mardi 31 octobre - par taktak

Du salariat au précariat : témoignage d’une adjointe de magasin

Travaillant actuellement au sein d’un magasin à prédominance alimentaire (appartenant à une célèbre enseigne nationale de commerce de proximité), je témoigne sur le quotidien de mon emploi et de celui des autres salariés de l’entreprise, et plus globalement sur le monde de la moyenne distribution, ayant travaillé dans différentes structures par le passé.

Précarisation des “cadres” et de “l’encadrement” : les prolétaires sont partout

Embauchée en tant qu’« adjointe de magasin », j’ai rapidement compris que ce titre portait à confusion. En fait, les surnoms qu’on prête souvent à mon poste – « bonne à tout faire » ou « porte-clefs » – expriment bien mieux la réalité de mes missions, à savoir : détenir les clefs du magasin afin de l’ouvrir ou le fermer lorsque le gérant est absent, être responsable des fonds de caisses, effectuer les commandes de marchandises. En dehors de cela, mes tâches sont la plupart du temps les mêmes que celles des autres employés : mise en rayon, encaissement des clients, livraison l’après-midi tout cela en gérant un gros « flux client » le midi et le soir – moments où nous encaissons au minimum un client toutes les trente secondes. Si l’employé, « multi-tâches », ne s’arrête jamais, le physique a, lui, quelquefois du mal à suivre : maux de dos et tendinites à répétition sont des douleurs régulières. Durant ces heures de mise en rayon et d’encaissement rythmé aux sons des « bip » de la caisse, les « bonjour », « au revoir », « merci » se répètent sans cesse, mécaniquement. Est-ce pour cela qu’ils restent si souvent sans réponse ? Le refus de saluer, voire le fait de totalement nous ignorer en téléphonant lors du passage en caisse, ne sont que quelques illustrations d’un mépris ordinaire. Plus rares, heureusement, sont les agressions verbales. J’ai compris au fil des années qu’une caissière ne faisait qu’un avec son outil de travail. Elle est devenue une machine sur laquelle on peut s’énerver de temps à autre. La moindre erreur et vous êtes traitée comme une moins que rien. Les citoyens sont égaux en droit mais, devenus clients « rois », certains d’entre eux sont ivres de leur pouvoir.

Flexibilité des horaires, destruction de la vie personnelle

Le travail suffit-il à l’épanouissement personnel ? Les experts de la grande distribution semblent en être absolument convaincus. Aussi la vie sociale des salariés est à la merci des incessantes modifications des emplois du temps (dont les jours de repos), révélés quinze jours en avance, et, plus encore, de l’amplitude horaire des journées de travail. Notre commerce est en effet ouvert du lundi au samedi de 8h00 à 21h00, et de 9h00 à 13h00 les dimanches et jours fériés. La durée quotidienne de travail oscille entre 3h00 et 9h00 suivant les besoins (jours de livraisons, inventaires, etc.). Certains d’entre nous sont contraints d’effectuer d’interminables journées coupées (9h00-13h00/15h00-21h00).

Cadences infernales, exploitation totales, profits et plus value maximal

La cadence infernale des journées est accentuée par l’énorme diversité des produits à stocker et à mettre en rayon dans une surface de vente réduite, les limites de la faisabilité étant sans cesse repoussées par la recherche continue de la maximisation du profit. A ce sujet, le groupe s’en sort à merveille grâce au système des franchises. Il est propriétaire du bâtiment et de l’enseigne et met en place un contrat de location-gérance ce qui lui permet de recevoir un loyer et une redevance et de ne plus verser les salaires. Ainsi, l’entreprise devient une société de moins de dix salariés : pas d’avantages, ni 13ème mois, ni prime mais une mutuelle obligatoire de 20€ par mois qui ne couvre rien. Pour parfaire le tout, le travail le dimanche n’est pas majoré. J’ajouterai que le salaire d’une adjointe de magasin n’est pas mirobolant, il n’est tout de même pas à plaindre comparativement à celui d’un(e) employé(e) libre-service, qui dans la majorité des cas est à temps partiel et touche le SMIC.

Utilisant toute la palette de la « flexibilité », les enseignes de grande distribution vont toujours plus loin dans la précarisation de leurs salariés, tout en inondant les centres-villes de tout l’hexagone. En passe de conquérir le monopole du commerce de proximité, les petits commerces n’y survivront pas. Au-delà de la conditions des salariés ou de la disparition des petits indépendants, le phénomène touche jusqu’aux rapports sociaux. L’épicerie de quartier, le contact entre les commerçants et leurs clients, leurs échanges qui n’étaient pas toujours seulement « marchands » parce que l’on prenait le temps de prendre le temps, il semble que tout cela appartiendra bientôt au passé. 

Séverine, membre du PRCF

https://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/salariat-precariat-temoignage-dune-adjointe-de-magasin/



51 réactions


  • pipiou 31 octobre 17:08

    Qu’en pense Rosemar ?


  • Franck Einstein Franck Einstein 31 octobre 17:28

     
     
    Le PCRF est tellement nullard sur son propre dogme marxiste, qu’ils sont obligés de censurer ne pouvant réfuter quand on met leur nez dans leur soumission....
     
     
    Jouissif de voir la nullité des Partis Crétins à Robert Hue En Marche ...
     
     smiley


  • Spartacus Spartacus 31 octobre 18:52

    Pauvre femme.....Imaginez pire....Qu’elle soit embauchée par la CGT.

    C’est pas la CGT qui ferait cela !   

    En fait employé par des gauchistes c’est bien pire !


    Harcellement moral et sexuel, humiliation et atteintes physiques


    Emplois fictifs
    C’est drôle ça !  Pas d’articles sur cet employeur collectiviste à vomir dans la coco-spêhre Agoravoxienne..

    • V_Parlier V_Parlier 1er novembre 09:35

      @Spartacus
      Tout cela (qu’il est en effet bon de rappeler) ne contredit en rien ce qui est raconté par l’article. Et n’oublions pas que la grande distribution traite ses employé(e)s de façon conforme aux lois socialistes mises en places et/ou conservées par le gouvernement Hollande. Donc tout le monde parle bien de la même chose.


    • Spartacus Spartacus 1er novembre 11:22

      @V_Parlier

      La grande distribution permet a des gens peux formés d’avoir un job. Même d’encadrement ou de responsabilité comme décrit la personne.

      Oui, il faut travailler et il y a des contraintes et des désavantages, c’est le lot de chaque job.

      Quand vous lisez le texte, vous verrez que les gens sont plus pénibles que l’employeur. Que la personne n’est payée au minimum.

      Le texte est caricatural dans le misérabilisme comme le 13eme mois obligatoire auquel la personne a droit et qu’elle prétend qu’elle n’a pas.

      Avec 1,8 million de personnes salariées, la distribution n’est pas l’esclavage ou la mine, ce misérabilisme que le communisme et le socialisme doit entretenir pour exister..

      Si cette personne avait appris à faire un Business plan au lieu de 3 dissertations obligatoires sur Karl Marx à l’école d’endoctrinement publique en seconde, elle aurait peut être plus de choix pour s’émanciper dans la vie.

      Ce n’est pas l’employeur le responsable de sa condition. C’est le salariat qui limite son avenir.

    • samuel 2 novembre 10:13

      @Spartacus

      Vous ne feriez pas du Whataboutisme 

      L’arroseur arrosé en somme

    • samuel 2 novembre 10:57

      @Spartacus

      « La grande distribution permet a des gens peux formés d’avoir un job. Même d’encadrement ou de responsabilité comme décrit la personne. »

      Ce qui devrait se faire demander aux gens si le but dans la vie est vraiment d’avoir un job... 

      Mon intuition est que la société est tellement automatisée et robotisé que les jobs proposés ne correspondent plus qu’à de la gestion. 

      Tout nos besoins primaires pourraient de fait n’être pourvu qu’en travaillant quelques heures pas semaines. Ce qui n’ai pas du goût des tenants de l’enrichissement sans limite qui ont besoin de temps de cerveau disponible pour s’acheter Yatch et berlines de luxe par package de 20.


  • Spartacus Spartacus 31 octobre 18:56

     l’entreprise devient une société de moins de dix salariés : pas d’avantages, ni 13ème mois


    En quoi le fait d’être une PME de -10 salarié empêche d’avoir un 13eme mois obligatoire imposé par la convention collective ?

    Encore un texte inventé pour faire du zola misérabiliste....



  • marmor 31 octobre 19:01

    Si la dame sait faire autre chose que caissière, qu’elle le fasse !! Medecin, ou infirmière ou professeur ou agent commercial ... Ah elle n’a pas de diplômes, pas d’expérience ? Alors c’est déjà pas mal d’avoir un job et un salaire.


    • pipiou 31 octobre 19:13

      @marmor

      Oui mais si Mélenchon lui promet un CDI à vie, le SMIC à 2000 Euros, le 13eme mois, la semaine de 32h, la retraite à 60 ans et la mutuelle gratuite c’est quand même mieux non ?
      ça évite de se fatiguer à avoir des diplômes.


    • frugeky 31 octobre 23:15

      @marmor

      Qu’est-ce qu’elle est conne votre remarque !

      Moi mon job d’infirmier je vous le laisse et votre santé aussi je vous la laisse.
      Au vu de mon salaire qui n’augmente que très peu alors que le gaz, l’electricité, le chariot de commissions, toutes les charges fixes augmentent c’est toujours de plus en plus difficile. Par contre cadeaux et cadeaux pour ceux qui croulent sous le pognon.

      Et vous, vous crachez à la gueule de ces gagne-petits qui ne doivent pas se plaindre parce qu’ils auraient la chance d’être des esclaves ?

      Les employés de la grande distribution, sous le prétexte qu’ils ne sont pas diplômés, doivent tout subir en fermant leur gueule ? Sans dignité aucune et à la merci de petits chefs merdeux qui puent la trouille ?

      Et il n’est pas question d’étiquette de gauche ou de droite dont je n’ai que foutre.

      Avez-vous entendu macron, la carpette des banquiers, annoncer une rentrée d’argent pour l’Etat grâce à la mort de Mme Bettancourt ? Sur 43 milliards, il devrait normalement y en avoir au moins 20 qui devraient revenir à l’Etat, non ?


    • mimi45140 1er novembre 01:26

      @frugeky
      Non, il ne peut pas être aussi con,c’est de l’humour.


    • V_Parlier V_Parlier 1er novembre 09:38

      @marmor
      Infirmière, dans la rubrique boulot ingrat (avec exigences légitimes sur les compétences, mais avec des conditions de travail proches de celles de la grande distribution, le tout pour un salaire médiocre en rapport), c’était vraiment mal choisi. Preuve que vous ne savez pas trop de quoi vous parlez.


    • marmor 1er novembre 10:38
      @V_Parlier
      Le diplôme d’infirmière donne la possibilité de s’installer en libéral, il me semble. C’est sûrement plus de boulot, il faut s’investir un peu plus, mais j’en connais qui gagnent très bien leur vie ! Il faut savoir ce que l’on veut . Ce qui est injuste, c’est qu’une aide soignante ne touche pas le même salaire que l’angiologue, ou le cardiologue pour vous .....

    • marmor 1er novembre 10:51
      @frugeky
      Je vais vous dire deux évidences :
      les charges et frais augmentent pour tout le monde, même pour moi.
      Si vous êtes infirmier diplômé, installez vous en libéral, allez prospecter les médecins généralistes, les cliniques, ils vous donneront du travail chez les particuliers. J’en connais plein qui vivent très bien. Bon, il faut un peu de courage, un peu de volonté, un peu de débrouillardise, un peu de connaissances, mais on y arrive !!
      Allez, un peu de courage ! Quittez le confort de votre emploi de fonctionnaire territorial sûr et tranquille mais mal payé et installez vous, vous vivrez mieux, vous allez vous réaliser, vous responsabiliser, vous prendre en main, vivre quoi, sans rancœur parce que d’autres sont mieux payé que vous !!!
      C’est moins con comme réaction ?

    • frugeky 1er novembre 12:14

      @marmor
       Première remarque : en France, il ne peut y avoir d’infirmiers QUE diplômés.
      Deuxième remarque : effectivement, on gagne très bien sa vie en privé et on est pas forcément obligés de travailler beaucoup plus. J’ai une amie qui fait dix jours par mois et qui touche environ 3500 e par mois. Mais je ne souhaite pas être riche. Je souhaite juste que les rémunérations soient correctes.
      Troisième remarque : il existe des spécialités qui ne sont pas praticables en dehors de l’hôpital et du travail en équipe.
      Quatrième remarque : je ne suis pas fonctionnaire territorial mais de la fonction publique hospitalière.
      Cinquième remarque : vous pensez réellement qu’à l’hôpital les infirmiers ne se prennent pas en main et n’ont pas le sens des responsabilités ? Comme dit plus haut par un autre intervenant, vous n’y connaissez rien.

      En conclusion, cette remarque est tout aussi conne que la précédente.
      Mon emploi de fonctionnaire mal payé était bien payé il y a moins de 20 ans. Pourquoi ce transfert d’argent vers le privé, moins efficace mais qui génère des bénéfices substantiels mais où les infirmiers sont encore moins bien payés que dans le public ?


    • marmor 1er novembre 14:08
      @frugeky
      J’ai tout compris grâce à vous :
      Sécurié de l’emploi à vie des fonctionnaires, mais revenus du privé ( sans les aléas et les contraintes ) le rêve promis des humanistes de gauche ? Vous pouvez toujours rêver !!

    • marmor 1er novembre 14:32
      @frugeky
      Mon emploi de fonctionnaire mal payé était bien payé il y a moins de 20 ans.
      Ouais, il y a vingt ans j’avais vingt ans de moins, les temps changent !! Vous, vous pensez que rien ne change, en mal ou en bien, c’est pour cela que vous avez choisi la fonction publique, pour que rien ne change dans votre vie, jusqu’à la retraite .... interessant ...

    • frugeky 1er novembre 22:59

      @marmor

      Puisque vous semblez ne pas aimer la fonction publique, soyez donc rassuré, elle disparaît.

      j’espère que vous êtes rémunéré pour déblatérer vos conneries.

      Je vous souhaite d’avoir fait autant d’expériences professionnelles mais au vu de vos écrits, je n’y crois pas trop.

      Votre mépris révèle le misérabilisme de votre pensée.

      Et je ne travaillerais certainement pas jusqu’à la retraite. Je m’arrêterai avant. Pas besoin de gens comme moi, surtout pour soigner des gens comme vous.


    • Garibaldi2 2 novembre 06:14

      @frugeky

      Don’t feed the troll !


    • marmor 2 novembre 14:24
      @frugeky
      Disons que ma clairvoyance vous fait tomber dans l’insulte et le mépris, c’est normal...

    • marmor 2 novembre 14:28
      @Garibaldi2
      Did you change your black shirt for a Brown one ?

    • frugeky 3 novembre 12:28

      @marmor

      Clairvoyance ?
      Avec la merde que vous avez dans les yeux ?
      Mais j’arrête de nourrir le troll...


  • Macondo Macondo 31 octobre 20:38

    Tranche de vie urbaine du capitalocène, bien contée, une sorte de « Moi, Daniel Blake » au fusain. Faire des courses deux fois par mois, c’est collaborer ! Et notre grand soir, c’est dans combien d’histoires ? A la vitesse où attend, notre société de pachydermes en SUV, il ne fait aucun doute que sur les barricades du siècle des prochaines lumières (à LED), celui où l’on se sortira enfin les doigts des urnes, « la force de l’ordre » affrontera surtout du trans-humain (qui de fait se cognera autant du revenu universel que du glyphosate ou du porc halal qui s’est fait balancé). Ou c’est plus tard encore, sur une colonie d’Alpha du Centaure, qu’on redistribuera enfin les cartes. Alors qu’ils y viennent, les ennemis du genre humain ...


  • insomnia insomnia 31 octobre 21:52

    @Taktak

    Bravo pour votre article ! Le reste n’est que distraction....


  • rhea 1481971 1er novembre 04:34
    • Ma bonne dame, il faut savoir que les médicaments ont une dose
    • semi létale comme tous les produit chimiques, que si un jour vous
    • devenez malade chronique la sécurité sociale, à l’époque des logiciels,
    •  pourra évaluer à quelle date il faudra prévenir les pompes
    • funèbres, seul bémol à cette prévision certaines personnes qui quand
    • elles étaient jeunes ont assisté aux essais nucléaires atmosphériques.
    •  Du fait de leur exposition aux radiations le gène CYP2D6 qui gère
    •  la réaction du corps humain aux traitements médicaux à muter.
    • Ça a quand même des inconvénients cette exposition .

  • foufouille foufouille 1er novembre 08:34

    "les « bonjour », « au revoir », « merci » se répètent sans cesse, mécaniquement. Est-ce pour cela qu’ils restent si souvent sans réponse ?"
    c’est son coin qui veut ça. c’est pas partout pareil.


  • zygzornifle zygzornifle 1er novembre 08:50

    d’adjoint de direction quinqua j’ai fini par livrer la bouffe de merde en sachet (ignoble, de la chiasse en barquettes ) a des vieux en contrat aidé a 26H et qui n’a pas débouché sur un emploi bien sur, a la fin by by et rebonjour pole-emploi, a la mairie de mon patelin on était 17 en contrat aidé , on se tapait tout le boulot pendant que les fonctionnaires surfaient sur internet ou se tapaient des fous rires dans leur bureaux ...... 


    • V_Parlier V_Parlier 1er novembre 09:46

      @zygzornifle
      Je connais la même histoire avec une intérimaire en mairie qui avait fait en trois jours ce que la remplacée faisait habituellement en trois mois. Ils voulaient la garder mais, comme vous le savez, c’était impossible. La réputation des fonctionnaires (y compris ceux de bonne volonté) en France pâtit avant tout de leur droit absolu à ne pas accomplir ce pourquoi ils sont payés. Et ça c’est vraiment un problème typiquement français qui fait oublier à beaucoup que pour les « non-contractuels » il n’en est rien. Et pour le privé, on n’en parle même pas.
      Hier j’étais à Intermarché : Il vous donnent des bons de promo pour que vous veniez faire des courses le 11 novembre !!!


    • marmor 1er novembre 11:01
      @V_Parlier
      T’es pas obligé d’aller à Intermarché !
      Le boulanger de ton bled serait content de te voir, le boucher aussi, le primeur aussi, le quincailler également, mais non, toi tu vas à l’inter et tu réprouves le fait qu’ils t’incitent à venir le 11 novembre !
      C’est comme pour ton boulot ! c’est comme pour ton président, etc etc etc.....

    • leypanou 1er novembre 11:49

      @V_Parlier
      La réputation des fonctionnaires (y compris ceux de bonne volonté) en France pâtit avant tout de leur droit absolu à ne pas accomplir ce pourquoi ils sont payés. : tant qu’un agent de l’état n’a de compte à rendre à personne et que les usagers n’ont pas leur mot à dire, il en sera toujours ainsi.

      Changeons cela, et vous verrez la différence de la qualité de service.

      Mais cela est aussi vrai pour le chauffeur de bus qui fait sa tournée en retard, etc, etc.


    • V_Parlier V_Parlier 1er novembre 22:06

      @marmor
      « T’es pas obligé d’aller à Intermarché ! »
      Bien sûr que si ! Les poissoniers n’existant plus que dans les quartiers chics des grandes villes, je suis bel et bien obligé d’aller à Intermarché pour du poisson frais ! Peut-être que je ne dois plus manger de poisson, c’est ça ?


    • V_Parlier V_Parlier 1er novembre 22:09

      @V_Parlier
      Mais une chose est sûre : Je n’irai pas le 11 novembre, ça c’est clair. Je ne « profite » jamais non plus des week-ends « exceptionellement ouverts » afin que ces ouvertures soient les moins rentables possibles. Et si tout le monde faisait pareil que moi ces magasins n’ouvriraient plus ces jours là !


  • zygzornifle zygzornifle 1er novembre 12:49

    Mais cela est aussi vrai pour le chauffeur de bus qui fait sa tournée en retard...


    Un chauffeur connait les aléas de la circulation et des fois se fait pourrir ou agresser par des « chance pour la France » alors que les useurs de fond de pantalons qui hantent comme des zombis les mairies préfectures et rectorats se font chier comme des rats morts ne glandent rien et sont en plus désagréables voire insultants flânant d’un arrêt de travail a un autre et je ne parle pas des fonctionnaires territoriaux vrais parasites hypers bien payés et indéboulonnables qui eux sont a l’image de nos politiques , la honte de la France ...... 

  • Parlez moi d'amour Parlez moi d’amour 1er novembre 12:58

    T’es pas obligé d’aller à Intermarché !Le boulanger de ton bled serait content de te voir, le boucher aussi, le primeur aussi, le quincailler également, mais non, toi tu vas à l’inter et tu réprouves le fait qu’ils t’incitent à venir le 11 novembre !C’est comme pour ton boulot ! c’est comme pour ton président, etc etc etc.....

    Oh que j’aimerais aller voir le boulanger, le primeur, le quincaillier et l’épicier du bled ! Ils ont tous fermé boutique depuis que sept « grandes enseignes » ont raflé toute la clientèle de la communauté de commune qui les faisait vivre jusqu’à il y a quinze ans. Je n’y suis pour rien et si je veux bouffer je n’ai plus le choix. Le marché hebdomadaire se fournit au MIN, les chalands disparaissent au fil des années, je n’y suis pour rien, mais si je veux bouffer je n’ai plus le choix.


    • marmor 1er novembre 14:23
      @Parlez moi d’amour
      Désolé mon petit lapin d’amour, tu pourras repeter 50 millions de fois que tu n’y es pour rien, mais hélas, tu es, toi et tes concitoyens, responsable de la situation. Comme il n’y en avait pas assez d’une grande surface, et toujours plus de moutons qui en voulait, il en ont construit sept !! Si personne n’était allé dans la première, vous n’en seriez pas là, nous n’en serions pas là ! Maintenant il faut assumer, comme le cancéreux du poumon qui a fumé toute sa vie, alors qu’on l’avait prévenu !
      Fais un effort, amour, va à la ville voisine faire tes courses !
      Je vais t’expliquer comment je fais, moi, citoyen d’une commune de 60000 habitants avec cinq hypermarchés ! Pour le frais nous avons un marché de producteurs, et des maraîchers pas loin. Pour la viande, quelques bouchers, certes plus chers mais la qualité est au rendez-vous, le pain idem, alors, réfléchis et regarde autour de toi, il y en a sûrement aussi par chez toi !!

    • V_Parlier V_Parlier 1er novembre 22:14

      @marmor
      Mais c’est qu’il va nous donner des leçons en plus ! Tu crois qu’on va faire 50 kilomètres pour faire les courses, tout ça parce-que des grapilleurs de bouts de chandelles (dont je ne fais pas partie) ont contribué à l’essort des grandes surfaces tout en réclamant un bon salaire ? Trouve les donc toi même, les vrais responsables, en te postant devant l’entrée d’un hypermarché un dimanche d’ouverture ! Là tes reproches seront utiles !


    • jeanpiètre jeanpiètre 1er novembre 23:53

      @marmor

      Tout comme le salarié se sentant pressurisé à toujour le voix de ne pas travailler . C est un peu simpliste comme raisonnement


    • samuel 2 novembre 10:46

      @marmor

      La logique de la responsabilité individuelle est d’une connerie telle !

      Alors oui, ceux qui peuvent « voter » par leur comportement individuel le font. 
      Ils le font parce qu’ils le peuvent. Ils ont les moyens, le temps, l’éduction nécessaire, etc...

      Les autres suivent et je pense qu’on ne peut pas les blâmer de ne pas faire 50km pour manger, parce qu’ils n’ont ni les moyens, ni le terrain pour faire pousser leur légume, ni le temps d’entretenir ce jardin etc...

      Mais il y a toujours des gens pour dire, « moi je peux » donc les les autres le peuvent...
      C’est le propre des demi-habiles de ne voir que leur nombril...

    • marmor 2 novembre 14:40
      @V_Parlier
      en te postant devant l’entrée d’un hypermarché
      Et qui je vais rencontrer ? Toi, avec ton caddie.
      Le Leclerc est à 800 mètres de chez moi, et sur le chemin, à 400 mètres de chez moi, il y a un maraîcher indépendant, d’après toi, chez qui je me sers ?
      A 1 kilomètre, il y a une coopérative de bouchers/éleveurs, d’après toi, chez qui je me sers ?
      Mais peut-être que j’habite chez wonderfull word, que chez moi c’est pas comme ailleurs.... Allez, bonne bourre !
      Ah, au fait, comme tu as l’air d’aimer le poisson, va chez Picard, sitôt pêché, sitôt congelé, pas comme ton inter qui vend que de la merde qui a traîné deux semaines dans la glace du chalutier !
      Allez, Monsieur De La Fonction Publique, à la revoyure !

    • marmor 2 novembre 14:46
      @jeanpiètre
      T’as raison, c’est très simpliste comme commentaire . Non, tu vois, il lui reste le choix de chercher un autre job . Mais bon, je dois être trop con pour penser de la sorte ....

    • V_Parlier V_Parlier 2 novembre 14:49

      @marmor
      « Mais peut-être que j’habite chez wonderfull word, que chez moi c’est pas comme ailleurs... »
      -> Tu as tout deviné ! D’ailleurs d’autres t’ont déjà fait cette remarque et tu viens de confirmer.
      Et Picard ce n’est pas une chaîne de grandes surfaces, peut-être ? Superbe bottage en touche !

      PS : Je n’ai jamais travaillé dans la fonction publique et je ne me suis jamais gêné pour la critiquer, Monsieur le Directeur. Un peu trop de projections et de suppositions qui tiennent lieu d’arguments.


    • marmor 2 novembre 14:54
      @marmor
      Ah, j’oubliais !! Après le Leclerc (300 mètres) il y a un producteur de pommes, il propose le kilo à 1 € toute l’année, pour les tatins c’est super.
      La baguette de 200 grs chez Leclerc : 0.90 € soit 4.50 € le kilo, mon boulanger me vend son pain de campagne fait maison tous les matins au même prix !! En plus, il fait juste un kilo et se conserve au moins 5 jours ! Mais sûrement que mon boulanger est un extra-terrestre !

    • marmor 2 novembre 15:00
      @V_Parlier
      Je n’ai jamais travaillé dans la fonction publique
      Désolé, j’ai confondu avec un autre contradicteur qui lui est fonctionnaire.

    • V_Parlier V_Parlier 2 novembre 15:05

      @marmor
      « Non, tu vois, il lui reste le choix de chercher un autre job »
      -> Il y en a qui feront moins les malins quand ça leur arrivera et qu’ils devront finir caissier après s’être fait jeter de leur poste de « performant » ou après que leur micro-entreprise (ou autre machin néo-ubérisant) ait fait faillite. (Ca se transpose bien sûr à d’autres niveaux selon le contexte. On replace « caissier » par : « un boulot qui n’a plus rien à voir avec ce qu’on faisait et qu’on prend parce-qu’il n’y a plus rien d’autre, l’employeur le sachant très bien et ne cherchant donc pas à être spécialement conciliant »).

      Comme je devine les capacités d’anticipation pseudo-extra-sensorielles de certains contradicteurs, je précise que je ne suis pas dans cette situation (ni dans la fonction publique, n’est-ce pas ?) mais que je suis parfaitement conscient du fait que ça arrivera à bon nombre d’entre nous d’ici une dizaine d’années. Rappelons que l’objectif est de devenir un « low cost country », seul moyen de survivre (et de récupérer de l’emploi industriel) en situation imposée de « libre échange » mondial. Sinon tout le monde dans le privé finira caissier ou serveur, avec offres dont les salaires seront aux enchères (enchères inversées, évidemment). On peut même imaginer que pour décrocher un poste il faudra faire comme les candidat(e)s de castings... Mais ça, y’a qu’à se débrouiller, hein ?


    • marmor 2 novembre 15:28
      @V_Parlier
      Il y a deux façons de voir le verre : à moitié vide ou à moitié plein...
      à moitié vide : désespoir
      A moitié plein : espoir
      Dans mon métier, j’ai démarré en bas de l’echelle. Chaque fois que je voulais monter et que l’on m’en empêchait, je partais. Oui, je sais, c’était mieux avant, plus facile, plein emploi, bla bla.
      Je suis revenu sur le marché du travail il y a deux ans, lassé des charges exhorbitantes sur les entreprises. J’ai été embauché immédiatement en CDI pour mon expertise dans le metier, par un patron de 30 ans mon cadet, et pour un salaire plus que confortable.
      Ceci justifie mon premier commentaire sur l’article et la caissière qui ne sait rien faire d’autre et se plaint de travailler. Voilà, voilà .Je n’ai rien à prouver à qui que ce soit, je dis juste ce que je pense, et depuis longtemps.

  • babadjinew babadjinew 1er novembre 19:08

    Merci de votre plume, de la pertinence de votre article, et, aussi, de votre retenue. L’enfer que vous décrivez ne semble pourtant affecter d’aucune manière les dinosaures d’un vieux monde caduque !


    La corde à force d’être trop tirée finira par ce rompre, pas la peine d’avoir un bac +17 pour savoir cela. Ce jour la, fonctionnaires, employés, ouvriers, cadres privés ou publiques, même employeurs se rendront compte qu’a force de PEUR et d’égoïsme ils auront trop loin poussé le bouchon et chacun d’entre nous payera un prix qui n’aura rien de monétaire...... 

    Triste humanité infoutu de changer de logiciel ce malgré des technologies ultras efficientes ! 

    Wake Up !!

  • yvesduc 2 novembre 19:49

    Merci pour ce témoignage, hélas parfaitement complémentaire de l’enquête d’Élise Lucet / Cash Investigation. « 20% des patrons seraient des psychopathes, selon une étude » (La Tribune), et sont manifestement formés à l’être par les écoles de commerce…


Réagir