vendredi 21 juillet - par Christelle Néant

Pourquoi Zakhartchenko a-t-il décidé de créer la Malorussie ? Quelques pistes d’explication, et pourquoi ce n’est pas si farfelu que çà...

Le 18 juillet, Alexandre Zakhartchenko annonçait la création d'un nouvel état remplaçant l'Ukraine : la Malorussie (« Petite Russie » en traduction littérale). Depuis deux jours, les commentaires, réflexions, ou réponses officielles se succèdent et donnent lieu à des discussions enflammées aussi bien sur internet que dans la vie réelle, de l'Occident jusqu'au fin fond de la Russie, en passant par le Donbass.

Chacun et chacune y va de son commentaire, glosant sur la folie de cette déclaration, sur le fait que c'est une bonne idée, ou sur le fait qu'elle est loin d’entraîner l'adhésion de tous.

Arriver à se faire une idée claire au milieu de ces réactions et débats enflammés, souvent plus dictés par les sentiments personnels que par une réflexion froide et rationnelle, n'a rien de simple. Je vais donc essayer de prendre un peu de distance et de hauteur pour analyser cette initiative de la manière la plus pragmatique et stratégique possible.

Alexandre Zakhartchenko n'est pas un dirigeant fou, s'il peut être parfois passionné dans ses déclarations, il n'a rien d'un impulsif qui prendrait des décisions aussi importantes sur un coup de tête. C'est un commandant et un chef d'état responsable qui sait élaborer une stratégie aussi bien sur le plan militaire que civil.

Maintenant que l'on a exclu le coup de folie, passons aux raisons potentielles (et non exhaustives) de cette déclaration de création de la Malorussie :

1. Lancer un avertissement à Kiev, à l'UE, à l'OTAN et aux USA

Depuis des mois, l'application des accords de Minsk et même les discussions au sein des sous-groupes de contact à Minsk sont totalement enlisées par la faute de Kiev. Du cessez-le-feu aux mesures politiques en passant par l'échange de prisonniers, rien n'avance. Pas même d'un millimètre. Les représentants ukrainiens au sein de ces sous-groupes font tout pour saboter les discussions : changement de représentants tous les quatre matins, changement d'avis d'une session à l'autre, refus de signer quoi que ce soit, tentative de revenir sur certains points des accords de Minsk, etc.

Cette mise à l'arrêt, qui provoque un statu quo de la situation, arrange bien Kiev, qui se satisfait de cette guerre larvée, qui rapporte de l'argent au complexe militaro-industriel (dont les usines de Porochenko), occupe les bataillons néo-nazis sur le front, et permet à un paquet d'oligarques, de fonctionnaires, militaires et autres de se servir chacun au passage et de se remplir les poches, tout en pouvant contenir la contestation populaire intérieure grâce à la menace d'arrestation pour séparatisme. Pareil pour l'UE, l'OTAN et les USA, qui se satisfont de cette non application des accords de Minsk.

Mais en s'endormant sur ce statu quo tout ce petit monde oublie qu'une telle situation ne peut pas durer ad vitam æternam. Le premier but de cette déclaration de création d'un nouvel état est donc de taper un grand coup de pied dans la fourmilière pour réveiller tout ce petit monde. Et de rappeler deux-trois faits de la réalité, comme le fait que l'Ukraine est en faillite, au bord de la désintégration totale, et que cela entraînera un chaos monstre aux portes de l'UE. Cette déclaration vise donc à rappeler que l'UE risque de se retrouver avec une Somalie « bandérisée » à ses portes si elle ne réagit pas.

Que si le plan A que sont les accords de Minsk sont inapplicables, et si l'UE ne veut pas du plan B (la guerre civile totale en Ukraine), alors il faut penser en terme de plan C (la Malorussie).

2. Proposer une sortie de crise par le haut pour sortir de l'impasse

De par l'entretien et le soutien des forces bandéristes et néo-nazies en Ukraine, les USA, l'UE et les autorités de Kiev se retrouvent dans une impasse. Kiev ne peut pas appliquer les accord de Minsk (le plan A) sans risquer une Nuit des Longs Couteaux, et voir la tête de Porochenko fichée sur une pique au milieu de la place du Maïdan, avant que tout cela dégénère avec la balkanisation du conflit actuellement circonscrit au Donbass.

Le plan B (la guerre civile totale en Ukraine qui aura lieu si le plan A n'est pas appliqué) signifiera la fin du pays, et sa désintégration totale, comme l'indique la déclaration politique de création de la Malorussie. Or l'UE a besoin de tout sauf d'une Somalie néo-nazie à sa porte. Ce serait un désastre pour l'UE, avec le risque d'une vague d'immigration massive d'Ukrainiens fuyant le chaos dans leur pays.

Si on s'en tient aux deux plans envisagés jusqu'ici par tous, la situation est un cul de sac. L'idée de Zakhartchenko est d'envisager une autre solution.

« Nous offrons aux citoyens de l'Ukraine une manière pacifique de sortir de cette situation difficile, sans guerre. Ceci est notre dernière offre non seulement pour les Ukrainiens, mais aussi pour tous les pays qui soutiennent la guerre civile dans le Donbass. »

Puisqu'il y a des murs qui barrent la route de tous les côtés et qu'il est impossible de rebrousser chemin, il faut contourner l'obstacle par le haut. Pour cela il faut trouver une solution qui satisfasse peu ou prou les intérêts de la majorité des protagonistes. Et c'est exactement ce qu'est le plan Malorussie : une sortie par le haut, basée sur une vision pragmatique de la politique, respectant les intérêts de la majorité des protagonistes et qui permettrait de sauver de nombreuses vies. Je vais expliquer plus en détail pourquoi par après.

3. Marquer des points sur le plan tactique, provoquer Kiev et faire le buzz

Dans la foulée de la déclaration de Zakhartchenko, Sergueï Lavrov a de nouveau appelé Paris et Berlin à discuter et à faire pression sur Kiev pour appliquer les accords de Minsk, utilisant ainsi le projet Malorussie comme levier de pression sur les garants européens des accords de Minsk pour qu'ils fassent leur travail. L'idée en gros serait de mettre l'UE devant le fait accompli : « Poussez Kiev à respecter les accords de Minsk, ou assumez l'alternative (la Malorussie ou le chaos total à vos portes) ».

Le but est aussi de provoquer Kiev, et de faire réagir les autorités ukrainiennes, si possible de manière hystérique. De ce point de vue là c'est une réussite, Kiev a réagi comme on pouvait s'y attendre en réaffirmant le fait que l'Ukraine reprendrait le contrôle du Donbass et de la Crimée (sous-entendu par les armes), tout en dénigrant le projet et celui qui le porte (Zakhartchenko).

Paris, Berlin et Washington ont tous réagit à l'unisson pour dénoncer cette initiative et rappeler qu'il fallait avant tout appliquer les accords de Minsk. Le problème c'est que vu leur manque d'entrain à faire pression pour Kiev sur ce point, leur discours sonne creux et enlise un peu plus la situation dans une impasse, au lieu de chercher une porte de sortie. Ce qui montre que ces pays préfèrent suivre une ligne politique partisane plutôt que de chercher des vraies solutions. C'est là qu'on voit que ces pays sont loin d'être gouvernés par des gens pragmatiques et posés.

En répondant comme ils l'ont fait, Paris, Berlin et Washington ont commis une faute tactique, en repoussant une solution sensée et en s'enferrant dans un plan qui ne tient manifestement pas la route au regard de la réalité des faits. Cela pourra être utilisé contre eux par après, pour leur reprocher de n'avoir pas privilégié une solution pacifique et pragmatique, et d'avoir mené ainsi l'Ukraine à la guerre totale alors que cela pouvait être évité.

Mais leurs réactions, et les dissonances apparentes au niveau de Moscou et même de Lougansk alimentent un buzz médiatique, chacun y allant de son idée sur la question, et de ses spéculations personnelles. Et ce buzz est bien utile, non seulement pour refaire parler du Donbass, mais surtout pour faire connaître en Ukraine et ailleurs la vision du monde que défendent Zakhartchenko et le Donbass.

Car en regardant de plus près l'acte constituant de la Malorussie, cela sonne comme une déclaration de foi politique : refus des OGM, refus de la vente des terres agricoles, volonté de préserver le pouvoir d'achat et le bien-être de la population (refus d'augmenter l'âge de départ à la retraite, gel des tarifs communaux, etc.), volonté d'instaurer un système plus démocratique (utilisation du référendum, discussions locales et régionales sur la future constitution, introduction d'éléments de démocratie directe, etc.), lutte renforcée contre la corruption, renversement des oligarques, etc.

En hurlant de manière hystérique comme ils l'ont fait, Kiev, Paris, Berlin et Washington ont attiré l'attention des gens sur cette déclaration de création de la Malorussie, et donc sur l'acte constituant. Cela permet à Zakhartchenko et au Donbass de briser le blocus médiatique et de faire savoir quelles sont leurs intentions et les idées politiques qu'ils défendent, et donc de faire savoir la vérité sur ce qui se passe réellement dans le Donbass. Cela permet au Donbass de marquer des points dans le cœur des gens en Ukraine, comme en Occident.

4. Préparer le futur et tendre la main aux autres régions de l'Ukraine actuelle

Comme l'a très bien dit Alexandre Zakhartchenko lors de la déclaration de création de la Malorussie « ici, nous allons tous discuter du futur ». Avec la création de la Malorussie, le Donbass prépare déjà l'avenir, en anticipant sur la catastrophe inévitable qui se dessine par la faute de la réticence de Kiev, Paris, Berlin et Washington d'opter pour des solutions intelligentes plutôt que pour leurs plans sur la comète.

Alors pourquoi créer la Malorussie plutôt que de ressusciter la Novorussie (Nouvelle Russie) ? Parce que la Malorussie permet d'inclure plus de régions de l'actuelle Ukraine dans le projet. Et donc de sauver plus de monde. Car comme l'a si bien rappelé Vladislav Sourkov (un des assistants et conseillers proches de Vladimir Poutine) en commentant l'initiative de Zakhartchenko « le plus important ici, c'est que le Donbass ne lutte pas pour la séparation de l'Ukraine mais pour son intégralité. Pour toute l'Ukraine et pas seulement pour lui-même ».

C'est aussi une façon de tendre la main à toutes ces régions en leur montrant que le Donbass se soucie aussi de leur sort et pas seulement du sien, et donc de réveiller les gens qui ne se satisfont pas de la situation actuelle en Ukraine. Les pousser à réagir et à agir, en leur disant en substance « si tu veux que le Donbass te vienne en aide, commence par t'aider toi-même en agissant, voilà une alternative viable à l'Ukraine que tu peux défendre sans opter pour le séparatisme  ». C'est un projet qui serait beaucoup plus fédérateur et pourrait emporter l'adhésion de gens qui n'auraient pas défendu la Novorussie à cause de l'idée de scission du pays.

Enfin, c'est surtout une façon de préparer à l'avance une solution qui permettrait de sauver ce qui peut l'être lorsque l'Ukraine se sera engagée irrémédiablement dans la voie de la guerre, et s'effondrera après sa défaite. En préparant un plan à l'avance, cela évitera d'élaborer dans l'urgence des plans bancals et mal ficelés.

Cette « utopie » comme l'a qualifiée Sourkov, fait partie du conflit en cours entre Kiev et le Donbass, et serait un processus normal.

« Cela veut dire qu'en Ukraine, il y a une guerre civile entre des citoyens qui voient l'avenir de leur pays d'une façon différente. […] Kiev a son idée d'euro-utopie. Donetsk répond par l'idée de la création de la Malorussie. Il y a toute une discussion à l'intérieur même de l'Ukraine où l'on voit le niveau d'organisation, des arguments et du QI des parties qui discutent. Mais, pour reprendre l'expression de la Malorussie : tel pays, tel QI. »

Pourquoi le plan Malorussie est-il une excellente idée ?

Tout d'abord, car comme indiqué plus haut c'est un plan de sortie de crise par le haut, qui concilie la plupart des exigences de la majorité des protagonistes de ce conflit (qu'ils soient directs ou indirects) :

1. Maintien de l'intégrité territoriale de l'Ukraine ante-Maïdan sauf pour la Crimée (car la Malorussie respecte le droit des peuples à l'autodétermination inclus dans la charte de l'ONU), évitant ainsi un éclatement total du pays, et le chaos qui s'ensuivrait. Cela permettrait aussi de calmer l'UE, l'OTAN et les USA en montrant que la Russie n'a pas de velléités d'invasion ou d'annexion de l'Ukraine, puisque le pays serait indépendant, souverain et non aligné. Ce dernier aspect satisferait la Russie, lui évitant d'avoir un membre de l'OTAN de plus à sa porte, et créant une zone tampon entre l'OTAN et la Russie. Les Ukrainiens qui veulent changer le système sans opter pour le séparatisme seraient aussi satisfaits par cette solution qui ménage la chèvre et le chou, en revenant aux fondements historiques du pays. La RPD et la RPL pourront continuer d'exister au sein de cette fédération, comme la république autonome de Crimée existe au sein de la fédération de Russie. Le pays resterait économiquement proche de la Russie en rétablissant son appartenance à la CEI, tout en ménageant de bonnes relations avec l'UE (en menant des discussions trilatérales Malorussie-Russie-UE entre autre sur le maintien du régime sans visa). Ainsi chacun serait satisfait, et cela permettrait de mettre en œuvre des principes de politique pragmatique basés sur la discussion et la négociation plutôt que sur l'utilisation des armes et de la force.

2. Appliquer la plus grosse partie des accords de Minsk. Après trois ans de guerre et le bain de sang qui a lieu dans le Donbass, la population du Donbass ne veut pas retourner sous le drapeau et le pays qui les a bombardé depuis plus de trois ans (ce qui se comprend parfaitement). En faisant table rase, en changeant le nom, la capitale, le drapeau, et l'hymne, et en faisant en sorte que ce soit le Donbass qui intègre le reste de l'Ukraine, dans une fédération respectant les spécificités régionales, au lieu de l'Ukraine qui réintégrerait le Donbass la réunification devient alors possible. En créant la Malorussie, cela mettrait fin à la guerre dans le Donbass, appliquerait les changements constitutionnels demandés, permettrait par après d'organiser des élections réellement libres dans l'ensemble du nouveau pays, permettrait de mettre en œuvre l'amnistie de fait, ainsi que la libération des prisonniers des deux côtés et le retour du contrôle des frontières à la nouvelle capitale. Le cessez-le-feu et les zones de désengagement seraient de facto obsolètes. Le programme économique visant à relancer l'économie non pas seulement du Donbass mais de tout le pays, est déjà inclut lui aussi dans le projet Malorussie. Que demander de plus ?

C'est d'ailleurs ce qu'a dit en substance Zakhar Prilepine lors d'une interview accordée à Komsomolskaya Pravda (traduction en anglais disponible ici) :

« L'acte constitutionnel que nous avons annoncé et unanimement adopté est, en fait absolument aligné avec les accords de Minsk. [...] Tout d'abord nous allons, en fait, cesser d'être des séparatistes, et ils ne pourront plus nous appeler ainsi, puisque nous serons en faveur d'un état unifié. Et nous n'allons certainement plus être des « terroristes » non plus, puisque nous sommes en faveur d'une solution pacifique du problème, et que nous avons même proposé les documents nécessaires pour cela. »

3. Sauver un maximum de vies et éviter la guerre. Comme l'a si bien dit Alexandre Zakhartchenko dans une interview à Komsomolskaya Pravda (traduction française par Avic de Réseau International) : « Pour arrêter la guerre, afin de sauver l’état, il faut que l’état se réinvente dans le cadre de la fraternité russe, il est nécessaire de le faire. Sinon, nous allons vers une grande guerre, et il y aura beaucoup de victimes. » En appliquant le plan Malorussie, non seulement on sauverait des vies en Ukraine, mais dans le reste du monde, en évitant le risque d'une propagation du conflit par alliances interposées.

4. Sauver économiquement le pays, en refusant les dettes post-Maïdan, mais pas les autres, évitant ainsi la faillite totale du pays avec les conséquences inévitables que cela entraînerait, mais aussi en réindustrialisant le pays et en rétablissant les liens économiques avec la Russie.

5. Sauver idéologiquement le pays, en le dénazifiant et en instaurant un tribunal populaire pour juger les criminels de guerre, lui évitant la descente aux enfers qu'a connue l'Allemagne pendant et après sa période Nazie. En évitant d'infliger une défaite humiliante au pays et en préservant son intégrité, le plan Malorussie permettrait d'éviter de générer encore plus de rancœurs (souvent injustifiées) au sein de la population de l'actuelle Ukraine, pour casser cette dynamique néfaste qui crée continuellement de nouveaux adeptes du néo-nazisme.

6. Donner l'exemple à l'échelle globale. Comme on le voit sur le plan stratégique, c'est un coup de maître, permettant de contourner le blocage des accords de Minsk par les autorités ukrainiennes actuelles, et en permettant au Donbass de se poser en exemple de ce que devrait être la politique nationale et internationale. Une politique pragmatique, réaliste, basée sur le droit international et le respect des intérêts de chacun. C'est d'ailleurs clairement annoncé dans la déclaration politique du projet : « nous serons capables de construire une nouvelle société basée sur l'amitié et l'assistance mutuelle, et non sur la haine et l'envie. Le génie créatif de notre peuple sera en mesure d'amener la Malorussie à l'avant-garde de la civilisation mondiale et de jouer un rôle dans l'histoire. La parole du Bien et de la Vérité. »

Le Donbass avait déjà montré la voie à suivre en matière de liberté, et de combat du peuple pour défendre ses droits, il s'est engagé sur la voie d'un développement plus soutenable, en refusant les OGM et en développant une agriculture plus propre que celle que Monsanto promet au reste de l'Ukraine, et il s'apprête maintenant à montrer l'exemple en matière de politique générale, comme la Russie essaye de la faire à l'échelle internationale depuis plus de 10 ans.

Alors pourquoi la Russie ne soutient pas unanimement ce projet (Peskov jouant au « pas de commentaire », pendant que d'autres jouent au « oui il faut coller à Minsk, mais le projet Malorussie est une bonne idée à creuser ») ? Pour des raisons évidentes qui se reflètent dans deux articles contenant des citations du même homme publiées par Interfax et RIA Novosti : Leonid Kalachnikov, le président du comité de la CEI à la Douma russe. Je vais mettre ces citations toutes ensemble afin d'avoir une image globale du tableau :

«  D'un côté, la Russie demandera de respecter les accords de Minsk, mais dans le même temps, nous ne pouvons pas oublier qu'ils ne sont pas mis en œuvre par l'Ukraine. D'un autre côté, je comprend Zakhartchenko sur le plan humain… En tant que chef du comité [de la CEI], je ne peux pas soutenir cela, mais en tant qu'être humain, en tant que communiste, que député, j'ai appelé depuis longtemps la Russie à reconnaître ces états. »

« La création d'un tel état est possible et probablement même inévitable, à en juger par ce qui se passe en Ukraine. Au lieu de résoudre le problème, le gouvernement [ukrainien] resserre de plus en plus le nœud et intensifie les actions militaires. Le peuple ne peut pas vivre en état de guerre pendant longtemps. Il faut faire quelque chose. Alors, la création d'un tel état souverain pourrait être une solution pour ces gens.[...] Je pense que les gens seront très positifs [à propos de cette idée]. Mais la communauté internationale sera contre. Certains pays fermeront les yeux dessus. La Russie sera positive sur cette idée. »

La Russie est obligée de manifester une retenue de prime abord pour éviter de se voir reprocher l'annulation des accords de Minsk, qu'elle a pourtant aidés à mettre sur pied et promus depuis leur signature. Comme la création de la RPD et de la RPL il y a trois ans, cette idée qui semble utopique de prime abord doit faire son chemin dans les esprits, pour finir par s'imposer comme la solution qui résoudra bien des problèmes.

La situation actuelle est un nœud gordien que la création de la Malorussie permettrait de trancher. Il est temps pour les dirigeants comme pour les peuples de réfléchir à quel genre de monde ils veulent bâtir, et quel exemple ils veulent suivre. Celui des fous qui veulent la guerre à tout prix, ou celui de ceux qui promeuvent le dialogue et la diplomatie avant tout ?

Christelle Néant

Voir l'article sur DONi



140 réactions


  • Mychris Mychris 21 juillet 08:55

    Je suis d’accord sur le titre cette déclaration n’a rien de « farfelu » elle est murement réfléchie, j’y vois même le nationalisme russe, pour rebâtir l’empire.


    • anna anna 21 juillet 09:44

      @Mychris
      Enfin vous avez tout compris. Il était temps


    • Mychris Mychris 21 juillet 15:18

      @anna

      Comme je le disais précédemment des millions d’Ukrainiens n’envisagent pas ou plus d’intégrer la Russie. Et ils n’habitent pas pas seulement en Galicie.

      Je ne vois pas ce qu’il y a louable chez une nation qui veut rebâtir un empire. désolé Anna


    • anna anna 21 juillet 17:09

      @Mychris
      Le titre du dernier Tsar Russe, Nicolas II est :

      « Божиею поспешествующею милостию Николай Вторый, император и самодержец Всероссийский, Московский, Киевский, Владимирский, Новгородский ; царь Казанский, царь Астраханский, царь Польский, царь Сибирский, царь Херсонеса Таврического, царь Грузинский ; государь Псковский и великий князь Смоленский, Литовский, Волынский, Подольский и Финляндский ; князь Эстляндский, Лифляндский, Курляндский и Семигальский, Самогитский, Белостокский, Корельский, Тверский, Югорский, Пермский, Вятский, Болгарский и иных ; государь и великий князь Новагорода низовския земли, Черниговский, Рязанский, Полотский, Ростовский, Ярославский, Белозерский, Удорский, Обдорский, Кондийский, Витебский, Мстиславский и всея северныя страны повелитель ; и государь Иверския, Карталинския и Кабардинския земли и области Арменския ; Черкасских и Горских князей и иных наследный государь и обладатель, государь Туркестанский ; наследник Норвежский, герцог Шлезвиг-Голштейнский, Стормарнский, Дитмарсенский и Ольденбургский и прочая, и прочая, и прочая »

      Vous devez comprendre que « L’Empire » c’est dans notre ADN historique depuis plus de 1000 ans. 
      Que vous trouvez cela louable ou pas, on s’en fiche, mon cher...

    • Mychris Mychris 21 juillet 18:02

      @anna

      Que vous vous en fichiez ne m’étonne pas chère Anna (constante impérialiste russe sous couvert de droit international ) mais 74% des ukrainiens qui vivent en Ukraine sont contre l’intégration à la Fédération de Russie. Donc vous pouvez annexer qui vous souhaitez mais cela reste une annexion.
      Petit constat quel est le seul pays dans le monde qui a « élargie » ses frontières politiques ces 10 dernières années ? Vous connaissez la réponse.


    • anna anna 22 juillet 06:40

      @Mychris

      1. 74% ? Vous les avez demandé tous, un par un ? Ou c’est l’entourage de votre femme qui le dit ?
      2. Les frontières bougent tout le temps, car la vie ne s’arrête pas a votre propre vision géo-politique, il y a rien de scandaleux là dedans. 
      3. Je vous croyais « un démocrate » Vous êtes donc contre l’autodétermination des peuples ?
      4. Les peuples séparés, finissent toujours pas se ré-unir. Je constate que vous êtes contre la réunification de deux Allemagne, je note, donc...


    • Mychris Mychris 22 juillet 17:50

      @anna
      1) je dois remettre la main sur ce sondage de juin 2017

      2) les frontières bougent rarement sauf en Crimée dernièrement. Plus anciennement au Kosovo pour d’autres raisons, mais je n’y étais pas favorable à l’époque

      3) La démocratie comme son nom l’indique c’est le pouvoir du peuple par le peuple, donc de la majorité au détriment d’une minorité. Les russes de Russie étant minoritaires en Ukraine, je ne vois pas pourquoi ils dicteraient leur loi dans les autres oblasts où ils sont minoritaires sinon cela s’appelle du fascisme.

      4) Je ne vois pas où vous voulez en venir avec votre réunification allemande sachant que les allemands de l’est après avoir vécu sous une occupation russe certaine étaient plus que favorables à la réunification et que, encore une fois, la majorité des ukrainiens ne souhaitent pas intégrer la fédération de Russie.


  • xana 21 juillet 11:21

    Merci Christelle Néant.

    Votre explication était nécessaire, car beaucoup de gens ici ne voient pas si loin.

    Reste que ce projet Malorossia dépouillera les investisseurs occidentaux de tout ce qu’ils ont déjà racheté à bas prix en Ukraine, ils ne vont certainement pas se laisser faire. Pour eux la guerre est préférable, s’ils se retrouvent propriétaires de la terre et des ressources du pays en fin de compte.

    Par contre pour de nombreux citoyens de l’Ukraine ce projet peut signifier la fin de la guerre et des désordres commis sous les autorités post-Maïdan. Le moindre soulèvement local dans ce sens peut désormais amorcer un effondrement des autorités ukrainiennes. Par contre ce ne sera pas sans effusion de sang, car les ukronazis savent que la potence les attend et se défendront.

    Jean Xana


    • Christelle Néant Christelle Néant 21 juillet 15:14

      @xana
      Le blocage au niveau international par ceux qui s’enrichissent grâce à la guerre est bien ce qui me fait le plus peur pour l’avenir. J’espère que le peuple ukrainien va ouvrir les yeux et saisir cette opportunité d’éviter un bain de sang encore plus monstrueux que l’actuel.


    • Mychris Mychris 21 juillet 15:37

      @Christelle Néant

      Saisir une opportunité, oui mais ce que propose Zakhartchenko c’est la Novorussia 2.0 et beaucoup sont contres...


    • Christelle Néant Christelle Néant 21 juillet 17:09

      @Mychris
      Ah non ce n’est pas la Novorussia. Il n’y a pas de scission du pays. Et entre çà où le chaos total, je laisse les Ukrainiens faire leur choix. Mais ils devront assumer les conséquences.


    • Aristide Aristide 21 juillet 21:25

      @Christelle Néant

      Déja la RPL n’est pas d’accord. Cela commence super bien ...

    • Christelle Néant Christelle Néant 21 juillet 21:31

      @Aristide
      Vous c’est pas aujourd’hui que vous allez apprendre à voir au delà de l’arbre qui cache la forêt, ça c’est sûr


    • Mychris Mychris 21 juillet 23:38

      @Christelle Néant

      Entre un Zakhartchenko qui par la voix francophone de son ministère de la réinformation et ses gardiens de la révolution, propose ni plus ni moins que de dissoudre l’Ukraine dans la Donbasserie en faisant peu de cas de l’opinion majoritaire en Ukraine et en promettant un chaos dont la date de péremption est sans cesse repoussée.
      Et une @Anna, porte parole maladroite et à peine voilée, d’une nouvelle Russie que la soif de grandeur lui fait revendiquer l’Ukraine, la Biélorussie mais sans doute les pays baltes, la Pologne ou la Hongrie et qui rêve de voir flotter le drapeau russe au sommet de la tour Eiffel.

      J’avoue qu’il est grand temps que je mette ma famille à l’abri.


    • JC_Lavau JC_Lavau 22 juillet 00:45

      @Mychris. Va te cacher, que le chat ne te voie !


    • Christelle Néant Christelle Néant 22 juillet 12:42

      @Mychris
      LOL des gardiens de la révolution ? Vous avez fumé quoi Mychris ? Non mais sérieux. Allez relire le projet et l’acte constituant. Ca vous évitera de raconter des âneries. Quand au chaos en Ukraine, quand 85 % de la population interrogée vous dit que le pays est en état de chaos c’est quoi sinon une preuve que c’est bien le cas ? Et que le pays est en pleine somalisation accélérée. Je vous avais dit que le jour où vous allez être confronté à la réalité ça allait faire mal. On s’en approche. Et le résultat ne manque pas : vous réagissez comme une poule sans tête.


  • roman_garev 21 juillet 11:40

    Merci Christelle pour cette analyse brillante.

    Parfois, sur le fond des reportages (qui te collent aussi parfaitement), des analyses pareilles sont indispensables, car plusieurs ici « ne voient pas de forêt derrière les arbres » (je ne sais pas si cet idiome existe en français, mais j’éspère qu’on le comprendra). 

    À l’intention ceux qui seraient déconcertés par l’absence d’une position claire de Moscou sur cette initiative, je veux rappeler ceci :

    1. La teneur de la longue rencontre Poutine-Trump est jusque-là inconnue (et elle restera sûrement telle). Cette initiative de Zakhartchenko apparaît justement à la suite cette rencontre. « A la suite » n’est pas « ensuite » ? Peut-être,mais moi je ne crois pas aux telles coïncidences...
    2. À réflexion, le texte de cette déclaration ne semble guère être élaboré durant une courte conférence de quelques représentants en majorité anonymes des régions de l’Ukraine. On sent ici l’oeuvre d’un groupe d’experts qualifiés et la main approuvante d’un maître...
    3. Enfin, dans son action dans la Crimée et son inaction dans le Donbass en 2014 Poutine s’appuyait largement sur les résultats des sondages (plus de 70% en Crimée et moins de 50% au Donbass d’avant l’agression de la junte). Or, les sondages effectués même par des agences ukrainiennes montrent le tournant crucial dans l’opinion des Ukrainiens : c’est la 1ère fois que le nombre des votes positives envers la Russie a dépassé celui des votes négatives...
    4. Poutine est capable aux décisions et actions tout à fait innatendues. L’Occident s’en est déjà rendu compte maintes fois, mais l’oublie le lendemain, en continuant l’assimile à un obama, une merkel ou un hollande...

    De sorte que, à mon humble avis, cette déclaration aurait été préparée par le Kremlin il y a longtemps et n’attendait que le moment propice. Elle va changer l’Histoire.

    • Christelle Néant Christelle Néant 21 juillet 15:18

      @roman_garev
      Merci du compliment Roman smiley Je pense aussi que cela a été élaboré de main de maître. Quand j’ai vu les commentaires fuser de partout je me suis dit qu’il fallait en effet une telle analyse. Beaucoup de gens se concentrent sur l’arbre qui cache la forêt (c’est comme ça qu’on dit en français) et oublient de regarder plus loin.


    • Aristide Aristide 21 juillet 21:25

      @Christelle Néant


      Vous avez tous les compliments de la RPL ....

  • goc goc 21 juillet 12:04

    Bonjour Christelle

    Merci pour votre analyse.

    J’aimerais y ajouter un élément « collatérale » :
    Si le bloc système rejette l’idée d’une certaine indépendance locale, alors cela veut dire qu’il refuse le principe même d’une partition du pays, et donc par extension, il refuse toute partition dans tous les pays.
    Mais alors pourquoi ce même bloc système soutiens la « rébellion » syrienne et agit plus qu’activement pour partitionner ce pays.
    Donc le bloc système sera obligé de reconnaitre la Malorussie, na !!

    Oui je sais, je rêve : le système fait ce qu’il veut et pratique partout la politique du « 2 poids- 2 mesures ». Mais bon, ce serait bien du lui rappeler ses propres contradictions.


    • Christelle Néant Christelle Néant 21 juillet 15:20

      @goc
      Je pense que le fait de mettre l’occident devant ses contradictions est aussi, bien sûr, un des motifs de cette création. Malheureusement le ridicule et la honte ne tuent pas, sinon nos gouvernants seraient morts depuis longtemps.


  • roman_garev 21 juillet 12:04

    Un argument de plus.

    La situation actuelle est non seulement une impasse.
    La junte de Kiev, ranimée par l’inaction russe apparente et se gargarisant de son impunité, vient de pousser son agression envers le Pridnestrovié (la Transnistrie), en menaçant, conjointement avec la Moldavie (dont le pouvoir exécutif, contrairement au Président récemment élu, reste anti-russe), bloquer cette république, à savoir l’étouffer. Contrairement au Donbass que la junte continue toujours menacer, cette menace-ci est réelle, vu l’absence de la frontière avec la Russie et d’une force militaire. 
    Donc il serait grand temps de neutraliser ces ambitions malsaines...

    • microf 21 juillet 15:18

      @JC_Lavau

      J´ai lu l´article du sakerfrancophone et je souscrit entièrement á ce qu´il écrit, exactement comme je souscris aussi ce qu´écrit Christelle, ces deux visions doivent être dans la politique de la Russie qui est sans aucun doute derrière cette déclaration, ce qui est d´ailleurs trés bien.
      Les deux visions devornt être pour la Russie comme la carotte et le bâton, et Christelle termine bien son article en écrivant ceci :

      "La situation actuelle est un nœud gordien que la création de la Malorussie permettrait de trancher. Il est temps pour les dirigeants comme pour les peuples de réfléchir à quel genre de monde ils veulent bâtir, et quel exemple ils veulent suivre. Celui des fous qui veulent la guerre à tout prix, ou celui de ceux qui promeuvent le dialogue et la diplomatie avant tout ? ".

      Les Dirigeants devront se décider dans quel monde ils veulent vivre, voulez vous la guerre, eh bien on y va, voulez vous la Paix, eh bien nous sommes prenant, allons y, mais il faut que le noeud gorgien soit tranché.


    • Christelle Néant Christelle Néant 21 juillet 15:23

      @JC_Lavau
      Oui et non, car vous remarquerez ce n’est pas la Russie qui a proposé ce plan, mais Zakhartchenko. Donc là ce n’est pas la Russie qui fait un choix politique mais le chef de la RPD.


    • roman_garev 21 juillet 16:26

      @JC_Lavau
      Le Saker commet ici une erreur impardonnable de vision en assimilant la Pologne catholique, en majorité anti-russe et anti-orthodoxe, à l’Ukraine orthodoxe, parlant à 85% russe, presqu’à moitié russe et liée avec la Russie par des millions de liens personnels et par des milliers de liens économiques.

      L’obsession bandériste en Ukraine passera tôt ou tard.
      La Pologne, elle, restera dans son bouillon anti-russe pour des siècles...

    • JC_Lavau JC_Lavau 21 juillet 16:41

      @roman_garev. Là nous réfléchissons à haute voix.

      Autant je suis soulagé de l’initiative morale et politique de Zakhartchenko, qui lui donne un avantage stratégique, mais hélas un seul, autant à titre viscéral, je ne peux imaginer l’avenir de l’Ukraïne et de la Transnistrie sans des bains de sang.

      Pas seulement à cause des ukronazis, encore plus parce que la stratégie USraélienne est de faire de ce pays une ruine sanglante et chaotique pour des décennies. Je n’ai pas oublié avec quelle promptitude, en 1954 les tazuniens ont violé les accords de Genève.

    • roman_garev 21 juillet 16:57

      @JC_Lavau

      Pas du tout.
      QUI va verser ses « bains de sang » ?
      Pour avoir des « bains de sang », il faut que le peuple tout entier soit redressé contre un ennemi occupant, comme c’était le cas de la Grande guerre patriotique de l’URSS en 1941-45.
      Voyez-vous le peuple de l’Ukraine se redresser contre le Donbass ? D’ailleurs, la Malorussie n’a aucune envie de mener la guerre. Seulsdes régions qui levoudront s’y réuniront.
      Les Ricains ? Racontez-moi, comment la marine et l’aviation ricaine pourrait atteindre le théâtre ukrainien, donc russe ? Voyez-vous les porte-avions traverser le Bosphore en se dirigeant vers la Crimée qui détruira facilement des dizaines de porte-avions à la fois sans percevoir une perte quelconque ? Voyez-vous des escadres d’avions ricains s’approcher de la Crimée sans être abattus au-dessus de lamer Noire par la DCA russe qui n’a pas d’égaux ?

    • JC_Lavau JC_Lavau 21 juillet 17:13

      @roman_garev. Mais ils peuvent acheter des supplétifs et envoyer leurs mercenaires, acheminer des chars par train depuis la Pologne... Des avions qui bombarderont depuis la Pologne pour appuyer les supplétifs.


    • roman_garev 21 juillet 17:24

      @JC_Lavau
      Des mercenaires ? Pour verser des bains de sang ? Du sang de qui ? Vous plaisantez j’éspère ?


      Les avions depuis la Pologne ? Quels avions ? Combien ? Combien de minutes faudra à la Russie pour les abattre tous depuis Kaliningrad ?

      Essayez d’être sérieux...

    • roman_garev 21 juillet 17:37

      @JC_Lavau

      « ils peuvent... acheminer des chars par train depuis la Pologne »

      Des chars seuls ? Sans officiers et soldats spécialistes ? (Qui va les conduire et guider ?) Sans la structure nécessaire pour leur entretien ? (Car ils nécessitent l’entretien après une cinquantaine de kilomètres et surtout après chaque combat.) Sans munitions ? (Car il en faudra des dizaines de tonnes pour un seul char.) Et surtout - combien de chars ? 100 ? 200 ?

      Mais le principal - ce seraient les chars contre QUI ? Contre RPD-RPL ?

      Ou contre la Russie ? Alors ces trains porteurs de chars ne traverseront même pas la frontière ukrainienne...

      N’avez-vous pas pris quelques verres pour écrire des choses pareilles ?



    • JC_Lavau JC_Lavau 21 juillet 18:24

      @roman_garev. Actuellement ils acheminent plein de humvees et d’artillerie pour les Kurdes via la Turquie. Afin que les Kurdes servent de chair à canons pour le compte des Tazunis.


      A l’heure actuelle, les dits trains porteurs de chars ont bien transité depuis la RFA. J’ignore si les Abrams sont toujours à Odessa ou sont déjà arrivés en Turquie, avec leur peinture désert. Ou en Jordanie ?

      Quant aux petits chars Bradley, s’ils sont en Pologne et aux pays Baltes, c’est justement pour réprimer des insurrections populaires ; Pour cela, ils peuvent.

    • roman_garev 21 juillet 19:10

      @JC_Lavau
      De quelles « insurrections populaires » parlez-vous dans ce cas ? Croyez-vous que les Donbassiens soient armés par des kalachnikovs seuls comme des Kurdes ?


      L’armée de la DNR possède (selon les donnée sukrainiens), pour le moins, 350 chars soviétiques (pas du tout petits), 420 blindés, 300 canons, les moyens de la DCA... Est-ce que ça ressemble à une « insurrection populaire » réprimable par une cinquantaine de Bradleys avec des Yankees mâchant paresseusement le chewing gum à bord ?

    • JC_Lavau JC_Lavau 21 juillet 21:57

      @roman_garev. Explique nous par quel moyen le peuple disons de l’oblast d’Odessa va pouvoir voter son indépendance envers le régime actuel de Kiev. Ensuite comment il va pouvoir faire respecter son choix.


    • JC_Lavau JC_Lavau 22 juillet 00:54

      @roman_garev. Tu nous as entraînés sur une voie qui n’est pas la prioritaire : celle des armes.

      Or la guerre contre les russes via l’Ukraïne est une guerre hybride, où la propagande joue un rôle majeur. Mets-toi à présent dans la peau d’ukraïniens de la région que tu voudras. Comment vont-ils se réunir pour réfléchir ensemble, sans qu’ils soient repérés par des tueurs plus rapides qu’eux ? Comment conquérir sa liberté civique de réfléchir ? Tu as vu la débilité de la TV de Kiev ? Qui tient les média tient les benêts, tous les benêts.

    • roman_garev 22 juillet 07:31

      @JC_Lavau
      « Explique nous par quel moyen le peuple disons de l’oblast d’Odessa va pouvoir voter son indépendance envers le régime actuel de Kiev. »


      En commençant par la vote. Au lieu d’élire Saakachvili ou un autre pantin de la junte, ils pourraient élire le gouverneur, le maire et les députés exprimant leur volonté. Évidemment, pour cela ces candidats-là doivent paraître.

    • roman_garev 22 juillet 08:05

      @JC_Lavau
      « Tu nous as entraînés sur une voie qui n’est pas la prioritaire : celle des armes. »


      C’est vous qui avez parlé de « bains de sang ». Moi je n’ai fait que demander, quelles masses de militaires et d’armements de deux côtés pourraient les verser, ces bains de sang...
      Par exemple, savez-vous que l’Ukraine ne possède pas d’usine de cartouches ? La seule usine à cartouches se trouve justement à Lougansk (RPL). De sorte que bientôt la junte n’aura de quoi tirer de ses kalachnikovs. Les Ricains les fournirons, direz-vous ? Mais ils n’ont pas de cartouches pour kalachnikovs dans les quantités nécessaires pour une vraie guerre. Les Ricains vont réarmer toute l’armée ukrainienne (200 000 d’effectif) à leurs M16 ? Mais qui va payer cela et combien de temps ça prendra ?

      Si tu ne sais pas où prendre les armes et qui les va utiliser, à quoi bon parler de « bains de sang » ?

  • anna anna 21 juillet 15:11

    Une FEMEN, avec des nichons nues, intervient dans la salle, en scandant des slogans, au moment de la signature des documents en présence de Porochenko et Loukachenko :


     smiley

  • Alex Alex 21 juillet 16:31
    Le souhait de la Moldavie est plus... « terre-à-terre » que celui - santé, Zakhartchenko ! - de Malorossie.


    • roman_garev 21 juillet 16:40

      @Alex
      Ce souhait lamentable, on l’entend depuis 1991, et alors ?

      En surplus, de temps en temps la Moldavie exprime un autre souhait, à savoir se réunir avec la Roumanie. Et alors ? Que vont faire les Russes de la Transnistrie en Roumanie ?
      Quoi qu’il en soit, les lamentations de la Moldavie n’inquiètent ni ’intéressent personne. Tandis que la déclaration de la RPD a mis en extrême agitation les autorités occidentaux. Et ce n’est pas pour rien...

    • Alex Alex 21 juillet 16:49

      @roman_garev

      La Malorussie est présentée comme annoncée par l’agence de presse séparatiste et n’ayant aucune chance d’aboutir. Désolé de décevoir. C’est juste un sujet plus « léger » pour l’été. Les médias font ça durant la saison estivale. Les gens n’aiment pas se casser la tête quand ils sont les pieds dans l’eau.



    • roman_garev 21 juillet 17:00

      @Alex
      « Désolé de décevoir. »


      Hahahahahha. Vous - me décevoir ? Avec vos raisonnements d’un gamin cancre qui ne pige rien dans la Russie ? Ohohohohohoho....

  • Alex Alex 21 juillet 17:32

    J’ai enfin trouvé à quoi me faisait penser l’étendard de la Malorossie. Un pansement !


  • DACH 21 juillet 19:47

    L’annexion de la Crimée, la dissidence faschisante du Donbass et de Donesk n’ ont rien de «  »superflu«  », comme l’était l’annexion des Sudètes. On peut prédire que la résistance des ukrainiens et des ukrainiennes va s’accroitre.Comme les sécessionnistes ne veulent pas céder, on se dirige vers ce qu’ils espèrent : une intervention musclée des Russes de Poutine. Mais sa popre population commenecra à rentrer en dissidence...


    • Christelle Néant Christelle Néant 21 juillet 20:03

      @DACH
      Vous avez oublié de prendre vos petites boules roses. Vous recommencez à prendre vos délires hallucinatoires pour la réalité. On va appeler votre docteur avant que vous ne vous preniez pour Napoléon.


    • Alex Alex 21 juillet 20:17

      @Christelle Néant


      Dach a raison. 1) Poutine n’a aucun projet d’avenir pour la Russie. 2) La Crimée c’était bien une anschluss. 3) Il faudra compter avec l’esprit revanchard de certains russes

    • Christelle Néant Christelle Néant 21 juillet 20:23

      @Alex
      1) Poutine voit à bien plus long terme que vous. Sans cela il n’aurait pas pu redresser la Russie comme il l’a fait. Ânerie N°1 donc
      2) La réintégration de la Crimée est conforme au droit international, c’est d’ailleurs pour cela que l’Ukraine n’a pas poursuivi la Russie pour annexion à ce sujet devant la CIJ. Ânerie N°2 donc
      3) C’est pas parce que trois pelés et deux tondus du genre Navalny veulent jouer les revanchards que cela aura un quelconque impact sur la politique de la Russie et que cela fait d’eux une dissidence. C’est juste des crétins corrompus payés par l’Occident. Ânerie N°3 donc.
      C’est pas parce que vous venez soutenir votre pote troll que cela augmente la crédibilité de vos commentaires. Vous démontrez juste un peu plus à chaque intervention votre niveau intellectuel...


    • DACH 21 juillet 20:24

      @Christelle Néant
      Quel niveau. Je comprends mieux pourquoi vous ne gagnez pas car vous défendez bien mal votre cause. Au moins la faiblesse du niveau de la fange nous aura fait sourire. Quant aux crédules , il finit par leur arriver que la baudruche éclate. Prenez des benzodiazépines, il y a du rose....


    • Christelle Néant Christelle Néant 21 juillet 20:45

      @DACH
      Morte de rire les seuls qui ne gagnent pas c’est l’armée ukrainienne et les USA. Gardez vos cochonneries chimiques pour vous, parce qu’au rayon crédulité vous battez des records. La seule baudruche qui risque d’éclater c’est le ballon gonflable qui vous sert de tête. Parce que parler de mon niveau, alors que vous êtes incapable de pondre un commentaire autrement plus argumenté et sourcé que les vôtres face à une analyse argumentée et sourcée de 5 pages de long, faut vraiment avoir la tête comme une montgolfière.


    • Alex Alex 21 juillet 20:48

      @Christelle Néant


      1) Et une fascinée par Poutine ! Une ! 2) C’est une position qui suinte de cynisme. Et révélateur. 3) Justement Navalny à l’inverse de votre ancien copain Strelkov serait pour remettre les frontières derrière vous. 

    • Christelle Néant Christelle Néant 21 juillet 20:51

      @Alex
      1) Non juste les faits https://qph.ec.quoracdn.net/main-qimg-827b14d39ed63d730909e4d3a93577e6
      2) Non c’est un fait, l’Ukraine n’a pas poursuivi la Russie ce qui prouve que l’accusation d’annexion ne tient pas la route juridiquement. Point. Que cela ne vous plaise pas je m’en fiche.
      3) Navalny est un corrompu et une marionnette des USA. Voilà quel genre de modèle vous voulez.et cela en dit long sur qui vous êtes. Une marionnette vous aussi.


    • JC_Lavau JC_Lavau 22 juillet 12:54

      @Alex. Il serait temps que tu dévoiles ton projet d’avenir à toi que tu as, pour la Russie. Parle, ô vénéré maître ! Nous sommes suspendus à tes lèvres !


    • Alex Alex 23 juillet 19:43

      @JC_Lavau


      Je l’ai déjà avancée ma vision de la politique russe. Interne : favoriser la transition démocratique. Extérieure européenne : bien rester dans ses frontières. 

    • JC_Lavau JC_Lavau 23 juillet 20:03

      @Alex. C’est vrai qu’en Libye, tu as démontré que tu sais ce que c’est que la démocratie...


  • DACH 21 juillet 20:40

    Ah oui, CN est aussi spécialiste en aneries.....Cette obsession du role des USA reste un fantasme usé jusqu’à la corde.


    • Christelle Néant Christelle Néant 21 juillet 20:46

      @DACH
      Le seul qui fantasme ici c’est vous. La preuve https://www.youtube.com/watch?v=1zUg9NrkcAQ


    • DACH 21 juillet 20:57

      @Christelle Néant
      Je connais, quelle crédulité de votre part.Lles témoignages de ceux qui vous croisent et qu’on nous rapporte nous rassurent.....S’ils s’avèrent fondés, autant dire que les sécessionnistes auraient besoin d’un autre Goebbels francophone.......


    • Christelle Néant Christelle Néant 21 juillet 21:27

      @DACH
      Crédulité ? Morte de rire. Le seul qui croit n’importe quoi et n’importe qui c’est vous.


    • JC_Lavau JC_Lavau 21 juillet 23:31

      @DACH. Tu as déjà oublié les vantardises de Victoria Nuland, de György Soros et de McCain.
      C’est un serveur de l’OTAN au Texas qui tient à jour la liste des journalistes et opposants à assassiner en Ukraïne.


  • DACH 21 juillet 21:10

    Depuis le temps que cette sécession s’est déclarée, si la majorité des Ukrainiens voulaient ce que veut , en porte parole, CN, cela se saurait et serait déjà fait. Donc il y a un enfumage dans les propos de CN, quelle que soit sa sincérité militante, mais pas journalistique...


    • Christelle Néant Christelle Néant 21 juillet 21:29

      @DACH
      Depuis le temps que vous balancez des âneries ici, si elles étaient vraies cela se saurait.


    • Alex Alex 21 juillet 21:44

      @DACH


      Oui, c’est ça. D’ailleurs Christelle est fonctionnaire.

    • Christelle Néant Christelle Néant 21 juillet 21:47

      @Alex
      Eh non. Je ne suis en rien une fonctionnaire. Pas plus que les gens de l’AFP ne le sont non plus. Raté encore une fois.


    • Alex Alex 21 juillet 21:58

      @Christelle Néant


      Ah bon, Christelle elle bosse dans le privé en autoproclamée DNR.

    • Christelle Néant Christelle Néant 21 juillet 22:22

      @Alex
      Je travaille dans une entreprise publique. Et il y a une différence entre entreprise publique et administration. Les gens qui travaillent dans les mines appartenant à l’état ne sont pas des fonctionnaires. Ils travaillent pour une entreprise d’état. Pas une administration.


  • DACH 21 juillet 22:01

    Pour en finir avec ces amuses gueule, CN ne fait pas avancer sa cause. Journaliste ? Sans doute que personne n’a voulu l’engager en France, trop superficielle. Et ses argumemties ne font pas beaucoup d’adeptes. Ce qui va venir va démentir ses fantasmes de’Ukraine russifiée.


    • Christelle Néant Christelle Néant 21 juillet 22:25

      @DACH
      Quand un mec qui pond des commentaires sans queue ni tête de 4 lignes face à un article argumenté de 5 pages A4, pour raconter que la personne qui a pondu l’article est superficielle. Comment dire ? Juste morte de rire. Sérieux ils sont plus capables de faire mieux que ça à l’usines à trolls ? Rhalalalalala on arrive vraiment aux fins de série.


  • Lugsama Lugsama 21 juillet 22:24

    Créé un Etat sur du « pas si farfelue que ça ».. ça l’est totalement.


    • Christelle Néant Christelle Néant 21 juillet 22:26

      @Lugsama
      Ne pas être capable de comprendre une boutade et d’aller au delà du titre, cela dénote un manque de neurones, totalement....


    • Lugsama Lugsama 21 juillet 22:53

      @Christelle Néant

      Ce projet est totalement farfelu et autant réaliste que l’ensemble de vos articles présentant le gentil Dombass contre les méchants occidentaux.

    • Christelle Néant Christelle Néant 22 juillet 12:36

      @Lugsama
      Votre commentaire est totalement farfelu et autant réaliste que l’ensemble de vos commentaires présentant les gentils occidentaux contre le méchant Donbass


    • JC_Lavau JC_Lavau 22 juillet 12:50

      @Lugsama. Il fut un temps où la moitié des effectifs de la France Libre en GB était constituée des pêcheurs sénans.


    • Lugsama Lugsama 23 juillet 10:59

      @Christelle Néant

      Quand ça ? Ah bah jamais dommage.


  • QAmonBra QAmonBra 21 juillet 22:39

    Merci @ Christelle pour le partage.


    Votre analyse tient très bien la route et permet à tous ceux qui suivent de près le dossier Donbass/Ukraine, (bientôt réduite à la seule Galicie) d’affiner davantage leurs connaissances en la matière.

    Je considère également cette initiative géopolitique de la Malorussie comme stratégiquement et tactiquement excellente et, à mon avis, elle n’a pas fini de faire des vagues chez les marionnettes européennes et de faire son chemin dans la tête des gens de cette région. 

    En outre, elle poussera inévitablement les ukronazis et autres fascistes à la faute, mettant ainsi eux même un terme au terrorisme issu de la sanglante farce du Maïdan. . .

  • DACH 21 juillet 23:16

    L’infantilisme des arguments de cette soi-disante journaliste est vraiment symptomatique du niveau de ceux qui restent prisonniers de ce qu’ils ont envie de faire croire. pour recruter des partisans on peut faire mieux.


    • JC_Lavau JC_Lavau 21 juillet 23:26

      @DACH. Dans ton genre, il y a les créationnistes made in témoins de géotruc : ils nous accusent d’être « crédules envers la théorie de l’évolution ».
      Leur argument-massue, c’est leur totale ignorance en biologie. Du reste la secte leur interdit de faire des études supérieures, afin qu’ils restent ignares à vie.


    • DACH 21 juillet 23:45

      @JC_Lavau sans cervelle. Chaque année arrivent de nouveaux cons, mais ce soir ceux de l’année prochaine sont déjà là.


    • Christelle Néant Christelle Néant 22 juillet 12:38

      @DACH
      La preuve : vous êtes déjà là.


    • DACH 22 juillet 16:03

      @Christelle Néant
      C’est pour me mettre au niveau de vos arguments plus proches d’une propagande que d’une démarche d’analyste. La crédibilitè de vos analyses ne touche que les crédules. Plus je reçois de témoignages directs du territoire où vous sévissez, mais via Kiev en 2ème étape, plus je deviens optimiste, mais pas dans la direction que vous revendiquez. Bon courage aux futurs perdants.


    • Christelle Néant Christelle Néant 22 juillet 16:13

      @DACH
      « témoignages directs du territoire où vous sévissez, mais via Kiev en 2ème étape »
      Ahahahahahahahahahahah et c’est moi la crédule ? Oh mon dieu, merci pour ce moment d’anthologie de « je suis prêt à croire n’importe quoi même des oui dires ultra partisans » smiley (parce que oui avec Kiev en deuxième étape ça s’appelle des oui dires pas des témoignages directs. En termes juridiques ca ne vaut pas un pet de lapin.


  • Charly83 22 juillet 13:38

    Merci, Christelle, pour cet article. Vraiment excellent. Et en plus bien écrit.


    • Aristide Aristide 22 juillet 13:44

      @Charly83


      Et pis, c’est complet. Sauf que la RPL n’a pas été tenu au courant et a indiqué qu’elle n’était pas d’accord ...

      Félicitations à cette chaire Néant pour avoir passé sous silence ce détail.

    • Christelle Néant Christelle Néant 22 juillet 14:04

      @Aristide
      « chaire » ? Apprenez à écrire français correctement s’il-vous plaît, et surtout apprenez à lire, j’ai parlé de la RPL dans cet article (brièvement certes mais je l’ai mentionné). Je ne me suis pas étalée dessus car ce n’était pas le sujet de l’article.


    • Aristide Aristide 22 juillet 14:45

      @Christelle Néant

      Je vous accorde que cette faute volontaire est de mauvais gout, on avait dit pas le physique. Mais vous avez une belle casquette. 


      Ce n’est pas le sujet ? Alors que le Donbass se réclame de réunir toutes les régions dans un nouveau projet remplaçant l’Ukraine, la RPL le voisin le plus proche, sur tous les point de vue, n’est pas au courant !!! C’est la démocratie à la mode du Donbass, on engage la RPL sans lui en parler ...

      C’est de l’enfumage, enfumage auquel vous participez comme d’habitude.

    • Christelle Néant Christelle Néant 22 juillet 15:00

      @Aristide
      Et si l’enfumage c’était l’opposition de la RPL ? Eh oui. Si je ne me suis pas étalée dessus c’est justement parce qu’il y a trop de point d’interrogation concernant la réaction publique de la RPL. Et que j’attends de voir comment cela va évoluer avant de commenter là dessus.
      Allez lire Sun Tsu « L’art de la guerre ». Cela vous instruira sur l’intérêt qu’il peut y avoir à paraître plus faible ou divisé qu’on ne l’est en réalité. Positivement.


Réagir