samedi 2 mai - par Laurent Herblay

Les nombreux côtés obscurs de la crise du coronavirus

Bien sûr, cette crise a le mérite de rappeler l’importance du service public et du local, mais outre l’accablant bilan humain des victimes communiqué tous les jours, bien de ses aspects provoquent des réactions inquiétantes. Par-delà, et du fait du choc économique le plus violent depuis 1929, elle suscite en effet une lecture et une évolution inquiétante de nos sociétés dans bien des domaines.
 
 
Les libertés individuelles variables d’ajustement
 
Bien sûr, cette crise a quelques conséquences positives, comme le fait de réhabiliter le service public de la santé, le local par opposition au global concentré à l’étranger, ou la planification à long terme. Mais bien d’autres aspects posent question. D’abord, il faut remettre à sa juste place le succès de certains pays asiatiques et bien veiller à ne pas ériger trop rapidement en modèle des pays qui n’en sont pas. La Chine est loin d’être exemplaire, à plusieurs titres. D’abord, l’épidémie en vient, dans des circonstances qui resteront probablement peu claires pour longtemps. Ensuite, il est de notoriété publique que le régime à une part de responsabilité dans son développement, les dictatures préférant souvent cacher la poussière sous le tapis, comme je l’avais indiqué dans mon premier papier sur le sujet. De plus, les statistiques chinoises restent et resteront probablement soumises à caution pour longtemps…
Publicité
 
Plus globalement, le caractère totalitaire de la Chine a montré de nombreuses limites trop souvent oubliées par certains commentateurs. Si les moyens numériques employés pour lutter contre l’épidémie peuvent impressionner, ils représentent une annihilation totale des libertés individuelles avec les autres mesures prises. Et cette façon de faire n’est malheureusement pas nouvelle dans l’Empire du milieu, qui a mis en place depuis longtemps un arsenal effrayant et totalement incompatible avec notre vision de la société. C’est pourquoi il vaut mieux regarder vers Taïwan ou la Corée du Sud pour des pratiques plus équilibrées, la cité-Etat de Singapour n’étant pas sans limites démocratiques non plus. A ce titre, il est frappant de constater que dans la panoplie de sa réponse, l’exécutif français s’est plutôt appuyé sur des mesures autoritaires, plus rapides à mettre en place, faute d’avoir su être colbertiste à temps.
 
Et ce qui est frappant en Europe, c’est de constater que certains pays qui ont davantage anticipé sur les autres moyens de lutte (masques, tests), ont mis en place des restrictions moins importantes des libertés individuelles, pour un meilleur résultat sanitaire, comme en Allemagne, avec environ cinq fois moins de morts que notre pays. Et avec les mensonges répétés de l’exécutif, comment avoir confiance dans la mise en place d’une application de suivi, sur laquelle la CNIL a émis des réserves, même en utilisant le Bluetooth plutôt que de la géolocalisation. Dans un contexte où Apple et Google disent collaborer pour aider la lutte contre la pandémie, certains cauchemars numériques totalitaires semblent proches. Il sera essentiel de rester vigilant, d’autant plus que le chef du groupe LREM à l’Assemblée « ne voyait pas comment un vote de l’assemblée apporterait quelque chose  » sur le traçage.
 
Un système économique qui a failli, mal sauvé et renforcé ?
 
Ce sera l’enjeu des années à venir tant le précédent de 2008 a montré comment un système qui a failli peut être sauvé à grand frais au dépend de la grande majorité, sans qu’il ne soit véritablement modifié au regard de la catastrophe qu’il a produit. Les promesses de changement de Macron en 2020 ont la même crédibilité que les déclarations à l’emporte-pièce de Sarkozy en 2009. Elles ne déboucheront sur rien. Point positif, les Etats interviennent massivement pour éviter un effondrement comparable à 1929 et certains aspects de ces plans sont bienvenus : je pense ici aux dispositifs de chômage partiel en France et en Allemagne, malgré leurs limites, a contrario du laisser-faire étasunien. Ils préservent mieux employés et employeurs et pourraient favoriser un rebond plus rapide après la fin du confinement, puisque bien des emplois auront été protégés, limitant ainsi l’effondrement de la demande.
Publicité
 
Mais il ne faut pas croire que les plans de soutien sont parfaits, loin de là. Il est clair qu’il y aura des effets d’aubaine et que l’utilisation massive des dispositifs de chômage partiel servira parfois uniquement à réduire les coûts, sans qu’il n’y ait de véritable besoin. On peut voir dans le retravail de son plan par SFR une telle manœuvre, d’autant plus que la téléphonie va très peu souffrir de la crise. Plus globalement, on peut craindre que les plans ne ciblent pas toujours les bonnes personnes et en laissent certains sur le bord de la route, notamment parmi les auto-entrepreneurs, mal protégés et dont la précarité du statut apparaît encore plus clairement. Il est aussi frappant de constater à quel point l’exécutif tarde pour donner un cadre clair sur la question des loyers commerciaux pour les entreprises été contraintes de fermer. Il ne serait pas juste que les bailleurs ne soient pas mis à contribution, fortement, comme même Dominique Seux, rédacteur en chef des Echos, l’admet. Encore une chose qui n’a pas été préparé…
 
Enfin, se pose la question des conséquences à plus long terme de cette crise. Comme en 2008-2009, les tenants du système sont déjà à la manœuvre, demandant toujours plus de déconstruction des droits sociaux et refusant toute hausse d’impôts, une ligne parfaitement acceptée par le gouvernement. Autant dire qu’avec une équation où dette et déficits se sont envolés et où les impôts ne devraient pas monter, il n’y aura pas de moyens supplémentaires consacrés au service public, y compris la santé, si ce n’est par de grossiers artifices. Encore une fois, le choc renforce le rejet du système par les citoyens. Mais nous pourrions encore une fois passer à côté de sa réforme s’il est sauvé sans être profondément remis en question. En outre, nous touchions à une fin de cycle économique et la récession est venue d’un choc externe et non purement interne, un scénario idéal pour éviter toute remise en cause.
 
En conclusion, si nous sommes nombreux à espérer que cette crise favorise un changement de modèle, qui tirerait les leçons d’une partie des erreurs du passé, comme en 2009, nous ne devons pas croire que cela sera facile. Déjà, les partisans du système actuel fournissent une grille de lecture et des propositions pour ne rien changer. A nous de développer la meilleure analyse de cette crise et de nous organiser pour gagner la bataille que nous avons perdu après la crise financière de 2008.


35 réactions


  • Arogavox Arogavox 2 mai 13:52

    « Apprenez que tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute. »

    ... par conséquent, on retiendra :

    "comment un système qui a failli peut être sauvé à grand frais aux dépens de la grande majorité, sans qu’il ne soit véritablement modifié au regard de la catastrophe qu’il a produit

    "


  • Un des P'tite Goutte Un des P’tite Goutte 2 mai 13:53

    L’idéal serait de se débarrasser de ce gouvernement et de tous les parasites qui l’accompagnent, mais comment ? Juridiquement, peut-être, des procédures commencent à poindre, ici et là. Ne dévoilons pas les cartes trop tôt.           

    Par la non-violence massive, peut-être, la violence ne fera que mettre au pouvoir d’autres fous dont seule la couleur extérieure changera, c’est le propre des révolutions.

    Quoique dans certains cas de défense, la violence ne sera sans doute pas évitable, hélas.

    Une chose est sûre : ces insupportables, nocifs, toxiques et nauséabonds ne méritent que la chasse d’eau. Excusez les propos crus mais trop c’est trop.

    Merci pour votre article, nous avons, nombreux, eu tout le temps de voir et d’étudier ce dont ils sont capables ...et incapables, et devons augmenter en conséquence nos vigilance et capacité à résister, puis à créer autre chose.


  • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 2 mai 13:59

    « En outre, nous touchions à une fin de cycle économique et la récession est venue d’un choc externe et non purement interne, un scénario idéal pour éviter toute remise en cause ».

    C’est donc la faute à pas de chance…

    Le choc externe en question n’en est pas un puisqu’il est la résultante d’une structuration interne poussée à l’extrême.

    Depuis plusieurs années, on sentait bien qu’il pouvait suffire d’un simple pépin anodin pour faire vaciller l’ensemble de ce système financiaro-économique connectée, interdépendant et flexible.

    c’est venu d’un virus comme ça aurait très bien venir d’autre chose.

    Qui se souvient du volcan islandais entré en éruption en 2010 et qui a laissé cloué au sol le transport aérien de l’hémisphère nord durant 3 semaines. Son grand voisin ayant un potentiel éruptif de 2 années...


  • pipiou4 2 mai 14:24

    Cette crise rappelle plutôt que l’Allemagne est l’exemple à suivre et que le Privé est plus performant que le Public.


    • Le421 Le421 2 mai 18:04

      @pipiou4
      Excellente celle-là !!
      Je la garde en réserve...
      On l’a vu avec le groupe Korian !!
      Pour les bonnes affaires, c’est Orpéa et son boss (Marian) qu’il faut voir...
      Le privé !!
      La blague du moment :
      Papy, tu te calmes, sinon je t’envoie chez Korian !!


    • OJBA 2 mai 20:59

      @pipiou4
      C’est vrai, ça. Quel dommage qu’elle ait perdu la seconde guerre mondiale


  • Julot_Fr 2 mai 14:44

    On pourrait etre plus clair sur le fait que le covid est une crise premedite dont le gouvernement francais est co-conspirateur avec pour objectif l’oppression du peuple : limitation de mouvement, surveillance, destruction de l’emploi des PME, vaccins, austerite => il faudrait rejeter toutes ces intiatives du gouvernement

    En plus, effectivement, le covid permet de masquer la responsabilite des banques centrales dans le mismanagement de l’economie qui nous amene au bord du remake de 1929.. dont il faut savoir que c’etait une crise organisee destinee a detruire les classes moyennes (voir « fruits of grasp » de Wayne Jett)


  • Samson Samson 2 mai 15:17

    « Ensuite, il est de notoriété publique que le régime à une part de responsabilité dans son développement, les dictatures préférant souvent cacher la poussière sous le tapis, ... »

    Un peu comme ici, quoi ! Parce que si « gouverner, c’est prévoir ! », en Marche vers Nulle Part, les « solutions » mise en avant par les managers de la start-up « France » se sont essentiellement limitées à une com’ souvent franchement mensongère et surtout destinée à pallier l’ampleur de leur impéritie.

    Et même en matière de com’, nos managers semblent loin d’être des flèches ! Alors même que l’atteinte de « lèse-majesté » à notre petit Monarc ci-dessus reprise en photo (merci pour le partage !) n’était lisible (Covid oblige !) que des rares personnes empruntant la rue où elle était affichée, nos autorités ont eu la bonne grâce d’en faire la pub et d’organiser le buzz en retenant en garde à vue une des co-locatrices de l’immeuble : c’est maintenant tout l’internet francophone qui leur en sait gré et se marre copieusement ! smiley smiley smiley


    • Le421 Le421 2 mai 18:08

      @Samson

      Ne demandez pas, en plus, aux sicaires du Roy (FDO*) de réfléchir avant d’agir !!

      *Rime avec « Gestapo » ? Pas encore, pas encore...


  • Eschyle 49 Eschyle 49 2 mai 17:23

    Et un motif supplémentaire de renvoi des politiciens français devant la Cour de Justice de la République ! (première partie)
    ...................................................................... ...............................................................

         April 30, 2020 ( LifeSiteNews ) – The French government has been notably restrained in their criticism of the Chinese Communist Party (CCP) ....................

    ...................................................................... ...............................................................

                 DÉBUT DE LA TRADUCTION
    ...................................................................... ...............................................................

        30 avril 2020 (LifeSiteNews) - Le gouvernement français a été particulièrement retenu dans ses critiques du Parti communiste chinois (PCC) pour avoir déclenché une pandémie sur le monde. Une raison possible de leur réticence est un fait unique et très embarrassant : ils ont essentiellement construit le laboratoire P4 de l’Institut de virologie de Wuhan dans lequel le coronavirus qui balayait maintenant le monde était recherché et dont il s’était échappé.

        Le fait que les Français aient livré le biolab clé en main à haut confinement en Chine est depuis longtemps connu du public, mais maintenant un journal allemand, le Frankfurter Allgemeine Zeitung, a ajouté des détails fascinants à l’histoire. Les informations privilégiées proviennent d’entretiens avec des scientifiques français directement impliqués dans l’effort.

         L’image qu’ils brossent des origines et des opérations du laboratoire est pour le moins inquiétante. Cela nous en dit beaucoup sur les raisons pour lesquelles nous sommes actuellement au milieu d’une pandémie.

         Le gouvernement français a accepté de construire un laboratoire ultramoderne à condition que des scientifiques des deux pays y collaborent sur des projets de recherche communs. Les Français devaient avoir une présence significative. Selon les termes de l’accord, pas moins de 50 chercheurs français devaient s’installer dans l’immeuble attenant au laboratoire, où ils travailleraient au quotidien.

        La construction du laboratoire de Wuhan a été achevée en février 2017. C’était un moment si important dans l’histoire des relations sino-françaises que le premier ministre français, Bernard Cazeneuve, s’est personnellement rendu à Wuhan pour la cérémonie de coupure du ruban.

        À la surprise et à la consternation des Français, cette cérémonie a marqué la fin effective du « partenariat de recherche » que l’ouverture du laboratoire devait inaugurer. Maintenant que la Chine disposait du laboratoire P4 et de la technologie qu’elle voulait, elle a rapidement renforcé son « partenaire » étranger et déchiré l’accord qu’elle avait signé.

        Aucun chercheur français n’a été autorisé à s’installer dans l’enceinte et à effectuer des recherches au laboratoire.

         La trahison chinoise n’a pas été remarquée par le gouvernement français embarrassé. Interrogée à ce sujet à la radio française, l’ancienne ministre française de la Santé, Marisol Touraine, a déclaré : « C’est vraiment dommage, car nous voulions partager nos connaissances. »

        À quoi on pourrait répondre : « Vous avez déjà partagé vos connaissances, au grand détriment du monde. »

         Un autre notable qui a assisté à la cérémonie de coupure du ruban était le Dr Shi Zhengli, qui est connue comme la « batwoman » de la Chine pour son travail avec les coronavirus de chauve-souris. Le Dr Shi a depuis longtemps une connexion française, ayant reçu son doctorat à l’Université de Montpellier en France en 2000. Dans la perspective de l’ouverture du laboratoire P4 de Wuhan, elle a reçu plusieurs mois de formation intensive au seul laboratoire P4 de France , le Jean-Mérieux-Lab situé à Lyon. Elle était celle qui, après l’envoi des Français, était censée s’assurer que le personnel était correctement formé aux protocoles de sécurité stricts des laboratoires P4 et veiller à ce qu’ils soient toujours soigneusement suivis.

        
    ...................................................................... ................................................................

                            À SUIVRE
    ...................................................................... ................................................................

     


  • Eschyle 49 Eschyle 49 2 mai 17:25

    Et un motif supplémentaire de renvoi des politiciens français devant la Cour de Justice de la République ! (seconde partie)
    ...................................................................... ...............................................................

         April 30, 2020 ( LifeSiteNews ) – The French government has been notably restrained in their criticism of the Chinese Communist Party (CCP) ....................

    ...................................................................... ...............................................................

                           SUITE ET FIN
    ...................................................................... ...............................................................
     

         Shi Zhengli a admis à Scientific American qu’elle s’était d’abord demandée si le coronavirus pouvait provenir de son laboratoire. Elle a été grandement soulagée, dit-elle, après qu’un examen minutieux de ses dossiers de recherche a révélé qu ’« aucune des séquences [du virus CCP] ne correspondait à celles des virus que son équipe avait échantillonnés dans les grottes de chauves-souris. »

         Mais il existe un autre groupe de coronavirus qui ne se trouvent pas dans les « grottes de chauves-souris ». Ce sont les nouveaux coronavirus que l’on ne trouve que dans le laboratoire P4 du Dr Shi parce qu’elle-même les crée. Depuis des années, elle utilise la technologie recombinante pour créer des coronavirus « améliorés » qui sont plus infectieux et plus mortels que leurs analogues naturels. L’objectif de cette recherche « Gain de Fonction » est, tout simplement, de créer des « superbactéries » à des fins de recherche. Le virus CCP semble être l’un d’entre eux.

         Puisqu’aucun chercheur étranger, français ou non, n’a été autorisé à mener des recherches au laboratoire du Dr Shi ou à examiner indépendamment ses dossiers de recherche, nous n’avons actuellement aucun moyen de vérifier directement qu’il en est ainsi. Et avec le Parti communiste qui « fait disparaître » ceux qui s’écartent de la ligne du Parti, aucun témoin chinois de ce fait n’est susceptible de se manifester. Cela pourrait bien leur coûter la vie. Quant au Dr Shi elle-même, la « femme chauve-souris » chinoise ne veut probablement pas devenir connue comme la peste chinoise.

         Plus de détails sur le fiasco du laboratoire français proviennent d’un livre intitulé France - Chine : Les Liaisons dangereuses de l’expert français sur la Chine, Antoine Izambard. Il déclare que les Chinois ont systématiquement écarté les Français dès le début de la construction du laboratoire. Une fois que les ingénieurs français ont remis les plans, les équipementiers chinois ont soudainement emménagé, réduisant les prix offerts par les fournisseurs français en faisant rapidement au dépens de la qualité et en utilisant des matériaux de mauvaise qualité.

         Des drapeaux rouges ont immédiatement commencé à être levés. La société française Technip, censée certifier que le laboratoire de Wuhan a été construit selon les normes du laboratoire P4 de Lyon, a refusé de donner son accord.

         Hervé Raoul, le directeur du laboratoire français P4 à Lyon qui a servi de modèle pour le laboratoire de Wuhan, a visité à plusieurs reprises l’installation quand elle était en construction, mais professe l’ignorance de ses opérations actuelles. Cela en soi est extrêmement préoccupant, car Hervé est répertorié sur le site Web de l’institut de virologie de Wuhan en tant que « directeur adjoint » du « comité consultatif scientifique du Center for Emerging Infectious
    Disease ». Pourtant, il dit maintenant simplement : « Il n’y a pas de chercheur français travaillant à Wuhan, et je n’ai aucune idée du fonctionnement du laboratoire. »

         Le seul Français à avoir eu accès au laboratoire de Wuhan depuis son ouverture est le microbiologiste René Courcol du CHU de Lille. Son travail consistait à superviser la bonne mise en œuvre des normes de sécurité en laboratoire et à certifier qu’elles étaient conformes aux directives internationales. Le site Web du WIV note que Courcol a visité le laboratoire P4 en mai 2018 pour « évaluer l’avancement des travaux de construction de contrôle de la qualité au laboratoire P4 de Wuhan ». Il aurait déclaré : « Il essaiera d’aider le WIV à créer un laboratoire national de biosécurité de haut niveau qui combinera la gestion de la biosécurité et le contrôle de la qualité à l’avenir. »

        Puisqu’à ce moment-là, le laboratoire recherchait des coronavirus dangereux depuis 15 mois, ce n’est guère rassurant. Aujourd’hui encore, plus de trois ans après son ouverture, le laboratoire n’est toujours pas accrédité par l’OMS. Le Dr Courcol n’a fourni aucune explication sur la raison pour laquelle il pourrait en être ainsi et, ce qui n’est peut-être pas surprenant dans les circonstances, refuse les demandes d’entrevue.

         En d’autres termes, depuis le début, le laboratoire Wuhan P4 n’a pas respecté les normes internationales. Selon Izambard, cela signifie que « la manipulation par le laboratoire de Wuhan de matériel hautement contagieux n’a jamais été correctement assurée ».

         Étant donné le désastre pour les Français que le laboratoire P4 de Wuhan est devenu, il vaut la peine de se demander pourquoi ils se sont lancés en premier lieu. Comme tant d’autres entreprises publiques et privées qui ont échoué en Chine, c’était un effort pour accroître le commerce avec le géant communiste.
        Ajoutez à cela le fait que la France avait déjà des liens commerciaux étroits avec Wuhan, puisque plus de 100 entreprises françaises y faisaient des affaires.

         Le décor a été préparé pour le fiasco du laboratoire P4 en 2003 lors de l’épidémie de SRAS, lorsque le leader chinois Jiang Zemin a approché Jacques Chirac pour l’aider à construire des biolabs à haut confinement. En réponse, le président français a autorisé l’exportation de quatre biolabs mobiles à confinement moyen, ou laboratoires P3. Il l’a fait contre l’avis de son propre ministère de la Défense, qui a fait valoir que tous les laboratoires P3 existants en Chine étaient sous le commandement et le contrôle directs de l’Armée populaire de libération et étaient utilisés à des fins militaires.

        L’autorisation du président français de construire un biolab P4 à Wuhan a rencontré une opposition encore plus féroce, cette fois non seulement de son propre ministère de la Défense et des services de renseignement français, la DGSE, mais aussi d’autres États membres de l’Union européenne et des États-Unis. Les États-Unis s’étaient toujours opposés à l’aide à la Chine pour créer un laboratoire P4 et au transfert de la technologie sensible requise pour son fonctionnement, en raison du risque que l’installation puisse être utilisée à des fins militaires.

         Je terminerai avec ceci. Six mois avant l’ouverture officielle du laboratoire P4, l’ambassadeur de France en Chine s’est rendu à l’Institut de virologie de Wuhan et a décerné une médaille au Dr Shi Zhengli.

        Le Dr Shi a obtenu une médaille. Le reste d’entre nous a le virus Corona.

        Steven W. Mosher [ @StevenWMosher ] est le président de « Population Research Institute » [ https://fr.theepochtimes.com/author/steven-w-mosher ]
    ...................................................................... ................................................................

                     FIN DE LA TRADUCTION
    ...................................................................... ................................................................

     


    • Arogavox Arogavox 2 mai 19:02

      @Eschyle 49
      très instructif !

      " le président français a autorisé l’exportation de quatre biolabs mobiles à confinement moyen, ou laboratoires P3.

      l l’a fait contre l’avis de son propre ministère de la Défense,

      qui a fait valoir que tous les laboratoires P3 existants en Chine étaient sous le commandement et le contrôle directs de l’Armée populaire de libération et étaient utilisés à des fins militaires.

      "


      ... mais puisqu’un jupiter nous jure ses grands dieux que la ’démocratie’ règne en France ...

  • Rinbeau Rinbeau 2 mai 17:52

    Si ce président ainsi que son gouvernement sont le virus, l’épisode des gilets jaunes qui a duré un an et demi a proposé à toute la France et à Paris la rebelle de se débarrasser de ces imposteurs, de les chasser du pouvoir. Ils ont imaginé une république plus citoyenne, voire une 6ème république, une démocratie plus directe en commençant par le RIC et le tirage au sort de volontaires pour contrôler les institutions. Que n’ont-ils pas été entendus avec le vacarme qu’ils ont fait ! Paris la rebelle assiégée par la province samedi après samedi ! Mais Paris claquemurée derrière ses égoïsmes, sa lâcheté ! Paris ! Rebelle d’un jour, bourgeoise toujours ! Or cette révolte a mise en lumière la violence du virus Macron et sa contagion des sphères régaliennes (politiciens, technocrates banquiers, journalistes etc..). Son mépris absolu du peuple en général, sa volonté de briser ce qui fait sa spécificité, son obsession à le mettre au pas. Nous étions donc prévenus de son endurance à profiter de toutes les opportunités pour nuire à notre devise, liberté égalité fraternité, qui s’oppose globalement aux intérêts de la classe à laquelle il appartient. Nous avons beaucoup parlé et pas agi ! La France ne s’est pas soulevée ! Chacun a encore trop à perdre, roué pour son petit confort ! Et attend de l’autre qu’il prenne les risques à sa place. L’occasion était belle, le bonheur était dans le pré, c’est trop tard il a filé !


    • Le421 Le421 2 mai 18:11

      @Rinbeau
      Personnellement, je n’ai RIEN oublié.
      Je laisse aux poissons rouges le défaut de mémoire.
      Ce qui est terrible avec internet et l’informatique, c’est cette terrible qualité.
      Se souvenir, en images, en paroles, en vidéos.
      Et c’est accablant.
      RV en 2022... Putain, deux ans !!  smiley


    • Arogavox Arogavox 2 mai 19:11

      @Rinbeau

       encore faudrait-il agir avec les moyens, les capacités et l’expérience acquise à notre époque ...  
        
       Se contenter de votes à main levé, ou équivalents, ne serait pas une simple erreur mais une faute inexcusable, un faux ’remède’ encore plus inquiétant et dangereux que le mal prétendument combattu ...


    • Rinbeau Rinbeau 2 mai 19:47

      @Arogavox
      Il aurait surtout fallu que la France se soulève en masse !
      Mais comme je le mentionne plus haut, il y a bien longtemps qu’elle n’en est plus capable ! Les gens ne crèvent pas encore suffisamment de faim !
      Mais ça ne saurait tarder !
      En attendant continuons à palabrer.. 


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 2 mai 19:57

      @Rinbeau

      C’est beau les humanistes comme vous.


    • Rinbeau Rinbeau 2 mai 20:12

      L’heure n’est plus à l’humanisme malheureusement, mais au pragmatisme !
      Ce mot a tellement été galvaudé depuis les lumières qu’on ne sait plus ce qu’il signifie dans le contexte d’aujourd’ hui !
      Bien qu’il continue à avoir ses lettres de noblesse si je puis dire ! 


    • Arogavox Arogavox 3 mai 14:03

      @Rinbeau
       Et vous-mêmes , que faites-vous donc d’autre ici que de palabrer ?

       à quoi rime votre exhortation creuse à ce que « la France » se soulève en masse ?
       Que veulent dire ces mots ?  Et comment, pour votre part personnelle personnelle, se traduisent-ils ?? 
        Passé votre rêve de soulèvement, quelles perspectives apportez-vous pour une contribution active susceptible de rendre pérennes les visées de démocratie à long terme ?
         « il aurait fallu »  :   ??  décrété par qui ? prouvé par quoi ? 

       Pour ma part, la piste que je propose est déjà balisée, étayée par tout un TRAVAIL d’argumentations, présentations, structurations, suggestions concrètes et citoyennes : une contribution sans prétention, mais constructive et ouverte, qui passe, outre par des briques concrètes de codage informatique montrant la faisabilité de ce qui est suggéré ...
        
       Pourquoi ne dévoilez-vous pas ici, à votre tour, vos efforts constructifs pour agir vous même autrement que par du palabre ?
        


  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 2 mai 21:04

    COVID-19

    Tout est bien expliqué dans mes trois articles qui attendent dans « l’Espace de modération » depuis le 30 avril.


  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 3 mai 04:44

    Derrière le « coté obscur », il y a ceux qui ont peur du véritable changement. 


    TOUT SUR LE CORONA-POLITIQUE :
    Voir ces trois articles.

    REFUSER DE PUBLIER MES ARTICLES REVIENT A EMPÊCHER LE CHANGEMENT !


  • Heinz 3 mai 14:38

    Vous avez certainement raison sur plusieurs points. Mais globalement l’état français prélève déjà trop d impôts, trop de charges. Le résultat est Qu une caissière en Suisse touche 3700€ par mois et en France le DNIC.

    La solution n est pas d augmenter la pression fiscale. Il faut arrêter ces dépenses insensées tél guerres inutiles, armement, confinement, qui en fait partie aussi, car il coutera des milliers de milliards à l UE. Des pays n ayant pas confiné comme la Suède, la Hollande, le Brésil, Bélarus.... ont bien moins de morts par million d’habitants que la Belgique, la France, lEspagne, l Italie et l Allemagne.


  • nono le simplet nono le simplet 4 mai 08:41

    nan .... la Suisse !

    pour la Belgique, merci pour l’info ... reprise le 04/05 ... o dc le 19/05 ? ouais ... peu probable ...


Réagir