jeudi 3 mai 2012 - par olivier cabanel

Un nucléaire pourtant si sûr...

Alors que l’autocrate président sortant s’évertue à nous vanter les mérites d’un nucléaire français sur, et à l’abri de tout accident, un militant de Greenpeace à survolé la centrale nucléaire de Bugey, dans l’Ain, avant de déposer des fumigènes sur le toit de l’un des réacteurs, afin de démontrer les failles sécuritaires du nucléaire français.

C’est au petit jour, le 2 mai 2012, à 7h40, à bord d’un paramoteur que ce militant a réussi ce coup magistral, atterrissant à l’intérieur du site, après avoir déposé des fumigènes sur le toit du réacteur.

Sur ce lien, une petite vidéo réalisée par un autre militant de Greenpeace en 2011 lequel à survolé l’usine de retraitement de La Hague, site sur lequel sont stockés 10 000 tonnes de combustible nucléaire irradié, et 64 tonnes de plutonium, et sur cet autre lien, l’action du 2 mai 2012.

Le même jour, Hervé Couasnon, surnommé le « poète escaladeur » avait pénétré clandestinement dans la centrale nucléaire de Civaux sans rencontrer la moindre résistance. lien

Il avait profité de la sortie d’un véhicule de livraison, trompant ainsi la vigilance des gardes, et pénétrant dans le site nucléaire à 12h33, avant d’être interpellé plus d’une heure après.

Il comptait ainsi interpeller les deux candidats à la présidentielle, espérant que ce sujet crucial s’invite enfin dans le débat. lien

Nos centrales seraient donc de véritables passoires. lien

Le plus amusant, c’est que Alain Litaudon, le directeur de la centrale de Bugey, a déclaré sans rougir que, comme l’interpellation avait eu lieu 8 minutes après la détection du militant, c’était la preuve que le dispositif mis en place était efficace, sauf que si celui-ci avait été animé de mauvaises intentions, il aurait pu commettre des dégâts irréparables à la centrale.

Cerise sur le gâteau, le même jour, Greenpeace a publié le rapport de John H. Large, expert britannique, portant sur l’évidente vulnérabilité des centrales nucléaires françaises aux chutes volontaires, ou pas, d’avions.

Le rapport complet est sur ce lien.

Mais il y a mieux avec les révélations d’un certain « mr Atome » agent d’EDF, lequel a fourni au réseau "sortir du nucléaire" des documents internes à l’entreprise démontrant que certains composants (robinets, clapets, et vannes) du circuit primaire (c’est celui qui est le plus problématique), sont particulièrement sujets à l’usure due à la dégradation thermique des métaux et pourraient se rompre brutalement.

Ces « robinets » sont des clapets anti retours de gros diamètre, permettant l'isolement du circuit primaire. lien

Dans ces documents EDF on découvre que cette rupture, si elle avait lieu sur certains robinets affectés par ce vieillissement, provoquerait une carence de liquide de refroidissement primaire, et de l’eau ajoutée pour compenser ce manque ne suffirait pas à refroidir le cœur du réacteur, lequel commencerait carrément à fondre.

On serait alors, dans le pire scénario, face à un accident majeur, puisque la rupture de la cuve surviendrait en moins de 90 minutes.

Pourtant, EDF, consciente du problème n’envisage pas pour l’instant le remplacement des 118 pièces concernées, se limitant à un simple campagne de mesures des robinets, laquelle finirait seulement en 2015.

Ce scénario inquiétant concerne 31 réacteurs de 900 Mw installés sur notre territoire.

C’est ce que l’on peut lire dans un communiqué de presse publié par le réseau « sortir du nucléaire  ». lien

La totalité des documents est sur ce lien.

Il y a en France 34 réacteurs, dont ceux de Bugey, particulièrement vulnérables aux agressions extérieures en raison d’un confinement primaire en béton simple, doublé seulement d’une paroi métallique intérieure, laissant penser que n’importe quel engin militaire perforant n’aurait aucune difficulté à provoquer un accident grave.

Dans la catégorie « armes aériennes », évoquons les roquettes perforantes, qui peuvent pénétrer profondément dans les blindages les plus épais, provoquant des dommages considérables, et l’on ne peut que s’inquiéter de ce qui se serait passé, si au lieu d’une inoffensive fumigène, une personne mal intentionnée avait utilisé une arme pareille. lien

Certaines centrales ont passé les 30 ans d’âge, avec une moyenne d’âge de 27 ans pour ces 34 réacteurs, et l’ASN (autorité de sureté nucléaire) envisage sérieusement de prolonger de 10 ans, voire plus, leur fonctionnement. lien

Ces derniers temps, les accidents à répétition se sont succédés dans les centrales nucléaires françaises : de Penly, au Tricastin, en passant par Fessenheim, aucune centrale ne semble être capable d’échapper aux risques divers liés en grande partie au vieillissement.

La liste des accidents nucléaires les plus graves s'étant produits en France, hors des 1000 incidents ou anomalies qui se produisent chaque année en France est sur ce lien.

Plus grave, dans le site de La Hague, les matériaux radioactifs ne sont protégés par aucun renforcement spécifique. lien

On se souvient qu’en 1982, un militant suisse, Chaïm Nissim, ancien député écologiste genevois avait tiré au bazooka sur le bâtiment en chantier de la centrale nucléaire de Malville, appelée bien à tort « superphénix  », afin de prouver sa vulnérabilité à une attaque terroriste. lien

Personne non plus n’a oublié l’action spectaculaire due aussi à Greenpeace, leur permettant, début décembre 2011, de pénétrer clandestinement dans l’enceinte de 2 centrales nucléaires, celle de Nogent et celle de Cruas-Meysse, malgré les barbelés, et la « vigilance » des forces spéciales, démontrant ainsi la fragilité, et l’insécurité de ces installations. lien

Pourtant, les responsables politiques sont encore nombreux à faire confiance à cette énergie si dangereuse, comme l’ont prouvé les catastrophes de Tchernobyl et de Fukushima.

Faudra-t-il un accident majeur dans notre pays, pour qu’enfin, un président de la république responsable, se décide à tourner la page nucléaire française.

Car comme dit mon vieil ami africain : «  il vaut mieux arriver en retard qu’en corbillard  ».

L’image illustrant l’article provient de « enrgie-climat.greenpeace.fr »

Merci aux internautes de leur aide efficace.

Olivier Cabanel

Articles anciens

Fukushima, l’en pire Japonais

Tchernobyl, drôle d’anniversaire (12 mars 2011)

Fukushima, mon amour

Fukushima, Sarko pète les plombs

Fukushima, et maintenant ?

Fukushima, nuages noirs à l’horizon

Entre fusion et confusion

Fukushima, le monde du silence

Au pays du soleil, le Vent !

Fukushima, le syndrome Japonais

Fukushima, la fuite en avant

Fukushima, plus jamais ça

C’est foutu…shima

L’exode nucléaire

Ça fume à Fukushima

Nucléaire, la cible terroriste

Fukushima, le mensonge organisé

Faire reculer le crabe

Le Japon bientôt inhabitable ?

Le silence des salauds

On a retrouvé le corium de Fukushima

Ce cher nucléaire

La France a peur

Fukushima, tragédie en sous sol

Fukushima, tournée mondiale

Fukushima, un silence inquiétant

Fukushima, le début de la fin

Fukushima, les limites du cynisme

Nucléaire, explosion des prix



341 réactions


    • SergeL SergeL 3 mai 2012 14:20

      Original de l’accord :

      Rééquilibrer la production française d’électricité en faveur des énergies renouvelables

      Nous réduirons la part du nucléaire dans la production électrique de 75% aujourd’hui à 50% en 2025 et engagerons :

      - Un plan d’évolution du parc nucléaire existant prévoyant la réduction d’un tiers de la puissance nucléaire installée par la fermeture progressive de 24 réacteurs, en commençant par l’arrêt immédiat de Fessenheim et ensuite des installations les plus vulnérables, par leur situation en zone sismique ou d’inondation, leur ancienneté et le coût des travaux nécessaires pour assurer la sécurité maximale. Cette évolution intégrera les évaluations de l’ASN et de l’IRSN ainsi que le nécessaire équilibre offre-demande.

      - Une révision de la politique industrielle de l’Etat français concernant les réacteurs de troisième génération mettant au cœur de notre nouvelle stratégie les questions de sûreté, d’intérêt économique et énergétique. Dans ce cadre, le projet d’EPR de Penly, qui n’est pas aujourd’hui justifié tant du point de vue industriel qu’énergétique, sera abandonné. Nos formations prennent acte de leur désaccord sur l’avenir du chantier de l’EPR de Flamanville.

      - Aucun nouveau projet de réacteur ne sera initié.

      - La création d’une filière industrielle française d’excellence concernant le démantèlement des installations nucléaires. Pour ce faire, nous créerons un institut international de formation au démantèlement des installations nucléaires.

      - Un acte II de la politique énergétique sera organisé d’ici la fin de la mandature pour faire l’examen de la situation et des conditions de la poursuite de la réduction de la part du nucléaire.


      Nous renforcerons les garanties de sûreté du parc nucléaire français et engagerons :

      - Une réduction progressive de la sous-traitance et une révision du recours à celle-ci dans les activités d’opérations et de maintenance des installations visant à garantir le plus haut niveau de sûreté du parc en exploitation et à veiller au respect des droits sociaux des travailleurs du nucléaire.

      - Une reconversion à emploi constant de la filière du retraitement et de fabrication du MOX, et des moyens de stockage des différents types de déchets notamment le laboratoire de Bure, en centres d’excellence du traitement des déchets et du démantèlement.

      - Le financement des charges futures (démantèlement et déchets) sera réformé afin d’en garantir l’effectivité. L’organisation de la sûreté nucléaire sera renforcée et revue afin d’y inclure l’expertise contradictoire et internationale. Les citoyens devront être régulièrement informés et associés à cette démarche.

      - Une stratégie nationale et inter-régionale pour la reconversion et l’aménagement des territoires concernés par la fermeture des installations sera mise en place


    • olivier cabanel olivier cabanel 3 mai 2012 18:27

      selena

      merci pour tous ces liens.
      en échange, des infos sur fukushima, ou ça ne s’arrange pas du tout !!!

    • olivier cabanel olivier cabanel 3 mai 2012 18:29

      selena

      je crois que Hollande est un homme sage,
      lorsqu’il aura fait le tour de la question, il décidera très vite d’arreter le programme nucléaire, même s’il ne le fera que progressivement, au fur et à mesure du développement des alternatives propres.
      je suis convaincu qu’il se pose des questions sur l’epr.
      on en reparle ?
      merci de votre commentaire.

    • roro46 4 mai 2012 12:36

      Hollande un homme sage ?? ...sur le nucléaire qui plus est... ???? !
      Depuis le temps qu’il est en politique, il ne me souvient avoir entendu des propos sages à ce sujet émanant de lui...
      Là, il en parle du bout des lèvres , mais on est en campagne, ça ne vaut pas...
      On peu toujours rêver, mais bon.............................. Dans ce cas, il ne nous reste QUE le rêve.
      Ne soyez pas trop dupe, Olivier...
      (soir dit en espérant me tromper.)
      Quoiqu’il en soit, merci pour vos articles !


  • clodius clodius 3 mai 2012 14:24
    Fuite à la centrale de Gentilly-2

    au Québec...

    Salutations


  • Clouz0 Clouz0 3 mai 2012 14:37

    Il ne reste que 2 solutions :


    - Interdire définitivement et partout TOUS les engins volants quels qu’ils soient : 
    Avions, hélicoptères, parachutes, ULM, pigeons voyageurs, avions en papier....

    - Elargir la zone de survol interdit à 100 miles (185 km) autour de tous les points jugés sensibles. 
    ET disposer une défense anti-aérienne infranchissable autour de chaque périmètre. (ce qui reviendrait pratiquement au même que ci-dessus en Europe et dans toutes les contrées habitées)

    A vous de choisir !  smiley
    (Si vous pensez vraiment que la sécurité d’une centrale ait pu avoir été remise en question par une aile volante ou par un poète escaladeur)

    • olivier cabanel olivier cabanel 3 mai 2012 18:31

      clouzo

      et si tout simplement on choisissait une source énergétique qui ne présente pas le même danger que le nucléaire ?
      j’ai peur que tant qu’un accident majeur ne se passera pas en France, on va continuer comme ça, la tête dans le sable.

    • Clouz0 Clouz0 3 mai 2012 18:40

      Ah mais non, supposez qu’un avion s’écrase sur un barrage !

      L’inondation.
      Horrible !

      Non, Y a pas, faut interdire tout ce qui vole !

    • olivier cabanel olivier cabanel 3 mai 2012 20:11

      clouzo

      à la différence que lorsqu’un barrage cède, ça peut faire des morts, bien évidemment, mais une région n’est pas perdue pour des siècles...

  • vachefolle vachefolle 3 mai 2012 14:45

    Il y a un moyen très simple de protéger les centrales, des batteries sol-air et des militaires armés qui ont le droit de tirer sur les suspects qui arrivent.

    C’est ce qui avait été mis en place au moment du 11/09.
    Une fois cette mesure prise, ca en sera terminé de ce faux procès sur la sécurité des centrales, qui n’a rien a voir avec la sureté de fonctionnement.

    L’effort étonnant de ces missions ecolos sera de déclencher des budgets supplémentaires pour l’armée. Remarquez que la plupart préférerons être sur une centrale en France, qu’en Afghanistan !!


  • joletaxi 3 mai 2012 14:49

    AAAAhhh quand j’entends Hollande, je bande....

    tous nos militants verts sont cocus et contents ,ce qui vérifie l’adage.
    Non seulement Hollande continue le nucléaire, mais avec un peu de malchance, s’il est le président du moment, il coupera le ruban de l’EPR
    Et les verts, qui se sont prostitués avec tatche lul pour une poignée de postes hypothétiques,et bien, pour parler comme le hareng nordique, il les emmerde.

    Un grand homme d’état, qui ,alors que l’encre de l’accord est à peine sèche, déclare qu’il n’ arien signé,et qu’il n’est en rien lié, un vrai socialo quoi !

    vous êtes hilarants


    • joletaxi 3 mai 2012 15:38

      Vrai que comme magistrate, Eva la jolie(je suis de bonne humeur,et cela vous fera plaisir) elle a fait bien avancer le schmilblik de la justice, on peut dire qu’après son passage, on a une vraie justice.

      moi, j’interprète autrement son « action » dans le cadre de sa haine des nantis, et j’ai trouvé ses méthodes expéditives pour le moins « étonnantes »
      J’ai entendu une de ses déclarations à propos d’un jeune meurtrier digne des plus belles envolées de la gauche de 68, par contre les joyeux drilles de Total n’avaient eux tué personne.

      Chacun a ses idoles, moi en politique ,je n’en ai aucun, et si on parle justice, alors j’ouvre mon transistor comme dirait l’autre


    • olivier cabanel olivier cabanel 3 mai 2012 18:33

      mon pauvre jo,

      ne vous trompez pas de rôle, le clown c’est vous.
       smiley

  • Georges Yang 3 mai 2012 15:53

    Vous serez le premier à pleurnicher uand l’un de ces irresponsables prendra une balle dans la tête
    Entrer dans une centrale n’est pas un jeu de scout


  • Ruut Ruut 3 mai 2012 16:26

    Un terroriste est avant tout un activiste.


  • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 3 mai 2012 16:34

    Il me semble que la menace du terroriste équippé d’une arme perforante est plutôt hypothétique étant donné que l’arme en question ferait seulement ( et si tout se passe comme prévu ce qui est loin d’être acquis ) un trou dans le réacteur et que l’hydrogène pourrait s’échapper par là au lieu de s’accumuler et de provoquer une explosion cataclysmique du réacteur comme à Tchernobil ou Fukushima.






    • olivier cabanel olivier cabanel 3 mai 2012 18:37

      alois

      votre hypothèse ne tient pas la route !
      un trou dans le réacteur aurait bien évidemment des conséquences gravissimes.
      comment pourrait-il en être autrement.

    • Ni naïf Ni Crédule dede 3 mai 2012 19:37

      Tant bien même :

      1) il faut savoir y accéder...c’est un vrai labyrinthe pour celui qui ne connait pas
      2) il faut déjà accéder à la cuve...ça risque d’être compliqué radiologiquement parlant.
      3) il faut pouvoir percer 30 cm d’acier

      Bref, c’est pas pour demain !

    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 3 mai 2012 22:18

      Un trou dans un réacteur pourrait éventuellement avoir des conséquences grâves mais nettement moins grâves qu’une explosion du réacteur en bonne et due forme comme à Tchernobil ou à Fukushima.

      En plus, pour que des terroristes arrivent à placer leur missile pile poil où il faut pour faire un trou pouvant causer des dommages il y a déjà une sacrée marge.

      Votre hypothèse est plus théorique que pratique mais vous avez raison de la formuler : avec des filets anti armes perforantes ( disponibles pour n’importe quel blindé en opex ) on supprime le risque du missile terroriste pour un coût modique.

      Elle est pas belle la vie ?




  • saint just 34 saint just 34 3 mai 2012 16:47

    vieux débat et permanent entre ceux qui sont pour et ceux qui son contres (et voir aussi ceux qui sont tous contres :-0 dans ce cas précis comment faire pour protéger et protéger les centrales existantes ? j’ai une solution installé des rampes de milles SOL-AIR AUX ABORDS des centrales et tiré après avoir fait les sommations d’usage smiley une manière pour l’armée de tester ces engins et pouvoir y apposer dessus TESTER EN VRAI .Cela permettrai aussi de ne pas aller tester ces matériels en dehors de nos frontières . J’ai bon la smiley j’ai tout BON ? :->


    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 3 mai 2012 17:03

      Pour abattre un ULM ou un paramoteur il vaut mieux un canon à tir rapide qu’un missile et en plus, on peut éventuellement le rediriger vers le sol pour liquider d’autres intrus en plus de pouvoir l’utiliser contre un éventuel missile s’il s’agit d’un système performant.

      Si le calibre est sufisamment gros, le terroriste devra venir avec un tank - ce qui est vachement discret - pour essayer de causer des dégâts.








    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 3 mai 2012 18:21

      Il parait même que les gens du Hezb ont déjà essayé cette technique pour aller tuer des Juifs pendant la nuit vu que les paramoteurs et les ULM n’ont pas de signal radar.

      Il semblerait que ce ne soit pas un succès complet : on devrait peut être demander aux Israeliens ce qu’ils ont fait pour bloquer ce genre d’intrusions.


    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 3 mai 2012 22:48

      Apparemment d’AUCUNS ont de meilleures idées pour descendre un paramoteur ou un ULM mais ils sont trop timides pour les énoncer...





  • Magnon 3 mai 2012 16:48

    @Cabanel
    1er sophisme : le nucléaire n’est pas sûr puisque les écolos en paramoteurs ne sont pas abattus avant de survoler des réacteurs protégés par 1 m de béton bien ferraillé et bien vibré !
    Faut’il vraiment les descendre au Stinger, au Crotale ou au Mistral, pour restaurer la sécurité du site, qui par ailleurs n’a jamais été amoindrie ?

    2ème sophisme, le poète escaladeur a dangereusement mis en danger Civaux, en réalité, il est rentré « dans les massifs » autour du parking cloturé !
    C’est particulièrement raté pour le poète qui m’a fait deux fois le même coup, il monte sur un lieu érigé en hauteur, grue sur un chantier, beffroi de mairie, ameute policiers, pompiers, journalistes et badauds, fait monter la pression, (...) la relâche en balançant sur la foule une liasse de ses poèmes et redescend, une métaphore d’éjaculation !
    Sauf qu’à Civaux, il n’a rien escaladé et n’a spermé sur personne !


    • olivier cabanel olivier cabanel 3 mai 2012 18:39

      magnon

      les écolos en paramoteurs n’ont pas mission de faire « sauter une centrale nucléaire »
      seulement de montrer que la sécurité n’est pas garantie.
      et la démonstration est convaincante, que vous le vouliez ou non.
       smiley

  • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 3 mai 2012 17:22

    Ces intrusions démontrent une fois de plus que les services de contre terrorisme ne font pas bien leur boulot et qu’ils n’ont pas su arrêter les activistes avant qu’ils n’agissent.

    Une fois de plus, on est trop laxistes en matière de prévention et ce n’est pas François Hollande qui changera la donne vu qu’il refuse de se pencher sur toutes les questions liées à l’insécurité.


    • joletaxi 3 mai 2012 17:44

      je suis désolé de devoir vous dire que vous racontez n’importe quoi.

      Nos services secrets font un boulot admirable,ils savent tout, ils connaissent tous les terroristes, leurs plans, ils sont même capables de fabriquer un faux terroriste, Merah, de provoquer un événement qui fait s’enflammer les sondages de Sarko,de le tuer,dans un grand spectacle, devant toute la presse.

      Si vous avez encore un doute sur les capacités de ces services,voyez sur Youtube ,les films mis en ligne par l’avocate algérienne.

      Ils sont même capables d’enrôler une mata hari de couleur pour violer un brave dignitaire socialiste qui sort de sa douche.

      Ils sont trop forts

      c’est barnum tous les jours sur Avox


    • Ni naïf Ni Crédule dede 3 mai 2012 18:00

      Vive le barnum du grand n’importe quoi ! (désolé, pas inspiré aujourd’hui)


    • Ni naïf Ni Crédule dede 3 mai 2012 18:19

      c’est bien Olivier, continuez, plus vous me replierez plus je serai visible !

       smiley
      Alors, des preuves de vos accusations ?

    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 3 mai 2012 18:24

      Je trouve que c’est tout de même inoui que les services secrets n’essaient pas d’inflitrer des organisations comme greenpeace pour les empêcher de faire des bêtises.

      Laxisme, laxisme et laxisme.


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 3 mai 2012 18:29

      Longtemps que Greepeace est noyautée par la CIA .


    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 3 mai 2012 22:26

      En tout cas, noyauté ou non, on constate qu’ils parviennent à s’introduire dans des centrales nucléaires sans se faire immédiatement neutraliser, ce qui est inacceptable.

      On est trop laxistes sur la sécurité et ce n’est pas François Hollande qui s’intéresse à l’insécurité.


  • Surya Surya 3 mai 2012 18:04

    Messieurs Sarkozy et Hollande se sont engueulés sur le sujet du nucléaire. Ca prouve au moins que le sujet fait débat, qu’il est devenu un enjeu dans une campagne présidentielle, et donc que les choses bougent. (Mais je rêve, peut être ?)

    Il n’y aura donc pas de sortie du nucléaire faite par aucun de ces deux candidats. C’est clair pour Mier Sarkozy. Mais avec la fermeture d’une seule centrale annoncée par Mier Hollande, c’est une goutte d’eau dans l’océan.

    Si Monsieur Hollande est élu, il y aura donc à priori la fermeture de Fessenheim, avec le reclassement des travailleurs « sur place », mais je m’inquiète malgré tout pour l’avenir de ces travailleurs : s’ils s’accrochent ainsi à leur poste, n’est ce pas justement parce qu’il y aurait peu de possibilités d’embauche sur place ? Tous les personnels pourront-ils vraiment rester sur place, là où ils ont construit leur vie ? Espérons le.

    Même en admettant que nos centrales soient sûres comme l’affirme Monsieur Sarkozy, cela nous coûte trop cher en entretien, et forcément cela nous coûtera de plus en plus cher puisque ces centrales vieilliront de plus en plus, et que fatalement, il faudra bien les fermer un jour ou l’autre.

    Ce dont Monsieur Hollande ne parle absolument pas non plus.

    Il nous dis ce qu’il fera en tant que président, on ne sait pas si cela sera suivi ou non après lui, en gros je ferai un peu de ceci, je ferai un peu de cela, après moi le déluge. S’il est élu, que se passera-t-il s’il ne fait pas un deuxième mandat ? Je suis un peu dure avec lui en disant ça mais je trouve dommage qu’il ne prenne pas une position plus personnelle sur la question.

    Donc, Fesseinheim est dangereux CAR située sur une zone sismique et CAR elle est la plus vieille, il faut donc la fermer mais le reste on n’y touche pas. Donc, le nucléaire n’est pas dangereux en soi.

    Je vais finir par me demander pourquoi Messieurs Sarkozy et Hollande se sont engueulés comme ça, puisque dans le fond, ils sont d’accord...


    • Ni naïf Ni Crédule dede 3 mai 2012 18:33

      " Tous les personnels pourront-ils vraiment rester sur place, là où ils ont construit leur vie ? Espérons le. "

      Malheureusement j’en doute fort à moins d’accepter la mobilité en interne pour EDF ou bien changer de boite.
      Les services de production vont être réduits. Resteront certains services pour assurer la maîtrise d’ouvrage du démantèlement qui sera réalisé par des maîtres d’oeuvre d’entreprises spécialisés dans le démantèlement.

      Concernant l’arrêt d’autres centrales, dans l’immédiat il y a tellement de paramètres technico-financier et de gestion qui sont inconnus, que le temps d’un seul quinquennat ne suffira pas.

      Pour les autres centrales à démanteler, je vois bien les 3 tranches (sur 4) de Tricastin qui servent à alimenter Eurodif qui va bientôt s’arrêter. 

      L’histoire nous le dira.

    • Ni naïf Ni Crédule dede 3 mai 2012 19:42

      C’est si dur que ça à accepter Olivier ?

      Un petit mot pour les familles locales qui vont devoir déménager pour trouver un boulot à perpéte les oies ?

  • olivier cabanel olivier cabanel 3 mai 2012 18:21

    @ tous

    la situation commence à se dégrader sérieusement à fukushima !
    tepco fait appel à l’aide internationale.
    ça sent pas bon du tout, car si la piscine du 4 a un problème, la radioactivité relachée sera au moins dix fois plus importante qu’à tchernobyl !!!

    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 3 mai 2012 18:27

      Ceci étant dit, à part en Biélorussie et en Ukraine, Tchernobil c’est déjà de l’histoire ancienne en ce qui nous concerne et même là bas ça commence à se tasser.


    • Surya Surya 3 mai 2012 18:29

      Il serait temps que tepco se décide à faire appel à cette aide internationale ! Il y a des moments où on doit penser à mettre son orgueil dans sa poche !

      Je ne ne vais pas dire que je vais prier pour que cette piscine numéro 4 tienne le coup et pour le peuple japonais, puisque je ne suis pas quelqu’un de religieux, mais là, dans les circonstances actuelles c’est tout comme.


    • joletaxi 3 mai 2012 18:37

      je n’étais pas au courant ?
      Tepco a repris greenpisse ?

      Tityre, tu patulae recubans sub tegmine fagi ....


    • Ni naïf Ni Crédule dede 3 mai 2012 19:11

      Tepco est maintenant nationalisé. On va peut-être y voir plus clair...ou pas !


    • olivier cabanel olivier cabanel 3 mai 2012 19:43

      Alois

      vous plaisantez j’imagine ?!
      vous n’avez donc pas appris qu’un nouveau sarcophage va être installé à Tchenobyl : la radioactivité continue de s’échapper du site, puisque le corium est toujours en activité 26 ans après, et la plaisanterie va couter à l’europe (donc vous payez aussi) 1,5 milliards d’euros (je ne serais pas surpris que le chiffre soit sous-estimé.
      la vielle chape coulée dessus à l’époque est totalement fissurée.
      Entre 6 et 7 millions de personnes vivent encore dans les 150 000 km2 de territoires contaminés au césium en Ukraine, au Bélarusse et en Russie. Victimes de l’irradiation lors de l’accident ou même victimes de la contamination par l’ingestion d’aliments cultivés en territoire contaminé, 2,4 millions d’Ukrainiens, parmi lesquels 428 000 enfants, souffrent de problèmes de santé liés à la catastrophe, selon le ministère ukrainien de la Santé.  

    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 3 mai 2012 22:40

      C’est une fois de plus le problème du verre à moitié plein ou à moitié vide.

      Je n’ai pas entendu dire que la Bielorussie ou l’Ukraine sollicitaient une quelconque aide internationale pour faire face à la radioactivité que subissent leurs populations respectives malgré le fait que je sais qu’il y a de la casse humaine là bas.

      Ce que je constate c’est que la zône interdite se réduit d’années en années autour de la centrale et que la majorité ( mais il existe en effet une minorité qui est plus ou moins grâvement affectée et dont le gouvernement Biélorusse se contrefout royalement ) des enfants qui y vivent ne sont pas affectés par des déformations génétiques.

      Il est évident que le même scénario va se reproduire au Japon et qu’il est dés lors temps de proposer de construire des centrales au thorium qui sont nettement plus stables que des centrales à uranium.

      Je n’ai malheureusement pas eu l’impression que les candidats à la présidence aient cité le thorium hier soir alors qu’ils se proposent de diriger le pays pour les 5 prochaines années.

      Comme ça on sait que non seulement ils ne viennent pas sur agoravox ( alors qu’ils pourraient s’y faire une idée assez nette des préoccupations de la France d’en bas) mais qu’en plus ils ne lisent pas le science et vie !











  • Asp Explorer Asp Explorer 3 mai 2012 19:06

    Et pendant ce temps là, à Fukushima, le compteur des morts reste désespérément bloqué à zéro.

    Au fait Olivier, il en est où, votre corium qui va exploser d’une heure à l’autre depuis quatorze mois ? Il fume toujours ? Il s’enfonce ? Il flotte ? Il rampe ? Il tourbillonne ?


    • olivier cabanel olivier cabanel 3 mai 2012 19:47

      asp

      « Fukushima Daiichi : zéro mort ». C’est faux. La catastrophe nucléaire a déjà provoqué des centaines de morts directs ou indirects. Cet article les ignore, c’est de la pure désinformation. Le triste décompte des premiers morts dus à la catastrophe nucléaire se fait ici : « Les premiers morts de la catastrophe de Fukushima », avec toutes les références nécessaires. Et c’est sans compter les disparus
       
       Il n’y a pas que le titre de son article qui est mensonger : « La centrale de Fukushima Daiichi, bien qu’obsolète, criblée de défauts de conception et frappée par des forces géologiques supérieures aux prévisions du cahier des charges, a remarquablement résisté », rapporte-t-il. C’est faux. La centrale n’a pas « remarquablement bien résisté ». Au contraire, il s’y est produit au moins 4 explosions  provoquant de graves pollutions radioactives, et 3 cœurs de réacteur ont fondu quasi simultanément, ce qui représente la pire configuration d’accident nucléaire de tous les temps. Le confinement n’est plus assuré. La nappe phréatique est contaminée. L’océan pacifique subit la pire des pollutions radioactives de l’histoire. Au moins 8% du territoire japonais est contaminé au césium pour 300 ans. Du plutonium a été répandu dans l’atmosphère.
       
      « Les réacteurs ont été détruits, mais les radiations n’ont pas causé de morts à Fukushima Daiichi et ne devraient pas en causer au cours des cinquante prochaines années », lit-on encore dans cet article. C’est complètement faux. Pourtant, en tant que scientifique, Michael Hanlon sait bien que les radiations ne tuent pas immédiatement. Elles provoquent de nombreuses maladies et provoquent des cancers des années après. A Tchernobyl, les premiers cancers de la thyroïde dus à l’iode 131 sont apparus au bout de 3 ans. Il ne faut pas attendre 50 ans pour compter les morts comme le prétend cet article négationniste. Entre 1986 et 2004, on estime à 985 000 le nombre de morts dus à la catastrophe de Tchernobyl (source : Chernobyl : Consequences of the Catastrophe for People and the Environment).

    • olivier cabanel olivier cabanel 3 mai 2012 19:49

      asp

      mon commentaire est un copié collé d’un article paru à la suite d’un article mensonger paru dans le daily telegraph, et comme il répond à votre interrogation, j’espère que vous en tirerez profit
      voici le lien de l’original

  • Le péripate Le péripate 3 mai 2012 19:13

    Tout ce que ça prouve, c’est qu’un militant de Greenpeace est en effet un mec dangereux.


    • Ni naïf Ni Crédule dede 3 mai 2012 19:18

      Et en premier lieu, dangereux pour lui-même, vu l’atterrissage aléatoire de ce surfeur des airs inconscient.


    • olivier cabanel olivier cabanel 3 mai 2012 19:45

      au péripate,

      seule la bétise est dangereuse
      et elle n’est pas à porter au compte de greenpeace,
      par leur action citoyenne, ils sont des lanceurs d’alertes, et leur action est destinée à votre sécurité.
      alors, elle est où la bêtise ?
       smiley

    • Le péripate Le péripate 3 mai 2012 19:51

      Ah oui, je comprends : c’est comme ces gens qui prennent l’autoroute à contre-sens, ils sont là pour nous montrer les dangers de l’automobile.

      C’est vachement futé.

      Bravo.


    • olivier cabanel olivier cabanel 3 mai 2012 20:13

      au péripate

      sauf que survoler une centrale nucléaire en parapente me parait moins dangereux que de prendre une autoroute à contre sens.
       smiley

    • Le péripate Le péripate 3 mai 2012 20:21

      Ah.... et ce con n’a même pas été capable d’enrouler le thermique de la cheminée ?

      Bon, alors il n’est en effet même pas dangereux, juste idiot.

      Accessoirement apprenez qu’il est aussi interdit de survoler les autoroutes en parapente.


    • olivier cabanel olivier cabanel 3 mai 2012 22:13

      le péripate

      quand un commentateur commence a utiliser l’injure comme vous l’avez fait, c’est possible qu’il soit à court d’arguments,... un peu comme celui qui, lors d’un dialogue, se sert de ses poings, preuve de sa faiblesse.
      traiter de « con » un homme qui prend un risque pour alerter les autres me parait totalement déplacé.
      enfin, c’est vous qui voyez.
       smiley

  • Ni naïf Ni Crédule dede 3 mai 2012 19:22

    Au moins une bonne nouvelle pour le Japon :


    L’Office National du Tourisme Japonais (JNTO) a rendu public les chiffres du tourisme pour mars 2012, soit juste un an après la catastrophe du 11 mars 2011. Les nouvelles sont bonnes puisque le nombre de touristes est quasiment revenu au même niveau qu’en 2010 avec près de 700 000 entrées sur le territoire en un mois. Les visiteurs les plus nombreux sont les Chinois (130 000 personnes) alors que les Français n’ont pas encore repris leur rythme d’avant la catastrophe avec une fréquentation inférieure d’environ un cinquième au taux d’il y a deux ans. 

    • olivier cabanel olivier cabanel 3 mai 2012 22:17

      bodidharma

      ce document avait déjà été proposé, mais ce n’est pas inutile de le revoir
      je remet le lien 
      merci

    • Solivo Solivo 4 mai 2012 08:18

      Merci pour ce lien vers cet excellent doc qui démontre que bien au delà du soi disant « contrôle » de la situation après cette première catastrophe, ces infrastructures nucléaires détruites et non sécurisables à court terme pour faire face à un séisme aussi puissant et tout autant probable que le précédent, pose magistralement l’enjeu en cours au Japon à présent face aux menaces que représentent aujourd’hui les ruines de cette industrie nucléaire et ce risque sismique majeur sur le quel personne n’a aucun contrôle.


      Si j’écris aujourd’hui qu’il y a un risque bien réel (75 % qu’un séisme destructeur se produise sous 4 ans) et que le Japon devienne définitivement inhabitable avant 10 ans, je vais me faire taxer de cinglé... et pourtant, combien on dits dans les 10 dernières années qu’il y avait un risque majeur et n’ont pas été écoutés ?

      Merci de continuer à nous informer

  • Uru-anna Uru-anna 3 mai 2012 20:37

    Bravo à Greenpeace pour cette démonstration, ce n’est pas parce que nos dirigeants et les lobbys (du fric) ont faits n’importe quoi en pure inconscience pendant 50 ans, que nous sommes condamnés a poursuivre dans la même voie !!

    Le Japon à réussit a fermer pratiquement tout ces réacteurs en 1 ans, et il ne sont pas revenu à l’âge de pierre... c’est avant tout une volonté politique !! et de toute façon (au vu des réserve d’uranium) on a pas le choix, il faut sortir progressivement du nucléaire, relocaliser la production d’électricité, arrêter le gaspillage et tout miser sur les nombreuse énergies alternatives !!


  • joletaxi 3 mai 2012 21:43

    Le Japon à réussi a fermer pratiquement tout ses réacteurs en 1 an, et il ne sont pas revenu à l’âge de pierre...

    réussi ?il y avait un doute qu’en poussant sur le bouton rouge du tableau cela ne s’arrête pas ?
    et ils ne sont pas revenus à l’âge de la pierre, oh que non, ils dépenseront cette année 100 milliards $ de plus pour leurs importations de fossiles, gaz et charbon, tout en maintenant un programme plutôt contraignant de délestages pour leurs industries.
    Tepco, entr"autre opérateur a déjà augmenté ses prix de 17 % et ce n’est qu’un début.

    Je serais curieux de voir votre réaction si votre note d’électricité prenait tout à coup 20 % ?


    • Uru-anna Uru-anna 3 mai 2012 21:57

      Tu te rend compte, on parle d’un an avec plusieurs crises sanitaires graves à gérer à cause de Fukushima ! le mythe du « on ne peut pas sortir du nucléaire en 20 ans » comme proposez EELV, vient d’être complétement remis en cause par l’exemple du Japon !

      Non seulement c’est faisable plus rapidement, mais si volonté politique il y a, c’est une source de croissance sélective utile !!

      De plus le Japon installe et continu d’installer massivement sur tout les bâtiments des cellules Photovoltaïques et opère une politique du « contre gaspillage » salutaire à de nombreux niveaux...*
      Il sont en train d’apprendre de leurs erreurs et d’évoluer, nous ferions bien d’en prendre exemple, nous qui n’avons pas encore de crise nucléaire à gérer, et qui possédons un pays riche en potentiel altérnatif et durable !!


    • olivier cabanel olivier cabanel 3 mai 2012 22:20

      mon pauvre jo

      vous n’avez pas encore compris que votre note d’électricité nucléaire allait prendre bientot bien plus que 20%...
      zêtes vraiment un gamin. 
      retournez donc dans votre bac a sable, et laissez les adultes discuter entre eux.
       smiley

    • SergeL SergeL 3 mai 2012 22:32

      Toujours des remarques simplistes non fondées.
      EDF vend son électricité nucléaire 13.5 Ctes d’ € le Kwh, alors qu ’ Enercoop vend son électricité EnR 15 Ctes d’ € le Kwh donc vos infos sont bidons et mensongères.
      En revanche, avec les mises aux normes obligatoires des vieilles centrales nucléaires, EDF doit augmenter ses tarifs de 30%.
       

      Les courbes de tarifs de l’ énergie vont se croiser & le Nucléaire sera rejeté avec vigueur par la population : un débat public sur l’ énergie va être mené par le nouveau gouvernement qui est conscient de ces faits.

      Un référendum pourrait mettre fin à 50 années de dictât : le Nucléaire a été imposé sans débat.


    • Solivo Solivo 4 mai 2012 08:36

      @ joletaxi

      « il y avait un doute qu’en poussant sur le bouton rouge du tableau cela ne s’arrête pas ? »

      Prenez du recul, « Ce » risque n’a jamais été aussi réel aujourd’hui, même après l’arrêt sur le bouton rouge. 
      Les ruines de ces centrales sont elles vraiment sécurisables avant qu’un autre séisme aussi puissant se produise et ne crèe cette fois une fusion à l’air libre des piscines de stockage ?
      Si ça se produit demain rien n’aura été arrêté et ce sera bien pire, je n’ai aucun doute à ce sujet.

      Vous rendez vous compte que vous nous parlez fric alors qu’on vous parle risque majeur ? 
      Ca vaut combien en centaine de milliards dans votre esprit un risque majeur, pour qu’on vous amène à réaliser dans votre échelle de valeur ?


    • joletaxi 4 mai 2012 10:49

      Quand je vous surnomme enclumes, j’ai de bonnes raisons pour.

      Vous êtes incapables de la moindre petite griffe ou éraflure dans vos convictions.

      Fuku, dois-je vous le rappeler c’est zéro mort, zéro la tête à toto

      Et notre panoramix cacochyme de l’atome a beau creuser, à part Y Montand, il ne déterrera personne dans la centrale.

      Comme, l’armageddon ne s’est pas produit, et que vous n’avez rien à mettre en tête de gondole dans votre « bazar » ,vous ressortez maintenant le risque de la piscine du 4.
      Piscine du 4 dont notre chimiste en apesanteur, architecte à ses heures, nous disait qu’elle penchait(sur la foi d’un document réalisé par l’équipe GagKuku) parce que trop arrosée.
      je dis vous ressortez, car dès les premières heures, vous nous annonciez des boatpeople de japonais fuyant leur île, pour les mêmes raisons.
      Or, si on en croit les bouffons qui sont sur place, non seulement le batiment a été renforcé, le refroidissement sécurisé, mais en plus les travaux de préparation au déstockage ont commencé.

      Au lieu de raconter vos éternelles daubes, vous feriez mieux de concentrer vos "recherches sur les réacteurs 1 et 3, que l’on a pas encore pu approcher (les inspections du 2 sont encourageantes) si bien que l’on ne sait pas trop dans quel état sont les enceintes, et partant que l’on a pas encore la moindre idée comment les traiter.

      Quand à la question des coûts, figurez-vous que tout est question d’argent.Si demain les caisses de sécurité sociales sont en faillite, vous devrez payer votre médecin, l’hôpital, croire que l’on peut faire l’impasse sur cette question est irrationnel.
      D’ailleurs, c’est la raison principale des coupes drastiques dans les subventions au renouvelable.
      Un jour peut-être, un politicien courageux ou opportuniste osera franchir le pas, et dénoncer cette gabegie.


    • olivier cabanel olivier cabanel 4 mai 2012 11:05

      mon pauvre jo

      à l’image de l’inculte napoléon, ou de son successeur sarko, vous employez un mot pour un autre, et semblez ignorer le sens du mot enclume.
      je vais donc faire un geste charitable, et vous donner la vrai définition : 
      « Une enclume est un outil servant à forger les métaux. C’est une pièce de taille variable allant, selon les métiers, de quelques dizaines de grammes (horloger/bijoutiers) jusqu’à plus de 400 kg (forgerons), en acier avec une surface plane appelée la table, généralement cémentée, parfois munie de perforations généralement verticales, circulaires ou carrées pour certains accessoires de travail ou usages adaptés à un emploi déterminé. »
      par contre, vous devez bien savoir ce qu’est un marteau, puisqu’au long de vos commentaires fastidieux, et subjectifs, vous avez fait la preuve que vous connaissiez bien ce mot.
      le ciel vous tienne en joie.

    • lavabo 4 mai 2012 13:09

      Ben oui c’est bien ca une enclume on a beau leur taper dessus y a rien qui rentre....


    • Solivo Solivo 5 mai 2012 11:16

      Se faire traiter d’enclume par Joe et Lavabo est un délice de fin gourmet !

      L’exploration du Gaz de Schiste validé à Cahors

      Par joletaxi (xxx.xxx.xxx.75) 4 mai 19:24

      "Cela fait 2 hivers de suite qu’en angleterre, les éoliennes, pendant l’hiver, n’ont délivré que 3 % de leurs capacités, ne parlons même pas du coût astronomique, qui selon certaines études, mais ce ne sont que des « études » aurait provoqué une telle hausse des prix du kw que 17.000 personnes seraient mortes de froid, incapables de se chauffer."

      Joe et ces 17 000 Totos !

      Whaaaaaaaaaaaaaaaaaaa


  • bert bert 3 mai 2012 21:46

    au moyen âge 

    y’avait pas de centrales de nucléaire juste des moulins
    pourtant ils ont bâti et fait plein de trucs 
    et ils avaient encore du temps libre pour se taper dessus.......
    **********************************************************************
    le nucléaire c’est un truc de darkvador&deblakwater


  • Pyrathome Pyrathome 3 mai 2012 22:23

    Bonsoir Olivier,

    Toujours ces « faiseurs de châteaux » qui n’arriveront jamais à finir leur œuvre......
     
    Ils feraient bien de regarder cette vidéo désespérante....sur la réalité de la situation !

    Fukushima réacteur 4, un danger au delà de tout ce qu’on a connu....

  • joletaxi 3 mai 2012 23:16

    comme vous êtes des enclumes, je vous remets le lien suivant

    http://notrickszone.com/2012/05/01/germany-succeeds-making-energy-unaffordable-for-15-of-its-population-600000-households-disconnected-annually/

    ça ce sont des faits, pas des « trucs » tirés de vos torchons de propagande

    et cerise sur le gâteau, voici la maison de demain

    http://notrickszone.com/2012/05/03/germanys-3-million-energy-efficient-test-home-of-the-future-flops/

    des enclumes


    • olivier cabanel olivier cabanel 4 mai 2012 08:26

      mon pauvre jo

      à l’image de l’inculte napoléon, ou de son successeur sarko, vous employez un mot pour un autre, et semblez ignorer le sens du mot enclume.
      je vais donc faire un geste charitable, et vous donner la vrai définition : 
      « Une enclume est un outil servant à forger les métaux. C’est une pièce de taille variable allant, selon les métiers, de quelques dizaines de grammes (horloger/bijoutiers) jusqu’à plus de 400 kg (forgerons), en acier avec une surface plane appelée la table, généralement cémentée, parfois munie de perforations généralement verticales, circulaires ou carrées pour certains accessoires de travail ou usages adaptés à un emploi déterminé. »
      par contre, vous devez bien savoir ce qu’est un marteau, puisqu’au long de vos commentaires fastidieux, et subjectifs, vous avez fait la preuve que vous connaissiez bien ce mot.
      le ciel vous tienne en joie.
       smiley

    • olivier cabanel olivier cabanel 5 mai 2012 08:05

      Cassino

      bien vu !
      au rythme ou ça va, il aura comblé la déperdition des nappes phréatiques sous peu.
       smiley
      j’espère qu’il est bien payé pour ses innombrables tentatives de désinformation
       smiley

  • Roberton 4 mai 2012 03:40

    Vous oubliez de préciser que le Japon a dû augmenter très fortement ses importations de gaz au détriment de sa balance commerciale pour équilibrer la production aléatoire des renouvelables.

    http://www.sauvonsleclimat.org/communiqueshtml/tres-cher-eolien-offshore/35-fparticles/1144-tres-cher-eolien-offshore.html

    http://www.sauvonsleclimat.org/production-denergie/energies-renouvelables/intermittence-et-foisonnement.html

    à méditer !!!!!


    • olivier cabanel olivier cabanel 4 mai 2012 05:55

      roberton

      non, je ne l’oublie pas,
      je l’ai mentionné dans mon commentaire que vous avez peut-être mal lu
      bien évidemment, ils ont été pris par surprise et ont du se débrouiller comme ils pouvaient,
      mais comme je le disais, avec le temps et leur potentiel de renouvelables, ils pourront assez vite ne tourner qu’avec leur propres énergies renouvelables.
      merci de votre commentaire

  • olivier cabanel olivier cabanel 4 mai 2012 08:21

    @ tous

    un blog très bien informé

  • olivier cabanel olivier cabanel 4 mai 2012 08:29

    @ tous

    document passionnant
    merci pyra...
     smiley

    • Solivo Solivo 4 mai 2012 08:54

      La dimension réelle du risque aujourd’hui.

      Bien au delà de toute considération technique sur le « contrôle » de la situation.
      Bien au delà de toutes les questions de fric.
      C’est déja rassurant de savoir qu’au sein de l’état Japonais, le risque réel est bien compris.

  • olivier cabanel olivier cabanel 4 mai 2012 08:53

    @ tous

    centrale de gentilly évacuée

  • Bulgroz 4 mai 2012 11:33

    Cabanel, il serait temps de vous éduquer. je vais finir par penser que c’est de l’icompétence.

    Les pertes du thermique (nucléaire compris) sont dus à la convention internationale qui considère que l’énergie restituée sous forme d’électricité est égale à un tiers de l’énergie totale dégagée par la réaction.

    Les deux autres tiers sont comptabilisés comme des pertes. Il s’agit par exemple de la chaleur qui produit le panache de vapeur d’eau au-dessus des centrales. Cette convention explique le très gros écart entre l’électricité primaire d’origine nucléaire et l’électricité finale d’origine nucléaire. Les centrales thermiques classiques ont également des pertes de rendement du même ordre, mais qui, en France, représentent des volumes beaucoup moins importants.
    Il s’agit donc de pertes conventionnelles et ce quelque que soit le type de combustible (charbon, fiul, gaz, atome) et non pas de pertes liés à un rendement énérgétique.

    Voir dans le Bilan énergétique pour la France 2010

    http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/fileadmin/documents/Produits_editoriaux/Publications/R eferences/2011/R%C3%A9f.%20Bilan%20%C3%A9nerg%C3%A9tique%20pour%202010%20-%20juin%202011.pdf


    • SergeL SergeL 4 mai 2012 12:45

       

      Quand les arguments utilisent des chiffres, autant utiliser les bons :

      rendement d’ un réacteur nucléaire conventionnel = 33%

      rendement d’ une centrale thermique à énergie fossile ( fioul) = 38,7%

      ( pour 1 Mwh d’ électricité en sortie, il faut 1/0,387 = 2,58 Mwh de chaleur pour produire la vapeur qui entraine l’ alternateur pour le fioul, contre 1/0,33 = 3,03 Mwh pour le nucléaire.)


      En France, la source primaire du Nucléaire en 2010 est l’ Uranium pour 1239 Twh,

      les pertes à ce niveau sont de 830 Twh, soit 33%.


    • olivier cabanel olivier cabanel 4 mai 2012 14:11

      zorglub

      je vais vous dire une chose, l’éducation que vous avez reçu me pose problème.
      d’abord on ne vous a pas appris la politesse, ce qui en terme d’éducation n’est pas au top.
      ensuite, on ne vous a pas appris la modération, 
      mais on vous a surtout appris la manipulation, et là je dois dire que vous êtes un expert.
      expliquez la différence entre « le produit » et « le consommé » comme vous voudrez, le résultat est là.
      ce n’est pourtant pas difficile à comprendre, à moins d’y mettre de la mauvaise volonté,
      une cocotte minute qu’elle fonctionne au gaz, au pétrole ou au nucléaire, produit de la chaleur, chaleur qui ne sert qu’à faire tourner des turbines et qui est perdue par la suite, rejoignant au passage le cours d’un fleuve, avec les dégats que l’on imagine facilement.
      donc, produire et consommer sur place permet théoriquement d’abord de ne pas transporter (ou pas trop loin) l’énergie, ensuite de tout utiliser (ou presque)
      un enfant de dix ans le comprendrait.
      donc vous devriez y arriver.
       smiley

    • ThierryCH 4 mai 2012 15:23

      Olivier,

      Vous avez raison sur la chaleur dissipée par les moyens de production électrique nucléaires ou thermiques classiques, chaleur dissipée dans l’environnement, mais le fait de localiser la production sur les lieux de consommation ne changera rien à cette réalité physique qui n’est pas liée à la distance entre lieu de production et lieu de consommation, mais au moyen de production.
      Pour supprimer totalement cette perte thermique, il ne faut utiliser aucun moyen de production basé sur un cycle eau-vapeur. C’est à dire qu’il faut supprimer tout ce qui comporte une chaudière et des échangeurs eau-vapeur, et qui fonctionne avec des combustibles quelle que soit leur nature. Cela inclus l’uranium, les hydrocarbures, le charbon, le biogaz et la biomasse.


    • olivier cabanel olivier cabanel 5 mai 2012 08:03

      thierry

      prenez par exemple la centrale photovoltaique que vous avez sur votre toit : vous consommez l’énergie produite, et vous redistribuez le trop plein sur le réseau environnant, pas besoin pour cela de milliers de pylones tht
      ou alors prenez l’éolienne de Twind, au danemark, qui a elle seule fournit toute l’énergie que cette petite ville nécessite...et au besoin envoie le reste aux villages environnants,
      idem pour une unité de méthanisation, un captage géothermique de grande profondeur
      etc etc
      toutes ces énergies propres et renouvelables ne provoquent que très peu de gaspillage.
      à méditer.
       smiley

    • ThierryCH 5 mai 2012 16:46

      Une unité de méthanisation, c’est une unité qui récupère le méthane produit par la décomposition de déchets organiques, ce méthane pouvant ensuite être utilisé comme combustible dans une centrale électrique à gaz. Le rendement sera donc le même qu’une centrale utilisant le gaz naturel fossile, puisqu’il s’agit du même combustible (CH4) et du même procédé (chaudière et échangeur eau-vapeur faisant tourner une turbine qui entraîne un alternateur).

      Je ne connaît pas le rendement des centrales géothermiques, ni même le procédé.

      Quant à la possibilité de supprimer le réseau THT avec 100% de renouvelable, je ne suis pas convaincu, et je vous ai expliqué pourquoi dans mes commentaires à l’occasion de l’un de vos articles précédents sur le sujet.

      Je ne crois pas que la suppression des lignes THT soit un enjeu dans le problème actuel de transition énergétique. Si on peut les limiter, tant mieux, mais je ne suis pas certain qu’on puisse s’en passer totalement, car il faudra garder des interconnexions pour équilibrer l’ensemble du système électrique, celui-ci ne pouvant se limiter à la maille locale (regardez le problème de la Bretagne ou de la Côte d’Azur, qui sont des « culs de sac énergétique »).

       


    • olivier cabanel olivier cabanel 5 mai 2012 17:34

      Thierry

      parce que vous ignorez tout des unités de méthanisation.
      elles ne sont pas toutes gigantesques, et j’en connais plus d’une qui ne produit l’énergie que pour un secteur limité, 
      résultat rien n’est perdu.
      l’eau chaude sert au chauffage des habitations, tout comme l’électricité.
      vous semblez ignorer que les lignes tht outre l’énergie dont elles occasionnent la perte par le transport, produisent un gaz polluant, l’ozone, et en outre qu’elles sont responsables de cancers par la pollution magnétique qu’elles dégagent, ainsi que l’ont démontré plusieurs enquêtes épidémiologiques, même si elles sont contestées par edf, et le lobby nucléaire.
       smiley

    • ThierryCH 5 mai 2012 19:10

      Olivier,

      Oui vous parlez là de cogénération (génération d’éléctricité et de chaleur, d’où le préfixe « co »), procédé que je n’ignore pas, je vous remercie : au lieu de laisser la chaleur produite par le circuit eau-vapeur se dissiper inutilement dans l’environnement, on la récupère pour chauffer des bâtiments ... Ainsi le rendement global de la centrale peut augmenter. Mais il n’y a pas qu’avec le biogaz qu’on fait de la cogénération, on peut le faire avec du gaz naturel fossile également, de même pour les cycles combinés qui récupèrent les produits de la combustion du gaz dans une deuxième turbine (turbine à combustion) pour booster les rendements de la centrale ...

      Bref, ce procédé est très judicieux, vous avez raison, mais il n’est pas spécifique au biogaz ou à la biomasse, il marche tout aussi bien avec des combustibles fossiles.

      Quant aux nuisances des lignes THT, je n’ignore pas non plus qu’il existe des débats à ce sujet, mais existe-t-il des preuves scientifiques et des études épidémiologiques concluantes ? Cela j’en doute.


    • olivier cabanel olivier cabanel 5 mai 2012 20:04

      thierry

      bien sur, on pourrait récupérer la chaleur produite par des installations exploitant les énergies fossiles, mais dans le projet alternatif de sortie du nucléaire, c’est volontairement que l’on exclut les énergies non renouvelables.
      quant au danger des lignes a haute tension, les études sont nombreuses et concluantes :
      en voila une.

    • olivier cabanel olivier cabanel 5 mai 2012 20:07

      thierry 

      mais il y a aussi celle là :
      et meme la ministre de l’environnement l’admet
      “Les rayonnements électromagnétiques” émis notamment par les lignes haute tension “posent un certain nombre de problèmes”, reconnaît vendredi la secrétaire d’État à l’écologie Nathalie Kosciusko-Morizet en France, après la parution d’une nouvelle enquête sur le sujet, réalisée par le Centre de recherche et d’information indépendantes sur les rayonnements électromagnétiques 

    • ThierryCH 5 mai 2012 20:51

      En effet.

      Des investissements en perspective pour le RTE : si les conclusions de ces premières études sont confirmées, il va falloir enterrer tout ça, au moins là où on ne pourra pas créer de zones d’exclusion autour des lignes. Jusqu’à ce que l’on puisse s’en passer, mais là dessus, à moins de pouvoir stocker, je ne vois pas comment, l’équilibre global du réseau ne pouvant pas se passer d’interconnexions.


  • Ni naïf Ni Crédule dede 4 mai 2012 12:00

    Les nouveaux risques du travail dans la conception des énergies vertes :



    • Ni naïf Ni Crédule dede 4 mai 2012 13:13

      Je vous pose la même question pour toutes les activités à risque.


    • olivier cabanel olivier cabanel 4 mai 2012 14:13

      écureuil bleu

      j’ai replié tous les commentaires de dede,
      il refuse de me présenter ses excuses (il m’a insulté) malgré plusieurs relances, 
      donc, tant qu’il ne l’aura pas fait, je l’ai invité à aller voir ailleurs si j’y suis,
      mais il n’a pas l’air décidé, trop occupé à répandre ses couplets de désinformation.
      c’est bien triste.
      merci en tout cas de votre présence sur ce fil.

    • Ni naïf Ni Crédule dede 4 mai 2012 15:55

      Et vous, vous ne répandez pas des couplets de désinformation en prétendant que je vous ai sois-disant insulté ?


      Mais à force de me justifiez dans mes posts, vous ne me donnez aucune preuve. Donc, à partir de là, je peux vous traitez de menteur.

      Donc fermez-là ou justifiez-vous ! Et si je me suis réélement trompé, je ferai amende honorable.



    • Ni naïf Ni Crédule dede 4 mai 2012 16:39

      " Quand on leur pose les bonnes questions, ils finissent par parler, et admettre qu’ils n’en savent pas plus nous sur les coûts réels de cette industrie. "


      Écureuil bleu,
      Dites-vous bien que construire du neuf est quelque chose de très facile et transposable. Démanteler des bâtiments conventionnels est encore plus facile et beaucoup moins contraignant que de démanteler des installation nucléaires.

      Dans le démantèlement nucléaire, il y a des contraintes administratives, sanitaires, réglementaires, techniques et de coût, qui malgré le fait qu’elles soient très théoriques sur le papier sont un peu plus compliquées à réaliser lorsqu’il faut les mettre en oeuvre sur le terrain.
      Lorsque la réalité ne colle pas avec la théorie, il faut re-adapter la théorie. Allez visiter le site de l’ASN dans la rubrique Démantélement.

    • Ni naïf Ni Crédule dede 4 mai 2012 18:35

      Pour l’EPR, c’est la maîtrise de la qualité qui n’a pas été respecté (cas des bétons, des platines), et quand l’ASN dit stop, vous arretez et vous recommencez, ce n’est pas pour rien.

      Ensuite, toute tête de série industrielle essuie les plâtres. On se rattrape ensuite sur les prochaines constructions en capitalisant le REX. Les finlandais, malgré les déboires initiaux, va construire un 2éme EPR, preuve de leur confiance en Areva.

      Le cas de Brennilis (réacteur à eau lourde) est une suite de tâtonnement industriel et d’erreur administrative. Pour une vitrine du démantèlement, c’est pas le top je vous l’accorde, mais quand tout sera rodé ça peut bien tourner. Le problème ce n’est pas le temps réel pour démanteler mais d’être sur que les flux sont présents, disponibles et réglés à la même vitesse. Le cas de l’arrêt d’ICEDA va encore rallonger ce temps.
      Le début réel du démantèlement (DEM) date de 1997 à 2007. La mise à l’arrêt définitif (MAD) date de 1985 à 1997. De 2007 à 2011 il y a eu suspension du démantèlement suite à l’annulation du décret d’autorisation.

      Le problème c’est le financement qui, je pense, n’a pas été régulé comme il se doit. Comme le dit Lacoste de l’ASN (débat en commission), concernant la loi de financement, celle-ci a été détourné de l’esprit de la loi tel que cela été défini au début (en résumé : on démantèle quand la totalité des actifs sont présent).
      Entre temps, il y a eu changement de tactique de la part d’EDF, qui du démantèlement différé a choisi le démantèlement immédiat, ce qui à mon avis a dus bousculer un peu les choses en terme d’organisation et de moyens

      Le démantèlement est une industrie jeune (vingtaine d’année) ce qui est court dans ce secteur ; ça ne peut que s’améliorer avec le temps

Réagir