mercredi 24 janvier - par Christelle Néant

L’armée ukrainienne bombarde la localité de Dokoutchayevsk et fait cinq blessés parmi les civils (Vidéo)

Hier soir, 22 janvier 2018, vers 17 h 25, l’armée ukrainienne a bombardé la localité de Dokoutchayevsk, en République Populaire de Donetsk (RPD) avec des obus de mortier de 120 mm et des véhicules de combat d'infanterie (BMP-2), depuis la zone de Novotroïtskoye d’après les habitants interrogés sur place.

Très vite, l’information initiale fournie par l’armée de la RPD, a été confirmée par le Centre Conjoint de Contrôle et de Coordination du cessez-le-feu (CCCC), qui a aussi précisé les adresses touchées et le nombre de victimes.

Comme on peut le voir sur une carte, les adresses touchées sont en pleine zone purement civile, il n’y a pas de positions militaires proches, pas d’équipement militaire. Rien.

Carte de la zone bombardée

D’après les informations confirmées ce matin, cinq civils ont été blessés à divers degrés de gravité et envoyés à l'hôpital central. Ce matin, deux étaient toujours hospitalisés. Au moins six habitations et infrastructures civiles ont aussi été touchées.

Voir le reportage vidéo :

Il faut souligner que ce bombardement a été mené par l'armée ukrainienne alors que le chef adjoint de la Mission Spéciale de Surveillance (MSS) de l'OSCE en Ukraine, Alexander Hug, était en train de franchir la ligne de contact au point de passage de Yelenovka, situé à peine à 10 km de là.

Le même point de passage où l’armée ukrainienne a tiré la veille sur un bus civil, faisant un mort et un blessé.

Si le nombre de violations quotidiennes du cessez-le-feu par l’armée ukrainienne reste faible (cinq durant les dernières 24 h, avec plus d’une centaines de munitions tirées, dont des obus de mortier de 82 mm et 120 mm), les tirs visent de plus en plus spécifiquement les civils afin de terroriser la population et provoquer les soldats de l’armée de la RPD.

Comme on peut le voir, suite au vote de la loi de réintégration du Donbass, l’armée ukrainienne commence déjà à l’appliquer en visant de plus en plus délibérément les civils, grâce au fait que les soldats ukrainiens sont désormais prétendument dégagés de toute responsabilité pénale pour leurs crimes de guerre.

Christelle Néant

Voir l'article sur DONi



2 réactions


  • V_Parlier V_Parlier 24 janvier 14:06

    Pendant ce temps, sur RFI : Articles pro-Navalny et sur les méchants athlètes russes dopés. Parce-que c’est vachement plus important (après Davos, bien sûr)


    • Christelle Néant Christelle Néant 24 janvier 14:32

      @V_Parlier
      Ben bien sûr voyons. Présenter un corrompu inéligible qui ferait même pas 1% aux élections présidentielles russes c’est plus important que de parler des crimes de guerre de Kiev.


Réagir