lundi 8 juin - par azyx1986

Qui sont les vrais riches en France ?

La crise du coronavirus et le choix qui a été fait de confinement total risque de faire exploser le chômage, la pauvreté et donc les différences entre les plus riches et les plus pauvres du pays. Le soi-disant plan de relance économique de la BCE n’est qu’un vaste plan de communication qui ne préserve pas du tout l’activité, mais la sphère financière. Il faut donc se préparer à des tensions fortes au sein de la population française et une grande chasse aux coupables. Les uns montreront du doigt les chômeurs et les pauvres, les accusant de profiter du système, les autres montreront du doigt les cadres et les dirigeants en les accusant de prendre trop d’argent de l’entreprise sans en laisser aux autres.

Le discours qui se focalise sur les salaires et la redistribution pour savoir qui est le méchant du système n’est rien d’autre que de la propagande pour nous faire oublier dans quelles poches va vraiment l’argent et qui s’enrichit vraiment dans notre système.

PNG

 

Lien vers la vidéo : https://youtu.be/LCbnQd-ueS4

 

C’est quoi être riche ?

La dernière étude de l’Insee sur les riches en France montre à la fois ce que gagnent les plus riches français, où ils habitent, mais surtout d’où vient leur argent.

L’étude défini 2 types de personnes riches, les « très hauts revenus », ceux qui font partie des 1% de la population qui gagnent le plus d’argent et les « très aisés » qui sont les super riches et qui font partie des 0,1% de la population qui gagnent le plus.

PNG

On est riche et on fait partie des 1% qui gagnent le plus quand on a un revenu mensuel de 9 060 euros pour une personne seule et de 19 020 euros pour un couple avec deux enfants de moins de 14 ans.

On est super-riche et on fait partie dès 0.1% qui gagnent le plus quand on a un revenu mensuel de 22 360 euros pour une personne seule et à 46 960 euros pour un couple avec deux enfants de moins de 14 ans. https://www.insee.fr/fr/statistiques/4485692#onglet-2

Qui sont les riches ?

Nos riches habitent majoritairement l’Île-de-France. Cette Région concentre 43% des riches et plus de la moitié des supers-riches de France.

PNG

Bon, quand on dit Île-de-France, en fait c’est Paris et surtout l’hypercentre, le XVe et le XVIe arrondissement et à proximité de Paris vers l’Ouest que ça se passe. https://www.insee.fr/fr/statistiques/4479260

Plus en détail, on remarque que les riches sont plus nombreux à l’Est de la France. On a l’effet résidence sur la côte pour le sud-est et un peu le sud-ouest, mais aussi l’effet frontière avec la Suisse pour Auvergne-Rhône-Alpes.

On peut remarquer aussi, que les deux régions françaises qui ont le moins de riches sont la Bretagne et les Pays de la Loire et ce sont aussi les deux régions qui ont le moins de pauvre. Le discours qui consiste à dire que dans une économie il faut des riches, qu’ils font vivre les autres ou que ça fait du ruissellement, c’est juste n’importe quoi. Une économie fonctionne et fait qu’il y a peu de pauvres lorsque les gens travaillent pour gagner leur vie. C’est ce qui se passe en Bretagne et en Pays de la Loire, et ça n’est pas du tout le travail qui fait des riches et des super-riches.

Nos riches et super-riches ne sont pas des jeunes, ils ont pour les ¾ d’entre eux plus de 50 ans, et pour la moitié plus de 60 ans. Donc ils ne gagnent pas leur argent en le remontant du fond de la mine. On voit qu’ils sont plus souvent soit seuls, soit en couple sans enfants. Cela va avec le fait d’être vieux, on a des veufs et des veuves et des couples dont les enfants ont quitté le nid. Ils sont aussi quasiment toujours propriétaire de leur logement.

PNG

D’où vient l’argent des riches ?

Publicité

La plupart des gens lorsqu’ils entendent très hauts revenus pensent qu’il s’agit de très hauts salaires ou des très grosses retraites. C’est normal puisque pour la plupart des gens, l’argent gagné vient soit d’un salaire, soit d’une retraite.

Les salaires représentent plus de la moitié des revenus des français, et les retraites le tiers. Si on ajoute les prestations chômages ou les autres revenus d’activité, par exemple ce qu’on gagne quand on est entrepreneur, on a 95% du revenu des français.

PNG

Si on détaille un peu les salaires pour bien se rendre compte, on peut voir sur une autre étude de l’Insee qu’en France le salaire médian est de 1 850 €. Cela veut dire que la moitié des français ont un salaire plus petit et la moitié des français ont un salaire plus élevé. Si vous gagnez plus que 1 850 € net par mois vous savez qu’il y a plus de la moitié des salariés français qui gagnent moins que vous. https://www.insee.fr/fr/statistiques/4497240#onglet-2

De même, ceux qui ont un salaire net supérieur à 3 650 € par mois font parti des 10 % des français les plus payés, ceux qui ont un salaire net supérieur à 8 680 € font parti des 1 % les plus payés. Les 1000 français aux plus gros salaires nets gagnent plus de 89 530 € par mois et les 100 français aux plus plus gros salaires nets gagnent plus de 280 580€ par mois. 

PNG

Ce sont en majorité des dirigeants ou des cadres d’entreprises. Il y a très peu de sportifs quand on regarde les 1 % les mieux payés, même dans le top 1 000 on n’a que 110 sportifs. On voit d’ailleurs que les gros salaires sont plutôt jeunes on n’en trouve presque pas de plus de 60 ans, alors que la majorité de nos super-riches eux sont vieux. C’est un indice de plus que ce qui permet d’avoir des énormes revenus, ce n’est pas en travaillant et en ayant un gros salaire.

PNG

Si on revient à nos salaires en France, j’ai mis en vert ce qui reste une fois payé les impôts sur le revenu. Ça permet de donner une idée de ce qu’on peut économiser ou dépenser chaque mois. Macron a dit qu’il fallait avoir envie d’être milliardaire dans la vie. Regardons-donc si on peut devenir milliardaire en travaillant. Mettons que vous êtes dans le top 100 des salaires français, vous gagnez en net après impôt sur le revenu 146 000 € par mois. Vous décidez de ne rien dépenser et de tout mettre sur un compte pour essayer de devenir milliardaire. Pour y arriver, il vous faudra 570 ans. Si vous êtes modestes et que vous vous contentez de juste la moitié, il faut quand même 285 ans…

PNG

Au mieux, les 100 personnes qui ont le plus gros salaire en France, s’ils ne dépensent rien du tout pendant toute leur vie, pourront réunir 10 % de cette somme. En ayant une vie normale pendant toute leur vie, ils peuvent se faire un capital de plusieurs millions d’euros, c’est énorme, mais c’est une goutte d’eau à côté de ce qu’on appelle les supers-riches.

Les 1 % des salariés qui gagnent le plus, ce sont carrément des ploucs, avec 6 650 € après impôts, mettons qu’ils économisent tous les mois 5 000 € parce qu’ils choisissent d'être très économes, ils attendront le premier million d’euros au bout de 20 ans. C’est énorme comme somme, mais à côté des grandes fortunes françaises, c’est une tête d’épingle.

Si on reprend nos statistiques sur nos riches et super-riches, on a vu que les français tirent en moyenne 95 % de leurs revenus en salaires, indemnités ou retraites. Au contraire, une personne riche et surtout super-riche ne tire pas son argent d’un salaire, d’une retraite ou du chômage. On a vu que les riches et super-riches étaient souvent retraités, mais la retraite ne compte presque pas dans leurs revenus. Une personne riche et surtout super-riche tire son argent de son patrimoine. Le tiers des revenus des super-riches vient de leur patrimoine, alors que ça représente mois de 5 % du revenu moyen des français.

C'est quoi le patrimoine ?

Le patrimoine peut être de 3 sortes :

Le patrimoine financier, on possède des produits financiers (actions, obligations…) qui nous rapportent de l’argent et qu’on peut vendre.

Publicité

Le patrimoine d’entreprise, on possède une entreprise et elle nous rapporte de l’argent. On peut aussi la vendre.

Le patrimoine immobilier, on a des maisons, des appartements, des garages, des locaux avec des locataires qui nous versent un loyer.

PNG

Les revenus du patrimoine sont une rente, on n’a pas besoin de réaliser une activité pour avoir des revenus du patrimoine, on a juste besoin de posséder quelque chose. Ce sont ensuite les personnes qui ont une activité qui vont nous verser de l’argent pour utiliser ce qu’on possède. Pour l’immobilier, utiliser notre local, pour l’entreprise, utiliser les locaux, les machines et les brevets, pour le financier, utiliser l’argent qu’on prête avec des intérêts.

Être super-riche, dans la majorité des cas, c’est posséder du patrimoine que les autres n’ont pas et demander qu’ils nous payent pour pouvoir l’utiliser. Ce n’est pas produire quelque chose pour la société ou être actif.

Pour avoir du patrimoine, on peut en acheter ( un appartement ou des actions par exemple) et attendre que ça rapporte. Mais ça ne rapporte qu’un petit tout les ans par rapport à la valeur que vous êtes capables de mettre. Tout ce qui rapporte beaucoup, c’est convoité en donc c’est cher.

Avec juste votre salaire, vous ne deviendrez par riche en achetant du capital et en attendant que ça rapporte, en faisant ça, vous gagnerez peut-être un peu plus. Pour devenir super riche il faut déjà avoir du patrimoine et surtout que ce patrimoine prenne de la valeur. La plupart des super-riches ont courageusement hérité de leur fortune. Leurs ancêtres étaient des nobles ou des industriels et leurs possessions ont pris de la valeur et les descendants ont continuer d’acheter plein de patrimoine pour être sûr de continuer d’avoir des trucs qui rapportent dans le tas.

Les rares qui n’ont pas hérité sont ceux qui ont démarré un patrimoine, par exemple une entreprise dont la valeur a explosé. Ce n’était pas prévisible au départ, c’était le bon produit au bon moment, ça arrive très peu souvent, l’écrasante majorité des super-riches sont des héritiers.

Entre les salaires et les revenus du patrimoine, un des deux joue plus la carte de la solidarité que l’autre. Les revenus du patrimoine et les salaires sont soumis à l’impôt sur le revenu. Les tranches sont les mêmes pour tous les revenus. En revanche avant de payer les impôts, il y a les cotisations sociales, pour financer la sécurité sociale, dont les retraite. Le salaire net, ce n’est que la moitié du salaire super-brut payé par le patron. 50 % du total part à la sécurité sociale. Pour le revenu du patrimoine, les cotisations sociales ne sont que de 17.2%, autrement dit ils ne participent presque pas à la sécurité sociale et aux retraites.

PNG

Petite parenthèse historique, le monde occidental se divise depuis des millénaires en 2 catégories, les possédants et les travailleurs. Au Moyen-âge les nobles possédaient la terre et les serfs l’exploitaient, le noble gardait la production en ne laissant au serf que de quoi survivre pour continuer à travailler. Au XIXe siècle, après la révolution française, ce ne sont plus les nobles mais les bourgeois, pour certains descendant de nobles qui possèdent les usines et les mines. Les travailleurs qui se présentent tous les matins en espérant avoir une journée de travail sont payés juste de quoi se nourrir pour pouvoir revenir le lendemain.

Au début du XXe siècle se forment partout en Europe de grandes révoltes de la classe des travailleurs. En France, de nombreuses conquêtes sociales ont lieu notamment le code du travail promulgué en 1910 ou de nombreuses mutuelles de travailleurs qui seront plus tard réunies sous la forme de la sécurité sociale. Toutes ces avancées ont pour but de contrebalancer le pouvoir des possédants sur les travailleurs, mais sans les déposséder de leur bien. Il s’agit juste de les forcer à partager un peu les bénéfices, pas les biens.

En Russie, ils sont allés plus loin, la révolution de 1917 avait pour but de récupérer le patrimoine des tsars pour le redistribuer au peuple. Après d’être débarrassé des tsars, les russes ont commencé par suivre la politique des Mencheviks, ils se sont organisés en groupes appelés Soviets (d’où le nom d’union soviétique) pour faire tourner les usines et exploiter les champs et voter pour partager au mieux la production. Finalement c’est un autre groupe qui a pris le pouvoir peu après, les bolchéviks menés par Lénine. Le bolchéviks considéraient que seuls les cadres du parti devaient pouvoir décider de la production et de sa distribution. Ils ont donc récupéré tout le patrimoine. Il n’y a qu’en Ukraine, où les révolutionnaires menés par Nestor Mackhno ont redistribué les terres du pays entre tous les Ukrainiens à partir de 1917. Ils se se fait attaquer par les armées austro-allemandes venus défendre les intérêts des anciens propriétaires puis par les bolchéviks venus récupérer l’Ukraine qu’ils considèraient comme leur grenier.

Depuis la 2e moitié du XXe siècle, en France, on reprend le chemin inverse et on enlève le code du travail et la sécurité sociale. La pensée dominante des politiques étant redevenue comme au XIXe siècle le libéralisme. Le libéralisme est une philosophie de défense des possédants. Le père du libéralisme John Locke définit la Liberté comme le fait de "pouvoir jouir de sa vie et de ses possessions". Dès lors, les lois comme le code du travail sont un entrave à la liberté des possédants et ils se battent pour la faire sauter au nom de la liberté. Évidemment John Locke, comme beaucoup de libéraux fait parti des possédants, il a des terres et des esclaves qui travaillent pour lui pendant qu’il ramasse l’argent et fait de la philosophie en parlant de liberté. Le libéralisme c’est la liberté de ceux qui ont tout contre ceux qui ne sont rien.

En conclusion les donneurs de leçons qui pointent du doigt les gros salaires comme étant le problème de la société disent n’importe quoi sur la vraie origine des revenus. Pour les super-riches, les 0.1%, les salaires représentent moins de la moitié de leurs revenus. Ce qui les rend super-riches c’est leur patrimoine, c’est le fait de posséder des choses et de faire payer les autres, pas de produire quelque chose ou d’avoir une activité.

En plus, les gros salaires payent des cotisations sociales comme tous les salariés alors que les super-riche n’en payent quasiment pas avec leurs revenus du patrimoine. Soit les donneurs de leçons n’ont absolument rien compris aux revenus en France, soit ils participent à la grande propagande qui consiste à monter les salariés les uns contre les autres et se tirer dessus, pendant les vrais gagnants du système les regardent en mangeant du pop-corn. Entre la bêtise et la malhonnêteté, on ne sait jamais trop ce qu’on préfère.



107 réactions


  • sylvain sylvain 8 juin 14:53

    Le libéralisme c’est la liberté de ceux qui ont tout contre ceux qui ne sont rien .


    On pourrait ajouter que c’est une continuation de l’idée de noblesse . Quand Jhon Locke parle de « pouvoir jouir de sa vie et de ses possessions », il semble évident qu’il n’envisage pas ses esclaves comme faisant parti des humains qui pourront jouir de tout ça . Il pense évidemment à ses semblables qu’on peut définir comme une caste en dehors des masses laborieuses, du peuple ... bref des nobles


    • Côme 11 juin 12:25

      @sylvain
      A ceci près que la noblesse pauvre constituait un groupe social fort important sous « l’ancien régime » et que bon nombre de ceux lui appartenant ont voté avec le Tiers Etat lors des Etats Généraux de 1789.


  • Francis JL 8 juin 15:27

    ’’Les salaires représentent plus de la moitié des revenus des français, et les retraites le tiers. Si on ajoute les prestations chômages ou les autres revenus d’activité, par exemple ce qu’on gagne quand on est entrepreneur, on a 95% du revenu des français.’’

     

    Les rentes dividendes, royalties, loyers ..., ? ne représenteraient que 5% ?

     

    Peut-être que l’évasion fiscale y est pour quelque chose dans cet inventaire ?


    • titi 8 juin 21:13

      @JL

      Quand les chiffres sont là, implacables, et qu’ils ne vont pas dans votre sens, vous trouvez toujours une explication à deux balles.

      Vous êtes incroyable.


    • Francis JL 9 juin 07:39

      @titi
       
       Le partage de la valeur ajoutée a sensiblement évolué (en faveur du capital) dans de nombreux pays, mais pratiquement pas en France.

      Cependant, la France est champion du monde de la distribution des dividendes. 10% de la totalité mondiale (57 mds sur 514 !).
       
      Et je ne parle pas des autres revenus de la propriété (loyers, royalties, etc).
       


    • Traroth Traroth 9 juin 10:47

      @titi
      L’évasion fiscale, ce sont des dizaines de milliards. On est loin de l’explication à deux balles !


    • titi 9 juin 20:57

      @Traroth

      L’évasion fiscale personne ne sait l’évaluer.
      Les seuls qui s’y collent c’est le syndicat « solidaire » qui est juge et partie.
      Ce sont ses chiffres qui sont repris en boucle chaque fois qu’il est question d’évasion fiscale.

      Alors que la CNC a sorti un rapport, en partenariat avec l’INSEE, où elle dit clairement : la fraude à la TVA c’est 15 milliards, les cotisations 8,5 milliards, et pour le reste c’est impossible.
      https://www.ccomptes.fr/fr/publications/la-fraude-aux-prelevements-obligatoires

      Ceci dit la méthode pour « solidaire » est très facile : on regarde le déficit public de l’année d’avant, et hop ! montant de la fraude année N = déficit année N-1.
      Cela permet de reporter la responsabilité des déficits de l’inefficacité avérée de la dépense, vers des défauts hypothétiques de recettes... 


  • Le421 Le421 8 juin 17:00

    Comment se fait-il, quand je vois cette carte de France, que j’ai l’impression de revoir les régions touchées par le coronavirus...

    Est et Ile de France...

    C’est peut-être pour ça que les médias flippaient.

    Si il y a une maladie qui se mets à frapper les friqués, c’est pas bon du tout ça !!  smiley

    Peur, peur !!


  • Claudec Claudec 8 juin 17:49

    L’État s’avérant incapable de financer autre chose que la dépense publique, qui d’autre que les détenteurs de capitaux privés, financera les investissements créateurs d’emplois autres que ceux de fonctionnaires ? 


    • Pere Plexe Pere Plexe 8 juin 18:35

      @Claudec
      Les emplois ne sont pas créés à partir de rien par vos « créateurs d’emplois ».
      Qui sont par ailleurs aussi des destructeurs d’emploi.
      Par exemple E Leclerc est il un créateur d’emploi ou un destructeur d’emploi ? 
      En fait tous les chefs d’entreprises sont les deux.
      Et surtout ils bénéficient des infrastructures du pays, de l’instruction de leurs employés, de leur état de santé, des forces de l’ordre , des contrôles des douanes et de beaucoup de chose encore que vous baptisez avec mépris « dépense publique » mais sans lesquelles entreprendre et employer serait quasi impossible.
      Les exemple d’Etats en déliquescence ne manque pas : curieusement aucun n’a donné d’entreprise d’envergure ni même de création de richesse et tous sont frappés de chômage de masse ...


    • titi 8 juin 21:12

      @Pere Plexe

      « Et surtout ils bénéficient des infrastructures du pays, de l’instruction de leurs employés, de leur état de santé, des forces de l’ordre , des contrôles des douanes et de beaucoup de chose encore que vous baptisez avec mépris « dépense publique »  »

      Ca c’est le discours qu’on m’a servi pendant des années...
      Depuis j’ai créé des entreprises dans un autre pays où :
       les gens sont bien formés
       Il y a des flics à tous les coins de rue
       Il y a des routes, des autoroutes

      Et je pourrai ajouter...
       Il y avait des masques et du gel dès le début du Covid

      Et pourtant les prélèvements obligatoires sont moitié moins ...
       


    • azyx1986 8 juin 22:36

      @Claudec
      Qu’appelez-vous un « investissement créateur d’emplois » ? Les « investisseurs » comme on appelle les détenteurs de capitaux en bourse ne créent jamais d’emplois. Ils achètent des activités déjà existantes et ensuite réalisent des « rationalisations » de façon à augmenter leurs bénéfices. Ils détruisent des emplois. Je ne dit pas que c’est bien ou mal, c’est juste un fait. C’est même un métier assez bien payé d’être capable de supprimer des emplois et des activités pour augmenter les marges.


    • titi 9 juin 01:42

      @azyx1986

      Tous les investissements ne se traduisent pas par une création d’emploi, mais ce qui est sûr, c’est qu’aucune création d’emploi n’est possible sans capital et donc sans un investissement initial.

      « on appelle les détenteurs de capitaux en bourse ne créent jamais d’emplois  »
      Bien sûr que si.
      Regardez une entreprise comme Tesla.
      Elle n’a atteint aucun objectif de production.
      Elle n’a atteint aucun objectif de vente.
      ET pourtant sa valorisation atteint des sommets.
      Sans des investisseurs motivés qui mettent au pot, elle serait en cessation de paiement depuis des années, et aucun emploi n’aurait été créé.


    • Trelawney Trelawney 9 juin 07:22

      @Pere Plexe
      Par exemple E Leclerc est il un créateur d’emploi ou un destructeur d’emploi ? 
      E Leclerc n’est ni l’un ni l’autre. Il profite simplement de la conjoncture et du progrès qui bouleverse l’ordre social des choses et qui lui (le progrès) est destructeur d’emploi.
      Prenez l’exemple de l’automobile qui a permis aux personnes de se déplacer sans contrainte. Ces même personnes, qui parce qu’elles pouvaient se déplacer, ont quitté les centre-ville surpeuplés pour se déplacer vers la périphérie plus verdoyante et moins cher. Les commerces, équipements publics etc ont suivi et le corolaire a été la désertification des centres urbains. E Leclerc a bénéficié de ce changement pour implanter les magasins et faire des profits commerciaux.
      Si les centre ville n’ont plus de commerces, c’est qu’ils font parti d’un autre monde qui n’est plus le notre. Aucune décision politique ne changera ce fait.


    • machin 9 juin 08:18

      @titi

      D’un entrepreneur (petit mais vrai) a « un autre »... (parait’ il) :

      bla bla bla bla.

      Sans société, sans état constitué fort, l’on ne crée pas une une entreprise, mais une mafia, ou un gang de pillards.

      De là a détruire un état pour en piller les richesse...
      Le pas est vite franchi.


    • Le421 Le421 9 juin 08:27

      @azyx1986
      Demandez à Muriel Pénicaud !!


    • azyx1986 9 juin 10:48

      @titi
      Donc vous défendez un système qui permet à des gens qui brassent de l’air sans réaliser une activité efficace de faire de milliards de capitalisation ? Quelle est le nom de cette religion exactement, je m’y perd...
      Ajoutons que vous me parlez de Tesla qui comme une poignée d’autres ne représentent absolument pas ce qui se passe dans la réalité.

      Dans la réalité, un créateur d’entreprise contracte un crédit. Un crédit c’est de la création monétaire, la banque créé de l’argent qu’elle lui donne pour lancer son projet. Dès lors notre créateur d’entreprise qui s’endette va créer de l’emploi et de la richesse (par la monnaie créée) en produisant quelque chose. Cette réalité n’a rien à voir avec votre fantasme sur le capital. Le capital ne créé rien par définition. Pour créer et faire de l’activité, il faut précisément détruire le capital.


    • Claudec Claudec 9 juin 18:25

      @Pere Plexe

      Je parle bien d’emplois sovables, qualificatif que vous zappez

      Le seul fait de créer une entreprise – ce pourquoi il faut être entrepreneur, investisseur et preneur de risques – est un acte créateur d’emploi.

      La destruction d’emploi dont vous parlez ne résulte-telle pas de la concurrence entre des formes de commerce (et plus largement d’activité) auxquelles les uns s’avèrent capable de s’adapter. et d’autres non ?

      Économie n’est pas bienfaisance. Dur dur !


    • Claudec Claudec 9 juin 18:38

      @azyx1986
      Alors qu’ils pourraient aussi bien acheter des métaux précieux, des terrains, etc. pour les voir prendre de la valeur, les détenteurs de capitaux en bourse choisissent ce mode d’investissement pour qu’il leur rapporte, ce qui suppose un saine gestion, laquelle peut passer par la suppression d’emplois excédentaires.
      À noter que du fait de cette mauvaise gestion ces emplois sont de toute manière condamnés à disparaître avec l’entreprise mal gérée, quand elle pourrait l’être mieux, ce que tente celui qui investit à cette fin.. 


    • titi 9 juin 20:27

      @azyx1986

      « Donc vous défendez un système qui permet à des gens qui brassent de l’air sans réaliser une activité efficace de faire de milliards de capitalisation ? Quelle est le nom de cette religion exactement, je m’y perd... »

      Qui brassent de l’air ?
      Musk a révolutionné le commerce avec eBay. Il révolutionne la voiture avec Tesla, et il a réalisé un vaisseau spatial qui se pose comme dans Cosmos 99, et selon vos critères il brasse de l’air ?

      Va falloir quand même que vous intégriez que l’activité d’une entreprise ne se mesure plus en tonnes de charbon consommées, ou en m3 de fonte sortie d’un haut fourneau.

      Il se trouve que si je parlais du Top 10 c’est en réponse à un intervenant qui avait lancé le sujet.
      Mais si vous voulez parler des PME je peux vous en parler.

      Tout d’abord avant parler de crédit il faut parler du capital de l’entreprise.
      Pas de capital, pas de création et pas de création pas la peine d’aller voir une banque.
      Une fois que c’est fait et que vous avez votre SIRET, aucune banque, absolument aucune ne prête à un créateur d’entreprise, sauf s’il a des garanties. 
      En clair, les seuls qui obtiennent un crédit pour créer une entreprise, ce sont ceux qui n’en ont pas besoin : ils pourraient le faire sans.
      Et personnellement je pense que si ces créateurs savaient lire un tableau d’amortissement d’un crédit, aucun n’en demanderait.

      Le patrimoine permet donc de libérer le capital, et de garantir les crédits à la création, et aussi de garantir les crédits futurs, car jamais une banque ne prête à une entreprise sans que le dirigeant ne mette sa tête sur le billot.


    • titi 9 juin 20:31

      @machin

      J’ai pas dit le contraire.
      Je dis juste que quand on va ailleurs, on y trouve aussi des Etats, des Flics, des écoles, des infrastructures, des hopitaux .... et pour autant on ne se fait pas racketer 50% de ce qui est produit.

      J’ajouterai que même en ajoutant la corruption visible, on arrive pas aux 50% de la France....
      Je résume : avec moitié moins on a la même chose + on paie la corruption visible.
      Du coup je me demande qu’elle est la part de la corruption invisible en France.


    • Iris Iris 10 juin 05:56

      @Claudec

      « L’État s’avérant incapable de financer autre chose que la dépense publique, »

      Il est incapable, comme vous dites, parce qu’il choisi de ne pas posséder les capitaux.

      « qui d’autre que les détenteurs de capitaux privés, financera les investissements créateurs d’emplois autres que ceux de fonctionnaires ? »

      Dans la mesure ou l’état fait le choix indiqué ci dessus, personne d’autre, vous avez raison. Mais le sujet n’est pas là, le sujet c’est que les capitaux sont mal partagés.

      Je vous fait cette réponse au cas où... mais j’imagine que votre post est plutôt une provocation.


    • Iris Iris 10 juin 06:26

      @Trelawney

      Bonjour, Vous semblez dire que c’est la fatalité, que les Leclerc ne sont pas complice de ce « progrés », qu’ils ne le favorise pas. Si c’est le cas je suis en désaccord complet sur ce point.


    • gnozd gnozd 10 juin 18:24

      @titi

      C’est où ? c’est où ?


    • gnozd gnozd 10 juin 18:33

      @titi

      Bon alors c’est où ? c’est où ?


    • Luniterre 15 juin 16:04

      @azyx1986

      En fin de compte, ici est résumé votre confusionnisme :

      « Dans la réalité, un créateur d’entreprise contracte un crédit. Un crédit c’est de la création monétaire, la banque créé de l’argent qu’elle lui donne pour lancer son projet. Dès lors notre créateur d’entreprise qui s’endette va créer de l’emploi et de la richesse (par la monnaie créée) en produisant quelque chose. Cette réalité n’a rien à voir avec votre fantasme sur le capital. Le capital ne créé rien par définition. Pour créer et faire de l’activité, il faut précisément détruire le capital. »

      Comme vous l’a fort bien expliqué @titi, en régime capitaliste, le capital est, par définition et concrètement, incontournable et nécessaire pour créer une entreprise !

      Ici, vous parlez de « détruire le capital », ce qui est évidemment absurde, dans un régime capitaliste !

      Le cas de figure que vous évoquez, du créateur d’entreprise « ex nihilo », simplement sur la base d’un crédit gentiment accordé par son banquier, est donc tout à fait chimérique !

      Par contre, le processus de création d’une activité économique sur la base d’un crédit défini en fonction d’un projet jugé socialement utile, c’est le processus même de développement de l’activité économique en régime réellement socialiste.

      Le problème de votre démarche, c’est que vous tentez de mélanger les deux processus, radicalement différents, et de prétendre qu’une démarche plus ou moins de type « socialiste » serait possible en régime capitaliste. C’est le mythe du « socialisme de marché », qui n’a jamais existé nulle part, même en Chine, où le régime est passé directement d’un nationalisme bureaucratique « maoïste » à un capitalisme monopoliste d’État devenu la seconde puissance impérialiste mondiale, et aujourd’hui, désormais, contrôlée par sa propre Banque Centrale, tout comme les autres.

      https://tribunemlreypa.wordpress.com/2020/06/11/merveilleux-monde-dapres-face-a-lemergence-du-banco-centralisme-quelle-forme-de-resistance/

      Luniterre


    • azyx1986 15 juin 21:18

      @Luniterre
      Ah bon.
      Un type qui monte sa boulangerie en prenant un crédit sur 20 ans ça n’existe pas.
      Un type qui achète une licence taxi et une bagnole en s’endettant sur 20 ça n’existe pas.
      Un type qui achète un exploitation agricole en s’endettant sur 20 ça n’existe pas.

      Il ne s’agit pas d’un jugement politique sur l’utilité sociale de l’activité, mais uniquement sur la confiance dans le remboursement de la dette, autrement-dit dans la confiance dans l’activité.

      J’aime beaucoup discuter théorie économique, il s’agit de défendre des valeurs. Il ne faut pas cependant croire que la moindre d’entre-elles s’applique dans le monde réelle. Nous ne sommes pas dans un monde adoptant l’aboutissement de l’équilibre capitaliste.


    • Luniterre 16 juin 01:55

      @azyx1986
      Le moins que l’on puisse dire, c’est que vous tournez en rond !

      La réponse à cette problématique TPE ayant déjà été faite par @titi !

      Luniterre 14 juin 12:46

  • Pere Plexe Pere Plexe 8 juin 18:21

    Les revenus sont un élément de la richesse.

    Mais le patrimoine est bien plus révélateur.

    Par exemple un toubib qui s’installe ou un restaurateur nouvellement installé peuvent avoir de gros revenus sans nécessairement être riche.


    • titi 8 juin 21:06

      @Pere Plexe

      « Mais le patrimoine est bien plus révélateur.  »
      Bien sur que non.

      Vous pouvez gagner 2000 euros / mois et acheter une maison à crédit : au bout de 20 ans vous aurez un patrimoine de la valeur de cette maison.

      Vous pouvez gagner 10000 euros/mois et tout claquer : vous n’aurez jamais aucun patrimoine.

      Le patrimoine ne provient pas d’une création spontanée.


    • curieux 8 juin 21:42

      @titi

      Le patrimoine ne provient pas d’une création spontanée

      Dans la majeure partie des cas le patrimoine vient d’héritages.
      Pourquoi pas limiter les héritages disons à 1M€ par enfant cela empêcherai l’accumulation indécente du K.


    • titi 8 juin 21:59

      @curieux

      « Dans la majeure partie des cas le patrimoine vient d’héritages.  »
      1. Ca n’en fait toujours pas de la création spontanée.
      2. Ce n’est pas le cas des très riches comme Bezos, Gates, Arnault, etc...


    • azyx1986 8 juin 22:38

      @titi
      Lol, revoyez votre liste.
      Ce ne sont pas des enfants de la classe moyenne que vous citez.


    • titi 9 juin 01:35

      @azyx1986

      En effet... Jeff Bezos était plutôt en dessous de la classe moyenne.
      Pour votre information :
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Jeff_Bezos

      Ceci dit je suppose que ça dépasse les capacités de votre logiciel qu’une personne partie de rien puisse devenir l’homme le plus riche de la planète.


    • Trelawney Trelawney 9 juin 07:40

      @curieux
      Dans la majeure partie des cas le patrimoine vient d’héritages.
      Encore une idée fausse. La personne qui hérite de ses parents a entre 50 et 70 ans. Elle est très loin de l’age de faire fortune
      L’héritage est la dilution du patrimoine
      Observez autour de vous les anciennes entreprises familiales d’antan (il y en a dans toutes les régions du monde). Elles passent leur temps a distribuer du dividende aux cousins cousines, car l’entreprise ne s’est jamais développé au prorata des membres de la famille toujours plus nombreux. Ces entreprises finissent par disparaître et les familles rejoignent le millieux de tableau en terme de fortune.
      Bernard Arnault a commencé sa vie professionnel en reprenant la société de maçonnerie de son père. Il n’a jamais hérité d’une vigne en champagne.
      Au USA : que faisaient les parent de Besos (immigré cubain), Musk (ingénieur Afrique du Sud). Warren Buffet (petit fils d’épicier).
      En réalité les fortunes vont et disparaissent et les milliardaires d’aujourd’hui n’ont jamais été ceux d’hier et ne seront jamais ceux de demain


    • Le421 Le421 9 juin 08:30

      @titi
      Citer un cas sur 1 milliard n’en fait pas une généralité.
      Ce que vous dites est assez vrai, mais le sujet parle d’une globalité.


    • machin 9 juin 08:40

      @titi

      "Ceci dit je suppose que ça dépasse les capacités de votre logiciel qu’une personne partie de rien puisse devenir l’homme le plus riche de la planète.

      "

      Ce qui est choquant, c’est de pouvoir devenir l’homme le plus riche de la planète, alors que 25 000 personnes (oui, presque 10 millions par an) meurent chaque jour de la faim....
      (là on est loin, très loin, du mesquin et fallacieux petit virus covid)

      Certes en terme de réussite comptable Gates ou Besos sont admirables...
      Mais pour le reste ?
      .
      je comprends tout a fait que des ados adulent une idole aussi fugace que quelconque mais que des adultes, se pâment au pieds de parasites mégalos cela dépasse l’entendement.

      .
      .


    • azyx1986 9 juin 10:52

      @titi
      Ne jouez pas de mauvaise foi. Je parlai d’Arnault et Gates et vous le savez très bien.
      Ajoutons que la fortune de Bezos est basée sur du vent. C’est une gigantesque pyramide de Ponzi qui s’écroulera d’elle-même lorsque sa capacité de développement aura atteint son maximum. Bezos l’explique lui-même dans son bouquin, c’est complètement assumé.


    • Krokodilo Krokodilo 9 juin 18:24

      @curieux C’est pour ça que les taxes sur les successions sont un élément de justice sociale, pour écrêter un peu à chaque génération et limiter un peu le phénomène des rentiers : si vous héritez d’un petit immeuble (gros patrimoine déjà) vous devrez vendre une bonne partie des appartements. C’est un équilibre entre l’envie de « laisser quelque chose » et l’équité sociale. Bien sûr, les grandes fortunes ont des tas de méthodes pour éviter ça, trusts dans les paradis fiscaux, dispenses pour ne pas nuire aux entreprises, oeuvres d’art peu contrôlées et faciles à transporter, etc.


    • Claudec Claudec 9 juin 18:30

      @curieux

      Donnez la même somme à chacun et vous verrez ce que le sens de l’économie à d’indécent, en relation avec le talent, l’amour du risque, l’ambition des uns, que n’ont pas les autres.

      Ça viendra, mais l’homme n’est pas encore une fourmi.


    • titi 9 juin 20:41

      @azyx1986

      Je suis bien d’accord.
      Et c’est justement que je vous reproche à vous et vos amis.

      Vous mettez en parallèle les milliards de Bezos avec la pauvreté des autres.
      Mais...
      Les milliards de Bezos ne peuvent pas sortir de la pauvreté les autres.
      Tout simplement car les milliards Bezos c’est de la valorisation d’un patrimoine alors que ce qu’ont besoin les autres c’est « du bon argent » pour faire ses courses.

      Et pour transformer un patrimoine en « bon argent », il faut le liquider, ce qui pour un patrimoine industriel signifie, fermer boutique et virer tout le monde.

       


    • Iris Iris 10 juin 06:38

      @curieux

      1 Million ! Le rééquilibrage risque d’être long.


    • Iris Iris 10 juin 06:53

      @Claudec

      Fourmi ou esclave ? Un choix Cornélien. Ne désespèrons pas, il y a surement d’autres choix.


    • Iris Iris 10 juin 06:56

      @titi

      Ou alors l’offrir à ses employés ?


    • Trelawney Trelawney 10 juin 07:49

      @Krokodilo
       C’est pour ça que les taxes sur les successions sont un élément de justice sociale,
      C’est donc pour cela qu’aux USA le montant des taxes de successions s’élèvent à 90% du patrimoine. 
      Vous connaissez cette expression : « le pauvre ne sait pas compter, c’est pour cela qu’il est pauvre » ?
      Transformer un capital pour le diluer auprès des consommateurs pour qu’il puissent consommer est un élément de justice sociale

      qui vous conduit tout droit à la ruine. Mais le pauvre ne sait pas compter.
      La politique sociale ne peut et doit être financer par de la dette cautionnée par du capitale, qu’il soit public (patrimoine national) ou privé (argent des riches).
      Que la dette d’un pays atteint 150% de son PIB ça change (surtout avec des taux d’intérêt négatif) quoi à partir du moment où le capitale est suffisant pour cautionner ? C’est pour cela que les 3% de dépassement pas an c’est du pipo européen inventé par nos « amis socialistes ».


    • titi 10 juin 20:38

      @Iris
      Ca changera quoi pour les milliards de pauvres du bout du monde ?
      Car c’était de cela qu’il était question.


    • Iris Iris 11 juin 23:24

      @titi

      Car c’était de cela qu’il était question.

      Peut être pour vous. Si les entreprises étaient remises à leur employés, cela les rendrait moins pauvres, et surtout plus motivés.

    • Yaurrick Yaurrick 12 juin 16:39

      @Iris
      Ca veut dire quoi les entreprises « remises à leur employés » ? Si c’est par le biais d’une SCOP ou bien de l’actionnariat, c’est déjà possible depuis longtemps.
      Toutefois, cela signifie aussi assumer les risques de pertes, et là , ça refroidit pas mal de salariés.


    • Iris Iris 12 juin 22:07

      @Yaurrick

      Bonsoir,
      Ce que je veux dire c’est qu’une entreprise devrait être la propriété de ses employés.
      Des personnes comme Jeff Bezos et Bernard Arnault devraient donner leurs parts à leurs employés.
      Quand je dis donner je devrais plutôt dire rendre.


    • titi 13 juin 02:13

      @Iris

      « Quand je dis donner je devrais plutôt dire rendre.  »
      Euh je vois pas bien pourquoi le « rendre »
      Les employés d’Amazon, ils appliquent un concept qui a été imaginé Bezos.
      C’est ce qui les différencie des employés de « La Halle ». Ils ont la même valeur ajoutée.


    • Iris Iris 13 juin 12:06

      @titi

      Pourquoi rendre ?
      Tout simplement parce que la fortune d’un milliardaire est construite sur le travail des autres, et un tout petit peu sur le sien. Par conséquent, elle est illégitime, sauf pour la toute petite part à laquelle il a contribué, et doit être rendue.
      Et quand je dis rendue, je devrais dire reprise s’il ne le fait pas de lui même.


    • titi 14 juin 15:31

      @Iris

      « Tout simplement parce que la fortune d’un milliardaire est construite sur le travail »
      Pas du tout.
      Ca c’est une vision marxiste du 19è.

      Les gens qui bossent chez Amazon font la même chose que ceux qui bossent pour la Camif : de la vente pas correspondance.

      Si ce n’est pas le management qui est déterminant pour la réussite d’une entreprise, alors expliquez moi la différence de destin entre les deux ?


    • Iris Iris 15 juin 10:15

      @titi

      Comment ça, une vision marxiste du 19è !
      Le destin d’une entreprise ne dépend donc pas de l’ensemble de ses employés ?
      Quant à votre comparaison Camif vs Amazon, vous n’êtes pas sérieux.


  • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 8 juin 20:49

    C’était magique, jusqu’à ce que ça s’en prenne pour la énième fois au libéralisme. Il a bon dos le libéralisme, dans ce sens qu’il est avant tout la réclamation de libéralités de part du souverain, contre l’absolutisme. Si bien entendu d’aucuns peuvent patrimonialement charrier alors, il n’en reste pas moins que toute la gauche, par exemple, est dans un libéralisme social. Le centre, dans un libéralisme moral. La droite alors, dans un libéralisme entrepreneurial, qui n’induit pas immédiatement la richesse : les petits patrons Gilets jaunes en savent quelque chose. Pour cela les Français sont des guedins idéologiques, qui n’ont rien compris à la vie.


    • azyx1986 8 juin 22:42

      @Mervis Nocteau
      Bonjour,
      vous avez tout à fait le droit de défendre le libéralisme, c’est une religion comme une autre. Certains sur ce site le font à longueur de journée. Je pense pour ma part que ça ne mène nulle part ailleurs qu’à la guerre de tous contre tous. Seuls les puissants qui réussissent à s’en affranchir en profitent vraiment.


  • titi 8 juin 21:03

    @L’auteur

    « En plus, les gros salaires payent des cotisations sociales comme tous les salariés alors que les super-riche n’en payent quasiment pas avec leurs revenus du patrimoine »

    C’est exact.

    Mais il y a une énorme différence entre les deux.

    Les cotisations sociales sur les salaires ouvrent de droits futurs.

    Les cotisations sociales sur les revenus du patrimoine n’ouvrent rien : ce sont des cotisations à fonds perdus.





    • azyx1986 8 juin 22:46

      @titi
      Oui, mais d’où vient l’argent des revenus du patrimoine ? Et pourquoi devrait-on économiquement le rendre plus intéressant à cours terme que le revenu d’activité ?


    • titi 9 juin 01:25

      @azyx1986

      « Et pourquoi devrait-on économiquement le rendre plus intéressant à cours terme que le revenu d’activité ? »
      Ils ne le sont pas puisqu’il n’y a pas de « revenus futurs » associés à ces prélèvements sociaux.  
      A moins que vous ne considériez que l’ouverture de droits sociaux n’est pas « intéressante » ?


    • Trelawney Trelawney 9 juin 07:44

      @azyx1986
      Et pourquoi devrait-on économiquement le rendre plus intéressant à cours terme que le revenu d’activité 

      Parce que cet argent du patrimoine sert de caution au paiement de la dette publique.
      Le revenu d’activité dépend que d’un chose bien fragile : le pouvoir d’achat ou plutôt la possibilité de consommer.
      En ce moment le tourisme, l’automobile, l’aéronautique sont en grandes difficultés car on ne consomme plus dans ces domaines. D’où vient l’argent nécessaire à relancer la machine ?


    • machin 9 juin 08:42

      @titi

      « Les cotisations sociales sur les revenus du patrimoine n’ouvrent rien : ce sont des cotisations à fonds perdus. »

      Cela m’attriste... cela m’attriste.


    • azyx1986 9 juin 10:55

      @Trelawney
      Ce que vous racontez est un fantasme de microéconomiste libéral. Ce qui permet le paiement de la dette publique c’est que l’activité fonctionne pour pouvoir continuer à emprunter et rembourser. C’est la confiance dans l’activité qui compte, pas dans le capital.
      L’argent, il y en a autant qu’on veut, ce n’est qu’une question politique pas mathématique.


    • Trelawney Trelawney 9 juin 11:24

      @azyx1986
      C’est la confiance dans l’activité qui compte, pas dans le capital.
      C’est pour cela que dans tous les pays « capitalistes » du monde le chômage augmente sans que ca ne dérange personne dans le paiement des frais de santé, des retraites et aussi et surtout des allocations chômage.
      La France est endetté à auteur de son PIB (ce qui pour moi n’est pas beaucoup). La caution de cette dette est le capital des français (livret A, argent des riches, montant des assurances vie, immobilier, etc) que détiennent les banques. Car ces banques savent comment récupérer leur argent si jamais ca se passe mal pour la France et sa dette.
      C’est le capital que fait la richesse d’un pays et certainement pas son activité qui ne sert qu’à permettre la consommation. Si c’était vraiment l’activité d’un pays qui crée la richesse, le Bangladesh serait le pays le plus riche du monde. 
      La consommation est fait de dette que vous remboursé sur les revenus de l’activité qui sont tellement maigre qu’ils ne vous permettent d’acheter cash. Donc la consommation est faite d’argent qui n’existe pas encore.
      Cette théorie vous est difficile à comprendre, car vous en êtes encore à : « c’est la faute aux riches qui sont trop riches »


    • foufouille foufouille 9 juin 14:57

      @titi

      tout le monde utilise bien les routes ?


    • titi 9 juin 21:04

      @foufouille
      Oui.
      Mais dans le tableau de l’auteur (le dernier de l’article) il n’est fait mention que des cotisations sociales.
      Et les cotisations sociales ce ne sont pas des impots (enfin en théorie)


  • Kapimo Kapimo 8 juin 21:11

    Effectivement, les vrais riches, ce sont ceux qui vivent du revenu de leur patrimoine.

    C’est pour eux que les banques centrales impriment des tombereaux de monnaie, afin de racheter leurs titres spéculatifs pourris. Les banques centrales sont les compagnies d’assurance des très riches, elles ont aboli le risque pour cette catégorie de la population.

    Au détriment de tous les autres...

    https://wallstreetonparade.com/2020/06/blackrock-authored-the-bailout-plan-before-there-was-a-crisis-now-its-been-hired-by-three-central-banks-to-implement-the-plan/


    • titi 8 juin 21:26

      @Kapimo

      La richesse des très riches, c’est essentiellement du patrimoine industriel.
      Il suffit de regarder le top 10 des fortunes mondiales, elles sont toutes liées à la valorisation d’une entreprise ou d’un groupe.

      Et les 50 plus riches du monde ont perdu 700 milliards pendant la crise du Corona
      https://www.forbes.com/billionaires/

      Elles sont pas douées les banques centrales...


  • Kapimo Kapimo 9 juin 00:13

    .

    1. Le Nasdaq a battu son record historique la semaine dernière (et Elon Musk a touché 60 milliards) grace aux injections des banques centrales
    2. les banques centrales ont racheté des milliards et des milliards de titres pourris
    3. Les super-riches qui ont perdu auraient perdu beaucoup beaucoup plus sans les injections d’argent illégitimes des banques centrale.
    4. je n’ai pas confiance dans le classement Forbes, qui par ailleurs est limité aux ultra-riches

      (on s’écarte de l’article)

    5. Quid par exemple des banques JP Morgan, Morgan-stanley, Goldman Sachs etc ?

    L’argent crée est injecté principalement dans le système financier et sert à donner de la valeur aux titres financiers, donc à renflouer les plus riches (qui les détiennent).

    Corruption à tous les étages, les banques centrales sont des réseaux mafieux

    https://wallstreetonparade.com/2020/05/in-last-bailout-the-fed-outsourced-management-to-the-banks-being-bailed-out-then-paid-them-huge-fees-for-their-work/


    • titi 9 juin 01:29

      @Kapimo

      Vous parlez d’injection d’argent, donc de liquidités et de valorisation du Nasdaq qui est tout sauf liquide.
      Vous annoncez 60 milliards touchés par Musk ???? La valorisation totale de Tesla est de 96 milliards...

      J’ai l’impression que vous racontez n’importe quoi, et que vous y croyez....


    • Kapimo Kapimo 9 juin 20:37

      @titi

      Concernant le Nasdaq, c’est pourtant très simple : si vous (banquier central) rachetez avec de l’argent juste créé à des hedges fund ou banques d’affaires des titres pourris dont personne ne veut, ces acteurs financiers vont pour partie utiliser ces liquidités disponibles (qu’ils auraient normalement du passer par pertes et profits) pour racheter des actions dont bien sur des actions stars du Nasdaq, participant ainsi à la montée des cours. Vous avez compris ?

      Quant à Elon Musk, vous avez raison, il ne s’agissait pas de 6 milliards, mais uniquement de la première tranche (700 millions - une broutille) de 6 milliards, conditionnés par la montée des cours de l’action Tesla. Si le cours monte suffisamment, Musk touchera bien 6 milliards.
      https://markets.businessinsider.com/news/stocks/tesla-stock-price-rally-qualify-elon-musk-compensation-package-payout-2020-5-1029166005


  • caillou14 rita 9 juin 06:16

    bof ; toujours les mêmes, ceux qui sont exonérés de payer l’ISF pour faire plus de profit sur le dos des pauvres ?

     smiley


    • Yaurrick Yaurrick 10 juin 19:45

      @rita
      Mouais, « ceux qui sont exonérés de payer l’ISF » s’acquittent tout de même de 70% du volume de l’IR , payent de la TVA, et pas mal d’autres taxes et impôts.


    • Kapimo Kapimo 11 juin 00:23

      @Yaurrick
       Au-delà des impots plafonnés pour les riches, le vol se situe dans l’ancien adage « on ne prete qu’aux riches ».
      Depuis des décennies, de QE en plans de sauvetage financiers, les Banques centrales et les états rachètent des titres et garantissent des prets au bénéfice des plus riches. Sur le dos de la masse.
      Nous vivons probablement l’époque de la plus grande spoliation jamais connue au bénéfice du 1%.


  • dimitrius 9 juin 08:44

    Ici quand on gagne bien sa vie on est forcément un voleur . Les cadres et les entrepreneurs travaillant en France paient leurs impôts et alimentent les caisses , qui servira à maintenir les services publiques , toutes les allocs possibles et imaginables ne tombent pas du ciel. Sans créations de richesses pas de redistribution , on a vu ce que le Bolchevisme a créer , de la misère. Il y a même ici un auteur du NPA qui refuse systématiquement de travailler pour ne pas être exploité , mais qui profite largement du système. Pour connaitre la vraie misère faut aller en Afrique , en Asie , en Amérique du Sud , c’est toujours les mieux lotis qui pleurnichent. Ta religion n’est pas le libéralisme , mais la tienne est Utopia , tu fais partie des grosses feignasses d’assistés , qui crachent dans la soupe qu’ils n’ont pas gagné. Tu ferais mieux de te bouger le fion , au lieu de perdre ton temps à écrire les sempiternelles mêmes conneries.


    • azyx1986 9 juin 10:59

      @dimitrius
      Snif, heureusement j’ai un billet de 500€ pour me moucher après vous avoir lu. C’est beaucoup plus confortable que les billets de 5€.


    • machin 9 juin 11:13

      @dimitrius

      "Ici quand on gagne bien sa vie on est forcément un voleur .

      "

      passer un certain niveau de revenus, on ne gagne plus sa vie.
      On vole celles des autres.

      .


    • machin 9 juin 11:15

      @machin

      passé un certain niveau...


    • dimitrius 9 juin 11:22

      @machin
      Et çà représente quoi ??? 100 familles au grand maxi les ultras riches , les autres ils casquent pour que le Maghreb et l’Afrique viennent vivre au frais de la putain Marianne. C’est sûr que quand on a été un misérable fonctionnaire comme toi , dépensant le pognon de ceux qui travaillent , on a pas la même vision des choses.


    • machin 9 juin 11:45

      @dimitrius

      "C’est sûr que quand on a été un misérable fonctionnaire comme toi , dépensant le pognon de ceux qui travaillent , on a pas la même vision des choses."

      Merci de votre gentillesse.

      1. je n’ai rien, absolument rien contre les fonctionnaires. sauf peut être contre les très hauts fonctionnaires parasites politiques...
      2. Je ne suis pas fonctionnaire mais étais petit employeur.
      3. je n’ai jamais payé de charges, mais des impôts et des cotisation sociales.

      ...


    • dimitrius 9 juin 11:47

      @machin
      Je ne suis pas ici pour être gentil , mais pour dénoncer les escroqueries de gauchiasses.


    • Ecométa Ecométa 9 juin 11:51

      @dimitrius
      Vous être surtout la pour étaler votre connerie de « droitiasse » !


    • Ecométa Ecométa 9 juin 11:53

      @Ecométa

      Qui plus est de « droitiasse » raciste... mais c’est un euphémisme !


    • Le421 Le421 9 juin 15:11

      @dimitrius
      Les plus grands escrocs ont fait plein de fric et ne sont pas spécialement à gauche.
      Là, dimitrius, je suis désolé mais vous avez du vous tromper de comprimés ce matin...  smiley


  • Ecométa Ecométa 9 juin 11:49

    Très instructif.... et très enrichissant !


  • Polybe 9 juin 14:06

    « Qui sont les riches ? »

    La définition est différente en fonction de celui qui pose la question et de l’objectif de la réponse.
    Lorsqu’il s’agit de ne pas réévaluer les pensions de retraite, on est riche à partir de 2000 € par mois.
    De même, la richesse commence à partir du maintien du paiement de la taxe d’habitation.
    Après, il y a une autre notion : celle de l’épargne.
    A revenus identiques, celui qui arrive à épargner est considéré comme riche par rapport à celui qui dépense tout.


    • Eric F Eric F 11 juin 17:30

      @Polybe
      « Lorsqu’il s’agit de ne pas réévaluer les pensions de retraite, on est riche à partir de 2000 € par mois.
      De même, la richesse commence à partir du maintien du paiement de la taxe d’habitation »

      Bien vu, quand il est question de richesse, la communication politico-médiatique pointe le doigt sur les classes moyennes pour faire un nuage de fumée sur les 1% et au delà où les revenus décollent vertigineusement.


  • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 9 juin 17:46

    Il manque un point fondamental sur l’origine des très grosses fortunes mais je ne peux pas en faire le reproche à l’auteur. En effet les très grosses fortunes ont pour l’essentiel été construites sur du brigandage, du gangstérisme, du trafic d’armes, du proxénétisme… Il n’y a donc pas de règle générale à ce sujet. Cela ne peut être montré que cas par cas. Voir le chapitre « Ce sont des truands » dans mon livre : « Macron démission Révolution ». J’évoque les cas de Bernard Arnault, Patrick Drahi, Xavier Niel, Arnaud Lagardère.


  • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 9 juin 19:25

    Les riches vont morfler car leurs richesses sont obtenues au dépend des autres.

    « A vous maintenant, riches ! Pleurez et gémissez, à cause des malheurs qui viendront sur vous. Vos richesses sont pourries, et vos vêtements sont rongés par les teignes. Votre or et votre argent sont rouillés ; et leur rouille s’élèvera en témoignage contre vous, et dévorera vos chairs comme un feu. Vous avez amassé des trésors dans les derniers jours ! Voici, le salaire des ouvriers qui ont moissonné vos champs, et dont vous les avez frustrés, crie, et les cris des moissonneurs sont parvenus jusqu’aux oreilles du Seigneur des armées. Vous avez vécu sur la terre dans les voluptés et dans les délices, vous avez rassasié vos coeurs au jour du carnage. Vous avez condamné, vous avez tué le juste, qui ne vous a pas résisté. » (Jacques 5:1-6)

     

    Et leur méthode pour acquérir ces richesses sont plus que douteuses en tromperie et en rapacité :

    « Ecoutez ceci, vous qui dévorez l’indigent, et qui ruinez les malheureux du pays ! Vous dites : Quand la nouvelle lune sera-t-elle passée, afin que nous vendions du blé ? Quand finira le sabbat, afin que nous ouvrions les greniers ? Nous diminuerons l’épha, nous augmenterons le prix, nous falsifierons les balances pour tromper ; Puis nous achèterons les misérables pour de l’argent, et le pauvre pour une paire de souliers, et nous vendrons la criblure du froment.

    L’Eternel l’a juré par la gloire de Jacob : Je n’oublierai jamais aucune de leurs œuvres.

    Le pays à cause d’elles, ne sera-t-il pas ébranlé, et tous ses habitants ne seront-ils pas dans le deuil ? » (Amos 8 :4-10)

     

    Les taxes touchent énormément plus le pauvre que le riche en pourcentage de son revenu et cela en violation de l’article 13 des droits de l’homme de 1789.

    Plus les impôts passent par les taxes, plus ils sont favorables aux riches. Pourquoi ? Mais parce que les taxes sur la consommation :

    1)Ne touchent que les achats en France et non pas l’épargne et les achats à l’étranger ce que fait au contraire l’impôt proportionnel aux revenus.

    2)Touchent le riche à un taux bien moindre sur son revenu.

    Exemple : Soit un riche qui touche 25 000 euros/mois et a un 4x4 qui consomme 180L par mois soit 275,4 euros.

    et un pauvre qui touche 1500 euros/mois et a un véhicule qui consomme 84 L par mois soit 128,52 euros.

    Le riche donne donc 275,4/2.61 = 105,52 euros à la raffinerie et 169,9 euros en taxe, soit un taux d’imposition sur son salaire de 0,68 %.

    Le pauvre donne donc 128,52/2.61 = 49,24 euros à la raffinerie et 79,3 euros en taxe, soit un taux d’imposition sur son salaire de 5,28 %.

    L’imposition du pauvre est à 5,28 % de son salaire et celle du riche à 0,68 % de son salaire.

    Les taxes sont donc des impôts très injustes.

     

    « Riche ou pauvre, vous ne pouvez manger qu’un poulet par jour » (Marcel Dassault)


  • gerard JOURDAIN 9 juin 19:58

    je ne connais pas une situation dans le monde qui démontre que de virer les riches par trop d’impôts, enrichie les pauvres.

    mais avec la dialectique de la bienpensante , il faut s’attendre à toute démonstration fallacieuse.


    • Francis JL 9 juin 20:06

      @gerard JOURDAIN
       
       la bienpensance c’est tout ce qui conforte le Système et l’establishment, donc justifie les inégalités même énormes.
       
       La bienpensance c’est démontrer que imposer les riches n’enrichit pas les pauvres. Ce que vous pratiquez.


    • Francis JL 9 juin 20:19

      @gerard JOURDAIN

       
       en appelant bienpensance le contraire de ce qu’elle est, vous mal-nommez les choses et par conséquent vous ajoutez aux malheurs du monde.
       
      Les bienpensants comme vous ajoutent aux malheurs du monde.
       
      CQFD
       


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 9 juin 23:34

      @gerard JOURDAIN

      Que penseriez vous d’une nationalisation sans indemnités ni rachats ?


    • machin 10 juin 06:22

      @gerard JOURDAIN

      "je ne connais pas une situation dans le monde qui démontre que de virer les riches par trop d’impôts, enrichie les pauvres.

      "

      Forcément, personne n’a jamais essayé.


    • Yaurrick Yaurrick 10 juin 20:43

      @machin
      Si si, ça a déjà été essayé dans différents pays comme le Zimbabwe lors de l’expropriation des fermiers blancs, avec les conséquences catastrophiques qui ont suivies.
      Et bien d’autres exemples existent....
      « Quand les gros maigrissent, les maigres meurent » Lao Tseu


    • Francis JL 11 juin 11:42

      @Yaurrick
       
       les maigres ne mourront pas s’ils bouffent la part des gros.


  • Iris Iris 10 juin 07:26

    Bonjour, Je pense que les grands écarts de salaires font aussi partie de l’injustice sociale. Je comprends dans votre conclusion qu’une personne ignorant la répartition des très haut revenus serait bête et autant digne de mépris qu’une personne malhonete ? A part cela, j’ai aimé votre article et ses rappels historiques. Merci.


  • zygzornifle zygzornifle 10 juin 09:33

    Déjà il y en a plus de 1000 parmi les politiques , président , ministres , préfets , députés , sénateurs et autres hauts fonctionnaires ….


  • Pierre 10 juin 13:37

    Sauf que, si on est honnête, il faut préciser qu’après redistribution, nous sommes le pays où il y a le moins d’inégalités, mais l’honnêteté ici....


Réagir