mardi 31 mars - par karl eychenne

Coronavirus US : vers une hausse du taux de chômage de 3,5 à 30 % ?

En deux semaines à peine, le coronavirus a contaminé plus de 150000 américains, et mis au chômage plus de 3 millions de personnes. Un tel chiffre anticiperait une remontée possible du taux de chômage de 3,5 % à près de 30 % !... Possible ? 

PNG

Elles ont fait l’effet d’une bombe : les inscriptions au chômage hebdomadaires de la semaine du 21 mars ont fait exploser tous les standards historiques : plus de 3 millions alors que les semaines précédentes ces inscriptions s’établissaient à près de 280 000. On avait jamais vu un tel chiffre depuis que la série existe, c’est-à-dire 1967 : il faut remonter à 1982 pour trouver le précédent plus haut à seulement 695 000. Même la crise des Subprimes est loin du compte avec 650 000 début 2009.

Ce chiffre d’emploi est doublement important puisque, d’une part il est le premier publié intégrant des effets tangibles du coronavirus, et d’autre part c’est le meilleur indicateur avancé du taux de chômage. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il est très pessimiste puisqu’il pointe déjà vers un niveau de taux de chômage d’au moins 30 %, comme d’ailleurs le craignait déjà cet officiel américain il y a à peine quelques jours.

 

Certes, les conséquences économiques du Coronavirus sont secondaires, mais elles ne peuvent pas être ignorées. En effet, il y a aura un « après Coronavirus », et de l’ampleur du choc dépendra la capacité du pays à relever rapidement la tête et à offrir à ses citoyens des emplois durables et des perspectives encourageantes. Or, si le taux de chômage devait monter à près de 30 %, il pourrait avoir des conséquences dramatiques sur l’économie et les marchés.

 

  • Le PIB pourrait connaitre une chute spectaculaire, bien au-delà des – 5 % (annualisés) qui sont pour l’instant anticipés par le consensus des économistes, et qui semblent aussi cohérents avec les niveaux atteints par les marchés. A titre de comparaison, la crise des subprimes avait fait chuté le PIB de – 8 %.

 

  • L’inflation pourrait-elle s’effondrer ? Pas certain, d’une part la courbe de Phillips ne fonctionne plus depuis 30 ans ; d’autre part la baisse de l’offre (arrêt partiel de la production) conjuguée au soutien de la demande (plan massif des autorités) serait inflationniste. Mais comment imaginer une inflation qui accélère alors que le pétrole a perdu – 50 % en quelques jours ?

 

  • Les marchés d’actions et les taux d’intérêt replongeraient dans des zones plus profondes encore, les niveaux actuels anticipant un impact fort du Coronavirus, mais largement inférieur à celui qui pourrait survenir. La chute des bénéfices des entreprises entrainerait avec elle les marchés d’actions. Les marchés obligataires franchiraient le rubicon des taux négatifs.

 

Croissance économique et taux de chômage : la relation 

Le PIB dépend de deux moteurs : l’emploi et la productivité du travail. Pour comprendre cette décomposition on peut imaginer une production de masques : le nombre de masques produits dépendra du nombre de personnes qui les produisent (emploi), et du nombre de masques produit par chaque personne (la productivité). Depuis 10 ans, le PIB américain a crû en moyenne de 2,3 %, ce qui s’explique aux 2/3 par l’emploi et 1/3 par la productivité.

 

Cette relation simple nous montre à quel point la santé d’une économie dépend de celle de l’emploi, et inversement selon votre école de pensée. D’ailleurs, il existe une relation empirique qui illustre et quantifie cela : loi d’Okun. Lorsque le PIB dépasse son niveau potentiel (l’économie va « trop bien »), alors le taux de chômage devient inférieur à son niveau naturel (l’emploi est trop fort).

 

  • Durant la crise des subprimes, le PIB a décru jusqu’à – 8 %, passant à près de – 6 % en dessous de son niveau potentiel : on dit alors que l’Output Gap est négatif. Quant au taux de chômage, il est remonté à 10 %, soit 5 % au-delà de son niveau naturel de l’époque à 5 %.

 

  • En fait depuis les années 90, la relation est presque de 1 pour -1 : à chaque fois que le PIB baisse « trop » de 1 %, alors le chômage monte « trop » de 1 % (et inversement). Avant les années 90, le chômage réagissait deux fois plus que le PIB.

 

  • Que s’est-il passé ? L’explication la plus convaincante est la baisse progressive du taux de participation durant les 20 dernières années, ce qui a atténué la relation entre l’emploi et le PIB américain. Par exemple, il se peut que le taux de chômage monte, mais que l’emploi reste inchangé, juste parce que le taux de participation baisse en même temps.

 

Un taux de chômage à 30 % est-il réaliste ?

Venons-en maintenant à l’impact du Coronavirus sur le marché de l’emploi américain. D’après le consensus des économistes, le PIB américain pourrait décroitre de près de – 5 % en rythme annualisé au cours du deuxième trimestre. Ce chiffre est d’ailleurs cohérent avec ce que semblent anticiper les marchés financiers. Ce chiffre est donné en rythme annualisé, mais pour les besoins du calcul il nous faut considérer le chiffre non annualisé, c’est-à-dire juste la variation du PIB, on obtient alors – 1,3 %.

 

  • Une baisse du PIB proche de -1,3 % le ferait passer sous son niveau potentiel, mais de seulement – 1 %, ce qui semble bien léger par rapport aux – 6 % de la crise des Subprimes.

 

  • Pour un PIB inférieur de – 1 % à son niveau potentiel, on s’attendrait alors à avoir un taux de chômage supérieur de 1 % à son niveau neutre.

 

  • Le niveau neutre du taux de chômage étant de 4 %, il faudrait donc que le taux de chômage soit de 5 %, alors qu’il s’établit à 3,5 % (février).

 

  • On est bien loin des 30 % qu’anticipent les inscriptions hebdomadaires au chômage publiées la semaine passée… Pour arriver à un tel taux ce chômage, il faudrait alors que le PIB s’effondre de près de – 25 % (ne parlons même pas du rythme annualisé).

 

Une inflation en chute libre ?

Intuitivement, une telle hausse du taux de chômage se traduirait par une forte baisse de la croissance des salaires, et donc de la consommation des ménages. C’est sur un tel postulat que repose la fameuse courbe de Phillips qui fonctionna si bien durant les 30 glorieuses : cette courbe dit qu’il existe une relation entre le chômage et l’inflation ; en général lorsque le chômage monte, il est observé que l’inflation baisse (les prix montent moins vite).

 

Et puis il y eut la stagflation liée aux chocs pétroliers, avec beaucoup d’inflation mais aussi du chômage, c’est-à-dire tout le contraire de ce que disait la courbe. Depuis ? A partir des années 90, la courbe de Phillips s’est aplatie : le taux de chômage a beau monter ou baisser, l’inflation baisse tendanciellement. Alors pourquoi cela changerait-il ?

 

  • D’une part, parce que cette fois nous parlons d’une remontée dramatique du taux de chômage, et non plus de mouvements de 1 à 2 %. Comment imaginer que la courbe de Phillips reste plate si le taux de chômage passe de 3,5 à 30 % ?

 

  • D’autre part, il se produit aujourd’hui quelque chose de rare dans l’histoire économique. En effet, non seulement l’offre va se réduire considérablement du fait du confinement qui n’autorise que la production de certains biens et services ; mais d’un autre côté la demande devrait en théorie restée soutenue grâce aux politiques de soutien sans précédent des autorités : si vous baissez l’offre et dopez la demande, à priori cela fait monter les prix…

 

  • Oui mais quand même, on a du mal à imaginer une inflation qui accélère alors que le prix du pétrole s’est effondré de près de 50 % en moins d’un mois. A court terme, le pétrole reste le principal déterminant de l’évolution des prix. 

 

Des marchés trop optimistes ? 

La crise du Coronavirus a provoqué à un mouvement généralisé d’aversion pour le risque incitant les investisseurs à délaisser les actifs réputés risqués (actions, crédit…) pour se réfugier sur les actifs refuges (emprunts d’Etats). Résultat : une baisse violente et intense des actions et des taux d’intérêt, historiquement cohérente avec une contraction du PIB de l’ordre de – 5 % (rythme annualisé), et donc de – 1,3 % en variation. On est bien loin des – 25 % suggérés par un taux de chômage à 30 %.

 

  • Concernant les marchés d’actions : une telle chute de la croissance entrainerait une contraction dramatique des bénéfices des entreprises. La relation entre la croissance du PIB en valeur et les bénéfices des entreprises est de l’ordre de 1 pour 5. Inutile d’aller plus loin dans les calculs, on imagine l’impact.

 

  • Concernant les marchés obligataires, il est vrai que les taux américains disposent encore d’une marge conséquente par rapport aux taux allemands : ils sont encore positifs à 0,8 % ! Toutefois, on sait aussi que des niveaux négatifs n’empêchent pas les taux de baisser davantage (voir les taux allemands). Ce serait une première pour les taux américains. 

 

A suivre donc

 



25 réactions


  • ETTORE ETTORE 31 mars 17:27

    Il y a une courbe qu’il faudra prendre en compte.....Aux US, comme en France, comme dans beaucoup de pays......La montée des troubles sociaux, dans les quartiers, dits défavorisés.

    C’est une donnée qui risque de changer beaucoup de choses, rapidement !

    La peur est une chose, quand l’état est omniprésent et fait son boulot.

    La révolte.....c’est autre chose, et elle se propage plus vite que ce que l’on croit.

    On as bien vu, lors des émeutes, à Paris, les Black Blocks, s’en prendre aux banques. Une cible « bien ciblée », avec peut être déjà des vues de paralysie du système financier.

    Je vous laisse imaginer, si ce mouvement s’accentue avec d’autres formes......


    • arthes arthes 31 mars 17:48

      @ETTORE

      Exact.
      Ce que je nomme « la marge » sur une autre intervention.
      La partie qui s’apauvrie de plus en plus, la paupérisation qui 
      Négligée, méprisée mais quand même nourrie assez, de subsides pour survivre et (de rêves avec netflix, les médias la pub et le jeux) qui abrutissent .
      Ya plus de r^ve possible, enfin, pas sur les écrans.
      le confinement qui se prolonge va avoir des effets dramatiques dans la tête des gens (depressions, violence, alcoolisme) et plonger des petites structures dans la ruine.

      Je compte pas sur les banques pour faire preuve de compréhension, nombre de petits commerces déja fragiles peuvent mettre la clé sous la porte, et la saison touristique va être très très mauvaise...Etc.... 


    • Le421 Le421 1er avril 09:40

      @arthes
      Salut arthes !!
      Je trouve bizarre que notre bon « cartapus » ne soit pas venu défendre son idéal américain chéri...
      https://rmc.bfmtv.com/emission/expliquez-nous-pourquoi-le-chomage-risque-d-exploser-aux-etats-unis-a-cause-du-coronavirus-1886007.html

      Et si même BFMTV le dit...  smiley

      Et le bonjour à Domi !!


  • Claire Claire 1er avril 15:45

    Aussi étrange que cela puisse paraître, la fulgurance de la progression de l’épidémie de covid-19 aux USA n’augure pas forcément du pire, bien au contraire. J’ai conscience que cela peut paraître inhumain à dire, mais sur le plan strictement économique, les pays qui laisseront le virus se répandre le plus vite seront ceux atteindront également le plus vite l’immunité collective et qui, de ce fait, se remettront les premiers du problème. Le vaccin n’est pas attendu avant 18 mois et il faudra encore longtemps avant de vacciner suffisamment de monde pour que cette maladie ne soit plus une menace. Sur le plan économique, l’immunité collective me paraît donc la meilleure option, celle qui permettra de retourner au travail le plus vite. En ce sens, il est même de très bon augure que le cœur financier de l’Amérique soit le plus touché car il sera le premier rétabli et c’est précisément ce dont les USA auront besoin.

    Globalement, je pense que l’Amérique grâce à Trump, devrait mieux se remettre que l’Europe de cette tragédie, encore qu’il faille distinguer le cas des pays du sud de l’Europe tels l’Espagne, l’Italie et la France, chez lesquels l’épidémie progresse très vite, des pays du Nord comme l’Allemagne, qui appliquent la méthode coréenne et dont les économies seront vraisemblablement plus durablement impactées au fil des vagues épidémiques des 24 prochains mois. De l’autre côté de l’Atlantique, si le cœur financier des USA résiste mieux que le reste du pays à la deuxième vague de contamination, ça va faire toute la différence !

    Des questions se posent en revanche pour la Chine ! La dictature chinoise nous ment, c’est évident ! Impossible de savoir l’ampleur qu’a pris réellement dans le pays l’épidémie et à quel niveau d’immunisation de la population ils sont parvenus. La violence de la seconde vague en Chine devrait un peu nous éclairer et nous donner une bonne indication de qui seront les grands gagnants de la crise. Mais je pense qu’en Europe, la France va tirer son épingle du jeu. Je mise sur elle en tout cas ! Peut-être même une réélection de Macron si l’économie Française repart en trombe. Qui aurait cru ça ?


    • Xenozoid Xenozoid 1er avril 15:54

      @Claire

      quand claire arrive rien n’est transparant

      Des questions se posent en revanche pour la Chine

      et pas pour les autres 

      en fait tout tourne sur un biais cognitif sauf le tien,j’ai bon ?


    • pemile pemile 1er avril 16:01

      @Claire "Aussi étrange que cela puisse paraître, la fulgurance de la progression de l’épidémie de covid-19 aux USA n’augure pas forcément du pire, bien au contraire. J’ai conscience que cela peut paraître inhumain à dire, mais sur le plan strictement économique, les pays qui laisseront le virus se répandre le plus vite seront ceux atteindront également le plus vite l’immunité collective et qui, de ce fait, se remettront les premiers du problème"

      Non, venant de vous, cela ne semble pas étrange ! smiley

      Ce qui m’étonne c’est que vous, comme Trump dans ces prévisions de 100.000 à 240.000 morts, ne semblez plus croire à la formule du père Raoult ??!!


    • Claire Claire 1er avril 16:18

      @pemile

      Ce qui m’étonne c’est que vous, comme Trump dans ces prévisions de 100.000 à 240.000 morts, ne semblez plus croire à la formule du père Raoult ??!!
      _______________

      Croire ?!!! Je ne me détermine pas sur des croyances. Il y a ce que je sais et ce que j’ignore. Or le fait est que je ne sais pas si le protocole Raoult est aussi efficace que l’affirme son principal promoteur. Cela ne m’empêche pas de demander, vu l’urgence de la situation, que celui-ci soit testé à grande échelle. Si nos espoirs son déçus tant pis, mais au cas contraire, tant mieux ! Je ne trouve pas pertinente l’opposition de ceux qui mettent en avant les effets secondaires du médicament car il me semble que si ceux-ci sont assez négligeables pour faire face au paludisme, ils devraient l’être d’autant plus face au covid-19. 


    • pemile pemile 1er avril 16:26

      @Claire "Je ne trouve pas pertinente l’opposition de ceux qui mettent en avant les effets secondaires du médicament car il me semble que si ceux-ci sont assez négligeables pour faire face au paludisme, ils devraient l’être d’autant plus face au covid-19. "

      Ce n’est pas les mêmes doses et c’est aussi l’association avec l’azithromycine qui nécessite un ECG avant et un autre au début de traitement.


    • myrrhe-lit-on L’ Hermite (IX) 1er avril 16:45

      @Claire

      la fulgurance de la progression de l’épidémie de covid-19 aux USA n’augure pas forcément du pire

      >c’ est une strategie qui marchait tres bien pour les maladie infantile (rougeole , rubeole , varicelle) mais au prix de pas mal de mort ou de grosse sequelle (etre aveugle ou infertile )par exemple ...

      La ca semble une erreur grosiere car rien ne prouve que l’ immunité colective puisse se metre en place on ne sait meme pas si l’ immunité individuelle apres « guerison » est possible ....

      c’ est le cas d’ autre maladie comme le sida , ebola , ou meme de ce bon vieux rhume .Elle peuvent s’ atraper plusieur fois , le corp ne se vaccine pas pendant la maladie .


    • pemile pemile 1er avril 17:06

      @L’ Hermite (IX) "La ca semble une erreur grosiere car rien ne prouve que l’ immunité colective puisse se metre en place on ne sait meme pas si l’ immunité individuelle apres « guerison » est possible"

      Oui, et de plus, même dans le cas d’une immunité, avec une contagion aussi rapide et nécessitant des soins intensifs pour 5 à 10% des contaminés, lisser la contagion en limitant le nombre de contacts journaliers permet de limiter le nombre de morts.

      @Claire l’immunité collective ne doit pas obligatoirement s’appliquer au pays entier, mais peut se militer aux zones contaminées.

      Une petite simulation à but pédagogique. (et non scientifique)


    • Claire Claire 1er avril 17:34

      @pemile
      Ce n’est pas les mêmes doses
      ___________

      Oui mais tout ça c’est de l’hypocrisie car si preuve était faite que le protocole fonctionne, plus aucune de ces considérations tellement impérieuses ne seraient assez fortes pour empêcher sa mise en application. Or nous sommes confrontés dans certains EHPAD, à une situation d’urgence absolue et ce ne sont à mon avis que des jalousies médiocres qui peuvent encore nous empêcher de tester la méthode Raoult. 

      Maintenant je n’affirme pas que le protocole Raoult est la solution, je n’en sais rien. Je crois que l’urgence et je dirais même dans le cas des EHPAD, la désespérance est assez grande pour justifier le test du protocole. 


    • Claire Claire 1er avril 17:41

      @L’ Hermite (IX)
      on ne sait meme pas si l’ immunité individuelle apres « guerison » est possible ...
      _____________

      On ne va pas commencer à verser dans le paranormal non plus hein ?! 


    • pemile pemile 1er avril 17:47

      @Claire "Or nous sommes confrontés dans certains EHPAD, à une situation d’urgence absolue et ce ne sont à mon avis que des jalousies médiocres qui peuvent encore nous empêcher de tester la méthode Raoult. "

      Je ne sais pas si Raoult proposerait son traitement sur des personnes aussi fragiles ?

      Le meilleure façon de protéger les ehpad, et la plus simple, c’est les masques, les tests du personnel et le confinement.


    • Cadoudal Cadoudal 1er avril 17:49

      @Claire
      Salut Claire.

      Joe Alzheimer serait en tête dans les sondages ?

      https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/presidentielle/presidentielle-americaine-joe-biden-accroit-son-avance-sur-donald-trump-selon-un-sondage_3894217.html

      Je comprends que les Mexicains ait fermé leur frontière...lol...


    • myrrhe-lit-on L’ Hermite (IX) 1er avril 17:58

      @Claire

      il est pas question de paranormal , mais bien de ne pas conclure trop vite ...
      Tu le sait certainement , du sang de malade« guerri » as été utilisé ,
      rafiné pour produire des anticorp pour soutenir les malade grave ...
      ca marche pas trop mal pendant 15j , puis plus rien , et pire encore , 3% des malade de + de 15 j recommence un cycle complet .

      Comme toute les etude chinoise , elle ne sont pas validé ...

      la HCQ ca te parait nouveau ? je te laisse lire cette etude de 2005 soit deux ans apres le premier sras 
      https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/16115318/?fbclid=IwAR2hd_-ChMt8lE0fHEAA3twNgi09dBjmaeKOvKq4dRfVZZWq-NjJ8j48D6g

      on avais 14 ans pour se preparer ... 


    • myrrhe-lit-on L’ Hermite (IX) 1er avril 18:04

      @pemile

      Certaine maison de retraite dans le monde ont eu 100% de décès .
      une immunité de groupe aurais du se metre en place a 25% de deces a peut pret si le virus etait vraiment « immunisant » ...

      Meme constat en inde dans les population precaire ... des hecatombe a 50% qui demontre que l’ immunitée de groupe est impossible a atteindre ...

      A contrario ce la démontre l’ utilité du dépistage/confinement/traitement , mesure barrière .

      Si on avais sufisament depisté , on aurais pas eu besoin de confiné/detruire l’ economie .

      La il ne nous reste que deux choix , sacrifier l’ économie ou sacrifier les gens ..
      le choix rationel du depistage pour sauvegarder les deux est deriere nous
      ( deux mois derniere nous)


    • arthes arthes 1er avril 18:07

      @Claire

      Mais...Nous n’avons pas de tests.

      Et pour le protocole Raoult, faut pouvoir tester en masse, vu qu’il est préconisé pour être administré dès les premiers symptomes. du covid 19

      Donc, en absence de tests pour le bétail...Heu, zut, je veux dire ,nous, le peuple, nous restons confinés.
      Si on se sent grave trop mal, on peut espérer être testés, mais ça risque d’être un peu limite pour le traitement Raoult (lol) , mais si il y a de la place, et que l’on soit assez jeune, on peut sacrifier un vieux pour nous entube...Et zut, nous intuber.à sa place


    • Claire Claire 1er avril 18:47

      @pemile

      Je ne sais pas si Raoult proposerait son traitement sur des personnes aussi fragiles ?
      ____________

      Eh bien oui, il l’administre et le préconise de façon précoce à gens de plus de 80 ans et apparemment avec un certain succès. 


    • myrrhe-lit-on L’ Hermite (IX) 1er avril 19:06

      @Claire

      a la phase du pic viral , oui
      vant ou pares quan c’ est trop tard nom ...

      idem pour le prof americain qui as eu l’ idée geniale mais simple de rajouter du zinc pour booster l’ HCQ +azy ;

      NB l’ HCQ fait rentrer le zinc dans les cellule ...
      zinc un virucide connus depuis l’ antiquité ...


    • Claire Claire 1er avril 19:09

      @arthes
      Mais...Nous n’avons pas de tests. Donc, en absence de tests (...) nous, le peuple, nous restons confinés.
      ______________

      Je ne parle pas de NOUS le peuple !!!! Vous êtes foncièrement égoïste ! Je vous parles des gens dans les EHPAD qui sont dans une situation de désespérance absolue et vous ramenez le problème à votre petite personne et la nécessité de rester confiner. Des gens de plus de 80 ans confinés dans des EHPAD et dont on détecte les premiers symptômes du covid-19 seront morts pour la plupart d’ici à ce que les tests soient faits. Donc, même si ce traitement ne devait s’avérer n’être au final qu’une chimère, il serait pertinent de le leur administrer. Si cela leur sauve la vie tant mieux, sinon tant pis. Au moins on ne sera pas resté les bras ballants à les regarder mourir.


    • Claire Claire 1er avril 19:25

      @L’ Hermite (IX)

      pas question de paranormal, mais bien de ne pas conclure trop vite
      __________

      Parfait ! Commençons donc par ne pas conclure sans preuve que le covid-19 est être un cas d’espèce chez les coronavirus.


    • arthes arthes 2 avril 13:44

      @Claire

      Les personnes dans les ehpad..Ne font donc pas partie du peuple ?
      Ah bon...Si tu le dis...Etc....Wow, calmos la bête.
      f’in bon, je passe, t’es toujours aussi con.


  • ETTORE ETTORE 1er avril 17:41

    Mais sincèrement, vous pensez que cette épidémie va se focaliser sur les traitements, les cantonnements, les dépistages, les vaccins....aux USA ?

    L’état de ce pays, c’est pas Las Vegas, limousines et rentiers boursiers.....à tous les coins de rues.

    Quand vous vous promenez, ne serais ce qu’à New York, ce que vous voyez sur les trottoirs, vous interroge sur l’image de richesse communiquée par ce pays.

    Vous n’en reviendrez pas avec les mêmes convictions qu’en y entrant.

    La pauvreté y est partout, elle vous saute aux yeux, elle est omniprésente à tous les croisements d’avenues, et certains quartiers, les taxis, ne veulent même pas y entrer.

     C’est comme si vous visitez un pays et vous vous rendez dans le lieu « carte postale » pour touriste, même si vous sentez l’odeur, vous vous dites, ça doit être normal.

    Ce pays est une vraie bombe à retardement social, les regards vers Wall Street, sont une chose, la réalité fourmillante, est une autre, et croyez moi, le temps là bas....compte double, les conséquences aussi.

    Les parallèles entre la Chine et l’occident sont une chose.

    Les parallèles entre l’occident et les USA....Vous y trouverez autant de différence.

    Et on laisse de côté, le Brésil, l’Inde, les pays Africains......

    Se relever c’est une chose, ne pas pouvoir s’appuyer....nulle part.....dur, dur !


  • CN46400 CN46400 2 avril 08:52

    Goulag à NewYork,


    Selon le site The Intercept, les responsables de la ville de New York utilisent les prisonniers détenus à Rikers Island pour creuser un grand nombre de tombes en échange d’un salaire horaire de 5 dollars.

     Ces fosses communes sont creusées à Hart Island, selon The Intercept, suite à une forte augmentation du nombre de décès dus à la propagation du coronavirus à New York.

    Le maire de New York, quant à lui, a confirmé l’implication des détenus dans la préparation des tombes, mais a prétendu que cette décision n’avait rien à voir avec la propagation du coronavirus et que les prisonniers étaient employés depuis longtemps dans la région.

    « Il est trop tard pour mettre en quarantaine la ville de New York, une ville avec une population intense. Les hôpitaux sont saturés et n’ont pas de placé pour installer de nouveaux respirateurs », a averti dans une interview accordée à BBC un médecin et chercheur à l’université de George Washington.

    http://french.presstv.com/Detail/2020/04/01/622105/EtatsUnis-coronavirus-New-York-Washington-dcs-prisonnier-fosse-commune


  • Désintox Désintox 2 avril 14:23

    Diantre !

    Déjà que quand ils disent 3.5%, c’est au moins 10% en réalité.

    Alors, à 30%...


Réagir