mardi 25 novembre 2014 - par Patrick Samba

La fermeture de Fessenheim serait-elle l’objectif final de ces mystérieux drones ?

La semaine dernière a encore offert le triste spectacle, et humiliant pour les forces de sécurité, de centrales nucléaires survolées par un drone, sans qu’aucun télé-pilote ne soit interpellé. Mardi 18, Marcoule, dans le Gard, a reçu pour la seconde fois la visite d’un de ces perfides drones. Jeudi 20 ça se serait passé dans la Seine-Maritime et le Tarn (sans précisions, et subrepticement, désormais ?). Des drones, perfides, car pointant avec une assiduité désinvolte la vulnérabilité des centrales. Mais il pourrait s’agir également de drones explorant dans le moindre détail les points sensibles des installations nucléaires françaises en vue d’une action terroriste ultérieure. 35 intrusions dans l’espace interdit d’un site nucléaire depuis deux mois, et donc toujours pas de « djihadistes verts » interpellés…

La situation n’a plus rien de l’anecdotique survol occasionnel d’une centrale par le drone d'un aéromodéliste imprudent ou d'un écologiste « facétieux ». Elle est devenue tellement ubuesque que les titres de la presse deviennent sans complaisance :

- Drones et nucléaire : "L’Etat français est dans le déni" – L’Obs

- Nucléaire : la drone de blague n’en est plus une

- Drôles de drones dans le ciel nucléaire français : fini de rire

Et c’est pourquoi une audition publique a eu lieu à l’Assemblée nationale, hier, lundi 24 novembre dans l’après-midi, en présence du Chef d’état-major de l’armée de l’air et de tous les responsables des organismes nucléaires. Une audition ayant abouti à quel résultat ? Celui de l’aveu d’une impuissance très inquiétante, et notamment de la part d’un militaire plus pressé d’expliquer que la responsabilité du ministère de la Défense n’était pas en jeu (une réponse à la défausse du ministre de l’Intérieur d’il y a quelques jours ? ) pour orienter les regards vers Matignon. Il avoua notamment que « les radars de l’armée n’étaient pas adaptés à la détection de ces drones  » ! Mais qu’en revanche « la chaine de défense aérienne » - un concept qu’il s’est appliqué à définir dans le détail - elle, était très opérationnelle car « centralisée et fusionnée », et « dans ce domaine-là, la bonne nouvelle finalement c’est que les moyens de détection eux-mêmes ne sont pas grand-chose si on n’avait pas cette organisation centralisée (!) ». La tentative d’enfumage sophistiquée en fin de séance de Francis Rol-Tanguy, l’ex-monsieur Fessenheim, feignant la maitrise de la situation, n’a malheureusement pas permis d’empêcher le sentiment de total effarement de s’installer quand le président de séance annonça la fin de l’audition.

Pas le moindre début de piste sérieuse n’a été dégagé lors de ces deux heures et 45 minutes d’audition. Le débonnaire président s’étant contenté de lister un nombre d’hypothèses bien inférieur à celles que l’on peut découvrir ici.

Seul Yannick Rousselet de Greenpeace, et dans une moindre mesure Denis Baupin, vice-président EELV de l’Assemblée nationale, donnaient l’impression de mesurer la gravité de la situation. Ce qui n’a évidemment rien de bien étonnant.

Lundi 24 novembre 2014 - Vidéos de l’Assemblée nationale -OPECST : Drones et sécurité des installations nucléaires

 

Les pistes

Alors qu’Anne Jouan du Figaro affirmait il y a trois semaines que Matignon n’avait pas donné l’ordre de tirer sur les drones, tandis que les gendarmes affirmaient le contraire, avec le succès de l’application de ce droit que l’on sait, le même jour Erwan Benezet et Jean-Marc Ducos du Parisien laissaient entendre de leur coté avoir le fin mot de l’histoire dans leur article intitulé « Drones : tir permis à l’approche des centrales nucléaires » : « Quant au mobile de ces survols, concluaient-ils, il reste un mystère, même si un « scénario détonnant » aurait été évoqué au cours de la réunion [du vendredi après-midi 31 octobre au ministère de l’Intérieur]… ». Mais ils n’en dirent pas plus...

 

Peu aidés par les journalistes et les élites de l’Etat, nous en sommes réduits à des supputations.

En dehors de Greenpeace ou de services secrets étrangers seuls à priori capables de supporter sur le long terme une pression aussi forte, les hypothèses se réduisent forcément avec le temps.

L’hypothèse d’une non-intervention volontaire du gouvernement évitant d’être confronté à un face à face public extrêmement gênant avec un pays tentant de faire pression sur lui, voire exerçant un chantage (USA, Russie…), reste sérieuse. Elle est peut-être celle retenue par Denis Baupin, lequel affiche, et répète, une suspicion très appuyée à l’égard du gouvernement. Il interpelle en effet successivement la ministre de l’Ecologie ainsi que le ministre de l’Intérieur et le ministre de la Défense avec les mêmes propos sur « l’impunité dont semblent bénéficier les auteurs de ces survols (…) [qui] ne semblent toujours pas connus ». Pour lui, manifestement, le gouvernement connait les auteurs et les laisse agir. Pour quel autre motif que celui évoqué plus haut, le gouvernement pourrait-il, selon lui, se comporter de la sorte ?

Une action concertée d’une nouvelle génération de « geeks » antinucléaires radicaux n’est toujours pas à exclure.

Abandonnant désormais les hypothèses du « terrorisme » publicitaire, qui n’aurait aucun intérêt à se prolonger, et de la manipulation d’Etat visant à s’offrir, trop paradoxalement, les conditions soi-disant favorables pour légiférer de manière plus contraignante dans le domaine des drones (la France serait très souple comparativement à bien d’autres pays), il resterait deux autres possibilités :

-une action concertée des signataires de cet appel auquel devait s’associer Yannick Rousselet de Greenpeace, lequel est invité sur bien des plateaux de télévision et au micro des radios pour commenter l’affaire des drones. Il s’agit en effet d’un appel avec ultimatum, ou dates-butoir, signé par des responsables de plusieurs partis politiques. Ces responsables de tout premier plan ont-ils démenti, comme Greenpeace l’a fait, être concernés par cette affaire ? Pas à ma connaissance. Ont-ils été interrogés par les journalistes, voire même par la Police ? Le premier des signataires, Noël Mamère, dans son dernier billet sur Rue89 est pourtant sans ambiguité : « Désormais, la bataille va se concentrer sur les centrales françaises en fin de vie, dont Fessenheim est le symbole ».

Puisque action concertée apparemment il y a dans ces survols de centrales, pourquoi ne pas incriminer ces responsables dans une opération qui aurait très bien pu avoir été lancée en bonne intelligence avec Greenpeace ? Les sanctions encourues, un an d’emprisonnement et 75000€ d’amende, sont censées être très dissuasives. Visiblement cela ne suffit pas à refroidir les mystérieux télé-pilotes. Les responsables de parti politique ne sont-ils pas justement des personnes susceptibles de pouvoir résister à des pressions redoutables ?

 

-une autre piste, peut-être plus sérieuse, serait à explorer. L’un des auteurs du "WNISR" (The World Nuclear Industry Status Report), ayant déclaré en 2013 : « La France devra s’adapter à la nouvelle donne énergétique et effectuer les transformations qui s’imposent », ses promoteurs auraient-ils pu décider, dans les suites de la catastrophe de Fukushima toujours en cours, d’exercer des pressions sur la France de manière autrement plus radicale que par un simple rapport ?

 

 

Des drones survolent les sites nucléaires français depuis le 5 octobre, 35 intrusions en l’espace de bientôt deux mois ont eu lieu et toujours aucun auteur appréhendé, une moyenne d’un survol tous les deux jours et tout le monde en parle. Mais les responsables politiques n’en disent rien, et les journalistes désormais enclins, et c’est une excellente chose, à systématiquement interroger Ségolène Royal sur l’avenir de Fessenheim, ne songent pas à l’interroger sur l’affaire des drones.

 Lors de sa dernière interview par Le Télégramme, elle a exposé sa position actuelle et désormais bien rodée. A la question : « Est-ce que Fessenheim sera fermé à la date promise et prévue ? », elle a répondu : « Pour l'instant, aucun élément nouveau ne vient changer les données du problème. Cela dit, comme je l'ai toujours répété dans le débat sur la transition énergétique, deux réacteurs nucléaires fermeront quand deux autres réacteurs ouvriront. La loi est claire. Elle pose le principe du plafonnement de la capacité de production d'énergie nucléaire. La nouvelle gouvernance d'EDF aura la responsabilité de bien confirmer si c'est Fessenheim ou si deux autres réacteurs correspondent mieux à l'intérêt général ».

Mais comme EDF vient d’annoncer un nouveau report du démarrage de l’EPR de Flamanville de 2016 à 2017, et qu’il n’y a pas de raison qu’il ne subisse pas le sort de l’EPR de Finlande dont le lancement est retardé d’année en année, la centrale de Fessenheim pourrait-elle donc ne pas être fermée de sitôt, alors qu’elle devait l’être depuis le 7 mai 2012 ?

La ministre de l’écologie fait monter la pression…

 

Patrick Samba

Inclure ici : http://videos.assemblee-nationale.fr/video.6118.2117492.opecst—drones-et-securite-des-installations-nucleaires-24-novembre-2014



98 réactions


  • robert 25 novembre 2014 11:15

    Bonjour Patrick, bon article merci. Je suis très embêté sur ce truc de drones. De toutes évidence c’est assez organisé et aucune piste n’est trouvée par la police (ou alors silence radio c’est surement la dgst ) mais je n’arrive pas à saisir le but , l’objectif de cette organisation et pourquoi ce demi silence. Comment se fait t’il aussi qu’il y ait toujours des témoins capables de voir ce petit engin, de l’identifier immédiatement comme drone, alors que les sites et environ sont plutôt du genre désert de désert ? bref je ne comprends pas , même après vos hypothèses.


    • Patrick Samba Patrick Samba 25 novembre 2014 23:29

      Bonsoir,

      merci robert. Je partage la même perplexité.

      Action de longue durée, donc :

      -soit visant à démontrer la vulnérabilité des centrales qu’il faut fermer dans les plus brefs délais. Et c’est 1) soit Greenpeace mais pas Greenpeace-France, plutôt Belgique ou Allemagne, 2) soit cet appel avec dates-butoirs au 22 novembre puis 31 décembre 3) soit les « déboulonneurs » 4) soit une association plus ou moins totale des trois

      -soit les USA ou la Russie en rapport avec la livraison ou non des Mistral à la Russie. Je rappelle que les chantiers navals auraient en date du 8 octobre envoyé une lettre d’invitation à la Russie pour venir réceptionner le 1er bateau, ce que n’ont pas apprécié les USA. Ensuite c’est la Russie qui n’a pas apprécié le retard. Depuis aujourd’hui Français et Russes se sont mis d’accord pour le statu quo et patienter. On verra si les survols cessent.

      (Cette hypothèse est celle qui explique le mieux « l’inefficacité » des services de surveillance du territoire. Mais en même temps ce n’est jamais bon d’afficher une incompétence de ces services...
      Mais peut-être vaut-il mieux ça que de dévoiler l’auteur. « Je te prend, tu me prends par la barbichette... »)


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 novembre 2014 08:11

      Ce qui est encore plus étonnant, c’est qu’aucun média ne donne une seule photo de ces machins...
      Ils sont beaucoup plus réactif sur Nabila que sur les drones !


    • JMBerniolles 26 novembre 2014 10:12

      Est ce de la naïveté de votre part ?


    • Alice Rupert 27 novembre 2014 20:27

      Par Fifi Brind_acier

      « Ce qui est encore plus étonnant, c’est qu’aucun média ne donne une seule photo de ces machins... Ils sont beaucoup plus réactif sur Nabila que sur les drones ! »

      Evidemment, pas de photos car rien à prendre.

      Il n’y a pas de drones, donc pas d’auteurs d’envois de drones et donc personne pour encourir des amendes

      Grande opération d’intoxication, un canular.

      Par JMBerniolles : « Est ce de la naïveté de votre part ? »

      De la part de Fifi, elle est fausse et il se doute de la vérité.

      Tout le monde a foncé à donf les deux pied joints et les yeux fermés sans même se demander si c’est vrai ; pourtant les lecteurs d’Agoravox ont appris à se méfier des merdias et des déclarations officielles du gouvernement.

      Quant à l’auteur, je ne sais pas s’il y croit vraiment mais cela lui permet de pondre des articles sur rien. Ou de servir de relais au gouvernement.


    • Patrick Samba Patrick Samba 28 novembre 2014 12:52

      Rupert,

      puisque vous êtes si intelligent, vous pourriez au moins nous expliquer quel serait le but de cette soi-disant « Grande opération d’intoxication, un canular » au lieu de balancer des affirmations qui n’ont, elles, pour seul but manifestement que de communiquer aux plus grand nombre la confusion qui règne dans votre esprit.


    • Patrick Samba Patrick Samba 28 novembre 2014 14:33

      Et si cet article était à ce point creux, expliquez-nous la raison pour laquelle depuis hier soir les commentaires apportant une réflexion sont tout d’un coup moinssés et les commentaires pro-nucléaires plussés par une action apparemment concertée.


  • devphil30 devphil30 25 novembre 2014 11:50

    DGSI : Mais que font nos services de la sécurité intérieure ??


    Plusieurs options : 

    Soit ils doivent regarder ailleurs quand un drone décolle par ordre politique
    Soit ils manœuvrent eux mêmes les drones ou ont infiltré des milieux. 
    Soit ils sont mauvais mais ça m’étonne 

    Dans tous les cas ce n’est pas rassurant de savoir que ces petits engins se promènent au dessus de centrale nucléaire ....

    Envoyé un Rafale pour abattre un drone est disproportionné 

    Bientôt des drones tueurs de drones au abord des centrales 

    Philippe 


    • robert 25 novembre 2014 12:03

      Exact Philippe, DGSI, possible teasing aussi d’une entreprise genre Oerlikon Contraves qui veut vendre un système d’armes automatiques sur des centrales mal protégée, pour le moment tout est possible, ce que je trouve bizarre c’est l’inertie des pouvoirs publics, mais il se peut aussi que nous n’ayons plus les moyens en homme/matériel pour résoudre ces incidents tout simplement.
      Mais les propriétaires actuels de drones sur le territoire français doivent être aussi facilement indentifiables que ceux qui ont commandé un sex toys non ? ou alors la fameuse surveillance internet n’existe pas réellement ?


    • Patrick Samba Patrick Samba 25 novembre 2014 23:42

      Oui, c’est bien sûr une hypothèse mais vraiment très risquée pour l’entreprise. Il faut avoir la garantie d’une réussite à 100%. Trop risqué.

      Ces drones peuvent être achetés dans d’autres pays européens...


    • Patrick Samba Patrick Samba 26 novembre 2014 13:04

      Philippe,
      « DGSI :

      Soit ils doivent regarder ailleurs quand un drone décolle par ordre politique
      Soit ils manœuvrent eux mêmes les drones ou ont infiltré des milieux. 
      Soit ils sont mauvais mais ça m’étonne »

      Pas d’autres alternatives, je reprends la série au prochain article !


  • jef88 jef88 25 novembre 2014 11:52

    Quelle est la meilleure forme d’action politique actuelle ?
    Manifester ?                                NON !
    Faire peur, par médias interposés OUI !

    Peur de la crise, peur du nucléaire, peur du réchauffement, peur des attentats, peur des extrémistes ........
    et je pourrais continuer ......
    DONC gardons notre calme et restons rationnels et poussons nos zélus à faire de même !


    • rotule 25 novembre 2014 18:12

      Et invitons les à réfléchir, à ne pas abandonner leurs cerveaux avec leurs manteaux, au vestiaire du parlement.
      Voter maintenant une sortie programmée et rapide du nucléaire serait intelligent, judicieux, rentable, stratégique. Tant pour développer les compétences en démantèlement que pour développer les compétences sur les alternatives.


    • Patrick Samba Patrick Samba 25 novembre 2014 23:53

      Ça serait l’idéal !

      Et si cette affaire de drones avait été programmée bien avant le vote de la loi de transition énergétique le 14 octobre, sûr que les députés auraient été plus réceptifs à des mesures plus ambitieuses.
      Si c’est bien Greenpeace qui est à l’origine de l’affaire, ils auront été pris à contre-pied, car, voilà... Ségolène Royal a mis en place une procédure accélérée et le vote a eu lieu le 14 oct alors qu’il devait avoir lieu en novembre ou décembre....

       


  • Ronny Ronny 25 novembre 2014 12:35

    Je me pose des questions sur cette hirtoire.

    Effectivement, un drone, ou plus probablement dans le cas des centrales, un quadricopter, même à haute performance, restera invisible aux radars militaires (je ne parle même pas des civils qui ne sont que ds radars secondaires) et effectivment, il sera difficle à abattre à partir d’un chasseur de type mirage ou rafale.

    En revanche :
    . les infos ne nous ont pas précisé de quels types de drones il s’agissait. Cela pourrait nous éclairer sur la question
    . ces drones sont radio commandés et ces radio commandes fonctionnent sur des bandes de fréquences limitées. Je serai surpris que l’on n’ai pas essayé de rechercher la source d’émission et ensuite de la localiser par goniométrie
    . Ces drones sont lents par rapport à des chasseurs militaires, mais des hélicoptères sont tout à fait adaptés à leurs poursuites. A l’évidence, cela n’a pas été fait, ou pas rapporté dans les médias.
    . Il est même envisageable de pièger un drone à partir d’un hélico, par exemple en descendant un filin de treuillage dans ses rotors, et à partir du modèle et numéro de série du drone crashé, de remonter à la personne qui l’a vendu et / ou acheté.

    Pourquoi cela ne semble t il pas avoir été fait ?


    • njama njama 25 novembre 2014 12:49

      mais des hélicoptères sont tout à fait adaptés à leurs poursuites.

      là, je ne suis pas convaincu, un hélico n’a pas l’agilité d’un drone

      OFM Seeker 450 V2 SE Quadcopter RTF

      101kmph
      Ability to fly 20+ minutes

      http://www.youtube.com/watch?v=CjgMhO_qZT0

      par contre un hélico pourrait repérer éventuellement le droniste


    • Patrick Samba Patrick Samba 26 novembre 2014 00:20

      Au cours de l’audition, un militaire a affirmé, contrairement à ce qui a été publié dans la Dépêche du Midi,qu’aucun hélicoptère n’a poursuivi de drone. A Golfech, selon lui, un drone a été poursuivi pendant 9 km « à partir du sol »...
      On peut donc en déduire que, près de Golfech, la route suivie pendant 9 km était droite, et qu’elle était parallèle à la trajectoire du drone... un vrai coup de pot !


    • Herby 26 novembre 2014 10:21

      Honnêtement, quoi de plus adapté qu’un drone pour poursuivre un autre drone ?!?
      Je ne suis pas expert mais il me semble que prendre en chasse l’un de ses drones avec un autre drone permettrait au mieux de découvrir qui en est le pilote si ce dernier fait revenir son engin là où il se trouve, au pire de récupérer le drone si le pilote est assez intelligent pour abandonner sa machine se sachant poursuivi.
      Dans tous les cas, ça ferait avancer l’enquête.


    • Patrick Samba Patrick Samba 26 novembre 2014 11:09

      Judicieuse observation, Herby.


    • Patrick Samba Patrick Samba 26 novembre 2014 11:12

      et j’ajoute : pas besoin donc d’être « expert » pour avoir de judicieuses observations...

      N’est-ce pas Mrs les « experts » Berniolles et consorts ?...


  • njama njama 25 novembre 2014 12:40

    survol des centrales, toujours pas la moindre preuve fournie dans la presse
    ça ne vous interpelle pas ?
    faute de les abattre (ce qui serait débile car le droniste est peut-être tranquillement planqué jusqu’à 3 ou 4 kms de distance), personne ne pense à les prendre en photo, ou vidéo !!!
    on ne va pas nous faire croire qu’il n’y aurait personne avec un mobil dans sa poche pour faire le scoop sur ces intrusions
     


    • Patrick Samba Patrick Samba 26 novembre 2014 00:25

      C’est définitivement très troublant...

      Au cours de l’audition Denis Baupin interroge cette bizarrerie.
      Mais Yannick Rousselet rapporte les témoignages directs de salariés de centrale qui affirment avoir observé les drones pendant 3/4 d’heure. Probablement n’avaient-ils pas de téléphone sur eux...


  • ZenZoe ZenZoe 25 novembre 2014 14:53

    Histoire inquiétante.
    Soit les services secrets savent qui c’est, et laisser faire sans rien dire est inquiétant pour notre souveraineté (ou ce qu’il en reste).
    Soit les services secrets ne savent pas qui c’est et une telle incompéténce est inquiétante, pour ne pas dire innadmissible.


  • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 25 novembre 2014 14:54

    Moi, ce que je ne comprend pas c’est qu’on n’abat pas systématiquement ces drones.


    On devrait tout de même être capable d’installer des canons antiaériens sur les centrales et d’abattre ces engins, surtout avec les systèmes actuels de guidage antiaérien.

    A ce niveau là, le gouvernement est fautif.

    • Pyrathome Pyrathome 25 novembre 2014 16:49

      Moi, ce que je ne comprend pas c’est qu’on n’abat pas systématiquement ces drones.
      .
      Ça y est, le papounet veut un nouveau Roswell ?..... smiley


    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 25 novembre 2014 16:58

      Il me semble pourtant que c’est le minimum à attendre de la part du gouvernement en matière de principe de précaution.


      Nos « chers dirigeants » sont complètement à côté de la plaque, une fois de plus.

      C’est un énorme scandale.

      Cette situation dure depuis au moins un mois et ils n’ont strictement RIEN fait pour l’empêcher.

    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 25 novembre 2014 17:20

      La consigne devrait être simple : abattre sans sommation tout ce qui vole dans le périmètre de sécurité d’une centrale nucléaire.


      A ce niveau là, une bavure est infiniment moins grave qu’une absence de tir justifié.

      Si le gouvernement ne l’ordonne pas il est coupable de négligence volontaire grave et la responsabilité tant pénale que civile individuelle des ministres pourrait être engagée, de même que celles des parlementaires de la majorité.

    • philoxera philoxera 25 novembre 2014 17:25

      La consigne devrait être simple : fermer rapidement toutes les centrales nucléaires


    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 25 novembre 2014 17:26

      Le simple fait que des objets non autorisés survolent des centrales nucléaires devrait être en soi un motif d’alerte grave.


      Avec une batterie de canons antiaériens par site, on devrait pouvoir pallier à ce genre de menace d’attaque non conventionnelle.

      Evidemment, ce serait mieux avec des canons anti missiles ou des canons lasers mais dans un premier temps des batteries de canons anti aériens devraient être déployés pour parer à toute menace de frappe asymétrique.

      Il me semble inimaginable que le gouvernement agisse avec autant de légèreté sur cette question.

    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 25 novembre 2014 17:27

      Fermer les centrales nucléaires revient à donner raison à l’agresseur, ce qui est inacceptable.


    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 25 novembre 2014 17:29

      Ceci étant dit, il existe peut être des complicités internes dans le gouvernement ayant pour objectif de faire fermer les centrales nucléaires, ce qui expliquerait l’apathie des réactions du dit gouvernement.


    • njama njama 25 novembre 2014 18:23

      hahaha  smiley 
      ... de l’artillerie lourde, des DCA sur toutes les centrales !
      .
      La consigne devrait être simple : abattre sans sommation tout ce qui vole dans le périmètre de sécurité d’une centrale nucléaire.

      absurde ou inconscient ... ou les deux
      le CN sont proches de milieux urbains, les balles perdues vous en faites quoi ? parce que ça va très loin des balles de mitrailleuses


    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 25 novembre 2014 18:39

      Des obus d’artillerie anti aériens ça se programme pour péter en l’air de nos jours.


      Pour le surplus, il s’agit d’un cas typique de dégâts collatéraux et on peut toujours en revenir à l’usage des sirènes d’alerte qui indiquent à la population qu’il est temps de rejoindre les abris anti aériens ( les caves ) en attendant que l’alerte soit levée comme nos parents et grands parents le firent pendant la dernière guerre.

      Ce survol des centrales est une agression caractérisée qui peut être le fait d’un Etat ou d’une organisation non gouvernementale potentiellement violente.

    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 25 novembre 2014 18:49

      Enfin bon, je serais l’opposition, j’en profiterais pour charger le gouvernement qui a une attitude pour le moins léthargique sur la question tout en promettant qu’une fois revenu aux affaires j’ordonnerais une enquête administrative pour déterminer s’il existe des complicités au sein de l’Etat et ce afin de prendre les sanctions qui s’imposent.




    • soi même 25 novembre 2014 21:04

      Bonjour les dégats, et les déchet , tu vas les offir à longeron ?


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 novembre 2014 08:25

      Vous disputez pas ! Détruire une centrale nucléaire coûte aussi cher que d’en construire une neuve...
      Il y a visiblement des dépenses plus urgentes pour notre cher gouvernement...


      - trouver un poignée de milliards d’euros pour boucler le budget retoqué par Bruxelles...
      - trouver une autre poignée de milliards pour rembourser la Russie pour les Mistral gagnants....
      - financer les djihadistes « modérés » et la Coalition avec l’ OTAN...
      - financer les agriculteurs suite aux dégâts collatéraux des sanctions contre la Russie...
      - financer l’ Ukraine en faillite et payer la note de gaz pour qu’ils se gèlent pas à Kiev...

      Vous n’avez aucun sens des priorités, et pi c’est tout !

    • JMBerniolles 26 novembre 2014 10:30

      Vous oubliez le pacte d’irresponsabilité ... 21 milliards d’euros


      Le financement du MES encore une vingtaine sans doute... 

      Le refinancement des liquidités d’Areva que la politique anti nucléaire du gouvernement fait plonger... des milliards d’euros... 

      Le paiement des intérêts des emprunts de l’Etat sur les marchés financiers plus de 50 milliards d’euros/ an....

      Plus touts les surcoûts que l’Etat renvoie vers les consommateurs, financement des EnR éolien et photovoltaîque, soit bientôt 10 milliards d’euros par an 

      Etc ... 


    • Layly Victor Layly Victor 26 novembre 2014 10:38

      Fifi
      Ce n’est pas tout à fait vrai, ou du moins demande à être précisé. Selon une expertise de EDF et AREVA et le retour d’expérience, le coût du démantèlement serait de 500 millions d’Euros pour un réacteur moyen du parc (REP 900) et le coût de la construction de 4 milliards d’Euros pour le même type de réacteur (le coût de l’EPR est particulier car c’est pratiquement un prototype et il a subi de lourds sabotages de la part des socialos-écolos de l’ASN).
      En revanche, arrêter prématurément un réacteur qui pourrait fonctionner encore 20 ou 30 ans est une perte de bénéfice net , un calcul simple le montre, d’au moins 5 milliards d’Euros.

      La folie des dingues socialos-écolos n’a pas de limites et la lâcheté des autres partis politiques qui ne disent rien n’a pas de limites non plus.


    • Patrick Samba Patrick Samba 26 novembre 2014 11:28

      "Selon une expertise de EDF et AREVA et le retour d’expérience, le coût du démantèlement serait de 500 millions d’Euros pour un réacteur moyen du parc (REP 900)«  :
       
      ah bon ?!
      Selon le retour d’expérience ? Quel retour d’expérience ? Il y a eu des centrales démantelées en France ? Je croyais que certaines n’en étaient encore qu’en cours de démantèlement... Et cela depuis quelques dizaines d’années (Brennilis, etc...)

       » le coût de la construction de 4 milliards d’Euros pour le même type de réacteur (le coût de l’EPR est particulier car c’est pratiquement un prototype et il a subi de lourds sabotages de la part des socialos-écolos de l’ASN "

      Le coût de l’EPR est particulier : c’est le moins que l’on puise dire !.... Celui de Flanville devait être de 3 milliards, il en est actuellement de 9 milliards. Et ne parlons pas de celui de Finlande...

      Et tout ça à cause des socialos-écolos... des saboteurs, des... social-traitres ! Mais les ingénieurs n’ont rien à voir dans les erreurs de conception, ah ben non...


    • Patrick Samba Patrick Samba 26 novembre 2014 11:30

      Pardon... de Flanbyville... de Flamanville.


    • Patrick Samba Patrick Samba 26 novembre 2014 11:48

       
      Et j’ai oublié : un accident nucléaire majeur chiffré par l’IRSN : 5 800 milliards d’€ !!....


    • Layly Victor Layly Victor 27 novembre 2014 17:48

      Samba
      Le retour d’expérience vient du démantèlement de centrales de taille équivalente aux REP900 aux Etats Unis.
      Au sujet de l’EPR, le cas de la Finlande est particulier, et il y a eu des erreurs au niveau de la sous-traitance du chantier, notamment en ce qui concerne la nature du sol. C’était une erreur de faire construire un prototype aussi loin, mais l’ambiance de sabotage en France y est peut-être pour quelque chose. Pour l’EPR de Flamanville, il y a eu un sabotage permanent de l’ASN (une officine de planqués polytechniciens et énarques, qui font de la politique au lieu de faire le travail que la nation attend d’eux, c’est à dire de veiller sur le plan technique à la sûreté des réacteurs).
      La meilleure preuve : les Chinois, qui ont acheté deux EPR, et ont commencé le chantier il y a deux ans, sont en train de les achever et vont les coupler au réseau à partir du printemps 2015. Surveillez bien cette date, car aucun journaliste n’en dira un seul mot. Je suis sûr aussi que les EPR achetés par les britanniques seront construits en un temps record.
      A l’époque de Giscard et Pompidou,on construisait en France deux réacteurs par an !
      Je constate que vous et vos amis vous réjouissez des échecs de la France et passez sous silence ses réussites. Pourtant, c’est complètement stupide car aucun réacteur ne sera arrêté avant l’achèvement de l’EPR. Donc, si vous voulez voir réaliser le rêve de toute votre vie, la Fermeture de Fessenheim (+1), vous devez exiger l’accélération du chantier de l’EPR. Et encore, ce n’est même pas sûr que c’est Fessenheim qui sera fermé, pour des raisons d’équilibre du réseau.
      Désolé de perturber votre soirée (un bon whisky 20 ans d’âge, ça aide parfois)


    • Layly Victor Layly Victor 27 novembre 2014 17:59

      Samba
      Ce chiffre complètement délirant de 5800 milliards d’Euros, on vous a déjà dit cent fois que c’était ubuesque, qu’aucune étude sérieuse n’a été menée par l’IRSN et que l’inventeur de ce chiffre, son directeur Repussard, qui est un politico-technicien, a été vertement critiqué par le personnel.
      Il a d’ailleurs été officiellement démenti par l’ASN, qui n’est pourtant pas un foyer de nucléocrates, selon vos termes.
      Mais vous continuez à le présenter comme si c’était un chiffre officiel.
      Voyez vous Monsieur Samba, ce qui me déplait profondément chez vous, ce ne sont pas vos convictions, c’est votre mauvaise foi permanente.


  • JMBerniolles 25 novembre 2014 18:30

    Fessenheim Fermeture Samba ....  

    Sempiternel article de Monsieur Samba. 

    Avec toujours les mêmes approximations : 

    * la catastrophe de Fukushima Daiichi n’est pas en cours. Les réacteurs nucléaires accidentés sont en arrêt froid, coldshutdown. Les autres, de la Tranche n°2, à l’arrêt normal.

    * On est dans la phase de démantèlement. Certes complexe, mais rien à voir avec une catastrophe.

    Monsieur Samba qui s’y connait nous explique que c’est une opération anti nucléaire qui vise à faire fermer des centrales nucléaires et à fragiliser des centres d’études nucléaires également sans doute.

    Ce sont donc des actions réalisées par une organisation anti nucléaire capable d’agir simultanément sur tout le territoire.

    Et qui bénéficie de la complicité des pouvoirs publics en France. Pays en voie d’auto destruction rapide.

    Au-delà des fantasmes, il y a les réalités. L’EPR de Flamanville vient de prendre un nouveau retard. Le pouvoir PS/EELV risque d’être débarqué avant que la décision de fermer une centrale nucléaire soit prise, ce qui ne signifierait pas le passage en démantèlement immédiat d’ailleurs.


    • Patrick Samba Patrick Samba 26 novembre 2014 00:49

      Mr Berniolles, le spécialiste de la sureté nucléaire qui ne veut pas avouer qu’il est ignorant du fait inouï que les plans des centrales françaises se sont effacés (!) sur leur support high tech, ou qui le sachant refuse de le reconnaitre.

      Mr Berniolles qui de plus est un menteur : il a osé affirmé sur cet article récent : Plaidoyer pour une sortie du nucléaire - AgoraVox le média citoyen, qu’ « en France, pays relativement le plus nucléarisé au monde, nous n’avons pas eu d’accidents dépassant le niveau 2 sur l’échelle INES. »

      Quand il ne peut pas ne pas savoir qu’à St Laurent des Eaux en 69 et 80 il y a eu fusion partielle soit accident de niveau 4 !...

      Et vous vous exposez encore ?!


    • JMBerniolles 26 novembre 2014 10:23

      Monsieur Samba vous qui êtes ici en service commandé avec votre environnement habituel, vous savez très bien que je parlais évidemment des REP.


      L’accident concernant la fusion partielle de deux assemblages combustibles sans problème extérieur, est relatif à un réacteur Graphite-Gaz à Saint Laurent des eaux..

      Je ne peux pas répondre à toutes les absurdités.

      Et il me parait intéressant que les gens découvrent la complicité des pouvoirs publics avec Greenpeace, organisation suffisamment financée pour recycler des hommes et femmes politiues en bout de course... 

    • Patrick Samba Patrick Samba 26 novembre 2014 11:36

      Dans cette phrase : « en France (...) nous n’avons pas eu d’accidents dépassant le niveau 2 sur l’échelle INES. », vous parliez évidemment des REP ?!!!

      Double menteur !

      Et les plans effacés ?...


    • JMBerniolles 26 novembre 2014 13:14

      Cela ne m’intéresse pas vraiment de répondre à votre catalogue d’arguments formatés, estampillés Greenpeace, SDN et autres anti nucléaires primaires... Repussard aurait pu arrondir à 6000 milliards d’euros ou plus... c’est un chiffre ridicule. Qui devrait révéler l’infiltration de l’esprit anti nucléaire à l’IRSN et même à l’ASN. C’est le cadeau laissé par Dominique Voynet dont le ministère lamentable a montré ce qu’était l’écologie politique appliquée... 

      Je précise que le même Repussard, responsable de l’IRSN, a été incapable de décrire le scénario d’accident grave sur un REP qui fondait ses affirmations au JDD. Et pour cause le rapport de l’IRSN qui traitait du sujet parlait de 400 milliards d’euros. Peut-être serait-il bon de demander des chiffres aux japonais ? On verrait notamment que dans la prise en compte des dégâts économiques il y a le coût de l’arrêt du nucléaire... pour le Japon ce poste pèse de l’ordre de 60 milliards de dollars par an sur la balance commerciale. 

      Mais il est important que les gens retiennent qu’en plus de 50 ans d’électronucléaire en France, nous n’avons eu qu’un accident totalement maîtrisé sur une réacteur de conception ancienne, sans impact extérieur [fusion très partielle sans émissions extérieures notables c’est au maximum du niveau 4. L’accident de Windscale en UK bien plus sérieux a été classé au niveau 5] et pas d’accidents au-dessus du niveau 2 sur les REP. Ce sont eux qui vont voir leur vie prolongée. 



  • joelim joelim 25 novembre 2014 20:29

    Autre hypothèse, un gouvernement étranger. Argument : il est possible de documenter des faiblesses stratégiques (transformateurs) à moindre danger, depuis que l’on sait faire voler ces étonnants engins semi-autonomes faciles à cacher dans un coffre de voiture.


    Contre-argument : il faudrait qu’il existe un pays capable de s’autoriser de telles vilénies, du genre détruire des infrastructures civiles dans le cadre de guerres d’agression. On sait tous que ce genre de gouvernement n’existe pas...

    Il faudrait aussi qu’il existe un pays capable de dépenser énormément pour faire de la subversion hors de leur sol. Pareil : inconnu au bataillon...

    En tout cas l’hypothèse existe et je m’étonne de ne pas la voir évoquée. Ça ne voudrait pas dire que des gens veulent attaquer la France mais qu’ils se documentent afin de faire face à tous les scénarios possibles. Pareil je ne vois pas de pays qui raisonne ainsi...

    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 25 novembre 2014 20:51

      C’est bien ce que je dis , une hypothèse de Pearl Harbour moderne.


      Il faut armer les centrales pour faire face à des adversaires qui ne reculent devant rien et qui frapperont par surprise et sans se déclarer.

    • Pyrathome Pyrathome 25 novembre 2014 22:27

      Ça ne voudrait pas dire que des gens veulent attaquer la France mais qu’ils se documentent afin de faire face à tous les scénarios possibles
      .
      Il existe suffisamment de documentations et de cartographies sur le net sans avoir à financer des missions secrètes dans un pays étranger à l’aide de drones sophisitiqués, car on parle ici d’engins conséquents ( dont on ne possède actuellement aucun document photo ou vidéo, juste des témoignages étranges..) n’ayant strictement rien à voir avec les petits joujoux du commerce florissant......

      Je me trompe peut-être sur ce coup, mais le raisonnement qui collerait le mieux est l’incursion volontairement provocatrice de « gens » voulant peut-être nous faire comprendre quelque chose de pas très réjouissant concernant l’avenir de ces centrales ( ou plutôt du notre en l’occurrence...)
      Le terme de « gens » étant à définir, mais disons n’appartenant pas à notre « monde connu »...

      Il va falloir quand-même que certains ici se fasse à cette idée et y réfléchissent sérieusement, car en 2014, se réfugier systématiquement dans le déni ou se mettre la tête dans le sable, c’est pas très courageux pour aborder une si importante question......


    • Pyrathome Pyrathome 25 novembre 2014 23:26

      http://www.washingtontimes.com/news/2014/nov/24/group-demands-congresssional-action-aliens-extrate/

      Petit Tournicoton, les visites d’installations nucléaire militaires et civils sont légions depuis plus de 60 ans de part le monde...
      Les documents déclassifiés us confirment ce fait, les langues se délient.......


    • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 26 novembre 2014 00:03

      En France, la base de missiles à têtes nucléaires du plateau d’Albion a été survolée à de nombreuses reprises, la nuit, par des « lumières » ; à l’époque, le mot « drone » n’existait pas ; de toutes façons, le « secret défense » était de rigueur.
      Mais les dizaines d’années passant, les langues finissent par se délier...

      Le premier survol daterait de quelques heures seulement après la mise en service opérationnel des systèmes de lancement.


    • Patrick Samba Patrick Samba 26 novembre 2014 01:00

      joelim : "Il faudrait aussi qu’il existe un pays capable de dépenser énormément pour faire de la subversion hors de leur sol. Pareil : inconnu au bataillon...« 

      Ah bon ??!! Ça serait plutôt monnaie courante en cas de relations franchement hostiles, non ?
      Et dans le cadre de relations »amicales" de compétition économique, les USA n’en sont pas capables ? Les Russes non plus, notamment si c’est pour récupérer leurs Mistral ?


  • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 25 novembre 2014 23:49

    Il y a eu la vague de l’automne 1954,
    il y aura aussi désormais la vague de l’automne 2014.


  • sls0 sls0 26 novembre 2014 06:36

    Un peu de connaissances réglementaires sur les drones.
    Un drone bien équipé peut voler en autonome, pour une triangulation gonio de l’émetteur c’est rappé.
    Normalement c’est prévu en cas de chute pour que ça ne fasse pas trop de dégâts corporels, donc pour une installation industrielle il faut pas trop s’inquiéter.
    L’autonomie en hélice sustentatrice c’est en minutes, sur le lien ci-dessus en regardant le matériel pro c’est 5-10’ avec une charge maxi de 1,5kg. Pour d’autres c’est plus mais avec moins de charge.
    Style avion l’autonomie n’est plus trop un problème.
    Equipé d’explosif, il faut une extrême précision vu la charge utile, la puissance de l’explosion diminue avec le cube de la distance. Si c’est un guidage GPS avec les manoeuvres d’évitements des obstacles avec 1,5kg on cassera des vitres et peut être un peu de tôles de bardage pliées.

    Si c’est pour faire du médiatique c’est efficace. Pour le dégâts industriels, il y a mieux.

    Les abattre, tirer une balle de 22LR en l’air on se fait traiter de malade avec raison vu sa dangerosité. Un calibre supérieur hors période de guerre on peut s’abstenir.
    Si on veut le neutraliser en l’aveuglant, c’est 1,5 Ghz pour le guidage GPS et 2,5 s’il est radio commandé.

    Le pilote j’espère qu’il a prévu dans sa programmation un basculement de « retour maison » à « va voir ailleurs si j’y suis » s’il entend un hélico.

    Un peu de législation.


  • Gieller Gieller 26 novembre 2014 06:52

    Personne n’a vu cette interview de Bourdin ?
    https://www.youtube.com/embed/bAYZR86mwEM?feature=player_detailpage


    • njama njama 26 novembre 2014 11:05

      bof ...
      on pourrait tenir exactement le même raisonnement en visant quelques raffineries de pétrole ... les stocks de pétrole raffiné seraient très vite épuisés et les prix flamberaient illico provoquant très rapidement un grand désordre économique
      ... viser plusieurs transformateurs simultanément supposerait une opération militaire simultanée de très grande envergure ..., est-ce crédible ?

      Bruno Comby (ecolo militant pour le nucléaire plutôt que d’employer ses comptences polytechniciennes pour en sortir) semble dire qu’il n’y aurait eu que des vols de nuit ?? donc, seule hypothèse déduite, pour faire du repérage thermique des transformateurs par caméra infrarouge, est-ce bien utile ? car, il est assez facile de connaître l’architecture d’une centrale nucléaire, de repérer les enceintes de confinement, les transformateurs se trouvant juste à côté. De plus un certain nombre de centrales ont été construites sur le même modèle.
      de simples et courtes vidéos de jour suffiraient à les localiser
      exemple : Centrale nucléaire vue par un drone video aerienne aerofilmphotos.com
      Mise en ligne le 8 mars 2010
      (0’23) Depuis deux ans, EDF fait appel à un drone civil pour réaliser des photos aériennes de ses centres nucléaires de production d’énergie (centrale nucléaires) par le spécialiste AEROFILMPHOTO SERVICES.
      https://www.youtube.com/watch?v=0vHFge755_M&list=PL00AE49A3C477F7E9&index=7
      ...
      vol de nuit ? hormis suivre des données GPS, ... mais pourquoi faire compliqué quand on peut faire plus simple (?)
      « Ce sont des machines intelligentes : ils peuvent fonctionner de manière autonome, naviguer à vue, ou encore suivre des données GPS ou des itinéraires préprogrammés. Ils peuvent remplir différentes fonctions : observer (en mode »perch-and-stare« ) à des fins de surveillance, suivre étroitement un autre appareil (en mode »follow-me« ) ou encore devenir les yeux d’un pilote qui le contrôle à distance (en mode FPV »first-person-view« ). Enfin, plusieurs drones peuvent être programmés pour voler en essaim et opérer en parallèle. Il est possible de commander toutes ces fonctions à partir d’un smartphone. »

      http://www.challenges.fr/entreprise/20141125.CHA0654/ce-temoignage-qui-prouve-que-les-drones-sont-une-vraie-menace-pour-les-centrales-nucleaires.html

      A ce jour toujours pas la moindre preuve photos, ou vidéos dans les médias ? alors que les paparazzis pourraient faire un carton avec de telles images


    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 26 novembre 2014 11:26

      Mais c’est ce que je pense, d’autres sites non nucléaires sont également des cibles potentielles pour des terroristes ou des Etats étrangers.


      Les terroristes affiliés au daech étant les plus probables.

      Ceci étant dit, on pourra toujours envoyer la note au Qatar en cas d’attentat vu que c’est eux qui financent le daech.



    • Patrick Samba Patrick Samba 26 novembre 2014 12:35

      Gieller, personnellement je n’avais pas vu cette interview de Bruno Comby par Bourdin, et je vous en remercie.
      Mais si vous aviez suivi les différents articles d’AV sur cette affaire de drones, vous sauriez depuis longtemps que cette hypothèse d’attaque des transformateurs nous a été servie par nos experts (des vrais !) de la sureté nucléaire qui s’étendent en désinformations, mensonges et calomnies sur le nucléaire sur AV.

      Mais cette histoire de cartographie de transformateurs, et là je répond aussi à najma, c’est du pipeau ! La meilleure preuve est donnée par cette vidéo de l’interview de Bourdin : on y voit sous tous les angles, et de jour, le transformateur de la centrale filmée ! Alors pourquoi aller les filmer avec des drones et de nuit ?
      Et bien juste pour indiquer au gouvernement, et pas besoin de Comby pour ça, le projet poursuivi par ceux qui manœuvrent politiquement ces drones. Le message est : « Si vous livrez » (USA), ou « si vous ne livrez pas » (Russie) les Mistral, « on éteint toutes vos centrales ». « On ne les détruit pas, on les éteint »...

      Les Français et les Russes se sont mis d’accord hier sur les Mistral. On verra s’il n’y a plus de drones désormais...

      (Une parenthèse concernant Comby, « écolo » pro-nucléaire, et les experts d’AV. C’est un véritable irresponsable ! Il indique publiquement à tous les terroristes en herbe l’un des talons d’Achille des centrales nucléaires. En revanche Greenpeace a décidé de ne pas publier le rapport qu’ils ont commandé à l’expert John Large pour ne pas livrer trop d’informations sensibles...
      Contrairement aux « experts » d’AV.... )


    • njama njama 26 novembre 2014 13:05

      « Si vous livrez » (USA), ou « si vous ne livrez pas » (Russie) les Mistral, « on éteint toutes vos centrales ». « On ne les détruit pas, on les éteint »...
      votre hypothèse n’est pas crédible, ce n’est pas sérieux, juste deux navires porte-hélicoptères dont la France ne pourrait rien faire quand bien même elle ne voudrait pas les livrer à la Russie qui a fourni « une partie » (seulement) des équipements de technologie russe à y intégrer.
      La France risquerait des pénalités financières colossales, si elle ne les livre pas, un abandon des relations économiques demain avec la Russie qui se tournera vers l’Asie..., et ces navires seraient invendables
      L’histoire des Mistral, c’est juste des histoires de pressions diplomatiques avec les questions ukrainienne et syrienne.


    • Patrick Samba Patrick Samba 26 novembre 2014 13:29

      « votre hypothèse n’est pas crédible » : je crois hélas que c’est exact. Car si les transformateurs sont détruits, les conséquences ne se limitent pas à une extinction ( avec arrêt des cœurs comme le précise Comby).

      Car même arrêtés, les coeurs ont besoin d’être refroidis. Et pour l’être il faut non seulement de l’eau, mais aussi de l’électricité pour faire fonctionner le refroidissement... Et si l’on peut détruire les transfo, on peut aussi détruire les groupes électrogènes (comme à Fukushima).


    • Patrick Samba Patrick Samba 26 novembre 2014 13:53


      et je n’ai pas parlé des pompes d’alimentation en eau, qui sont à l’air libre et très vulnérable...


    • njama njama 26 novembre 2014 14:55

      « Si vous livrez » (USA), ou « si vous ne livrez pas » (Russie) les Mistral, « on éteint toutes vos centrales ». « On ne les détruit pas, on les éteint »...
      .
      C’est QUI, « ON » ... dans votre esprit ?
      pas Poutine j’imagine et rien ne le laisse entendre dans votre formulation, ni ce ne pourrait être officiellement le gouvernement des USA, donc il s’agirait d’un « inside job » comme le 9/11
      mais non ce n’est pas sérieux, l’économie US a trop besoin de l’Europe ... les multinationales ne sauraient s’en passer


    • sls0 sls0 26 novembre 2014 17:31

      Bourdin se trompe sur la tension de sortie de l’alternateur c’est 24kV et non 400v et le transformateur ne se trouve pas à proximité du réacteur.
      Sur le site d’EDF et autres il y a assez de vidéo ou photos pour le voir ce qui permet de se passer de vols de reconnaissance de drones.

      Il a raison de dire que le point sensible d’un pays ou continent c’est son réseau de transport haute tension. Par son architecture le réseau américain est beaucoup plus sensible que le français.
      Du fait que la plupart des transfos sont accessibles visuellement, c’est pas les moyens qui manquent.
      En fonction du nombre de transfo, la nuit économique qui suivra c’est en semaines, mois, trimestres ou semestres que l’on comptera.

      Par le passé il y a eu des destructions de lignes ou pylônes par les éléments naturels, ça a posé des problèmes. En 99 c’est 200 pylônes de touchés et 19 milliards de pertes économiques. Au Canada le verglas a fait pas mal de dégâts.

      Que ce soit un terrorisme d’état ou de groupes, il vaut mieux s’attaquer au réseau qu’à une centrale nucléaire. Coté connaissances c’est moins pointu, la conception est moins blindée et médiatiquement être responsable d’une contamination ça n’aide pas trop une cause.

      Pour toute action il faut regarder le rapport dépense/gain, une petite bombe dans un RER c’est plus que suffisant. A voir les attentats du hezbollah à une certaine époque, ils avaient la logistique pour s’attaquer à de l’industriel, il en sont resté à du basique c’était suffisant pour meubler les médias pendant des mois.


    • Layly Victor Layly Victor 30 novembre 2014 13:37

      Eternel et inénarrable Samba !

      Greenpeace, avec son immense sens des responsabilités, a l’extrême amabilité de ne pas donner au monde des détails sur les points faibles des centrales nucléaires, alors que Bruno Comby, « ce traître à la cause », car écolo non anti-nucléaire fanatique, en donnerait !
      Comme si les plans des centrales françaises n’étaient pas en possession de tous les services de renseignements du monde (c’est l’abc de leur travail).
      Mais vous répétez inlassablement votre conte pour enfants ou pour fanatiques de l’ésotérisme et du chamanisme (avec un bon joint, ça marche mieux) de plans des centrales françaises qui auraient « fondu sur un support ». Si c’était le cas, tous les autres pays les possèdent en n exemplaires.

      Au sujet de l’impact d’un black-out électrique sur la sécurité d’un réacteur, c’est un sujet étudié depuis longtemps, et il y a de nombreuses publications dans des revues de physique nucléaire sur ce sujet, à partir des années 1980. Je me souviens d’avoir fait un calcul de décontamination par barbotage à travers le réservoir de décharge du pressuriseur et le pressuriseur lui même en cas de station black-out non protégé. C’était en 1995.
      C’est un peu le même scenario qu’à Fukushima à part que, dans ce dernier cas, il n’y avait pas la protection du pressuriseur car ce sont des réacteurs à eau bouillante et que les générateurs de secours étaient noyés.
      Donc, dire que l’on découvre aujourd’hui ce problème grâce à vos amis de Greenpeace, « les courageux combattants cosmopolites » pour vous citer, c’est soit de l’ignorance crasse, soit du gros foutage de gueule.
      Je ne sais rien sur cette histoire de drones mais ce que je sais, c’est que dans notre pays moribond, tout ce qui vient est pourri, tordu, malsain et qu’il y a des gens comme vous pour s’en réjouir. 


  • aimable 26 novembre 2014 08:17

    peut être que les drones étaient pilotés de l’intérieur ?
     ils faisaient peut être des essais pour une nouvelle forme de surveillance interne ?
     on ne nous dit pas tout !!!!!!! chut c’est top secret  !


  • Layly Victor Layly Victor 26 novembre 2014 11:31

    Emminent professeur Samba

    Comme vous l’avez dit vous même dans un avant dernier papier, votre but n’est évidemment pas d’informer mais de faire apparaître Fermeture et Fessenheim le plus souvent possible dans les statistiques du net.C’est pourquoi vous nous gratifiez chaque semaine d’un brouillon torché à la va vite. Vous avez raison. Le but étant celui annoncé par vous même, pourquoi se donner du mal ? Ce sont, j’en conviens, des méthodes très éloignées de la Science, qui elle vise au contraire à donner la meilleure description du réel avec le minimum de symboles.

    Je n’avais pas compris votre méthode au début et je me suis efforcé de démonter patiemment tous vos petits mensonges et toutes vos approximations. Ce qui m’a valu pas mal d’insultes de la part de vos petits copains, insultes qui m’ont encouragé à continuer. L’épisode des drones tombe à point nommé pour alimenter votre moulin à paroles.
    Il ne vous est pas venu à l’esprit que, si le gouvernement laisse faire, c’est soit parce que ceci n’a aucune importance, soit parce qu’il cherche une excuse pour commettre l’inconcevable. En effet, l’aberration économique et stratégique que représenterait la fermeture de réacteurs encore jeunes (par rapport à une durée de vie estimée à 60 ans), dans un pays surendetté et en peine crise, avec comme seule intérêt l’apport électoral des voix écolos, devra se justifier un jour, quand la facture d’électricité va grimper en flèche et que l’industrie va encore plonger. Alors, on peut mettre en avant le danger des drones et les études du professeur Samba.
    Une autre hypothèse simple est que les responsables de l’industrie et de la défense estiment que c’est sans importance. Vous êtes tellement dans votre délire apocalyptique sur les centrales nucléaires que vous n’y avez même pas songé.

    J’admire les personnes qui ont la patience d’essayer d’argumenter avec vous, c’est peine perdue.
    Exemple : vous annoncez un accident de fusion du coeur à Chinon, vous produisez un document, on montre que c’est un faux, vous annoncez un autre bidule, on montre que c’est faux, vous annoncez....de la radioactivité dans les panaches des tours de refroidissement ! On vous démontre que c’est rigoureusement impossible, mais la seule réponse est qu’on se fait insulter par les ignorants fanatiques.

    Personnellement, je n’ai plus le temps de jouer à la marelle avec vous et vos petits copains.

    J’espère être encore en vie dans 20 ou 30 ans car j’aimerais avoir le plaisir de vous offrir le champagne pour la Fermeture de Fessenheim (+1). Vous aurez mis le temps, mais vous aurez atteint le but de votre vie.


    • Patrick Samba Patrick Samba 26 novembre 2014 12:00

      « Une autre hypothèse simple est que les responsables de l’industrie et de la défense estiment que c’est sans importance. » : qu’est-ce qui est sans importance, ô grand Maître Layly Victor ?

      Je te remercie,ô grand Maître Layly Victor, d’avoir pu écrire enfin un commentaire sur AgoraVox sans injures avérées, si ce n’est sans insultes de forme.

      Mais des mensonges, encore et encore, ça c’est plus difficile de s’en passer...

      J’ai annoncé « un accident de fusion du coeur à Chinon » ???, j’ai « produit un document  » ???....

      D’accord, cessez de « jouer à la marelle » (c’est donc cela que vous faisiez !!), mais cessez aussi de mentir !


  • ETTORE ETTORE 26 novembre 2014 11:41

    bah ! on imagine que si action il y auras ce sera pour cet hiver au plus haut du pic de consommation, alors ???

    Une chose me parait pourtant évidente, notre société ne tient qu’à un fil !
    que des personnes avec des buts particuliers tentent de recréer un Fukushima économique
    qu’ils ne s’y prendrait pas autrement.
    il ne reste en effet qu’un léger domino à pousser et le but est atteint ;
    Le reste, la population s’en chargeras, la répression s’en chargeras, le chaos s’en chargeras.
    A la fin de toutes ces monstruosités, nous serons prêts à accepter les lois inacceptables’ aujourd’hui
    et présentés comme la seule solution à notre survie.
    Voilà comment on fait une guerre aujourd’hui, un jeu de billard où seul le tapis est éclairé
    le reste est bien dans l’ombre ;
    L’ombre du non dit, l’ombre de l’impuissance de nos dirigeants que seul le silence met en lumière malgré leurs négations, et leurs manipulations.
    La seul question que je pose à leur sujet est : En sont ils ????

  • njama njama 26 novembre 2014 13:22

    Et si l’objectif final de ces mystérieux drones n’était que d’alimenter la propagande sur « la menace terroriste » qui fait florès depuis le 9/11 ?
    .
    Autre option, plus vraisemblable, en sécurisant à outrance le nucléaire, en en faisant un sujet « secret défense », c’est éloigner les écolos, éloigner la société civile ** d’une possibilité d’y voir de ce qui s’y passe, de surveiller le vieillissement des centrales, de pister les pollutions nucléaires ...
    ** association du genre CRIIRAD (Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité ) http://www.criirad.org/association/missions.html


  • JMBerniolles 26 novembre 2014 13:25

    Si je peux me permettre de m’amuser un peu, je trouve assez marrant le fait que dans cette mission sur commande de monsieur Samba, avec collaborateurs pour distribuer des moins sur les commentaires à caractère technique, ses articles se retrouvent ainsi avec des commentaires les plus appréciés de nature assez débile.


    Ainsi ceux de « il n’y a pas pire que l’atome » et évidemment la conclusion absurde complétement cohérente avec la démarche Greenpeace, « arrêtons tout de suite toutes les centrales nucléaires ».

    Finalement c’est un bon qualificatif d’article de ce genre

  • JMBerniolles 26 novembre 2014 17:50

    La collusion de Greenpeace avec nos gouvernants sur cette affaire, vient d’apparaitre au grand jour.


    Un rapport d’un expert anti nucléaire anglais complice répertorié de cette organisation internationale anglo saxonne, John Large [mais qui n’arrive pas à convaincre les anglais de ne pas relancer leur nucléaire ! ] vient d’être remis à Manuel Valls nous apprend-on dans la presse ;

    Ce rapport est commandité par Greenpeace.

    On arrive à une situation où le conseiller officiel du gouvernement français pour la sûreté nucléaire est Greenpeace !   

    Ce qui est révélé de ce rapport montre que cet expert n’a pas assimilé les mesures prises sur les centrales nucléaires avec l’expérience Fukushima Daiichi et celle d’incidents ayant affecté le Blayais et des centrales de la vallée du Rhône.

    Il parle du danger représenté par la destruction de pompes servant à pomper une eau de refroidissement pour les réacteurs. Pour lequel il y a des contre mesures.

    La France touche le fond avec la complicité de ses gouvernants avec des intérêts étrangers de multiples natures.


  • njama njama 26 novembre 2014 18:17

    dans l’idée d’un gros rétro-pédalage politique sur la question du nucléaire, pour faire passer la pilule, un montage pour se débarrasser des écolos toujours assez chiants sur la question du nucléaire ? ça me paraitrait pas trop mal comme objectif « gouvernemental » (européen)
    ...
    la très grande majorité des membres du Conseil Scientifique de l’organisation « Sauvons le Climat » soient issus du CEA, d’AREVA ou d’EDF...

    Thème : CO2 et autres gaz à effet de serre

    Oser le nucléaire pour trouver la solution au problème climatique !
    [...]
    "Un fort développement du nucléaire permet de maintenir la consommation d’énergie à un niveau raisonnable, de stabiliser la concentration de CO2 dès 2060, de réduire considérablement sinon de supprimer les besoins de stockage de CO2, de supprimer complètement le recours aux combustibles fossiles plusieurs décennies avant la fin du siècle.
    http://www.sauvonsleclimat.org/climat-environnement/gaz-a-effet-de-serre/climat-oser-le-nucleaire.html


    • Pyrathome Pyrathome 26 novembre 2014 19:11

      Oser le nucléaire pour trouver la solution au problème climatique !
      .
      Osons nous faire péter la gueule une bonne fois pour toute ?
      C’est sûr qu’avec des gougnafiers comme Berniolles et consorts, on touche bientôt au but.....
      Le suicide est en vue !!


    • JMBerniolles 26 novembre 2014 20:24

      D’habitude on me traite d’assassin....


      Plutôt que de perdre mon temps à répondre, je complète le raisonnement.
      Un rapport adressé au premier ministre et aux parlementaires ne se fait pas en deux minutes.

      Je dirais 15 jours, 3 semaines... si l’on ajoute le temps passé à la discussion de la commande entre Greenpeace et leur ami John, puis à la réception par cette organisation internationale, on arrive à 1 mois.

      Donc la commande du rapport sur les dangers potentiels a été lancée en même temps que le programme de survols de drones sur les centrales nucléaires.

      Voilà une opération complète qui vise à faire douter les gens de la sûreté de nos réacteurs nucléaires. 

      Je suis assez curieux de voir ce que le gouvernement va en faire ?
      S’il y avait un vraie menace, qui serait un acte de guerre, fermer une seule centrale ne résoudrait pas le problème. 

      D’un autre côté le fait que les pouvoirs publics aient fermé ls yeux sur ces actions visiblement coordonnées par une organisation, montre sans doute que le gouvernement a du mal à fermer Fessenheim ou une autre centrale nucléaire. D’autant que le retard de l’EPR de Flamanville entrainerait un manque de production dangereux ;







    • Pyrathome Pyrathome 26 novembre 2014 22:58

      D’habitude on me traite d’assassin....
      .
      Non pas, mais d’inconscient, sûrement à défendre l’indéfendable.......
      Comme un enfant qui joue avec des allumettes et qui ne saura jamais arrêter un départ de feu, quoi..
      On ne sait pas neutraliser la radioactivité, on ne sait que faire des millions de tonnes de déchets pour des milliers d’années générés par cette industrie, pire, on ne sait même pas démanteler......
      C’est juste une technologie pour fous furieux qui nous prend tous en otage comme dans un piège à rat......


    • JMBerniolles 27 novembre 2014 08:52

      Mais vous avez passé toute votre vie avec des réacteurs nucléaire sur les grands axes de notre pays, comment est ce que cette crainte est venue ?


      Puisque vous me sortez les arguments de propagande primaire des mouvements anti nucléaires basés sur l’idéologie, je pense que vous avez été prise dans cette mouvance.

      *Pour le démantèlement je prendrai le cas le plus complexe, celui des réacteurs rapides au sodium et combustible U-PuO2... le prototype Rapsodie/Fortissimo de 40 MWth, donc déjà assez puissant, a été totalement déchargé de son combustible, vidangé de son sodium primaire et découpé... Super Phénix est malheureusement sur la même voie... les centres du CEA de Fontenay aux roses et Grenoble ont été complètement dénucléarisés. Le laboratoire, devenu un atelier de fabrication du combustible U-PuO2 pour Super Phénix, puis du Mox à Cadarache est en cours de démantèlement....  mais je suis d’accord avc le fait que Brennilis est un très mauvais exemple, cependant c’est un cas particulier.

      * les déchets à vie longue et haute activité, VL-HA, ceux qui sont effectivement les plus ennuyeux représentent 120 t/an. Et il existe des voies pour les éliminer.

      * C’est une technologie qui n’aurait pas pu être mise au point par des fous furieux, d’ailleurs Jolliot Curie était membre actif du mouvement de la paix.

      La réalité que toutes les idéologie ne pourront effacer est que le nucléaire civil est incontournable dans une société développée [l’Allemagne n’en sort pas et l’Iran veut l’accès au nucléaire civil tout en étant le premier pays pour les réserves de gaz naturel]

      Il faut faire en sort qu’il soit le plus sûr possible. Super Phénix était conçu pour contenir son accident maximum [800 mégaJoules, sans doute un peu plus haut en réalité mais tout à fait maîtrisable] un peu plus ennuyeux que ceux des REP.

      Mais je ne vous convaincrai sans doute pas ... 

    • Patrick Samba Patrick Samba 27 novembre 2014 12:22

      « Il faut faire en sort qu’il soit le plus sûr possible. Super Phénix était conçu pour contenir son accident maximum [800 mégaJoules, sans doute un peu plus haut en réalité mais tout à fait maîtrisable] un peu plus ennuyeux que ceux des REP.


      Mais je ne vous convaincrai sans doute pas ... »

      Mais peut-être qu’en étant un peu moins confus....

      Je suis sûr que vous êtes capable de tenter de rendre cette phrase compréhensible. Si tant est qu’elle puisse l’être, bien entendu.


    • JMBerniolles 27 novembre 2014 13:22

      Monsieur Samba...


      J’ai lu que vos amis de Greenpeace demandaient à ce que le poste de conseiller scientifique du président de la commission européenne soit supprimé..... à défaut d’y installer leur complice John Large ; C’est l’installation de l’obscurantisme en soutien du système néo libéral.

      John Large pourrait peut-être vous être utile en vous expliquant l’accident maximum de Super Phénix.

      Cela date des années 1970 ...  L’accident maximum, très hypothétique, de Super Phénix est celui qui est provoqué par une perte de refroidissement au primaire, sans chute de barres.

      L’accident commence donc par une première excursion neutronique qui s’éteint par effet Doppler.
      [donc plus grave qu’à Fukushima Daiichi où le séisme a provoqué la remontée des barres et donc l’arrêt des réacteurs en fonctionnement] 
       * il y a donc échauffement du coeur, vaporisation du sodium, éclatement de gaines combustibles, fusion de pastilles combustibles, formation de corium.
      * il est pratiquement sûr qu’il y ait également une excursion neutronique secondaire.. 

      L’énergie de l’accident se retrouve principalement sous forme mécanique, de l’ordre de 800 MégaJoules donc. C’est la donnée qui a été retenue pour le dimensionnement.

      La maîtrise de cet accident maximum implique :

      * Un dôme pour contenir l’effet mécanique
      * un refroidissement dit d’ultime secours pour évacuer la puissance résiduelle
      * un récupérateur pour recueillir le corium et le contenir.

      Voila entre autres pourquoi Super Phénix était un prototype magnifique très en avance sur son temps.

      Il est important que les gens comprennent que ceux qui l’ont tué sont au pouvoir depuis des années et nous conduisent à la faillite. L’abandon de Super Phénix a été le tournant vers le naufrage de notre pays.



    • Patrick Samba Patrick Samba 27 novembre 2014 13:56
       « L’accident commence donc par une première excursion neutronique qui s’éteint par effet Doppler. [donc plus grave qu’à Fukushima Daiichi où le séisme a provoqué la remontée des barres et donc l’arrêt des réacteurs en fonctionnement] » !!!! smiley

      « La maitrise de cet accident maximum » : alors qu’on est infoutu de maitriser un accident « minimum », on pourrait maitriser un accident maximum ????  smiley
       

      « Voila entre autres pourquoi Super Phénix était un prototype magnifique très en avance sur son temps. » smiley  smiley

    • JMBerniolles 27 novembre 2014 17:36

      Monsieur Samba,


      Il faut que vous fassiez un effort pour comprendre, ou bien adressez vous à John Large, sinon votre égo, apparemment surdimensionné parce que vous vous croyez de taille, avec vos amis, à être capable d’arrêter Fessenheim, va encore en prendre un coup.

      A chaque type et dessin de réacteur ses problèmes de sûreté.

      L’accident maximum de Super Phénix était hypothétique parce que même en conditions extrêmes les barres de contrôle jouent leur rôle.




    • JMBerniolles 27 novembre 2014 17:45

      Monsieur Samba,


      Il faut que vous fassiez un effort pour comprendre, ou adressez vous à John Large, sinon votre égo, surdimensionné puisque qu’avec vos amis vous vous croyez capables d’arrêter Fessenheim, va encore en prendre un coup.

      A chaque type et dessin de réacteur nucléaire sa sûreté. 

      L’accident de Super Phénix est très hypothétique parce que les barres de contrôle ont prouvé qu’elles jouaient leur rôle y compris en situation extrême.

  • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 26 novembre 2014 21:57

    a) Les premiers faits remontent au 14 septembre, avec le survol du site du Commissariat à l’Energie Atomique (CEA) de Saclay (département de l’Essonne).

    http://www.esisc.org/publications/briefings/6785

    b) Les communiqués d’ERDF font état de survol d’ « aéronef assimilable à un drone ».
    Exemple :
    http://energie.edf.com/nucleaire/carte-des-centrales-nucleaires/evenements-45876.html

    Ce sont près de 99 % des médias traditionnels qui ont décidé de rayer « aéronef assimilable à ».

    c) Le personnel des centrales nucléaires françaises étant loin d’être de doux rigolos, surtout ceux responsables de la sécurité [ce qui est loin d’être le cas des « responsables » de presse français], il faut souligner leur honnêteté et prudence dans leurs déclarations.
    Ce qui trahit la forte ambiguïté des phénomènes observés.
    Comme le Canada Dry.

    d) Comme PLUS DE DEUX MOIS se sont écoulés depuis le début des événements et que PERSONNE à ce jour n’est capable d’apporter une explication valable aux faits constatés, il est évident qu’il faut désormais utiliser l’acronyme OVNI - objet volant non identifié - avec tout ce que cela implique.

    e) Vous trouverez ici le témoignage d’un ingénieur ayant pu observer le 30 octobre, en soirée, un engin inconnu d’une envergure estimée entre 6 et 7 mètres, totalement silencieux mais lumineux, au-dessus de la centrale de Golfech...

    http://www.forum-ovni-ufologie.com/t19461-survols-de-centrales-nucleaires-ovni-ou-drones


    • lsga lsga 26 novembre 2014 22:04

      Tout à fait. Sauf qu’il faut dire PAN (Phénomène Aérospatial Non identifié). 

       
      Si ce sont nos voisins galactiques qui sont derrière tout cela, c’est certainement une manière de nous dire que des centrales sont sur le point de sauter. Sont sympas les hippies de l’espace quand même...

    • Pyrathome Pyrathome 26 novembre 2014 22:44

      Si ce sont nos voisins galactiques qui sont derrière tout cela, c’est certainement une manière de nous dire que des centrales sont sur le point de sauter. Sont sympas les hippies de l’espace quand même...
      .
      Ben tu vois Isga, tu les croyais indifférents à notre sort............
      Soyons prudents quand-même, on a pas encore le moindre cliché ou vidéo, toutefois on a des témoignages potentiellement crédibles et ça n’a pas l’air d’aller dans le sens des drones, appellation nouvelle bien commode pour ne pas passer pour des farfelus soucoupistes.....
      .
      Sont sympas les hippies de l’espace quand même...
      .
      Oui sûrement, mais ça présage rien de bon concernant ces bombes à retardement....


    • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 26 novembre 2014 22:52

      Nan.

      C’est le prolétariat extra-galactique qui vient préparer la Révolution.

      Quand à la communication, ’faut pas rêver et ne pas conserver comme unique référent notre vision spatio-temporelle étriquée de l’univers.

      C’est comme si nous osions essayer de dialoguer avec un virus pour lui faire comprendre la beauté d’un crépuscule d’automne.


  • alinea alinea 27 novembre 2014 14:29

    C’est sûr que quand on a le cul sur une poudrière, la moindre allumette inquiète ! Alors une torche !!
    Je veux dire que quand une société est bâtie sur l’impondérable, il y a de quoi s’inquiéter.


    • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 27 novembre 2014 17:49

      Société bâtie sur l’électricité.

      Avec des fils électriques qui pendouillent en l’air aux quatre coins de l’hexagone.

      Quelqu’un connaît-il la longueur totale des fils électriques qui pendouillent en France ?

      Ca se chiffre à combien ? En dizaines de milliers de km ? En centaines de milliers de km ? 


    • JMBerniolles 27 novembre 2014 17:56

      Excusez moi, on peut parler de poudrière pour la situation au Moyen Orient, en Ukraine, en Cisjordanie... pas à propos de notre électronucléaire qui fonctionne depuis plus de 50 ans.


      Notre société est régie par un système.. qui nous amène vers le chaos. Elle se caractérise aussi par la montée de l’obscurantisme.



    • alinea alinea 27 novembre 2014 18:05

      J’ai lu quelques ouvrages sur la manière dont fonctionne aujourd’hui, depuis la belle ère de l’ultra libéralisme, le nucléaire ; sous-traitance et, on va dire, carence de plus en plus grande de compétences. ( ce qui n’empêche pas ce même système de semer des poudrières d’un autre genre à tous les coins de notre planète ronde, va dans dire).
      Je sais également que nos centrales sont vieilles, et que, plus le temps passe, plus les risques d’accidents s’accroissent.
      Sans compter que les poudrières du moyen orient sont bel et bien causées par nos problèmes d’énergie.
      Alors je maintiens ; nos sociétés sont bâties sur des poudrières ; la moindre étincelle...


    • JMBerniolles 27 novembre 2014 19:12

      Ce n’est pas moi qui contesterai une dégradation dans le domaine du nucléaire, particulièrement au niveau de la recherche, mais aussi sur les projets, au niveau de la gestion et de l’exploitation.

      Il y a des catastrophes comme le démantèlement de Brennilis, des retards de chantiers, l’enterrement du projet ASTRID... Pour l’instant je ne pense pas que cela remette en cause la sûreté des réacteurs nucléaires. Il y a aussi des syndicats assez puissant à l’EDF qui luttent contre la dégradation générale.

      Personnellement je pense qu’à ce stade de déclin général, le vrai danger pour les personnes se trouve dans le démantèlement de notre système de santé. 
      Un simple fait ; On oublie totalement que dans le cadre des études sur l’atome un fort secteur de Biologie moléculaire s’est constitué. Or une unité de biologie à Marcoule qui vient de mettre au point un test pour le virus Ebola est menacée de mort.

      Le nucléaire souffre aussi des attaques qu’il subit depuis la fin des années 80. Du moratoire de 91 à 2006... 
      Il ne faut pas oublier qu’à droite au milieu et à gauche tout le monde politique est anti nucléaire par opportunisme électoral et parce que le nucléaire n’intéresse pas le système.





    • alinea alinea 27 novembre 2014 19:26

      Tout le monde politique est anti nucléaire ? Alors, qui le maintient ?
      Je n’ai aucun confiance en l’homme, aucune ; petit démiurge qui pète plus haut que son cul et qui met des territoires entiers en danger. Je penserais peut-être différemment s’il y avait une véritable conscience de ses responsabilités, des véritables moyens mis en oeuvre pour que « tout se passe bien » !
      Quoique !!


    • JMBerniolles 27 novembre 2014 21:05

      C’est une très bonne question que je formulerai plutôt ainsi :

      Pourquoi a-t-on encore de l’électro nucléaire et pourquoi est-il si difficile de fermer Fessenheim  ?

      Le récent débat à l’Assemblée nationale [donc je laisse volontairement de côté le FN qui est de toute manière une imposture complète ] a montré qu’un seul parti se positionnait en faveur du nucléaire : le MRC de Chevénement. L’UMP veut réduire, différemment, le PC fait de la figuration, le centre n’existe pas.. le PS a étalé sa nullité avec François Brottes, qui succède à Christian Bataille évincé pour avoir défendu l’EPR, le sommet de la bêtise ayant été atteint par Denis Baupin 
      et d’autres EELV nuls à pleurer... La Loi ne décide pas de la fermeture de Fessenheim et renvoie le problème à l’EDF, au passage les socialistes privatisent les barrages.. 

      Nous avons été quelques uns à promouvoir un argument technique contre l’arrêt de Fessenheim :
      Le rôle fondamental des réacteurs nucléaires dans la stabilité du réseau électrique.
      Arrêter Fessenheim augmente le risque de Black out électrique.

      Le gouvernement ne peut se payer le luxe d’un Black out électrique sérieux venant directement de sa politique énergétique ; Je pense que notre argument a été entendu.

      Le nucléaire survit parce qu’il est incontournable. Cela se vérifie en Allemagne où le pouvoir veut le réduire à zéro depuis 2000 environ. 





    • Alice Rupert 28 novembre 2014 01:02

      Par ben_voyons_ ! :

      « Société bâtie sur l’électricité. »

      Enfin un qui a compris.

      Cela fait des années que je le dit mais personne ne veut m’écouter.

      On aurait jamais du passer à l’électricité.


    • Onecinikiou 1er décembre 2014 08:59

      « je laisse volontairement de côté le FN qui est de toute manière une imposture complète »


      M. Berniolles, votre partis pris argumenté en faveur du nucléaire dans le contexte général que vous rappelez à juste raison par ailleurs, démontre que vous n’êtes pas complètement con. 

      Dans ces conditions qu’est-ce qui vous permet un jugement si implacable et définitif à l’encontre du désormais premier parti de France ?


      A moins bien entendu que vous croyez possible comme certains illuminés dogmatiques de la secte trotskiste de pouvoir s’affranchir simultanément des énergies carbonnées et du nucléaire...


    • Patrick Samba Patrick Samba 1er décembre 2014 10:42
      " Dans ces conditions qu’est-ce qui vous permet un jugement si implacable et définitif à l’encontre du désormais premier parti de France ? « 
      ben justement parce qu’il n’est »
      pas complètement con " !!!


Réagir