lundi 11 novembre - par GÉOPOLITIQUE PROFONDE

La récession est déjà là : quelle place pour l’or et l’argent   ?

«  Encore un prophète de malheur, ça fait 10 ans qu’on nous parle de crise  ». C’est vrai. Mais quelle est la différence entre une crise et une récession  ? Quelle est la conséquence réelle sur votre condition individuelle  ? Vous pensez peut-être que vous ne serez pas impactés par des biens et des services de plus en plus chers  ? Par des moyens de transport saturés et inefficaces  ? Par des impôts directs et indirects de plus en plus élevés  ?

Vous avez remarqué que les prévisions de croissance sont quasi nulles. Cela fait des décennies que l’économie hétérodoxe a donné les clefs de compréhension d’une croissance limitée dans un monde fini. Ce paradigme décroissant n’est pas adapté à tout le monde, personnellement si je stagne je risque de vite m’ennuyer, mais l’idée aurait quand même dû être prise plus au sérieux pour anticiper et créer les outils permettant de mieux adapter l’économie aux phénomènes actuels, mais passons. Dans ce contexte de récession au mieux et de crise financière au pire, il n’existe plus aucun moyen de préserver nos épargnes de la dangereuse inflation et des taux négatifs qui volent discrètement des pans entiers de salaires durement gagnés. Sachez-le, si vous avez de l’épargne, il est risqué de conserver tout votre argent sur un compte en banque.

Au mois de septembre 2019, les craintes d’une récession à venir se sont intensifiées. Selon l’enquête mensuelle menée par le Wall Street Journal, 42,5 % des économistes et analystes sondés pensent qu’il y aura une récession en 2020 et 35 % en 2021. Un autre indicateur calculé par la Réserve fédérale de New York (la plus importante des 12 banques constituant la Réserve fédérale des États-Unis) indiquait à la même date une probabilité de 38 % d’une récession sous 12 mois.

Les probabilités de récessions à venir sont chiffrées par les instances américaines de référence :

 

En rouge les prévisions de récession à venir en pour cent. À comparer avec la crise de 2008 et les crises des années précédentes.

En rouge les prévisions de récession à venir en pour cent. À comparer avec la crise de 2008 et les crises des années précédentes.

 

 

L’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) a quand a-t-elle révisé à la baisse ses prévisions de croissance des échanges de marchandises à 1,2 % pour 2019 contre 2,6 % au printemps dernier.

La dette totale des entreprises du secteur non bancaire est établie à environ 51 000 Md $ en 2019 contre 34 000 Md $ en 2009, une somme considérable qui réduit fortement leur capacité à rembourser et à payer les intérêts, selon le FMI. Comment cela peut-il se finir sinon par des faillites à effet domino  ?

Ces perspectives de mauvais augures sont à coupler avec les chiffres décevants qui se sont multipliés en septembre dernier, principalement dans le secteur manufacturier avec des indices de confiance des directeurs d’achats très nettement inférieurs aux attentes, notamment en Allemagne et aux États-Unis. Depuis septembre/octobre 2019, une récession est d’ailleurs enclenchée en Allemagne, la première puissance économique de l’Union européenne. Rien que ça. Sachant que la zone euro est largement tirée par l’économie de ce pays, je vous laisse imaginer les conséquences de cette baisse d’activité sur les autres pays membres de l’UE.

En Chine, les exportations ralentissent lentement mais sûrement et la production industrielle croît bien en deçà des attentes. Le ralentissement chinois va certainement s’accroitre le temps que la société restructure fondamentalement l’économie du pays vers le marché intérieur et vers les nouvelles routes de la soie, ce qui va prendre des années.

L’économie mondiale décroit en conséquence de la guerre commerciale, mais pour des raisons plus structurelles de démographie, d’absence de croissance dans l’économie réelle et des limites de l’ingénierie financière (QE, taux négatifs…) : la question de la récession généralisée est déjà dans tous les esprits.

 

 

Et les métaux précieux or et argent dans tout cela  ?

Depuis que les États-Unis ont retiré l’étalon-or adossé au dollar en 1971, la devise américaine a perdu 82 % de sa valeur et 31 % de son pouvoir d’achat depuis 2000.

 

 

Plus impressionnant encore, depuis que la Réserve fédérale (banque centrale américaine) a été créée en 1913, le dollar américain a perdu 95,6 % de son pouvoir d’achat. En fait, toutes les monnaies ont chuté de 97 à 99 % par rapport à l’or au cours des 100 dernières années.

 

local/cache-vignettes/L650xH382/currencies-v8627-3b88a.jpg

 

Ainsi, vous avez compris qu’il ne reste plus que quelques petits pour cent avant que les papiers-monnaies ne perdent toute leur valeur. Ceci alors que sur la même période, les métaux précieux ont maintenu leur pouvoir d’achat par rapport au dollar, la devise de référence internationale. Mieux encore, l’or a littéralement explosé, suivi timidement par l’argent, et ce n’est rien comparé à ce qu’il se passera en cas de panique bancaire (bank run).

Il suffirait d’une seule faillite d’une banque majeure pour que tout le monde aille retirer son argent de sa banque ce qui entrainera un krach financier, car l’argent virtuel sur les comptes bancaires est tout simplement bien plus conséquent (90 % environ) que l’argent fiduciaire en espèce (10 % environ). Ce qui revient dire que l’épargne ne pourra pas être retiré. Essayez d’obtenir de la banque votre épargne en liquide dès aujourd’hui et vous comprendrez déjà, avec les étapes et les interrogations que cette action suscitera, qu’aucune banque n’est en capacité de fournir l’argent (le vrai, le physique) de ses clients.

Pour toutes ses raisons, l’or et l’argent métal sont des actifs à privilégier en cette période de récession et de taux négatifs. Finalement peu importe que tout cela finisse par une grande crise ou par une transition douce : la situation économique et financière ne peut pas s’améliorer en l’état actuel des choses. Il s’agit donc d’agir ratonnellement en conséquence.

 

Franck Pengam, le 10/11/19.

 

Pour en savoir davantage sur l’or et l’argent, recevez ici un avant-goût (23 pages) du e-book à venir : «  Géopolitique de l’or : le métal jaune au cœur du système international  ».



18 réactions


  • San Jose 11 novembre 13:09

    Je suis d’accord pour l’or, mais beaucoup plus réservé pour l’argent. 

    Après un bond spectaculaire en 2010 ou 2011 de 300  400 euros à plus de 1000 euros le kilo, l’argent est retombé entre 400 et 500 depuis près de dix ans sans paraître s’en extirper. 

    Il ne faut pas négliger le côté psychologique. L’or reste l’or. L’or est beau. L’or fascine. L’argent, pas du tout. C’est gris, comme la ferraille, ce n’est pas sexy. Pour ne pas crever en période de très graves troubles, ou pour corrompre le gestapiste qui vient vous arrêter, quelques napoléons peuvent faire l’affaire. Avec des Semeuse et des Hercule, vous pouvez toujours essayer...


  • zygzornifle zygzornifle 11 novembre 15:37
    quelle place pour l’or et l’argent   ?

    Aucune pour les smicards et les petits retraités ....


  • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 11 novembre 15:45

    If faudrait faire la différence entre l’or papier et physique. Mais je crois que la plupart ont compris que vous parliez de l’or physique. Quelques remarques donc :

    - Certains évoquent que nous vivons la bulle des bulles (mother of bubbles) dans laquelle tout est sur-évalué (le prix des logements à comparer aux salaires, le prix des actions à comparé à la santé financière des sociétés cotées... etc)
    Pourquoi l’or ferait exception et serait encore en dehors de la bulle ? Et si l’or était déjà sur-évalué lui aussi ?

    - Il faut voir aussi l’or d’un point de vue géostratégique : les gouvernements occidentaux n’achètent pas d’or. La Chine, la Russie et l’Inde en achètent à tour de bras. A supposer un effondrement (l’évènement sur lequel misent les possesseurs d’or) on peut supposer que l’occident cherchera logiquement à bâtir un nouveau système basé sur tout sauf de l’or (une cryptomonnaie par exemple) or je pense que que je suis lu par des occidentaux. Et si le nouveau système se fera sur de l’or on ira vous le confisquer comme d’habitude.

    - L’or prendrait de la valeur si le papier monnaie perd totalement la sienne. Mais depuis dix ans tout le monde fait l’autruche et apparemment cela a fort bien marché. Du PDG à l’employé en passant par le fonctionnaire... aucun acteur économique n’a intérêt à arrêter la musique. Alors pourquoi pas encore dix ou vignt ans à se lamenter de la fragilité de tout ? La monnaie et les banques (mal en point) sont deux choses différentes. Un bank run ce n’est pas une crise monétaire.

    - Enfin on peut trouver des dizaines d’ouvrages expliquant comment acheter de l’or, par contre il n’y en a pas beaucoup qui expliquent comment se passe la vente. Le prix de l’or c’est fixé à titre indicatif ! Grosse possibilité de mauvais calcul à la clé.

    Et avec l’or vous achèterez quoi si tout s’effondre ? Une lambo dans laquelle il n’y aura pas d’essence à mettre ? Un appart que personne ne sera capable de louer ?

    Bien évidement on peut spéculer sur l’or, et comme toute spéculation le secret c’est de na pas rater le timing du train de l’histoire qui semble toujours si évident à posteriori. En plus du prix de l’or il faut aussi considérer le cours du gogo. Comme j’entends parler d’or à droite à gauche, je me dis qu’il ne s’agit que de trouver des gogos pour faire monter les prix.

    Si je pouvais investir en quoique ce soit, je ferai l’impasse sur l’or intermédiaire et je crois que j’irai directement voir dans ce qui est local et indispensable à la fois.


    • doctorix doctorix 11 novembre 16:37

      @La Voix De Ton Maître
      Il n’ y a pas de cas depuis cent ans où la monnaie soit remontée par rapport à l’or. C’est ce qu’indique le graphique.
      Je ne vois pas comment on pourrait perdre.
      En revanche, je ne sais pas quel or acheter, pièces, lingots, ni quelles sont les frais et taxes.
      Ni où les acheter.


    • San Jose 11 novembre 18:36

      @doctorix
      .
      Déjà pour commencer, 11% de taxe forfaitaire à la revente, que vous ayez gagné ou perdu. 
      Possibilité cependant d’opter pour un régime d’imposition seulement du gain sous réserve d’une confortable durée de conservation. 
      On peut très bien perdre sur quelques années (il faut bien vendre un jour, on n’est pas éternel), même si sur cent ans on ne perd pas. 
      Le napoléon et bien d’autres pièces ont à peu près le cours du métal contenu. Si vous pouvez sans inconvénient acheter et vendre par tranches de 40 000 euros, le lingot est fait pour vous. Si vous préférez les tranches de 200 euros, c’est la pièce...


    • titi 11 novembre 19:12

      @doctorix
      Bonjour allez sur le blog de P.Jovanovic


    • GÉOPOLITIQUE PROFONDE GÉOPOLITIQUE PROFONDE 11 novembre 19:13

      @La Voix De Ton Maître J’ai bien spécifié or et argent métal bien sûr !

      Au niveau géopolitique, Inde, Chine, Russie, etc. vous saurez tout ici => https://bit.ly/36ZaFD1

      Concernant la vente je me suis rendu compte que malgré le fait que beaucoup de gens parlent du sujet, il y a très peu de précisions. J’ai déjà aidé pas mal de personne à ce propos donc je vais consacrer tous les mois de novembre et de décembre à ce sujet avec des articles et des vidéos. 

      Je vais répondre à tous vos points dans mes prochains articles : vous verrez que l’or ET l’argent sont déterminants.


    • GÉOPOLITIQUE PROFONDE GÉOPOLITIQUE PROFONDE 11 novembre 19:14

      @San Jose
      Il y a des moyens d’optimiser tout ça ;) Plus d’informations bientôt


    • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 11 novembre 20:17

      @doctorix

      L’or ne cesse de monter et baisser face aux monnaies tous les jours.

      Si vous voulez estimer l’or, autant le faire en parité de pouvoir d’achat sur une longue période (troisième graphe, la ligne rouge) et comme vous verrez cela monte et descend mais cela reste relativement stable. C’est pour cela qu’on dit souvent que l’or physique n’est pas un investissement mais une assurance du patrimoine.

      Vous trouverez des dizaines de guides sur Youtube, mais attention à bien faire fonctionner son esprit critique (surtout que l’on vous rachètera cet or à la gueule du client)

      @Gépopolitique Profonde
      je vais consacrer tous les mois de novembre et de décembre à ce sujet avec des articles et des vidéos. 

      Très bien c’est vrai que tout est un peu confus à ce sujet.


    • Odin Odin 11 novembre 20:44

      @doctorix

      Bonsoir,

      Où = CPoR Devises, BullionVault, le Comptoir National de l’Or

      https://www.capital.fr/entreprises-marches/achat-or-1348255

      Pour un achat, AMHA, attendre que le cours descende pour venir combler le GAP (laps de temps sans cotation) entre le 19/06/2019 et le 20/06/2019. Support à 1.340.

      https://www.boursorama.com/bourse/matieres-premieres/cours/_GC/


  • Kapimo Kapimo 12 novembre 04:45

    Il n’y aura plus d’épargne, notre amie Lagarde l’a affirmé, tout doit etre liquidé.

    Il faut juste acheter de l’action, nous dit-on, et on a raison (tant que ça pète pas) car il n’y a pas de limite à l’augmentation tant qu’on peut créer le flouze et l’injecter dans l’économie financière.

    https://brunobertez.com/2019/11/11/a-propos-de-la-fausse-alternative-de-lagarde-il-faut-choisr-entre-avoir-un-travail-et-voir-ses-economies-detruites/


  • Djam Djam 12 novembre 09:56

    @ l’auteur de l’article

    Non, ça ne fait pas 10 ans que l’on nous bassine avec « la crise », mais plus de 30... Coluche, l’humoriste burné des années 80 (rien à voir avec les petits esprits réduits et trouillards d’aujourd’hui qui rêvent juste de « faire star ») fut l’un des premiers à en parler dans ses sketches.

    Le concept de « crise » fonctionne comme le pseudo « trou de la sécu ». Une image forte qui ne cesse d’opérer sur les masses. L’économie n’est pas du tout un sujet compliqué à comprendre, ce sont les économistes médiatiques au service des élites hors sol qui s’ingénient à écarter le vulgum pecus des débats en arguant de la « compléxité » de l’économie.

    C’est l’invention de l’économie bancaire privée et ses multiples inventions artificielles (CDS et autres bons du trésor pourris, actions bidons, bulles gonflées par la spéculation...) qui ont totalement détruit le système initial au profit d’un brouillage qui ne rapporte in fine qu’aux mafieux qui cautionnent ce barnum financier mondial bidon.

    Nous vivons dans un monde matériel, pour le pire comme le meilleur, et l’or restera en effet toujours une valeur éternelle. L’étude des civilisations anciennes démontre aisément que de tout Temps, l’or fut et est toujours le pivot de stabilisation d’une économie saine, car concrète.

    Les banquiers sont des mafieux congénitaux. Le monde n’avait en aucun cas besoin de cette invention pour fonctionner, quoi qu’on en dise. Ce sont les usuriers (banquiers et autres profiteurs d’autrui) qui avaient besoin de cette invention. Captation totale du fruit de la sueur de ceux qui précisément créé de la richesse. Il fallait y penser, ces salopards l’ont fait.

    Lorsque le système explosera ce qui, tôt ou tard, se produira à l’évidence un peu comme dans le roman visionnaire de René Barjavel « Ravage », les hommes qui auront survécu à l’éclatement global recommenceront le cycle et pratiqueront, entre autres, le troc... système d’échange où l’usurier (le vampir) n’a pas sa place.

    Aujourd’hui, il est préférable en effet d’avoir de l’or pour se garantir des arrières.


Réagir