lundi 7 décembre 2015 - par Mohamad Ezzedine

Au Liban, les cadors du 14 mars touchés par le syndrome de Stockholm

Le 1er décembre 2015, les seize militaires libanais otages de l’organisation terroriste Al Nosra, ont été libérés ou plutôt remis en liberté par cette dernière, en contrepartie de millions de dollars, de ravitaillements illimités de vivres, et surtout d’une protection judiciaire libanaise. Cet accord cité ci-dessus n’est pas sans rappeler celui du Caire de 1969 qui avait permis aux Palestiniens d’occuper « légalement » le Liban et d’y bâtir un Etat dans l’Etat. 

Encore une fois, notre Etat et nos leaders politiques n’ont pas été à la hauteur des espérances placées en eux, surtout devant les menaces extérieurs, que représentent la branche syrienne d’Al Qaida, et l’Etat Islamique, communément appelé « Daech ».

Le 1er décembre, en effet, plusieurs personnalités politiques de premier et de second rang, et plusieurs médias locaux, n'ont pas hésité à glorifier le camp extrémiste faisant fi de la patrie, de son armée et de ses services de sécurité, et de son peuple.

Voici donc quelques-unes des déclarations et des prises de positions les plus marquantes de la journée du 1er décembre 2015. 

Encore une fois, les médias du 14 mars se sont particulièrement distingués durant la couverture de l’événement. Comme à son habitude la chaine de télévision MTV a reçu patte blanche de la part de l’organisation terroriste pour couvrir l’échange. A l’instar de ses sœurs du 14 mars, la MTV n’a à aucun moment employé les termes « organisation terroriste » ou « ennemie » pour qualifier Front Al Nosra. 
 
Son reporter Hussein Khreiss, qui est apparu à plusieurs reprises aux côtés des combattants d’Al Nosra, s’est défendu de sa proximité avec ceux-ci à travers une publication sur le compte Twitter de la chaine, en disant : « Ma relation avec les organisations islamistes sont excellentes, même si je n’ai pas prêté allégeance à Al Nosra »

En outre, plusieurs ténors du 14 mars ont non seulement remercié le Qatar pour son rôle (ambigu voire néfaste) dans l’affaire, mais ils ont également fait l’éloge du pseudo-cheikh Moustapha Hojeiri dit « Abou Takiyeh » pour son rôle de médiateur tout au long de la tragédie.

Ainsi, Walid Joumblatt, a déclaré au journal de son parti, Al Anbaa, « je remercie chaleureusement le cheikh Moustapha Hojeiri pour ses nombreuses médiations, ainsi que le Qatar, qui s’est solidarisé avec le Liban dans ce dossier épineux, sans qui il n’aurait pas été clôt »

Il y’a quelques mois, le Chef du Parti Socialiste Progressiste, avait demandé aux Libanais de revoir leur position concernant Al Nosra, considérant cette dernière comme un parti qui lutte pour la liberté et la démocratie en Syrie.

 Même son de cloche du côté du ministre de la Santé, Waël Bou Faour, qui a déclaré devant le Grand Sérail : « Nous saluons la médiation du Qatar et les médiateurs résidant à Ersal, en particulier le cheikh Moustapha Hojeiri (connu sous le nom d'Abou Takiyeh), qui a joué un rôle déterminant dans la libération ».

Moustapha Hojeiri est recherché par la justice libanaise et traqué par l’Armée libanaise pour ses liens avec des groupes terroristes, tels Daech ou Al Nosra. Lors de la bataille de Ersal, en août 2014, Moustapha Hojeiri a livré une vingtaine de militaires libanais au Front Al Nosra. 

A noter enfin, l’absence plus que remarquée du « commandant en chef » de l’Armée, Jean Kahwaji, qui n’a pas fait le déplacement jusqu’à Ersal pour coordonner avec le Commandant de la Sûreté Générale, le Général Abbas Ibrahim, la restitution des otages. 

Neuf otages sont encore détenus dans le jurd de Ersal par le groupe terroriste État islamique.



3 réactions


  • Passante Passante 7 décembre 2015 12:32


    من أكل من لحم الفتنة 
    هل يعود

    • Passante Passante 7 décembre 2015 22:28

      لأن بالنهاية كلو هيدا خوف

      المضمون والكتابة
      فيا موسى لا تخف

  • COVADONGA722 COVADONGA722 8 décembre 2015 06:54

    cette situation n’est qu’une conséquence de la volonté de cet état artificiel d’Israël....


    on vous rappellera que le Liban est lui aussi un état artificiel ou le modus vivendi
     trouvé entre les différente communauté permettait une des vie les plus tolérante de la région.Israeliens et Syriens sont pour beaucoup dans l’éclatement de ce pays , mais j’ai pu constater de visu « onu » le comportement des différents groupes palestiniens au Liban .J’imagine que la dureté des lois qui leur sont appliquées est le résultat du comportements de leurs milices et groupuscule a l’époque. 

Réagir