vendredi 14 décembre 2018 - par PRCF

+22% pour les salaires en Espagne, en Allemagne les cheminots en grève, Macron obéit à Bruxelles contre le #GiletsJaunes

Après le c’est au tour de l’ d’augmenter massivement son salaire minimum. Tournant le dos aux ordres données par la Commission Européenne, Lisbonne a porté – sous la pression du parti communiste portugais – le salaire minimum () de 530 € à 557 € en 2017 et à 600 € en 2019. Soit une augmentation de plus de 13%. Le ralentissement de la politique d’euro austérité au Portugal s’est traduit par des résultats spectaculaires. Entre 2016 et 2018, le pays a ramené son déficit budgétaire de 2,1 % à 1,5 % de son PIB et le taux de chômage a reculé de 11,1 % à 7,9 % au début de l’année 2018, et il diminuera à 7% en 2019. La croissance du PIB a elle été de 2,5%. Surtout le Portugal a entamé un mouvement de réindustrialisation avec des réinstallations d’usines dans les secteurs du textile, de la chaussure ou encore de l’automobile. La preuve que l’Union Européenne, il faut en sortir pour s’en sortir !

La commission européenne ordonne de poursuivre la baisse du SMIC et des salaires en France

Dans le cadre du Mécanisme Européen de Stabilité institué par les traités européens, la Commission Européenne fixe le programme des gouvernements de la zone euro à travers le Semestre Européen. Chaque année elle donne ainsi des ordres aux gouvernements des pays de la zone euro, en particulier ceux qui sont sous la contrainte de la procédure de déficit excessif comme c’est le cas de la France. Chacun peut lire sur le site internet de la Commission Européenne – à condition de parler la langue de l’impérialisme américain, on se demande bien pourquoi d’ailleurs l’UE continue de donner ses ordres en anglais alors qu’il n’y a plus que l’Irlande a avoir cette langue officielle parmi les 27 états membres – les ordres très clairs donnés par Bruxelles au régime Macron. Ce sont ces ordres qui définissent en réalité la politique appliquée par Macron. Et c’est cela qui explique pour une bonne partie pourquoi Macron s’acharne à ne pas céder à la colère populaire malgré les mobilisation des gilets jaunes. En effet, l’Euro lui interdit de dépasser les 3% de déficit budgétaire d’une part, d’autre part la commission européenne peut refuser le budget de la France si le régime Macron venait à contrevenir aux ordres fixés dans les recommandations par pays. Et parmi ces ordres il y a le gel et la diminution des salaires, et tout particulièrement du SMIC. Bref, si Macron était tenté de céder à la colère populaire, l’Union Européenne est là pour continuer à protéger les milliardaires, pour refuser les augmentations de salaires.

Citons les ordres de l’Union Européenne

 

Since 2013, the French minimum wage has followed its indexation rule, without any ad hoc hikes. As a result, it has grown more slowly than reference wages (1,23 % in 2017, compared to 1,31 % for average wage), in a context of weak inflation and subdued wage growth. While the minimum wage, as compared with the average wage, is high in international terms, the cost of labour at the minimum wage has been significantly curtailed by reductions of social contributions. Such reductions will be intensified and made permanent as of 2019. While the indexation of the minimum wage is important to preserve workers’ purchasing power, the current mechanism (unique in the Union) might limit wage adjustments to changing conditions, with potential negative consequences for competitiveness. A group of independent experts assesses the minimum wage annually and provides non-binding opinions on its development. In 2017, the group recommended revising the indexation rule, for example by limiting it to inflation indexation only.

HEREBY RECOMMENDS that France take action in 2018 and 2019 to :

1.

Ensure that the nominal growth rate of net primary government expenditure does not exceed 1,4 % in 2019, corresponding to an annual structural adjustment of 0,6 % of GDP. Use windfall gains to accelerate the reduction of the general government debt ratio. Implement expenditure savings in 2018 and fully specify the objectives and new measures needed in the context of Public Action 2022, for them to translate into concrete expenditure savings and efficiency gains measures in the 2019 budget. Progressively unify the rules of the different pension regimes to enhance their fairness and sustainability.

2.

Pursue the reforms of the vocational education and training system to strengthen its labour market relevance and improve access to training, in particular for low-qualified workers and jobseekers. Foster equal opportunities and access to the labour market, including for people with a migrant background and people living in deprived areas. Ensure that minimum wage developments are consistent with job creation and competitiveness.

Traduit dans la langue des gaulois réfractaires cela donne ceci :

Depuis 2013, le salaire minimum en France suit la règle d’indexation qui lui est applicable, sans augmentations ad hoc. Il a, de ce fait, augmenté plus lentement que les salaires de référence (1,23 % en 2017, contre 1,31 % pour le salaire moyen), dans un contexte de faible inflation et de croissance modérée des salaires. Si, selon des critères internationaux, le salaire minimum est élevé par rapport au salaire moyen, son coût a été fortement réduit par les réductions de cotisations sociales. Ces réductions seront renforcées et pérennisées à partir de 2019. Si l’indexation du salaire minimal est importante pour préserver le pouvoir d’achat des travailleurs, le mécanisme actuel (qui est unique dans l’Union) est susceptible de limiter l’ajustement des salaires à l’évolution de la conjoncture, ce qui peut avoir des conséquences négatives pour la compétitivité. Un groupe d’experts indépendants évalue chaque année le salaire minimum et fournit des avis non contraignants sur son évolution. En 2017, ce groupe a recommandé une révision de la règle d’indexation, qui consisterait par exemple à ne tenir compte que de l’inflation.

(…)

RECOMMANDE que la France s’attache, sur la période 2018-2019 :

1.
à veiller à ce que le taux de croissance nominale des dépenses publiques primaires nettes ne dépasse pas 1,4 % en 2019, ce qui correspondrait à un ajustement structurel annuel de 0,6 % du PIB ; à utiliser les recettes exceptionnelles pour accélérer la réduction du ratio d’endettement public ; à réduire les dépenses en 2018 et à pleinement préciser les objectifs et les nouvelles mesures nécessaires dans le contexte de l’Action publique 2022, afin qu’ils se traduisent en mesures concrètes de réduction des dépenses et de gain d’efficience dans le budget 2019 ; à uniformiser progressivement les règles des différents régimes de retraite pour renforcer l’équité et la soutenabilité de ces régimes ;
2.
à poursuivre les réformes du système d’enseignement et de formation professionnels pour renforcer son adéquation aux besoins du marché du travail et améliorer l’accès à la formation, en particulier pour les travailleurs peu qualifiés et les demandeurs d’emploi ; à favoriser l’égalité des chances et l’accès au marché du travail, notamment pour les personnes issues de l’immigration et les habitants des quartiers défavorisés ; à garantir la compatibilité des évolutions du salaire minimum avec la création d’emplois et la compétitivité ;
3.
à simplifier le système fiscal, en limitant le recours aux dépenses fiscales, en supprimant les impôts inefficaces et en réduisant les impôts sur la production prélevés sur les entreprises ; à réduire la charge réglementaire et administrative afin de renforcer la concurrence dans le secteur des services et de favoriser la croissance des entreprises ; à intensifier les efforts déployés pour accroître les performances du système d’innovation, en particulier en améliorant l’efficience des dispositifs de soutien public et en renforçant le transfert des connaissances entre les instituts publics de recherche et les entreprises.
Fait à Bruxelles, le 13 juillet 2018.

La commission européenne affirme que le SMIC est trop élevé en France, que son indexation est “négative” et recommande de garantir la compatibilité de son évolution avec la compétitivité. Traduit en clair pour ceux qui ne pratique pas la langue de bois des eurolâtre : Macron a pour ordre de ne surtout pas augmenter le SMIC, de faire sauter le mécanisme qui conduit à son augmentation chaque année et au contraire à réduire les salaires.

Le gouvernement espagnol a annoncé pour 2019 une hausse du salaire minimum de 22%

Dans ces recommandations par pays 2018, l’Union Européenne se réjouissait des salaires particulièrement bas en Espagne

En 2019, l’Espagne devrait encore enregistrer l’un des taux de chômage les plus élevés dans l’Union, ce qui devrait contenir les pressions sur les salaires, en particulier dans le secteur privé, tandis que l’inflation devrait rester nettement inférieure à 2 %

+22% pour le SMIC en Espagne. Tandis que Macron refuse d’augmenter le SMIC et gel le salaire des fonctionnaires et les pension des retraités, répondant ainsi aux ordres de la Commission Européenne et satisfaisant les revendications des multinationales et du grand patronat. Cette hausse est la plus importante depuis 1977 et elle va permettre une augmentation du salaire minium en Espagne de 858 € à 1050 € par mois.

La décision prise par Madrid devrait inspirer les gilets jaunes et avec eux tous les travailleurs. Oui il est possible d’augmenter massivement les salaires. La CGT revendique une hausse du SMIC à 1800€ par mois, proposition reprise par les communistes avec le PRCF.

Grève des cheminots en Allemagne pour une augmentation de 7.5%

En même temps comme dirait l’autre que Macron blablatait son prompteur écrit par le MEDEF, Frankfort et Bruxelles pour enfumer les français, annonçant que pas un euro ne serait payé par les patrons en France pour augmenter les smicards, pas un train ne roulaient en Allemagne les 160 000 cheminots allemands étant en grève d’avertissement, avant l’engagement d’une grève reconductible, le 10 décembre pour obtenir une augmentation immédiate de 7..5% de leurs salaires.

Il parait que les gilets jaunes ont donné des idées aux travailleurs dans toutes l’Europe. Et bien aux travailleurs en France, – et à leurs syndicats de s’inspirer également de l’exemple allemand. Celui des travailleurs allemands.

Le 14 décembre, la CGT – et notamment, la CGT cheminots – appelle à une journée nationale de grève générale. Des préavis permettant la reconduction ont été déposé dans de nombreux secteurs (SNCF, fonction publique etc.)

JBC pour www.initiative-communiste.fr

 

https://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/22-pour-les-salaires-en-espagne-en-allemagne-les-cheminots-en-greve-macron-execute-les-ordres-de-bruxelles/



26 réactions


  • Jean Guillot meslier 14 décembre 2018 18:35

    iI y a eu le siècle des lumières et puis 1789 , maintenant il y a novembre 2018 suivi des lumières version 2 , nous vivons un évènement majeur de début de siècle !


    • Jean Guillot meslier 14 décembre 2018 18:42

      @meslier
      ACTE I : sortir de l’UE , de l’€ , de l’Otan !

      ACTE II : instaurer le RIC !!!


  • Jelena Jelena 14 décembre 2018 19:08

    Si vous voulez que la France reste compétitive avec les voisins, ce n’est pas le smic qu’il faut augmenter, c’est le coût de la vie qu’il faut baisser.


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 14 décembre 2018 19:17

      @Jelena Et déjà et surtout sur le cout du logement...qui représente que dalle dans les calculs d’inflation ...


    • aimable 14 décembre 2018 19:59

      @Jelena
      Je suis d’ accord avec vous , il est vrai que l’on peut augmenter le smic en permanence si le coût de le vie suit et même augmente plus vite cela ne sert a rien, d’ailleurs tout le problème vient de la .


    • Balkanicus 14 décembre 2018 20:24

      @Aita Pea Pea

      Ca c est quasiment impossible, car l achat d un logement a un cout, la renovation aussi et l imposition sur les recette aussi, il faut de plus prendre en compte l usure du batiment et les frais d entretien....

      Et cela c est hors speculation, dans les grande ville, la ou l offre est reduite et la demande forte, il y a forcement monte des prix....

      De plus le cout de mise au norme immobiliere ne cessent de grimper

      Le luxe se paye ....


  • Balkanicus 14 décembre 2018 20:29

    La solution c est de travailler en france et de vivre en roumanie !

    Conclusion, vendez votre voiture, acheter un petit cesna a la place est en avant l aventure !!!!

    Un peu de zik

    https://www.youtube.com/watch?v=EQtJ7s8coIM


    • CN46400 CN46400 15 décembre 2018 08:04

      ABC du marxisme : Sous le capitalisme classique, la bourgeoisie commande l’état qu’il soit à Bruxelles où à Paris. De tous les valets de la bourgeoisie, Macron n’est pas celui qui a le moins de pouvoirs, à Paris comme à Bruxelles. Et sans doute, bien plus que Mosco...
      Dire que Bruxelles commande à Paris revient à dire que sans Bruxelles, la bourgeoisie « tricolore » serait bien plus généreuse pour les prolos. Ce qui est, excusez-moi, débile. Si elle se complaît dans l’UE, c’est que les profits attendus sont là, supérieurs à ceux de l’hexagone. Et, pour les bourgeois, les profits commandent tout.....


  • Reiki 15 décembre 2018 08:10

    Cassons le mécanisme, que plus personne ne puisse revenir en arrière. N ayez pas peur de l inconnu , brisons les chaînes de Oligarchie bruxellois. Passons du côté obscur du Peuple seul a pouvoir définir la véritable Justice. Post Ténèbras Lux


  • patwa 15 décembre 2018 08:45

    Toi qu’est un coco internationaliste, tu dois connaitre tes classique et ceux du systéme ! Tu vois pas le plan quinquennal, la pression fédérale harmonisante a l’oeuvre ?

    A la base, de 2000 a 2015, les eurocrate on voulu harmoniser les salaires par le bas, pour pouvoir organiser une remonté générale sur quelques années ensuite, et en glorifier l’autorité fédérale, ptéte méme impériale.

    Ca a déclenché des émeutes dans les « pays riche », du coup changement de projet, on vas harmoniser par le haut, amener tout les « pays pauvres » vers le millier mensuel, tout en crashant la valeur de la monnaie commune.

    Une belle quenelle que l’agumentation du smic dans un contexte d’inflation massive. Une belle quenelle que l’augmentation des primes dans un contexte de vie chére.

    Macron m’a jeté 40€ sur l’APL ce mois ci, mon loyer augmentera de 70€ en janvier. Allez tous vous faire enculer je ne veux plus de blé, je veux le pouvoir.

    Associe toi a moi sans couleur pour la démocratie et seulement la démocratie, candidat a chaque élection sans parti ni programme, je vous ferais TOUT VOTER.

    ++


  • zygzornifle zygzornifle 15 décembre 2018 09:38

    ISF = Impôt Sur la Famine


  • zygzornifle zygzornifle 15 décembre 2018 10:54

    Il a été mis en place par Bruxelles et les médias et il fait bien le job , n’oublions pas que les premier a bramer contre lui ont mis un bulletin Macron dans l’urne ....


    • CN46400 CN46400 15 décembre 2018 11:56

      @zygzornifle
      « Bruxelles »est une bureaucratie qui n’existe et ne fonctionne que pour satisfaire les intérêts d’une classe : la bourgeoisie. Même situation à Paris, Berlin ou ailleurs....


  • carpediem carpediem 15 décembre 2018 17:21

    Les deux derniers siècles ont vu des vagues d’immigration en France pour faire le travail que les prolétaires français ne voulaient pas faire.

    Pendant ce temps vos amis inventaient le Goulag et liquidaient massivement leur population récalcitrante, mettre les bourgeois à la campagne, belle invention de Trotsky.

    Mitterand a remercié ces derniers à l’arrivée de la gauche et des communistes au pouvoir en désindustrialisant massivement, plus d’industrie juste du tourisme et du tertiaire, Chévènement en a remis une couche avec plus de 80 % d’une classe d’âge au bac avec actuellement un taux d’analphabétisation record.

    Donc vous qui vantez ces fameux pays du Sud, je vous conseille d’allez y vivre et voir si l’herbe est plus verte ailleurs comme on dit.

    Comme disait Brassens ;« le Paradis sur Terre, on s’y voyait déjà ». Et bien non il faudra encore attendre car le Paradis chrétien ou communiste n’a jamais existé que dans l’esprit, la vie sera toujours pavée de souffrances avec des milliards de vivants sur une si petite planète, et c’est cette souffrance au quotidien qui n’est plus acceptée depuis 1789, le pauvre envie le riche qui lui essaie de ne pas s’appauvrir, logique somme toute, et très humain en fait.


  • Norbert 15 décembre 2018 17:58

    Arrête de citer Brassens crétin , tu insultes sa mémoire !

    Brassens n’était certes pas communiste mais un grand monsieur respectable.

    Enfin si on enfermait les gens comme Macron et les faiseurs de guerres criminels alors on (BFM TV) appellerait leur prison un goulag. 

    Cela dit mon problème avec les Goulags , c’est qu’ils ont servi surtout à y mettre les révolutionnaires comme Trotsky justement. 


  • carpediem carpediem 15 décembre 2018 18:34

    Merci de ne pas insulter : abus de la charte du site

    Pour rappel historique c’est bien Trotsky qui est à l’origine du Goulag, qui sème le vent récolte la tempête, cf Danton et surtout Robespierre, la Terreur n’est jamais bonne conseillère pas plus que la colère.

    D’autre part les mots ont un poids, ils ne servent pas à traduire ce que l’on pense mais ce qui est : Macron na jamais été à l’origine d’aucune guerre à ma connaissance contrairement à son prédécesseur au Mali. 

    Enfin Brassens était un anarchiste adhérent en 1946 et militant pour cette cause, libre à chacun d’avoir ses opinions, respectant également les vôtres.


  • Norbert 15 décembre 2018 19:42

    Veuillez bien me pardonner : Vous n’êtes pas crétin mais je trouve que vos propos le sont.

    Entre autre,

    Macron a bombardé la Syrie pour soutenir des ennemis de Bachar, surement des djihadistes qui défendent la démocratie !

    Macron vend des armes à l’Arabie Saoudite surement aussi pour la démocratie.

    Alors oui, de mon avis, lui comme son prédécesseur il mériterait la prison. 

    La terreur est continuellement employée par les principales puissances dominantes et je vois mal Brassens camoufler ces crimes en les faisant passés au deuxième rang pour exhiber plutôt la violence des opprimés (comme vous le faites).


  • carpediem carpediem 15 décembre 2018 23:10

    Pour la deuxième fois je le répète, aucune violence ne se justifie, qu’elle soit verbale dans les propos, dans la vie familiale ou envers les populations.

    Je pense contrairement à vous que nous ne sommes pas si mal lotis : taux de mortalité par homicide de 1/100 000 en France Métropolitaine contre 4,2 aux USA, 10,2 en Russie, 33,4 en Colombie. 73 600 homicides ont été commis en Syrie en 2013. Cette statistique porte la Syrie au rang du pays avec le plus fort taux d’homicide.

    Donc évidemment oui bien sur contre toutes les ventes d’ arme mais le régime de Bachar pas plus que celui de Chavez ne me font rêver, je pense qu’à ce niveau on est plus dans le crime mais bien dans des régimes de terreurs institutionalisées, voire de génocides.

    Pour information 20 millions de personnes ont été internées dans les Goulags et 4 Millions de victimes recensées, source Libération

    https://www.liberation.fr/debats/2017/10/18/le-goulag-la-chair-et-les-chiffres_1604025



  • Norbert 16 décembre 2018 10:15

    L’anticommunisme au premier degré a été la raison d’être de Libé depuis July.

    Il fallait un journal à la réputation gauchiste pour toucher les gens de gauche. Pas besoin de convaincre ceux du Figaro.

    Voici Wikipedia qui est se sent obligée de garder une trace d’objectivité :

    « Toutes les publications ne sont pas sérieuses : les anti-communistes aussi cherchent à amplifier le phénomène concentrationnaire soviétique, pour délégitimer le communisme17. »

    Nous n’avons pas besoin de vous pour ramener la pourriture médiatique quotidienne de BFM ou LIbé. Vous dîtes être contre la violence, mais surtout contre celle qui s’attaque au bourreaux qui gouvernent. 


    • JL JL 16 décembre 2018 10:40

      @Norbert
       
      ’’Vous dîtes être contre la violence, mais surtout contre celle qui s’attaque au bourreaux qui gouvernent. 

      ’’
       
      Pour ceux qui gouvernent, leurs seconds de cordée et leurs François Pignon, il n’y en a pas d’autres : leur propre violence échappe à leur perception.


    • Norbert 16 décembre 2018 13:41

      @JL

      C’est souvent exact mais ne sous-estimons pas non plus leur cynisme  !


  • carpediem carpediem 16 décembre 2018 12:21

    Pour informations aux communistes « révolutionnaires » ou « tortionnaires » au choix qui croient lutter contre le petit écran BFM « source de pourriture, sic…. », la pourriture ne se trouve pas dans les médias mais dans les charniers engendrés depuis la création de cette idéologie nauséabonde.

    Enfin pour les aficionados de la lutte finale, personne d’entre nous ne l’a jamais rencontré jusqu’au jour de notre mort, on en reparlera après...


    • Norbert 16 décembre 2018 13:15

      @carpediem

      « dans les charniers engendrés depuis la création de cette idéologie nauséabonde.  »

      Depuis !!!! Selon vous pas de charnier avant cette idéologie ?

      Merci de révéler aussi magistralement la raison profonde de vos interventions :
      L’anticommunisme maladif qui est devenue une boursouflure chez vous
      .

      Je ne nie pas que des crimes ont été commis au nom du communisme. Ce fut le cas du Christianisme, de l’Islamisme et en fait d’absolument toutes les idéologies.
      On trouvera aussi , si l’on veut (mais à tort) les causes de l’oppression israélienne dans les versets de l’ancien testament où il est demandé d’exterminer tous les cananéens par exemple.  

      Sachez tout de même que les causes profondes de ces calamités résident avant tout dans la misère sociale existante et pas dans une idée. Il arrive évidemment que les révoltes des opprimés se terminent mal ou soient récupérées.

      Par vos outrances vous légitimez les tortionnaires qui ont massacrés les partisans d’ Allende au Chili et ceux qui tenteront d’étouffer les combats prochains des opprimés. 


  • carpediem carpediem 16 décembre 2018 15:21

    Je suis d’accord avec vous, les premiers charniers datent du néolithique à partir du moment où les chasseurs-cueilleurs se sont sédentarisés et la création de foyers de populations se regroupant de façon sociale avec comme ennemis non plus la Nature mais leurs voisins issus de clans proches (à noter à contrario au paléolithique le mélange entre clans de même qu’avec d’autres espèces propres tel Néanderthal).

    https://www.maxisciences.com/squelette/un-charnier-humain-vieux-de-7000-ans-revele-l-existence-de-massacres-durant-le-neolithique_art35732.html

    Là dessus et je suis d’accord également avec vous sont venues se greffer les religions, les sociétés de plus en plus moralisées et les premières guerres tribales dans le croissant fertile.

    Les différentes sociétés tyranniques qui se sont succédées depuis l’Egypte antique et l’Empire Romain n’ont jamais considéré l’humain comme un citoyen libre mais un outil au service de la société.

    Les églises (je ne parle pas des textes prophétiques) ne reconnaissent pas la liberté de penser mais ont organisé la morale des civilisations en collaboration avec les pouvoirs existants en niant la liberté des populations à vivre selon leurs aspirations.

    C’est en ce sens qu’entre-autres régimes sectaires (la chrétienté est également j’en convient une émanation des sectes parmi plus d’une trentaine recensées durant les 2 premiers siècles) , le communisme révolutionnaire comme l’islamisme radical ou le génocide arménien n’en sont que des émanations lointaines mais le but n’est pas de classer le caractère mortifère de tous ces mouvements mais de les dénoncer.

    Donc effectivement je considère que le communisme à notre échelle du temps est un des fléaux les plus graves comme le national-socialisme outre-Rhin mais que les premiers témoignages de violence humaine caractérisés remontent aux premières civilisations organisées, c’est à dire à l’apparition de la morale dans la société préférant le justice sociale ou ethnique à celle individuelle.


Réagir