mardi 22 janvier - par PRCF

Traité d’Aix la Chapelle Danger ! Macron détruit la France dans l’Europe Allemande

Pour que chacun puisse constater la dangerosité et la malfaisance du Traité que et sa cheftaine s’apprêtent à signer à Aix-La-Chapelle, nous publions le texte intégral du Traité.

Notons que celui-ci sera signé le 22 janvier et que c’est seulement une semaine avant sa signature qu’il est publié et mis à la disposition des citoyennes et citoyens concernés. Une façon de procéder annonçant certainement le mode de fonctionnement du « Grand débat national », au cours duquel les citoyens sont invités à « débattre » d’un nombre de sujets scrupuleusement choisis et limités par le monarque… Démocratie dites-vous ?

Notons que les parlements nationaux, et d’abord notre Assemblée, Nationale ne débattront pas du Traité qui sera discuté au parlement européen, comme ce fut déjà le cas pour le CETA et comme cela est désormais le cas pour tous les accords de libre-échange (ALE) signés par la Commission européenne.

Démocratie dites-vous ?

Un Traité pour “faire du couple franco-allemand un véritable laboratoire de l’intégration européenne” nous annonce Les Echos. Cela quand les peuples d’Europe affirment de façon de plus en plus forte leur volonté de préserver leur souveraineté.

Démocratie dites-vous ?

Mais rassurons nous, une Assemblée parlementaire franco-allemande verra le jour début février, composée de 100 élus – 50 Allemands et 50 Français représentatifs des forces politiques. «  Elle aura pour rôle de veiller à la bonne exécution des décisions du conseil des ministres franco-allemand et de porter dans les Parlements nationaux les lois utiles à une meilleure coopération entre les deux pays » explique Sabine Thillaye, présidente macroniste de la Commission des Affaires européennes à l’Assemblée nationale.

Quand on sait que ce sont Richard Ferrand, président macroniste de l’AN, et son homologue allemand le sinistre Wolfgang Schäuble, qui désigneront les députés de cette Assemblée germano-française, on imagine que les intérêts des milliardaires des deux côtés du Rhin pourront s’épanouir avec volupté.

Et quelle claque pour la souveraineté des peuples français et allemand.

Démocratie dites-vous ?

Un Traité qui confirme la soumission à l’OTAN et donc aux Etats-Unis puisque le traité souligne que les deux Etats “s’engagent à renforcer la capacité d’action de l’Europe et à investir conjointement pour combler ses lacunes capacitaires, renforçant ainsi l’Union européenne et l’Alliance nord-atlantique”.

Démocratie dites-vous ?

Le Traité d’Aix-La-Chapelle – lieu hautement symbolique pour créer un nouveau grand Empire carolingien ! – est une étape gravissime de la destruction de la République, de son indépendance, de la souveraineté populaire, de ses conquêtes sociales.

Il est urgent que le monde du travail prenne la tête d’un nouveau Conseil National de la Résistance contre l’UE, nouvel empire supranational du grand capital, et que se constitue un Front populaire pour une alternative patriotique et de gauche.

Commission internationale du PRCF 17/01/2019

https://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/traite-daix-la-chapelle-danger-macron-detruit-la-france-dans-leurope-allemande/


Signez la pétition contre l’armée européenne

Les texte intégral du traité de l’Elysée

22 janvier 2019

Traité entre la République française et la République fédérale d’Allemagne sur la coopération et l’intégration franco-allemandes

La République française et la République fédérale d’Allemagne,

Reconnaissant le succès historique de la réconciliation entre les peuples français et allemand à laquelle le Traité du 22 janvier 1963 entre la République française et la République fédérale d’Allemagne sur la coopération franco-allemande a apporté une contribution exceptionnelle et dont est né un réseau sans précédent de relations bilatérales entre leurs sociétés civiles et leurs pouvoirs publics à tous les niveaux,

Convaincues que le temps est venu d’élever leurs relations bilatérales à un niveau supérieur et de se préparer aux défis auxquels les deux États et l’Europe sont confrontés au XXIe siècle, et souhaitant faire converger leurs économies et leurs modèles sociaux, favoriser la diversité culturelle et rapprocher leurs sociétés et leurs citoyens,

Convaincues que l’amitié étroite entre la France et l’Allemagne a été déterminante et demeure un élément indispensable d’une Union européenne unie, efficace, souveraine et forte,

Attachées à approfondir leur coopération en matière de politique européenne afin de favoriser l’unité, l’efficacité et la cohésion de l’Europe, tout en maintenant cette coopération ouverte à tous les États membres de l’Union européenne,

Attachées aux principes fondateurs, droits, libertés et valeurs de l’Union européenne, qui défendent l’État de droit partout dans l’Union européenne et le promeuvent à l’extérieur,

Attachées à œuvrer en vue d’une convergence sociale et économique ascendante au sein de l’Union européenne, à renforcer la solidarité mutuelle et à favoriser l’amélioration constante des conditions de vie et de travail conformément aux principes du socle européen des droits sociaux, notamment en accordant une attention particulière à l’autonomisation des femmes et à l’égalité des sexes,

Réaffirmant l’engagement de l’Union européenne en faveur d’un marché mondial ouvert, équitable et fondé sur des règles, dont l’accès repose sur la réciprocité et la non-discrimination et qui est régi par des normes environnementales et sociales élevées,

Conscientes de leurs droits et obligations en vertu de la Charte des Nations Unies,

Fermement attachées à un ordre international fondé sur des règles et sur le multilatéralisme, dont les Nations Unies constituent l’élément central,

Convaincues que la prospérité et la sécurité ne pourront être assurées qu’en agissant d’urgence afin de protéger le climat et de préserver la biodiversité et les écosystèmes,

Agissant conformément à leurs règles constitutionnelles et juridiques nationales respectives et dans le cadre juridique de l’Union européenne,

Reconnaissant le rôle fondamental de la coopération décentralisée des communes, des départements, des régions, des Länder, du Sénat et du Bundesrat, ainsi que celui de la coopération entre le Plénipotentiaire de la République fédérale d’Allemagne chargé des Affaires culturelles dans le cadre du Traité sur la coopération franco-allemande et les ministres français compétents,

Reconnaissant le rôle essentiel de la coopération entre l’Assemblée nationale et le Bundestag, en particulier dans le cadre d’un accord interparlementaire, qui constitue une dimension importante des liens étroits entre les deux pays,

Sont convenues de ce qui suit :

 

Chapitre premier

Affaires européennes

Article 1er

Les deux États approfondissent leur coopération en matière de politique européenne. Ils agissent en faveur d’une politique étrangère et de sécurité commune efficace et forte, et renforcent et approfondissent l’Union économique et monétaire. Ils s’efforcent de mener à bien l’achèvement du Marché unique et s’emploient à bâtir une Union compétitive, reposant sur une base industrielle forte, qui serve de base à la prospérité, promouvant la convergence économique, fiscale et sociale ainsi que la durabilité dans toutes ses dimensions.

Article 2

Les deux États se consultent régulièrement à tous les niveaux avant les grandes échéances européennes, en cherchant à établir des positions communes et à convenir de prises de parole coordonnées de leurs ministres. Ils se coordonnent sur la transposition du droit européen dans leur droit national.

 

Chapitre 2

Paix, sécurité et développement

Article 3

Les deux États approfondissent leur coopération en matière de politique étrangère, de défense, de sécurité extérieure et intérieure et de développement tout en s’efforçant de renforcer la capacité d’action autonome de l’Europe. Ils se consultent afin de définir des positions communes sur toute décision importante touchant leurs intérêts communs et d’agir conjointement dans tous les cas où ce sera possible.

Article 4

(1) Du fait des engagements qui les lient en vertu de l’article 5 du Traité de l’Atlantique Nord du 4 avril 1949 et de l’article 42, paragraphe 7, du Traité sur l’Union européenne du 7 février 1992, modifié par le Traité de Lisbonne du 13 décembre 2007 modifiant le Traité sur l’Union européenne et le Traité instituant la Communauté européenne, les deux États, convaincus du caractère indissociable de leurs intérêts de sécurité, font converger de plus en plus leurs objectifs et politiques de sécurité et de défense, renforçant par là-même les systèmes de sécurité collective dont ils font partie. Ils se prêtent aide et assistance par tous les moyens dont ils disposent, y compris la force armée, en cas d’agression armée contre leurs territoires. Le champ d’application territorial de la deuxième phrase du présent paragraphe correspond à celui de l’article 42, paragraphe 7, du Traité sur l’Union européenne.

(2) Les deux États agissent conjointement dans tous les cas où ce sera possible, conformément à leurs règles nationales respectives, en vue de maintenir la paix et la sécurité. Ils continuent de développer l’efficacité, la cohérence et la crédibilité de l’Europe dans le domaine militaire. Ce faisant, ils s’engagent à renforcer la capacité d’action de l’Europe et à investir conjointement pour combler ses lacunes capacitaires, renforçant ainsi l’Union européenne et l’Alliance nord-atlantique.

(3) Les deux États s’engagent à renforcer encore la coopération entre leurs forces armées en vue d’instaurer une culture commune et d’opérer des déploiements conjoints. Ils intensifient l’élaboration de programmes de défense communs et leur élargissement à des partenaires. Ce faisant, ils entendent favoriser la compétitivité et la consolidation de la base industrielle et technologique de défense européenne. Ils sont en faveur de la coopération la plus étroite possible entre leurs industries de défense, sur la base de leur confiance mutuelle. Les deux États élaboreront une approche commune en matière d’exportation d’armements en ce qui concerne les projets conjoints.

(4) Les deux États instituent le Conseil franco-allemand de défense et de sécurité comme organe politique de pilotage de ces engagements réciproques. Ce Conseil se réunira au plus haut niveau à intervalles réguliers.

Article 5

Les deux États étendent la coopération entre leurs ministères des affaires étrangères, y compris leurs missions diplomatiques et consulaires. Ils procéderont à des échanges de personnels de haut rang. Ils établiront des échanges au sein de leurs représentations permanentes auprès des Nations Unies à New York, en particulier entre leurs équipes du Conseil de sécurité, leurs représentations permanentes auprès de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord et leurs représentations permanentes auprès de l’Union européenne, ainsi qu’entre les organismes des deux États chargés de coordonner l’action européenne.

Article 6

Dans le domaine de la sécurité intérieure, les gouvernements des deux États renforcent encore leur coopération bilatérale en matière de lutte contre le terrorisme et la criminalité organisée, ainsi que leur coopération dans le domaine judiciaire et en matière de renseignement et de police. Ils mettent en œuvre des mesures communes de formation et de déploiement et créent une unité commune en vue d’opérations de stabilisation dans des pays tiers.

Article 7

Les deux États s’engagent à établir un partenariat de plus en plus étroit entre l’Europe et l’Afrique en renforçant leur coopération en matière de développement du secteur privé, d’intégration régionale, d’enseignement et de formation professionnelle, d’égalité des sexes et d’autonomisation des femmes, dans le but d’améliorer les perspectives socio-économiques, la viabilité, la bonne gouvernance ainsi que la prévention des conflits, la résolution des crises, notamment dans le cadre du maintien de la paix, et la gestion des situations d’après-conflit. Les deux États instituent un dialogue annuel au niveau politique en matière de politique internationale de développement afin d’intensifier la coordination de la planification et de la mise en œuvre de leurs politiques.

Article 8

(1) Dans le cadre de la Charte des Nations Unies, les deux États coopéreront étroitement au sein de tous les organes de l’Organisation des Nations Unies. Ils coordonneront étroitement leurs positions, dans le cadre d’un effort plus large de concertation entre les États membres de l’Union européenne siégeant au Conseil de sécurité des Nations Unies et dans le respect des positions et des intérêts de l’Union européenne. Ils agiront de concert afin de promouvoir aux Nations Unies les positions et les engagements de l’Union européenne face aux défis et menaces de portée mondiale. Ils mettront tout en œuvre pour aboutir à une position unifiée de l’Union européenne au sein des organes appropriés des Nations Unies.

(2) Les deux États s’engagent à poursuivre leurs efforts pour mener à terme des négociations intergouvernementales concernant la réforme du Conseil de sécurité des Nations Unies. L’admission de la République fédérale d’Allemagne en tant que membre permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies est une priorité de la diplomatie franco-allemande.

 

Chapitre 3

Culture, enseignement, recherche et mobilité

 

Article 9

Les deux États reconnaissent le rôle décisif que jouent la culture et les médias dans le renforcement de l’amitié franco-allemande. En conséquence, ils sont résolus à créer pour leurs peuples un espace partagé de liberté et de possibilités, ainsi qu’un espace culturel et médiatique commun. Ils développent la mobilité et les programmes d’échanges entre leurs pays, en particulier à l’intention des jeunes dans le cadre de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse, et définissent des objectifs chiffrés dans ces domaines. Afin de favoriser des liens toujours plus étroits dans tous les domaines de l’expression culturelle, notamment au moyen d’instituts culturels intégrés, ils mettent en place des programmes spécifiques et une plate-forme numérique destinés en particulier aux jeunes.

Article 10

Les deux États rapprochent leurs systèmes éducatifs grâce au développement de l’apprentissage mutuel de la langue de l’autre, à l’adoption, conformément à leur organisation constitutionnelle, de stratégies visant à accroître le nombre d’élèves étudiant la langue du partenaire, à une action en faveur de la reconnaissance mutuelle des diplômes et à la mise en place d’outils d’excellence franco-allemands pour la recherche, la formation et l’enseignement professionnels, ainsi que de doubles programmes franco-allemands intégrés relevant de l’enseignement supérieur.

Article 11

Les deux États favorisent la mise en réseau de leurs systèmes d’enseignement et de recherche ainsi que de leurs structures de financement. Ils poursuivent le développement de l’Université franco-allemande et encouragent les universités françaises et allemandes à participer à des réseaux d’universités européennes.

Article 12

Les deux États instituent un Fonds citoyen commun destiné à encourager et à soutenir les initiatives de citoyens et les jumelages entre villes dans le but de rapprocher encore leurs deux peuples.

 

Chapitre 4

Coopération régionale et transfrontalière

 

Article 13

(1) Les deux États reconnaissent l’importance que revêt la coopération transfrontalière entre la République française et la République fédérale d’Allemagne pour resserrer les liens entre les citoyens et les entreprises de part et d’autre de la frontière, notamment le rôle essentiel des collectivités territoriales et autres acteurs locaux à cet égard. Ils entendent faciliter l’élimination des obstacles dans les territoires frontaliers afin de mettre en œuvre des projets transfrontaliers et de faciliter la vie quotidienne des habitants de ces territoires.

(2) À cet effet, dans le respect des règles constitutionnelles respectives des deux États et dans les limites du droit de l’Union européenne, les deux États dotent les collectivités territoriales des territoires frontaliers et les entités transfrontalières comme les eurodistricts de compétences appropriées, de ressources dédiées et de procédures accélérées permettant de surmonter les obstacles à la réalisation de projets transfrontaliers, en particulier dans les domaines économique, social, environnemental, sanitaire, énergétique et des transports. Si aucun autre moyen ne leur permet de surmonter ces obstacles, des dispositions juridiques et administratives adaptées, notamment des dérogations, peuvent également être accordées. Dans ce cas, il revient aux deux États d’adopter la législation appropriée.

(3) Les deux États demeurent attachés à la préservation de normes strictes dans les domaines du droit du travail, de la protection sociale, de la santé et de la sécurité, ainsi que de la protection de l’environnement.

Article 14

Les deux États instituent un comité de coopération transfrontalière comprenant des parties prenantes telles que l’État et les collectivités territoriales, les parlements et les entités transfrontalières comme les eurodistricts et, en cas de nécessité, les eurorégions intéressées. Ce comité est chargé de coordonner tous les aspects de l’observation territoriale transfrontalière entre la République française et la République fédérale d’Allemagne, de définir une stratégie commune de choix de projets prioritaires, d’assurer le suivi des difficultés rencontrées dans les territoires frontaliers et d’émettre des propositions en vue d’y remédier, ainsi que d’analyser l’incidence de la législation nouvelle sur les territoires frontaliers.

Article 15

Les deux États sont attachés à l’objectif du bilinguisme dans les territoires frontaliers et accordent leur soutien aux collectivités frontalières afin d’élaborer et de mettre en œuvre des stratégies appropriées.

Article 16

Les deux États faciliteront la mobilité transfrontalière en améliorant l’interconnexion des réseaux numériques et physiques entre eux, notamment les liaisons ferroviaires et routières. Ils agiront en étroite collaboration dans le domaine de la mobilité innovante, durable et accessible à tous afin d’élaborer des approches ou des normes communes aux deux États.

Article 17

Les deux États encouragent la coopération décentralisée entre les collectivités des territoires non frontaliers. Ils s’engagent à soutenir les initiatives lancées par ces collectivités qui sont mises en œuvre dans ces territoires.

 

Chapitre 5

Développement durable, climat, environnement et affaires économiques

 

Article 18

Les deux États s’emploient à renforcer le processus de mise en œuvre des instruments multilatéraux relatifs au développement durable, à la santé mondiale et à la protection de l’environnement et du climat, en particulier l’Accord de Paris du 12 décembre 2015 et le Programme de développement durable à l’horizon 2030 des Nations Unies. À cet effet, ils agissent en rapport étroit afin de formuler des approches et des politiques communes, notamment en mettant en place des dispositifs en vue de la transformation de leurs économies et en favorisant des actions ambitieuses de lutte contre les changements climatiques. Ils garantissent l’intégration de la protection du climat dans toutes les politiques, notamment par des échanges transversaux réguliers entre les gouvernements dans des secteurs clés.

Article 19

Les deux États feront progresser la transition énergétique dans tous les secteurs appropriés et, à cet effet, développent leur coopération et renforcent le cadre institutionnel de financement, d’élaboration et de mise en œuvre de projets conjoints, en particulier dans les domaines des infrastructures, des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique.

Article 20

(1) Les deux États approfondissent l’intégration de leurs économies afin d’instituer une zone économique franco-allemande dotée de règles communes. Le Conseil économique et financier franco-allemand favorise l’harmonisation bilatérale de leurs législations, notamment dans le domaine du droit des affaires, et coordonne de façon régulière les politiques économiques entre la République française et la République fédérale d’Allemagne afin de favoriser la convergence entre les deux États et d’améliorer la compétitivité de leurs économies.

(2) Les deux États instituent un « Conseil franco-allemand d’experts économiques » composé de dix experts indépendants afin de présenter aux deux gouvernements des recommandations sur leur action économique.

Article 21

Les deux États intensifient leur coopération dans le domaine de la recherche et de la transformation numérique, notamment en matière d’intelligence artificielle et d’innovations de rupture. Ils promouvront à l’échelle internationale des directives sur l’éthique des technologies nouvelles. Ils mettent en place, afin de promouvoir l’innovation, des initiatives franco-allemandes qui sont ouvertes à la coopération au niveau européen. Les deux États mettront en place un processus de coordination et un financement commun afin de soutenir des programmes conjoints de recherche et d’innovation.

Article 22

Les parties prenantes et les acteurs intéressés des deux États sont réunis au sein d’un Forum pour l’avenir franco-allemand afin de travailler sur les processus de transformation de leurs sociétés.

 

Chapitre 6

Organisation

 

Article 23

Des réunions entre les gouvernements des deux États ont lieu au moins une fois par an, alternativement en République française et en République fédérale d’Allemagne. Après l’entrée en vigueur du présent Traité, le Conseil des ministres franco-allemand adopte un programme pluriannuel de projets de coopération franco-allemande. Les secrétaires généraux pour la coopération franco-allemande chargés de préparer ces réunions assurent le suivi de la mise en œuvre de ce programme et en font rapport au Conseil des ministres.

Article 24

Un membre du gouvernement d’un des deux États prend part, une fois par trimestre au moins et en alternance, au conseil des ministres de l’autre État.

Article 25

Les conseils, structures et instruments de la coopération franco-allemande font l’objet d’un examen périodique et sont, en cas de nécessité, adaptés sans retard aux objectifs fixés d’un commun accord. Le premier de ces examens devrait avoir lieu dans les six mois suivant l’entrée en vigueur du présent Traité et proposer les adaptations nécessaires. Les secrétaires généraux pour la coopération franco-allemande évaluent régulièrement les progrès accomplis. Ils informent les parlements et le Conseil des ministres franco-allemand de l’état général d’avancement de la coopération franco-allemande.

Article 26

Des représentants des régions et des Länder, ainsi que du comité de coopération transfrontalière, peuvent être invités à participer au Conseil des ministres franco-allemand.

 

Chapitre 7

Dispositions finales

 

Article 27

Le présent Traité complète le Traité du 22 janvier 1963 entre la République française et la République fédérale d’Allemagne sur la coopération franco-allemande au sens du paragraphe 4 des Dispositions finales de ce Traité.

Article 28

Les deux États s’informent mutuellement, par la voie diplomatique, de l’accomplissement des procédures nationales requises pour l’entrée en vigueur du présent Traité. Le présent Traité entre en vigueur à la date de réception de la dernière notification.



38 réactions


  • zygzornifle zygzornifle 22 janvier 12:56

    Macron est l’esclave de Merkel ....


    • Croa Croa 22 janvier 19:13

      À zygzornifle,
      Brigitte l’a déniaisé. Maintenant elle a de la belle vaisselle et de la moquette partout. L’Emmanuel n’importe qui se le tape. Ça offre des privilèges étonnants. Alexandre, Angela... Mais combien d’autres ?  smiley


    • Paul Leleu 22 janvier 19:24

      @zygzornifle

      et que proposez vous ? D’aller mourir pour Dantzig comme en 40 ? D’aller rejouer Verdun pour que les fauteurs de guerre anglo-américains viennent établir leur empire sur nos morts ???

      C’est bien de dénoncer l’Allemagne... mais notre ennemi héréditaire et perfide, c’est l’Angleterre (et les USA). L’Histoire le démontre bien assez...

      en 1914, les Anglais ont tout fait pour que la France et l’Allemagne se mettent sur la gueule... et eux, récupérer la mise... rebelotte à la guerre suivante... faudrait un peu ouvrir les yeux aussi.

      Au temps des rois, comme au temps de la Révolution et de l’Empire, nos ennemis les plus acharnés furent et demeurent les Anglais... ça, c’est l’Histoire de France.


    • Jonas Jonas 23 janvier 01:05

      @zygzornifle « Macron est l’esclave de Merkel .... »

      En mai 1941 à Paris au grand Palais, les nazis ont collaboré à la préparation du projet politique d’une Europe sociale sans frontières, "la France européenne« , contre »l’Europe cloisonnée des démocraties inefficaces".

      Hitler déclarait dans son discours au Grandsportplatz de Berlin que « l’année 1941 sera l’année historique du grand regroupement de l’Europe » .

      Macron prépare le retour vers le IIIème Reich, une Europe sans frontières contrôlée par l’Allemagne !


    • zygzornifle zygzornifle 23 janvier 11:40

      @Paul Leleu

       Je n’ai rien contre les Allemands mais contre la politique de l’UE relayée par Merkel le tout soutenu par les lobbys.
      L’UE c’est comme un lierre au pied d’un arbre , ça s’enroule autour et ça fini par l’étouffer ...


  • Durand Durand 22 janvier 14:31

    .

    Le Reich déclare férié le 22 Janvier et instaure la Fête de l’enculage du peuple Français !

    .


    • Paul Leleu 22 janvier 19:28

      @Durand

      mourir pour Dantzig ? Rejouer Verdun ?

      pour quoi ?

      Pour permettre à nos maîtres de la Banque Anglo-Américaine d’établir leur Empire sur nos morts ?

      Combien de morts Anglo-Américains aux 2 guerres mondiales, par rapport aux français, aux allemands et aux russes ??? Dites-voir...

      et vous saurez le secret de l’Histoire.


  • Esprit Critique 22 janvier 16:51

    Macron est un véritable U-Boot Rescapé du troisième Reich !


    • Paul Leleu 22 janvier 19:30

      @Esprit Critique

      Macron est peut-être pour la 1ère fois en train de nous faire sortir de l’orbite de l’Angleterre (+USA) depuis 1815...

      vous en avez pas marre de voir mourrir les français, les allemands et les russes par dizaines de millions dans des guerres stupides, juste pour permettre à l’Empire anglo-américain de nous dominer ?

      Si la France et l’Allemagne scellent une alliance, en vue de s’ouvrir à l’Est comme le promeur Merkel, alors c’est la fin de l’OTAN... les anglo-américains et leurs banquiers seront enfin matés...


    • Pere Plexe Pere Plexe 22 janvier 20:11

      @Paul Leleu
      L’Allemagne est tout autant que le RU inféodée aux USA.
      Qu’elle espionne pour le compte de la NSA n’est pas anodin
      Les divergences circonstancielles sur North stream 2 et autres chamailleries n’y change rien.
      Etre intimement lié à l’Allemagne c’est l’être à l’empire. 


    • Paul Leleu 22 janvier 20:20

      @Pere Plexe

      Le choix énergétique allemand n’est pas une « chamaillerie »... c’est un choix géostratégique pour les prochaines décennies... comme si l’accord américano-saoudien de 1942 (sur le pétrole) était une « chamaillerie »... Nord-Streem 2 contourne d’ailleurs l’Ukraine américaine, ce qui dit tout...

      L’Allemagne est en outre le point d’arrivée terrestre de la Nouvelle Route de la Soie (à Duisbourg)... car la Chine est devenu le 1er partenaire de l’Allemagne...

      je pense pour ma part que la « créature UE » est en train d’échapper au « créateur US »... vers un axe paris-berlin-moscou-pékin évoqué par Villepin....

      Emmanuel Todd (qui tire des conséquences inverses pro-anglaises) partage ce même diagnostique... comme quoi, ça prête à réfléchir...


    • Esprit Critique 23 janvier 00:27

      @Paul Leleu
      Vous êtes au courant que l’armée américaine est toujours basée en Allemagne ?
      Vous semblez un peu attardé au niveau infos.
      À la Queue-Leleu en en quelques sortes.


    • Paul Leleu 23 janvier 10:52

      @Esprit Critique

      élément de réflexion : la Chine va dvenir gestionnaire du port de Haïfa en Israël à partir de 2021 (accord signé en 2015), qui servira de débouché à la Route de la Soie en Méditerrannée...

      La 6ème Flotte Américaine pourrait être contrainte de partir... de quitter Israël.... !!!

      je veux juste amener la réflexion sur les évolutions en cours... personne n’aurait pu imaginer que la Chine s’implante de manière stratégique en Israël, qui est au coeur du bloc étasunien... donc ça peut faire réfléchir... c’est tout ce que je dis...

      https://fr.sputniknews.com/international/201812161039327172-port-haifa-chine-flotte-us/

      https://fr.timesofisrael.com/israel-a-t-il-fait-une-erreur-en-donnant-la-gestion-du-port-de-haifa-a-la-chine/


  • Balkanicus 22 janvier 18:50

    Quelqu un sait comment on dit « on l a dans le cul « en allemand ?


    • Paul Leleu 22 janvier 19:26

      @Balkanicus

      si nous vivions dans un « reich », vous sauriez parler Allemand... c’est la démonstration que nous vivons dans un Empire anglo-américain... et les anglo-américains ont les boules que l’Europe leur échappe...

      l’Alliance de la France et de l’Allemagne mettrait par-terre l’OTAN et l’Empire Dollar... réfléchissez à ça 2 minutes...


    • Balkanicus 22 janvier 20:15

      @Paul Leleu

      Un traite ne se signe pas sans l avis du peuple, sans debat, en catimini.... si cela ne vous derange pas .... tant mieux pour vous....


    • Pere Plexe Pere Plexe 22 janvier 20:23

      @Paul Leleu
      Macron sortir de l’OTAN ?
      Vous rêvez !
      Les gesticulations du petit Manu n’ont pas pour but de créer une armée digne de se nom. Elle est de trouver des débouchés à notre industrie d’armement qui rame sérieusement ayant trahi sur ordre la Russie et souvent en concurrence déloyale avec les USA.


    • Paul Leleu 22 janvier 20:27

      @Balkanicus

      De Gaulle n’a pas fait de « referundum » en 1940 pour s’autoproclamer (à Londres !) le chef de la France libre, et pour ainsi dire « la France elle-même »... et pour cause... les français auraient alors voté pour Pétain !!! (A Londres, il était d’ailleurs venu proposer une « fusion franco-anglaise » !!! comme quoi...)

      les américains ne nous ont rien demandé pour nous asservir après 1918, et plus encore après 1945... ils ont lavé nos cerveaux avec leur industrie du divertissement pour que nous soyons « contents d’être soumis »... Pour un vote libre, il faudrait déjà un peuple libre... les français n’arrivent même pas à élire un président potable ni à choisir leur programme télé...

      ce monde est en train de se fissurer... 25 ans après la fin du bloc de l’est, le « monde libre » est à son tour en train d’exploser... après, moi, je fais juste participer au débat et apporter mes petites réflexions, dont chacun fait ce qu’il veut


    • Paul Leleu 22 janvier 20:31

      @Pere Plexe

      Emmanuel Todd (qui est pour l’alliance américaine) tient le même diagnotique que moi... regardez ses conférences récentes...

      il rappelle que la situation a totalement évolué depuis la réunification allemande, la fin de la guerre froide et l’Euro de Francfort... il affirme que la « créature UE » est en train d’échapper au « créateur US »...

      après, chacun se fera son avis...

      Mais il est vrai que l’Allemagne est devenu le point d’entrée du gaz russe (Nord-Streem 2) et le point d’arrivée terrestre de la Route de la Soie (Duisbourg)... la Chine et la Russie étant ses principaux partenaires...

      économiquement, l’Allemagne a déjà basculée... les alliances suivront...


    • Balkanicus 22 janvier 21:05

      @Paul Leleu

      Par contre, je trouve votre reflexion interessante

      D ailleur, c est peut etre l idee de ce traite....

      Quand a De Gaulle, c etait une autre epoque, les peuples etaient moin informer du fonctionnement du monde

      Alors, je pense qu il y aurait du avoir debat, la, un traite en catimini, le rend obsolete, quand bien meme il aurait receuillie l assentiment du peuple....

      Apres, d un point de vue personnel. La france aurait du obtenir depuis longtemps, tout un tas de derogation européennes, ne serait ce que sur la regle des 3% car elle investit dans la defense, et que par ce fait, elle participe a la paix de l europe et a la defense des interets economiques des autres pays.... un vigile, on le paye, il ne fait pas ca a l oeil ....


    • Paul Leleu 22 janvier 22:50

      @Balkanicus

      je vous remercie... évidement je ne suis pas dans le secret des dieux... comme tout un chacun je glane des infos et je réfléchis à ma petite échelle... mais c’est effectivement une possibilité...

      Historiquement, le « cycle atlantique » s’est ouvert au 15ème siècle. En 1458, les musulmans prennent Constantinople, et remontent à l’est par l’Asie-Centrale, mettant en danger l’unité chinoise. C’est la fermeture de la « Route de la Soie », qui était le grand « flux » du Monde (comme El Nino pour le Climat)... Les Occidentaux se mettent à chercher « la route occidentale des indes » avec Christophe Colomb, prenant de vitesse les chinois... Ils découvrent l’Amérique, et établissent à leur profit la nouvelle circulation planétaire par le maritime. En 2013, Xi Jin-Ping rétablit officiellement les « Nouvelles Routes de la Soie », par leurs anciens tracés (l’un terrestre par l’Eurasie, et l’autre maritime par l’Océan Indien). Comme un retour de « l’ancien vent du monde »...

      Ce qui est certain, c’est que les incidents sur le trajet de la Nouvelle Route de la Soie se multiplient comme par hasard : depuis 2013, on entend parler subitement Ouïgours dans le Xinjiang (route terrestre), ou des Rohingas en Birmanie (route maritime)... comme par hasard... par contre, les Tibétains qui ne jouent plus aucun rôle sur la « frontière indienne » sont subitement passés à la trappe !!!

      Allez, info pour méditer : Israël vient de confier à la Chine la gestion du Port de Haïfa, débouché de la Route de la Soie sur la Méditerranée via le Moyen-Orient... https://fr.timesofisrael.com/israel-a-t-il-fait-une-erreur-en-donnant-la-gestion-du-port-de-haifa-a-la-chine/ https://fr.sputniknews.com/international/201812161039327172-port-haifa-chine-flotte-us/


    • lloreen 23 janvier 11:41

      "Alors, je pense qu il y aurait du avoir debat, la, un traite en catimini, le rend obsolete, quand bien meme il aurait receuillie l assentiment du peuple....

      ".

      Il n’y a pas de traités en catimini puisque les populations en sont toujours informées...mais cela n’y change pas grand chose puisque les gens ne comprennent rien au véritable problème.

      Le problème de fond n’est pas que des dirigeants signent des actes commerciaux, ce que sont précisément ces traités et autres accords d’adhésion entre les différents prestataires de service gouvernementaux dans l’ultime objectif est la création d’une entité mondiale au sein de laquelle ils domineront et contrôleront totalement la planète.

      Ceux qui ne l’ont toujours pas compris seraient bien inspirés d’écouter la teneur de leurs discours...

      Morceaux choisis...

      https://www.youtube.com/watch?v=Rc7i0wCFf8g

      https://www.youtube.com/watch?v=hnIRVXIfNEo

      https://www.youtube.com/watch?v=v0AKdFpMk2E

      Leur faciès trahit d’ailleurs la noirceur de leurs intentions, celui de Macron en étant l’exemple actuel.

      https://www.youtube.com/watch?v=v0AKdFpMk2Eµ

      Cessez de vous cacher derrière votre petit doigt, les livres d’Histoire (au sens propre et figuré...) étalant la liste de leurs aventures entrepreneuriales.

      Le peuple n’existe pas.Pas plus que le reste, d’ailleurs.Ce ne sont que des créations intellectuelles des quelques-uns qui ont toujours dominé les autres parce qu’ils gardaient le savoir et programmaient ceux dont ils avaient besoin pour faire prospérer leurs intérêts.

      La seule question à se poser pour appliquer la solution au problème est de savoir si les individus sont souverains ou pas.

      A chacun de trouver sa propre réponse.

      Tant que les gens ne rechigneront pas à s’échanger des reconnaissances de dette et d’accepter de la monnaie de singe pour la rétribution de leurs compétences rien ne changera, la survivance du système babylonien actuel, drapé dans de nouveaux oripeaux et dissimulé sous de nouveaux acronymes en est la preuve concrète.


  • sylvain 22 janvier 19:01

    C’est l’idée de ne faire plus qu’un seul peuple . L’europe, si elle arrive à perdurer, va forcément aller vers là . Personnellement l’idée ne me déplait pas forcément, mais j’ai aucune confiance en ceux qui vont signer et appliquer ce traité .

    La création d’un peuple franco allemand passant forcément un peu par la destruction des identitées francaises et allemandes, ca semblerait aussi la moindre des choses de demander avant si ils sont d’accord . Ces décisions ne devraient pas se prendre sans un référendum et un vrai débat public

    Prendre ce genre de décisions alors qu’on lance « le grand débat », sans l’inclure dedans, c’est carrément ridicule


    • Croa Croa 22 janvier 19:24

      À sylvain,
      Tu sais lire ???? Vu que coté destruction de l’identité française c’est bien réel mais qu’y-t-il en face de concédé par Angela ?  RIEN
      Tu as raison il faudrait un débat public, mais ça ne te viendrais pas à l’idée que c’est fait exprès ?


    • Paul Leleu 22 janvier 19:36

      @sylvain

      regadez plutôt les faits de l’Histoire... la « destruction des identités françaises et allemandes » date de 1945, quand l’Empire Américain s’est imposé sur nos morts et nos ruines... (après qu’ils aient laissés les russes faire le gros de l’effort et des sacrifices).

      dans la réalité, la France et l’Allemagne avaient beaucoup plus d’échanges culturels au 19ème et au début du 20 ème siècle... et tout le monde si fichait éperdument de la « culture » anglo-américaine, qui n’a jamais existé...

      Macron est en train de nous sortir pour la première fois depuis 1815 du giron Anglais (+USA)... l’alliance continentale voulue par Napoléon... faut arrêter de résumer cela à Hitler et son racisme... c’est bien trop facile...

      les 2 guerres mondiales ont été fomentées par les anglo-américains, pour que les français, les allemands et les russes se massacrent et se détruisent... et ça a parfaitement fonctionné... il est peut-être temps de regarder vers un autre avenir....

      l’alliance allemande est (potentiellement) le début d’un effondrement de l’OTAN, au profit d’une ouverture vers Moscou et Pékin...

      « l’axe Paris, Berlin, Moscou, Pékin », promu par Dominique de Villepin, par exemple...


  • Pie 3,14 22 janvier 19:57

    Mon dieu, Macron vend la France aux boches !!!

    Vous n’avez pas honte d’écrire de telles niaiseries ?

    Il n’y a rien dans ce traité qui valide votre thèse délirante.

    Vous êtes exactement sur la même ligne que Marine Le Pen, quelle référence !!


    • Paul Leleu 22 janvier 20:04

      @Pie 3,14

      il y a une bascule dans l’Histoire... l’Allemagne commence a s’émanciper économiquement des USA... la « créature UE » échappe à son « créateur USA »... si la France (militaire) s’associe avec l’Allemagne (économique), alors ce sera le début de la fin de l’OTAN et de l’Empire Dollar... par la suite Dominique de Villepin propose d’ouvrir un axe « paris-berlin-moscou-pékin » vraiment cohérent... Merkel y songe aussi avec Nord-Streem 2 et le Gaz Russe, même si elle ménage en apparence encore les USA (comme Macron)...

      la vérité, c’est que depuis 70 ans, la France est réellement vendu aux anglo-américains... et par un rouerie de l’Histoire, la situation pourrait s’inverser de manière inattendue...


    • Pie 3,14 22 janvier 21:06

      @Paul Leleu
      Vous êtes fatigant avec cet axe Paris/Pékin que vous rabâchez dans tous vos messages. C’est aussi convaincant que la théorie de la terre creuse.


    • Paul Leleu 22 janvier 22:38

      @Pie 3,14

      OK... c’est pas moi qui l’invente... un type comme Dominique de Villepin en parle... renseignez vous...

      j’essaye juste d’apporter de l’eau au débat...

      il ne s’agit d’ailleurs pas d’un axe paris-pékin, mais d’un axe paris-berlin-moscou-pékin... ce qui me semble un peu plus parlant...

      La France occupant alors sa place naturelle : la pointe atlantique de l’Eurasie...

      et jouant un peu le même rôle Chine/Russie et Allemagne/France : économie/militaire...

      il est certain qu’une telle préfiguration aurait de quoi faire péter les plombs des atlantistes et des patrons du système dollar...

      après, je suis pas dans le secret des dieux... je ne fais que glaner des infos, et réfléchir à mon petit niveau. Mais il y aurait une cohérence éconmique, géographique, géostratégique et historique...

      après tout, la coupure de la Route de la Soie au 15ème siècle (prise de Constantinople par les musulmans) avait conduit à la recherche de « la route occidentale des indes » (Christophe Colomb), à la déouverte de l’Amérique, et au règne atlantique... Le Rétablissement de la Route de la Soie en 2013 ouvre logiquement un nouveau « balancier » du monde.


    • Paul Leleu 22 janvier 22:53

      @Pie 3,14

      comme je disais plus haut, en attendant c’est l’axe Pékin-Israël... le port d’Haïfa a été donné en gestion à la Chine, et servira de débouché (à partir de 2021) à la Route de la Soie en Méditerranée...

      la 6ème flotte USA pourrait devoir quitter les lieux... !!!!

      si ça c’est pas des changements...

      https://fr.sputniknews.com/international/201812161039327172-port-haifa-chine-flotte-us/

      https://fr.timesofisrael.com/israel-a-t-il-fait-une-erreur-en-donnant-la-gestion-du-port-de-haifa-a-la-chine/


    • Jonas 23 janvier 09:48

      @Pie 3,14

       Ce contributeur d’AgoraVox , est plus porté par son idéologie de mensonges tous azimuts que par le souci de s’appuyer sur les textes réels en les commentant.

      Marine Le Pen et ses compagnons de route ont trouvé la parade, il y a des articles cachés , auxquels ils ont eu accès. Dans ce cas pourquoi , ils ne les mettent pas en ligne. 


    • lloreen 23 janvier 12:14

      @Paul Leleu
      "la vérité, c’est que depuis 70 ans, la France est réellement vendu aux anglo-américains..

      ".
      C’est inexact.Ce sont les américains qui sont vendus à l’axe franco-anglais par l’intermédiaire de USA Corp.Inc.


  • Jonas 22 janvier 21:06

    Marine Le Pen et son chevalier servant Dupont-Aignan , en compagnie de Mélenchon/Chavez fantasment et lancent des fausses informations : l’Alsace et la Lorraine livrées à l’Allemagne, ainsi que le partage du siège de membre permanent du Conseil de sécurité etc Quel Français bien constitué peut croire a ces sornettes ? 

    Ils n’ont pas digéré leur défaite. Marine Le Pen avait montré lors d’un débat télévisé ses limites. Quant à l’ancien trotskiste , depuis la disparition de son icône , Hugo Chavez , ne sait plus où il habite et rêve chaque jour de révolution. Si demain , le 9/3 se lève pour demander son autonomie, Mélenchon /Chavez , l’accompagnera , après avoir ,mis de côté un petit magot, comme ancien ministre de Mitterrand et sénateur socialiste. 


    • Jonas Jonas 23 janvier 01:25

      @Jonas "l’Alsace et la Lorraine livrées à l’Allemagne, ainsi que le partage du siège de membre permanent du Conseil de sécurité etc Quel Français bien constitué peut croire a ces sornettes ?« 

      Bonsoir Jonas (rare un homonyme sur Agoravox smiley !)

      Sur l’Alsace / Lorraine, je vous donne raison, la coopération prévue dans le traité n’est qu’une étape vers la globalisation.
      Par contre sur la représentation politique de la France au siège permanent à l’ONU, l’OTAN et dans l’UE, le traité prévoit bien des échanges de diplomates et de personnels de haut rang, ce qui veut dire que la France peut être représentée par l’Allemagne dans n’importe laquelle de ces organisations, et ça, c’est extrêmement grave.
      C’est effectivement un abandon de souveraineté, un pas de plus vers la mondialisation.

       »Ils procéderont à des échanges de personnels de haut rang. Ils établiront des échanges au sein de leurs représentations permanentes auprès des Nations Unies à New York, en particulier entre leurs équipes du Conseil de sécurité, leurs représentations permanentes auprès de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord et leurs représentations permanentes auprès de l’Union européenne, ainsi qu’entre les organismes des deux États chargés de coordonner l’action européenne."
      article 5


    • Jonas 23 janvier 08:10

      @Jonas
      Bonjour , j’avais attiré l’attention d’ AGORAVOX, sur cette anomalie qui a échappée a son service , afin qu’il procède à un changement en s’appuyant sur l’ancienneté. Si vous êtes plus ancien que moi sur le site, je suis prêt a changer de pseudo. Pour en revenir a notre sujet. 

      Hier , les personnes que j’avais citées , étaient certaines de ce qu’elles avançaient , aujourd’hui, elles invoquent des textes cachés et le droit à l’interprétation. Elles ne sont plus sûres. 

      En ce qui concerne , le siège permanent au Conseil de sécurité, en effet les deux Etats , souhaitent que l’Allemagne , puisse devenir un membre de ce Conseil , comme l’indique l’article, 8 du traité d’Aix la Chapelle, mais a aucun moment , il n’est question que la France céde son siège ni à le partager . On a le droit de critiquer le Traité et de le rejeter , mais pas de le travestir. Cela manque de sérieux. 
      Comme de partager, la puissance nucléaire ou d’imposer l’Allemand dans les écoles et les administrations. Il suffit à ces lanceurs de fausses nouvelles , de regarder la révolte des « gilets jaunes » première manière , contre la taxe carbone et les 80km/h pour être édifié. 


    • Yukimuras 23 janvier 14:03

      @Jonas
      Peut être que ça parait anodin et assez vide à aujourd’hui. Cependant, vous n’avez toujours pas compris la manière de faire de ces enf… et de ces institutions (type UE).
      C’est toujours la même chose, c’est la technique des petits pas. On fait passer un truc qui parait sans contrainte et inconvénients ou d’engagement. Puis on l’agrémente petit à petit au fil du temps. Sinon, à quoi s’emmerder à le faire, à le signer et à parler dans tous les médias si ça ne sert à rien du tout.
      il faut toujours avoir en tête que ces « zélites » (même si on ne dirait pas comme ça), ont une vision à très long terme pour instaurer leur domination.


  • lloreen 23 janvier 12:07

    Résumé:Redécoupage des empires et partage des parts de marchés...

    Toute la question est de savoir -au niveau de chacun quel sera le rôle dans ce « hall de gare »...et pour où il embarque.


  • Michel J. Cuny Michel J. Cuny 8 mai 17:48

    Écrivain professionnel et indépendant depuis 1976, j’ai longuement étudié l’histoire des relations de la France avec l’Allemagne (ou la Prusse) depuis l’époque de Voltaire jusqu’à la nôtre.

    Je reprends actuellement cette question à travers une analyse de ce qui s’est passé au sein de l’économie européenne depuis 2011, et j’obtiens de très curieux résultats qui apparaissent peu à peu sous ce lien… et sous ceux qui s’enchaînent à lui…

    https://unefrancearefaire.com/2019/03/21/lallemagne-victorieuse-de-la-seconde-guerre-mondiale/

     

    N’hésitez pas à prendre contact avec moi, je vous répondrai avec plaisir. Voici mon courriel : michelj.cuny@orange.fr

    Cordialement,

    Michel J. Cuny


Réagir