vendredi 14 février - par olivier cabanel

Ecologie, préférez l’original !

A quelques semaines des municipales, voyant que l’écologie est devenue la préoccupation de beaucoup d’électeurs, tous les candidats tentent de se faire passer pour des écolos purs et durs... mais sont-ils sincères ?

Même Marine le Pen s’y est mis, sauf qu’elle a de l’écologie une vision assez différente de celle que défendent la plupart des écolos : « l’écologie se résume pour elle à l’amour qu’elle porte aux chats »... dixit Laurent Ozon, ancien responsable de « cap écologie » au FN (lien), car finalement, derrière les paroles, il apparait que MLP n’est pas trop convaincue du changement climatique, ( lien), refusant par exemple une interdiction abrupte des pesticides. lien

Lorsqu’elle évoque le photovoltaïque, c’est sur l’angle de la production, critiquant les multinationales, et l’Union Européenne, qui ne défendrait pas les entreprises françaises. lien

De plus, elle est une ardente partisane du nucléaire, malgré un revirement passager suite à Fukushima.

Après avoir déclaré : « le nucléaire est dangereux, c’est un fait », elle affirmait en janvier 2017 : « je considère que le nucléaire doit être conservé, car c’est un atout, c’est une source d’énergie électrique les moins polluantes et les plus sûres ». lien

Reléguant les histoires d’immigrés à plus tard, elle s’est dotée d’un conseiller nommé Philippe Olivier qui annonce la couleur : « nous mettons l’écologie en vedette. Nous l’intégrons dans une vision institutionnelle générale » assure-t-il, dans un programme qui sera dévoilé en mars. lien

Y sera-t-il question des éoliennes, alors que la cheftaine du RN emboite le pas à Trump, lui qui déclarait « le bruit des éoliennes provoque des cancers » ? lien

Elle mène en effet le même combat que le président américain, s’opposant à cette énergie pourtant propre et renouvelable, qu’elle juge « antiéconomique et anti-écologique ». (lien) alors que le MWh éolien coute 50/70 €...comparé au MWh EPR annoncé à 120 €.

Et la France Insoumise ?

Le programme annoncé est clair, 100% d’énergie propre... dans 30 ans, avec la volonté de sauver l’écosystème, la biodiversité, la promotion d’une agriculture écologique et paysanne, dans une « France zéro déchets ». lien

Quant au PCF, cruellement affaibli depuis « l’union de la gauche », il est passé de 16,1% en 1981, à 2,7 en 2017 lors des législatives, (lien) et même s’il se veut lui aussi un peu écolo, (lien) il est très pro-nucléaire. Lien

Faisons maintenant un tour du côté des Républicains.

Laurent Wauquiez, le candidat malheureux de ce parti lors du dernier scrutin, affirme vouloir construire une « écologie de droite », et il évoque une curieuse « écologie intégrale », enfin d’empêcher la gauche de s’approprier l’écologisme. lien

Le moins qu’on puisse dire, c’est que Wauquiez a une vision de l’écologie assez éloignée de celle que défendent les Verts...

N’a-t-il pas multiplié par 40 les subventions aux chasseurs, en réduisant drastiquement les associations de sa région qui défendent l’environnement ? lien

Et puis, peut-on réellement considérer les chasseurs comme des « défenseurs de l’environnement », alors qu’ils tuent pour la plupart par plaisir, en s’en prenant à un gibier d’élevage impropre à la consommation, puisque bourré d’antibiotiques ?

On se souvient de la sortie de Sarkösi « l’environnement, ça commence à bien faire »... même si les Républicains d’aujourd’hui jurent d’être devenus des « écolos convaincus », rappelant à avoir été les premiers à lui donner un ministère... c’était sous Pompidou, en 1971...et rappelant aussi que le Grenelle de l’Environnement avait été placé, en 2007 sous la responsabilité de Jean-Louis Borloo. lien

Sauf que ce parti est foncièrement pro nucléaire depuis toujours, et que le Grenelle semble bien avoir accouché d’une souris.

Certains vont jusqu’à évoquer un échec, en faisant le bilan : « relance autoroutière, construction de réacteurs nucléaires, utilisation du maïs transgénique, homologation de pesticides tueurs d’abeilles, report de la taxe carbone, de la taxe poids lourds... ». lien

C’est aussi un parti qui s’est rangé clairement dans les rangs des anti-éoliens, à l’instar du député LR Julien Aubert, lequel assure que l’éolien couterait jusqu’à 90 milliards d’euros, soit autant que le coût du parc nucléaire français. lien

Sur ce sujet, il emboite le pas à la cheftaine du RN, laquelle affirmait qu’une éolienne coutait 8 milliards d’euros... lien

Rappelons que le MWh éolien coûte 50/70 €...alors que le MWh EPR est annoncé à 120 €.

Et puis, Christian Jacob, le nouveau patron des Républicains, doit régulièrement recadrer ses députés, comme il l’a fait récemment pour le député LR Charles Taugourdeau lequel « condamnait les normes édictées au nom du développement durable et du prétendu réchauffement climatique : vous savez ce que disent les français dans nos campagnes : c’est le nouveau truc à la mode pour nous pomper notre fric  ». lien

A partir de là, quelle crédibilité peut-on accorder à ce parti lorsqu’il veut se parer d’un verdissement de bon ton ?

Faisons un tour chez les socialistes...

Le plus simple est d’écouter le témoignage de Michel Sourouille, dans son ouvrage « mémoires d’un écolo ».

Cet écolo pur jus avait rejoint le PS dans un réflexe naïf, comme il l’écrit lui-même, afin de tenter de verdir ce vieux parti.

La motion qu’il avait proposée « pour un parti socialiste résolument écologique » n’avait récolté qu’1,58% des voix.

Extraits : « l’écologie reste aux abonnés absents chez les socialistes (...) ce parti reste ce qu’il est, un vieux parti de vieux cadres dont les fondamentaux ne diffèrent pas tellement de la droite libérale (...) le pole écologique du PS n’arrivait pas à avoir de position commune sur le nucléaire, le tout voiture, le tourisme en avion, la démondialisation (...) après mon passage chez les Verts, j’avais opté pour l’entrisme dans le Parti Socialiste : 9 ans d’efforts, bilan globalement négatif » (...) du point de vue des socialistes, pour tout résoudre il suffit d’un peu de croissance...verte à la rigueur ». lien

Quant à Macron, comme les autres, il a bien compris qu’il fallait se verdir, et pour récolter quelques voix supplémentaires, il s’est payé une tournée au Mont Blanc, puis s’est affiché sur la Mer de Glace, dont le glacier se réduit en peau de chagrin chaque jour un peu plus.

Mais ne sommes-nous pas là aussi dans une simple opération de « com » ?

Car il ne suffit pas de dire, et il est surtout essentiel de faire.

Or que fait Macron en faveur de l’environnement ?

Tout comme les LR, il aime faire des cadeaux aux chasseurs, comme par exemple lorsqu’il réduit de moitié le prix du permis national. lien

Ce qui a provoqué le départ de Nicolas Hulot, qui a motivé sa décision en déclarant : « est-ce que nous avons commencé à réduire l’utilisation de pesticides ?

La réponse est non.

Est-ce que nous avons commencé à enrayer l’érosion de la biodiversité ?

La réponse est non.

Est-ce que nous avons commencé à nous mettre en situation d’arrêter l’artificialisation des sols ?

La réponse est non ». lien

Sur la question nucléaire, pas mieux ! Influencé probablement par son 1er ministre, issu d’AREVA, dont il était chargé de faire la promotion, Macron est profondément pro-nucléaire.

Il défend les intérêts de cette énergie mortifère en envoyant des milliers de soldats au Niger, afin de protéger le site nucléaire d’extraction d’uranium d’Arlit...sous couvert de lutter contre le terrorisme. lien

Dernière mode, LREM, comme les autres, s’est mis à « aimer les arbres »...et pour la quasi-totalité des candidats aux municipales, c’est à qui en plantera le plus.

Hidalgo veut en planter 170 000... (lien), Griveaux n’est pas en reste, et il veut créer un Central Park dans le nord-est de Paris...

A Strasbourg, c’est la surenchère, alors que le PS veut en planter 50 000...la droite s’engage à doubler la mise...si elle gagne l’élection.

Xavier Bertrand va plus loin : 1 million d’arbres...et la région Bretagne assure vouloir en planter 5 millions. lien

A Nancy, il est question de 10 hectares de plantation, à Rennes, Carole Gandon, candidate LREM promet de planter un arbre pour toute naissance, ou pour chaque nouvel habitant...aux arbres citoyens !

Mais cette nouvelle « passion » n’est-elle pas « l’arbre qui cache la forêt »...masquant une réalité moins avouable...et si ce n’était qu’une posture pour glaner quelques voix écolos ?

Comme dit mon vieil ami africain : « la merde dissimulée au fond de l’eau finit toujours par remonter  ».

Le dessin illustrant l’article est de Paresh

Merci aux internautes pour leur aide précieuse.

Olivier Cabanel

Articles anciens

De la fin d’un monde

La voiture électrique une arnaque

La pilule amère du nucléaire

Quand l’abeille guérit

Amazonia, notre maison brûle

Ces lobbys qui tuent la planète

Du round up aux OGM

Arretez la Terre, je veux descendre

La Terre folle ?



101 réactions


Réagir