jeudi 7 novembre - par Sylvain Rakotoarison

En Thuringe, l’AfD à 23,4% et Die Linke à 31,0%

« Il y a une nostalgie autoritaire en Allemagne de l’Est. L’AfD fait son beurre sur l’immigration, mais il n’y a pas d’immigrés en Allemagne de l’Est, il y en a 3% ! » (Daniel Cohn-Bendit, ancien député européen franco-allemand, le 4 novembre 2019 sur France Inter).

_yartiThuringe01

Imaginez le parti de Jean-Luc Mélenchon en tête avec plus de 30% des voix en région Centre-Val de Loire, suivi du parti de Marine Le Pen avec plus de 20% des voix. C’est un peu ce qu’il s’est passé il y a quelques jours en Allemagne. Après les élections régionales en Saxe et Brandebourg, ont eu lieu effectivement, le dimanche 27 octobre 2019, les élections régionales en Thuringe, région au sud-ouest de l’ancienne Allemagne de l’Est : « Bienvenue dans la fabrique à penser ! » [Willkommen in des Denkfabrik]. C’est la devise de la Thuringe.

Car cette région est une région phare de la culture allemande et de la culture européenne, où sont nés ou où ont vécu et travaillé : Schiller, Goethe, Jean-Sébastien Bach, Franz Liszt, Richard Wagner, Richard Strauss, Johannes Brahms, Cranach l’Ancien, Kandinsky, Klee, Otto Dix, Max Weber, Nietzsche, Karl Marx, Hegel, Otto Schott, Carl Zeiss, etc. Également, c’est région de la triste République de Weimar.

Alors que cette région fut, entre la Réunification allemande et 2014, le fief inébranlable de la CDU, le parti de la Chancelière Angela Merkel, la CDU s’est effondrée à la troisième place avec seulement 21,8% des voix. Plus de la moitié des électeurs ont voté pour des listes extrêmes, Die Linke (extrême gauche) ou AfD (extrême droite). Faut-il s’en inquiéter comme l’ont fait tous les médias ?

D’abord, rappelons très succinctement ce que sont ces partis politiques allemands qui ne font pas partie du "paysage gouvernemental" de l’Allemagne contemporaine, et aussi ce qu’est cette région de Thuringe.

La Thuringe est une région industrielle qui se trouve géographiquement au centre de l’Allemagne réunifiée. Elle faisait partie de l’ancienne Allemagne de l’Est, dans sa partie située au sud-ouest, près de la frontière tchèque. Elle concentre environ 2,2 millions d’habitants (soit l’équivalent de la région Centre-Val de Loire, la plus petite des régions françaises continentales), et sa capitale est Erfurt, jolie ville d’environ 200 000 habitants. Parmi les autres villes connues en Thuringe, on peut citer Iéna (100 000 habitants), Eisenach (45 000 habitants), Gera (105 000 habitants), Gotha (50 000 habitants), et bien sûr, Weimar (65 000 habitants) qui a donné son nom à la république allemande entre 1919 et 1933 (pour les puristes, jusqu'en 1945, puisqu’il n’y a pas eu de changement de régime officiellement avec l’arrivée de Hitler).

Passons aux deux partis extrémistes.

Die Linke est un parti de gauche dure fondé le 16 juin 2007, qui est l’héritier du sinistre SED, le parti communiste est-allemand (devenu le PDS à la Réunification). Il est particulièrement bien représenté dans l’ex-Allemagne de l’Est chez les nostalgiques du communisme et de l’État policier (la Stasi). Représenté au Parlement Européen, il siège dans le même groupe que les communistes français et FI, ainsi que Syriza.

Lors des élections régionales précédentes en Thuringe, le 14 septembre 2014, la CDU, qui était arrivée en première place et qui avait même amélioré sa représentation avec 4 sièges de plus (pour 34 obtenus sur 91 au total), avait perdu la présidence de la région à cause d’un effondrement de ses alliés libéraux démocrates. Résultat, Christine Lieberknecht, ministre-présidente de Thuringe depuis le 30 octobre 2009, a dû céder ses fonctions le 5 décembre 2014 à Bodo Ramelow, premier chef d’un gouvernement régional issu de l’ancien parti communiste est-allemand depuis la Réunification.

En effet, Bodo Ramelow (Die Linke), syndicaliste venu de l’Ouest, a réussi à construire une alliance à gauche, la "coalition rouge-rouge-verte" composée de Die Linke, du SPD (en perte de vitesse) et des Verts, qui, à eux trois, permettait de justesse une majorité absolue (46 sièges sur 91). La manière de gérer la Thuringe a d’ailleurs été plus proche du centre gauche que de l’extrême gauche, ce qui pourrait expliquer les très bons résultats de ce parti en 2019 dans ce Land.

L’autre parti extrémiste est l’AfD, Alternative pour l’Allemagne, a été fondé très récemment, le 6 février 2013 sur la base d’un refus de l’euro. Son thème de campagne a évolué après la décision d’Angela Merkel d’accueillir les réfugiés par un refus complet de sa politique migratoire et plus précisément par des positions ouvertement anti-immigration pour ne pas dire anti-immigrés (débordant sur une détestation prononcée de l’islam).

Il est difficile de dire que ce parti est fasciste. Il est certes populiste, extrémiste, mais son action reste dans le cadre des institutions et du processus démocratique et électoral. Il n’est donc pas comparable à la NSDAP des années 1930 même si certains discours adoptent les mêmes ressorts, notamment ceux de la haine. Au Parlement Européen, les élus AfD siègent aux côtés de la Lega de Matteo Salvini et du RN de Marine Le Pen, ainsi que du FPÖ (l’extrême droite autrichienne qui s’est effondrée aux dernières élections).

Cependant, il faut y mettre un bémol en Thuringe. En effet, l’AfD est dirigée en Thuringe par l’un des leaders les plus à l’extrême droite de ce parti, Björn Höcke, ancien professeur d’histoire et membre du Landtag de Thuringe (l’équivalent d’un conseil régional) depuis septembre 2014, président du groupe AfD dans cette instance. Il s’est fait remarquer par des déclarations très controversées et polémiques, jugées démagogiques, contre l’islam, le multiculturalisme, et surtout, par des provocations sur le Mémorial juif à Berlin et plus généralement, sur l’histoire du nazisme et de l’antisémitisme, sur l’homogénéisation ethnique de l’Allemagne, etc. Björn Höcke, originaire de l’Ouest, est le leader du courant Der Flügel qui représente près de 30% des militants de l’AfD, les plus extrémistes. Jusqu’à maintenant, Björn Höcke a toujours été tenu à l’écart de la direction nationale qui voudrait être présentable, faire bonne figure et se construire une certaine respectabilité.

La campagne électorale fut très dure, les mots brutaux. Beaucoup de violence verbale, et même physique : Mike Mohring, responsable de la CDU en Thuringe, a même reçu des menaces de mort. Des écologistes ont été également menacés de mort. La campagne s’est déroulée aussi dans un climat de crime et d’antisémitisme. Il y a eu l’attentat antisémite commis par un terroriste d’extrême droite qui a tué au moins deux personnes près de la synagogue de Halle (ville de Saxe-Anhalt), le 9 octobre 2019, en pleine fête juive du Yom Kippour. Et il y a eu aussi l’assassinat le 2 juin 2019 à Wolfhagen de Walter Lübcke, un préfet régional de la Hesse, membre de la CDU, qui avait pris position en faveur de l’accueil des réfugiés, tué après des menaces de mort et une campagne haineuse contre la future victime, par un militant d’extrême droite qui aurait fait un don financier à l’AfD et qui est également soupçonné d’avoir voulu assassiner un demandeur d’asile irakien.



Les résultats des élections du 27 octobre 2019 ont été vécus comme un nouveau cataclysme par le gouvernement dirigé par Angela Merkel et composé de ministres de la CDU et du SPD, qui sont les deux grands partis qui se sont effondrés. En effet, la CDU, dont la Thuringe était un bastion, est passée de 33,46% des voix en 2014 à 21,8%, réduisant d’autant sa représentation en sièges, de 34 (sur 91 au total) à 21 (sur 90 au total), chutant de la première place à la troisième. L’autre grand perdant fut le SPD qui est passé de 12,4% des voix (12 sièges) à 8,2% (8 sièges). Les libéraux démocrates du FDP ont gagné 5 sièges, grâce à leur score de 5,0% des voix, après un effondrement en 2014 qui les avait privé de représentation en 2014 (2,5% des voix), perdant à l’époque 7 sièges. Le FDP est donc revenu à un niveau plus ordinaire.

Les deux grands gagnants ont été Die Linke et l’AfD. Die Linke s’est hissée en tête des partis de Thuringe avec 31,0% des voix et 29 sièges, alors qu’en 2014, elle était à 28,2% et 28 sièges. Mais cette (légère) amélioration n’est pas comparable au gain de l’AfD. En 2014, l’AfD représentait 10,6% des voix et était entrée au Landtag avec 11 sièges. En 2019, elle a obtenu 23,4% des voix et 22 sièges (elle a doublé le nombre de ses sièges !). Quant aux Verts, avec 5,2% des voix, ils se retrouvent à égalité avec le FDP, 5 sièges au lieu de 6 en 2014.

Si l’on voulait se donner une première approximation, on pourrait proposer que les voix perdues du SPD et des Verts seraient allées vers Die Linke et les voix perdues de la CDU vers l’AfD.

Une observation un peu plus fine des résultats montre une particularité intéressante.

Le mode de scrutin est assez compliqué puisque la moitié (environ) des sièges est pourvue par scrutin par circonscriptions (majoritaire) et l’autre moitié à la proportionnelle, sur une liste régionale (l’attribution des sièges se fait de manière à ce que l’ensemble des sièges soit proportionnel et pas seulement l’attribution des sièges réservés au scrutin de liste, ce qui en fait, comme au niveau fédéral, une proportionnelle intégrale et qui explique que le nombre de sièges fluctue d’un scrutin à l’autre).

_yartiThuringe02

Or, les pourcentages du scrutin par circonscriptions sont très différents de ceux cités globalement : les partis gouvernementaux s’en sont sortis en effet un peu mieux. La CDU a fait 27,2% des voix (au lieu de 21,2%), et le SPD 10,8% (au lieu de 8,2%), tandis que les deux partis extrémistes ont fait moins bien : 22,0% pour l’AfD (au lieu de 23,4%) et 25,8% pour Die Linke (au lieu de 31,0%). La raison à cela : le désaveu des partis gouvernementaux s’est traduit surtout au niveau général (ici régional) mais moins sur des personnalités candidates bien identifiées dont certaines, sortantes, ont fait du bon travail, reconnues localement.

À mon sens, il y a deux erreurs à ne pas commettre.

La première est de paniquer sur ce score très élevé de l’AfD, 23,4%. Il fait plus que doubler entre 2014 et 2019, c’est vrai, passant de 10,6% à 23,4%. Mais cela ne traduit pas pour autant une hausse récente de la fièvre. En effet, comme pour les autres élections régionales de cet automne, l’AfD a commencé à "bondir" dans l’électorat à partir de 2015-2016 en pleine crise des réfugiées. 2014 est donc à des siècles de 2019. Pour comprendre l’évolution du "thermomètre", il est préférable de regarder le score de l’AfD en Thuringe lors des dernières élections fédérales (législatives) qui était de 22,7% des voix le 24 septembre . En clair, la fièvre n’a pas baissé en deux ans, c’est clair, mais elle n’est pas montée pour autant. En somme, elle s’est stabilisée.

La comparaison avec les résultats des élections fédérales de 2017 en Thuringe est en fait plus alarmante pour les partis gouvernementaux : la CDU avait obtenu encore 28,8% des voix (avec la prime nationale Merkel) et s’est effondrée deux ans plus tard à 21,8%. Le SPD aussi a chuté, de 13,2% à 8,2%. Même le FDP est passé de 7,8% des voix en 2017 à 5,0% en 2019. Et les Verts, quasi-stables, n’ont pas bénéficié d’une vague européenne en faveur de l’écologie (ils sont passés de 4,1% à seulement 5,2%).

Die Linke a bénéficié de ce désenchantement des partis gouvernementaux en passant de 16,9% en 2017 à 31,0%, mais là encore, on pourrait l’expliquer avec la prime régionale Ramelow, puisque le ministre-président sortant est de Die Linke et qu’il est crédité d’une bonne gestion de la région (il a fait campagne sur le bilan de cinq ans de mandature).

Il faut aussi ne pas oublier l’abstention dans la comparaison des deux scrutins régionaux de 2014 et 2019 : en 2014, il y a eu une très forte abstention, 47,2% des inscrits, tandis qu’en 2019, elle a été ramenée à un taux plus "habituel", 35,1% des inscrits (le 30 août 2009, l’abstention était de 43,8%). En quelques sortes, beaucoup d’électeurs qui ont été déçus par les partis gouvernementaux en 2014 n’ont pas, voté, alors qu’en 2019, ils sont toujours déçus mais au lieu de s’abstenir, ils ont quand même voté, pour les partis extrémistes qui, entre-temps, se sont "installés" dans la vie politique du Land.

Donc, la principale leçon nouvelle de ce scrutin régional en Thuringe, ce n’est pas la forte représentation de l’AfD (à peine plus qu’il y a deux ans), ni de Die Linke (qui dirige le Land), mais la forte baisse de la CDU et du SPD, c’est-à-dire des partis qui sont au pouvoir au niveau fédéral. Cette perte de confiance pourrait avoir pour conséquence une remise en cause de la grande coalition par le SPD dont le congrès à Berlin du 6 au 8 décembre 2019 va être d’une importance stratégique. Si le SPD quitte la coalition, il n’y aura pas d’autre choix que des élections fédérales anticipées pour le printemps, avec les risques d’un éclatement… ou plutôt, d’une explosion du paysage politique allemand au niveau fédéral. Quant à la CDU, la dauphine d’Angela Merkel, l’actuelle présidente de la CDU, Annegret Kramp-Karrenbauer, tombée dans l’impopularité, est sur un siège éjectable.

La seconde erreur à ne pas commettre, c’est de dire qu’il y a plus de 20% de nostalgiques de nazisme et plus de 30% de nostalgiques du communisme. En voulant conclure avec un si artificiel simplisme, on ne fait qu’augmenter la colère de la population, une colère qui provient des difficultés économiques et sociales avant toutes choses, le sentiment de ne pas être compris, de ne pas être écouté, de ne pas être pris en compte, d’être laissé-pour-compte, de craindre d’être déclassé.


Actuellement, le Land n’est plus gouvernable comme auparavant. En effet, Die Linke en peut plus reconduire la coalition rouge-rouge-vert car les mauvaises performances de ses anciens alliés font que celle-ci n’aurait pas la majorité absolue (seulement 42 sièges sur 90). Il faut être capable de réunir au moins 46 sièges pour pouvoir gouverner la Thuringe de 2019.

Une première approche purement arithmétique pourrait faire imaginer une alliance entre la CDU, l’AfD et le FDP, d’autant plus qu’il peut y avoir des absences d’étanchéité. Après tout, Björn Höcke a bien commencé dans la Junge Union (les jeunes de la CDU). À eux trois, ils auraient 48 sièges, soit la majorité absolue. Mais politiquement, une telle alliance (entre AfD et CDU) est absolument impossible, impensable même : le chef de file de la CDU, Mike Mohring a totalement exclu une telle alliance.

En revanche, contrairement au secrétaire général de la CDU Paul Ziemiak (donc au niveau fédéral), il n’a pas exclu une autre alliance qui pourrait être une première historique : une coalition comprenant Die Linke et la CDU ! À eux deux, en effet, ils représenteraient 50 sièges sur 90. Mais un contrat de gouvernement régional resterait encore à écrire. Pour Die Linke, cette solution serait probablement la dernière chance de garder le poste de ministre-président, alors que Bodo Ramenow n’a pas démérité (considéré comme un bon gestionnaire).

Mais dans un tel cas, l’AfD pourrait se nourrir électoralement d’une telle alliance en disant que la CDU équivaudrait à Die Linke, qu’ils sont tous pareils et que le seul parti d’alternance, comme son nom l’indique, c’est l’Alternative für Deutschland. Au sein de la CDU, une telle alliance serait également très contestée et créerait des tensions internes voire des divisions, car certains dans ce cas souhaiteraient des discussions entre la CDU et l’AfD (même si une alliance CDU-AfD ne serait d’aucune utilité arithmétique).

D’autres hypothèses de gouvernement régional ont été proposées : un gouvernement régional minoritaire dirigé par Mike Mohring soutenu par la CDU, le SPD, le FDP et les Verts (ne réunissant cependant que 39 sièges), ou encore, un gouvernement régional minoritaire dirigé par Bodo Ramenow soutenu par l’ancienne coalition.

Si l’on peut tenter de comprendre le vote extrémiste par la peur du déclassement et le sentiment d’abandon dans une société à deux vitesses, la réalité économique et sociale est pourtant très différente du ressentiment. En Thuringe, le chômage a considérablement baissé et est de seulement 5,0%, bien loin des taux à deux chiffres juste après la Réunification. De même, il y a très peu d’immigration dans ces régions. Jouer avec les peurs a toujours son efficacité électorale. Mais dans une société fragile, au passé encore traumatisant, cela peut avoir des effets terribles, celui de généraliser la violence et haine et, par cercle vicieux, de les justifier.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (04 novembre 2019)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Berlin 1989 : le 9/11 avant le 11/9.
Les élections régionales en Thuringe du 27 octobre 2019.
Konrad Adenauer.
L’Allemagne en pleine fièvre extrémiste ?

 



28 réactions


  • jocelyne 7 novembre 10:58

    et alors ?


  • Jelena Jelena 7 novembre 11:45

    Citer Cohn le pédo en début d’article, ça n’incite pas à lire la suite.


  • Drugar Drugar 7 novembre 11:48

    Punaise, commencer son article par une citation du nullissime et pédophile Daniel Cohn-Bendit, faut quant-même oser. Mais c’est à cela qu’on les reconnait les paillassons de LREM : ils osent tout.

    Pour ceux qui veulent une analyse sérieuse de ce qui s’est passé en Allemagne, je vous conseille cette vidéo de François Asselineau.


  • Pere Plexe Pere Plexe 7 novembre 15:47

    En Thuringe, le chômage a considérablement baissé et est de seulement 5,0%

    ...et que se soit le résultat de l’exil des allemands de l’est, de la dénatalité et des scélérates lois Hartz n’est pas de nature à relativiser ce chiffre ?

    Mais dans une société fragile, au passé encore traumatisant, cela peut avoir des effets terribles, celui de généraliser la violence et haine et, par cercle vicieux, de les justifier.

    ...il vous aura échappé que la violence faite aux pauvres, le mépris voir la haine que la société et les politiques leur renvoi existe bel et bien lui aussi . Avec les conséquences que vous annoncez.


    • JP94 7 novembre 16:42

      @Pere Plexe

      Plutôt que les articles roboratifs de cet extrémiste (il est le véritable extrémiste en osant prétendre que die Linke serait extrémiste c’est adopter le point de vue des nazis et de l’UE -, qui qualifiaient les communistes ainsi). de la pensée unique, il faut lire le livre de Vladimiro Gnoccé : L’Annexion de la RDA, le nouvel Anschluss.( Ed DELGA)
      4 millions d’emplois détruits avec la Treuhand.
      les femmes exilées, 
      les cadres ( tous, pas que les communistes) radiés  tous les cadres sont importés de RFA !
      90% de l’appareil de production détruit.
      Qu’on ne prétende pas qu’il était désuet : il faisait concurrence aux entreprises de RFA, qui ont récupéré les marchés à l’Est et si vous sommez les PIB RDA + RFA, vous avez le PIB Allemagne.
      Interflug, qui faisait 100 000 millions de bénéf par an, a été détruite pour la Lufthansa, qui a bloqué les achats par d’autres compagnies.

      Tout le monde avait un boulot, les études étaient non seulement gratuites, mais dès la terminale, tout le monde avait une bourse.
      Même le prix du restau était proportionnel à votre salaire : Là où un touriste payait 7 OM , l’ouvrier payait 80pf mais le salarié plus riche jusqu’à 2,5 fois ( je cite de mémoire, ayant séjourné de nombreuses fois en RDA.
      La Santé était gratuite : je suis même allé chez le médecin pour voir et il n’est pas question d’argent. Je pense connaître bien mieux la RDA que ce fanatique anticommuniste qui ferait mieux de consacrer son énergie à dénoncer la catastrophe humanitaire à Madagascar imputable au libéralisme néocolonial : les gens crèvent comme des mouches, bouffent pas, 90% des écoles n’ont pas l’eau, les profs n’étant pas payés, doivent sécher et bosser ailleurs pour se nourrir , il n’y a plus vraiment d’école ...mais ça ça convient tout à fait à un libéral fanatique tel que ce Ratsidupont la joie ..

      La RDA était la 10 ème puissance industrielle du Monde, et la 6ème d’Europe. 
      La Culture était la priorité.
      J’y avait même un correspondant anticommuniste ...qui se plaignait que la culture sérieuse y tienne trop de place dans le journal : il préférait la médiocrité intellectuelle à l’Ouest ( sauf pour les happy fews).

      plus de 30% des enfants d’ouvriers à l’Université en RDA
      La RDA a dû repartir de 0 en 45, car tous les enseignants étant nazis à cette date, elle ne disposait plus de corps de professeurs. Elle n’en a gardé aucun, pas plus que dans la Police ( contrairement à la RFA, bien sûr, où je connais des résistants communistes et leurs enfants licenciés du Berufsverbot dans les années, 60, avec déchéance de nationalité. Le conseiller personnel d’Adenauer était un nazi notoire, , Hans Globke ( procès à Berlin en 1960, avec face à lui l’avocat Charles Lederman, pour la partie française : honni de Ratsidupont)
      Aucun chômage. 
      Une discothèque classique avec des critères non commerciaux, choisis par des musicologues et pas des marchands. 

      Lorsqu’en 1974, la RDA ( 15 millions d’habitants), veut contrer l’échec scolaire, elle forme en plus et recrute 100 000 enseignants  donc ici ce serait plus de 400 000) et innovent en créant des parrainages avec des salariés et des entreprises  socialistes, bien sûr).
      Et c’est bien cela que revendiquent les 31 % de die Linke ! 
      Quant aux autres, l’AfD, elle est financée par le Patronat qui cultive le racisme, le véhicule sur les ondes...tout cela comme au temps du nazisme.
      Mais du temps de la RDA, le fascisme étant anticonstitutionnel, il ne venait qu’envoyé par le Gl Gehlen, le même qui sous Hitler dirigeait le SD nazi à l’Est et a continué son service sous égide américaine. 
      Donc aucune manifestation raciste ou nazie n’était envisageable alors. Pourquoi est-il légal d’être nazi à l’Ouest ? qui le permet ? Les Ratsidupont et les Cohn Bendit qui font semblant de s’y opposer. 
      Chaque jour, sur l’Unter den Linden, il y avait une relève de la Garde antifasciste, très impressionnante ! 
      A l’Ouest, les résistants à ’Hitler sont des associations considérées comme potentiellement terroristes, ne touchent aucune pension contrairement aux anciens nazis. 
      C’est cela que soutient Ratsidupont, en réalité.


    • Laulau Laulau 7 novembre 17:40

      @JP94
      Merci 

      pour ce commentaire qui remet les choses à leur places.


    • berry 7 novembre 19:15

      @JP94
      On se demande pourquoi des millions d’allemands de l’est désertaient en masse ce merveilleux paradis socialiste, au point qu’il a fallu ériger un mur pour les en empêcher, avec des gardes armés qui tiraient sur les fuyards désarmés.
      En 1961 3,5 millions d’allemands de l’est étaient déjà passés à l’ouest.

      1.245 personnes ont été tuées en essayant de franchir la frontière entre les deux Allemagnes entre 1961 et 1989, dont 98 alors qu’elles essayaient de franchir le mur de Berlin.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 7 novembre 20:52

      @berry
      On se demande pourquoi des millions d’allemands de l’est désertaient en masse


      Allez faire comprendre aux staliniens que la liberté d’expression est aussi importante que les questions matérielles...C’est peine perdue, ils voient des ennemis partout, je ne sais pas si ça se soigne... !

      Il est possible aussi que la corruption n’étant pas moindre que chez nos Mamamouchis libéraux, les dirigeants communistes ne tenaient pas à ce que les citoyens mettent le nez dans leurs affaires...

      Remarquez que c’est bien pareil à l’ Ouest, mais sans les avantages sociaux des pays communistes ! Pour nous c’est la triple peine, on a la censure + la corruption + la misère. On comprend qu’ils soient nombreux à avoir la nostalgie.


    • toma 7 novembre 22:12

      @JP94

      Bravo pour ce commentaire qui représente ce que je vis a Berlin depuis 13 ans


  • lloreen 7 novembre 17:00

    "il n’y a pas d’immigrés en Allemagne de l’Est, il y en a 3% ! 

    ".

    Ou il n’a jamais fréquenté l’école élémentaire ou il était absent au moment de l’heure de calcul...


    • Drugar Drugar 7 novembre 17:05

      @lloreen
      On parle de Dany le pedo : il devait être plus intéressé à essayer de « chatouiller » ses camarades de classe (sans distinction de sexe) que de regarder ce qui était écrit au tableau...


    • pierrerc30 9 novembre 08:01

      @lloreen
      A partir de combien de pourcentage, les immigrés existent ils ?
      Parce que 3% d’une ville de 100.000 habitants cela fait quand même 3.000 individus. Probablement plutôt jeunes, ce qui porte le pourcentage peut être à 6% d’une tranche d’age et probablement 25% dans les classes scolaires des quartiers populaires...


  • Laulau Laulau 7 novembre 17:31

    Après l’annexion de la RDA par la RFA, la majorité ses habitants (ouvriers, employés, artistes, intellectuels, scientifiques) se sont retrouvés sans défenses devant les « bienfaits » du libéralisme économique. Ils manifestent leur désarroi par leurs votes. Le seul intérêt de cet article est d’avouer que le premier parti là bas, c’est « Die Linke » en français « la gauche » ..... De quoi épouvanter Rakototo.


  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 7 novembre 20:40

    Die Linke est un parti de gauche dure fondé le 16 juin 2007, qui est l’héritier du sinistre SED, le parti communiste est-allemand (devenu le PDS à la Réunification).

    Pas plus que le PCF, Die Linke ne peut se comparer aux Partis communistes anciens. Die Linke fait partie de la Gauche européenne, un machin réformiste et européiste, où on retrouve Podémos, la France Insoumise, le PCF, Syriza etc...

    Leur programme n’a rien de marxiste ni de révolutionnaire. Tous les Partis dont parle l’article sont euro compatibles, aucun ne propose la sortie de l’ UE, ils peuvent donc gouverner ensemble dans n’importe quelle coalition, et même avec l’Afd .

    Syriza a bien gouverné avec l’ ANEL, qui n’a rien à envier à l’ Afd ou au FN !

    Pas d’affolement donc, ils continueront tous à appliquer les Traités européens et à niquer les Allemands qui leur ont fait confiance.

    PS : De nombreux Partis communistes ont refusé de rejoindre la Gauche européenne, dont le PC grec, portugais, tchèque, chypriote, italien, allemand etc

     


  • toma 7 novembre 22:36

    Comme ils disent ici, AFD fait effet. Suite aux élections a l’est, on voit, ohh miracle un titre du genre dans le Tagesspiegel, un journal de la presse officielle.

    https://www.tagesspiegel.de/politik/landleben-im-osten-kein-arzt-kein-bus-kein-netz-wie-es-abgehaengten-regionen-in-deutschland-geht/24933410.html

    L’est, pas de bus, pas de médecin, pas de réseau

    l’Allemagne se classe dans les derniers de l’OSCE, pire que l’Albanie pour ses trous de réseau, Impossible de téléphoner dans le train, ni de surfer ou affreusement lentement, que ce soit Berlin vers Hambourg en ICE. Souvent que du Et, pas de 3G ni même de 4G quand on lance le 5G. Les opérateurs ont dit, le gouvernement doit payer, encaisser les bénéfices, socialiser les investissements typiquement allemand https://www.google.com/amp/s/m.faz.net/aktuell/wirtschaft/diginomics/vodafon e-fordert-mehr-staatliches-engagement-16171706.amp.html

    La 1/2 du pays est sans bus et au mieux, un le matin un le soir. J’ai vu un reportage incroyable sur les services de bus, les gosses qui vont a l’école avec 3 changements et 2 heures de bus, surréaliste.

    En conduisant vers Kostryn a la frontière Polonaise, j’écoutais la radio allemande, tous l’est du Brandenburg n’a plus aucun dermatologue. Les services de soin de santé discute donc avec la Pologne pour permettre le remboursement des soins a l’étranger ! Sinon faut se rendre a Berlin.

    De Berlin centre a Kostryn sur l’Oder, 92 km, le GPS donne 1:45 sans embouteillages ! Nationale mal aménagée. En train c’est pire, on a un vrai mur vers la Pologne hormis le Berlin Frankfurt Varsovie, rien . Comme Munich vers Prague, 6 heures en train, 1:50 en flixbus.

    Jusque là c’est tout va bien madame la marquise. Puis depuis AFD, l’est c’est pas le Paradis ??? Ah bon !

    Aucune firme du Dax n’est établi a l’est. Aucune multinationale. Les conglomérats ont tous été fermés.

    Le vote AFD c’est bien la faute de la politique zéro dette. De la non gestion de la réunification. La DDR soit disant banqueroute, une grosse connerie. C’est probablement une mini Chine qui a fait faillite politique trop tôt. (J’ai déjà dit ailleurs la gestion très mauvaise de la politique internationale de la DDR, bien trop fleurs bleues)

    Les gens crient « wir sind das Volk » en rue, ce que les Montag Demo criaient en 1988 à Leipzig, et on traite ces gens de Nazis. C’est pourtant les mêmes mots qui firent chuter le Mur. Aller comprendre.

    A Leipzig, l’homme poignardé par un syrien était un cubain d’origine, donc.... Y a 500.000 russophones, des milliers de Français, 2 millions de polonais, 2 millions d’ukros a 1/2 illégaux (moldaves, serbes, géorgiens,....), donc l’est n’est pas un pays ayrien comme semble le dire Cohn, et ici entre anciens membres des républiques, on se respecte, si ce respect est mutuel. Si Monsieur Cohn parle de la population musulmane il a peut être raison, mais l’Afrique du Nord et subsaharienne était pas allemande, ceci explique cela.


  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 novembre 07:31

    « Les conséquences funestes de la chute du mur de Berlin » par Pierre Lévy Directeur de Ruptures.

    Il rappelle : " une très large majorité des citoyens de RDA qui ont manifesté pendant des mois en 1989 le faisaient dans l’espoir de réformer en profondeur ce pays, mais pas avec l’objectif d’abolir le socialisme, et encore moins d’être annexés par la République fédérale."



  • Bruno Hubacher Bruno Hubacher 8 novembre 10:28

    Vous avez raison. Le taux de chômage a considérablement baissé au Land Thüringen, et, en effet, en Allemagne. Donc, somme toute, pas de quoi fouetter un chat. Seulement, les salaires on baissé dans les mêmes proportions. A Thuringe, le salaire moyen est inférieur de 33% au salaire moyen d’Allemagne de l’Ouest. On pourrait ajouter qu’au temps de l’esclavage le taux de chômage était même à zéro %. 


  • Cadoudal Cadoudal 8 novembre 10:52

    -Mais politiquement, une telle alliance (entre AfD et CDU) est absolument impossible, impensable même : le chef de file de la CDU, Mike Mohring a totalement exclu une telle alliance.

    Rakoto est un visionnaire...lol...

    Dix-sept députés chrétiens-démocrates de Thuringe proposent de dialoguer avec les élus de l’AfD, arrivée en deuxième position des élections régionales.

    Étonnant est le silence sur cette question brûlante de la présidente du parti Annegret Kramp-Karrenbauer et plus encore d’Angela Merkel.

    https://www.lepoint.fr/europe/allemagne-s-allier-avec-l-extreme-droite-n-est-plus-tabou-07-11-2019-2345904_2626.php


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 novembre 12:03

      @Cadoudal
      S’allier avec l’extrême droite n’est plus tabou

      Tu m’étonnes, avec la brillante réussite en Grèce, du tandem Siryza / ALN, pour ruiner les citoyens, on n’a pas trouvé mieux ! Cela semble vous réjouir, de jouer les idiots utiles du capitalisme ....

      C’est pourtant toujours la même histoire qui se répète.
      Quand la Droite ne suffit plus à casser les salaires et à endiguer le mécontentement, on utilise la Gauche social démocratie, très utile, car elle ment très bien aux classes populaires. Mais tout a une fin.

      Alors, on varie, on fait des coalitions Gauche/Droite, puis on utilise la Gauche soit disant « radicale » avec l’extrême droite, ou bien on associe n’importe quelle chèvre avec l’ Extrême droite.

      Peu importe le flacon, l’important, c’est de préserver les intérêts des 1%, comprenez-vous ?


    • Cadoudal Cadoudal 8 novembre 12:47

      @Fifi Brind_acier
      Non je comprends rien, j’ai la lèpre du cerveau comme Boris Le Lay...lol...

      Macron vient d’accorder une très longue interview au journal libéral britannique The Economist.

      J’ai été positivement surpris par ce qu’il déclare sur la situation géopolitique de l’Europe.

      C’est peut-être la seule interview d’importance que Macron ait donné jusqu’à présent et elle envoie déjà une onde de choc au sein de l’établissement atlantiste.

      Vous devriez la lire.

      https://democratieparticipative.tw/enfin-macron-accorde-une-interview-explosive-sur-la-necessite-de-creer-une-armee-europeenne-pour-liberer-leurope-de-lotan-et-de-la-tutelle-us/

      Macron est schizophrène

      Macron baisse le masque en projetant sur la Russie le projet qu’il mène en France et en Europe : le repeuplement du pays par les masses prolifiques du tiers-monde musulman.

      C’est crucial.

      En libéral, Macron ne voit que des individus et des statistiques. Pour lui, l’islam est au mieux un exotisme.

      Cet esprit religieux propose de convertir au monothéisme démocratique des peuplades présentes chez nous qui adhèrent fanatiquement au Tawhid.

      Cet homme qui parle de « retour du tragique » ne voit pas qu’il est occupé à créer les conditions de la Dixième Croisade dans son propre pays.

      Cette inconscience est effrayante mais pas surprenante chez un énarque adepte du constructivisme social.

      On ne peut donc pas prendre réellement au sérieux le réalisme qu’il affiche par ailleurs puisqu’il y a une dichotomie complète entre sa politique intérieure – dogmatiquement pacifiste, immigrationniste, multiculturelle, bref libérale – et la politique qu’il promeut en Europe d’affirmation dure, qui assumerait enfin le conflit. C’est-à-dire nationaliste.

      S’il était fondamentalement réaliste, il embrasserait une forme de nationalisme modéré en comprenant la portée de la sécession du peuple qui ne se sent plus maître de son destin, à commencer par ses frontières et son environnement ethno-culturel – et stopperait l’immigration de masse.


  • izarn izarn 8 novembre 12:05

    Faux débat ! Comme d’habs...

    Ces éléctions n’ont aucun rapport par exemple avec celles de 1932 en Allemagne. Le NSDAP(nazis) faisaient 44,5% et le PC 12,5% !

    Les communistes ne representaient aucun danger...

    Ensuite le NSDAP était financé par le capital germano-américain, donc le « système » de l’époque.

    Ce qui n’est pas le cas de l’AfD, le « sytème » aujourd’hui c’est la CDU...

    Le NSDAP était européiste (Voir Annie Lacroix-Riz) ce qui est le contraire de l’Afd ! D’anciens SS ont été ensuite les champions de l’Europe...

    On a ici le discours ultra bidon « des heures sombres » et autres conneries carnavalesques des sociopathes merdiatiques.


    • izarn izarn 8 novembre 12:14

      @izarn
      A propos de la « catastrophique » république de Weimar :
      Il aura fallu à Hitler 44,5% pour avoir les pleins pouvoirs.
      Il a fallu 24% à Macron pour avoir les pleins pouvoirs.
      Sans commentaire.


    • izarn izarn 8 novembre 12:29

      @izarn
      Je fais quand même un commentaire :
      Dans une république style Weimar, Macron aurait été obligé de faire une coalition. Pas avec la FI ni le RN, bien sur...
      Le PS n’était pas suffisant....Alors avec LR :
      Ce qui s’est passé en fait, mais c’est Macron qui a les pleins pouvoirs avec sa majorité. La Vieme république gaulliste est anti-démocratique.
      Il faudra un jour s’en débarraser, elle va nous plonger dans le désastre, et cela se verra parfaitement en 2022....
      Il vaut mieux les interminables tergiversations du RU sur le Brexit, que le totalitarisme bonapartiste de la Vieme République.
      Les « extrémistes » RN, FI ou UPR ne font pas peur, ce qui fait peur c’est le pouvoir totalitaire qu’on risque de leur donner !
      LA VIEME REPUBLIQUE EST DEVENUE UNE CATASTROPHE.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 novembre 20:14

      @izarn
      En quoi la Constitution française a empêché la cohabitation PS/ UMP ?
      Il y a eu 3 gouvernements de cohabitation en France.

      1986-1988, Mitterrand-Chirac, c’est la première cohabitation.

      1993-1995 : Mitterrand encore président, Balladur Premier ministre.

      1997-2002, entre Chirac et Jospin. 

      Et la Coalition PS/ UDI/ LR de Macron.

      On trouve des gouvernements de coalitions un peu partout en Europe, qui fonctionnent avec la proportionnelle, ça change quoi ?

      Le problème, c’est que quelle que soit la couleur politique, ils appliquent tous les Traités européens. Et à part la France, ils ont tous des Constitutions différentes.
      Ils mènent pourtant tous les mêmes politiques économiques et sociales.



  • Kapimo Kapimo 8 novembre 23:20

    Encore un argumentaire centriste dénigrant et intolérant.

    Normal.

    https://www.les-crises.fr/les-centristes-sont-les-plus-hostiles-a-la-democratie-pas-les-extremistes/


  • Paul Jael 9 novembre 21:14

    Comment savez-vous que les membres et les électeurs de « Die Linke » sont des nostalgiques de l’Etat policier et de la Stasi ? Avez-vous fait un sondage ? Est une présomption ou le résultat d’une analyse ?


  • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 12 novembre 10:21

    note de 1.38/5

    Aucune participation aux débats.

    Pourquoi Agora Vox diffuse cette prose ?


Réagir