mercredi 20 mai - par Laurent Herblay

Les plans d’aides révélateurs d’Air France et Lufthansa

Le confinement du monde frappe durement le monde du transport aérien, qui, après avoir été contraint de faire voler ses avions à vide pour garder ses créneaux, affronte un effondrement de son marché calamiteux, à même d’envoyer toutes les entreprises du secteur vers la faillite. Logiquement, les Etats interviennent pour sauver leur champion national. Leurs plans sont très révélateurs.

 

Quand Paris en demande trop et pas assez
 
Il est assez impressionnant de constater la différence de logique du plan de Paris pour Air France et de celle de Berlin pour Lufthansa, même si ce dernier est encore en cours de négociation. De notre côté du Rhin, la compagnie aérienne obtient 7 milliards de prêts pour passer la crise, 3 directement prêtés par la France et 4 prêté par un syndicat de 6 banques, avec une garantie à 90% de l’Etat. Pour le coup, la France ne mégote pas et vient à l’aide de son champion en prenant un vrai risque. Une seule contrepartie demandée, par la voix du ministre de l’économie : « devenir la compagnie aérienne la plus respectueuse de l’environnement  », après les protestations de certains contre l’aide à une entreprise dont l’industrie ne l’est pas vraiment. En Allemagne, Lufthansa négocie depuis des semaines un plan d’aide de 9 milliards d’euros qui pourrait comprendre une nationalisation partielle avec montée au capital de 25%.
 
Peut-on faire plus révélateur comme plans ? Le contraste est saisissant. En France, nos dirigeants sont prêts à avancer des sommes considérables (Air France ne vaut plus qu’1,7 milliard en bourse, et ne valait guère plus de 4 milliards avant la crise) sans la moindre contre-partie au niveau capitalistique, et donc sans la moindre perte supplémentaire pour les actionnaires actuels. En Allemagne, l’Etat entend entrer au capital avec une minorité de blocage en contrepartie de l’aide apportée. Comme trop souvent, Berlin défend sans doute mieux les intérêts du pays, y compris contre les actionnaires de ses entreprises nationales. Etant donnée la valorisation d’Air France et les montants prêtés à la compagnie, il serait légitime que l’Etat monte au capital de l’entreprise significativement en contrepartie. Mais encore une fois, l’Etat français se montre trop complaisant et trop généreux à l’égard des actionnaires…
 
La contre-partie demandée, « devenir la compagnie aérienne la plus respectueuse de l’environnement  » est, pour le coup, une demande de trop, même s’il y a fort à parier que cela ne soit qu’une annonce qui ne sera pas suivie des faits. Bruno Le Maire nous a habitué à ne pas tenir ses promesses, comme sur la taxe GAFA. Mais sur le fond, il est tout de même assez effarant pour des politiques de dicter, en contre-partie d’une aide, des choix pour l’entreprise. Bien sûr, rendre le transport aérien plus respectueux de l’environnement est plus que souhaitable. C’est nécessaire. Mais cela ne peut pas être fait en demandant seulement au champion national de l’être plus que les autres compagnies. Même si ce n’est qu’un affichage, la méthode est absurde. Pour rendre le transport aérien plus respectueux de l’environnement, la France doit modifier les règles de fonctionnement du marché, sur notre territoire, ou plus.
 
Demander à Air France de faire plus que les autres risque de rendre la compagnie moins compétitive, de lui faire perdre des clients, et de renforcer ses concurrents, même s’ils sont plus polluants. Pourquoi Air France devrait arrêter, seule, de desservir certains aéroports, laissant alors à des compagnies étrangères une position plus confortable, avec moins de concurrence, et probablement plus de profits ? Pour changer cette industrie, il faudrait sans doute introduire une taxe sur le kérosène proche de la TIPP, en agissant pour éviter une concurrence déloyale d’autres pays. Idéalement, la mettre en place à l’échelle de plusieurs pays européens, le tout de manière progressive, mais planifiée, permettrait de pousser le secteur à devenir plus respectueux de l’environnement tout en équilibrant notre fiscalité.
 
Décidément, cette crise est un condensé des erreurs de nos dirigeants, et les comparaisons avec l’étranger sont bien cruelles pour l’exécutif. Entre une propension à donner beaucoup, sans rien obtenir, tout en épargnant des actionnaires décidément choyés depuis l’élection de Macron, tout en demandant trop à l’entreprise aidée, l’exécutif montre une nouvelle fois son incohérence et son incompétence.


18 réactions


  • hans-de-lunéville 20 mai 10:21

    Bonjour, je suis l’affaire Brussels-airlines qui est du groupe Lufthansa, LH refuse de payer, donc c’est l’état Belge qui va assurer le sauvetage (peut être...) en donnant des milliards sans avoir le droit d’y mettre des conditions........ un monde shadock et faux culs.


  • dimitrius 20 mai 11:17

    L’auteur est un guignol , taxer le kérosène alors que tout les pays du monde entier s’y refusent , pour le coup c’est la faillite assurée et quid des salariés de l’entreprise. Encore un qui croit que la France peut rester dans une bulle isolée du reste du monde.


    • jacques 20 mai 11:36

      @dimitrius
      taxer le pétrol des navions est un minimum de bon sens, si cela ne plait pas il sera simple d’aller prendre le navion à New York


    • jacques 20 mai 18:13

      @dimitrius
      non, un navion emporte le carburant pour son voyage, il ne peut stocker.


  • titi 20 mai 11:19

    @L’auteur

    Ce sauvetage d’Air France est un vrai scandale.

    Tous les 20 ans l’Etat remet au pot des sommes considérables, sans qu’aucun effort de compétitivité ne soit fait.

    Ces milliards ne vont pas aller au sauvetage du transport aérien battant pavillon Français. Ces milliards vont aller pour préserver des avantages sociaux du personnel navigant d’un autre temps


    • machin 20 mai 17:30

      @titi

      "Ces milliards vont aller pour préserver des avantages sociaux du personnel navigant d’un autre temps

      "

      C’est pas beau la jalousie, et en plus ça aigri...

      Trois solutions :
      -Soit vous vous remuez le cul pour votre salaire et vos avantages
      -Soit vous bossez un peu, vous passez votre brevet de pilote

      -Soit vous restez confit dans votre jalousie et votre impuissance...

      A toujours vous lire, c’est le plus facile pour vous.


    • titi 20 mai 18:44

      @machin

      Air France est un anachronisme.

      Les « sauvetages » il y en a tous les 20 ans, pour une compagnie qui vend des billets très chers et qui n’apparait dans aucun palmarès international sauf... le traitement des réclamations. 

      Ce n’est pas une entreprise de transport.
      C’est un musé où végètent des dinosaures.


    • P1000 Thunder King Cyrus de cylonie 20 mai 18:57

      @titi

      c’est joliment dit :)

      Ce n’est pas une entreprise de transport.

      C’est un musé où végètent des dinosaures.

      mais a choisir je prefere me faire « predaté » par ceux de jurasique park , 
      plutot que par des « rond de cuir aussi ventripotent qu’ incompétent » ...

    • titi 20 mai 19:08

      @Cyrus de cylonie 

      « mais a choisir je prefere me faire « predaté » par ceux de jurasique park , 
      plutot que par des « rond de cuir aussi ventripotent qu’ incompétent » ...  »

      Alors ouvrez une cagnotte leetchi, vous serez libre de participer. :)


    • P1000 Thunder King Cyrus de cylonie 20 mai 19:11

      @titi

      camarche pas je suis boxeur smiley


  • Spartacus Spartacus 20 mai 13:50

    Les 2 plans sont foireux.

    Le ministre Lemaire est caution personnelle ? Non ? 

    Il a demandé a ce que sa retraite soit indexée sur les futurs résultats de Air France ?

    Non ?

    Cautionner des Prets avec l’argent des impôts des autres, ces étatistes qu’ils sont fort. Et puis quand Air France pourra plus les rembourser et en cessation, ils sera plus là l’Enarque pour assumer..

    L’état à 25% du capital de Lufthansa.

    Les salaires des fonctionnaires Allemands vont être indexées sur les résultats des capitaux de l’état ? Non ? Si la société fait des bénéfices, les contribuables vont recevoir des dividendes ou seulement les fonctionnaires Apparatchiks du ministère une prime ?

    Acheter des parts sociales avec argent des contribuables, qu’ils sont forts, ces fonctionnaires Allemands. Avec l’état actionnaire, comme à la SNCF, on se fout du service client, comme chez Renault, c’est les syndicats les patrons et la faillite assurée et plein de fonctionnaires payer a regarder les avions voler.

    Normalement les 2 compagnies vont crever. C’est l’état...

    Les méchants capitalistes de Ryanair ont 1 milliard de cash. Ils ont pas demandé a un état de les soutenir.

    Heureux contribuables Irlandais qu’on ligote pas de dettes ou cautions à la con à des canards boiteux étatisés..


  • joletaxi 20 mai 17:29

    heu... je lis que le personnel naviguant de Luftansa « abandonne »40 % des salaires.

    Brussel airmachin : les pilotes abandonnent 50 % de leur salaire jusqu’à 2023.

    united a licencié 2500 personnes

    en France... ben tout va bien,

    le personnel rechigne à retravailler,comment est-ce possible, ah oui, la bête rode

    dommage que l’on ne retourne pas au franc français, je vois déjà la file de brouettes de billets devant le boulanger


  • libre penseur 20 mai 17:54

    Devant une telle qualité et hauteur d’analyse (il y qu’à il faut qu’on...) l’auteur de l’article a sans doute toutes les qualités pour postuler à la direction d’Air France voire même commissaire aux transports de l’UE.....


    • Pic de la Mirandole Pic de la Mirandole 20 mai 21:32

      @libre penseur

      Je ne vois pas ce que vous lui reprochez.

      L’Etat Français avec sa Francisque nous refait le coup de la Société Générale et des subprimes : surtout ne pas NATIONALISER.

      Ainsi l’Etat se prive des pouvoirs de l’actionnaire, tout en payant pour les actionnaires.

      Et les mougeons de votre espèce d’applaudir !


    • libre penseur 21 mai 06:53

      @Pic de la Mirandole
      on a pu voir le résultat avec le crédit Lyonnais....


  • Initiativedharman Initiativedharman 21 mai 06:55

    Des milliards pour Air France, des cacahuètes pour les autres...


  • Heinz 21 mai 17:10

    C’est très intéressant tous ça et j’ai beaucoup d’estime pour ces article de grande qualité dans Agoravox, qui changent par rapport aux journaux Le Figaro, Le Monde ..... ou la TV .

    Le combat est cependant ailleurs. La fermeture du ciel et les revendications folles de Greta Thunberg, la taxe carbone..,,, tout ceci a servi pour nous faire haïr un faux ennemi, alors que le véritable danger est un goulag électronique !!

    Si on ne s’organise pas, si on ne se révolte pas, si on continue à avoir peur du virus, nous ne connaîtrons plus jamais la liberté et la mobilité dont nous avons joui jusqu à présent


  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 23 mai 13:35

    L’auteur ne fait que relater le fait qu’en France pour sauver une entreprise on lui met plus de boulets aux pieds afin de courrir plus vite .


Réagir