pour voir aussitôt tout le monde stocker, se jeter dans des valeurs refuges, alors qu’ils ont tout à leur disposition, la matière première, la technologie, leur capacité de travail, et qu’ils ne risquent rien, qu’ils ne manquent ni de nourriture, ni de quoi se vêtir, ni de quoi s’abriter, ni de la capacité d’émettre de la monnaie.

      Pourtant, au seul cri de « il manque de l’argent » tous croient que ce qu’ils ont n’existe plus. C’est cela la paranoïa ; se croire menacé par un danger imaginaire, ce qui est le cas avec la monnaie qui n’est qu’un système fictif, système fictif sur lequel la communauté a tout pouvoir. Tout pouvoir parce que nous disposons des moyens de suivre efficacement notre activité micro économique grâce à notre technologie.

      Si bien que la monnaie qui disparaît du marché financier peut être aussitôt remplacée. Ceci en ayant recours à l’escompte ou autre, à des relations de confiance. De toute manière ce n’est pas parce que quelques bulles financières éclatent, parce que des rentiers vont se remplacer, parce que le rêve de tous d’être riches s’écroule, qu’il faut paniquer.

      Cette confiance là ce n’est pas un particulier qui peut nous la donner, car cette confiance se trouve dans « l’intelligence » de la communauté, et cela, il n’y a que la communauté qui peut l’apporter, mais encore faut-il que ses acteurs en prennent conscience, car la communauté sera à la hauteur de leur aptitude et connaissance individuelle.

      Je peux tout de même dire que nous sommes dans ces situations, au comble de la débilité, mourir d’angoisse quand nous avons tout à notre disposition. Un comble de débilité qui autorise les plus intelligents à se séparer de ceux qui ne sont pas capable d’assumer leur responsabilité de dirigeant.

      Si chaque individu est libre de prendre les risques qu’il veut avec son argent, cette liberté peut s’exercer tant qu’il n’altère pas l’existence d’autrui. Cela, au nom même de la fameuse « loi naturelle » qui dit que chacun peut faire ce qu’il veut pourvu qu’il ne mette pas en danger autrui.

      Comme quoi, avec la dialectique on peut faire des miracles. Ainsi la communauté doit pouvoir prélever sur ceux qui sont en droit de jouer avec les risques, un pourcentage de leur revenu afin de couvrir les risques qu’ils engendrent, et qu’ils font courir à cette même communauté dont ils tirent leurs ressources.

      Alors il ne faut pas venir m’expliquer qu’il vaut mieux une guerre que la taxation des spéculateurs. Pourtant c’est parfois ce que je crois déceler.


    • Forest Ent Forest Ent 2 octobre 2007 01:29

      L’histoire de l’humanité n’est pas emplie de démarches pacifiques et raisonnables, et elle n’a rien pour rassurer le lecteur.

      J’ai une vision personnelle de cette crise, assez difficile à étayer. Il s’agit à mon avis du vieillissement de l’occident, social et démographique.

      Depuis 1945, les taux d’intérêt nominaux ont augmenté pendant 25 ans, puis diminué pendant 25 ans. Les taux réels ont fait le contraire. J’y lis des phases d’expansion puis de déclin démographique.

      L’occident me semble aujourd’hui un monde vieux, qui cherche à tirer le plus grand profit à court terme de ses richesses, alors que la principale, sa jeunesse, croule sous le poids et les conséquences de cette avidité.

      La principale guerre enclenchée me semble être celle des générations. Il est possible que les vieux riches détournent cela habilement vers des théâtres extérieurs. Ca s’est déjà vu.


    • ddacoudre ddacoudre 2 octobre 2007 19:20

      bonjour forest. Trés interressants cele va bien au delà de la seule conséquence que tu soulèves.

      je dois partir je t’enparlerai un autre soir.

      cordialement.


  • Bulgroz 1er octobre 2007 18:09

    Très bon article, Forest et intéressant pour tous ces chiffres qui donnent une bonne perspective.

    Un élément essentiel pour apprécier la valeur d’une monnaie, c’est de connaître son nombre en circulation dans le monde. Vous dites que ce chiffre est de 50 T$ mais je ne m’y retrouve pas. Je crois savoir que la FED a cessé de publier l’indice M3 dollar depuis Juin 2006. A cette date, le chiffre était de 10,5 T$.

    Les sites américains :

    http://www.nowandfutures.com/key_stats.html

    http://www.shadowstats.com/cgi-bin/sgs/data

    font une estimation de M3 (M3b) et donnent pour Juillet 2007 le chiffre de 12,3 T$. Soit à peu près 1 an de PIB des USA.

    Correct ?


    • Forest Ent Forest Ent 1er octobre 2007 18:28

      Merci. Ca me fait plaisir de votre part.

      Je ne sais pas quelle est la quantité globale de dollars en circulation. Ces sites estiment la M3, mais celle-ci est une définition assez rigide de la monnaie, puisqu’elle n’inclut typiquement pas les avoirs spéculatifs.

      Par ailleurs, je pense que le sujet est compliqué par le fait que beaucoup de capitaux sont offshore, donc une grande partie peut être masquée. C’était typiquement le cas des hors bilan de Enron.

      50 T$ est une évaluation prudente de la dette US. Elle n’est pas entièrement libellée en dollars, mais en très grande part. Ca peut être pire que décrit.


  • frédéric lyon 1er octobre 2007 18:52

    La crise des prêts hypothécaires aux USA étant passé, les prédictions de « krach » de nos experts amateurs semblent un peu prématurées.

    Comme disait l’autre : Les rumeurs rapportant mon décès me paraissent très exagérées.

    Il est vrai qu’on nous avait déjà annoncé la fin du capitalisme sous l’effet de l’augmentation des prix du pétrole, du déficit de la balance des paiements américaine, du développement des OGM, de la fonte de la calotte glaciaire, et j’en passe.

    Tien à propos de « krach », DSK, nouveau patron du FMI, vient de déclarer que les fondamentaux de l’économie mondiale sont bons et que la crise des prêts immobilers aux USA ne devrait pas avoir de conséquence sur la croissance mondiale, qui est tirée par les pays émergents.

    Je serais interéssé à savoir ce que pensent nos ânes savants de cette déclaration.

    Allez-y, lachez-vous !


    • Forest Ent Forest Ent 1er octobre 2007 20:18

      « Je serais interéssé à savoir ce que pensent nos ânes savants de cette déclaration. Allez-y, lachez-vous ! »

      C’est un forme « d’invitation au dialogue » assez stérilisante. smiley Ca s’adresse à DSK ?


    • goc goc 1er octobre 2007 21:18

      DSK ?? c’est qui ?? ah oui c’est ce « savant » qui vient de declarer : « DSK juge les bases de la croissance mondiale solides » (http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?&news=4666826)

      ca doit un membre de la famille des constructeurs du Titanic, ce navire totalement insubmersible, tout comme l’économie mondiale

      quoi c’est un expert ??, expert oui mais en quoi ?? broderie ??, macramé ??, construction en allumettes ??

       smiley


    • goc goc 1er octobre 2007 21:23

      notre professeur en economie (surtout les siennes) persiste et signe

      « FMI/DSK : crise +subprimes+ n’aura pas d’ »effets dramatiques« sur croissance »

      http://www.boursorama.com/international/detail_actu_intern.phtml?&news=4666508

      en fait si la france surmonte la crise sera grace a DSK, enfin surtout grace a son depart de la France, au moins ici il ne pourra pas nous faire de mal

      - Hé Bush, si tu pouvais nous le garder encore une vingtaine d’année, on sera pas faché, tu verra c’est un bon !!! smiley

      quand je pense qu’on aurait pu l’avoir comme président de la république, t1 on l’a echappé belle !! smiley


    • Fred 1er octobre 2007 21:48

      La croissance aux US a ete revue a la baisse apres les subprimes, elle est maintenant evaluee a ...3.8%. Il y a de la marge quand meme.


  • geo63 1er octobre 2007 19:36

    Cet article est intéressant et inquiétant. Cependant il y a beaucoup de chiffres, viennent-ils tous du BEA ? Dans un article qui se veut rigoureux il est souhaitable d’indiquer ses sources dans une bibliographie pas nécessairement exhaustive.


    • Forest Ent Forest Ent 1er octobre 2007 20:14

      C’est vrai, mais ce ne sont pas des chiffres très confidentiels. Tous les chiffres US viennent du BEA.

      Blackstone est coté. Ce n’est qu’un exemple. Carlyle a levé des fonds avec une valo approchant les 0,02 T$. Si l’on fait la somme des valeurs investies en fonds spéculatifs, on a beaucoup plus que les subprimes.

      Les chiffres sur la Chine viennent de l’ambassade de Chine aux US. Ils sont selon le WTO à prendre avec précaution à cause des flux mutuels avec Hong-Kong. Mais la part export dans le PIB chinois reste importante. Cela vient en partie du fait que le reste est mal mesuré. En tout cas, la fin des imports US aura en Chine des conséquences potentiellement dramatiques.


  • moebius 1er octobre 2007 21:25

    ..Ca fait trés peur !


  • Stephane Klein Stephane Klein 1er octobre 2007 21:25

    Je suis toujours etonne et effare de l’inclination de mes concitoyens pour l’anti-americanisme a 2 balles.

    Bien sur Forest camoufle tout ca derriere une certaine legerte et une soi-disant ’etude’ mais tout de meme, a quoi cela mene ?... Mystere, a rien sinon a se faire du bien pour tous ceux qui pensent que les USA sont une sous-culture et que le capitalisme va s’effondrer.

    C’est d’ailleurs symptomatique de voire les edito clamer la fin de ce capitalisme a chaque crise pour se rendre compte qu’apres quelques correction plus ou moins longues, il repart de plus belle.

    He bien il en ira de meme cette fois-ci : apres quelques corrections de certains exces (remboursement de traite, austerite), on peut gager qu’on sera reparti pour un tour de croissance sans guerre (ou presque) comme cela se passe depuis maintenant 60 ans.

    mais ne discutez pas voyons « L’effondrement programmé du dollar », « L’euro ne nous protège pas du dollar », ..... pour les explications, on repassera, c’est sans doute trop long :)

    Rdv dans quelques mois, la crise-correction passee, Forest s’en sera alle a ses futures predictions funestes et le monde continuera de tourner smiley


    • moebius 1er octobre 2007 21:31

      ...vraiment pas peur ? meme pas un peu ?... par politesse ? allez ?..., rejoignez nous dans notre pétocherie !


    • moebius 1er octobre 2007 21:32

      ...irresponsable !


    • Dégueuloir Dégueuloir 1er octobre 2007 21:57

      tiens !un article trouvé surhttp://www.erenouvelle.com

      Le NESARA (National Economic Security and Reformation Act) est une charte votée en mars 2000 par le Congrès des Etats-Unis et transformée officiellement en loi fédérale par le président Bill Clinton le 10 octobre 2000, trois mois avant son départ de la Maison Blanche. Il s’agit donc d’un document de caractère politique, mais d’orientation à la fois économique, sociale, éthique, et même spirituelle, conçu pour s’appliquer dans un premier temps à l’Amérique et aux Américains, puis à l’ensemble des peuples de la Terre. Malgré les critiques dont il a été l’objet et les persécutions dont ont été victimes ses partisans, ce texte pourrait avoir été inspiré à ses co-rédacteurs par de grands Maîtres ascensionnés de la Fraternité de la Lumière (notamment le bien-aimé Saint-Germain), afin d’aider l’humanité à réussir sa transition vers l’Ère Nouvelle. Il suscita en tous cas une vague d’enthousiasme parmi toutes les personnes ayant participé à son élaboration à partir de 1993, puis l’ayant soutenu devant le Congrès Américain lors du vote de mars 2000.

      Le NESARA préconise notamment :
      - l’effacement complet de l’endettement des plus pauvres consécutif à leur recours excessif au crédit et aux cartes bancaires (car l’enrichissement des banques sur le dos des pauvres est considéré par les auteurs du NESARA comme un crime contre l’humanité).
      - l’abolition de l’impôt sur le revenu (qui est lui-même considéré comme une atteinte à la liberté de travailler et d’entreprendre).
      - la création d’une nouvelle monnaie indexée sur l’or, pour éliminer les fraudes et les tricheries issues de la monnaie électronique.
      - l’établissement d’un système juridique et judiciaire équitable envers tous.
      - la priorité absolue à accorder au combat politique en faveur de la paix dans le monde (la guerre n’étant légitimée qu’en tant que recours ultime et dans le seul cas de légitime défense).
      - l’objectif de restauration de la santé et de la prospérité pour l’ensemble des habitants, incluant la recherche de moyens adaptés et gratuits pour aider les plus démunis.
      - la mise en place de nouveaux gouvernements ayant pour première mission d’imposer le commerce équitable et d’organiser la solidarité et l’entraide entre les hommes et entre les peuples.
      - l’élimination des groupes élitistes qui manipulent l’humanité et qui se présentent au monde comme les tenants du « Nouvel Ordre Mondial ».
      - la révélation de nos origines et de notre prédestination divines.
      - la révélation de l’existence de relations secrètes entre certains gouvernements de la Terre et certains peuples extraterrestres.
      - la révélation de l’existence et de la mission de nos Frères de la Lumière (Maîtres Ascensionnés) et de nos Frères de l’Espace (représentants de l’Administration centrale galactique auprès de l’humanité terrestre).


    • Forest Ent Forest Ent 1er octobre 2007 22:24

      @ Stéphane Klein

      Je suis toujours étonné et effaré de l’inclination de mes concitoyens pour taxer « d’anti-américanisme primaire » toute analyse de l’économie US. C’est exactement la réaction que m’a valu le deuxième article en lien, qui décrivait en avril la crise immobilière. Vous pouvez vérifier. Beaucoup d’entre nous réagissent aux nouvelles à travers le prisme de l’expérience acquise. La crise actuelle n’a pas de précédent historique. Ce ne sera bien évidemment pas la fin du capitalisme, mais une période qui risque d’être troublée. C’est suffisant pour ce jour.

      « L’effondrement programmé du dollar » ?

      Si c’était la France, vous seriez le premier à considérer en faillite un état endetté à 350%, important 10% de son PIB avec 5% de déficit, avec un déficit budgétaire courant, une masse monétaire croissant à 10% par an. Ne finassons pas.

      «  »L’euro ne nous protège pas du dollar« , ..... pour les explications, on repassera, c’est sans doute trop long »

      Non, c’est très simple : l’UE détient une grande partie de la dette US en dollar qui est titrisée sur tout le marché. Vous pensiez que vos SICAV étaient placées en euros seulement ?

      Depuis 5 ans, le dollar chute lentement mais sûrement. Ca a été limité par le fait que les exportateurs ont voulu, en achetant des dollars, garder à leur principal acheteur la tête hors de l’eau, et par ce que Greenspan appelle la « pression déflationniste de la mondialisation », c’est à dire que les prix n’ont pas trop monté EN MOYENNE grâce aux importations à bas prix. Cela a eu aussi pour conséquence d’augmenter les inégalités, par exemple entre propriétaires non endettés et locataires. Ca asphyxie la consommation à terme. C’est pour cela qu’il a fallu prêter aux plus pauvres pour que le système continue à tourner.

      Toute bulle consiste en une surévaluation d’actifs. Comme dit dans l’article, le parc immobilier US est surestimé d’une valeur entre 5 et 10 T$, et ce n’est pas la seule bulle.


  • gnarf 1er octobre 2007 22:55

    Prevoir les tempetes economiques en regardant les donnees macro-economiques, c’est exactement comme prevoir les ouragans a partir d’une carte meteo mondiale...impossible.

    Une tempete economique est grave uniquement si elle est imprevisible. Si vous la voyez arriver, vous n’etes pas seul, les argentiers se barrent, la tempete se desamorce.

    A posteriori, une tempete economique grave apparait toujours comme un enchainement limpide...bien evidemment. D’ou l’illusion que l’on peut prevoir. C’est d’ailleurs la-dessus que fonctionne le trading...combien de gens ont su prevoir un crach bousier ? combien de gens ont su en prevoir deux ? Et pourtant, a posteriori, c’est evident non ?


  • Philippe MEONI Philippe MEONI 2 octobre 2007 01:02

    Bonsoir Forest,

    J’adhère à l’analyse que vous nous apportez aujourd’hui d’autant que j’entends le même son de cloche dans les salles de marchés d’UBS depuis fin 2006.


  • dasnet dasnet 2 octobre 2007 02:00

    bonjour, si baisse du dollar va de paire avec montée de l’or, est il légitime de déduire qu’à la vue des 20 000 tonnes d’or disparues des reserves féderales lors du 11 septembre, les petits malins qui ont planifié les attentats sont ¢ les mêmes que ceux qui ont fait main-basse sur cet or et encore ¢ les mêmes que ceux qui planifient/régulent/gouvernent l’économie mondiale ? désolé, c’est juste une petite question... c’est juste que je me dis que dans ce cas, les tonnes d’or de 2001 vont valloir un sacré paquet quand ni le dollar ni l’euro ne vaudront plus grand chose, et qu’alors, les nouveaux maitres du monde seront les mêmes salauds, voire les pires des pires...


  • xoj 2 octobre 2007 02:54

    je cherche a lancer une insurrection.

    il me faut environ 100 000 personnes réparties sur tout le territoire et un interprete car parlant tres mal anglais.

    Si possible armés, les insurgés devront investir les administrations, tous les organes financiers, les reserves d’or , les sources et transits d’energies et assurer les moyens de production industriels, technologiques et agricoles. Bien sur il me faudrait en premier lieu les chefs d’etat major des armées.

    je l’avait dejà preconisé avant les elections, pensant que les choses ne feraient que se dégrader, ce qui semble etre en effet la réalité, donc maintenant il serait bon de suivre. bien sur je serai chef.

    merci à tous


  • Fred 2 octobre 2007 09:53

    Forest,

    un site pour vous

    http://mwhodges.home.att.net/


    • Forest Ent Forest Ent 2 octobre 2007 11:44

      Je connais. C’est très aimable. Merci beaucoup.

      MWH désigne le procédé par lequel les ménages US peuvent tirer des crédits à la consommation d’une surévaluation de leur patrimoine immobilier. Comme dit dans l’article, ce procédé explique à lui seul entièrement la croissance US de ces 4 dernières années.


  • stephanemot stephanemot 2 octobre 2007 16:09

    @forest

    y’a pas que le billet qui soit vert dans l’histoire.

    les bourses se sont redressees cette semaine sans que le muscle cremaster y soit pour quelque chose que ce soit mais ne nous laissons pas abuser : il n’y a pas eu de purge ni de remise en cause jusqu’a present et differer l’affrontement avec la realite ne fera que rendre plus douloureux l’atterrissage.

    2008 sera bien une annus horribilis (avec un seul n si Delanoe est reelue).


  • arturh 3 octobre 2007 09:43

    Prévoir aujourd’hui qu’il va y avoir une crise économique demain, c’est comme prévoir aujourd’hui qu’il y aura un hiver demain.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Cycle_%C3%A9conomique

    On sait depuis Kondratieff que l’activité économique procède par cycles que l’auteur choisi d’appeler crise.

    Donc la conclusion de l’article, c’est que les cycles continuent. Je peux même vous prévoir un rebond après la crise.


    • gnarf 3 octobre 2007 10:14

      Merci, c’est exactement comme la meteo. Je vous parie qu’il y aura une tempete un de ces jours...ne trouvez-vous pas le ciel menacant ? Le fait meme que vous appeliez cela des cycles est trompeur, car cela laisse imaginer une mecanique, une certaine regularite que l’on pourrait prevoir. Il ne peut pas faire indefiniment beau...tot ou tard le mauvais temps arrive...et il ne peut pas faire indefiniment mauvais. Beau, mauvais, beau...il y a forcement alternance, comme en economie. Sont-ce des cycles ?

      Personnellement, ca fait bientot 10 ans que je travaille exactement dans ce domaine : gestion du risque financier... et la seule conclusion a laquelle on arrive (sans se bercer d’illusions) :
      - tout le monde peut arriver a prevoir correctement 2 ou trois trucs et gagner un peu d’argent. Le marche peut se lire bien a court terme lorsque tout est calme, comme les vagues, la meteo.

      - quasiment personne ne sent venir les GROS evenements...et ce sont justement ceux-la qui vous tuent...vous regardez tranquillement les vagues, et le tsunami vous ecrabouille.

      - quand les gens font une prediction fausse, jamais ils ne se posent la question « est-ce que predire est impossible ? ». Ils fabriquent des raisons a posteriori expliquant leur echec.

      - quand les gens font une prediction juste, ils en tirent une estime de soi enorme, totalement disproportionnee... apres tout, ils ont reussi a prevoir le resultat d’un tirage au sort pile ou face. Monte ou descend...continue ou s’arrete.


    • Forest Ent Forest Ent 3 octobre 2007 11:22

      Tout à fait d’accord avec ces deux commentaires. On n’a jamais tort quand on prédit une baisse future. Trouver la date est une autre paire de manches.

      Il y a l’analyse technique, qui regarde le passé pour en déduire l’avenir, et les fondamentaux. Quand ceux-ci sont déréglés, on sait qu’il y aura une correction, mais pas quand.

      Cet article essayait de traduire l’idée que la tempête a déjà commencé et n’est plus une prévision.


    • Forest Ent Forest Ent 4 octobre 2007 15:41

      Très intéressant. Ca pronostique en substance que les choses resteront sous le couvercle encore un an tant que GWB est au pouvoir. C’est ce que j’imaginais il y a six mois. Mais j’ai maintenant l’impression que la pression va être trop forte et que ça va péter avant. Les marchés ne se sont repris que parce qu’ils espèrent de nouvelles baisses de taux, et pas parce que les fondamentaux se sont améliorés. Or toute nouvelle baisse de taux tuera le dollar.

      De toutes façons, je n’aimerais pas être à la place du successeur de Bush. smiley


  • jjnoel 8 octobre 2007 17:40

    Article bien rédigé, intelligent, technique. Etant plus « médium » qu’ingénieur je réécrirai ainsi : « la seule issue possible »...est la guerre.


  • Jean Lasson 21 janvier 2008 13:33

    Bravo à l’auteur !

    Ces prédictions semblent se réaliser en ce moment même...

    A votre avis, que va-t-il se passer maintenant ?

     


Réagir