vendredi 4 janvier - par PRCF

Les vrais assistés ce sont les capitalistes. Tous unis contre les mesures anti chômeurs de Macron Medef

Derrière le masque « social » que Macron, contraint et forcé, s’efforce d’afficher depuis quelques semaines pour calmer la colère populaire, le vrai naturel de classe de ce président des super-riches (dixit François Hollande, qui a jadis promu cet individu…) est revenu au triple galop : un décret publié en catimini au lendemain des vœux présidentiel (merci Père-Noël) annonce un flicage accru des chômeurs dont il s’agit, par mille moyens, d’abaisser les indemnités déjà insuffisantes afin de les forcer à accepter n’importe quel « emploi » sous-payé, sous-qualifié et à des dizaines de kilomètres de son domicile.

 
PNG - 441.4 ko

Macron attaque les chômeurs plutôt que le chômage

La moitié des sans-emploi ne touche aucune indemnité et les droits aux prestations ASSEDIC ne durent que 23 MOIS, et c’est surtout ceux qui ont ces droits qui sont le plus fliqués et harcelés par les “conseillers” Pôle emploi ; pour les non-indemnisés, leur dossier est relayé dans le tiroir des oubliettes. Ne parlons pas des personnels de Pôle Emploi qui ont déjà subi la fusion de l’ANPE et des Assedic, dont le métier de conseiller est dénaturé et qui maintenant se voient fliqués eux-mêmes puisqu’il leur est plus demandé de traquer les chômeurs que de les conseiller (cf le film de Ken Loach, « Moi, Daniel Blake », qui annonce pour la France macroniste ce qui se passe déjà en Angleterre depuis Thatcher et Blair).
Bien entendu, Macron pourra compter pour ce faire sur l’appui, non seulement du grand patronat, qui veut diminuer et si possible, supprimer les cotisations chômage, non seulement de la droite, qui saute de joie dès que l’on casse du chômeur, de l’immigré ou du petit et moyen fonctionnaire (les hauts fonctionnaires, eux, ont droit à tous les privilèges !), mais aussi hélas de nombre de travailleurs en activité et de retraités qui, sans penser une seconde que le chômage et la précarité peuvent les frapper demain matin (et rapidement, la dégringolade vers les minima sociaux et la grande pauvreté), ne saisissent pas qu’en réalité, le but de la manœuvre macroniste est de diviser la classe laborieuse (dont font partie les salariés du privé, les fonctionnaires, les travailleurs privés d’emploi et la majorité des retraités) et surtout, d’ABAISSER LES SALAIRES ET LES PENSIONS de tout le monde. Et les plus visés, ce seraient les travailleurs au SMIG puisque ce seraient évidemment les emplois les moins payés que l’on veut contraindre à accepter n’importe quoi.

La guerre contre les chômeurs pour la guerre contre les salaires

Car plus les chômeurs seront fliqués, donc réduits par la crainte de mourir de faim ou de froid à accepter n’importe quel pseudo-emploi, mal payé, étranger à leur métier d’origine et situé à une distance exagérée de leur domicile (ce qui signifie travailler pour payer l’essence en se ruinant la santé !), plus évidemment il y aura un grand nombre de gens postulant en même temps pour un nombre d’emplois qui lui, restera identique sur le marché de l’emploi. Et en vertu de la loi de l’offre et de la demande, les salaires plongeront encore plus (c’est-à- cela que sert le sous-emploi en régime capitaliste), donc aussi les cotisations Sécu, les impôts perçus par l’Etat et les cotisations retraites, c’est-à-dire les revenus du TRAVAIL. A l’inverse, si les indemnités chômage étaient relevées, les capitalistes seraient forcés de payer plus cher les salariés d’active, et avant tout les travailleurs percevant des bas salaire puisque c’est forcément sur les emplois les plus qualifiés, que n’importe qui est censé pouvoir occuper, que la pression concurrentielle est la plus forte. C’est mécanique, cela s’appelle le « marché du travail » (ce succédané « moderne » du marché aux esclaves où l’on vend de la force de travail humaine !) en régime capitaliste*.

Donc, qui gagnera en réalité si les salaires et si les cotisations patronales qui leur sont attachées (assurance maladie, retraites par répartition, indemnisation du chômage, allocations familiales) baissent ? Évidemment c’est la classe capitaliste. Alors que, répétons-le, les salariés d’active et les pensionnés GAGNERAIENT plus à terme si les chômeurs étaient mieux indemnisés PAR LE PATRONAT, puisque la demande d’emploi baisserait tandis que l’offre, relativement au nombre global de demandeurs d’emplois, augmenterait.

Les vrais assistés ce sont les capitalistes !

Car le plus scandaleux, alors que Macron s’acharne sur les plus fragiles, les chômeurs, qu’il réduit massivement le nombre de fonctionnaires, qu’il bloque les retraites et qu’il offre que des clopinettes aux Smicards, c’est que la classe capitaliste est laissée bien tranquille par les ministres des finances successifs. Pourtant, la macro-fraude fiscale des riches et autres expatriés fiscaux est ruineuse pour le pays, cinq fois supérieure, pour le moins, à la micro-fraude aux prestations sociales, estimée à moins d’1% des populations concernées : la vraie question à ce niveau est plutôt le nombre énorme de chômeurs, d’assurés sociaux et d’ayants-droit aux prestations sociales qui, écartés de celles-ci par toutes sortes de dispositifs légaux, par l’ignorance (l’Etat ne fait rien pour que les gens touchent ce qu’on leur doit !), par la notion scandaleuse de « fin de droits » et plus encore, par le découragement et par le sentiment (totalement injuste !) de culpabilité, ne perçoivent pas ce qu’on leur doit alors qu’aucune huile du MEDEF ne manque évidemment jamais de toucher sou et centime des subventions énormes (CICE, Pacte de responsabilité…) consenties par l’Etat au titre de l’aide à l’emploi.

Bref, alors que les chômeurs sont les VICTIMES du sous-emploi chronique, organisé par l’Etat bourgeois et par les capitalistes qui utilisent le chômage de masse pour diminuer les salaires, alors que c’est eux qu’il faudrait soutenir moralement et financièrement, la prétendue « aide à l’emploi » de l’Etat, c’est-à-dire l’argent de nos taxes et impôts, va aux plus riches qui s’en servent pour spéculer, pour payer des « optimiseurs fiscaux » parasites, pour gaspiller dans le luxe improductif les ressources terrestres et pour exporter les profits extorqués aux travailleurs de France.
Alors, ne nous laissons pas diviser, travailleurs actifs, retraités, privés d’emploi du public et du privé, luttons ensemble contre ce système malfaisant dont l’arme principale, médias et partis réactionnaires à l’appui, est la division de nos rangs et la jalousie inepte et bas du front que les capitalistes et leur gouvernement de choc, dirigé par un ex-cadre sup de Rothschild brutal et arrogant, ne cessent d’exciter pour nous paralyser et nous avilir. Jalouser les chômeurs, c’est nul ! Un homme, une femme dignes doit s’allier avec ses compagnons d’infortune pour combattre les GRANDS PREDATEURS du capital, pas pour taper sur plus petit que soi, d’autant que, répétons-le, aucun travailleur, dans une société capitaliste n’est garanti contre le chômage, le déclassement social et la misère.

  • Georges Gastaud, secrétaire national du PRCF
  • Jo Hernandez, secrétaire de la commission luttes,
  • José Minard, Secrétaire adjoint de la commission luttes,
  • Michel Cohen, secrétaire de la commission « économie » de la revue théorique du PRCF, Etincelles.

https://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/les-vrais-assistes-ce-sont-les-capitalistes-tous-unis-contre-les-mesures-anti-chomeurs-de-macron-medef/


* C’est d’ailleurs pourquoi dans les pays socialistes la classe ouvrière disposait d’une grande force de frappe sociale vu que le plein emploi y était constitutionnellement garanti, qu’il n’y avait pas de licenciement sans reclassement EQUIVALENT préalable ; conséquemment, la mobilité des travailleurs quittant une entreprise socialiste pour une autre (pour y chercher un meilleur salaire ou de meilleures conditions d’emploi !) était très importante et les entreprises devaient développer les services sociaux (cantines, laveries, loisirs…) pour « fixer » leurs travailleurs. En URSS ou en RDA, le salarié ne se disait pas « mieux vaut tenir que courir », mais « si tu ne paies pas plus cher, je vais voir ailleurs »… Bien entendu il y avait d’autres problèmes non résolus, mais TOUS les peuples des ex-pays socialistes frappés par le chômage de masse de la grande Europe de Maastricht regrettent, tous les sondages le prouvent, les acquis du socialisme au premier rang duquel figurait l’emploi garanti pour tous.

MACRON c’est l’augmentation du Chômage



17 réactions


  • Emohtaryp Emohtaryp 4 janvier 14:27

    Oui, les vrais assistés sont bien les banques et le système financier occidental, privatisation des bénéfices et mutualisation des pertes, réalisés via les QE successifs depuis 2008.....soit au bas mot plus de 20 000 milliard de dettes mis sur le dos du monde entier en plus de ce qui existait déjà avant !

    C’est juste une « tsar bomba » à retardement qui finira forcément par exploser et un « reset total » du système au bout du rouleau !!


    • INsoMnia INsoMnia 5 janvier 14:54

      @Emohtaryp

      Comme déjà posté sur un autre article, je ne peux qu’approuver. Les vrais assistés se moquent du Peuple en les pillant sans vergogne.

      INsoMnia 14 décembre 2018 11:03

      @CHALOT

      Bonjour,

      « Souvenons-nous : « le pognon de dingue », l’assistanat et les faignants ! Et si les plus assistés, chiffres en main, c’était les plus riches, les grands patrons ! CQFD ».

      Absolument, mais aller faire comprendre cela à certains. 

      Cdt


    • JC_Lavau JC_Lavau 5 janvier 14:58

      @INsoMnia. Comme sous Louis XV et Louis XVI : de tous les ordres mendiants du royaume, le plus mendiant et le plus nombreux était la noblesse.


    • INsoMnia INsoMnia 5 janvier 18:42

      @JC_Lavau

      Parfaitement !


  • Albert123 4 janvier 14:38

    les racailles du bas et celles du haut sont les véritables assistés,

    blanchir le bas du tableau ne convint pas les véritables victimes qui sont tout à fait conscients de cette réalité que vous refusez de prendre en compte pour d’évidente raison :

    Tous les partis politiques ont besoin de leur Benalla pour faire leurs sales besognes.

    si vous vous demandiez pourquoi la demande de démocratie directe est omniprésente vous avez la solution, vos méthodes de mafieux ne conviennent plus.


    • Le421 Le421 5 janvier 14:15

      @Albert123

      les racailles du bas et celles du haut sont les véritables assistés,

      Y’a juste comme une différence sur les chiffres...
      A part ça.


  • zygzornifle zygzornifle 4 janvier 16:35

    Et la plupart des geignards on veautés pour Tout Ank Macron le pharaon et maintenant ils couinent ....


  • Konyl Konyl 4 janvier 16:42

    « Alors, ne nous laissons pas diviser, travailleurs actifs, retraités, privés d’emploi du public et du privé, luttons ensemble contre ce système malfaisant dont l’arme principale »

    Allez dire ça aux connards de la SNCF qui on fait grève pendant 3 Mois uniquement pour leur petites gueules.


    • PRCF PRCF 4 janvier 17:46

      @Konyl
      Justement c’est tous l’inverse : les cheminots de la SNCF ont fait grève pendant 3 mois, perdant 3 mois de salaires pour stopper la privatisation de la SNCF. C’est à dire empêcher nos trains, nos voies ferrées, nos gares, nos TGV ne soient bradés.

      De la même manière qu’aujourd’hui la droite et l’extrême droite soutiennent la répression violente contre les gilets jaunes, les même avec Macron et son régime ont alors tout fait pour l’application des ordres de privatisation et de libération de la SNCF donnés à travers l’Union Européenne par la classe capitaliste/ Les même étaient en action pour aboyer contre les travailleurs se battant pour défendre le code du travail ou les retraites.


    • oncle archibald 4 janvier 18:06

      @PRCF : « les cheminots de la SNCF ont fait grève pendant 3 mois, perdant 3 mois de salaires pour stopper la privatisation de la SNCF. »

      Ah bon ? Etaient en gréve et par roulement juste ceux sans qui les trains de peuvent pas rouler, les conducteurs ou les contrôleurs, qui ont été « indemnisés » par la caisse noire des syndicats.

      L’art et la manière de faire chier tout le pays, et notamment tous les salariés déjà défavorisés de la banlieue parisienne obligés de faire chaque jour de longs trajets en train pour aller bosser , sans pertes pour les « grévistes ».


    • mmbbb 5 janvier 12:39

      @PRCF bien sur se joignent ils aux gilets jaunes ? je me bidonne Qaunt aux plnques d EDF , sont ils solidaires ? ils en ont rien a foutre simplement Je me bidonne


  • oncle archibald 4 janvier 17:59

    Je ne suis pas curieux mais je voudrais savoir pourquoi quand une PME fait faillite et que l’opportunité est offerte à ses ex salariés de faire repartir l’entreprise qui les employait sous forme de SCOP il y a tellement peu de candidats pour risquer le coup .....

    Pourtant devenir son propre employeur, disposer de son salaire normal, se payer les heures sup rubis sur l’ongle et après le bilan annuel se partager la partie des bénéfices qui ne sont pas réinvestis, ce devrait être tentant non ?

    Fini « ce salaud de patron » non qui nous bouffe la laine sur le dos ! A nous le « pognon de dingue » que les « infâmes capitalistes » se foutent dans les fouilles à poignées ! La belle vie en somme !

    Deux exemples que je connais bien dans mon coin :

    L’entreprise de peinture Abadie, effectif de 90 à 110 salariés suivant les saisons. Quand son fondateur et pdg décide de prendre sa retraite l’entreprise est très propère. Il la revend à un mec qui en deux ans la fout par terre. Les cadres et une partie des salariés, 40 personnes en tout, ne supportent pas le massacre ; ils décident de repartir sous forme de SCOP, gardent l’intitulé qui avait très bonne réputation, rachètent locaux et matériel en investissant leurs indemnités de licenciement.

    La nouvelle entreprise SCOP ABADIE dont les effectifs sont réduits peut se permettre de ne plus courir après le boulot et n’est plus obligée d’accepter des chantiers sans bénéfices jute pour « faire tourner la boutique ». Ils se permettent de trier dans les clients ceux qui paient à l’heure, ceux qui n’exigent pas des prix trop bas, etc etc ...

    Ceux que je connais dans cette entreprise me disent que les salariés qui ont refusé de repartir en SCOP et ont préféré aller pointer chez Popaul Emploi « n’étaient pas les plus vaillants », euphémisme, et qu’ils ne les regrettent pas !

    Les glaces Pilpa, 124 salariés sur le carreau après fermeture par la société britannique qui avait racheté la marque filiale de Danone. Malgré les aides de toutes sortes apportées par la région, la ville et le département seulement une vingtaine acceptent de repartir en SCOP sous le nom commercial « la belle Aude ».

    L’entreprise a changé d’objectifs, délaissé la glace « tout venant » bon marché et fabrique du haut de gamme avec des fruits frais, de la vraie vanille etc etc ... Elle est à ce jour très prospère. Y avait-il 100 fainéants qui ont préféré aller pointer chez Popaul et 20 bosseurs décidés à réussir dans cette entreprise ?


    • Le421 Le421 5 janvier 14:18

      @oncle archibald
      Vous avez raison.
      Dans une classe, à l’école, il y a des premiers et il y a des derniers.
      Les premiers le sont, justement, parce qu’il y a les autres derrière.

      On en fait quoi ? On les passe à la sulfateuse ??

      J’attends vos propositions...


    • oncle archibald 5 janvier 15:44

      Mais dis donc 421, ça ne sont pas leurs potes qui leur ont dit « on ne veut pas de toi parce que tu es mauvais », ce sont eux qui n’ont pas eu les couilles de continuer à travailler pour eux-même !

      Et s’ils étaient moins rentables que d’autres dans les entreprises d’origine alors leur employeur était en même temps une assistante sociale qui les payait à faire pas grand chose, ce que je n’entends pas souvent dire !

      Ont-ils eu peur que leurs copains soient moins « charitables » parce que dans une SCOP tout le monde se partage le gâteau en fin d’année et que tout le monde à intérêt à ce que le gâteau soit gros ?? Tandis que quand on travaille pour un salaud de singe on en fait toujours bien assez !

      Dans une entreprise de main d’œuvre comme les deux que j’ai citées en exemple il n’y a pas de taches bien compliquées. Nul besoin de sortir de l’ENA ou de Polytechnique, il suffit de s’y mettre sans rechigner, et les « premiers de la classe » ce sont tout simplement les plus vaillants. 
       


  • sound of sound of 5 janvier 05:00

    Pour le gouvernement macronitien, c’est un business rondement bien mené ! C’est une mesure soit disant pour dissuader les « fraudeurs » à l’assurance chômage (ceux qui ne cherche pas de boulot, et qui sont indemnisés malgré tout) ... En fait MANU les chiffres sont de 10% environ de fraudeurs qui ne cherchent pas de boulot et/ou partent en vacances ou bosse au black pendant leur indemnisation ARE... Donc en fait une mesure contre les 10% mais pénalisant surtout les 90% ... Tout est dit ! C’est de l’absurdité en costard !!! Et je ne parle même pas de la pertinence et l’objectivité des propositions d’emploi plus que discutable (les 3/4 du temps) fait par notre structure nationale d’aide de retour à l’emploi... Et puis faut bien aller le chercher là ou il est l’argent ... Là où c’est le plus simple smiley 1 : Les pauvres et les chômeurs (oui oui on peut dissocier les deux !) n’ont pas ou peut de moyens pour se révolter, et quand bien même ce serait le cas, il serait aisé de les discréditer !!! 2 : Franchement quelques millions de chômeurs soigneusement pointés du doigt et discrédité déjà depuis quelques temps aux yeux du grand public, ne pèsent rien dans la balance économique de l’état face aux nombreux riches entrepreneurs prospère de notre belle république ! Et du coup personne ne contestera (enfin pas officiellement !) Le chômeur et le pauvre rapportera bien plus que le riche et surtout sur le long terme ... Aujourd’hui plus que jamais tout le monde peut devenir chômeur ... Et c’est marrant si on regroupe avec la probable arrivée massive de personnes réfugiées (qui, elles sont prêtent à tout pour bosser hein !) bah alors on à un jolie cocktail de propagande gouvernementale et de manipulation socio-économique ... Et oui ! Car quand les chômeurs seront pris à la gorge et que la migration sera organisée correctement ; alors là les gars faudra accepter tout et n’importe quoi (mais surtout de la bouse payé au smic ) et pour servir en plus les sociétés des amis de notre chère oligarchie ... Puis insidieusement ce sera facile d’abaisser le cout de la main d’oeuvre ainsi que la qualité des qualifications !!! En gros de l’asservissement !!! Hey Manu c’est couillu quand même !!! plus c’est gros mieux ça passe ! En Marche smiley


  • zygzornifle zygzornifle 5 janvier 09:42

    Hum 560 000 élus de la raie publique en voila un bon paquet ....

    5 million et demi de fonctionnaires , ne me dites pas qu’ils sont tous au boulot ?....


    • sound of sound of 5 janvier 11:54

      @zygzornifle
      et non y’en a qui restent chez eux ou non affecté pendant des mois des années.... (mr barnababa par exemple ou une certaine compagne d’un membre de la raie et voyageur de surcroît ) ... smiley


Réagir