samedi 9 février - par Christelle Néant

L’Ukraine s’humilie en mendiant son adhésion à l’OTAN et à l’UE

Jeudi 7 février 2019, le parlement ukrainien a voté une loi inscrivant dans le préambule de la constitution ukrainienne que l’Ukraine a une identité européenne (dans le sens « identité non-russe », ce qui est du débilisme concernant une bonne partie du pays qui est profondément russe historiquement, culturellement, linguistiquement et ethniquement), qu’elle veut intégrer l’OTAN et l’Union Européenne, et que ce processus est irréversible.

Cette loi accorde aussi au président ukrainien le rôle de garant de la mise en œuvre de ce processus stratégique visant à obtenir une place de membre à part entière de l’UE et de l’OTAN.

Pour la ministre des Affaires étrangères de la République Populaire de Donetsk (RPD), Natalia Nikonorova, cette loi, non seulement contredit la déclaration sur « la Souveraineté d’État de l’Ukraine » (dont le paragraphe 9 stipule que l’Ukraine est un état neutre n’appartenant à aucun bloc militaire), mais c’est aussi une véritable humiliation publique pour le peuple ukrainien.

Car comme elle le rappelle, l’Ukraine n’est toujours pas reconnue comme pays candidat à l’adhésion (ni pour l’UE ni pour l’OTAN), pour des raisons tout à fait justifiées.

Car l’Ukraine ne répond pas à bon nombre de critères qui lui permettraient d’entrer dans ces deux alliances/unions. Pour commencer le conflit territorial avec la Russie concernant la Crimée, et le conflit dans le Donbass sont des freins rédhibitoires à toute adhésion de l’Ukraine à ces deux institutions.

On ne peut entrer dans l’UE ou l’OTAN, sans avoir des frontières clairement définies et le contrôle des territoires que l’on revendique comme se trouvant à l’intérieur de ces frontières. Donc tant que l’Ukraine ne renonce pas à la Crimée et au Donbass et ne cesse pas les hostilités dans l’Est du pays, Kiev peut oublier toute adhésion à l’Ukraine (comme la Géorgie à cause du conflit territorial concernant l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie).

Car ni l’UE, ni l’OTAN ne voudront intégrer en leur sein un pays, dont la présence dans leur union/alliance les entraînerait par solidarité obligatoire vers une guerre ouverte contre la Russie. Forts en gueule mais pas suicidaires les pays de l’UE et de l’OTAN.

Certains pays n’ont pas oublié ce que leur a coûté une confrontation militaire avec la Russie, et d’autres se souviennent qu’elle dispose du plus grand nombre d’ogives nucléaires au monde.

En plus en matière d’économie, l’Ukraine est ultra corrompue, totalement ruinée, en état de faillite non-officialisée (un député ukrainien ayant déclaré récemment que Kiev ne pourra pas rembourser le FMI), et elle va perdre d’ici quelques mois le contrat de transit de gaz russe vers l’Europe, qui lui rapporte environ 3 milliards de dollars par an (soit 3 % de son PIB).

En clair, l’Ukraine est un trou noir à argent qui ne va faire que pomper les subventions européennes (obligeant les autres pays à donner encore plus d’argent pour la maintenir à flot, et donc à augmenter les impôts sur leur population), dont les habitants fuiront de plus en plus le pays (et une partie va et ira vers l’UE), et dont l’idéologie néo-nazie grandissante risque bien de se répandre via ses habitants émigrés dans les pays voisins, puis dans l’ensemble des pays de l’UE et de l’OTAN, en même temps que les armes qu’ils rachètent à des soldats corrompus.

Un cocktail littéralement explosif de corruption, d’extrême pauvreté, de néo-nazisme et de grandes quantités d’armes en circulation, qui se trouve actuellement aux portes de l’Union Européenne. Imaginez maintenant ce bourbier, cette Somalie-Ukraine, entrer dans l’UE et dans l’OTAN ! Vous la voyez venir la catastrophe ? Je vous rassure, les élites européennes et atlantistes aussi !

Voilà pourquoi l’UE et l’OTAN font des belles promesses à l’Ukraine, lui donnent de l’argent et des armes, mais n’iront pas jusqu’à l’intégration. Et c’est pour cela que cette loi est non seulement ridicule, mais aussi une véritable humiliation pour le peuple ukrainien.

Car comme l’a souligné Natalia Nikonorova, cela revient à inscrire dans la Constitution ukrainienne que Kiev continuera de mendier une adhésion qu’elle n’obtiendra jamais, qu’elle continuera d’aller frapper à une porte qui lui est fermée ! Cela enferme l’Ukraine dans un rôle de pays-mendiant, tant en ce qui concerne l’argent, qu’en ce qui concerne les alliances.

« La loi adoptée est extrêmement humiliante pour l’Ukraine toute entière et pour le peuple ukrainien. L’OTAN ne considère même pas la question d’une possible adhésion de l’Ukraine – par conséquent, au niveau de la loi la plus importante du pays [la constitution NDLR], il est inscrit le désir de continuer à « frapper à une porte fermée »,  » a déclaré la ministre.

En plus, comme l’a souligné Natalia Nikonorova, l’adoption de cette loi va diviser encore plus la société ukrainienne, puisque la majorité des habitants de l’est du pays sont catégoriquement contre une telle adhésion. C’est le cas des Républiques Populaires de Donetsk et de Lougansk (qui sont totalement contre toute adhésion à l’UE et à l’OTAN), que l’Ukraine est censée réintégrer si elle appliquait les accords de Minsk !

Or ce genre de paramètre entre en ligne de compte pour entrer dans l’OTAN. S’il y a un risque de division du peuple autour de la question de l’adhésion, celle-ci doit normalement être refusée par l’alliance pour éviter d’accueillir en son sein un pays qui va devenir instable (ce qui est logique).

Voilà à quoi mène la politique ukrainienne post-Maïdan : à l’humiliation publique de tout un peuple, à la transformation du pays en État-mendiant, pour satisfaire le porte-monnaie de quelques oligarques corrompus en surfant sur le désir de certains Ukrainiens de pouvoir vivre comme les Européens. Et ils ont osé appeler le Maïdan, la révolution de la dignité…

Christelle Néant

Voir l'article sur Donbass Insider



17 réactions


    • Xenozoid 10 février 16:26

      @Christelle Néant

      et je supporte la resistance des 2 dombast,contre les nazis et autre maffios...maintenant c’est pas la guerre partout et tout le monde a le droit de dire que même si l’humour a sarcastelle est placé dans son context en gros il a raison....les impérialistes anglais en avait fait une strategie,et les chinois,russes,afgans,indiens etc... on gouter aussi....


    • sven 12 février 19:30

      @Christelle Néant En ce qui concerne le prétendu « holodomor », la famine « vengeance de Staline contre les ukrainiens » , la famine donc, ne discrimine pas les gens suivant leur nationalité ni leur nationalisme. Elle tue préférentiellement les pauvres. En l’occurrence un échantillon de population comprenant une vaste majorité de partisans de Staline. Le livre de Marc Tauger aux éditions Delga fait bien le tour de la question. Enfin il faudrait que ces défenseurs de l’holodomor cessent de montrer constamment des photos de la Croix-rouge prises lors de la famine de 1922, créée par le blocus occidental et la guerre civile.
      Comme disait le président Wilson : « nous n’arrêterons pas le bolchévisme par les armes mais par la famine nous y parviendrons ».
      Enfin en Russie comme en Chine, il y avait, avant la première guerre mondiale des famines périodiques tous les 4 ans environ. Mais les famines antérieures à la révolution (17 ou 49), c’était la faute à pas de chance, la famine de 1932 la faute à Staline, celle de la révolution culturelle, la faute à Mao. Mais après ces deux événements, plus de famine ! Palsambleu, que s’est-il passé ?


    • Christelle Néant Christelle Néant 12 février 20:19

      @sven
      Merci pour ces informations. Malheureusement comme pour les livres proposés par Mychris, impossible pour moi de commander une version papier du livre de monsieur Tauger.


  • waceri 9 février 17:02

    Bonjour,

    Ben non, comme prévu, je vous en ai parlé il y deux ans qu’on aurais la petite ukraine dans le reich et que les russes garderais la crimée dans la fédération.

    C’est pas mendier ca fait vingt ans qu’on les invite, c’est juste une réponse tardive, contrainte et forcée, a grand frais, dans des conditions déplorable.

    En revanche, il ne se ferons pas trop niquer sur la négociation, a l’otan c’est mémes régles pour tout le monde, et pour le Reich on as déja un protocole en court.

    ++


  • Reiki 9 février 17:23

     L Ukraine et la Russie font partie de la civilisation Européen au même titre que n importe quel autre pays dans l union.  L union européenne n est qu un faire valoir des état unis et en l état actuel. Je ne lui accorde aucune légitimité .... 


  • aimable 9 février 18:05

    Je trouve la caricature qui accompagne votre article très a propos  smiley

    Les Ukrainiens se sont laissés manipuler par des hommes politiques spécialistes des promesses de campagnes électorales , qui eux même ont été victimes des différents miroirs aux alouettes .


    • JC_Lavau JC_Lavau 9 février 18:14

      @aimable. Et qui ont été choisis et financés par des néocons (étazuniens).


    • Christelle Néant Christelle Néant 9 février 18:23

      @aimable
      C’est un immense jeu de dupes et les victimes ce sont toujours les Ukrainiens...


    • JC_Lavau JC_Lavau 9 février 18:46

      @Christelle Néant. Au temps du Reich-pour-mille-ans, les wagons tombereaux chargés de munitions ne repartaient pas vides, mais chargés de tchérnoziom
      Le trafic a repris... Par exemple vers les pays Baltes.
      Pédogenèse datant de l’Holocène, ou précédent interglaciaire. La fertilité proverbiale des tchérnozioms est fragile à une mauvaise exploitation : la saison dicte précisément ce que l’on peut faire et ne pas faire.


    • Christelle Néant Christelle Néant 9 février 20:45

      @JC_Lavau
      De plus chaque sol est adapté à l’endroit où il se trouve (géologie, faune, climat, etc). C’est ridicule d’en exporter ailleurs. Un sol adapté à un environnement A, ne le sera pas dans un environnement B.


    • JC_Lavau JC_Lavau 9 février 20:53

      @Christelle Néant. Il y a surtout que cela a demandé des dizaines de milliers d’années à évoluer. L’humus tchérnoziom est de poids moléculaire élevé, avec condensation des noyaux phènes, et en associations argilo-humiques étroites. Ces sols « iso-humiques » sur une profondeur d’un mètre à un mètre cinquante sont largement dus à la microfaune, lombrics surtout, qui ont amplement brassé la matière organique en profondeur. Essentiellement sous steppes et prairies.

      C’est un vol irréparable. Un crime contre l’Ukraïne.


    • Christelle Néant Christelle Néant 9 février 21:03

      @JC_Lavau
      Oui. Le mot crime est totalement approprié. Quand les Ukrainiens auront réellement compris l’ampleur de ce que les Occidentaux leur ont volés, il sera trop tard.


    • JC_Lavau JC_Lavau 9 février 21:47

      @Christelle Néant. J’oubliais de préciser que ce sont des sols de climats continentaux, à saisons très contrastées, modérément arrosés (400 à 500 mm/an), plutôt peu drainés.
      Ils ne résistent ni à de grandes sécheresses, ni à des lessivages intenses en climat plus arrosé.

      Ceci dit, si on en vend en sacs en Lituanie, c’est qu’à court terme, ils sont profitables. Je ne prétends pas leur dicter des solutions. Ce n’est pas mon métier.


    • biquet biquet 11 février 14:39

      @JC_Lavau
      La caractéristique du tchérnoziom en Ukraine est qu’il peut avoir jusqu’à 6 mètres d’épaisseur, d’où un formidable réservoir d’eaux pluviales.
      Mais depuis le fin de l’URSS, beaucoup de terres très fertiles ont été abandonnées pour être livrées à la spéculation foncière.


  • egos 10 février 10:22

    Russes ... ethniquement ??

    Pour avoir rencontré des russes, ce caractère ne saute pas aux yeux,

    sauf à considérer les minorités qui peuplent ce pays au même titre et à des degrés divers tous les pays d’Europe.

    Hormis l’influence des églises orthodoxes, l’usage du cyrillique, une histoire contemporaine chargée, son poids démographique et militaire, la superficie de son territoire, ds les faits un ensemble de facteurs civilisationnels, où décelle-t-on un gap ethnique ?


    • Christelle Néant Christelle Néant 10 février 15:55

      @egos
      « Une ethnie ou un groupe ethnique est une population humaine qui considère avoir en commun une ascendance, une histoire (historique, mythologique) une culture, une langue ou un dialecte, un mode de vie ; bien souvent tous ces éléments à la fois. L’appartenance à une ethnie ou ethnicité est liée à un patrimoine commun, que ce soit la tradition, des coutumes, la culture, l’ascendance, le rôle social, l’origine géographique, la langue ou le dialecte, l’idéologie, la philosophie, la religion, la mythologie, la cuisine, l’habillement, la musique. »
      Donc oui, y a une différence ethniquement, linguistiquement et religieusement entre des habitants de l’Est de l’Ukraine, qui vivent dans une zone qui a fait partie de l’empire Russe dès le 17e siècle et qui sont plutôt Russes ethniquement, et par exemple des Ukrainiens de l’Ouest, qui ont fait partie pendant des siècles de la Pologne ou de l’empire Austro-Hongrois.... Même s’il y a aussi des poins communs, bien sûr. C’est ce qui fracture actuellement l’Ukraine, entre ceux qui se sentent Européens (l’Ouest du pays et les politiciens issus du Maïdan), et ceux qui se sentent Russes (le Sud-Est du pays).


  • Guy19550 Guy19550 13 février 20:44

    L’Ukraine dans l’Otan est possible mais sans les républiques et la Crimée. C’est carrément contraire aux accords de Minsk, d’un point de vue de faisabilité. Si on s’oriente vers cela, cela implique un déploiement de défenses en Ukraine qui serait énorme. L’Ukraine veut cela au même titre qu’ils veulent les soldats de l’Onu, à savoir que c’est impayable pour eux autrement.


Réagir