jeudi 30 avril - par GÉOPOLITIQUE PROFONDE

Quel avenir pour le Palladium ?

 

​Avec une hausse toujours plus exponentielle du palladium de 54 % en 2019, Goldman Sachs voyait le métal augmenter à 3 000 $/oz juste avant la chute de fin février 2020.

​C’était une prévision assez logique sachant que le déficit de cette année était estimé à 1 million d’onces, selon un PDG du secteur russe des métaux du groupe du platine. Autrement dit, il était prévu une demande bien plus forte que l’offre et c’est le plus grand fossé depuis 2014. L’épidémie de coronavirus devrait changer quelque peu ce scénario et ainsi baisser la demande de palladium ce qui réduirait ce déficit. Ce métal reste néanmoins en situation de pénurie ce qui explique la hausse importante de son cours boursier ces dernières années.

Il est utilisé à environ 85 % dans l’industrie automobile pour fabriquer les pots d’échappement (catalyseurs automobiles) des voitures majoritairement à essence. Il permet notamment de réduire les émissions polluantes des véhicules. En 2018, la production mondiale de palladium se divise dans l’ordre entre la Russie (85 tonnes), l’Afrique du Sud (68 tonnes), le Canada (17 tonnes) et les États-Unis (14 tonnes).
 
Photo
 
 
Ce métal a des atouts pour rester un investissement intéressant pour l’avenir. Fin janvier 2020, le milliardaire canadien Eric Sprott a notamment mobilisé 5 millions de dollars canadiens pour prendre une participation sur la société Generation Mining et ainsi financer l’important «  Projet Marathon Palladium  » de cette dernière. À côté de cette ville de Marathon, au nord-ouest de l’Ontario au Canada, git une ressource énorme d’un potentiel de 8 668 000 onces (269 tonnes) de palladium et d’équivalent.

En Afrique du Sud, la compagnie minière Royal Bafokeng Platinum vient tout juste de rapporter, ce mois de mars 2020, son très bon bilan financier et opérationnel de l’année précédente. Elle y précise que sa production de concentré de platine, palladium, rhodium et or avait augmenté de 9 % en glissement annuel pour atteindre 401 000 onces. Son objectif pour l’année 2020 est une production de ces métaux à hauteur de 450 000 à 485 000 onces.


Franck Pengam


​Extrait la Revue Or & Argent, le sommaire du dernier numéro ⤵️

 
Photo
Cliquez sur l'image pour accéder à la revue
 
 
 
⬇️ Pour aller plus loin ⬇️

 



3 réactions


Réagir