samedi 30 novembre - par GÉOPOLITIQUE PROFONDE

Suivre le cours de l’or et investir : risques et opportunités



L’or monte pendant que le reste se fragilise
 
En 10 ans, la demande mondiale en or a été multipliée par sept. Fin septembre 2019, un record mondial d’achat d’or a été atteint (35 tonnes). Le dernier record remontait à 2012, date à laquelle on pensait que l’euro pouvait éclater à n’importe quel instant en raison de l’impuissance de la BCE, qui a réussi à repousser la chute de l’euro avec la politique monétaire non conventionnelle d’assouplissement quantitatif (appelée planche à billets ou quantitative easing). C’est exactement le même scénario aujourd’hui, sauf que les leviers connexes commencent à faiblir.
 
D’abord politiquement, avec la Hongrie, la Pologne et les pays de l’Est hostiles à la politique de Bruxelles.
 
Puis économiquement, car de plus en plus de pays deviennent hostiles à l’euro. Le gouverneur de la Banque centrale de Hongrie a même lancé une bombe début novembre 2019 dans le plus grand journal financier du monde (Financial Times) en affirmant ni plus ni moins que «  nous devons admettre que l’euro a été une erreur  ». L’Italie surendettée approuve en cachette pendant que la récession allemande déroute totalement les leaders de l’euro. Rajoutons à cela le manque à gagner du Brexit (environ 10 Md €/an en moins pour l’UE), les tensions sociales qui s’accroissent (manifestations en gilets jaunes ou non) et nous avons une conjoncture favorable aux métaux précieux.
 
 
L’or est… rentable !
 
D’ailleurs sur 20 ans le meilleur placement a été l’or, quelqu’un vous l’avait dit  ? Voici les rendements totaux de ces 20 dernières années selon Charlie Bilello, ancien analyste de hedge fund :
 

_Rendements des actions internationales : + 110 %
_Rendements des actions américaines (S&P 500) : + 221 %
_Rendements des obligations américaines à long terme : + 329 %
_Rendement de l’or : + 365 %
Photo

 
Étonnant pour un métal qui ne sert objectivement à rien. Qu’est-ce que cela veut dire de l’état de l’économie  ? Qu’est-ce que cela veut dire par rapport à tout le baratin de la finance internationale  ? Je vous laisse en juger.


L’or est une des meilleures épargnes

Depuis sa création, le livret A est passé d’un taux de 8,5 % à 0,75 %. Sur les 20 dernières années, l’or a donc affiché une meilleure performance que le livret A : 100 € investis dans le livret A début 1999 vaudraient 150,39 € aujourd’hui, alors que 100 € investis dans l’or vaudraient aujourd’hui 507,38 €.
 
Photo

 
Sachant que le livret A passe à 0,50 % en février 2020, une baisse inévitable dans un contexte de taux bas, acheter de l’or revient à prendre moins de risque que de laisser son épargne en banque. Ceci confirme nos propos de l’article précédent sur la débancarisation.
 
Quant à la fin du cash, elle n’est pas pour demain, tout comme l’avènement des cryptomonnaies. Il manque encore une bonne dizaine d’années avant que ces fruits ne soient mûrs. Les banques centrales n’achètent pas du bitcoin, mais massivement de l’or, car c’est 5 000 ans d’histoire de l’or qui font face à 10 ans de bitcoin. En cette période d’instabilité voire de crise, les banques centrales achètent la valeur de référence qu’elles n’ont pas les moyens de fabriquer. Ces mêmes banques n’ont aucun intérêt à voir la disparition des espèces qu’elles contrôlent, contrairement aux oligopoles des systèmes de paiement virtuel MasterCard ou autre Visa par exemple.
 
Il y a donc trois raisons d’acheter de l’or : il est une valeur refuge durable, reconnue et acceptée dans le monde entier, les banques centrales se l’arrachent depuis des années et encore actuellement et les besoins à moyen et long terme seront supérieurs à l’offre (j’y reviendrai dans un article sur l’offre et la demande d’or).
 
En règle générale, les cycles de hausse de l’or durent en moyenne six ans et les cycles de baisse moins de quatre ans. Nous sommes actuellement dans une période inédite de l’humanité, tant sur le plan économique, politique, technologique et démographique. Mais si nous nous en tenons aux cycles, il resterait trois ans pour investir sachant que la hausse a débuté en 2016 et que les fins de cycle sont plutôt fructueuses pour l’or. Dans tous les cas, il s’agira de surveiller ce marché précisément et sous tous les angles pour en saisir plus précisément les aspects, ce que je m’engage dorénavant à faire.
 
 
Franck Pengam, le 30 novembre 2019.
 

Recevez 27 pages OFFERTES du livre «  Géopolitique de l’or : le métal jaune au cœur du système international  » ici
Photo


19 réactions


  • San Jose 30 novembre 22:18

    Vous ne parlez guère de la taxe à la revente. 


    • GÉOPOLITIQUE PROFONDE GÉOPOLITIQUE PROFONDE 1er décembre 22:22

      @San Jose
      Il n’y a pas grand chose à en dire ! Et c’est facile à éviter légalement !


    • Attila Attila 1er décembre 22:30

      @San Jose
      C’est la plus-value qui est taxée. Même avec la taxe on y gagne.
      De plus, l’or n’est pas seulement un produit d’épargne, c’est aussi une sécurité en cas d’écroulement monétaire et financier. Si les banques font faillite, les fonds de garantie ne pourront pas rembourser tous les épargnants. L’or vaudra toujours quelque chose.

      .


    • San Jose 1er décembre 23:41

      @Attila
      .
      Régime forfaitaire : taxe de 11,5% sur tout le montant de la transaction. 
      Régime de taxation de la plus-value : obligation de conserver longtemps le métal.


    • Attila Attila 2 décembre 08:07

      @San Jose

      Lors de la vente de vos métaux précieux en France, vous avez le choix entre deux régimes de taxation :

      1. La taxe sur les métaux précieux de 11,5% du montant de la transaction. La taxe est prélevée directement par la société de négoce, qui devra s’en acquitter.
      2. La taxe sur la plus-value de 36,2%, avec un abattement de 5% par an dès la 3ème année de détention. Cependant, pour en bénéficier, il faudra être en mesure de présenter un justificatif montrant le prix et la date d’acquisition. Après 22 années de détention, il y a une exonération totale de l’impôt.


    • San Jose 2 décembre 22:19

      @Attila
      .
      Et si vous le vendez à l’étranger dans un pays qui ne taxe pas, vous devez déclarer la vente et payer la taxe française.


  • San Jose 1er décembre 12:12

    L’or ne fait pas recette...


  • Waspasien Waspasien 1er décembre 20:16

    Super !

    En cas de crise je vais découper des petits bouts de napoléon pour payer mon boulanger.

    Nouveau porte monnaie = scie à métaux et pince coupante dans une valise en métal...


    • GÉOPOLITIQUE PROFONDE GÉOPOLITIQUE PROFONDE 1er décembre 22:22

      @Waspasien
      L’argent-métal... une pièce = -de 20 €. Un étalon-or comprend la circulation de l’argent métal pour les transactions du quotidien. Evidemment ce ne sera qu’un étalon, le billet papier ou une crypto peut circuler en même temps tant qu’il est adossé à un métal : c’est dans mon livre. Et sinon faut arrêter avec le Napoléon, c’est de la daube.


    • San Jose 1er décembre 23:45

      @GÉOPOLITIQUE PROFONDE
      .
      le napoléon, c’est de la daube
      .
      Le napoléon est à peu près sans prime. C’est ainsi un lingot rond de 5,8 grammes d’or pur. Aucune daube là-dedans. 


    • GÉOPOLITIQUE PROFONDE GÉOPOLITIQUE PROFONDE 3 décembre 00:50

      @San Jose
      Je sais que je suis à contre courant quand je dis ça mais j’ai un avis argumenté. Je vais juste répondre à deux choses floues de votre propos.

      Déjà on parle de quel Napoléon ? Le fait de dire « le » Napoléon peut induire en erreur vu que le terme regroupe les pièces de 20 Francs émises de 1803 à 1914, la Marianne Coq, le Génie, le Napoléon Tête Laurée, la Tête Nue, il y en a 20 et quelques. Ils n’ont pas le même prix ni la même cote. Certains ont beaucoup circulé d’autres bien moins par exemple donc l’état de la pièce est déjà un facteur pénalisant. Le terme n’est pas juste utilisé pour la première pièce de 1803 ce qui peut prêter à confusion. Je ne vous blâme pas personnellement bien sûr c’est juste un rappel.

      Sinon vous parlez d’or pur mais le titre des Napoléon n’est pas assez élevé selon moi, les pièces n’ont que 900/1000 d’or, c’est-à-dire qu’elles ne sont pas aux normes internationales actuelles à 999/1000. C’est mauvais pour moi vu les hauts standards actuels.

      J’ai tout un tas d’arguments contre les Napoléons mais tout dépend de comment on réfléchit en fait, moi je suis un rationnel pur : je privilégie la qualité, la pureté et la liquidité maximum à l’international.


    • San Jose 3 décembre 16:44

      @GÉOPOLITIQUE PROFONDE
      .
      Il existe des fabricants privés de jetons monétiformes d’or pur qui font de la publicité en leur trouvant toutes les qualités. Ils ajoutent parfois qu’en plus leur or est écolo en étant extrait sans mercure ni cyanure ni exploitation des populations locales. Travaillez-vous pour eux ? Cela m’est égal, mais dites-le. 


    • GÉOPOLITIQUE PROFONDE GÉOPOLITIQUE PROFONDE 3 décembre 22:33

      @San Jose
      Je ne travaille pour personne je suis indépendant, je l’ai déjà dit dans les articles précédents. Et les jetons j’aime encore moins que les Nap smiley


  • ZXSpect ZXSpect 2 décembre 19:00

    Achetez surtout le livre «  Géopolitique de l’or : le métal jaune au cœur du système international  »


Réagir