mardi 6 février - par Christelle Néant

La RPD annonce que Kiev se prépare pour une guerre éclair dans le Donbass au printemps

Récemment, nos services de renseignement ont détecté une accumulation active de forces et de moyens ennemis sur toute la ligne de contact.

En contradiction avec les accords de Minsk, le commandement militaire ukrainien fait converger l'armement lourd vers la ligne de front, le retirant des sites de stockage temporaire, ce qui est noté quotidiennement dans les rapports de la Mission de l'OSCE.

Les habitants des localités situées sur le territoire sous contrôle ukrainien nous informent quotidiennement sur les colonnes de matériel de combat et de transport acheminant du personnel et des moyens matériels, y compris du carburant et des munitions de gros calibre, jusqu'à la ligne de contact.

Liste des pièces d’équipement absentes des zones de stockage notées par la MSS de l’OSCE du 27 janvier au 2 février 2018 :

- 27 janvier : six obusiers D-20 de 152 mm, deux canons antichars Rapira de 100 mm et 16 chars d’assaut T-64 et T-72 ;

- 28-29 janvier : quatre canons automoteurs Gvozdika de 122 mm, deux canons tractés Ghiatsint-B de 152 mm, et 33 chars d’assaut ;

- 31 janvier : sept chars d’assaut, six canons automoteurs Gvozdika de 122 mm et cinq mortiers de 82 mm ;

- 1er février : six canons automoteurs Akatsia de 152 mm, quatre canons automoteurs Gvozdika de 122 mm, et huit chars d’assaut ;

- 2 février : un canon automoteur Gvozdika de 122 mm ; quatre systèmes de lance-roquettes multiples BM-21 Grad de 122 mm et un char d’assaut.

On note également la reconnaissance aérienne croissante par l'ennemi de l'emplacement de nos positions, du déploiement de nos troupes et des infrastructures vitales des localités de la république.

Vols des drones ukrainiens

En outre, il est notoire que des ordres d'opération pour préparer une offensive ont déjà été envoyés aux forces et aux unités militaires stationnées dans la zone de l'OAT, et que des fonds supplémentaires ont été crédités sur les comptes de la 57e brigade d'infanterie mécanisée et de la 30e brigade mécanisée pour les incitations matérielles destinées aux militaires.

Envoi de fonds suopplémentaires aux soldats ukrainiens

Ces faits sur l'accumulation de forces et de moyens des forces ennemies indiquent que la partie ukrainienne, malgré les accords de Minsk, se prépare activement à des actions offensives tout le long de la ligne de contact. La tentative d'assassinat du ministre de la Défense de la république, le général V. Kononov, ne fait que confirmer le renforcement des activités subversives des forces spéciales des FAU.

Nos conclusions sont confirmées, entre autres, par le décret de l'état-major général des Forces Armées Ukrainiennes sur la planification des actions offensives, publié dans les médias ukrainiens. Des experts et des analystes militaires ont confirmé l'authenticité de ce document, et le personnel de combat qui y figure coïncide parfaitement avec nos données de renseignement.

Article supprimé depuis

Le plan de l'ennemi prévoit l'utilisation des forces déployées sur la ligne de contact et des unités militaires présentes dans la zone de l'OAT, soutenues par l'artillerie et l'aviation, pour infliger des dégâts maximums aux milices populaires de la RPD et de la RPL, traverser la zone de sécurité et franchir les fortifications de la première ligne défensive et les zones de défense des unités de première ligne de la RPD et de la RPL. Par des tirs d'artillerie lourde et la puissance de feu des unités de chars et d'infanterie mécanisée, des unités d'assaut aérien et d'artillerie sur les positions de la milice populaire de la RPD, l'ennemi tentera de créer les conditions nécessaires à l'introduction des forces principales des unités offensives des FAU.

Concentrations de troupes ukrainiennes

Permettez-moi de vous rappeler que le lieutenant-général M. Zabrodsky, commandant des troupes d'assaut aérien, est le chef de l'OAT. Le commandement des FAU prévoit de vaincre les forces armées des républiques populaires et de prendre pied le long des lignes de Sorokino, Dovjansk, Marinovka et Novoazovsk. Plus loin, le plan prévoit d'atteindre la frontière des Républiques Populaires avec la fédération de Russie.

Afin d'atteindre les objectifs de l'opération et de renforcer les unités offensives, l'ennemi envisage la création de réserves opérationnelles du groupement combiné des forces de la 28e brigade mécanisée dans la direction d’attaque principale et de la 128e brigade d'infanterie de montagne dans l'autre direction d’attaque.

Plan d'attaque ukrainein

Dans la direction de la concentration de ses forces principales, l'ennemi, par deux frappes de couverture en direction de Verkhnetoretskoye, Ilovaïsk (17e brigade de chars d'assaut, et 93e brigade mécanisée) et dans la direction de Maximovka, Starobechevo, Ilovaïsk (1ère brigade de chars d'assaut, 14e brigade mécanisée, et partiellement les forces de la 30e brigade mécanisée (un bataillon de chars d'assaut)), tentera de franchir la ligne de contact et de percer la première ligne défensive des Forces Armées de la RPD, et, après avoir concentré les efforts par l'introduction d'unités de deuxième ligne et de réserve, de couper les unités du 1er Corps d'Armée, entourer et prendre la ville de Donetsk.

Plus loin, poursuivant l'offensive, l'ennemi prévoit de s'emparer de la ligne de Loutougino, Ilovaïsk, Komsomolskoye, Pobeda.

Attaque prévue su Sud de la RPD

L'ennemi a l'intention de lancer une autre attaque en direction de Sakhanka et Bezymennoye (36e brigade de marine, et 79e brigade aéroportée). Cela permettra à l'ennemi de fixer nos forces dans la direction de Marioupol et de les empêcher de se déplacer vers Donetsk. Plus loin, en intensifiant les efforts par l'introduction d'unités de deuxième ligne, il prévoit d'atteindre la ligne de Boikovskoïe, Novoazovsk, nous privant ainsi de l'accès à la mer d'Azov.

Attaque prévue contre Lougansk

L'ennemi projette d'envahir le territoire de la RPL en direction de Krymskoye, Loutougino (72e et 92e brigades mécanisées). Par la suite, en redoublant d'efforts, il prévoit de saisir la ligne de Sorokino, Dovjansk, et, par les actions des détachements de combat des unités des troupes d'assaut aéroportées (80e brigade d'assaut aérienne et la 81e brigade aéroportée) en direction de Stanichno-Lounganskoye, Dovjansk, de vaincre les Forces Armées de la RPL et atteindre la frontière de la fédération de Russie.

Je m'adresse personnellement au commandant en chef des troupes ukrainiennes, le général Viktor Mujenko. Vos déclarations du 5 octobre 2017 au sujet des nombreuses pertes de soldats et de civils ukrainiens qui seraient tués ou blessés dans l'éventualité d'une offensive contre le Donbass, ont réussi à refroidir les têtes brûlées. Afin d'éviter l'escalade du conflit, il est nécessaire d'arrêter à nouveau cette aventure planifiée par les dirigeants politiques.

Les stratèges ukrainiens n’ont pas choisi le moment de l'offensive de manière fortuite, et il est connecté, tout d'abord, comme nous le supposons, avec le fait que l'attention principale de la communauté internationale à ce moment là sera dirigée vers l'élection du président de la fédération de Russie et la Coupe du monde organisée en Russie.

En ce qui concerne l'agression armée prévue par le commandement ukrainien, nous nous tournons vers la communauté internationale pour exhorter l'Ukraine en la personne de Porochenko, Poltorak, Mujenko et Zabrodsky, à rappeler les engagements pris par l'Ukraine pour empêcher la reprise du conflit dans le Donbass conformément aux accords de Minsk.

J'assure les habitants du Donbass que nous analysons soigneusement et minutieusement toutes les informations que nous recevons et sommes conscients de chaque étape planifiée par l'ennemi, pour lesquelles des contre-mesures ont déjà été prises.

Je souligne que la guerre éclair prévue par les FAU n'apportera pas le résultat escompté à la partie ukrainienne et, en cas d'agression armée contre les républiques populaires, l'ennemi sera irrémédiablement détruit.

Les soldats de la 128e brigade d'infanterie de montagne ont déjà refusé de participer à cette aventure et ont été immédiatement retirés de la zone de l'OAT. La brigade ayant été nettoyée par le SBU, le commandant de brigade Sobko a été temporairement suspendu de ses fonctions. Aujourd'hui, l’État-major général des FAU prend des mesures urgentes pour rétablir la capacité de combat et réorganiser les unités qui refusent d'éliminer leur propre peuple.

Je voudrais également m'adresser aux habitants de l'Ukraine qui ne sont pas insensibles afin qu’ils n’envoient leurs maris et leurs fils dans ce bain de sang.

Nous lancerons également un appel officiel à l'OSCE, aux dirigeants américains et aux représentants du Format Normandie, dans lequel il sera déclaré qu'au moment où les négociations pour mettre en œuvre les accords de Minsk sont en cours, la partie ukrainienne planifie une attaque impliquant la mort de milliers d’habitants ukrainiens et de la République Populaire de Donetsk, qui ne veulent pas vivre dans un État avec des autorités néo-nazies. Il faut empêcher les agresseurs de Kiev d'accomplir leurs plans !

Vice-commandant de la milice populaire de la RPD, colonel Édouard Bassourine, traduction officielle par Christelle Néant de l’agence DONi Press.



31 réactions


  • JC_Lavau JC_Lavau 6 février 18:25

    The Saker aussi fait les mêmes prévisions pour la date de l’attaque. Article en attente de modération.


    • Christelle Néant Christelle Néant 6 février 18:28

      @JC_Lavau
      Oui j’ai vu l’article et ai voté pour. Les différentes analyses se rejoignent. C’est aussi ce que je crains depuis un moment. Je pensais que l’escalade serait plus brutale après le Nouvel An, mais le bordel interne dans l’armée ukrainienne semble ralentir un peu leurs projets.


  • Alren Alren 6 février 18:27

    Une offensive ainsi connue à l’avance doit permettre de préparer des défenses et notamment de créer des champs de mines.

    Si Poutine prend la menace au sérieux, il peut fournir aux deux républiques de quoi transformer cette grande offensive en un cuisant revers pour les nazis de Kiev et précipiter leur chute du fait du ressentiment des militaires survivants.


    • Christelle Néant Christelle Néant 6 février 18:29

      @Alren
      Les défenses ont été renforcées et clairement cela se transformera en ultime chaudron et ultime défaite pour l’armée ukrainienne.


  • Choucas Choucas 6 février 20:16

     
    Il y avait un reportage je sais plus où qui disait que quasi plus personne (4% d’une classe d’âge) ne faisait de service militaire en Ukraine ?
    Et que cette dernière se vidait de sa population (esclaves pour la Pologne notamment)
     
    Se battre pour les multiethniqueurs mondialistes Soros-Rothschild, quand on se prétend d’ED, faut être con...
     
    Si on suit Todd, l’Allemagne est proche de pouvoir dire merde aux US, son empire européen étant quasi fait. Dans ce cas elle pourra négocier avec la Russie un partage où une neutralisation de l’Ukraine.
     


    • Christelle Néant Christelle Néant 6 février 20:20

      @Choucas
      Xavier Moreau en avait parlé dans l’une de ses dernières vidéos, qu’à peine 4% des jeunes hommes appelés sous les drapeaux en Ukraine se pointaient à la visite médicale lors de la dernière vague de mobilisation. Un désastre.
      L’Ukraine perd sa population, son industrie, son économie et donc son avenir.
      Concernant l’Allemagne oui il faut surveiller comment et si elle peut dire merde aux USA. Car il ne faut pas oublier qu’il y a encore pas mal de bases américaines en Allemagne.


    • Choucas Choucas 6 février 23:52

      @Christelle Néant
       
      Oui Moreau, et Arte (où LCP) a parlé d’un patron routier qui trouvait même plus de chauffeur.
       
      « Hillary Clinton rencontre secrètement des banques internationales pour comploter à la destruction de la souveraineté américaine, afin d’enrichir ces puissances financières mondialisées, ses amis des intérêts particuliers, et ses donateurs. » Trump


  • JC_Lavau JC_Lavau 6 février 21:59

    Vu depuis chez moi, une question demeure l’état des anti-aériens ukies. Ils ont toujours des BUK. En état ?


    On a compris d’après la description énumérée par Bassourine que la tactique est d’écraser les zones proches, d’un déluge de feu.
    Questions : évacuer les civils vers l’arrière, surtout les vieux, dans l’urgence ?
    Moyens de contre-batterie suffisants ?
    Assez de drones de réglage d’artillerie ? Moyens de les protéger d’une DCA de proximité ?

    Tel que j’ai compris, zéro aviation d’attaque en RPL-RPD. Et pas de terrains non plus hors-feu, pour recevoir des appareils alliés ?
    Du débarquement de 1944 et de la bataille de Normandie, j’ai quand même retenu combien, par beau temps, les Typhoons armés de roquettes à charge creuse faisaient des trous dans les Tiger. Les SU25 sont prévus pour le même usage, mais ne sont pas 100% invulnérables, notamment pas aux manpads.

    Vulnérabilité des communications électroniques ?
    Je ne demande pas de réponse, du reste impossible. 

    • JC_Lavau JC_Lavau 6 février 22:38

      @JC_Lavau. Voici un moyen de calmer une offensive :

      Plus facile toutefois dans le désert qu’en zone urbaine habitée.

    • Choucas Choucas 6 février 23:56

      @JC_Lavau
       
      Mais non,
       
      les vieux se battent et les jeunes fuient en zodiac en payant une mafia négrière islamique, et traversent la mer noire...
       
      si... si... c’est ce que tété bobo didi


    • JC_Lavau JC_Lavau 7 février 00:02

      Choucas, fou à lier.

      Chef-lieu Moulins.

    • Christelle Néant Christelle Néant 7 février 09:00

      @JC_Lavau
      Le problème c’est que d’évacuer les gens du front c’est bien mais où loge-t-on tous ces gens de une ? Car cela fait du monde, une bonne partie de la périphérie Ouest de Donetsk est sur le front.... En clair cela fait au bas mot plusieurs centaines de milliers de personnes. Et en cas d’attaque toutes nos forces seront concentrées sur la défense. il sera impossible de procéder à une évacuation de plusieurs centaines de milliers de personnes. De plus si les tirs prévus sont aussi intenses, même le centre de Donetsk sera touché ce qui augmentera la population potentiellement à évacuer. De trois la plupart refusent de partir de chez eux....
      Pour le reste je ne suis pas au courant des détails de ce dont nous disposons mais effectivement nous n’avons pas d’aviation. 


    • Christelle Néant Christelle Néant 7 février 09:02

      @JC_Lavau
      J’avais oublié la question sur les BUK, oui les Ukrainiens en ont toujours en état de fonctionnement.


    • Alren Alren 11 février 12:28

      @JC_Lavau

      "Du débarquement de 1944 et de la bataille de Normandie, j’ai quand même retenu combien, par beau temps, les Typhoons armés de roquettes à charge creuse faisaient des trous dans les Tiger."

      Puisque vous parlez de la bataille de Normandie, j’y reviens.

      "Pour la première fois dans l’histoire des batailles une aviation de chasseurs-bombardiers a arrêté une puissante offensive terrestre" ont dit les chefs allemands après l’échec de la contre-offensive de Mortain.

      Cependant, en examinant, après les combats, les épaves de chars allemands, on s’est aperçu que la plupart avaient été détruits par des armes antichar terrestres.

      En fait, les Typhoons avaient eu un impact plus psychologique que pratique : ils semaient la terreur chez les tankistes qui se camouflaient immobiles sous leur filet de protection quand un vol était repéré.

      Car mourir brûlé vif dans un char était certainement une des pires morts pour les soldats.

      Mais les roquettes non guidées qu’ils lançaient de 2 000 mètres sur une cible aussi petite qu’un char rataient le plus souvent la cible, neuf fois sur dix peut-être.

      Seuls les téméraires qui s’approchaient davantage à quelques centaines de mètres avaient une bonne probabilité de réussir.

      Mais ils s’exposaient alors à des tirs venant du sol, meurtriers : les pertes en pilotes de chasseurs-bombardiers furent effroyables durant la bataille de Normandie. Du fait de la basse altitude de vol, le saut en parachute, sans siège éjectable, était impossible.

      L’aviation alliée omniprésente a eu un autre effet décisif en mitraillant les panzers-grenadiers, les fantassins accompagnant les chars et qui les protégeaient des antichars camouflés.

      En revanche, les champs de mines enterrées par les Allemands autour de Caen, ont permis à ceux-ci d’arrêter deux assauts de Montgomery, car les chars démineurs ne progressaient qu’à 1 km/h, donnant le temps à l’artillerie allemande de pilonner les colonnes d’assaut.

      Bien sûr les roquettes primitives ont été, depuis, remplacées par des missiles utilisant plusieurs formes de guidage. Mais l’aviation ne conquiert pas de territoire. Seules les troupes au sol le font. Et des champs de mines, évoluées elles-aussi, leur poseraient un énorme problème.


    • JC_Lavau JC_Lavau 11 février 12:41

      @Alren. OK merci ! Toute information factuelle est la bienvenue.


  • JC_Lavau JC_Lavau 7 février 12:47

    J’ai lu dans le document : « soutenues par l’artillerie et l’aviation ». Donc de l’aviation d’assaut, l’Ukraïne en possède toujours.

    Je n’ai pas vu en revanche les positions des obusiers automoteurs de 203 mm. Ça tire à 35 km, ça, et davantage avec charge additionnelle. Tout ce qu’il faut pour mener une guerre de lâches, sans rien risquer d’un antichar du front.

    Le sort de Gaza nous démontre depuis xx années qu’une population qui n’a ni antichars, ni contre-batterie, ni anti-aériens est condamnée à se faire hacher menu par un voisin gangster. On a vu les merkava tirer à découvert sur les habitations gazaouies, sans se préoccuper d’être abrités par le moindre muret ni retranchés : aucun antichar à craindre !

    Autant la défensive peut être efficace - et encore à condition que l’aviation d’assaut n’en fasse pas trop - contre une percée blindée ou mixte, autant pour aller faire taire des batteries qui tirent depuis plus de 10 km, il faut des moyens autrement plus longs que du strictement défensif. Il faut de la contre-batterie longue. Si j’ai compris quelque chose, seule la Russie en a. Vu la précision nécessaire pour atteindre un obusier automoteur à l’arrière, il faut des missiles élaborés. Avec moindre précision, on n’a de cible vulnérable que leur véhicule de réapprovisionnement.

    • Christelle Néant Christelle Néant 7 février 14:27

      @JC_Lavau
      Oui il reste quelques avions à l’Ukraine, mais le passé (2014) a montré que la RPD et la RPL peuvent les abattre assez facilement. Donc ils finiront assez vite en tas de pièces détachées.
      L’armée ukrainienne a des canons Pion (et j’ai déjà vu dans le Sud de la RPD les dégâts qu’ils font). Mais la RPD et la RPL ont aussi de l’artillerie lourde et des chars d’assaut, dont la portée de tir est supérieure à 10 km. Nous avons des canons antichars, et des systèmes Fagot. De quoi nous défendre comme il faut.


    • JC_Lavau JC_Lavau 7 février 15:56

      @Christelle Néant. Ce qui est vraiment vulnérable dans le système d’arme 2S7 Pion, ce sont le véhicule d’accompagnement et les servants, non protégés.

      Vulnérables à munitions à fragmentation. Ce qui réclame, vu la portée, un missile ou de l’aviation.

    • Christelle Néant Christelle Néant 7 février 16:23

      @JC_Lavau
      Ou du lance-roquettes multiples qui a aussi de la portée assez lourde (20 km pour le Grad, 35 km pour Ouragan) et fait du dégât sur une grosse zone... Le canon Pion a été très peu utilisé par l’armée ukrainienne. Ils utilisent surtout les chars, l’artillerie de 122 et 152 mm, les lance-roquettes multiples, l’aviation et les mortiers.


  • Tom France Tom France 7 février 13:11

    Ils sont tellement aveugles et au bord du précipice que je ne crois pas que cette possible offensive est été vraiment préparée comme il se doit. Je crois aussi qu’ils finiront en fin de compte, par se prendre une raclée mémorable qui les poussera peut être à se retirer complètement et achèvera le régime actuel de kiev ! Reste juste à voir la réaction des agresseurs de l’OTAN/US, ces derniers venant de mettre à jour leur nouvelle doctrine militaire avec la frappe nucléaire préventive.


    • JC_Lavau JC_Lavau 7 février 13:18

      @Tom France. Et s’ils mènent avant tout une guerre de lâches : bombarder, bombarder, bombarder ?


    • V_Parlier V_Parlier 7 février 16:09

      @JC_Lavau
      Oui, jusqu’à forcer les russes à intervenir afin que les USA obtiennent enfin ce qu’ils veulent !
      (C’est peut-être une condition non divulguée pour la prochaine « aide » financière à Kiev)


    • Christelle Néant Christelle Néant 7 février 16:24

      @V_Parlier
      Clairement leur but est de forcer la Russie a intervenir, pour que l’OTAN tienne son prétexte pour lancer une première frappe nucléaire (vu que selon la nouvelle doctrine US maintenant ils peuvent nuker tout ce qui bouge)


    • Mychris Mychris 7 février 19:25

      @Christelle Néant

      Bonsoir Christelle, vous y croyez vraiment, à une frappe nucléaire des USA contre la Russie ?
      La Russie possède également de nombreuses têtes nucléaires et ne manquera pas de répliquer.
      La destruction du monde, USA inclus est un objectif qui me semble un peu étrange...


    • Xenozoid Xenozoid 7 février 19:34

      @Mychris

      c’est l’usage des tactical weapon with low yiels qui se prépare,les munitions sont déja la sur le terrain ,en irak,par exemple et surement ailleur aussi,le tungsten se faisant obsolete


    • Xenozoid Xenozoid 7 février 19:37

      @Xenozoid
      yiels=yields


    • Christelle Néant Christelle Néant 7 février 19:43

      @Mychris
      Bonsoir,
      Vous avez du mal à y croire car vous souffrez de ce que Paul Craig Roberts et moi-même avons décrit dans nos articles récents : l’illusion de la raison.
      Vous croyez que nos élites réfléchissent de manière rationnelle et en se basant sur les faits réels. Malheureusement ce n’est pas le cas. L’élaboration d’une doctrine aussi délirante, tout comme le caca nerveux des USA à l’ONU lors du vote concernant le statut de Jérusalem en sont les meilleures preuves.
      Nous sommes gouvernés par des gens qui sont eux même gouvernés par leurs peurs les plus primaires. Et qui agissent comme des sales gosses ayant eu l’habitude de diriger la maison et qui se voit soudainement dire non. Ils sont prêts à tout casser sans réfléchir au fait qu’ils vont se blesser dans l’histoire.


  • goc goc 8 février 05:29

    Bonjour Christelle

    comme toujours un article passionnant

    juste une petite information glanée sur le site « Boursorama ». Il s’agit des détails de l’accord en Allemagne entre le CDU et le SPD, et plus particulièrement la partie « DÉFENSE/POLITIQUE EXTÉRIEURE »

    source :
    http://www.boursorama.com/actualites/encadre-les-principaux-points-de-l-accord-de-coalition-en-allemagne-86f68317127816d5a4493fcf9807a564

    extrait :
    ...
     * France et Allemagne doivent continuer à promouvoir une
    solution pour mettre fin au conflit ukrainien. Se préparer à
    alléger des sanctions en cas d’application par la Russie des
    accords de paix de Minsk

    ...

    Ce que je trouve inquiétant, c’est le coté unilatéral de la surveillance des accords de Minsk, c’est à dire que dans ce document, il n’est pas fait mention d’une quelconque surveillance du respect des accords par Kiev, et encore moins de notions de sanctions dans le cas contraire.

    Mais on peut aussi être optimiste et y voir une porte ouverte vers la fin des sanctions contre la Russie.

    Perso, je serais plutôt pessimiste, car au vu du reste du dit document, l’obéissance aux USA reste le fil conducteur, même si ils y ont ajouter quelques semblants d’indépendance mais ça reste des bonnes paroles uniquement.


    • Christelle Néant Christelle Néant 8 février 08:32

      @goc
      Tu peux être pessimiste vu que la Russie n’étant que garante des accords de Minsk n’a rien à appliquer concernant ces accords. C’est comme demander à l’Allemagne de respecter le cessez-le-feu dans le Donbass.....


  • Jean Lonnet 8 février 14:21

    Il existe d’excellents psychiatres pour soigner toutes ces hallucinations... sinon essayez les plantes !


Réagir