jeudi 14 juillet 2016 - par Groupe BLE Lorraine

L’enfouissement des déchets nucléaires à Bure entériné par le parlement français

Portée par les sénateurs Gérard Longuet et Christian Namy, la Proposition de Projet de Loi (PPL) sur les modalités de création d’un centre d’enfouissement stockage réversible en couche géologique profonde des déchets radioactifs de haute et moyenne activité à vie longue a dernièrement été entérinée à l’Assemblée nationale par une vingtaine de députés présents sur 577 ( !!!). Le texte avait été approuvé le 17 mai 2016 au Sénat par 333 voix pour et 10 voix contre.

JPEG - 101 ko
Galerie souterraine du laboratoire de Bure (Crédits photo : Bertrand Degove)

Au terme d’un vote dénué de tout suspense puisque tout avait été ficelé la semaine dernière en commission, 3,5 % des personnes censées représenter le peuple ont donc pris une décision engageant les générations futures sur des millions d’années. Notons au passage que le déontologue de l’Assemblée nationale n’a pas vu le moindre conflit d’intérêt à ce que le texte en question ait été rapporté par le député Christophe Bouillon, qui n’est autre que le président de l’ANDRA (Agence Nationale pour la gestion des Déchets Radioactifs), agence justement chargée d’enfouir les déchets nucléaires à Bure. Normal. Normal aussi que le ministre de l’environnement et de l’énergie, à savoir Ségolène Royal, préfère aller faire des selfies avec des footballeurs plutôt que d’assister au « débat » parlementaire.

Désormais approuvée par le parlement français, la loi autorise par ailleurs le lancement de la phase industrielle et expérimentale dite pilote du futur centre d’enfouissement. Présenté comme une avancée démocratique issue des conclusions du débat public pipé de 2013, cette sorte de crash test sort en réalité tout droit du chapeau puisqu’étant quasiment absente des nombreuses contributions dudit « débat public », comme l’ont démontré les travaux de la fédération Mirabel-Lorraine Nature Environnement. Cette pseudo phase pilote, à la durée ridiculement courte pour conclure quoi que ce soit, a été inventée de toutes pièces, tout comme la notion de réversibilité, pour atténuer les craintes et faire accepter l’inacceptable.

Même si la décision d’exploitation relève du pouvoir exécutif par décret après enquête publique, cette mascarade nous entraîne désormais pour des millions d’années. D’autant plus que dans la mesure où le projet de loi émane du parlement et non du gouvernement, aucune étude d’impact n’est obligatoire (! !!).

Alors que la décision la plus logique que devrait peut-être commencer à prendre ce pays à la démocratie en lambeaux serait déjà de fermer le robinet de la production de déchets nucléaires …



58 réactions


  • sarcastelle sarcastelle 14 juillet 2016 11:28

    Comme d’hab avec vos articles citoyens, la Lorraine est l’enfant martyr.

    .
    Perso je me ficherais complètement que l’enfouissement soit en Limousin où j’habite, vu que je ne partage pas les superstitions populaires sur le nucléaire. Vous pouvez donc en mon nom du moins demander au gouvernement de changer son projet.
    .
    Sinon, tant pis, on continuera de produire de l’électricité. 


    • Sozenz 14 juillet 2016 12:17

      @sarcastelle
      vu que je ne partage pas les superstitions populaires sur le nucléaire.

      superstition populaire ? vous irez dire cela à tous les contaminés et tous les morts par le nucléaire ...
      je ne sais même pas pourquoi , les personnes après fukushima et tchernobyl se sont affolées . ce sont des dingues et des illuminés alors ... ? 
      faut vite aller leur dire qu il faut laisser couler , hein ^^

      J hallucine , Oo


    • Ruut Ruut 14 juillet 2016 16:22

      @sarcastelle
      Sous le palais de l’Elysée ce serait mieux vue que c’est « sans danger ».


  • Sozenz 14 juillet 2016 12:02

    le souci avec ces personnes qui décident c est qu ils ne regardent pas l impact qu il pourrait y avoir même à très court terme ( 10 ans , vingt ans ou trente ans c est très court) sur les réactions en chaine d un problème créé par les déchets radioactifs) lié à leur propagation dans l environnement .
    ils choisissent de mettre un stockage en pleine « brousse » car tout le monde sait que la meuse c est la région comme ils disent « où il y a plus de vaches que d habitants » 
    alors ils se disent peut etre , si un truc ne cloche ; ce sera gérable .
    Mais s ils avaient mis l enfouissement en plein « Paris » , sur le plan " humain le resultat aurait ete le même , la propagation des déchets radioactifs juste mis moins de temps , mais si peu ...

    https://www.ensi.ch/fr/2015/02/11/regles-de-base-pour-la-propagation-de-la-radioactivite-dans-des-rivieres-suite-a-un-accident-nucleaire/

    Qui aurait accepter un centre d enfouissement vers Paris , tout le monde aurait crier : Oh, scandale ! .
    allez jeter un coup d oeil sur bure regardez bien les cours d eau qui se trouvent dans les environs ... bref , vous m avez compris .
    dans tous les cas que cela soit bure ou ailleurs , le Nucléaire est une pure folie humaine depuis des décennies ;


  • Le p’tit Charles 14 juillet 2016 12:47
    Bure et bure et Rantanplan..c’est pour enrichir les sols, pour que les agriculteurs aient de quoi faire pousser des merdes pour nos supermarchés... !

  • sirocco sirocco 14 juillet 2016 12:59

    Bon, voilà un projet de plus contre lequel il va falloir se battre malgré un agenda déjà bien rempli : luttes contre l’aéroport de Notre-Dame -des-Landes, le tracé de la nouvelle ligne TGV Bordeaux-Toulouse, le compteur Linky, les nouvelles visées de l’armée sur le Larzac...

     
    Ce gouvernement de fascistes et la limace qui occupe l’Elysée sachant qu’ils n’ont pas la moindre chance d’être réélus, ils en profitent pour imposer au peuple, pendant qu’ils sont en place, toutes les saloperies possibles et imaginables.


    • Sozenz 14 juillet 2016 15:25

      @sirocco
      vous ne saviez pas ? on s amuse au jeu du démineur !!


    • Sozenz 14 juillet 2016 15:31

      @Sozenz
      ps : ils sont taquins et espiègles ces politiciens quand même, faut bien s amuser , y a pas que le foot ^^


  • jef88 jef88 14 juillet 2016 13:53

    Alors ?
    que fait on des déchets ?
    on les stocke sur le trottoir devant la porte ?
    quelles propositions ?????


    • Le p’tit Charles 14 juillet 2016 17:09

      @jef88....Il est question de déchets qui seront là pour des milliers d’années...le mieux est de ne pas en faire non.. ?


    • Doume65 14 juillet 2016 19:28

      @Le p’tit Charles

      « Il est question de déchets qui seront là pour des milliers d’année »

      Enfouissement réversible est-il écrit dans l’article.

      Perso, je ne trouve pas plus mal de les mettre à l’abri des terroristes.


    • JMichel (---.---.167.132) 14 juillet 2016 23:34

      @jef88
      « on les stocke sur le trottoir devant la porte »
      Exactement cela aura au moins le merite de reveiller le citoyen francais sur ce sujet.


    • jef88 jef88 15 juillet 2016 14:34

      @Le p’tit Charles
      ne te bouche pas les yeux !
      les déchets existent déjà ! ! ! 


  • Groupe BLE Lorraine Groupe BLE Lorraine 14 juillet 2016 14:27

    Il est en tout cas plus sage de les avoir sous les yeux plutôt que de les enfouir sans savoir ce qu’ils deviennent.


    • berry 14 juillet 2016 15:28

      @Groupe BLE Lorraine

      Effectivement, ça me parait aberrant comme solution.

      Les déchets vont produire beaucoup de chaleur et en cas d’incendie, le site risque de devenir inaccessible. On a vu les dégâts causés par un camion en feu dans le tunnel du Mt-Blanc et les difficultés pour éteindre l’incendie.

       

      En plus le projet est pharaonique, on parle de 250 kms de galeries et d’un coût de 35 milliards d’euros. Je suis pas un spécialiste du sujet mais je trouve ça délirant.

      Il serait plus simple de garder les déchets en surface, dans des alvéoles à l’abri des inondations et facilement accessibles.

       


    • Doume65 14 juillet 2016 19:31

      @berry

      « Les déchets vont produire beaucoup de chaleur et en cas d’incendie »
      « à l’abri des inondations »
      Ah, ben non, les inondations, y’a rien de mieux pour éteindre un incendie.

      Au fait, du verre prenant feu, c’est assez rare.


    • Doume65 14 juillet 2016 19:37

      @Groupe BLE Lorraine
      « plutôt que de les enfouir sans savoir ce qu’ils deviennent  »

      Qui t’as dit que ce ne serait pas surveillé ?

      Lu dans le Monde :

      « La ministre de l’écologie et de l’énergie, Ségolène Royal, a rendu vendredi 15 janvier son verdict sur le coût global du Centre industriel de stockage géologique (Cigéo) d’enfouissement des déchets radioactifs à Bure dans la Meuse. Le prix de ce projet, qui faisait l’objet de chiffrages divergents, a été finalement fixé à 25 milliards d’euros. Il est « évalué sur une période de 140 ans à partir de 2016 », précise l’arrêté signé par Mme Royal. »

      Pendant ces 140 ans, l’argent investi il sert à quoi sinon à la surveillance ?


    • Groupe BLE Lorraine Groupe BLE Lorraine 14 juillet 2016 21:45

      @Doume65 140 ans vs des millions d’années d’enfouissement - ahah


    • Groupe BLE Lorraine Groupe BLE Lorraine 14 juillet 2016 21:47

      @Doume65
      tu comptes mettre les pires déchets nucléaires jamais produits dans du verre ? ça casse


    • sarcastelle sarcastelle 14 juillet 2016 23:16

      @Groupe BLE Lorraine

      .
      On voit qu’on à affaire avec vous à un solide ingénieur en déchets nucléaires. 

    • Groupe BLE Lorraine Groupe BLE Lorraine 15 juillet 2016 13:15

      @sarcastelle La réciproque est vrai.


    • Groupe BLE Lorraine Groupe BLE Lorraine 15 juillet 2016 13:16

      *vraie


    • sirocco sirocco 15 juillet 2016 14:40

      @Doume65

      "Le prix de ce projet, qui faisait l’objet de chiffrages divergents, a été finalement fixé à 25 milliards d’euros. Il est « évalué sur une période de 140 ans à partir de 2016 », précise l’arrêté signé par Mme Royal."

       
      Les politiques ne respectent déjà pas leurs promesses à quelques mois d’échéance, alors 140 ans... Il n’y a que vous pour y croire.


    • Algunet 16 juillet 2016 11:02

      @berry
      Mort de rire l’argumentaire !


    • Doume65 16 juillet 2016 22:39

      @Groupe BLE Lorraine
      « tu comptes mettre les pires déchets nucléaires jamais produits dans du verre »
      Ce n’est pas ce que je compte faire, c’est ce qui est fait.


    • Doume65 16 juillet 2016 22:50

      @Groupe BLE Lorraine
      « 140 ans vs des millions d’années d’enfouissement ahah »

      On peux même parler de milliards d’années. La radioactivité diminuant de moitié au cours de sa demi-vie, il en restera toujours quelque chose. Je ne milite pour rien et espère qu’ont peut discuter d’une manière courtoise. J’imagine que ces 140 années ne sont pas une fin en soi mais qu’il est difficile de projeter une financement pour une période plus longue, d’autant plus qu’on est pas du tout certain que ces déchets n’auront pas déménagé avant, puisque, selon vos dires, la solution est réversible.


    • Doume65 16 juillet 2016 22:55

      @sirocco
      « Les politiques ne respectent déjà pas leurs promesses à quelques mois d’échéance, alors 140 ans... Il n’y a que vous pour y croire. »
      Je crois au peuple qui, j’espère va exiger une surveillance.
      je crois aussi que la solution actuelle n’est pas plus pérenne et qu’elle est plus
      dangereuse. je peux le tromper, seulement personne ne répond à mes questions. C’est plus simple de m’envoyer paitre. Efficace pour me faire taire mais pas très constructif ni convaincant.


    • robert 19 juillet 2016 19:57

      @sarcastelle
      "On voit qu’on à affaire avec vous à un solide ingénieur en déchets nucléaires. 

      " mdr, cela n’existe pas , et c’est justement un grand problème....


  • eau-du-robinet eau-du-robinet 14 juillet 2016 16:03

    Bonjour,
    .
    Pour agir de manière responsable il faut tenir compte des expériences du passé, hors les hommes politiques français démontrent pas seulement leur irresponsabilité mais aussi leur incompétence, voire leur indifférence de l’héritage des déchets nucléaires envers les générations futures !
    .
    Ont t-ils, les Hommes politiques français, tenu compte de l’expérience des Allemands et leur désastre du « stockage » (enfouissement) des déchets nucléaires dans la ville d’ASSE ?
    .
    La mine d’Asse est une ancienne mine de sel en Basse-Saxe, qui a été exploitée depuis 1965 comme « mine de recherches », et entre 1967 et 1978 comme site d’essais techniques en vraie grandeur, et en utilisation finale pour le stockage des déchets radioactifs en couche géologique profonde.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Mine_d%27Asse
    .
    Quand les premières centrales nucléaires allemandes sont planifiées dans les années 1960, il est clair que l’on aura besoin, après un délai de refroidissement de quelques dizaines d’années, d’un lieu de stockage définitif pour les déchets de haute radioactivité. En raison des conditions géologiques de l’Allemagne, « il semblait » que le stockage dans des couches de sel soit, comme dans beaucoup d’autres pays, la meilleure l’option. Pendant plusieurs décennies, on espère pouvoir mettre en fonction un lieu de stockage définitif... mais cette inexpérience à tourné vers un désastre !
    .
    Scandaleuse contamination radioactive en Allemagne
    Contamination de la nappe phréatique au césium
    Ce qui a commencé comme une petite expérimentation est devenu pour les bâtisseurs de sites d’enfouissement de déchets, la catastrophe la plus importante que l’on puisse imaginer : de l’eau coule dans la mine et ronge le sel. De plus, il fuit depuis les cavités de l’eau contaminée au césium.
    .
    En Allemagne aussi, les déchets nucléaires s’accumulent sans solution fiable
    Alors que l’accident mortel à Bure, en début de l’année 2016, montre la fragilité du projet d’enfouissement des déchets nucléaires, l’Allemagne se débat elle aussi avec ces rebuts. La solution naguère présentée comme excellente s’est révélée désastreuse.... et extrêmement couteuse ... pour les générations du futur !
    .
    Alors que le drame de Bure rappelle les risques liés à l’enfouissement des déchets nucléaires, les Allemands ont décidé il y a quelques années, sous la contrainte d’un risque de catastrophe majeure, de faire machine arrière et d’évacuer un site où ils avaient entreposé 126.000 barils radioactifs.

    Ce n’est pas encore le Titanic mais les Allemands veulent éviter que cela le devienne. L’ancienne mine de sel d’Asse, en Basse-Saxe, prend l’eau et pourrait bien, à terme, être noyée. Le problème est que depuis cinquante ans, on n’y exploite plus le chlorure de sodium, mais on y stocke les déchets radioactifs des plus anciennes centrales nucléaires allemandes. Un engloutissement contaminerait de façon désastreuse les nappes phréatiques alentour et pourrait rendre toute la région inhabitable.
    https://reporterre.net/En-Allemagne-aussi-les-dechets-nucleaires-s-accumulent-sans-solution-fiable
    .
    Les infiltrations d’eau dans les parois de la saline ont atteint un tel point qu’un “désenfouissement” des déchets est devenu indispensable pour éviter la catastrophe. L’opération, extrêmement délicate, a commencé en 2010. Si elle témoigne d’une volonté politique de répondre aux exigences de la sortie du nucléaire allemande, rien n’a pour autant jamais été décidé sur le sort à long terme des déchets remontés. Car si le sel est soluble, la question du stockage des déchets nucléaires, elle, ne l’est toujours pas.
    .
    Le cout (à moyen terme) de l’enfouissement des déchets nucléaires, 126.000 barils avec des déchets nucléaires de la mine de stockage d’ASSE est évalue à 3,7 milliards d’euros.
    http://www.spiegel.de/politik/deutschland/atommuell-asse-bergung-kostet-3-7-milliarden-a-674469.html
    .
    La durée de l’évacuation des déchets nucléaires vas dépasser l’année 2021 !
    En tout il faut évacuer environ 100.000 tonnes des déchets nucléaires.
    http://www.handelsblatt.com/politik/deutschland/atommuell-raeumung-der-asse-nicht-vor-2021-beendet-/4690438.html

    La ministre de l’environnent allemande Barbara Hendricks pense même que les déchets ne seront pas évacué avant l’année 2031 !
    http://www.deutschlandfunk.de/atommuelllager-hendricks-asse-raeumung-nicht-vor-2033.1818.de.html?dram:article_id=279130
    .
    Qui vas payer l’évacuation des déchets nucléaires d’ASSE ?
    http://www.sueddeutsche.de/politik/politik-kompakt-wer-zahlt-die-milliarden-fuer-asse-1.65592
    Évidemment l’addition sera présenté soit aux contribuables dans leur assemble soit aux consommateurs de l’électricité du futur !
    .
    En résume, l’énergie nucléaire consommé par la génération précédente devra être payé par les générations futures... sur des dizaines de milliers d’années !
    .
    Le nucléaire n’est donc certainement pas une énergie propre ni rentable, bien loin de la, surtout quand on inclus les millions de morts suite aux accidents des centrales nucléaires de Fukushima et de Tchernobyl.
    .


    • sarcastelle sarcastelle 14 juillet 2016 18:57

      @eau-du-robinet

      Il y a à boire et à manger, là-dedans. 
      .
      Pas beaucoup de rapport entre le site français destiné aux seuls déchets de haute activité (produits de fission proprement dits) et le site allemand destiné à plus de cent mille tonnes de tout-venant, les matériaux de construction démantelés faiblement contaminés qui en France n’ont rien à voir avec Bure. Deux options en somme plutôt différentes. 
      .
      On voit qu’à Asse il n’est pas question de confiner d’énormes volumes de déchets faiblement autrement que par l’enfouissement en vrac sous le sel, puisque les ciments enfermant les déchets ne sont eux-mêmes que dans des fûts d’acier évidemment dissous en peu d’années. Cela n’a pas beaucoup de rapport avec l’enfouissement de volumes faibles de déchets de haute activité en conteneurs spéciaux à Bure, et restant accessibles.
      .
      On se demande donc ce que fait là du césium 137, produit de fission de haute activité. Il s’avère qu’une quantité faible de matériaux en contenant a été apportée volontairement à titre expérimental. Cela n’ira donc pas plus loin. Quant à la quantité de Cs 137 répandue, sous forme de solution dans l’eau infiltrée, elle n’est point du tout de nature à dévaster les eaux de la région. De plus elle se trouve entre 750 et 900 mètres de fond. 
      Aussi serait-on aise de lire quelque chose de plus précis sur la contamination de la nappe phréatique dont vous nous parlez. 
      Je ne sais pourquoi vous trouvez bon de conclure cette bouillie pour les chats assez douteuse sur « les millions de morts suite aux accidents des centrales nucléaires de Fukushima et Tchernobyl », c’est-à-dire sur le bon petit bobard militant habituel qui signe immédiatement l’article en le désignant ipso facto comme douteux. 


    • sarcastelle sarcastelle 14 juillet 2016 18:58

      @sarcastelle

      .
      Correctif à la dernière ligne : ne pas lire « l’article », mais « votre intervention ».

    • Sozenz 15 juillet 2016 12:20

      @sarcastelle
      depuis les debuts du nucléaire , la CRRIRAD, a toujours mis en alerte les personnes sur les dangers du nucléaire .
      Dans les débuts du nucléaire ; la majorité des pro nucléaire affirmaient que les dangers étaient tellement minime qu il ne fallait pas s inquiéter . quelques années après , nous constatons des incidents , fuites de futs , puis nous avons eu les deux accidents majeurs Tchernobyl et Fukushima . Là encore on veut minimiser les traitements des déchets , les enfouissements. même si les incidents ou accidents nucléaires ne sont pas hyper répandus ( sont parfois aussi cachés au public , pour ne pas alarmer ) ils existent et ont une grande portée sur l environnement.
      L aspect alarmiste ( même si cela parait excessif ), ne doit pas être voiler , mais tous les aspects doivent bel et bien être envisager pour prévenir des dangers et choisir les meilleurs options , et dans l idéal , ne pas mettre en route un processus qui n est pas maîtrisé et tenter de trouver toutes les alternatives possibles pour éviter des problèmes.
      Dans tous les domaines, nous constatons la mise en place de solutions temporaires , soit disant écologiques et/ou économiques ( ou économiquement rentables, ) pour constater que bien des années plus tard , c est un désastre.
      quelle terre voulons nous laisser . avons nous le droit de dire après nous le déluge ?
      le nucléaire est très récent « 1950 ». à l échelle de l histoire en 65 ans nous avons fait plus de dégâts sur l environnement que tout ce que l homme a pu vivre sur terre . et ceci que cela soit avec les énergies qu aussi bien dans le monde de l agriculture .
      Certains diront , on doit vivre avec notre temps . mais quel en sera le prix à payer ?
      Tout ce qui touche à notre environnement doit être traité avec la plus grande vigilance, et même si les personnes sont trop alarmistes , les possibilités même aussi improbables soient t’ elles doivent être prises en compte .


  • Ruut Ruut 14 juillet 2016 16:20

    C’est un crime grave contre la population car garantir l’imperméabilité d’un sol pour 4 milliards d’année est une imposture.


  • Login Login 14 juillet 2016 17:27

    Pour information, les recherches sur la transmutation a basse energie ou biologique d’elements radio-actifs progressent. En UK, il y a le projet Nukey. En Suisse, des chercheurs russes sont venus presenter des resultats interessants...etc.


  • Doume65 14 juillet 2016 19:40

    « Alors que la décision la plus logique que devrait peut-être commencer à prendre ce pays à la démocratie en lambeaux serait déjà de fermer le robinet de la production de déchets nucléaires … »

    Fermer les centrales me semble une très bonne idée, mais laisser à l’air libre tous ces déchets ne m’en parait pas pour cela une meilleure. Ces deux sujets sont indépendants.


    • chantecler chantecler 15 juillet 2016 08:33

      @Doume65
      Et pourquoi ?
      Les réserves d’or mondiales sont elles enfouies ou stockées en « surface » dans des lieux extrêmement protégés ?
      Quant au commentaire :« s’il y a un incendie on peut noyer » ...
      Permettez moi de dire que cet argument est débile .
      L’eau n’est pas la solution à tous les incendies .
      Pendant la guerre nombre de navires attaqués et coulés , rejetaient dans la mer des nappes de pétrole enflammés qui causaient des morts et des blessures cruelles aux marins qui tentaient de surnager autour et de s’échapper .
      De la même manière que l’on éteint pas un puits de pétrole en flamme avec de l’eau : on crée un souffle qui chasse provisoirement le comburant, l’oxygène .
      Ici le combustible sont des isotopes concentrés dont on ne contrôlerait plus les fissions .
      Seuls l’arrêt des flux neutroniques pourraient enrayer la surchauffe ,les réactions en chaîne , comme dans les centrales , mais avec des produits beaucoup plus dangereux et incontrôlables que l’uranium enrichi ou le MOX .
      Fukushima n’est pas seulement une mise en garde contre les erreurs humaines sur l’atome , erreurs humaines liées d’ailleurs à de grandes sociétés privées dont le but est la rentabilité , il faut le rappeler , au détriment d’une sécurité la plus étudiée et la plus large possible .
      C’est aussi un laboratoire .
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Accident_nucl%C3%A9aire_de_Fukushima
      Si l’on a arrosé , injecté de l’eau ce n’est pas pour éteindre des incendies de réactions atomiques, c’est pour tenter de refroidir l’ensemble et de rendre les explosions moins probables .
      Et envoyer de l’eau sur un coeur atomique éclaté et incontrôlé induit forcément la contamination radioactives de millions de M 3 d’eau .
      Certains « pronucléaires » qui s’expriment ici ne sont que des fanfarons .


    • sarcastelle sarcastelle 15 juillet 2016 10:51

      @chantecler

      .
      Ne manquez pas de nous dire quels sont dans les déchets de fission ces « produits beaucoup plus dangereux et incontrôlables que l’uranium enrichi ou le MOX. » 
      .
      N’hésitez pas à vous étendre un peu sur ces « flux neutroniques » ni à esquisser une modélisation de la divergence de la fission au stockage, « comme dans les centrales » au sein des produits mentionnés au paragraphe précédent. 

    • chantecler chantecler 15 juillet 2016 20:22

      @sarcastelle
      Ta gueule ignare sarcastique !
      Tu fais croire que tu sais tout mais tu ne sais rien ou si peu et quand un spécialiste te répond à fond tu le lâches pas pendant des semaines ...
      Et pour répondre à ta question , tu chercheras toi même dans le cycle de l’uranium, ses isotopes , ses déchets , etc expliqué dans toutes les encyclopédies en ligne .


    • sarcastelle sarcastelle 15 juillet 2016 21:40

      @chantecler

      .
      Je vous ai demandé quels étaient ces corps beaucoup plus dangereux que l’uranium enrichi et le MOX, et qui risquent d’entrer en fission incontrôlable dans le stockage des déchets, en fission « comme dans une centrale ». Je n’ai fait que reprendre vos termes. C’est une question simple, même si la réponse est problématique. 
      Je tiens pour peu probable que vous soyez un « spécialiste qui répond à fond », attendu qu’un spécialiste a du répondant technique précis sans besoin d’insultes. D’autre part un spécialiste ne s’embourbe pas dans des parallèles douteux qui vont lui retomber dessus lorsqu’ils seront lus par un esprit un peu plus averti que la moyenne des gogos à rallier à l’antinucléarisme inconditionnel par n’importe quel bavardage. 
      .
      En revanche dès que la matière traitée commence à passer au-dessus de la tête de la majorité des lecteurs, il est très facile d’insulter le contradicteur en prétendant qu’il ne connaît rien, puisque cette majorité de lecteurs qui suivrait malaisément le débat ne peut trancher elle-même et se fie peut-être à celui qui crie le plus fort. Mais pour le coup, c’est moi qui m’insulterais moi-même si j’employais des procédés de ce calibre. 
      .
      Insultez une anonyme tant que vous voudrez ; que voulez-vous que ça lui fasse. 



    • Doume65 16 juillet 2016 22:36

      @chantecler
      « Quant au commentaire :« s’il y a un incendie on peut noyer » ...
      Permettez moi de dire que cet argument est débile
       »

      Bien sûr que c’est débile si tu le prends au premier degré. C’était bien évidemment de l’humour. Enfin, évidemment... pas pour tous, y’a manifestement des réfractaires.


    • Doume65 16 juillet 2016 22:42

      @chantecler
      « Les réserves d’or mondiales sont elles enfouies ou stockées en surface »

      Elles sont radioactives les réserves d’or ?


  • sarcastelle sarcastelle 15 juillet 2016 10:25

    Ici le combustible sont des isotopes concentrés dont on ne contrôlerait plus les fissions

    .
    Après plusieurs paragraphes vaseux pour faire diversion en dérivant du sujet par des parallèles pour nigauds, on arrive à la citation parfaitement crétine que j’ai mise en gros ci-dessus. Ou : quand on se gargarise de notions techniques incomprises pour en déduire des absurdités physiques et en faire de la bonne propagande. 
    .
    Je vous fais un équivalent plus parlant, à base d’une technique mieux connue du public :
    .
    La soupape du delco étant coincée dans la batterie, le monoxyde de dihydrogène qu’elle contient va s’enflammer. Tirez-vous !

    • chantecler chantecler 15 juillet 2016 22:10

      @sarcastelle
      Compte pas sur moi pour te tenir la jambe avec ta sale tête de delco .


    • sarcastelle sarcastelle 16 juillet 2016 12:32

      @chantecler

      .
      Et zut, on ne saura pas quels sont ces corps bien plus dangereux que l’uranium enrichi et le MOX, et qui peuvent sous l’effet des flux neutroniques causer dans les conteneurs de déchets une fission divergente incontrôlable. 

    • chantecler chantecler 16 juillet 2016 13:27

      @sarcastelle
      Indécrottable !
      L’efficacité de tes containers dépend d’un tas de paramètres .
      Que je ne vais pas t’énumérer .
      Mais si t’es si sûr de toi , demande que l’on en entrepose quelques un dans tes galeries ...
      Note bien qu’à ton âge et vu ton état mental , tu ne risques plus grand chose .
      Quant à tes obsessions concernant les flux neutroniques , ce sont bien les neutrons qui cassent les atomes , provoquent des radiations , et les décomposent en éléments radioactifs secondaires ou isotopes , instables , transitoires , eux mêmes émetteurs de radiations alphas , bétas gammas dont on contrôle mal les flux pour arriver à des éléments stables mais encore plus dangereux ... .
      Sans parler des isotopes qui prennent dans l’organisme la place d’atomes naturels ... se fixant sur les os ou sur la thyroïde par exemple ...
      Tes galeries , sont elles garanties étanches pour la durée de vie des atomes et de leurs isotopes ?
      Et si de l’eau s’y infiltre et se mélange à des nappes phréatiques qui auront de l’importance pour les générations futures , t’en a rien à secouer ?
      Après toi le déluge ?


    • sarcastelle sarcastelle 16 juillet 2016 13:49

      @chantecler

      .
      Bon, vous nous faites une modélisation même sommaire d’une réaction de fission incontrôlable dans le stockage ? 
      .
      Ne vous focalisez pas sur les neutrons ; je me borne à faire comme vous une salade de mots savants. Vous, c’est pour faire apocalyptique ; moi, c’est pour souligner ce travers. 
      .
      Voulant trop bien faire dans le genre du film d’épouvante, vous doutant que le lecteur moyen ne fait pas le tri, vous prêtez le flanc à la critique acerbe . Point de discours acceptable dans ces conditions. 
      .
      Ne vous inquiétez donc pas de la santé dans dix mille ans. Il y aura belle lurette que le cancer sera résolu. « ils » rigoleront en lisant les Cassandre de l’ère primaire que nous vivons. 
      .
      Alors, vous nous ébauchez cette modélisation ? 

    • sarcastelle sarcastelle 16 juillet 2016 13:52

      @sarcastelle

      .
      Et dans votre dernier message, je vois des éléments radio-actifs qui aboutissent à des éléments « stables » (certes) mais « encore plus dangereux ». 
      .
      Bigre. Des exemples ? 

    • chantecler chantecler 16 juillet 2016 20:12

      @sarcastelle
      Ben le plutonium par exemple !
      Banane !


    • sarcastelle sarcastelle 16 juillet 2016 20:31

      @chantecler

      .
      Ah. enfin, le plutonium-banane. Je l’attendais, d’où ma longue insistance. 
      Oui, c’est exact que le plutonium pur est plus dangereux que le MOX puisque le MOX est du... plutonium impur (et que l’uranium qui compose le reste est moins dangereux).
      Le MOX, c’est quelques % de plutonium mêlé à l’uranium. 
      Mais la part de plutonium dans les déchets de haute activité est faible (parce que c’est cher et précieux, à l’inverse du reste), en sorte que du point de vue du plutonium, la quantité de plutonium qu’on n’y trouve n’est pas plus dangereuse que celle qu’on trouve dans le MOX. 
      Et voilà-voilà. 
      Gare donc aux effets oratoires un peu vides. 





    • sarcastelle sarcastelle 16 juillet 2016 20:35

      @sarcastelle

      .
      Et au fait, depuis quand le plutonium-banane-par-exemple est-il « un élément stable » ?
      Il n’est pas dangereux, alors ? 
      Avez-vous voulu dire qu’il est de longue période, c’est-à-dire moins instable qu’un radio-isotope de plus courte période ? En ce cas employez un vocabulaire qui ne prête pas à ri... à confusion totale. 

    • Doume65 26 juillet 2016 23:01

      @chantecler
      « des isotopes qui prennent dans l’organisme la place d’atomes naturels »
      Que voulez-vous dire ? Quand on sait ce qu’est un isotope, je vois mal comment on peut l’opposer à un atome naturel.


    • chantecler chantecler 26 juillet 2016 23:20

      @Doume65
       ???
      L’iode naturel par exemple est capté par la thyroïde .
      En cas d’accident nucléaire ce sont des isotopes radioactifs de l’iode qui s’y fixent prioritairement .
      C’est pour ça qu’on distribue des pastilles d’iode naturel en prévision d’ accident possible ...
      Si ça ne te suffit pas comme explication , ne compte pas sur moi pour développer ou rechercher à ta place les articles ad hoc ou ceux des encyclopédies style wiki .
      Je ne suis pas ta mère .
      De plus si t’y connais rien , ça serait trop long à t’expliquer et à c’t heure j’ai autre chose à faire qu’à me coltiner un gus arrogant et ignare .


  • Doume65 1er août 2016 22:49

    «  En cas d’accident nucléaire ce sont des isotopes radioactifs de l’iode qui s’y fixent prioritairement »
    Tu viens d’ajouter une nuance d’importance : tu parles maintenant d’isotopes radioactifs d’iode. Et dans ce cas particulier (celui de l’iode), c’est vrai que le seul naturel est le seul qui ne soit pas radioactif. Mais il ne faut pas généraliser. Chaque élément chimique a plusieurs isotopes qui sont parfaitement naturels. Pour ceux qui voudraient comprendre de quoi on parle, un isotope est un atome avec un nombre particulier de neutrons. Prenons le cas du plus simple des atomes : l’hydrogène. Il a trois isotopes naturels. Le public connait principalement le deuterium et a pu entendre parler du tritium. Bref, tout atome dans la nature est un isotope d’un atome « générique » qui, lui, est discriminé des autres par le nombre de protons qu’il possède. Donc un isotope n’est pas un truc artificiel. C’est bien pour cela que j’ai du mal à l’opposer à un atome naturel.

    « Je ne suis pas ta mère »
    Dieu merci !

    « De plus si t’y connais rien , ça serait trop long à t’expliquer et à c’t heure »
    Je n’y connais rien, mais j’ai tendance à faire confiance aux revues scientifiques que je lis et aux profs que j’ai eus.

    « j’ai autre chose à faire qu’à me coltiner un gus arrogant et ignare »
    C’est sûr que dans cette réflexion on est loin d’une quelconque arrogance, en tout cas bien moindre que celle du cuistre qui ose te poser une question (sans formuler le début du commencement d’une insulte).


Réagir