jeudi 14 mai - par Christelle Néant

Le référendum du Donbass de 1994, sur lequel tout le monde a fermé les yeux

Le 27 mars 1994, un référendum (déguisé en sondage) a été organisé dans le Donbass concernant la fédéralisation de l’Ukraine, le statut de la langue russe, et l’intégration eurasienne. Ce référendum qui a eu lieu 20 ans avant ceux qui ont entériné la création des Républiques Populaires de Donetsk et de Lougansk, a été oublié. Pourtant les résultats de ce référendum sont importants pour comprendre ce qui s’est passé dans le Donbass au printemps 2014. Voilà pourquoi j’ai décidé de traduire cet article publié en 2019, qui marquait les 25 ans de ce référendum oublié de tout le monde.

JPEG

« Le 27 mars [2019] a marqué le 25e anniversaire d’un référendum que tout le monde tente d’oublier. Le référendum de 1994 a en fait séparé le Donbass de l’Ukraine il y a 25 ans. L’initiateur du référendum local dans le Donbass sur le statut de la langue russe et la fédéralisation de l’Ukraine a été l’organisation du Mouvement international du Donbass, fondé en 1989 par les frères Dmitri et Vladimir Kornilov. Comme l’a rappelé Vladimir Kornilov, « les représentants des forces et organisations politiques de Donetsk et, surtout, les comités de grève de la région de Donetsk, qui avaient à l’époque un grand pouvoir, réclamaient depuis longtemps ce référendum.

L’idée de donner au russe un statut de langue d’État, au côté de la langue ukrainienne, l’idée de fédéralisation de l’Ukraine était sur toutes les lèvres à l’époque et était soulevée non seulement dans le Donbass, mais dans toute l’Ukraine. Avec ces slogans, les mineurs se sont mis en grève ». En mars 1994, les conseils régionaux des régions de Donetsk et de Lougansk ont décidé d’organiser un référendum régional », écrit Ivan Pobedonostsev.

En 1994, un référendum a été organisé dans les régions de Donetsk et de Lougansk sur le statut de ces régions, la langue russe qui y est parlée et l’intégration eurasienne.

Il y a 20 ans à peine, le Donbass soutenait tout cela à la majorité absolue, et ces résultats ne se réalisent pas – personne même ne s’en souvient !

Il n’y a presque pas un mot à ce sujet sur l’Internet. En 1994, il n’y avait pas encore d’Internet, et lorsqu’il est apparu, après la pauvreté des années 90, cet événement était déjà oublié.

En outre, le régime de Kiev a imposé un tabou sur toute discussion concernant la fédéralisation, et encore plus d’un référendum qui a eu lieu il y a longtemps. Il est simplement entouré d’une zone de silence, même en Russie. Il est donc temps de le rappeler à l’ensemble de la Russie.

Le 27 mars 1994, des élections parlementaire ont eu lieu en Ukraine.

Mais dans les régions de Donetsk et de Lougansk, un référendum a été organisé en parallèle, au cours duquel il a fallu déterminer l’attitude du Donbass à l’égard du statut de la langue russe, de la structure étatique de l’Ukraine et de l’intégration eurasienne.

Après tout, le vote sur l’indépendance de l’Ukraine le 1er décembre 1991 a été une forme de tromperie du peuple, car la question qui a été soulevée était : « Confirmez-vous l’Acte de déclaration d’indépendance de l’Ukraine ?  » La formulation elle-même contenait déjà la réponse « oui » – la question n’était pas de savoir si vous êtes pour ou contre l’indépendance, mais s’il y avait un acte ou non. Bien sûr, c’était le cas. Le peuple a été tout simplement trompé. Je ne dis pas que si la formulation était différente, les gens auraient voté contre, mais il faut garder ce fait à l’esprit.

Par ailleurs, le texte de la loi sur la déclaration d’indépendance de l’Ukraine est également intéressant. Il fait référence au « danger mortel qui pèse sur l’Ukraine suite au coup d’État en URSS du 19 août 1991  ». Excusez-moi, mais la Crimée n’a-t-elle pas organisé son propre référendum le 16 mars 2014 pour la même raison ?

«  Procédant du droit à l’auto-détermination prévu par la Charte des Nations unies et d’autres documents juridiques internationaux » – cela s’applique-t-il uniquement à l’Ukraine, mais pas à la Crimée, au Donbass et à d’autres régions ?

« Poursuivre la tradition millénaire de construction de l’État en Ukraine  » est encore plus intéressant. En 1991, le Conseil suprême parlait encore de la « tradition millénaire de la construction de l’État », et 20 ans plus tard, soudain, apparaissait « l’histoire millénaire de l’Ukraine ». Tout est tissé à partir de mensonges !

Mais le plus important est peut-être ceci. L’acte dit : «  Mise en œuvre de la déclaration de souveraineté de l’État ukrainien…  ».

Cette déclaration a été adoptée le 16 juillet 1990, presque immédiatement après une déclaration russe similaire (12 juin 1990). Elle se termine par les mots suivants : « Les principes de la Déclaration sur la souveraineté de l’Ukraine sont utilisés aux fins de la conclusion d’un traité d’union ». Ainsi, l’acte de déclaration d’indépendance de l’Ukraine a directement violé la déclaration de souveraineté de l’État ukrainien et la volonté du peuple lors du référendum de l’Union tout entière du 17 mars 1991 ! Après tout, le peuple a alors voté à une écrasante majorité pour le maintien de l’URSS et la conclusion d’un nouveau traité d’union.

Par conséquent, la soi-disant « indépendance » de l’Ukraine est basée sur des décisions illégales. Faut-il s’étonner que les gens ne l’acceptent pas ? Et déjà en 1994, une aumône a été jetée au Donbass pour obtenir sa docilité. On l’a cyniquement appelé « sondage consultatif ». Mais quel sondage est-ce là, s’il y a eu un vrai vote avec des bulletins de vote ? C’était en fait un référendum, dont les résultats ont été tout simplement ignorés par Kiev.

À propos, veuillez noter que le conseil régional a été guidé par la loi ukrainienne «  sur les référendums locaux et nationaux ». Premièrement, il s’avère qu’en 1994, elle existait, et en 2014, elle avait soudainement disparu ? Qui sont ces criminels qui ont annulé la loi sur l’expression de la volonté du peuple ? Ou bien qui sont ces criminels qui ont caché la loi sur l’expression de la volonté du peuple ? Et deuxièmement, la loi sur le référendum n’est pas mentionnée dans le « sondage ». Il s’agissait d’un référendum, mais il a été spécifiquement appelé « sondage » pour en réduire l’importance. Après tout, les résultats n’avaient pas de quoi réjouir Kiev. Les voici.

Quatre questions ont été mises au vote :

1. «  Êtes-vous d’accord pour que la Constitution ukrainienne fixe la structure territoriale fédérale de l’Ukraine ? » [c’est-à-dire «  êtes-vous pour la fédéralisation de l’Ukraine ?  » – note de la traductrice]

Résultats dans la région de Donetsk :
Pour – 79,69 %
Contre – 15,02 %


Bulletins de vote non valables – 5,29 %
Hors bulletins nuls : pour – 84,14 %.

Aucun résultat n’a été trouvé sur cette question dans la région de Lougansk [Wikipédia indique que des sondages dans la région de Lougansk donnaient 75 % de « Pour » à cette question – note de la traductrice].

2. «  Êtes-vous d’accord pour que la Constitution ukrainienne établisse le fonctionnement du russe comme langue d’État de l’Ukraine en même temps que la langue ukrainienne ? »

Résultats dans la région de Donetsk :
Pour – 87,16 %
Contre – 8,54 %
Bulletins nuls – 4,30
Hors bulletins nuls : pour – 91,08 %.

Résultats dans la région de Lougansk :
Pour – 90,38 %
Contre – 5,04 %
Bulletins de vote non valables – 4,58 %
Hors bulletins non valables : pour – 94,72 %.

3. « Êtes-vous d’accord pour que, sur le territoire de la région de Donetsk (Lougansk), la langue de travail, de bureau et de documentation, ainsi que pour l’éducation et la science, soit le russe en même temps que l’ukrainien ?  »

Résultats dans la région de Donetsk :
Pour – 88,98 %
Contre – 6,86 %
Bulletins nuls – 4,15
Hors bulletins nuls : pour – 92,84 %.

Résultats dans la région de Lougansk :
Pour – 90,91 %
Contre – 4,51 %


Bulletins de vote non valables – 4,58 %
Hors bulletins nuls : pour – 95,27 %.

4. « Êtes-vous pour la signature de la Charte de la CEI, pour la pleine participation de l’Ukraine à l’union économique, et à l’assemblée interparlementaire des États de la CEI ? » (En 1994, c’était synonyme d’intégration eurasienne – note de l’auteur).

Résultats dans la région de Donetsk :
Pour – 88,72 %
Contre – 6,82 %
Bulletins nuls – 4,45 %
Hors bulletins nuls : pour – 92,86 %.

Résultats dans la région de Lougansk :
Pour – 90,74 %
Contre – 4,54 %
Bulletins de vote non valables – 4,72 %
Hors bulletins nuls : pour – 95,24 %.

Le taux de participation a été de 72 % dans la région de Donetsk et de 75 % à Lougansk.

Les résultats sont donnés selon les données du journal « Donbass » du 1er avril 1994 (pour la région de Donetsk) et « La vie de Lougansk » daté du 2 avril 1994 (pour la région de Lougansk). Copie du journal « Donbass » avec les résultats du référendum – ci-dessous.

Scan du journal Donbass

Scan du journal Donbass - Résultats du référendum

Voilà comment le Donbass s’est exprimé en 1994. C’est pourquoi le régime de Kiev a si peur d’organiser un quelconque référendum au Donbass. Au lieu de cela, une fausse propagande sur « l’unité et l’intégrité » est déversée. Mais comment une partie peut-elle être entière ?

En outre, les résultats du référendum ont révélé la falsification des données officielles sur la composition nationale. Selon eux, les personnes suivantes vivent dans la région de Donetsk : Russes – 38 %, Ukrainiens – 57 %. Dans la région de Lougansk, c’est la même chose. Et ces « 38 % de Russes » deviennent 90 % qui soutiennent la langue russe ? Absurde ! C’est juste qu’ont été enregistrés comme « Ukrainiens » tous ceux qui sont nés sur le territoire de la RSS d’Ukraine, à moins que leurs parents ne soient originaires de Russie. C’est ainsi qu’est née la « logique » de l’existence des « républiques nationales », inventée par les bolcheviques. Mais les bolcheviques en avaient besoin pour des raisons idéologiques à l’époque, et le régime de Kiev utilise toujours la même rhétorique, en l’adaptant à l’idéologie anti-russe et néo-nazie.

Source : Blog Elenka Donetskaya
Traduction par Christelle Néant pour Donbass Insider




Réagir