lundi 13 février 2012 - par Aldous

Nuit d’émeute à Athènes

Alors que le parlement doit voter ce soir vers minuit le protocole imposé par la troïka, les manifestations dégénèrent en émeutes dans le centre d'Athènes où les incendies se multiplient.

 20h50, Place de la constitution.

La nuit est tombée sur la place Syndagma ( place de la constitution) et les ambulances traversent l'athmosphère chargée de gaz lacrymogène et de fumées. Depuis midi, les manifestants n'ont cessé d'affluer place Syndagma qui était noire de monde. Plusieurs personnalités comme Mikis Thodorakis se sont jointes aux simples citoyens !

Mais en fin d'après midi des échauffourées ont éclaté et la police a tenté de disperser la foule sans y parvenir durablement. La foule est revenue devant le parlement quand les nuages chimiques se sont dispersés.

La nuit tombée, les manifestants alignés devant le parlement éclairent les fenêtres du batiment avec des pointeurs laser vert pour signaler leur présence aux deputés qui s'apprètent à voter le le train de mesures que la troïka impose à la Grèce pour lui accorder la prochaine tranche de prêts.

Plus loin, des manifestants excedés cherchent à en découdre avec les forces de l'ordre - qui ont à plusieurs reprise tenté de les disperser - et bougent sans cesse pour éviter le contact avec les cordons de sécurité. Les cocktail Molotov répondent aux grenades lacrymogènes. Ici et là des groupes de casseurs démolissent des vitrines de banques et de commerces.

L'agence Eurobank est en flammes. Quelques rues plus loin trois autres banques brûlent ainsi que les bureaux d'une agence du ministère de l'économie. À côté, une cafétéria brûle aussi, ponctuée par les explosions de cannettes ou d'autres consommables.

L'opinion a été particulièrement remontée par les déclarations du ministre du travail à la télévision, qui ont fait le buzz toute la journée sur Internet.

Interrogé par un journaliste sur le temps qu'il avait eu lors de l'eurogroup pour lire le protocole avant de le signer il avait déclaré l'avoir signé sans l'avoir lu !

Quand le journaliste estomaqué lui demandé comment il pouvait engager l'avenir du pays sur des réformes dont il ignorait la teneur, le ministre a expliqué que ce n'était pas son travail de lire les traités, qu'il y avait des collaborateurs pour ça et que de toute façon ils étaient le dos au mur.

 Cette aveu naïf de démission de la part d'un représentant du pays a été la goutte qui a fait déborder le vase pour de nombreux grecs qui disent maintenant vouloir que les choses "pètent" pour se débarrasser d'une classe politique largement décrédibilisée et que de plus en plus de citoyens considèrent comme au mieux des lâches, et des corrompus, au pire des traitres.

Les députés du parti socialistes ont été menacés de représailles par M. Papandreou s'ils ne votent pas le programme de rigueur ce soir, ce qui va sans doute mener à la création d'un parti socialiste dissident dans les jours qui viennent. Le sentiment de siège pour les élus a pris un tour plus dramatique quand les nuages de lacrymogènes ont commencé à envahir les locaux du parlement grec.

Cependant le verrouillage politique semble tel que les manifestants sont persuadés que le texte sera voté en dépit des dissidences de parlementaires et de ministres démissionnaires.

La tention est palpable et il est à redouter que l'adoption des mesures ne provoque une nuit de violences à travers la capitale grecque.

Aldous, d'Athenes pour Agoravox.



120 réactions


  • anarcococo 13 février 2012 09:55

    Il va sans dire que les nouveaux candidats pour la zone euro ne se bousculent pas ...

    Le système euro et la zone euro sont gangrénés, avant que le mal ne se propage d’avantage, il est grand temps de prendre des mesures énergiques !

    Athens burns, buildings on fire as chaos, riots flare up (VIDEO, PHOTOS)


    • JahRaph JahRaph 13 février 2012 15:36

      Mobilisons-nous pour soutenir les grecques, faisons fleurir le Printemps Européen  !

      Rendez-vous ce soir à 18h30 devant l’ambassade de Grèce, 17 rue Auguste Vacquerie à Paris 16ème.


    • Gégé 15 février 2012 09:33

      Les Islandais, 5 fois plus endettés que les Grecs, ont viré les politiciens responsables, condamnés les banksters, n’ont pas remboursé la partie de la dette issue de la spéculation et ils s’en sont sorti. Les Grecs à qui la troïka à imposé un gouvernement extrême droite, droite, « sociaux libéraux » s’enfoncent chaque jour un pu plus.


  • Gabriel Gabriel 13 février 2012 10:04

    Dans l’indifférence quasi générale les seigneurs de la finance assassinent impunément une nation, la Grèce, avant de s’attaquer au Portugal, à l’Espagne et bientôt au reste de l’Europe. La mise en esclavage des populations est passée à la vitesse supérieure. Les grands argentiers de la planète nous font clairement comprendre que seul compte leurs profits et que la vie des citoyens n’a aucune espèce d’importance à leurs yeux. Ils oublient cependant, que les peuples ne se laisseront pas euthanasier sans combattre. Ce qui se passe en Grèce ne fera que s’amplifier et ce peuple a raison de se soulever face à une élite corrompue qui leur impose une lente agonie. Les policiers imbéciles qui servent cette mafia dirigeante, non pas compris qu’eux aussi, seront bientôt sacrifiés sur l’autel des profits. Ils ont déshumanisé la société, leur système de valeur fait qu’aujourd’hui une entreprise vaut plus chère qu’un pays (Apple vaut plus que la Grèce !) et leur jugement c’est simplifié à une colonne débit et une colonne crédit. Il faut expliquer à ces crétins que la vie est beaucoup plus complexe et plus merveilleuse que cela. Je pense que nous sommes à un tournant majeur, un changement de civilisation. Il est temps que les citoyens reprennent en main leurs pays, leurs démocraties, éliminer cette vermine financière en prenant le contrôle des banques, du FMI et des bourses afin de réinjecter les incroyables fortunes, détournées par une poignée de mafiosi, dans les caisses des états pour le bien collectif. Il faut bien prendre conscience que, quelque soit votre bord politique, votre conception de la vie, si vous ne faites pas parti de leur élite, vous serez broyés. Aussi, il est temps que les citoyens s’unissent, comme en Grèce, laissant de côté leurs différences que les dirigeants actuels n’ont cessées d’amplifier afin de mieux diviser pour régner.


  • Maurice Maurice 13 février 2012 10:18

    Bonjour Aldous,
    merci pour cet article.
    Le ridicule de la situation est à deux niveaux :
    - comme vous le dites, ils votent sans connaitre la substance des textes (le stylo dans la main, le flingue sur la tempe)
    - les textes qu’ils sont en train de voter ne feront que ramener le déficit à 120% du PIB d’ici ... 2020. Est-ce bien sérieux ? Est-ce humain que d’imposer ces mesures pour un résultat si faible ?

    Leur salut ne peut venir que du revirement des forces de police. Ces dernières doivent se rallier aux manifestants. Peut être bientôt le cas...


    • Aldous Aldous 13 février 2012 11:19

      Il est clair que tout le processus repose sur la fidélité de la police.

      Or le sentiment général ici c’est que la classe politique a trahi la démocratie et la souveraineté nationale.

      Un discours qui est très largement partagé dans la société civile, les médias et la police.

      C’est pourquoi je conclue à une situation pré-insurrectionelle.

      Le gouvernement Papademos s’est enfermé dans une logique qui consiste à tout faire pour rester dans l’Euro et a menacé les députés d’une faillite dramatique si les mesures ne sont pas prises.

      Or du point de vue des gens de la rue ces enjeux sont complétement dépassés : la faillite est déjà là pour les gens ordinaires.

      Dans la rue on ne parle plus de sous mais de démocratie.

      Les gens veulent des élections. Les flics aussi.

      S’ils ne les obtiennent pas il y aura une insurrection comme en Egypte ou en Libye et ce n’est pas la police qui se sacrifiera pour sauver l’Euro.


    • appoline appoline 13 février 2012 13:10

      La main mise sur la police ne perdurera pas. Je sais que l’armée est très présente sur ces sites, je pense que la gendarmerie et la police n’y échappe pas, donc ils sont informés. Mais ce qui est sûr, c’est qu’ils n’hésiteront pas à couper le net si vraiment la situation se dégrade en leur défaveur. D’ailleurs pourquoi le nain a fait si vite pour remanier le réseau herzstien ? Ca, ça m’inquiète.


  • Jonathan Moadab Jonathan Moadab 13 février 2012 10:30

    Merci Aldous ! Nous, nous étions à l’ambassade pour vous soutenir ! 


  • lambda 13 février 2012 10:33


    à partir du 1er juillet prochain date de signature des 17états de ce traité, nous pourrons dire qu’un EMPIRE FASCITE vient de naitre,

    Nous pourrons remercier les médias alignés d’avoir tenu les citoyens à l’écart de ce traité et il faudra s’en souvenir à l’heure des comptes

    Il est permis de penser et de redouter que L’UE réussira là où les nazis ont échoués, seules les armes sont différentes



  • Aldous Aldous 13 février 2012 10:41

    Ce matin, ma ville se réveille dans l’odeur acre de la fumée qui s’élève dans l’air glacé des quelques 20 incendies qui ont ravagé le coeur de la capitale grecque.

    Je me suis levé avec une impression de gueule de bois, impressionné par la détermination des gens et aussi par le sentiment d’impuissance qui a attisé la rage des émeutiers.

    Les gens que j’ai rencontré hier place Syndagma n’etait ni des extrémistes ni des idéologues. Il y a vait là toute la société grecques, des familles avec des enfants, des retraités, des étudiants, des chômeurs.

    Pourtant, même les plus pacifistes disent comprendre les débordements de violence qui ont explosé et qui ont fait une cinquantaine de blessés.

    La radicalisation est palpable des deux cotés. Les forces de l’ordre ont fait usage de moyens de répression impressionnants. Tirs tendus de grenades lacrymogènes, escouades de « voltigeurs » en moto qui bastonnent les manifestants dans de véritables rodéos.

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=aWEVNGcwInE

    En face, les manifestants se divisent en deux camps : pacifistes et émeutiers.

    Les images de émeutes ont fait le tour des TV. Je ne commenterais donc pas.
    Je dirais juste que les moyens utilisés par les émeutiers sont impressionants.

    Bien sur il y a les jets de pierre (en l’occurrence des morceaux de marbre provenant des façades des immeubles saccagés). Mais j’ai pu voir l’usage de moyens plus sophistiqués comme des mini bombes incendiaires composées d’une mini bouteille d’eau, remplie d’essence sur laquelle est scotché un gros pétard. Contrairement au Molotov, cette arme explose en faisant une boule de feu, très redoutée par les forces de l’ordre.

    http://nstatic.doldigital.net/taneawebstatic/65A67CECBB3F3E9CB37DCB593BA95B 0C.jpg

    Les manifestants pacifiques utilisent aussi des moyens nouveaux comme des pointeurs lasers parfois très puissants qui ont servi à ’tagger’ la façade du parlement ou à aveugler les policiers.

    http://msnbcmedia.msn.com/j/MSNBC/Components/Photo/_new/pb-110208-AthenProtests-cheng.photoblog900.jpg

    La patience des Grecs est visiblement arrivé à ses limites et l’ambiance hier était réellement pré-inssurectionelle.

    Deux déclaration ont beaucoup été commentées par les manifestants.

    Les déclarations du porte parole du PASOK (socialiste) Panos Beglitis :

    « Il faut dire la vérité au peuple : Il y aura un nouveau train de mesures en juin. »

    http://news247.gr/ellada/politiki/as_poume_thn_alhtheia_sto_lao_erxontai_ne a_metra_ton_iounio.1608517.html

    et la déclaration du ministre Michel Chrisochoïdis et de plusieurs députés, dont Propopoulos, expliquant qu’ils avaient signé ou voté le mémorandum de la Troïka sans même le lire, le texte n’étant distribué qu’au dernier moment et les consignes des partis étant strictes (tout député ne votant pas le texte est exclu, le vote n’est pas anonyme).

    http://www.youtube.com/watch?v=kYp-8Z2nepA

    Il est donc vraisemblable que la perte de confiance face à un système politique aux ordres et le sentiment que les sacrifices sont vains vont entrainer le pays dans des manifestations de violence de plus en plus radicale à l’approche du prochain et 7eme train de mesures d’austérité prévu pour juin.


  • LE CHAT LE CHAT 13 février 2012 10:42

    Salut Aldous ,
    ça fait des semaines que j’écrit que les grecs vont mettre le feu au banques , c’est devenu réalité !
    à noter que les ministres de droite nationaliste ont démissionné et leur parti refusé d’affamer les grecs , alors que les partis équivalents à l’UMPS chez nous approuvent le diktat de la troïka .....


    • Aldous Aldous 13 février 2012 10:48

      Malheureusement c’etait prévisible.

      Cependant en plus de banques j’ai vu flamber un très bel immeuble néoclassique (la photo est reprise par les journaux) un cinéma, un bâtiment de la bibliothèque nationale et des bars (un Starbuck café).

      L’hôtel Grande Bretagne a échappé de peu à l’incendie.

      L’usage des lacrymos a été tel que les deux premiers niveaux du parlement ont été envahis de gaz, obligeant parait-il le chef de la droite (Nea Democratia) à évacuer son bureau.

      Les alarmes incendie du parlement ont retenti plusieurs fois.


  • Tall 13 février 2012 10:47

    Le peuple grec ne doit pas céder. Ce sont les ministres et les flics qui doivent craquer. Ce ne sont que des valets aux ordres des requins. Ils ne méritent compassion que s’ils capitulent.



    • Aldous Aldous 13 février 2012 11:05

      Le président du principal syndicat de police grec est passé à la TV ce matin pour dire le malaise croissant dans le rang des forces de l’ordre qui ne comprennent pas qu’on leur demande de monter au front pour défendre des mesures que les députés eux-mêmes décrivent comme insuffisantes à sortir le pays de la crise.

      Sur le terrain, l’attitude des manifestant vis à vis de la police varie entre appel à les rejoindre et insultes. On peut entendre dans la vidéo des « volitigeurs » un manifestant les traiter de « gourounia » (porcs)...

      http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=aWEVNGcwInE


    • Tall 13 février 2012 11:13

      C’est très bien ça, et c’est normal ... les flics sont des gens du peuple.


  • Aldous Aldous 13 février 2012 11:00

    Au passage je signale que j’ai découvert un agoravox grec qui s’appelle antinews.gr et qui fête ses 4ans.

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=kCSeWpoBFpo

    Le journalisme citoyen joue visible un rôle important an la mobilisation ici, bien que les médias mainstream semblent beaucoup moins verrouillés qu’en France, en particulier la chaine TV nationale qui a été en grève pendant des mois et sont très incisifs.

    Voir des journalistes qui ne font pas leur boulot à plat vendre ça fiche une baffe quand on vient de France !


  • kitamissa kitamissa 13 février 2012 11:19

    même Besancenot vous soutient ...ce matin sur Europe 1 il disait qu’il aurait bien aimé se trouver à Athènes pour foutre le feu !


  • Aldous Aldous 13 février 2012 11:34

    La TV grecque relate que des mobilisation importantes ont eu lieu aussi à Thessalonique, à Heraklion et à Chania en Crète où des affrontement ont également eu lieu durant la nuit.


  • Tall 13 février 2012 11:46

    Le pire c’est que l’austérité n’est pas du tout une solution pour la relance. Ce sont vraiment des emmanchés, les dirigeants de l’UE.

    On l’a très bien vu après le crash de 1929 : grande dépression mondiale de 4 ans pendant le mandat présidentiel US de ce crétin libertarien de Herbert Hoover.
    Ensuite Roosevelt a tout relancé avec le New Deal basé notamment sur de vastes chantiers de travaux publics.

    • Aldous Aldous 13 février 2012 12:05

      Le pire c’est que l’austérité n’est pas du tout une solution pour la relance.

      Le but n’est pas la relance.

      Le but c’est l’état fédéral européen.


    • Ronald Thatcher rienafoutiste 13 février 2012 12:54

      un des buts est une simulation grandeur nature de la mise en application du MES sur des proies potentiellement hostiles à cette doctrine... si le peuple abandonne sa souveraineté sans trop d’insurection, ils auront une idée de la capacité de résistance acceptable pour faire rentrer tous les autres dans la combine.
      Les grecs ne doivent pas céder, il en va de notre avenir !


    • Aldous Aldous 13 février 2012 16:56

      Effectivement la Grèce est un ballon d’essai pour valider le processus du coup d’état financier.


  • arnulf arnulf 13 février 2012 12:00

    Seule et unique solution la RESISTANCE. Tout le reste a été essayé. Et bientôt ce sera nous.
    Alors courage parce que ça va être dur.


  • Aldous Aldous 13 février 2012 12:14

    ce matin, la place Syndagma est méconnaissable.

    Les balustrades en marbre des escalier du métro ont été à moitié démolies.

    Les facades des immeubles dépouillées de leurs parement de marbre laissent voir le béton nu. Le marbre a servi de projectile.

    Les abribus qui n’ont pas brulé n’ont plus de vitres.

    Tous les distributeurs de billets sont défoncés. Des arbres ont été arrachés.
    Les rideaux de fer des vitrines ont été forcés et le galeries marchandes saccagées.

    Il y a des tags partout et des restes de barricades sur les bas cotés des routes.

    Triste spectacle.


  • joletaxi 13 février 2012 12:21

    Alors courage parce que ça va être dur.

    ouais, et pas qu’un peu

    tout le monde connait l’adage, il est facile de se laisser glisser et griser, il est très dur et pénible de remonter la pente.
    On pourrait aussi parler de cigales et de fourmis, etc..

    car il n’y a guère d’alternatives.

    soit on accepte l’aide aux conditions draconiennes des partenaires européens qui se sont faits grugés(et vous et moi également au passage, nous allons tous payer la petite fiesta grecque)

    soit on fait défaut, on sort de l’euro, le drachme fraîchement imprimé vaudra autant que le papier support, et la Grèce sombrera dans une misère noire, bien pire que la petite cure de bonne gouvernance exigée par les « banquiers »

    mais tout cela fait partie d’un complot évidemment...


    • Aldous Aldous 13 février 2012 12:47

      soit on accepte l’aide aux conditions draconiennes des partenaires européens qui se sont faits grugés(et vous et moi également au passage, nous allons tous payer la petite fiesta grecque)

      De quels partenaires parlez-vous ? Les préteurs sont des banques pas des pays partenaires !

      Et elles ont prêté en toute connaissance de cause.

      Prêter c’est risqué. Mais quand le risque se transforme en défaut, est-il normal de faire éponger la perte au salarié, au retraité, au malade, au fonctionnaire ?

      Ou est passée le « laisser faire la loi du marché » qu’on nous vante tant qu’il y a du profit à faire ?

      C’est étrange comment le libéralisme des profits se conjugue avec l’étatisation des pertes.

      Au lieu de faire du « eux » contre « nous » bêtement chauvin, vous feriez mieux de vous informer ailleurs que chez Pernaut !

      C’est bien connu, les Grecs font la fiesta et dansent le Sirtaki pendant que les Français triment à fabriquer des sabots au fin fond du Périgord... smiley

      C’est qu’il y’en a sous l’beret !


    • joletaxi 13 février 2012 13:02

      mais oui Aldous, mais oui

      les banques ont prêté aux grecs en connaissance de cause ?

      Vous avez une curieuse(mais j’ai l’habitude maintenant) façon d’envisager la vie en société.
      Si demain(pure hypothèse d’école) je vous prête une somme sur base de fiches de paie falsifiées,ou de fausses déclarations de revenus, vous allez me dire:il fallait lieux vous renseigner, maintenant je ne paie pas ?
      d’autre part, il y a certes les banques qui sont exposées,et partant vos propres avoirs, mais aussi des tas de gens qui ont placé leur épargne, parfois de toute une vie,dans des fonds de placement ayant du papier grec, et qui vont aussi perdre de façon significative.

      La proposition européenne efface déjà une partie de la dette et les banques absorberont aussi des pertes à hauteur du défaut.
      Mais cela suppose que le gouvernement grec « fasse le ménage »

      Sinon, quelle solution envisagez-vous ?

      en zappant, j’ai entendu une bribe du discours de Méluche, où il proposait d’interdire les licenciements.Il aurait pu tout aussi bien proposer d’interdire de faire faillite !


    • Aldous Aldous 13 février 2012 13:05

      Il aurait pu tout aussi bien proposer d’interdire de faire faillite !

      Impossible, c’est une idée sous copyright de la BCE-FMI-UE actuellement exploitée en Grèce. smiley


    • joletaxi 13 février 2012 13:11

      a part vos slogans à l’emporte pièce, vous avez des propositions pour aider vos amis grecs ?


    • Aldous Aldous 13 février 2012 13:17

      Si demain(pure hypothèse d’école) je vous prête une somme sur base de fiches de paie falsifiées,ou de fausses déclarations de revenus, vous allez me dire:il fallait lieux vous renseigner, maintenant je ne paie pas ?

      1) Je ne suis pas un état et je ne prends mes décisions pour moi même. Le citoyen grec a été endetté contre sa volonté et grandement par la corruption (affaire Siemens).

      2) Quand c’est Goldman Sachs qui falsifie les comptes de la Grèce je considère que c’est une affaire entre requins et entre corrupteurs.

      3) De quel ménage parlez vous ? Les gens sont des détritus à vos yeux ?

      4) Des rentiers qui perdent un peu de leur dividendes c’est leur problème. Par contre couvrir les pertes de rentiers par des coupes de salaires, c’est abjecte.

      5) La dette grecque a en grande partie les caractéristiques d’une Dette Odieuse.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Dette_odieuse

      Mais cela n’est pas investigué car les corrompus verouillent la vie politique grecque.


    • Tall 13 février 2012 13:21

      Il y a toujours des solutions quand on le veut vraiment

      Quand les spéculateurs boursiers on fait crasher tout le système en 2008, 6 mois après, au printemps 2009, le G20 a mis 1500 milliards $ sur la table pour sauver les banques !

      Et ici, c’est pour combien qu’on veut faire crever tout un peuple pendant 10 ans ?
      150 ? 200 milliards ?

    • Patrick Samba Patrick Samba 13 février 2012 13:44

      joletaxi dans toute sa splendeur :

      " Vous avez une curieuse façon d’envisager la vie en société. Si demain je vous prête une somme sur base de fiches de paie falsifiées,ou de fausses déclarations de revenus, vous allez me dire:il fallait lieux vous renseigner, maintenant je ne paie pas ? « 

      Sauf que le scénario ça ressemble plus à ça : » je prête une somme d’argent à vos parents que j’encourage par tous les moyens à s’endetter bien au delà de leurs moyens (et ils vont jusqu’à présenter des fausses déclarations de revenus, je le sais mais je m’en fout), et quand je leur présente la facture ils ne peuvent honorer une dette qui a flambé. Je leur prend leur maison et j’exige d’eux qu’ils travaillent pour moi à des conditions ridicules, et comme ils ont encore moins les moyens de rembourser, je m’adresse à vous : c’est : ou vous devenez mon « esclave », ou vos parents passent le reste de leur vie en prison"

      Joletaxi, décidément vous êtes méprisable.


    • Pyrathome Pyrathome 13 février 2012 14:06

      Joletaxi, décidément vous êtes méprisable.

      Même pas, c’est un fou furieux échappé de l’asile....
      C’est même bon signe, il commence à mouiller le slip comme ceux qu’ils défend quotidiennement, c’est à ça qu’on les reconnait, les tarés.......ah ah ah !!


    • joletaxi 13 février 2012 14:49

      ça fait du bien de retrouver les enclumes.

      vous ne vous sentez pas responsable des dettes souscrites par vos parents(dans ce cas-ci vos gouvernements)
      pourtant, imaginons que vos parents se soient endettés pour acheter une belle villa, une piscine, un 4X4, des écrans plats(je suis toujours abasourdi de voir lors d’émissions télé, sur le surendettement, l’incroyable capharnaum d’objets inutiles que les gens ont acquis, mais c’est une autre histoire)
      Vous avez profité donc d’une vie agréable jusqu’au jour où les huissiers sont devant la porte,et commencent à tout noter.
      Bien sur ,en tant qu’héritier il vous est loisible de refuser l’héritage, encore faut-il que les géniteurs soient morts.
      l’état grec ne peut pas mourir, et les instances européennes tentent de le sauver malgré lui.dehors , les groupuscules habitués du grand soir tentent de profiter du chaos.
      mais si ce plan ne réussit pas, c’est la sortie de la zone euro, et une misère épouvantable en perspective.

      Vos diatribes sur le marché sont grotesques et prouvent que vous ne comprenez rien, ou ne voulez rien comprendre au monde qui vous entoure.
      Il est en effet plus facile de réduire le problème au complot judéomaçonicocapitaliste,que de faire l’effort d’avoir un discours réaliste.
      Vous êtes des poulets quasi cuits pour l’ogre chinois


    • Pyrathome Pyrathome 13 février 2012 14:58

      ça fait du bien de retrouver les enclumes.

      Ça fait du bien aussi de voir les marteaux taper dessus sans aucune conséquence que le bruit......
      j’espère que tu as un bon manche, parce que je voudrais pas que te tu fasses des tendinites, mon pauvre jo le marteau.....


    • Patrick Samba Patrick Samba 13 février 2012 16:30

      " (je suis toujours abasourdi de voir lors d’émissions télé, sur le surendettement, l’incroyable capharnaum d’objets inutiles que les gens ont acquis, mais c’est une autre histoire) "

      Ah, y aurait-il un espoir ? Joletaxi serait-il en train d’entrouvrir les yeux, de se déboucher les oreilles ? Va-t-il finir par reconnaitre qu’à Fukushima il n’y a pas zéro mort, et qu’il y en aura « un peu » plus, et qu’il a « un peu » honte d’avoir nié l’évidence.

      Eh oui, c’est curieux cet « incroyable capharnaum d’objets inutiles », hein ?
      Eh oui certains s’endettent inutilement, on se demande bien pourquoi...
      Et pourquoi des loups poussent encore à la consommation, et en profitent, en profitent.... 


    • ZNiavrou ZNiavrou 13 février 2012 19:12

      bien pire ????
      les gens vons manger les enfants, et ils vénèrerons mamon...
       :->


    • Cadoudal Cadoudal 14 février 2012 00:02

      soit on accepte l’aide aux conditions draconiennes des partenaires européens qui se sont faits grugés(et vous et moi également au passage, nous allons tous payer la petite fiesta grecque)

      Et bien sur seul le peuple devra payer....

      Un député grec : 8500 euros/mois + 8500 euros d’indemnités pour ses frais + Logement + Bureau + 250 000 euros…
      Les Grecs se serrent la ceinture depuis plusieurs mois, pas leur représentants.

      Un symbole. Les députés grecs sont encore parmi les mieux payés de l’Union européenne. Bien qu’ils aient adopté dimanche 12 février un programme actant notamment l’abaissement de 22% du salaire minimum – de 32% pour les moins de 25 ans-, des coupes dans les retraites et le licenciement de 15.000 fonctionnaires, ils ont refusé toute baisse de salaire jusqu’à maintenant, explique sur son blogJean Quatremer, spécialiste de l’Europe.

      Un député grec touche chaque mois 8.500 euros nets, auxquels s’ajoutent 8.900 euros d’indemnités pour ses frais, ses participations aux commissions parlementaires, son logement et son bureau.

      Et ce n’est pas tout. En décembre, 121 députés ont réclamé 250.000 euros chacun. La raison ? En Grèce, la Constitution stipule que le salaire des députés ne peut être inférieur à celui des présidents des cours suprêmes . Or, ces derniers ont obtenu que leur salaire soit aligné sur celui du président de la commission nationale des postes et communication, qui bénéficiait d’un traitement de faveur, selon Jean Quatremer.
      Et ailleurs ?

      Pour comparaison les députés allemands touchent 7.668 euros imposables, révèle le siteMyeurop.info.

      En Italie, l’indemnité a été réduite de 10% en 2006, gelée pendant six ans, et diminué à nouveau de 10% en septembre 2011 (pour les salaires de plus de 90.000 euros par an et de 20% pour ceux qui déclarent 150.000 euros brut par an). Les députés Italiens touchent un peu plus de 12.000 euros par mois.

      En France, les députés touchent “5.247 euros nets de salaire, 6.412 euros pour frais divers, 9138 euros pour payer des assistants, transport et téléphone gratuit”, rappelle Jean Quatremer. Et ils ont refusé une baisse de 10% de leur salaire en novembre dernier.


  • kitamissa kitamissa 13 février 2012 12:22

    l’adoption forcée de ce putain d’Euro qui nous a tous mis dans la merde n’aurait jamais dû avoir lieu , surtout dans les pays à économie fragile entrés dans l’Europe sans que les parités de salaires et les normes sociales y soient harmonisées ..


    il aurait alors fallu faire des Etats Unis d’Europe, avec un président de la République , et un ministère bien défini , alors là on aurait pu bâtir une vraie Europe unie et crédible auprès des grandes puissances ....

    ou bien alors, l’Euro n’aurait du servir que pour les transactions de haut niveau , mais conserver la monnaie de chaque pays !

    même chez nous, quand ce qui valait 1 Franc, vaut maintenant 6, 56 Francs, sans que les salaires et pensions ne suivent la courbe montante du coût de la vie , ça va finir par chier pour de bon le jour où les gens auront conscience que le litre d’essence vaut plus de 10 Francs, et que la baguette de pain 6, 56 Francs, un café 13 Francs au comptoir, une place de cinéma 65 Francs !

    • Aldous Aldous 13 février 2012 12:52

      Comme vous y allez !

      Et pourquoi pas un parlement européen doté du pouvoir législatif pendant que vous y êtes ?

      Démocrate va ! smiley


    • chantecler chantecler 14 février 2012 08:44

      Il ne s’agit pas seulement de l’euro :

      Tous les pays occidentaux, absolument tous, sont hyperendettés .

      Cette dette a été de paire avec la globalisation , les politiques néolibérales, ,l’hyperenrichissement par le biais d’une économie totalement financiarisée qui abandonnait la production à des pays esclavagistes .

      Autrement dit a substitué l’ économie réelle , avec une monnaie adossée , à une économie spéculative .

      Je pense qu’effectivement l’euro est fichu , il s’est transformé en piège , qui a aspiré des capitaux prêtés imprudemment ,dont aujourd’hui les « marchés » spéculatifs réclament le remboursement ...

      Ils oublient simplement la contre partie des prêts : si ceux ci sont chers , car ils prennent en compte les risques .

      Or nous savons aujourd’hui que les risques sont bidons : en difficultés ces marchés, via les banques demandent aux contribuables d’intervenir pour les sauver .

      D’autre part ces dettes ont été transformés en produits toxiques dont les émetteurs , les banques, sont incapables de respecter , de payer les engagements , autrement dit de payer .

      Donc l’euro est un outil technocratique qui a permis de faire passer la pilule de la globalisation, la libre concurrence, etc aux populations .

      Qui se seraient révoltées sans , avec la fermeture permanente des usines et l’explosion du chômage .

      L’euro contre l’absence d’inflation , de protections , entraine l’implosion des sociétés , par les clivages de celles ci entre catégories surexposées et catégories favorisées .

      Le niveau des déficits des balances commerciales , le niveau fou des endettements , les taux de chômage , et les niveaux de spéculation (par ex. sur l’immobilier ) sont bien les indicateurs de cette catastrophe .
      Cr.


  • Acid World Acid World 13 février 2012 12:52

    La démocratie grecque est violée par ces oligarques banquiers. Ils n’ont que ce qu’ils méritent. Si en France il y a plus de manifestations pacifiques que d’émeutes, que ce qui se passe à l’étranger serve d’avertissement dans notre pays. Ils n’ont encore le dessus qu’à cause de l’ignorance de beaucoup sur l’ampleur des dégâts qu’ils font.


    • Aldous Aldous 13 février 2012 13:18

      Il y a en effet quelques permanences de députés qui ont été saccagées hier...


  • le journal de personne le journal de personne 13 février 2012 13:07

    Je m’appelle Hélène...

    Je m’appelle Hélène…Je suis grecque… la Grèce… quelle étrange tendresse ?
    Ma ville natale ne s’écrit plus en lettres capitales
    ATHÈNES mère, marraine !
    J’ai décidé sous l’œil de cette caméra
    De mettre fin à mes jours
    De m’arroser d’essence et de m’immoler par le feu
    Parce que je n’ai pas envie de te céder
    Pour une poignée d’euros
    Ni de concéder une goutte d’hydrogène et deux gouttes d’oxygène pour combler un trou que l’Europe a creusé pour nous abuser toutes les deux.
    Athènes, mère, marraine !
    Je n’ai pas envie que tu meures
    Je n’ai pas envie qu’on t’assiste
    Pour respirer, manger ou bouger
    Je n’ai pas envie de te confier à un tiers
    Ni te mettre entre les mains de quelques pervers europhiles… des financiers déguisés en justiciers pour te sous-traiter comme une vulgaire marchandise avant de te retirer tes organes vitaux et te vider de ton sang et jeter tes mémoires dans les poubelles de l’histoire…
    Pour eux, ta vie ne vaut pas un euro
    Et un euro qu’est-ce que ça vaut ?

    http://www.lejournaldepersonne.com/2012/02/je-mapelle-helene/


  • Robert GIL ROBERT GIL 13 février 2012 13:10

    Interviewé lors d’une émission politique très populaire en Grèce, Theodorakis a averti que si la Grèce se soumet aux exigences de ses soi-disant « partenaires européens », c’en sera « fini de nous en tant que peuple et que nation ». Il a accusé le gouvernement de n’être qu’une « fourmi » face à ces « partenaires », alors que le peuple le voit comme « brutal et offensif ». Si cette politique continue, « nous ne pourrons survivre (…) la seule solution est de se lever et de combattre »...........
    http://2ccr.unblog.fr/2011/11/07/les-banques-rameneront-le-fascisme/


    • Aldous Aldous 13 février 2012 13:33

      Je suis d’accord avec l’analyse de Théodorakis : l’absolutisme financier va ouvrir de nouveau la voie au fascisme.

      Il faut rappeler que c’est déjà l’ulra-libéralisme qui a amené Mussolini au pouvoir.

      « Je suis un libéral. La nouvelle réalité de demain, répétons-le, sera capitaliste. La vraie histoire du capitalisme ne commence que maintenant. Le socialisme n’a plus une chance de s’imposer. [...] Il faut abolir l’État collectiviste, tel que la guerre nous l’a transmis, par la nécessité des choses, et revenir à l’État manchestérien* »
      (Benito Mussolini au Parlement le 21 juin 1921)

      « Nous voulons dépouiller l’État de tous ses attributs économiques : assez de l’État cheminot, de l’État postier, de l’État assureur. »
      (Benito Mussolini, 1922)

      Ce n’est qu’à partir de l’établissement des lois fascistissimes en 1926 que Mussolini, devenu dictateur, mène une politique interventionniste via les corporations fascistes.

      *A l’époque on ne parlait pas encore d’ultra-libéralisme mais c’est la même chose. L’école de Manchester prônait la doctrine du « laisser faire », ce qu’on appele de nos jour la « main du marché » et le libre-echange.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Laissez-faire


  • Le péripate Le péripate 13 février 2012 13:32

    La Grèce est foutue. Mais elle n’est pas la seule. En attendant adoptez un grec.


    • Aldous Aldous 13 février 2012 13:34

      J’ai lu sur un blog un grec qui disait :

      Français, bientôt vos emplois seront délocalisés chez nous : nous valons maintenant moins cher que les Chinois.


    • Le péripate Le péripate 14 février 2012 13:50

      Sauf que une machine à laver ou un téléphone assemblé en Chine marche, au moins un temps. Pas sur que les grecs sachent faire même ça.


  • Alison 13 février 2012 13:40

    4.000 personnes en plus sans travail ce matin, le fruit d`une nuit d`émeute provoquée par des groupuscules qui ne défendent pas le peuple grec !
    Des petits commerçants en larme ce matin devant leur échoppes brulés sachant que désormais ils ne pourront plus payer leur factures, licencieront les petits salaires eux mêmes se trouvant déjà dans une grandes détresses.

    Lorsque l`on veut viser les symboles du pouvoir et de l`argent on brule les yachts de plusieurs milliers milliers d`Euros mais pas l`outil de travail qui permet a certain de survivre.

    Ces casseurs qui ne sont bien sur pas les travailleurs décidés a venir manifestés parfois en famille mais des groupuscules ou l`on pourrait imaginer qu`ils soient eux mêmes a la solde des pouvoirs en place comme ce fut le cas des incendiaires qui ont brulés des hectares de terres il y a quelques années camouflés d`une élection qui vu venir le Pasok a Syntagma.

    Ils ont tentés de brulé la bibliothèque nationale, ça ne vous rappel rien dans le passé ?  

    Mon avis sera sans doute l`objet de réponse mais étant en démocratie je le donne.

    Les casseurs sont a la solde du pouvoir et participe a la destruction de la Grèce !
    Manipulé par certains groupes européens d`extrême droite que l`on voit fleurir partout en Europe.
    Ce que nous vivons ressemble a s`y méprendre aux années peu glorieuses de l`arrivée des nazis au pouvoir profitant de la crise qui la précéda. 

    La Grèce n`a connu que la dictature « des familles », des colonels et aujourd`hui de la finance.
    Le peuple a été asservit par ces trois systèmes.

    Chassez l`ennemi du jour pour remettre demain son homologue déguisé sous une autre forme.

    L`homme est incapable de créer un monde dans lequel il ne se détruit de lui même, il reproduit inlassablement le même cycle.

     


    • reprendrelamain reprendrelamain 13 février 2012 14:03

      @Alison

      Comment peut-on savoir à quelle mouvance appartiennent les casseurs c’est très compliqué pour moi en France de le savoir, vous avez l’air bien renseigné donnez nous vos sources pour nous éclairer.
      Il ne faut pas oublier que les politiques ont truqués les comptes, que les manifestations pacifiques ne donnent rien, que le peuple c’est fait voler un référendum et que quand il n’y a plus d’avenir naît le désespoir...désolé pour les petits commerçants mais je souhaite vivement que démarre une insurrection citoyenne en Grèce et qu’elle s’étende à toute l’Europe. 


    • Aldous Aldous 13 février 2012 14:37

      D’après ce que j’ai vu, les émeutiers ne sont plus seulement les classiques provocateurs de la police.

      Ils sont trop nombreux pour ça.

      C’est pourquoi je parle de situation pré-insurrectionnelle.
       
      @alison Ne vous méprenez pas : constater la violence ne reviens pas à la justifier.

      Les commerçants spoliés sont en effet pleinement des victimes.

      Mais cette violence n’a éclaté que parce que le gouvernement et la troïka interdisent tout recours aux moyens de choix démocratique et imposent qu’il n’y a pas d’alternative possible, la fameuse méthode TINA de Thatcher.

      Tout le monde s’attendait à cette explosion de violence. Le choix a été de préserver la doctrine eurocratique au détriment de la paix sociale en Grèce (et bientôt dans les autres pays membres)


    • Alison 13 février 2012 16:36

      Aldous,

      même si la police décidait de rallier le peuple aujourd’hui elle serait massacrée ou par sa propre armée ou un envoi « spécial » pour la Grèce.
      Vous pensez sérieusement que l`on va laisser s`étendre cette situation pré-insurrectionnelle comme vous le dites.
      Demain le pouvoir peut mater le peuple ne serait qu`en coupant internet et ne croyez pas que ce soit difficile, pourquoi pensez vous qu`on laisse faire ? Combien de bâtiment officiel représentant le pouvoir ont été touche cette nuit  ? Je viens de passer il y 30 mn devant le parlement, quelques touristes sont toujours présent pour prendre en photo la relève de la garde.
      Le centre répare les dégâts et la vie des Athéniens reprend comme d`habitude comme ces badauds devant le cinéma. Qu`a ton visé réellement en anéantissant cet endroit ?

      Le leader grec d’extrême droite a quittée ce gouvernement de coalition dans quel but si ce n`est espérer une montée au législative d`avril pourquoi pas gagné, les grecs étant lassés du Pasok, de la N-D et de Papademos.

      A croire que semer la foudre permet de bénéficier de la tempête.


    • Aldous Aldous 13 février 2012 17:06

      @alison,


      Si l’armée ou une ocre être,gère (eurocorp ?) intervient, les choses spdeviendront claires pour tous : on bascule dans une situation genre Athènes 1967 ou Praque 1967 avec l’UE dans le rôle de la CIA ou de l’URSS.

      Politiquement ça serait la fin de la légitimité de l’UE.

      Il ne faut pas perdre de vue que l’UE reste un patchwork de pays et non une fédération.

      La légitimité des organes centraux est de plus en plus remise en question.

      Les opinions basculeraient de la méfiance au rejet...


  • c’est pas grave 13 février 2012 13:57

    « Or le sentiment général ici c’est que la classe politique a trahi la démocratie et la souveraineté nationale. » Aldous

    Aldous , merci de ce témoignage « de l’intérieur » , il nous est précieux 

    Tandis que les beaux esprits français concentrent leur énergie à commenter les derniers sondages favorables à l’irrésistible François Hollande-Papandréou , les Grecs semblent avoir saisi l’origine du mal qui les frappe , je m’en réjouis
     
    Vous parlez de situation pré-insurrectionnelle, rien n’est plus compréhensible et rien ne peut mieux servir la cause des peuples européens dans leur nécessaire prise de conscience 

    Sans faire de vous un voyant extra-lucide , à quelle échéance situez-vous le prochain face-à-face du peuple grec et de ses élites corrompues ?

     

     

     


    • Aldous Aldous 13 février 2012 14:24

      Sans faire de vous un voyant extra-lucide , à quelle échéance situez-vous le prochain face-à-face du peuple grec et de ses élites corrompues ?

      Pas besoin d’être voyant CPG.
      La Grèce sera à nouveau au bord de la faillite en juin du fait de l’arrivée à maturité de précédents prêts qu’il lui faudra rembourser en levant des fonds.

      La Troïka lui proposera gentiment son « aide » à condition qu’elle applique un nouveau « plan de rigueur ».

      Ca semble se répéter ?

      Normal dans ce systeme, la Grèce est un emprunteur-zombie : il ne peux plus rembourser que les intérêts de sa dette, mais jamais le principal.

      De ce fait la dette est éternellement reportée et génère sans cesse des intérêts.

      Comment c’est possible ?

      A cause du système des obligations souveraines à coupons.

      Hein ? les quoi ?

      Ce sont des prêts où l’état emprunteur s’engage à payer régulièrement des « coupons » qui ne représentent que les intérêts du prêt

      Les échéances des coupons se suivent jusqu’à la jusqu’à la date « de maturité » du prêt.

      Une fois cette date atteinte l’état doit rembourser en une fois le principal du prêt.

      Sauf que dans nos pays endettée, le gouvernement ne peux pas.

      Alors il est obligé de souscrire à un autre emprunt et continuer à verser des coupons.

      Plus chers puisque les taux montent.

      C’est pourquoi depuis 1973 le « service de la dette » enfle de façon exponentielle.

      La seule issue possible quand on est dans ce piège c’est la banqueroute (ou gagner au loto mais comme les états ne jouent pas au loto...).

      C’est pourquoi on ne laisse pas la Grèce faire banqueroute. (logique non ?)


    • c’est pas grave 13 février 2012 14:50

      « La Troïka lui proposera gentiment son »aide« à condition qu’elle applique un nouveau »plan de rigueur« . »

      quel nouveau plan de rigueur ?
      les salaires déjà baissés de 22 % , quelle est la marge de manoeuvre ?
      que peuvent-ils exiger de plus sans déclencher l’ embrasement général ?

       


    • Aldous Aldous 13 février 2012 17:11

      quel nouveau plan de rigueur ?

      les salaires déjà baissés de 22 % , quelle est la marge de manoeuvre ?
      que peuvent-ils exiger de plus sans déclencher l’ embrasement général ?

      Vous savez , on en est au 6 eme plan de rigueur là.

      C’est justement le but d’un stress-test : aller jusqu’à la rupture pour avoir ensuite un modèle de référence.

      Ensuite ils l’appliqueront aux autres pays.



  • Herlock Sholmes Herlock Sholmes 13 février 2012 14:04

    Cela nous rappelle le vote du 10 juillet 40 à Vichy , où les GMR soit-disant étaient là pour protéger le parlement, en fait pour renforcer l’effet d’oppression sur les députés présents qui votèrent sous la menace l’abolition de la République et la naissance de l’Etat Français fasciste...



    Le doit de vote fut aboli et vite remplacé par des diktats, des décrets-lois fascistes interdisant certains anciens partis et syndicats et poussant à la xénophobie et à la guerre civile...



  • Pyrathome Pyrathome 13 février 2012 14:21

    Merci Aldous, excellent !

    Ce qu’il faut savoir, c’est que la totalité de la « dette » Grecque se trouve dans des coffres en Suisse et même bien plus, le butin de ceux qui ont pillé le pays.....il est possible juridiquement de rapatrier les fonds, encore faut-il en avoir la volonté !!
    Ils doivent maintenant se débarrasser de cette « oligarchie » gouvernante pourrie, c’est la condition sine qua non à leur rebond, l’armée et la police est en passe de glisser du bon côté, ça serait une histoire très rapide s’ils le voulaient......et partout en europe, c’est largement possible !!
    Les crapules politiques et financières ne sont strictement rien, que des fantômes s’appuyant sur un océan de mensonges...en prendre conscience, c’est déjà leur mettre un premier coup de pied au cul !!


  • Pyrathome Pyrathome 13 février 2012 14:26

    D’ailleurs, il serait bon de rappeler aux militaires, policiers, gendarmes de tous pays, qu’ils sont payés et là pour défendre, leur constitution, leur démocratie, le peuple dont ils font partie, et rien d’autre.... et surtout pas une caste de crapules immondes.....


  • FYI FYI 13 février 2012 14:29

    Cette racaille veule le fascisme et tout leur système s’écroule.
    La violence n’est pas nécessaire (plus facile à dire qu’à faire), mais ça permet de jauger le niveau de conscience des populations.
    Pourquoi demander à vos bourreaux d’être clément (ne pas voter la loi d’austérité), c’est celà qui vous manque, exorciser ces criminelles.


  • foufouille foufouille 13 février 2012 14:53

    les grecs seront peut etre rentable a 400€
    peut etre
    c’est quand notre tour ?


    • Ronald Thatcher rienafoutiste 13 février 2012 15:42

      400euro en Grèce, les loi Hartz IV en germanie, talonnetto qui voudrait un referendum sur l’emploi en Francia... c’est vrai que ça se précise leur plan !!!

      en même temps, c’est toujours les mêmes qui se goinfrent :

      « Un député grec touche chaque mois 8.500 euros nets, auxquels s’ajoutent 8.900 euros d’indemnités pour ses frais, ses participations aux commissions parlementaires, son logement et son bureau. Et ce n’est pas tout. En décembre, 121 députés ont réclamé 250.000 euros chacun. La raison ? En Grèce, la Constitution stipule que le salaire des députés ne peut être inférieur à celui des présidents des cours suprêmes . Or, ces derniers ont obtenu que leur salaire soit aligné sur celui du président de la commission nationale des postes et communication, qui bénéficiait d’un traitement de faveur, selon Jean Quatremer. »

      ça doit énerver plus d’un grec des pratiques comme cela !


    • foufouille foufouille 13 février 2012 16:24

      chez nous, je sait pas si c’est faisable
      mais certains bourgeois vont etre ravis, au debut
      comme on pourra plus rien acheter, ils seront vite au chomage


    • c’est pas grave 13 février 2012 16:51

      « les grecs seront peut etre rentable a 400€  »

      même pas ..
      s’ils veulent « devenir chinois » , il leur faudra encore diviser cette somme par 2.5  !

      bon courage avec 155 euros nets par mois


    • Aldous Aldous 13 février 2012 17:18

      Le problème c’est que Carrefour et les autre gros distributeurs ont envahi le marché grec et ont trucidé le commerce maraicher local bon marché qui permettait aux grecs de manger à leur faim avec 5000 drachmes par mois.


      Aujourd’hui les Grecs mangent des tomates sans goût espagnoles et des fruits d’argentine en plein hivers comme n’importe quel bobo européen.

      Mais au même prix que les autres bobos européens...


    • foufouille foufouille 13 février 2012 19:10

      « même pas ..
      s’ils veulent » devenir chinois «  , il leur faudra encore diviser cette somme par 2.5 ! »

      faut compter le prix de la delocalisation, transport et douane


  • Pyrathome Pyrathome 13 février 2012 15:07

    Et puis dernière en date, des élections anticipées......
    http://www.lepoint.fr/monde/grece-je-ne-voterai-pas-13-02-2012-1430952_24.php
    les gens n’iront pas voter devant la grosse ficelle !!...


  • Angelus68 13 février 2012 15:28

    Depuis le début et surtout hier soir et aujourd’hui, je me sens grecs ! N’oublions pas ses politiciens qui ont voté contre le peuple pour cette Europe abominable et ça dans tous les pays car ils payeront  ! Vivement que cette Europe qui est a vomir tombe par le soulèvement des peuples car il ne reste plus autre chose pour chasser cette élite financière qui s’acroche au pouvoir ! Vive l’Europe des peuples !


  • Walid Haïdar 13 février 2012 15:33
    En parlant de grosse ficelle...

    Lénine avait prédit que les capitalistes nous vendront la corde pour les pendre. Mais il a oublié de préciser qu’ils la vendront à crédit.

  • jaja jaja 13 février 2012 16:18

    Le peuple grec doit refuser de payer la dette et exproprier les banquiers... Passé un certain seuil de répression et de misère seule la lutte armée et la Révolution peuvent venir à bout de l’oligarchie capitaliste et imposer par la force la volonté des travailleurs grecs....


  • Aldous Aldous 13 février 2012 16:21

    En discutant avec des Grecs j’ai appris qu’un échange entre les ministre des finances allemand (Wolfgang Schäuble) et portugais (Vitor Gaspar) enregistré à leur insu avait aussi jeté de l’huile sur le feu en Grèce.

    On y entend les deux hommes deviser sur la possibilité pour l’Allemagne d’accepter que le programme d’austérité Portugais soit « ajusté » (comprendre adoucir)

    Schäuble : Si en fin de compte nous devions faire des ajustement au programme, une fois que des décisions décisives pour la Grèce... ce qui est essentiel... mais ensuite, si c’est nécessaire, un ajustement du programme portugais serait préparé. "

    Gaspar : Merci beaucoup.

    Schäuble : De rien. C’est parce qu’en Allemagne, les parlementaires et l’opinion ne prennent pas nos décisions au sérieux, ne croient pas dans nos décision à propos de la Grèce.

    Gaspar :  Nous avons fait de progrès substantiels dans le contexte Européen.

    Schäuble : Oui, vous avez fait des progrès.

    Gaspar : Oui, nous en avons fait. Et maintenant il nous faut travailler...

    http://www.youtube.com/watch?v=R9gKfOJpk6I

    L’échange a convaincu les Grecs que la dureté du plan d’austérité n’avait pour but que de convaincre les Allemands de voter le MES et non d’aider la Grèce.


  • corse2a corse2a 13 février 2012 16:27

    aldous, c’est mieux de vivre l’actualité par des gens au coeur de l’action !. cela fait maintenant quelques mois que je suis cette inéxorable dérive vers la révolte et la violence, qui sont justifiées, tout aussi violent que la mise en place de leurs différents plans de rigueur à vomir qui ne sortiront bien évidemment pas la grèce de la crise. 


    j’ai de la peine quand je vois ce pays être expérimenté comme un véritable laboratoire ultra -liberaliste et je pense de suite au documentaire de Naomi Klein ’’la stratégie du choc", qui dans ce contexte prend tout son sens.



    j’apporte mon soutien tout entier, à vous peuple grec, ne baisser pas les bras, n’oubliez pas que vous êtes le berceau de la démocratie. REVOLTEZ VOUS.

  • Defrance Defrance 13 février 2012 16:32

          Bonjour Aldous, 

            Bizarrement je n’ai pas entendu dire : Appelez moi Sarközy le Grec ????

      Une boutade bien sur et je lui conseille de faire un voyage présidentiel chez ses ancetres, des demain !


    • Aldous Aldous 13 février 2012 17:21

      Il peu venir à Thessalonique sur les traces de ses aieux quand il veut, mais ca va lui faire un choc, c’est pas Neuilly !


  • LE CHAT LE CHAT 13 février 2012 16:32

    si avec ça , l’ambassade d’Allemagne à Athènes ne flambe pas ................

    va t on bientôt exiger un suicide collectif ? Va t on leur arracher leurs dents en or ?


    • Nestor 13 février 2012 17:21

      Salut Le Chat ...

      C’est dingue quant même t’imagines les banques ont maintenant plus de pouvoir qu’un État et l’Allemagne dicte les autres pays ... Pffffffffffffff ...

      De toute Façon les Grecs ils n’ont plus rien à perdre et surtout rien à gagner dans ce plan d’austérité barbare et macabre.

      Ils n’ont plus qu’à tout faire péter histoire de montrer la voie ...

      C’est maintenant qu’il faut que les pourritures comprennent qu’ils ont été trop loin et que ça va chier, tout ces profiteurs sans foi, banquiers, actionnaires et autres vampires doivent comprendre qu’ils peuvent se carrer leur remboursement dans le cul ... Ils ont assez gagné comme ça et ont assez mi de gens dans la désolation ...

      L’heure n’est pas aux larmes, mais aux armes !

      À c’est beau le capitalisme ...

      Ça rejoint un peu ce que je te disais l’autre jour, les beaux parleurs nous parlent de démocratie et nous disent c’est pas bien de dire ça ou de faire ça, mais ils sont prêts à faire crever tout un peuple de faim ...


    • Aldous Aldous 13 février 2012 17:35

      C’est pas si simple.


      Papademos tiens les gens en leur faisant un chantage à la dignité :

      Si on fait faillite dit-il, les autres européens nous jèterons de l’Euro, et puis de l’UE et on passera du rang de pays membre à celui pays périphérique presque du tire monde.

      C’est fout ce qu’on arrive à faire avaler comme couleuvres aux gens quand on réussi à les persuader que leur fierté réside ailleurs que dans ce qu’ils sont.

      Les 199 députés ont voté la capitulation de leur souveraineté en échange d’une patente certifiant qu’ils sont bien d’authentiques européens certifiés AOC par l’eurogroup.

      Pathétique.


    • Nestor 13 février 2012 22:21

      Salut Aldous ...

      "C’est fout ce qu’on arrive à faire avaler comme couleuvres aux gens quand on réussi à les persuader que leur fierté réside ailleurs que dans ce qu’ils sont. Pathétique."

      Lavage de crâne ...

      Le problème c’est quand les peuples en ont marre d’avaler mais plus ça avance dans leur sens et plus ils (les vampires) veulent nous en faire avaler des couleuvres, ou plutôt des vipères aspic et autres.

      Ben toutes choses à une fin, même la faim !

       


    • LE CHAT LE CHAT 14 février 2012 09:31

      Salut Nestor ,
      quand j’ai vu Merkel et Juppé tout a faits satisfaits d’avoir saigné la Grèce à blanc , j’avais envie de sortir le lance flammes hier soir .................... Heil Europa !


    • miha 14 février 2012 13:41

      L’Autriche demande à sortir de l’UE (?) :

      http://www.horizons-et-debats.ch/index.php?id=3112

      Ce serait le début de la fin de cette entité anti-peuples... si seulement...

       



  • Ruut Ruut 13 février 2012 16:54

    Pauvres grec.
    Ils devraient faire comme l’Islande


  • chapoutier 13 février 2012 16:57

     la commission européenne vient de condamné les violences « inacceptables » qui ont eu lieu à Athènes.

    Mais pour qui se prennent-ils ces maffieux de la commissions européenne ?


  • Michel Koutouzis Michel Koutouzis 13 février 2012 17:11

    Cher Aldus, merci pour cet article de qualité et de sang froid, malgré les risques d’inflammation dus à l’action. Je profite pour te dire que oui, j’ai le texte et il suffirait que tu envoies au mail de mon site une adresse éléctronique si tu le veux toujours. Amitiés.



    • Aldous Aldous 13 février 2012 17:26

      Merci Michel.


      Stilto mou sto skoopidi at free telia fr se parakalw.

      Votre article sur le jour d’après est excellent également.


  • le journal de personne le journal de personne 13 février 2012 17:32

    Το όνομά μου είναι Ελένη ... είμαι Ελληνίδα ... Ελλάδα ...
    Πόσο παράξενη τρυφερότητα ;
    Η Πατρίδα μου γράφεται μόνο με κεφαλαία ΑΘΗΝΑ μητέρα, νονά !
    Αποφάσισα στο μάτι της κάμερας, να τερματίσω την ζωή μου.
    Έλουσα με βενζίνη τον εαυτό μου θυσία στην πυρά !
    Επειδή δεν θέλω να την παραδώσω, για μια χούφτα ευρώ............. 

    Je m’appelle Hélène...

    http://www.lejournaldepersonne.com/2012/02/je-mapelle-helene/

    Je m’appelle Hélène…Je suis grecque… la Grèce… quelle étrange tendresse ?
    Ma ville natale ne s’écrit plus en lettres capitales
    ATHÈNES mère, marraine !
    J’ai décidé sous l’œil de cette caméra
    De mettre fin à mes jours
    De m’arroser d’essence et de m’immoler par le feu
    Parce que je n’ai pas envie de te céder
    Pour une poignée d’euros
    Ni de concéder une goutte d’hydrogène et deux gouttes d’oxygène pour combler un trou que l’Europe a creusé pour nous abuser toutes les deux.
    Athènes, mère, marraine !
    Je n’ai pas envie que tu meures
    Je n’ai pas envie qu’on t’assiste
    Pour respirer, manger ou bouger
    Je n’ai pas envie de te confier à un tiers
    Ni te mettre entre les mains de quelques pervers europhiles… des financiers déguisés en justiciers pour te sous-traiter comme une vulgaire marchandise avant de te retirer tes organes vitaux et te vider de ton sang et jeter tes mémoires dans les poubelles de l’histoire…
    Pour eux, ta vie ne vaut pas un euro
    Et un euro qu’est-ce que ça vaut ?


  • FRIDA FRIDA 13 février 2012 18:36

    @Aldous

    Merci pour votre article et vos commentaires, cela nous change de nos médias. Ils font la rétention d’information.

    Dire que des députés ont été radiés de leur parti parce qu’ils ont voté contre ce plan de la honte.
    J’ai entendu que deux autres députés ont été refoulés du parlement.

    et dire que Guéant parle de civilisation, alors que la finance est en train de saboter la civilisation grecque plus que millénaire.
    J’ai entendu que les politiques sont en train de penser à reporter les élections dans deux ans, c’est le contraire de ce que racontent nos médias
    http://www.youtube.com/watch?v=K9bFthQzkr8


    • Aldous Aldous 13 février 2012 19:18

      Merci pour le lien frida


      Oui c’est l’interdiction d’entrer opposée aux députés Mikis Theodorakis et Manolis Glesos qui a déclenché les violences.

      Theodorakis est le compositeur des hymnes de la résistance grecque et Glezos est le premier résistant connu à Hitler, il a descendu le drapeau nazi de l’acropole en 1941.

      Leur refuser l’accès au parlement est un scandale historique.


Réagir