lundi 6 avril 2009 - par Croa

Laisse entrer le soleil ! (Témoignage d’un futur micro-producteur d’électricité)

Comme chacun sait désormais (surtout les lecteurs d’AgoraVox !), l’énergie est un problème... Le problème du XXIe siècle ! Pour résoudre celui-ci les choix semblent multiples, or il n’en est rien. Largement débattu sur les forums chacun a sa petite idée, évidemment, mais il apparaît de plus en plus évident que nous devrons faire feu de tous bois !
En cette smaine du "Développement durable" je témoigne ici et présente une solution probablement appelée à se développer fortement dans l’habitat individuel.

L’avenir énergétique, voire l’avenir tout court, sera assuré,

  • D’abord en réduisant les 	gaspillages. Le principal gisement de sagesse est ici. Nous 	devrions réduire au moins de 75 % et au plus tôt (pas en 2020 !!!) 	nos consommations électriques globales. Cela est tout à fait 	possible car : 	

    • - Il est stupide de se chauffer à 		l’électricité alors que d’autres solutions sont disponibles.

      		

    • - Laisser allumées des vitrines 		et des enseignes de magasin fermées ne sert à rien ! 		

      	

Mais encore,

    • - L’éclairage public rend 		service à qui dans une rue déserte ?

      		

    • - Pourquoi la "veille" 		plutôt que l’arrêt vu que cela revient au même ?

      		

    • - La puissance est-elle utilisée 		à bon escient ? (Utilité de disposer d’un four de 55 litres, 		capacité nécessaire seulement une fois l’an juste pour recevoir 		 ?)

      	

Et j’en passe... !

Il est emblématique de constater qu’un ordinateur de bureau consomme quatre fois plus d’énergie que son équivalent portable ; Nous pouvons donc le faire !

  • également et 	complémentairement en diversifiant les sources, notamment grâce 	au développement des énergies renouvelables. EDF pourrait le 	faire, certains industriels aussi... Mais pourquoi attendre et 	laisser faire tout seuls les marchands installés ? En effet de 	nombreux particuliers peuvent s’impliquer directement dans cette 	démarche, fut-ce très modestement. Nous y sommes même encouragés 	fiscalement et commercialement, ce qui est une très bonne chose. 	Pour autant votre projet citoyen de produire au moins autant 	d’électricité que vous en consommez n’est pas gagné d’avance même 	si le vent siffle tout autour de chez vous ou que le soleil inonde 	votre maison... Même si vous héritez d’un vieux moulin au bord 	d’une rivière, veinard que vous êtes parfois ! 	

Vous voulez produire ? Avec un peu de chance c’est possible ! C’est en ce cas nécessaire et même un devoir car l’avenir n’est plus au centralisme énergétique. Un seul producteur, comme au XXe siècle, doté de quelques grosses centrales (notez la justesse de ce mot) et ses millions de clients c’est beaucoup de pertes en lignes et un risque de catastrophe surtout avec le nucléaire ! Le futur devrait être dans l’auto-production partagée, à savoir plusieurs centaines de millier de petits et moyens producteurs pour quelques millions de clients et à tous la responsabilité que cela fonctionne ! Ce futur sera si nous savons saisir la chance qui se présente à nombre d’entre nous de se rendre utiles et aussi d’y trouver intérêt.

Ceci dit, à chacun son parcours. Des difficultés peuvent se présenter. Elles ne sont pas insurmontables. J’ai pour ma part découvert et fait mettre en oeuvre une solution appelée à se développer fortement. Bien adapté aux maisons plus toute jeunes c’est, en plus, très joli !

Toit & Soleil
Toit & Soleil
Le toit presque terminé et un petit soleil tout content !

Ma maison, assez mal foutue, date de 1958. Sa structure est en bois, les charpentes sont traditionnelles. Les vieux bois étant mal protégés, une attaque xylophage s’était manifestée déjà à la fin des années 80 et le traitement effectué alors tient encore bien en ce qui concerne les gros bois de structure (traités par injections,) mais chevrons et liteaux commençaient à perdre de la sciure par endroits (ce qui n’est pas très grave car il ne s’agit plus de termites mais c’est inquiétant tout de même). La couverture était en tuiles mécaniques dites "de Marseille", lesquelles s’effritaient par endroits. Il y a un pan correctement exposé au soleil, exactement au 160 géographique (environ Sud-Sud-Est.) Celui-ci faisait 7,90 m par 2,86 m ; Un corps de bâtiment secondaire avait nécessité un raccordement des toitures en pointe au milieu sur 2 rangées de tuiles et une petite cheminée pour poêle désaffectée l’encombrait.

Une rénovation du toit étant nécessaire, quoique peu urgente, j’avais tout de suite pensé que le temps était venu d’y prévoir l’énergie solaire. J’y pensait en fait depuis longtemps et je m’étais déjà même installé un petit système expérimental utilisant un petit panneau photovoltaïque de campeur et de 12Wc et une batterie au plomb. Celui-ci alimentait un circuit d’éclairage de secours ainsi que l’éclairage unique de la salle de bains. Ce système, toujours présent, a très bien fonctionné... Le temps étant venu de passer aux choses sérieuses, il y a maintenant un peu plus d’un an qu’un premier contact, avec "Solaire Direct", a tourné court. Leur représentant local a vu la maison ; Il a vu aussi que celle ci faisait pauvre, qu’elle était vielle et donc peu conventionnelle. Enfin... C’est ce que je présume car il s’est empressé de me décourager et j’ai bien compris qu’il avait déjà des clients plus intéressants. J’ai donc été voir ailleurs, essentiellement sur Internet mais aussi à Pessac, en banlieue Bordelaise. J’y ai trouvé deux entreprises qui s’y occupent de solaire, Les établissements Fossard et CMC énergies. Toutefois celles-ci semblaient surtout compétentes en ce qui concerne les sites isolés. Elles mettent en œuvre des panneaux photovoltaïques classiques, ce qui nécessite la réalisation d’une sous-toiture pour l’intégration, une technique certainement bien maîtrisée... En constructions neuves. À tout hasard je laissais mes coordonnés à Monsieur Viaud, patron de CMC énergies...

La société SYSTAIC me permis d’avancer un peu plus. Cette société d’origine allemande mais représentée en région parisienne, présentait sur internet un système solaire intégré assez chiadé pour pouvoir être intégré sur n’importe quelle toiture. Ses modules photovoltaïques peuvent s’intégrer n’importe où puisque de faux modules ajustables permettent de compléter les toitures les plus biscornues. Bien que procédant d’un système d’assemblage moderne, ces éléments peuvent être posés sur chevrons donc aussi sur les vieux toits mais ils sont encombrants vu que les modules actifs sont carrés et font 1,045 m de coté. Les pertes de place peuvent donc être énormes, ce qui fut le cas de la proposition qu’ils ont bien voulu me faire. Le kit proposé ne coûtait que (hors taxes) 13 170 € +2500 € (unités factices) + ? (finitions) mais l’ensemble composé de 14 unités actives plafonnait à 1,82 kWc. Je faisais donc une contre proposition à SYSTAIC puisqu’en montant quelques modules en porte à faux, ce qui semblait possible, je pourrais disposer de 16 unités actives. Malgré de bons contacts (ils m’ont même offert une invitation à un salon) je ne me suis pas plus engagé.

	En octobre CMC énergies m’appelle. Il s’agit plus exactement de Monsieur Thierry BERINGER, leur nouveau représentant. Celui-ci va finalement me faite l’excellente proposition de me vendre un nouveau produit, à savoir la tuile solaire C21e de Solar Century. Cette tuile se fixe directement aux tasseaux du toit et s’assemble à sa voisine exactement comme le font un grand nombre de tuiles mécaniques courantes ; Bref, elle se pose comme une tuile ! En rénovation comme en neuf il suffit de lui associer une tuile assortie classique en ce qui concerne les parties non actives du toit. L’affaire devenait simple. Au-delà de quelques menues préparations à faire d’avance dont la démolition de la petite cheminée désaffectée, CMC énergie me recommanda son charpentier couvreur, Monsieur TUDEAU (Entreprise MBSO) pour préparer mon toit, l’optimiser et réparer ce qui devait l’être. Finalement je signais le projet qui, moyennant quelques aménagements nous rendrait, mon épouse et moi-même, propriétaire d’une micro centrale de 2,86 kWc. Le kit de 56 tuiles actives plus les aménagements provoqua un siphonage de nos économies d’environ 30 000 € mais vue la conjoncture, celles-ci sont bien mieux sur le toit qu’à la banque ! Il y a en plus notre percepteur qui, d’accord pour nous aider, va nous rembourser une grosse partie de l’investissement à tel point qu’il aurait été stupide de ne pas en profiter !

L’optimisation consista à changer les 10 pannes de la charpente (2 fois 5 poutres longitudinales reliant les trois fermes du corps de bâtiment principal.) pour des plus longues et plus hautes afin de loger un maximum de tuiles actives. Ce, par augmentation des débordements Est et Ouest et rehaussement du toit ce qui a eu pour effet de régler le problème de raccordement des toits, c’est-à-dire de supprimer l’interruption sans cela prévue dans la rangée inférieure de tuiles actives (Gains de 20 cm en débordements et de 8 cm en hauteur.)

Les travaux ont duré une semaine entière du 12 au 16 janvier 2009. (Ils ont été filmés : Voir la vidéo.) Le résultat est particulièrement élégant bien que le toit ait changé de couleur, passant du rouge brique au gris ardoise. Ce, sur tout le corps de bâtiment principal car il a fallu, vu l’importance des modifications, refaire une couverture en tuiles assorties sur le pan Nord. L’ensemble plaît à l’épouse mais engage l’homme à terminer l’enjolivement. C’est de bonne guerre et l’ensemble sera fait avant l’été, comme promis !

Reste encore à raccorder l’ensemble au réseau et à gérer tout ça. Monsieur Thierry BERINGER m’a promis des outils très intéressants dont une interface pour ordinateur. L’ensemble devrait aller jusqu’à me restituer les courbes de production électrique... Dont je vous reparlerais certainement sinon ici mais au moins sur mon blog.


&amp;amp&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;lt;br&amp;amp&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;gt;&amp;amp&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;lt;object style=&quot;width:200px&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;height:150px&quot;&amp;amp&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;gt;&amp;amp&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;lt;br&amp;amp&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;gt; &amp;amp&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;lt;param name=&quot;movie&quot; value=&quot;<a href="http://croa33.club.fr/Video/flvplayer.swf&amp;amp;nbsp;?file=mavideo.flv&amp;quot" rel="nofollow" class="spip_out" rel="nofollow external" >http://croa33.club.fr/Video/flvplayer.swf&amp;amp&nbsp;;nbsp;?file=mavideo.flv&amp;quot</a>&nbsp;; /&amp;amp&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;gt;&amp;amp&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;lt;br&amp;amp&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;gt; &amp;amp&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;lt;param name=&quot;quality&quot; value=&quot;high&quot; /&amp;amp&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;gt;&amp;amp&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;lt;br&amp;amp&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;gt;&amp;amp&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;lt;/object&amp;amp&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;gt; &amp;amp&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;lt;br&amp;amp&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;amp;amp&amp;amp&nbsp;;nbsp;&nbsp;;gt;
(Cliquez sur le bouton triangulaire pour lancer le film.)
La vidéo jointe présente les travaux

Remarques sur celle-ci  : Attention, les commentaires y sont approximatifs ! Pour info la puissance crête n’est pas de 3kW mais de 2,8 et le rendement de l’onduleur n’est exactement que de 94%, ce qui n’est déjà pas si mal ! De plus, celui-ci dispose d’un petit ventilateur.

Et vous ?

Si vous êtes propriétaire de votre maison et ne subissez pas trop les ombres du voisinage, il y a de grandes chances que vous puissiez faire de même. Votre maison est mal orientée ? Renseignez-vous tout de même... J’ai entendu dire qu’un pan de toit plein Ouest (au 270) produirait presque 80 % de ce qu’un autre plein Sud serait capable. L’orientation ne serait donc pas cruciale ; Toujours est-il que certains n’hésitent pas équiper des toits Ouest (J’ai vu à Croix d’Hins, sur mon trajet-travail, le cas presque plein Ouest d’une maison neuve équipée de panneaux photovoltaïques classiques.) Vous n’avez pas d’économies ? Qu’à cela ne tienne, il existe pour ce type de projet des prêts sans intérêts (les seuls qui ne soient pas toxiques pour l’économie ; Mais cela est un autre débat !) Si votre maison est neuve voire en projet vous n’aurez pas de problème dans le choix d’une solution technique car elles sont alors nombreuses ! Mais peut-être serez-vous trop endettés pour consentir de nouveaux engagements ? (Les terrains sont si chers aujourd’hui que les jeunes ménages sont généralement contraint au "moins cher" en ce qui concerne la construction !) Si votre maison est vieille et ressemble à la mienne changer de tuiles comme je l’ai fait est une solution, voire la seule solution. Les adaptations un peu lourdes que j’ai fait faire correspondent à un choix personnel d’optimisation. Ce n’est généralement pas nécessaire mais vous devrez au moins changer de tuiles, c’est-à-dire faire changer aussi les liteaux qui les supportent car les dimensions requises sont différentes. Sur le Bassin d’Arcachon, les trois quart de nos vieilles maisons sont couvertes de tuiles mécaniques dites "de Marseille" pour lesquelles nous avions fini par oublier à quel point elles sont moches. Ici nous avons du Soleil, souvent et même un peu plus qu’à Bordeaux pourtant tout près. La solution tuiles solaires, moyen idéal d’en profiter même en hiver, pourrait bien transformer l’aspect de nos maisons et faire du gris-bleu une nouvelle couleur à la mode. Les autres maisons de la région plus vielles encore, donc porteuses de tuiles canal, seront à la rigueur équipées de panneaux classiques, un peu moins chers mais plus couteux à poser car il faudra préparer une véritable sous-toiture solide et étanche. Si votre maison est ainsi l’effet esthétique sera négatif mais on remarquera mieux que vous vous préoccupez de l’avenir de la planète ! 

Les obstacles que vous rencontrerez sont donc de deux ordres : Vous devrez trouver un installateur et aussi une solution adaptée. Les énergies renouvelables, notamment en ce qui concerne le solaire partent très fort et les entreprises spécialisées encore assez peu nombreuses pour pouvoir se permettre de choisir les clients. Toutefois leur nombre augmente vite et celles qui se lancent seront forcément contentes de vous trouver. Les solutions adaptées débarquent aujourd’hui et celle que je vous ais présenté n’est évidemment pas la seule ! En tuiles actives mécaniques, il y a en plus de la C21e de Solar Century, au moins la KoraSun de Koramic Tuiles et la Solatuile de Baruch & Fisch. Le substrat de cette dernière est en polyéthylène recyclé.

 



48 réactions


  • Forest Ent Forest Ent 6 avril 2009 11:06

    C’est une question que je me suis posée plusieurs fois. Mais je n’ai jamais trouvé la réponse aux questions suivantes :


    - quelle est la durée de vie d’une "tuile" ?

    - combien de temps garde-t-elle la même puissance ? doit-elle être nettoyée régulièrement ? (poussière, oiseaux, ...)

    - le courant en excès est-il revendu ? si oui, est-il imposable au titre de l’impôt sur le revenu ?

    - quel est le rendement un jour de pluie ? en hiver ?

    etc, etc ... finalement quel est le bilan à l’usage ?


    • foufouille foufouille 6 avril 2009 11:46

      @ forest
      en theorie la duree de vie est de 20a, au meme rendement
      l’auteur ne parle pas non plus des subventions ni du fait que ca doit etre en harmonie avec l’architecture locale ds certains coins
      bien sur il faut la netoyer

      pour revendre le courant a edf, il faut 2 compteurs donc etre abonne
      c’est interressant pour l’instant pour une grande surface


    • Forest Ent Forest Ent 6 avril 2009 14:04

      Merci des réponses.

      Refaire sa couverture tous les 20 ans, je ne trouve pas ça terrible. La mienne en tuiles classiques a duré plus de 50 ans. Et est-ce bien sûr ou est-ce une durée estimée ?

      Il faut la nettoyer, ok, mais comment ? Moi, j’ai un toit pentu et j’ai peur de marcher dessus. Il faut y aller avec la serpillère et le seau de lessive pour enlever les crottes qui collent ? Tous les combien en gros ?


    • foufouille foufouille 6 avril 2009 15:30

      20a en theorie
      ca a aucune raison d’etre foutu si fait correctement
      au de la le rendement peut baisser
      il y aussi les grelons et trucs naturels a prendre en compte

      si tu netoye pas la mousse de tes tuiles ca fait pareil
      la il faut que ca recoive du soleil, ca doit etre comme n’importe quel panneaux solaires
      tu recois moins de courant, tu netoyes


    • Lord_Mahuf Lord_Mahuf 6 avril 2009 15:39

      Pour compléter par rapport aux réponses de foufouille :

       quelle est la durée de vie d’une "tuile" ?

      Garantie 20 à 30 ans suivant les fabricants pour l’étanchéïté et la fonction photovoltaïque. Ce qui ne veut pas dire que la tuile est morte au bout de 20 ans. Vos tuiles classiques qui ont tenu 50 ans ne devaient pas non plus être garanties plus de 20 ans à l’origine...

       combien de temps garde-t-elle la même puissance ? doit-elle être nettoyée régulièrement ? (poussière, oiseaux, ...)

      En général, la garantiedu panneau sur 20 ans donne une garantie de puissance (par exemple, pas de baisse en dessous de 85% de la puissance au bout de 20 ans...)
      Le nettoyage est annuel, normalement un bon coup de jet haute pression devrait suffire.

       le courant en excès est-il revendu ? si oui, est-il imposable au titre de l’impôt sur le revenu ?

      Pour qu’une installation soit rentable aujourd’hui en France il faut vendre l’intégralité de la production photovoltaïque à EDF (vente à 55c€ alors qu’on aachète l’électricité à EDF à 10c€...)
      Pour l’aspect impot, j’avoue n’en avoir aucune idée, mais c’est une bonne question et je vais me renseigner.

       quel est le rendement un jour de pluie ? en hiver ?

      Il est bas, mais peu importe... En fait vu qu’on revend toute l’électricité, il n’y a pas besoin d’avoir corrélation entre la production photovoltaïque et la consommation locale d’électricité.
      En terme de rendement financier, une installation de ce type est en général rentable en 10 à 20 ans d’utilisation en France suivant tout un tas de paramètres (lieu de l’installation, orientation, montage financier, prix et qualité des panneaux mis en oeuvre, intégration ou non des panneaux au bâti, etc.)


    • Forest Ent Forest Ent 6 avril 2009 19:17

      @ Mahuf

      Merci beaucoup aussi pour vos réponses.

      Vous avez attiré l’attention sur le risque politique :

      vente à 55c€ alors qu’on achète l’électricité à EDF à 10c€...

      Ca, c’est avec les prix régulés, qui devraient rapidement être illégaux, au vu des directives européennes.


    • Croa Croa 6 avril 2009 23:20

      À Forest Ent

      Je ne peux pas répondre sur un bilan. On m’a toutefois garanti 10 ans un matériel donné pour 20 ans de vie. La puissance va forcément baisser avec le temps. Il est recommandé de l’entretenir, ce qui est assez logique car les salissures ne peuvent que nuire.

      Tout le courant est revendu et le percepteur vous aide en remboursant une grosse partie de l’investissement !

      Concernant les jours de pluie je ne peux pas encore répondre mais ne compte pas dessus. Je sais déjà que les soleils d’hiver produisent... Quoique moins souvent à cause de la durée des jours mais aussi des ombres (mêmes les arbres lointains font de l’ombre en hiver.)
      .
      Pour nettoyer il vaut mieux se faire un outil à manche télescopique car ces tuiles sont glissantes ! On n’est quant même pas obligé de faire ça tous les jours ! smiley

      Les tois très pentus ont un meilleur rendement, surtout en hiver, qui compense peut-être largement une éventuelle impossibilité de le nettoyer. (à vérifier.)

      Merci à ceux qui avaient déjà répondu  smiley 


  • Fergus fergus 6 avril 2009 11:21

    Bravo pour cet article militant. A l’évidence, la prise en compte des économies d’énergie va devenir incontournable pour tous, des simples particuliers aux collectivités locales et aux états. Encore faut-il que la sensibilisation soit la plus large possible, et c’est en cela que des initiatives comme la vôtre ont une réelle valeur d’exemplarité.

    Et un grand bonjour aux Boïens (j’en connais un certain nombre), qu’ils habitent les lotissements de Facture, les vieilles maisons de bourg ou une cabane en bois au port de Biganos. Sympa un petit pastis au bord de l’Eyre... Sympa une balade en bateau dans les roseaux entre le port des Tuiles et l’île de Malprat... Adichat !


    • Croa Croa 6 avril 2009 23:27

      Merci Fergus !

      On peut passer voir,
       smiley ça ne dérange pas. smiley

      Elle est rue Fontanelle.


  • Jojo 6 avril 2009 11:25

    A l’auteur Bonjour,
    Je salue et respecte la générosité de votre démarche.
    Cela dit, si on retient un nombre d’heures d’utilisation à la puissance de crête d’au plus 8 heures et au rendement que vous donnez, cela fait une production annuelle de 7685 kiloWattHeure.
    Aux prix EDF (bleu ciel 3kVA) à 0.135 € le kWh, cela revient à un financier annuel moyen de 1038€.
    (Il ne vous aura pas échappé que sciemment je parle de prix de vente et non pas de coût à la production d’un kWH nucléaire par exemple)

    Autrement dit et si l’on considère que les incitations fiscales seront très largement absorbées par les frais d’entretien et de remplacements partiels sur la durée (et quelle durée), il faut compter un délai de retour d’investissement de … vingt neuf ans. Sauf erreur de ma part, cela devrait nous emmener à peine vingt six ans, après la fin du monde prévue par les Mayas.

    PS : La pub était superflue mais bon comme ça risque de se retourner contre eux... smiley


    • Croa Croa 6 avril 2009 23:48

      En réalité la puissance crête devrait être assez rarement atteinte. smiley

      Par contre les frais d’entretien sont quasi nuls, les incitations fiscales très fortes et le prix de vente bien plus élevé que ceux que tu cites. J’espère un amortissement en 10 ans environ ce qui est bien moins que certains placements bancaires ou boursiers (mais bonjours les dégâts sociaux et gaffe aux risques) mais bien mieux qu’avec l’achat de biens à louer (compter 25 ans !) alors même que certains prévoient encore ce genre de solution pour leurs vieux jours !


    • Croa Croa 6 avril 2009 23:58

      PS  : Ma démarche n’est pas intéressée, au contraire car c’est moi qui paye ! Une pub est peut-être présente mais après tout pourquoi pas ? Il est difficile de se faire une place utile aujourd’hui et ceux qui s’investissent dans ces activités écologiquement utile la mérite, enfin il me semble smiley 


  • foufouille foufouille 6 avril 2009 11:50

    la solution est belle
    pour ceux qui ont un terrain bien eclaire, il vaut une installation pivotante au sol
    ca coute moins cher


    • xa 6 avril 2009 16:37

      moins cher oui, mais difficile de fournir la même surface qu’une toiture. En plus, l’aide est inférieure, ce qui doit être pris en compte dans le financement du projet.

      Les panneaux "au sol" s’avèrent parfois obligatoire dans le cadre de commune avec des contraintes d’urbanisme interdisant la pose sur le toit des panneaux solaires.

      A noter aussi, pour le spanneaux de toiture :

      - que l’inclinaison doit prendre en compte la latitude. Du côté de Lille, par exemple, on obtient une production annuelle sensiblement plus élevée en augmentant l’inclinaison "classique" des panneaux. Cette modification d’inclinaison, qui est conseillé par l’installateur, peut néanmoins ne pas être autorisée par la municipalité.

      - que l’inclinaison des panneaux, pour une toiture, peut aussi être "rendue variable" (toiture à inclinaison variable)


    • marin marin 7 avril 2009 09:40

       les panneaux au sol ne permettent pas de bénéficier du crédit d’impot, environ 8000


  • Graffias Graffias 6 avril 2009 11:59

    Bonjour,

    votre témoignage et la vidéo associée est très interessante. J’ai entendu parler de la technologie prometteuse des tuiles solaire et je pense que c’est la solution énergétique du futur. Nous avons connu l’internet de la communication nous connaitrons l’internet de l’énergie. Maintenant je me join aux interrogations qui portent sur la durée de vie des tuiles et à leur rendement à moyen et long terme. Car nous vivons à une époque où la consommation est reine et où la panne des produits électrique est programmée pour renouveller la demande.

    Ensuite si tous les acteurs jouent le jeu, si une synergie EDF-Etat voit le jour, nous connaitrons certainement une relance économique, qui sera une bénédiction en ces temps de repli économique.


  • thomthom 6 avril 2009 12:02

    Tout ca me laisse assez perplexe.

    le principe de récupérer l’énergie solaire qui s’écrase sur le toit de la maison est bien sur excellent.

    le probleme c’est la rentabilité.

    Aujourd’hui, on n’arrive à des rettour sur investissement sur des durées bien trop longues... et encore, c’est au prix d’aides publiques considérables (payées avec nos impots et nos factures EDF) : subventions à l’installatyion et EDF obligé de racheter cette électricité bein plus cher que le prix "normal" de l’électricité qu’il produit... c’est un peu n’importe quoi.

    D’un autre coté, il faut bien qu’il y ait des pionniers pour amorcer le marché et espérer faire baisser els couts avec le temps !

    Personnnelement, je crois que le marché des énergies renouvelables ne décollera vraiment que lorsqu’il y aura une véritable rentabilité économique, avec un retour sur investissement réel (sans aides et subvention) inférieur à 10 ans (pour ce type d’installation)... et ce n’est bien que quand toutes les constructions seront équipées de ce type de technologie que la démarche aura un véritable impact sur l’environnement.


    • Croa Croa 7 avril 2009 00:14

      à ThomThom

      «  le marché des énergies renouvelables ne décollera vraiment que lorsqu’il y aura une véritable rentabilité économique, avec un retour sur investissement réel (sans aides et subvention) » Il décolle déjà grace aux aides ce qui est de bonne politique... Pour une fois qu’il y en existe une qui soit bonne !!!

      Nous ne pouvons pas attendre ; ça chauffe !  Lorsque les dispositifs photovoltaïque seront très bon marché il n’y aura effectivement plus d’aides, je présume aussi. Mais cela viendra d’autant plus vite que ces aides auront existée justement !


  • chourave 6 avril 2009 12:24

    Rien à dire sur le plan de l’idée, récupérer l’énergie des toitures est tout à fait séduisant. Par contre comme le font remarquer certains commentateurs le retour sur investissement n’est pas gagné même en tenant compte des dispositions fiscales. De plus il demeure des incertitudes de taille, frais d’entretien, diminution des performances dans le temps et durée de vie de chacun des élément etc....

    Force est de constater que les vendeurs de ce genre d’installation en racontent beaucoup mais ne sont pas prêt à se mouiller. Essayer de leur dire que vous leur louer la surface de votre toit, charge à eux de faire l’installation et de l’entretenir, ils repartent à toute vitesse.

    Le concept de particulier producteur d’électricité est bien beau mais actuellement ce qui prime c’est le concept de particulier financeur.


  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 6 avril 2009 14:21

    " Toutefois celles-ci semblaient surtout compétentes en ce qui concerne les sites isolés. "

    Tout comme la première voiture électrique, la Tesla http://www.moteurnature.com/actu/2006/tesla-electrique-roadster.php , n’est pas vouée à une certaine démocratisation de l’électricité populaire, le principe de toiture solaire se tourne vers le batiment isolé installé sans permis de construire, dans des paradis fiscaux. Les îles " Vierges " sont ainsi violées en toute impunité et des milliers de propriétés dans le monde vivent de façon complètement autonome. http://r-sistons.over-blog.com/article-23714094.html .

    Les solutions existent, mais à terme désolidarisent le citoyen d’un abonnement centralisé. Il n’est pas de l’intérêt des Etats de libérer le peuple de cet impôt indirect mensuel, et donc, toutes les promesses pour ces équipements resteront longtemps vaines et les réalisations confidentielles. Si la demande augmente, les prix monteront afin de décourager l’essor de cet oiseau sans ailes. Toutes les annoncent officielles font preuve d’un vibrant soutien à la filière nucléaire EPR et ITER et l’étendre au niveau mondial en réseau mais votre témoignage prouve qu’il suffit de le vouloir pour fermer le robinet de la dépendance abonnementeuse. Merci à vous.


  • hunter hunter 6 avril 2009 15:08

    Bonjour Croa,

    Article vraiment très intéressant, et j’ai hâte de lire au moins sur votre blog, quelle est la nature de l’interface avec l’ordinateur que vous évoquez.
    J’aurai une question : est-il obligatoire de revendre l’éléctricité excédentaire à EDF ? En effet, je pensais que peut-être pourrait être mis en place un système d’échanges avec des voisins qui seraient intéressés par exemple. Sans contrepartie financière, mais en échange d’autres services .

    Merci pour les liens sur les matériels aussi.

    @ Foufouille :salut, est-ce que tu pourrais développer un peu la solution que tu évoquais plus haut, sur les panneaux au sol, ça m’intéresse aussi. si tu as des liens, ça serait sympa que tu les postes ici (en contrepartie, je vais faire des recherches aussi sur le ouaibe).

    @ Lisa : vous avez magistralement cerné la vraie problématique : faut pas donner trop de liberté au peuple, c’est dangereux, ça risque d’affaiblir les pouvoirs en place ! C’est valable dans tous les champs de l’activité humaine (cf l’excellent article de Monolecte de ce jour)

    Merci d’avance pour vos réponses.

    H /


  • xa 6 avril 2009 16:09

    Un petit complément / correction :
    "Il est emblématique de constater qu’un ordinateur de bureau consomme quatre fois plus d’énergie que son équivalent portable"

    Attention à cet argument. Je suppose que vous comparez la puissance faciale de l’alimentation d’un portable et d’un ordinateur de bureau, ce qui est faux, cette puissance indiquant la consommation maximale de l’ordinateur, et non sa consommation courante. La consommation d’un ordinateur se mesure, et ne peut se résumer à un chiffre inscrit sur l’emballage.

    Nous utilisons des portables et des desktop conçus pour le monde professionnel (donc sans carte graphique destiné à jouer) : la consommation mesurée des desktop+ écrans est sensiblement la même que les portables selon les mesures que nous avons effectuées. Seuls les développeurs ont des UC plus consommatrices (utilisation plus importante des ressources). Pourtant la puissance faciale des desktop est d’un peu moins de 300W (UC + écran) et celle des portables de 90W. Je précise que tout le batiment est sous limentation stabilisée (donc pas d’utilité d’onduleur en sus pour les desktop).


    • foufouille foufouille 6 avril 2009 16:16

      pour un ordi desktop, l’alimentation doit etre de bonne qualite
      la plupart indique une puissance maxi en crete
      si on multiplie la puissance par 2, l’alimentation n’est pas a sa capacite limite et perd moins d’energie vut qu’elle ne chauffe pas


    • xa 6 avril 2009 16:36

      "la plupart indique une puissance maxi en crete"

      Toute indique une puissance maxi (avec une légère variation de construction de l’ordre de 2%), c’est réglementaire.

      Mais oui, c’est ce que je voulais dire : la puissance indiquée sur l’alimentation d’un ordi (desktop ou portable) est une puissance maximale de l’alimentation, donc une consommation maximale, la consommation courante étant bien moindre.

      Ce maximum pouvant même ne jamais être atteint sur des alimentations de faible qualité, la restitution s’écroulant, entrainant l’arrêt de l’ordinateur, lorsque l’on sollicite trop le bloc d’alimentation.


    • foufouille foufouille 6 avril 2009 17:35

      il s"agit d’une puissance en watt crete
      l’alimentation etant a la limite de ses capacites voire au dela elle chauffe enormement
      sur le bas de gamme les dissapateurs thermique sont trop petit pour tenir longtemps ce qui fait que le vernis isolant fond rapidement
      la puissance maxi est atteinte au demarrage. tout depend des composants de l’ordinateur, bien sur
      tout pc vendu en grande surface, merite un changement d’alim
      400w a 30€, 1kg. la meme a 100€ 2kg


    • foufouille foufouille 6 avril 2009 17:36

      les test montre que les alim bas de gamme font souvent 13v en charge, meme faible


    • Croa Croa 7 avril 2009 00:51

       :-)) Je persiste  smiley

      Un ordinateur de bureau usuel consomme environ et en moyenne 100 W et un portable usuel 25 W. Ceci n’est qu’un ordre d’idée car avec un écran plat de seulement 41 cm un autre ordinateur de bureau se contenterait de 75 W, puissance presque atteinte par certains portables larges (avec pavé numérique) et lorsqu’on se sert abondamment du lecteur DVD.

      L’idée consiste à démontrer que les technologies économes existent mais ne sont pas systématiquement mises en oeuvre, ce qui est bien le cas.


    • Lord_Mahuf Lord_Mahuf 7 avril 2009 15:43

      Pour compléter, vous pouvez aller faire un tour sur le site Energy Star, un label indépendant d’efficacité énergétique des composants électroniques :
      http://www.eu-energystar.org/fr/fr_007c.shtml


  • tchoo 6 avril 2009 17:33

    Très interessant
    Faut dire qu’il faut avoir la foi chevillée au corps pour une telle installation, qui n’est absolument pas rentable.
    Retour su investissement de quasiment 30 ans, soit à peu près au moment où il faudra refaire à nouveau la toiture.

    C’est vrai que d’ici là ce monde aura disparu !!!!!!!!!!


  • hunter hunter 6 avril 2009 18:11

    Foufouille,

    Merci pour les liens.

    Bonne soirée à tous

    H /


    • foufouille foufouille 6 avril 2009 18:52

      @ hunter
      mes liens datent de 3a
      en cherchant plus, tu peut trouver des kits (genre sans la pose) a 1000 le m2
      les eoliennes de moins de 12m de haut (avec les pales) ne sont pas soumis a autorisation


  • glouglou 6 avril 2009 18:57

    bel article,effectivement la production électrique doit devenir individuelle et partagée et elle le sera dans l’avenir ! pour ma part ,j’ai flashé pour cette maison d’avenir qui est commercialisée depuis plusieurs années et qui se décline en différentes versions.....


  • jacques jacques 6 avril 2009 19:00

    Joli article publi -rédactionnel ,pour vraiment économiser et être écologique c’est l’optimisation de la consommation d’énergie.Après c’est l’effort quotidien que l’on veut lui consacrer qui importe.
    Pour le zéro éffort ,il y a l’isolation thermique exterieur et interieur(30 cm environ de laine de verre ou autre),les lampes basses consommation (led et fluo),les fenetres triples vitrages,les clims réversibles(je sais ça fait hurler certain),electroménager performant etc ...tout l’investissement à l’origine puis rien après.
    l’effort moyen ,choisir un véhicule à faible consommation (petite voiture),rouler le moins possible,prendre des douches et pas de bains,choisir des produits facilement recyclables, etc...
    l’effort militant arreter internet ,toilette sèche,marcher à pied,ne pas se chauffer(isolation +chaleur animale),recycler l’eau,etc...
    Par contre le photovoltaïque ne me convaint pas ni au niveau investissement(rentable seulement en vendant toute son électricité pendant 20 ans à EDF,quid dans 5 ans et en achetant celle que l’on consomme) le bilan écologique de l’ensemble pollution ratio energie consommée pour produire et entretenir, energie produite.Cout pour la société investir dans le photovoltaïque ou dans les économies d’énergie quid de la rentabilité de l’investissement.



    • Lord_Mahuf Lord_Mahuf 7 avril 2009 15:52

      Il faut arrêter avec cette légende du photovoltaïque non rentable énergétiquement s’il vous plait.
      La rentabilité énergétique des panneaux solaires photovoltaïques se fait au bout de 2 à 4 ans en France.


    • jacques jacques 12 avril 2009 11:06

      Expliques comment tu peux rentabiliser un panneau posé en 2 à 4 ans .Lien d’un site http://www.nord-nature.org/fiches/fiche_e2.htm .En subventionnant massivement l’électricité solaire aux dépend de l’efficacité énergétique on favorise les comportements énergétivores et oblige a avoir des capacités de production (centrales électriques nucléaires ou autres) en augmentation .
      De plus pour le solaire ou l’éolien leurs capacités de production étant discontinues et aléatoires ,cela obligent à avoir des capacités de production de centrales classiques pour la sécurité de l’approvisionnement ,cout qui s’ajoute à celui de l’installation solaire.
      Alors tes 2 à 4 ans me font pleurer de rire.


    • Croa Croa 14 avril 2009 09:47

      Pas mal !

      Par ailleurs je n’ai pas écrit que le retour sur investissement serait aussi rapide que celui que tu a cru lire ! En fait je devrais avoir à peu près le même retour que toi.


    • Croa Croa 7 avril 2009 01:18

      à Christian :
      « La seule chose que je voulais dire c’est que le photovoltaïque ne remplacera pas le nucléaire. »

      Tout seul non, mais associé aux économies...
       smiley Presque ! smiley 

      Le photovoltaïque ne rend pas autonome (sauf installations autonomes, fortement déconseillées si vous avez le choix !). Son avantage est autre, celui d’une production multiple, répartie, partagée et largement décentralisée.
       smiley Si tout le monde pouvait s’y mettre il y aurait très peu de pertes en ligne. smiley


    • Christian 7 avril 2009 07:10

      c’est une façon de devenir en partie autonome. J’ai bien dit "en partie". C’est vrai qu’une production utilisée "in situ" économise les pertes en ligne. Je maintiens cependant que c’est en multipliant le turbinage que l’on concurencera le nucléaire.
      (J’aime bien votre pseudo dans les années 60 j’adorais Foxie et Croa   )


    • Croa Croa 7 avril 2009 09:28

      Nous sommes d’accord au fond ! smiley

      C’est ce que je disais en intro «  ...nous devrons faire feu de tous bois ! »

      à propos de « Croa » t’as tout juste !
       smiley J’adorais aussi ! smiley
      Le personnage s’appelait Crow en fait sauf dans les tous premiers et je pensais "Croa" oublié. Le mien a aussi perdu son petit chapeau. Je présume que l’auteur de ces dessins devait avoir une double culture française et anglaise. Ces personnages s’opposent en effet au corbeau et au renard de la célèbre fable de La Fontaine où le corbeau passe un peu pour un con, ce qui choque les anglais qui vénèrent cet oiseau (il en existe de domestiqués à la Tour de Londres.) Dans cette série c’est toujours le pauvre Foxie qui se fait avoir mais ces personages s’aiment bien et restent éternellement copains.


  • MICHEL GERMAIN jacques Roux 7 avril 2009 09:11

    bonjour à l’auteur, aux commentateurs, aux simples lecteurs,

    Il me semble que, bien qu’appuyé sur un bon sentiment, le désir de mieux faire pour réduire pollution et destruction de la planète, reste volens nolens enfermé dans un carcan économiste.

    A lire l’article, et je le répéte il part d’un bon sentiment, et les commentaires qui l’accompagnent l’on voit surtout parler d’argent, d’économie, de revente, de prix d’achat, de commerciaux, d’entreprises...

    Par ailleurs, jamais la question du coût sur l’environnement induit par la fabrication, le transport des matériaux et matériels qu’ils soient éoliens ou voltaïque n’est estimé. Il n’est jamais abordé. 

    Où trouve t on les composants des panneaux voltaïques ? D’où sont ils extraits ? A quel prix ? par qui ? pour le compte de qui ? L’électricité ainsi produite alimente quels types de matériels, d’outils, d’engins ? eux mêmes fabriqués et transportés de quelle façon ?

    Il ne s’agit, j’espère que tous l’auront compris, certainement pas de réduire la valeur des énergies renouvelables pour remettre la stupidité nucléaire au pinacle mais bien de faire se poser la question :

    Ne sommes nous pas entrain de passer à " L’ECOLOGIE DE MARCHE" celle qui pourrait, si ce n’est déjà fait, être côtée en bourse dont tout le monde sait les bienfaits qu’elle apporte à l’humanité ?
     


    • Croa Croa 7 avril 2009 10:04

      Je ne parle que de ce que je connais.
      Nous sommes déjà dans une société de gaspillages. Ces tuiles sont conçues pour durer longtemps, c’est donc un progrès peut-être relatif mais réel tout de même.

      Ceci dit toutes les bonnes idées sont un jour récupérées par le régime dominant et ce n’est pas l’Histoire qui démentira ! On ne peut donc pas éviter aujourd’hui ce que tu appelle " L’ECOLOGIE DE MARCHE". Cela n’empêchera pas les évolutions, voire les révolutions futures que personne ne peut prévoir mais dont on sent bien qu’elles seraient nécessaires. 
       


    • Lord_Mahuf Lord_Mahuf 7 avril 2009 16:02

      Les panneaux photovoltaïques sont fait à partir de silicium, matériau le plus présent de l’écorce terrestre. La rentabilité énergétique du panneau est de 2 à 4 ans en France.

      Les panneaux sont chers aujourd’hui pour plusieurs raisons, notamment :

      • Il n’y a pas beaucoup d’usines de rafinement du silicium dans le monde.
      • Le silicium utilisé est souvent beaucoup trop rafiné pour l’usage qu’on en fait et provient de l’industrie des semi-conducteurs pour l’électronique
      • Cette technologie n’est pas encore complètement mature et on est encore loin des rendements maximums théoriques.
      De plus, et pour répondre aux interrogations, il est évidemment stupide de mettre en place des quantités d’énergie renouvelables pour alimenter des passoires énergétiques et chauffer les oiseaux. La démarche doit se faire dans l’ordre, d’abord les économies d’énergies en diminuant les besoins, ensuite en mettant des systèmes efficaces, et enfin seulement en passant aux énergies renouvelables.

  • R-sistons R-sistons 10 avril 2009 05:20

    A lire par tous,

    energybox,

    à refuser absolument, eugénique, comme déjà en Suède !
     
    http://r-sistons.over-blog.com/article-30002614.html

    eva


  • Jordan Jordan 12 avril 2009 01:27

    Bon pour voir une nouveuaté, j’ai mis au point un un nouveau systeme qui produit de l’électricité des plus rentable. En prenant la technologie des centrales électriques. Une turbine tres petite, qu fonctionne en circuit fermé. c’est a dire je fait couler de l’eau du réservoir qui agit sur la turbine l’eau retourne bien sur dans le réservoir (circuit fermé) et qui produit l’électricité, le debit se regle par un simple robinet. aucun bruit le tous etant dans un placard de la cave.
    Aucune facture d’électicité, l’ensemble m’a couté $1.900. avec les accessoires pour avoir du 110/ 220. Je vis dans un pays de neige et de glace 5/6 mois par année. bien sur nos maison sont toujours batis en fonction du climat nordique. Ma maison a 16 pieces, et garage chauffé. Chaque instalation peut ce faire en fonction de la grandeur de la maison


    • Christian 12 avril 2009 07:00

      Une turbine tres petite, qu fonctionne en circuit fermé
      C’est quoi ? le mouvement perpétuel ?
      Soit une turbine fonctionne en circuit ouvert et l’énergie primaire est une énergie potentielle dépendant de la hauteur de chute, mais l’eau ne retourne pas dans le réservoir. En circuit fermé il y a ce que l’on appelle la cogénération mais il faut une source de chaleur.
      Vous pourriez nous expliquer un peu plus... 


Réagir