samedi 6 juin - par Christelle Néant

Presque la moitié des Ukrainiens pensent que l’Ukraine s’effondre et va éclater

Un sondage publié le 5 juin 2020 par l’Institut International de Sociologie de Kiev, révèle que près de la moitié des Ukrainiens pensent que l’Ukraine s’effondre et que le pays va éclater. Ce sondage révèle aussi qu’une part importante de la population ukrainienne considère que Kiev devrait négocier avec la Russie, mais aussi avec les représentants de la RPD et de la RPL (Républiques Populaires de Donetsk et de Lougansk), pour mettre fin à la guerre dans le Donbass, contrairement aux dirigeants ukrainiens.

JPEG

L’Ukraine s’effondre et devrait développer son économie plutôt que de gagner la guerre

Lors de ce sondage, si 40,8 % des sondés ont déclaré que pour eux, l’Ukraine est sur la voie de l’unification, ils sont 46,1 % à avoir déclaré que le pays s’effondre et va éclater. Ils sont d’ailleurs 46 % à considérer que l’Ukraine stagne, ne se développe pas et que la vie devient de plus en plus difficile, contre 47,3 % qui considèrent que le pays se développe, mais lentement.

Mais si on regarde la répartition entre ceux qui se disent optimistes ou modérément optimistes, et ceux qui se déclarent comme pessimistes ou modérément pessimistes sur la situation en Ukraine, ces derniers sont plus nombreux avec 40,9 % de pessimistes, contre 37,1 % d’optimistes (et 20 % de ni l’un ni l’autre).

Sans surprise, le pourcentage de pessimistes augmente dans le sud, et l’est du pays, et dépasse même les 50 % dans le Donbass (54 %).

Si pour 43,7 % des Ukrainiens l’indépendance de l’Ukraine et l’intégrité de ses frontières sont plus importantes que le bien-être des citoyens (contre 34,5 % qui pensent l’inverse), ils sont 49,1 % à considérer qu’il est plus important de développer l’économie du pays que de gagner la guerre dans le Donbass (ils sont 29,6 % à considérer le contraire).

Les fantasmes de l’Ukraine sur la guerre dans le Donbass et la Russie

D’ailleurs à propos de la guerre, ils sont 50,5 % à croire que dans le futur l’Ukraine vaincra la Russie, contre 10,3 % qui pensent que c’est la Russie qui vaincra l’Ukraine. Ce qui laisse 39,2 % de gens qui sont lucides sur le fait que la guerre dans le Donbass n’est pas une guerre entre l’Ukraine et la Russie.

Il y a par contre de quoi être ébahi par le fait que la moitié de la population ukrainienne est à ce point lobotomisée par la propagande au point de croire qu’ils vont vaincre la Russie. D’ailleurs ils sont 37,2 % des sondés à croire que l’Ukraine va vaincre la Russie, car cette dernière serait un État faible et arriéré, alors que « le monde civilisé » soutient Kiev. Il y a heureusement 31,2 % d’Ukrainiens lucides qui sont conscients que l’Ukraine ne vaincra pas la Russie car l’Ukraine est plus faible politiquement et économiquement.

Publicité

Sur le plan militaire, pour rappel, la Russie a la 2e armée la plus puissante au monde, quand l’Ukraine est 27e. Quand on voit que la guerre en Ossétie du Sud en 2008, qui a opposé l’armée russe à l’armée géorgienne, a duré à peine une semaine, et ce, alors que l’armée russe était loin d’avoir mené à terme sa remise en état et sa modernisation, après la catastrophe des années 90, n’importe quelle personne saine d’esprit se rend compte qu’une guerre entre l’Ukraine et la Russie ne durerait pas six ans, comme c’est le cas dans le Donbass, et que l’armée ukrainienne aurait été totalement anéantie très rapidement.

D’ailleurs sur le sujet de la guerre, si les autorités ukrainiennes refusent de négocier avec la RPD et la RPL, 48,8 % des sondés estiment que l’Ukraine devrait négocier avec la Russie, mais aussi avec les représentants des deux républiques populaires pour ramener la paix dans le Donbass, contre 35,1 % qui pensent qu’il ne faut faire aucune concession.

Sur le plan économique, la Russie a une importante réserve de change, et une dette très faible, alors que l’Ukraine doit mendier l’aide du FMI (en vendant ses terres agricoles en échange d’un nouveau prêt qui servira à rembourser les précédents), et que le Président ukrainien en est même réduit à devoir écrire des article dans un journal occidental pour faire du chantage à la faillite ! Je vous renvoie au comparatif détaillé des deux pays que j’avais fait il y a quelques mois, afin que vous vous rendiez compte de l’absurdité des fantasmes ukrainiens sur l’effondrement de la Russie.

S’il y a bien un pays qui est faible et qui s’effondre (et presque la moitié de ses habitants s’en rend compte), c’est l’Ukraine et non la Russie. D’ailleurs 37,6 % des sondés considèrent que les ultra-nationalistes ukrainiens ne savent pas comment gérer le pays et font tout pour mener l’Ukraine à l’effondrement (sic). Ils sont d’ailleurs 39,9 % des sondés à considérer que l’Ukraine devrait trouver une autre idéologie unificatrice, plutôt que l’idéologie axée sur la langue ukrainienne, les symboles de l’État et les traditions nationales (soutenue par 44,1 % des Ukrainiens).

Et en parlant de la langue, 29,8 % des Ukrainiens considèrent que le russe sera la deuxième langue d’État dans le futur, et 48,8 % pensent que la langue russe fait partie de l’histoire de l’Ukraine et devrait donc être développée (contre 27 % qui pensent que la langue russe menace l’indépendance du pays).

Importance des nationalistes dans la politique ukrainienne

Le volet politique de ce sondage est aussi très instructif. On se rend compte que l’électorat de Zelensky est constitué à 42,8 % de gens se revendiquant plus ou moins du bord politique nationaliste ou « patriotique », que 43,8 % des sondés se revendiquent comme étant de ce bord politique, et 33,9 % des Ukrainiens considèrent que la politique de Zelensky est dirigée par les radicaux (contre 16,9 % qui pensent qu’il travaille pour le Kremlin).

Concernant l’ancien président, Petro Porochenko, près de la moitié (48,2 %) des Ukrainiens sont conscients qu’il a profité de la guerre dans le Donbass, et 58,6 % considèrent qu’il a volé le pays et menti à ses concitoyens.

Et face aux déboires judiciaires de plusieurs politiciens ukrainiens, dont Porochenko lui-même, si 61,9 % des Ukrainiens sont pour que la justice légale suive son cours même si c’est long, ils sont 22,5 % à soutenir le recours à la justice populaire expéditive, même si elle est illégale. Un pourcentage qui augmente dans le Donbass où 28 % des habitants sont pour la justice populaire contre les politiciens.

Publicité

D’ailleurs, 52,5 % des Ukrainiens considère que le fait d’avoir un leader fort est plus important que la démocratie, alors que seulement 26,7 % pensent le contraire. Un fait plutôt inquiétant quand on voit que près de la moitié des Ukrainiens se revendiquent comme étant politiquement proches des partis nationalistes et dits « patriotiques », dans lesquels on trouve d’authentiques néo-nazis.

En conclusion, ce sondage révèle qu’il y a une proportion non négligeable d’Ukrainiens lucides sur la situation économique et politique de l’Ukraine, et sur la guerre qui se déroule dans le Donbass.

Le volet politique de cette étude sociologique permet aussi de se rendre compte que le clivage entre l’ouest-centre du pays et la partie sud-est est plus que jamais présent. Si le centre et l’ouest de l’Ukraine sont tournés vers l’OTAN et l’Union Européenne, le sud et l’est du pays sont plus tournés vers la Russie, l’union eurasiatique et l’OTSC (Organisation du Traité de Sécurité Collective).

Ce clivage montre que malgré toute la propagande nationaliste déversée depuis la chute de l’URSS, l’Ukraine n’a pas réussi à unir sa population derrière une idéologie fédératrice. Bien au contraire. Ce clivage, qui est celui qui a provoqué le départ de la Crimée et du Donbass hors du giron de l’Ukraine, est toujours présent six ans après le Maïdan, et amène à envisager que la moitié de la population ukrainienne qui pense que le pays va vers l’effondrement et l’éclatement a peut-être raison d’imaginer un tel scénario.

Christelle Néant

Voir l'article sur Donbass Insider



5 réactions


  • Guy19550 Guy19550 7 juin 00:54

    On vit dans un monde qui donnent bien trop d’importance aux médias et les sondages.

    Y a des élus qui retournent aussi volontiers leur veste en fonction des sondages.

    L’homme n’est selon moi plus capable de faire les distinctions à faire au niveau des décisions.

    Le propose de donner aux hommes un rôle de contrôle sur les robots qui eux prendront les décisions à la place des hommes eux-mêmes. Cela se fait déjà dans le secteur spacial ou milaire de haute technologie. Cela reste encore à faire pour le social, l’écologie, la virologie... sans limite. On connait les maux et on fait le « malin » pour les solutions, y a de toute évidence une tumeur « maligne » au niveau des décisions.


    • Christelle Néant Christelle Néant 7 juin 18:15

      @Guy19550
      Surtout pas donner le choix aux robots. Vous ne vous souvenez pas de l’IA qui est devenue raciste en quelques heures sur internet ? Leur créateur humain étant imparfait, les robots le seront encore plus et ça partirait en vrille.
      Voir le film i-robot pour ca.


  • Parrhesia Parrhesia 7 juin 10:14

    Ukraine, un arbre dans le vent,

    Ukraine, un toit perdu tout blanc…

    Et puis, voilà ce qui arrive lorsque par intérêt, par trahison, ou par bêtise on se laisse subjuguer par le Nouvel Ordre Mondial !!!

    A propos, et nous en France… Nous nous sommes laissés subjuguer par l’intérêt de quelques-uns, par trahison, ou par bêtise ???

    Parce que nous sommes aussi en train de nous écrouler !!!


    • Parrhesia Parrhesia 7 juin 10:27

      @Parrhesia
      Je ne suis guère partisan de proposer des liens en suite de mes propos.
      Je fais ici une exception en vous priant, vous les anciens, et vous aussi, les plus jeunes, d’écouter les Compagnons de la Chanson à la lumière de ce qui s’est passé, et de ce qui se passe encore !
      https://www.youtube.com/watch?v=aVQfMgkQsuw


  • Krokodilo Krokodilo 7 juin 12:05

    Je pense que les dirigeants occidentaux en sont conscients, et probablement aussi nos médias, c’est pour cela qu’ils ne parlent plus de l’Ukraine hormis parfois des sujets lénifiants qui évitent soigneusement d’aborder les problèmes. Et comme les leaders de l’UE sont soumis aux intérêts et décisions des USA, ils ne décident rien par eux-même sur la question de l’Ukraine et des sanctions contre la Russie. Puisque il est évident pour tous sauf les néonazis qu’il n’y a pas de solution militaire, seul le temps qui passe laissera un jour la place à des solutions négociées et pacifiques.


Réagir