lundi 27 avril - par Nina Lou

La pollution de l’air pendant le confinement

Comment se porte l'air depuis le confinement ? Est-il vrai que la pollution diminue ?

Depuis le début du confinement dans le monde on enregistre une première baisse du taux de la pollution dans l'air. Cette pollution atmosphérique est dévastatrice pour notre santé. Selon l'OMS (organisation mondiale de la santé) elle est la cause de 7 millions dont 50.000 en France morts prématurées.

 

Qu'est ce que la pollution atmosphérique ?

La composition de l'air, soit l'atmosphère terrestre (composé principalement de diazote et de dioxygène) varie en fonction des conditions climatiques ou de la zone géographique.

La pollution, définit scientifiquement est un phénomène qui dégrade la structure d'un écosystème. Cela signifie qu'il y a dans l'air une présence anormale voire indésirable d'impuretés dans sa composition. C'est notamment le cas avec les gaz à effet de serre que sont le méthane, le dioxyde de carbone ou encore le protoxyde d'azote et bien d'autres.

Publicité

L'air, par nos activités humaines était extrêmement pollué et était la principale cause de maladies respiratoires ou cardiaques. D'ailleurs nous étions régulièrement confrontés à des « pics de pollution » obligeant la région Île-de-France à imposer des conditions de circulation contraignantes pour ses habitants. Il semblerait qu'avec le confinement cette pollution atmosphérique soit en baisse.

 

Le recul des concentrations de dioxyde d'azote

Le dioxyde d'azote est un gaz très nocif pour notre santé pouvant provoquer des inflammations sévères des voies respiratoires. Le trafic routier, aérien et les centrales thermiques sont les principales causes de sa concentration dans l'air : « ce polluant reste un bon indicateur du trafic routier » comme le rappelle le site « Notre-planete-Info ».

La mise en place du confinement a imposé de mettre en pause la plupart des activités commerciales et donc une forte diminution de la circulation routière et aérienne. Les conséquences de cette baisse d'activités sont profitables pour la qualité de l'air. En effet « AirParif vient de révéler une baisse jusqu'à 30% des niveaux de pollution par rapport à un mois de mars sans confinement. » Des propos confirmés par l'Agence spatiale européenne. Cette diminution a été observé partout dans le monde.

 

Publicité

Cette mise en quarantaine aura peut-être permis une plus profonde prise de conscience de l'état de l'air que nous respirons quotidiennement en temps normal.

Sources :

https://www.respire-asso.org/dioxyde-dazote-no2/

https://www.notre-planete.info/actualites/4651-pollution-air-coronavirus-Europe

https://earthobservatory.nasa.gov/images/146362/airborne-nitrogen-dioxide-plummets-over-china

 

JPEG - 52.9 ko
Image de la pollution de l’air en Europe - Source : https://reporterre.net/local/cache-vignettes/L459xH500/arton20237-ab8b5.jpg?1587132706
JPEG - 95.6 ko
Baisse de la pollution à Wuhan. Source : https://www.numerama.com/content/uploads/2020/03/wuhan-baisse-pollution-coronavirus-2020-1024x579.jpg


15 réactions


  • Oui, et cela devrait nous aider à vivre les confinement (qui sert surtout à préserver la vie des soignants qui risquent le burn-out) d’accepter cette longue quarantaine avec joie. Pour soi et pour le futur. Mais le pays des droits de l’hommes (quid des devoirs ???) va encore s’indigner : c’est toucher à notre individualisme narcissisme héritier de l’ENFANT ROI propre à la civilisation occidentale.


    • vieuxgrincheux 27 avril 14:32

      Je recommande donc vivement de rester tous enfermés à vie..... Ca ne durera pas longtemps au bout de 6 mois il y aura assez de suicides et de meurtres pour foutre en l’air plus de monde que la pandémie... Le résultat sera donc maximum :

      1. Pas de pollution (enfin sauf tous les rejets genre lingette dans les egouts ....)
      2. Pas de surpopulation (vu le nombre de tués en confinement par déchainement de folie meurtriere)
      3. Diminution des couts des vieux (il svont crever d’ennui de désespoir en plus du corona)
      4. Diminution du traffic de drogue (bon ca va cartonner vu la réduction des débouchés mais ca fera moins de délinquants du coup)

      Franchement je ne vois pas pourquoi on se fait chier à vouloir sortir non mais .... Ah merde c’est vrai on n’a pas tous 5000 M2 de jardin pour cultiver les legumes et faire un poulailler c’est con quoi .. Mais que fait le gouvernement ????


  • alinea alinea 27 avril 11:27

    Qu’est-ce qu’il se passe en ce moment ? De jolies petites jeunes filles sortent de l’ombre et viennent nous faire une leçon qu’on oserait pas donner aux cinquièmes de collège, et, si on regarde bien... regardons bien : à qui cela peut-il servir ? Quel message subliminal ?

    J’ai ma petite idée, je vais attendre les deux ou trois autres jeunes auteurs ( je ne pratique pas la langue sexuée à la mode) pour affirmer !!


  • eau-pression eau-pression 27 avril 11:35

    Ma jeune dame, j’espère que notre spécialiste GIEC n’est pas mort d’apoplexie en vous lisant. Vous seriez responsable.

    Perso, je ne vois pas le CO2 dans vos images satellites ; un petit guide de décryptage, ce serait bien.


  • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 27 avril 11:36

    Green is bouitifoule ^^


  • zygzornifle zygzornifle 27 avril 12:34

    Le 11 ça va repartir de plus belle , fini le bon air, vive les vapeurs de la civilisation s’écria Macron car cela rime avec pognon  ....


  • Loatse Loatse 27 avril 14:13

    Ces cartes semblent correspondre aux lieux dont les populations ont été le plus impactées par le virus...

    si donc ces deux facteurs  en relation semble t’il avec ; non pas l’épidémie mais son taux de mortalité, sont : la malbouffe (l’obésité, le diabète sont des facteurs aggravant) et la pollution (industrielle, automobile, aérienne), 

    et que nous n’en tirons pas leçon avec des mesures appropriées, mondiales

    A l’avenir nous serons sans doute confrontés au même problème...en pire car il faudra faire face également, à une catastrophe économique de grande ampleur...

    Autant faire machine arrière tant qu’il est encore temps, au niveau individuel comme collectif, au moins pour nos enfants et petits enfants...


  • charly10 27 avril 15:50

    Certes la pollution au Nox liée à la baisse de la circulation auto, est effective ; malgré tout au niveau des particules pm 2.5, les plus nocives, qui ne sont pas détaillées dans les relevés AirParif, la baisse n’a pas été si franche, car dans L‘est France et la région parisienne cette pollution aux pm2.5 est restée élevée, au-dessus des normes de 50 mg/m3 depuis le confinement. Cette pollution est d’une autre origine que carbonée.( certainement pollution due aux traitements agricoles, et usines )

    D’autre part, présenter le CO2 comme polluant est une absurdité. C’est un des composants du monde du vivant.

    La baisse du CO2 liée à la diminution du trafic aérien et auto n’aura aucun effet sur le réchauffement en cours, car La théorie de l’effet de serre, par levier CO2 anthropique, n’est absolument pas démontrée.

    C’est tout au plus un postulat, qui n’est partagé que par les experts du GIEC, lesquels ont verrouillé l’information à ce sujet.

    Ceux qui s’intéressent aux problèmes climatiques depuis longtemps, savent très bien, qu’un grand nombre de scientifiques travaillant sur le climat, ne sont pas en accord avec la thèse « carbocentrique » du Giec,  relayée par la plupart des ONG et associations dites « vertes ».

    La théorie de Fourrier reprise par Arrhenius en fin 19 siècle, sur « L’effet de serre un phénomène radiatif » est tres sujette à caution.

    Critiquée début 20 siècle par Angstrom, souvent remise en question parmi les scientifiques elle a été abandonnée pendant 60 ans, puis  remise au gout du jour par Bert Bolin dans les années 1970.

    Hors Bert Bolin était un des premiers scientifiques…… membre créateur du GIEC. 

    Cette théorie a inspiré le protocole de Kyoto en 1998, et entraîné la création du marché des droits carbones. Dans la foulée la finance s’est emparée, de la titrisation des droits à polluer.

     Depuis les années 2000, le marché carbone des droits à polluer n’est plus là pour « encadrer » la pollution, il est devenu une extension du domaine de la finance. Voir l’ouvrage d’Aurélien Bernier, « Le climat otage de la finance ».

     Essayez de trouver une étude donnant la part anthropique du CO2 rejeté, dans la totalité du CO2 dégagé dans l’atmosphère. Même dans les documents émanant du GIEC elle n’est pas « répertoriée ».

    En effet en ce qui concerne le CO2, on trouve partout les valeurs des échanges des cycles du carbone, exprimées en Gt/C an, ratio rejets et puits. Mais si on exprime cela en proportion dans l’atmosphère, c’est très, très peu.. Les 400 ppm actuelles, c’est 0.04 % du volume total de l’atmosphère.

    Bref le CO2 ne peut pas être le bouton de réglage du climat, c’est une imposture. La simple lecture des blogs spécialisés contradictoires, sur lesquels la communauté scientifique s’exprime, en est la meilleure illustration.

    http://www.science-climat-energie.be/2018/08/06/le-co2-et-le-climat-avec-et-sans-effet-de-serre/

    6 août 2018atmosphère et CO2climateffet de serreGeorges Geuskens

    Et pour ceux qui en ont le temps. :

    http://www.pensee-unique.fr/effetdeserre.html#lindzen

    https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2008/01/10/bert-bolin-meteorologue-et-climatologue-suedois_997909_3382.html

     

     

     


  • Archibald Lester2 Archibald Lester2 24 mai 08:17

    L’habituelle culpabilisation du citoyen lambda ( il faut une prise de conscience du bon peuple , ma bonne dame ! ) Va y cocotte des chiffres bien lourds , non vérifiables , tout en estimations plus alarmistes les unes que les autres , et gnein .. gnien , et l’OMS , le Pape , en bref : l’écolo bon teint qui donne leçon ..


Réagir