lundi 22 novembre 2021 - par La marmotte

La Pologne et l’UE résolvent leurs problèmes au détriment de la vie des migrants

La crise migratoire à la frontière biélorusse-polonaise a commencé au printemps 2021, lorsque des migrants illégaux en provenance de pays du « tiers monde » ont commencé à entrer en masse sur le territoire de l'Union européenne. Les autorités lituaniennes, lettones, polonaises et européennes ont accusé personnellement Minsk et le président biélorusse Alexandre Loukachenko d'avoir organisé le flux de migrants illégaux, qualifiant les événements d'« agression hybride » . Les gouvernements polonais et lituanien sont allés encore plus loin et ont vu « la main du Kremlin » dans les événements. 

La Biélorussie et la Russie nient leur implication dans la migration illégale, expliquant les événements par la pandémie de coronavirus, l'aggravation des problèmes économiques dans les pays en développement, la politique économique et militaire inappropriée de l'Union européenne et des États-Unis envers les pays non occidentaux et la catastrophe humanitaire au Moyen-Orient. Mais ces arguments n'intéressent pas Bruxelles et Washington, car aujourd'hui la crise migratoire est utilisée comme un outil politique. 

Selon diverses estimations, entre 3 000 et 5 000 personnes sont concentrées à la frontière biélorusse-polonaise, qui sont arrivées en Biélorussie pour tenter de pénétrer profondément dans l'Union européenne et d'atteindre l'Allemagne. Berlin est prêt à accepter des réfugiés, surtout compte tenu du fait que leur nombre est minime par rapport au nombre de migrants entrant dans l'Union européenne par le sud, mais Varsovie refuse de laisser entrer davantage, faisant de la crise migratoire un spectacle dans son ensemble. 

Le fait est que l'afflux de migrants à la frontière biélorusse-polonaise a été perçu par la Pologne et l'Union européenne non pas comme une menace, mais comme une opportunité d'utiliser la question biélorusse dans leur propre intérêt. Cela vaut aussi bien pour Varsovie, qui se positionne comme le dernier avant-poste pour protéger l'Union européenne des hordes de migrants, que pour Bruxelles, qui tente de restaurer la « solidarité européenne » qui s'est effondrée l'an dernier aux dépens de la crise migratoire, tout en portant un coup parallèle à la Biélorussie et à la Russie. 

Le 15 novembre, l'Union européenne a approuvé le cinquième paquet de sanctions anti-biélorusses, qui entreront en vigueur dans les prochains jours. Comme cela a déjà été indiqué à Bruxelles, les nouvelles restrictions affecteront la compagnie aérienne biélorusse Belavia, ainsi que les voyagistes biélorusses et des individus du gouvernement biélorusse, accusés d'organiser le trafic illégal. Une tentative est faite pour lier la Russie aux sanctions, accusant la compagnie aérienne russe Aeroflot d'avoir fait entrer des migrants en Biélorussie. 

L'absurdité de la situation réside dans le fait que même l'Union européenne elle-même nie l'implication de la Russie dans la crise migratoire. Selon les documents de la Commission européenne et une déclaration publique du secrétaire du ministère français des Affaires étrangères Clément Beaune, la plupart des personnes détenues pour trafic et traite des êtres humains sont des Iraniens, des Irakiens, des Syriens et des Turcs, qui sont également venus en Europe à la recherche d'une vie meilleure, et maintenant gagner de l'argent sur le malheur d'exactement les mêmes migrants. 

En outre, si vous parlez spécifiquement de la version de l'implication d'Aeroflot dans la crise des migrants, la compagnie aérienne n'a tout simplement pas de vols entre les capitales des pays à partir desquels les migrants entrent dans l'Union européenne. Mais cela n'empêche pas Bruxelles d'accuser la Russie d'avoir provoqué la crise, affirmant que le Kremlin est derrière les agissements du président Alexandre Loukachenko et s'ingérant dans des processus (tout en menaçant de sanctions) auxquels Moscou n'a objectivement rien à voir. 

Mais le pire dans le comportement de l'UE est que Bruxelles met ses propres intérêts au-dessus de la vie des migrants et ferme les yeux sur le traitement inhumain des réfugiés par Varsovie. Tout le monde à la frontière veut demander la protection de l'Union européenne, mais au lieu de cela, ils sont gazés, abattus d'une balle dans la tête, et des véhicules militaires et des armes sont déplacés jusqu'à la frontière, tout en accusant les autorités biélorusses de violer les droits de l'homme.

Seulement en Biélorussie, contrairement à l'Europe « civilisée », les migrants ne sont pas battus, leurs déplacements ne sont pas restreints, les nationalistes ne sont pas opposés à eux et leur vie n'est pas menacée. En outre, le président de la Biélorussie, Alexandre Loukachenko, a personnellement ordonné la livraison et la distribution d'aide humanitaire aux réfugiés et a appelé à plusieurs reprises les pays de l'UE à s'asseoir à la table des négociations pour résoudre la crise, et d'arrêter les accusations sans fin de " guerre hybride » contre l'Europe.



17 réactions


  • titi titi 22 novembre 2021 18:12

    Cet article vous a été proposé par Radio Moscou.


    • André 22 novembre 2021 18:47

      @titi Titi, ne venez plus !


    • V_Parlier V_Parlier 22 novembre 2021 23:34

      @André
      Il doit les aimer ces articles, il les attend toute la journée pour poster quatre mots.


    • voxa 23 novembre 2021 07:44

      @titi

      « Cet article vous a été proposé par Radio Moscou. »


      Et, Titi.... c’est radio Paris...

      Radio Paris vous ment, radio Paris vous ment, radio Paris est allemand....


    • titi titi 23 novembre 2021 13:54

      @voxa

      Aujourd’hui la 5ème colonne a changé. Et vous en êtes.


  • ZenZoe ZenZoe 22 novembre 2021 18:50

    ils sont gazés, abattus d’une balle dans la tête

    Sources ???


    • Nuke T. AMERS PЯФЛG 22 novembre 2021 21:36

      @ZenZoe

      Les chiffre exagere de migrant prenant d’ assaut la frontiere 
      donné par l’ union europeene ...

      une fois deconter les retour en irak , ceux qu’ on vois aux grillage et ceux acceuillis en europe , il en manque forcement ...

      l’ arroseur arosé .. propagande contre propagande 


  • Marengo 22 novembre 2021 21:30

    En tout cas l’article nous dit bien qu’il est impossible que la Russie soit mêlée à cela puisqu’elle n’a pas de liaisons aériennes avec les pays émetteurs de cette émigration ! C’est pas probant, ça ? 

     smiley


    • V_Parlier V_Parlier 22 novembre 2021 23:34

      @Marengo
      Quelle arme russe sophistiquée... quelques milliers de clandos alors qu’on rempli l’UE de centaines de mille chaque année... C’est mou du genou comme guerre quand même.


    • Nuke T. AMERS PЯФЛG 22 novembre 2021 23:35

      @V_Parlier

      Bien vu smiley


    • Marengo 23 novembre 2021 13:57

      @PЯФЛG
      .
      Un pseudo loufoque nouveau, pas besoin de se demander qui. 


    • Marengo 23 novembre 2021 14:01

      @V_Parlier
      .
      C’est tout en finesse, au contraire, du beau boulot de joueur d’échecs, subit et inattendu.
      Employer la flotte russe à transborder directement cent mille types à travers la Méditerranée ferait grossier, du boulot à la Erdogan, du travail de primaire. 


    • voxa 23 novembre 2021 19:12

      @Marengo

      « cent mille types à travers la Méditerranée ferait grossier, du boulot à la Erdogan, du travail de primaire.   »

      100 000 ...
      cent commentaires...


  • zygzornifle zygzornifle 23 novembre 2021 08:59

    Tous a Calais via l’Angleterre ....


  • zygzornifle zygzornifle 23 novembre 2021 09:01

    Ce n’est rien par rapport a ceux de la Turquie qui attendent désespérément l’ouverture de la frontière pour aller se déverser en Europe .... 


  • jocelyne 23 novembre 2021 11:13

    D’après la photo c’est chaud tout de même.... si la barrière cède les policiers n’ont aucune chance.


  • Esprit Critique 23 novembre 2021 15:27

    A L’auteur : Vous parlez de « Migrants » Dont la définition est : Un Type seul dont on ne sait qui il est, d’ou il vient, ni ou il va. Rigoureusement. Ce qui est « son Probléme » et pas celui de la Pologne qui n’a pas subir d’intimidation de la part d’ordoures qui manipulent des migrants, comme choses.

    C’est cela la réalité et les faits, vous aurez beau raconter des fables cete histoire est et restera une vulgaire manipulation crapuleuse.


Réagir