mercredi 7 avril - par roman_garev

Quelques réflexions supplémentaires sur le prochain conflit entre l’Ukraine et la Russie

Par The Saker – Le 4 avril 2021 – Source The Saker’s blog

Par The Saker – Le 5 avril 2021 – Source The Saker’s Blog

JPEG

Quelle pourrait être la réaction de la Russie ?

Chers amis

Aujourd’hui, j’ouvre un nouveau fil de discussion et je vous propose ce sujet : quelle devrait être l’ampleur de la réaction russe à une attaque ukronazie ?

Je vais vous donner mon opinion personnelle.

La Russie devrait intervenir dans les heures qui suivent une attaque ukrainienne, car laisser les forces de la LDNR seules entraînerait des pertes inutilement élevées pour la LDNR. Oui, ils peuvent probablement résister très efficacement, mais le coût pourrait être très élevé. La Russie pourrait apporter son aide avant qu’il y ait des pertes humaines massives.

Au début de l’opération, la Russie doit « verrouiller » l’espace aérien se trouvant au-dessus du théâtre d’opérations (au moins dans la profondeur opérationnelle ukrainienne) et déclarer officiellement une zone d’exclusion aérienne.

La Russie doit frapper dans toute la profondeur opérationnelle et même stratégique de l’Ukraine car les forces armées ukrainiennes doivent être désorganisées et décapitées. Les principaux responsables ukronazis doivent être éliminés tout comme l’ont été les wahhabites en Tchétchénie et en Syrie.

Les forces russes devraient s’arrêter à la ligne de contact actuelle ou à proximité pour un certain nombre de raisons, notamment :
1) le fait que la Russie n’a aucune obligation morale envers le peuple ukrainien qui doit se libérer lui-même et ne pas attendre que la Russie le fasse ;
2) la Russie n’a pas besoin de subir une longue opération de contre-insurrection ;
3) la Russie n’a pas brisé l’Ukraine et elle n’a pas à payer pour sa reconstruction ;
4) si la Russie inflige une défaite suffisamment sévère aux forces ukronazies, le pays implosera de toute façon.

Les forces de la LDNR doivent cependant se déplacer aussi loin qu’elles le jugent nécessaire pour établir une frontière internationale permanente (reconnue ou non, cela ne fait aucune différence) entre la LDNR et le Banderastan croupion. La Russie doit soutenir les forces de la LDNR par les armes, la guerre électronique, le renseignement, le contrôle de l’espace aérien et des opérations spéciales.
L’ensemble de la marine et de l’armée de l’air ukrainiennes (toutes deux, il est vrai, plutôt symboliques et sacrément petites) doivent être détruites (y compris leur infrastructure de soutien). Les nazis doivent être désarmés, comme Saakashvili l’a été en 2008.

Bien qu’il soit peu probable que les Ukronazis attaquent la Crimée ou tentent de franchir le reste de la frontière russo-ukrainienne, la Russie doit être prête à réprimer totalement toute attaque, même majeure, allant dans ce sens.

En cas d’insurrections dans des villes comme Marioupol, Nikolaev, Odessa et autres, la Russie ne devrait pas intervenir ouvertement, mais elle pourrait utiliser ses considérables capacités de guerre électronique et de cyberguerre pour perturber le fonctionnement des autorités ukrainiennes locales.

Les radars des défenses côtières russes et des navires de la flotte de la mer Noire devraient tous passer en mode de ciblage pour faire comprendre à tout navire naviguant dans la mer Noire que sa durée de vie se mesure en minutes et dépend totalement de la bonne volonté de la Russie. Il en va de même pour le contrôle de l’espace aérien le long/à proximité de l’espace aérien russe.

Enfin, et surtout, la Russie devrait annoncer l’arrêt total de toutes les exportations de biens de la Russie vers l’Ukraine (y compris l’énergie). Qu’ils s’étouffent sans les marchandises de l’« agresseur ».

Ce ne sont que quelques-unes de mes pensées aujourd’hui, des suggestions si vous voulez.

 

Que fera l’Empire pour soutenir les Ukronazis ?

Il y a beaucoup de spéculations sur ce que l’Occident consolidé (alias l’Empire anglo-sioniste) fera pour protéger ses mandataires ukronazis. Voici mes idées, sans ordre particulier :

L’Occident a déjà décidé que la Russie est l’agresseur et que le Banderastan est la victime de l’agression russe. Même si les Ukrainiens lancent une attaque massive d’artillerie et de blindés sur la LDNR (ou même la Crimée), l’Occident prétendra sans sourciller que les méchants Russes ont attaqué les innocents Ukrainiens.

Je ne m’attends pas à ce qu’un pays de l’OTAN engage réellement des forces pour attaquer les forces russes. Tout au plus, les Polonais (qui d’autre ?!) enverront une force essentiellement symbolique en Ukraine occidentale (Lvov, Ivano-Frankovsk).

Cependant, les États-Unis ne sont pas seulement faibles, ils sont fantastiquement incompétents, ignorants et arrogants : de nombreux hauts responsables occidentaux ont déclaré que les États-Unis et l’OTAN ne « permettront pas » à la Russie de menacer ou d’attaquer l’Ukraine. Pour moi, cela signifie qu’il y a des gens qui croient que si les Etats-Unis et l’OTAN engagent effectivement les forces russes, la Russie va « cligner des yeux » et se recroqueviller de peur. Il est clair que ces personnes n’ont jamais lu un livre d’histoire.

Je suis convaincu que si les USA/OTAN attaquent les forces russes, les Russes contre-attaqueront non seulement les forces réelles qui ont attaqué la Russie, mais aussi les centres de commandement qui ont donné cet ordre d’attaque aux USA/OTAN et l’ont coordonné.

Le plus grand danger à l’heure actuelle est que les politiciens occidentaux interprètent vraiment mal non seulement Poutine, mais aussi toute la Russie. Ils passent à côté de l’essentiel : La Russie ne peut pas et ne veut pas reculer davantage, elle ne va pas déclarer docilement que le Donbass ou la Crimée appartiennent au régime nazi de Kiev. La Russie est prête, capable et désireuse de combattre les forces américaines/OTAN si nécessaire, y compris en utilisant des armes nucléaires tactiques et même stratégiques.

Le Kremlin comprend parfaitement que le rôle de la Pologne dans le pacte de l’OTAN est celui d’un petit chien d’attaque très bruyant : si les Polonais se déplacent réellement en Ukraine occidentale, ce ne sera que si les États-Unis leur disent de le faire. Il existe un dicton russe « Поляки не вояки » qui signifie « les Polonais ne sont pas des soldats » : ils attaquent toujours et uniquement lorsque leur ennemi du moment est faible et désorganisé (c’est pourquoi Churchill a appelé la Pologne la « hyène avide de l’Europe »). Cependant, je m’attends à ce que des « conseillers » polonais (et américains, britanniques) assistent les forces ukronazies lors de leur attaque contre la LDNR. Quant aux supposés « frères » orthodoxes de la Russie, comme la Bulgarie ou la Roumanie, ils feront ce qu’ils ont toujours fait dans le passé : rejoindre toute coalition anti-russe. La bonne nouvelle, c’est que leurs armées sont aussi mauvaises que celle de la Pologne (prêtes pour les parades, pas pour la vraie guerre). En outre, la mer Noire est, en termes militaires, un « lac russe ». Ces petits pays vont donc bien gesticuler, mais ils ne feront rien de stupide.

Du point de vue de la propagande, il est clair que, indépendamment de ce que la Russie décide de faire, elle sera complètement diabolisée. Le niveau actuel de haine anti-russe en Occident est désormais égal, voire supérieur, à ce qu’il était avant l’attaque nazie contre la Russie pendant la Seconde Guerre mondiale. Consultez les illustrations suivantes qui montrent cette réalité :

JPEG

Les élites américaines sont totalement d’accord sur la Russie, qu’elles veulent contenir puis détruire. Quant aux États fantoches américains dans l’UE, ils n’ont aucun pouvoir personnel. Quels seraient donc les objectifs de l’administration « Biden » ?

Créer un affrontement entre la Russie et l’UE qui donnerait un sens à l’OTAN, justifierait le déploiement de plus de forces américaines en Europe qui, à leur tour, renforceraient encore l’emprise américaine déjà forte sur la gorge collective de l’UE.

En faisant échouer le NordStream2 (ce qui se produira dès que le conflit deviendra « chaud » dans le Donbass), les États-Unis rendront l’UE non seulement beaucoup plus dépendante des États-Unis, mais aussi beaucoup moins compétitive : au lieu d’acheter du gaz bon marché de haute qualité à la Russie, l’UE achètera du gaz plus cher et de moins bonne qualité aux États-Unis.

Les programmes d’armement vont exploser et le complexe militaro-industriel américain va faire fortune en vendant des armes grotesquement surévaluées à son propre pays et à ses « alliés » européens.

Les grandes questions sont donc les suivantes :

La Russie peut-elle dissuader les États-Unis en réagissant en dessous du seuil d’un affrontement militaire ouvert ? Ma réponse personnelle est que c’est toujours possible mais, malheureusement, cela devient de moins en moins probable chaque jour qui passe.

Cela signifie-t-il que ce conflit peut se transformer en une troisième guerre mondiale avec des armes nucléaires et tout le reste ? Ma réponse personnelle est que ce scénario devient de plus en plus probable chaque jour qui passe.

En conclusion : merci encore, « Biden » et la bien-pensance Démocrate ! Grâce à vous, après seulement à peine plus de 100 jours de cette nouvelle administration, nous sommes de nouveau au bord d’un précipice nucléaire ! Pour reprendre les mots de Poutine, « vous ne nous avez pas entendu, alors écoutez-nous maintenant ». Mais, bien sûr, vous ne le ferez pas. Il vous faudra rien de moins qu’un champignon nucléaire pour vous réveiller de vos illusions… Si cela se produit, ne vous en prenez qu’à vous-mêmes !

Voici donc mes pensées du jour.

Bien à vous.

Le Saker

Traduit par Wayan, relu par Hervé pour le Saker Francophone



30 réactions


  • sophie 7 avril 19:03

    Pas d’accord, désolée, WW3 nucléaire n’aura jamais lieu ( et heureusement) par contre multiplication des conflits locaux plus ou moins violent oui, si la Russie peut contrôler l’espace aérien , qu’ils le fasse en Syrie.


    • samy Levrai samy Levrai 7 avril 19:58

      @sophie
      Mais on ne te demandera pas ton avis...
      Et l’Homme a plus que démontré tout au cours de l’Histoire son manque de sagesse.

      Tant qu’il y aura la Russie le monde existera, si son existence est menacée, alors adieu à tous.


    • samy Levrai samy Levrai 7 avril 20:26

      @sophie
      Il s’agit d’engrenages et de cliquets, ceux qui jouent avec se pensent toujours plus malins que les autres...


  • binary 7 avril 20:23

    Commencez déjà par nous expliquer, pourquoi et depuis quand le Dombass fait partie de la Russie.


    • V_Parlier V_Parlier 7 avril 23:24

      @binary
      Si vous êtes trop ignare et paresseux pour ouvrir n’importe quel livre ou même un site internet (*), et bien on ne va pas se fatiguer pour vous. En revanche, sur Wikipedia la mauvaise foi dont ils font preuve pour tordre l’histoire doit vous plaire. Elle relève d’un certain talent.

      (*) comme http://www.circe.paris-sorbonne.fr/villes/odessa/odessa_histoire.htm bien qu’arrangé à la sauce politiquement correcte, mais obligé de reconnaître que sans l’empire russe les habitants de l’Ukraine seraient aujourd’hui des turcs.


    • V_Parlier V_Parlier 7 avril 23:27

      @V_Parlier
      J’ajouterais enfin : Si l’URSS a bel et bien cédé le Donbass à l’Ukraine bien avant l’indépendance de cette dernière, la patience russe depuis 2014 n’apporte toujours rien. Il serait donc compréhensible qu’à force d’être accusée sans rien faire, la Russie décide finalement que ça ne changera rien si elle fait vraiment quelque chose, histoire d’éviter des ennuis futurs qui seront peut-être pires.


    • binary 8 avril 14:16

      @V_Parlier
      Montrez moi la carte que vous utiliser pour mettre Odessa dans le Dombass !


    • V_Parlier V_Parlier 8 avril 22:42

      @binary
      Ce qui signifie bien que c’est encore plus que le Donbass qui faisait partie de l’empire russe. Heureux de vous le voir écrire !


    • JP94 25 avril 21:00

      @binary
      Odessa est historiquement russe depuis belle-lurette. L’Ukraine, de toute façon, n’existe en tant que république que depuis un décret de Lénine.
      Jamais il n’y a eu d’Etat ukrainien avant l’URSS !
      Donc tout ce bla bla tiré de la prose de l’OUN-A et OUN-B et UPA n’a aucun sens historique.


  • Trelawney Trelawney 7 avril 21:25

    l’Occident consolidé (alias l’Empire anglo-sioniste)

    Merci pour la tranche de rigolade.

    Pour info, l’empire comme vous dites qui est composé je suppose des USA, d’Israel, des pays de l’UE, c’est à dire composé de parfaites démocraties, où on a le droit de dire ce que l’on veut et même les plus grosses âneries qu’on peut entendre (vous en êtes un exemple)

    De l’autre coté par contre, c’est démocratique du moment qu’on vote Poutine. 21 ans au pouvoir c’est tout à fait normal dans un pays où les gens ne se posent pas la question de ce qu’ils vont faire de leur journée, puisqu’un fonctionnaire s’en charge pour eux.

    Plus sérieusement : le gaz arrive d’Ukraine et peut être plus tard de mer baltique, s’il est pas cher il intéressera l’UE sinon ils achèterons du gaz de schiste américain ou du gaz des émirats qui viendra par Israel (et oui !).

    Le Dombas c’est loin et l’Europe s’en tamponne. L’Ukraine itou ! C’est peut être cela qui vous énerve. Personne ne vous regarde !



    • V_Parlier V_Parlier 7 avril 23:14

      @Trelawney
      Que vous ayez votre avis sur la question, soit. Mais quand je lis ceci j’ai vraiment l’impression que vous êtes complètement déconnecté :
      "c’est à dire composé de parfaites démocraties, où on a le droit de dire ce que l’on veut et même les plus grosses âneries qu’on peut entendre (vous en êtes un exemple). De l’autre coté par contre, c’est démocratique du moment qu’on vote Poutine« . Déjà aucune connaissance de ce qui se passe en Russie, et déni total sur ce qui se passe dans vos »démocraties« (y compris la plus grande dicature sanitaire au monde droit d’expression inclus qu’est Israel et que vous citez).

      Quant à ceci :  »21 ans au pouvoir...". Et Merkel, vous allez la virer aussi ?


    • Trelawney Trelawney 8 avril 12:43

      @V_Parlier
      C’est la dernière mandature de Merkel. Poutine lui a fait changer la constitution de son pays pour continuer à se faire élire au delà de 2030.

      Pour ce qui est des démocraties, que ca vous plaise ou pas : Trump a été remplacé, Netanyahou continu son bonhomme de chemin mais risque fortement de se retrouver en prison d’ici peu. Et oui Israël peut mettre son dirigeant en prison, alors qu’en Russie c’est uniquement les opposants qui vont au Goulag.
      Pour ce qui est de la Russie (j’y vais assez souvent) : c’est propre, pas trop de délinquance. Mais ce n’est pas la peine de discuter avec un russe de ce qu’il se passe dons son pays, il ne répondra pas. L’opposition existe, mais en prison. Globalement, ce n’est pas un pays où il est heureux d’y vivre.

      Je n’ai pas vu en France, en Allemagne, en Angleterre, aux USA pour ne citer que des pays important, des gens enfermés pour délit d’opinion.

      Quant à Israël : Allez y faire un tour à Tel Aviv Haïfa ou Beersheba et ensuite à titre de comparaison à Beyrouth, Amman ou Le Caire. Vous aurez une petite notion de ce qu’est « le droit d’expression »


    • roman_garev 8 avril 13:49

      @Trelawney
      À quoi bon mentez-vous si ouvertement ?
      Qui est au Goulag ? Et ou est Goulag en Russie de nos jours ?
      Surtout ne parlez pas de ce petit escroc de Navalny, condamné pour la fraude.
      Avez-vous d’autres exemples de « l’opposition en prison » ?
      Par contre, ne voyez-vous pas Assange justement « enfermé pour délit d’opinion » ?
       


    • roman_garev 8 avril 13:54

      @Trelawney
      « Mais ce n’est pas la peine de discuter avec un russe de ce qu’il se passe dons son pays, il ne répondra pas. »
      Un mensonge grossier de plus.
      Vous ne savez pas lire en russe ? Un tas d’opposants russes s’exprime tout à fait ouvertement, sans cacher leurs noms, depuis les chaînes TV, radio et sites web : Dojd, Écho de Moscou, Meduza, etc., etc, la liste est trop longue.
      Tandis que vous n’avez pour une voix franche que l’AgoraVox, lui-même étant belge.
      Vous n’avez plus aucune liberté d’expression.


    • JP94 25 avril 20:54

      @Trelawney
      Je vous donne un exemple : mon père a risqué un an de prison pour une prise de parole dans une CAF.
      Ensuite, Georges Ibrahim Abdallah, libéré par un juge français, mais maintenu depuis 30 ans sur ordre israëlo américain...
      Pour la GB, Assange, sur ordre américain 
      Délit d’opinion, en Allemagne, le Berufsverbot ... officiellement disparu ...
      aux USA, Mumia Abu Jamal, Léonard Peltier, enfermés depuis environ 40 ans.

      Ensuite, si l’on est libre ici, ce n’est certainement pas par le bon vouloir du Pouvoir, mais du fait d’un rapport de force qui neutralise les velléités coercitives du pouvoir.
      Parlons des violences policières, des gazages le 1er mai ( j’y étais avec des Russes) : inconcevables en Russie, au point qu’une amie russe, qui écrit sur des blogs russes, la réalité d’ici , n’est pas crue en Russie et se fait insulter ! c’est vous dire les illusions de certains Russes tellement habitués à leurs libertés et persuadés qu’ici, on est plus libres ! 
      Je lis les blogs russes, les médias et je constate la grande variété de points de vue, et aussi, l’esprit critique et la grande capacité argumentative de nombreux Russes, pas tous, mais les plus sagaces sont les plus critiques envers l’illusion occidentale.
      Mais les alliés de l’Occident qui emprisonnent ne sont jamais sanctionnés pour cela : 
      6000 prisonniers politiques en Colombie, 150 assassinats de leaders paysans ou syndicalistes depuis le début de l’année, et vous ne le savez pas tout simplement parce que l’UE a signé un traité de libre échange avec ce pays fasciste, protégé des USA ( 6 bases militaires US, avec droits de torture si les Américains la pratiquent :)
      Idem pour Israël !

      Revenons au sieur Navalny, qui s’est découvert une passion d’opposant le jour où il s’est agi pour lui d’échapper à sa condamnation ( son frère a effectué sa peine pour le même crime, mais ne prétend pas être une victime de Poutine.
      voici les faits : Navalny était le directeur des Postes d’un district, donc un fonctionnaire d’un certain rang. Il a fondé une société privée pour le bénéfice de laquelle il mettait en concurrence l’acheminement des colis de l’entreprise française Yves Rocher, puis multipliait les tarifs et empochait l’argent correspondant à la surfacturation.
      M. Trelawney, vous partisan de la Liberté dans notre belle démocratie : à ce titre, je vous conseille de passer le concours de cadre A de la Poste, puis d’user de votre position pour effectuer des détournements fonds, de la sorte, à grande échelle.
      La Justice a condamné Navalny à juste 3,5 ans puis réduit à 2 ;5 ans de prison sa peine  on, se demande pourquoi.
      Si je suis vos assertions, au cas où la Justice française oserait vous envoyer en prison pour de tels actes, vous seriez en droit de vous plaindre harcèlement politique : ah oui, il serait plus prudent, en vue du procès ( si procès il y a dans notre beau pays libre) que vous fondiez une organisation anti-corruption ( comme la fasciste Thernovol le fit en Ukraine), à ce moment-là nul doute que toute l’UE et Merkel vous appuient de leur soutien total y compris sur les chaînes publiques, et exigent des sanctions économiques contre notre beau pays s’il vous condamnait malgré tout.


  • HELIOS HELIOS 8 avril 10:33

    Bonjour...

    (( UN )) ... je sais, c’est difficile de combattre un dogme...

    (( DEUX)) ... Votre première phrase : inutile d’aller plus loin, votre article est écrit en entier dans cette phrase, pas la peine de perdre son temps à lire la suite.

    Du temps, j’en ai, je vous réponds !

    Enfin, cela merite un argument quand même :

    Lors d’une guerre, quelle que soit la querre, ce ne sont pas quelques hiérarques cacochymes qui vont se battre !

    A des degres divers, il y a tout un peuple qui se bat, chacun a sa maniere et comme cela lui est possible et lui convient.

    Donc, qualifier les ukrainiens de nazis, outre que la définition de nazi est difficilement applicable telle qu’elle l’est, ne peut en aucun cas s’appliquer a un peuple tout entier. 

    Pourriez vous imaginer qu’on puisse qualifier les ukrainiens (ou qui que se soit d’autre) de khmers rouges ? Pourtant, il y aurait des occasions aussi pertinentes de le faire.

    Je ne suis pas particulierement favorable a la Russie, mais pas opposée non plus, je suis plutôt souverainiste et c’est justement pour cela que votre raccourci me semble insupportable pour les ukrainiens et surement beaucoup d’autres peuples.

    ...Quand a votre fantasme nazi..., sans vous vexer, c’est plutot de la paranoïa !


    • HELIOS HELIOS 8 avril 12:28

      @HELIOS et aux 6 lecteurs qui considèrent qu’il n’est pas interressant de reduire « ad hitlerum » un discours sur la douleur d’un peuple, le peuple ukrainien qui a des aspirations de bonheur et de paix.

      <<< Tous les avis sont respectables >>>, même s’ils vous dérangent, il faut au moins les écouter.


    • JP94 10 avril 09:38

      @HELIOS
      Vous avez entendu parler de Petlioura, Bandera ou Choukievitch ? les héros de nos ukronazis avec dans les rues et sur des tee-shirts vendus dans les rues, partout même à Kharkov...Petlioura a été assassiné à Paris en 1926 par un étudiant juif, Schwartzbart. Lors du procès à Paris ont défilé des témoins venus d’Ukraine, survivants des pogroms de ces bandéristes, pour témoigner des horreurs commises contre des civils ( l’UPA étant une armée fasciste, l’OUN-A et l’OUN-B des branches de ce fascisme ukrainien créé et financé par les SR austro-hongrois, avec des Konovaletz), notamment les Juifs.
      Eh bien le jury parisien a été tellement horrifié par les actes de ces bandéristes qu’il y a eu non-lieu et que cela a été acclamé à l’époque où on ne pouvait dire que la presse était pro-soviétique ! ... ni pro-Poutine.

      Choukievitch et Bandera sont des criminels de guerre nazis de la pire espèce, spécialisés dans les crimes de masse en Ukraine (Bani Yar etc ..)
      Vous verrez leurs portraits comme « héros », avec l’assentiment des USA et de l’UE,qui falsifient l’histoire...
      Pour les Ukrainiens comme pour de nombreux déportés français qui en sont revenus, les gardes Ukrainiens ( bandéristes ) étaient pires que les nazis... c’est dire ! mais ils avaient la pratique et la haine viscérale du judéo-bolchévique...

      C’est donc cela que vous soutenez ? non, ils ne combattent pas une armée ; : ils assassinent le peuple. Au Donbass, ce sont des milices populaires qui s’organisent pour préserver leurs vies.
      Acte de bravoure de vos bandéristes : dès 2014, détruire les puits et l’approvisionnement en eau à Iassinoataya et dans les villages : donc cela s’appelle un crime contre l’Humanité : qui est privé d’eau ? des civils, et lâchement.
      Face à une vraie armée, vos fascistes feront dans leur froc...c’est à arriver à Das Reich un jour de 44 face à des partisans ... armés. ah là, c’était moins facile que face à des civils désarmés !


  • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 8 avril 11:01

    Salut, merci au saker et à Roman. Bien que Roman pense que il y n’y a pas un coup d’état « mondialiste » en cours avec ce machin 19, ce que je comprends parfaitement, j’amène le sujet car ce « non coup d’état » est très mal barré contrairement à certaines apparences et pour s’en sortir, bien sur un conflit majeur est aussi dès lors une des portes de sortie possible.

    Genre tentative de coup double, les richesses naturelles de la Russie font rêver..et comme le confirme aussi Christelle Neant , les pseudo élites occidentales ont réellement pété les câbles depuis un bon moment, moi je dirais que en plus il y a chantages et menaces obligent aussi, ils sont totalement irrationnels , déments, mais surtout de mon avis idiots, si si, et peuvent très bien déclencher le pire...se croyant invincibles et-ou simplement préférant plutôt se suicider que d’être accusés à juste raisons, condamnés et et ......

    je reprends la conclusion :

    En conclusion : merci encore, « Biden » et la bien-pensance Démocrate ! Grâce à vous, après seulement à peine plus de 100 jours de cette nouvelle administration, nous sommes de nouveau au bord d’un précipice nucléaire ! Pour reprendre les mots de Poutine, « vous ne nous avez pas entendu, alors écoutez-nous maintenant ». Mais, bien sûr, vous ne le ferez pas. Il vous faudra rien de moins qu’un champignon nucléaire pour vous réveiller de vos illusions… Si cela se produit, ne vous en prenez qu’à vous-mêmes !-«   »


  • JMBerniolles 8 avril 14:22

    Je suis toujours complètement ébahi et inquiet de voir combien, les gens, notamment des commentateurs ici, marchent sous le véritable lavage de cerveau de la propagande/censure médiatique.

    Il y a la fable sur le niveau de l’économie russe. Le simple chiffre de son bénéfice du commerce extérieur, environ 100 milliards de dollars par an (pour la France c’est le quasiment le déficit annuel) devrait éveiller les consciences sur ce plan. Cela fait la moitié de notre PIB à peu près en dix ans

    Poutine est russe, il s’occupe de la Russie et une grande majorité de russes pensent qu’il est efficace. Il a rapidement rétabli la Russie après la parenthèse terrible Eltsine, principalement sur les bases de l’héritage soviétique qui était beaucoup plus important que ce que la propagande de l’ouest prétend.

    Nul doute que Poutine soit un grand dirigeant.

    Les grands dirigeants sont très rares. Nous avons eu De Gaulle puis une cascade de nullités ensuite qui ont ruiné son héritage, liquidé les réalisations du CNR...  Et nous en sommes à fabriquer des indicateurs économiques bidons pour cacher notre profond déclin. Et nous sommes sous une dictature climatique et sanitaire, pour de grands intérêts financiers, qui ne conserve qu’une façade républicaine avec des élections manipulées. 

    Nos médias fabriquent depuis longtemps une réalité virtuelle pour éloigner les gens de la véritable situation de notre pays. Le conflit en Ukraine va venir bousculer toute cette narration fictive, qui nie contre toutes les informations concordantes qu’un enfant ait été tué délibérément par l’armée ukrainienne, qu’il y ait des mouvements qui se réclament ouvertement du nazisme à travers Bandera notamment dans les cercles du pouvoir à Kiev, .. le régime de Kiev est envoyé seul contre les dissidents du Donbass et la Russie. Ce régime est au bout du chemin qui l’a vu demander continuellement un soutien financier et politique à l’ouest. Il ne s’illusionne sans doute plus sur le soutien militaire.

    Je doute un peu que le régime de Kiev se lance dans l’aventure militaire. Oui alors pour se débarrasser des éléments du secteur droit, des banderistes ... 


  • QAmonBra QAmonBra 8 avril 16:25

    Merci @ l’auteur pour le partage de cet excellent article su Saker.

    Les néonazis ukrainiens qui-n’existeraient-pas suivant les merdias occidentaux, ainsi que pour ceux donnant crédit à leurs logorrhées, ne cessent de provoquer les russes du Donbass afin de les pousser à l’affrontement, et avoir ainsi le prétexte d’une offensive pour laquelle ils se préparent depuis leur signature bidon aux accords de Minsk, car signés pour gagner un répit et donc jamais respectés.

    Pour autant, si les russes la joue finement et ils auraient tord de s’en priver vu que le temps joue pour eux, en se contentant de riposter efficacement aux bombardements « ukronazis », ces derniers attaqueront ils les républiques rebelles, sans être assurés de l’appui militaire occidental par OTAN interposé ?

    Rien n’est moins sur en ce domaine vu le « patakés » qu’il font tous, dès que l’(ex ?) armée rouge déplace un blindé sur son propre territoire !

    Mais la Russie fait aussi bien de prévoir le pire avec ces charognards, prêts a croquer à la moindre et première faiblesse, prépare la guerre si tu veux la paix a rappelé S. Lavrov et nous y sommes. . .


    • JP94 10 avril 09:00

      @QAmonBra
      Je dirais plutôt que sans nos merdias, les crimes commis par ces néobandéristes, ukronazis, mercenaires étrangers d’Al Nosra ou toute cette clique formée à coups de millions de dollars par la CIA (mercenaires occidentaux aussi) ,ne pourraient pas se perpétrer ni se poursuivre, car même s’ils sont couverts par tous les dirigeants occidentaux ( UE et USA) puisqu’ils nécessaires à l’accomplissement du coup d’Etat du Maïdan et au maintien à un régime de terreur ; pour autant, dénoncés, il aurait fallu les faire cesser et interdire à ce clown criminel de Zélenski de continuer ses provocations.
      Par exemple, nos journalistes sont coupables de non-dénonciation de crimes pour la Maison des Syndicats d’Odessa et en fait d’un tas d’autres assassinats, filmés par leurs auteurs et diffusés cyniquement, assassinats contre des femmes, des enfants, des hommes désarmés : mais c’est typiquement nazi : ne pas combattre des soldats, mais commettre des assassinats. Je me demande comment ces journalistes peuvent dormir sachant les crimes nazis qu’ils couvrent, et il en est de même pour le Parlement Européen, car, tout de même, tous les élus européens ne sont pas des fripouilles, c’est juste une majorité d’entre eux qui l’est, et bien sûr la CE.
      Les médias ne suffisent pas à installer un régime fasciste : ils ont échoué à Minsk contre Loukachenko, et ailleurs face à chaque fois d’ailleurs à des présidents élus : Poutine, Maduro, ; Assad ...
      Or aucune justice ne semble les menacer ... pourtant leur réaction face à un tribunal leur montrant les images d’Odessa et leur demandant des comptes serait intéressante.


  • JP94 9 avril 09:03

    Au moment de la Guerre de Corée, il existait notamment en Europe la forte crainte d’un conflit nucléaire. Les Etats-Unis, en Corée ont d’ailleurs utilisé des bombes à uranium, s’autorisant des dévastations allant jusqu’à 90%.

    Notons qu’ils n’ont toujours pas été condamnés, même moralement  en tout cas ici pour cela, pas plus que pour tous leurs crimes au Vietnam et ailleurs.

    Il se pose donc une question que ne posent Roman Garev ni le Saker, peut-être parce que la réponse en est déjà connue : que ferait l’ONU en cas d’attaque de la DNR par le régime putschiste de Kiev ? et une autre : Que ferait le parlement de l’UE  qui dans les manuels scolaires est une oeuvre de paix ? pire...mais là, Garev donne la réponse.

    La réaction qui semble a minima de la part de la Russie, cache un peu un travail stratégique en profondeur. En cela, on retrouve un peu le contexte des années 30 : La GB, la Pologne ( son vassal déjà aboyant), tout ce monde et même les élites françaises, qui exècrent l’URSS, en miniment la puissance militaire et économique face au Reich : la Pologne prétend même que l’URSS ne tiendrait pas quelques jours face à une attaque nazie, contrairement à elle-même, vaillante, qui prétendait alors repoussait seule les assauts du Reich, prétexte pour refuser, sur l’ordre du Lord, tout accord avec l’URSS , le fameux Pacte Oriental.

    Finalement, à l’Ouest, sous-estimation des experts occidentaux de la puissance soviétique, et surestimation arrogante de leurs moyens. (encore eût-il fallu vouloir).

    Mais à l’Est, même chose : lorsque le Japon impérial s’installe en Mandchourie, c’est en vue d’attaquer l’URSS (comme auparavant la Russie) de façon à accaparer les richesses minières de Sibérie. Il attaque à Khalkin Gol, point séparé de la plus proche gare soviétique de 700 km et le désert de Gobi ( il attaque par la Mongolie, alliée de l’URSS). Attaque éclair :seulement, contre toute attente des Japonais, c’est leur déroute cuisante, passé le moment initial. Ensuite, l’URSS n’a pas poussé la contre-attaque aussi loin que militairement elle le pouvait : on peut le déplorer, puisque c’eut été légitime face à un régime criminel qui fut le nazi de l’Est. Mais avec le recul, ça a permis à l’Armée rouge de mettre le plus gros de sa puissance en Europe.

    Or, récemment, un « expert »suédois s’est cru autorisé à dire que Kaliningrad était un point stratégiquement faible : il n’est pas impossible que l’OTAN se figure pouvoir attaquer Kaliningrad prétextant une agression russe contre l’Ukraine...

    Sauf que c’est la même illusion qu’à Khalkin Gol ou à Leningrad, que les nazis pensaient réduire à la reddition en 6 semaines, par le blocus ( mais 900 jours et défaite nazie, comme on sait).

    On retrouve un peu ce contexte agressif de l’Occident, avec une sous-évaluation de la stratégie russe, qui les dépasse complètement : non seulement ; elle leur échappe, mais en plus, leur arrogance ne leur laisse même pas supposer qu’ils puissent se tromper.

    Pour la Pologne, une amie polonaise me disait que des sondages parmi la population concluaient que plus 60% des Polonais n’iraient pas défendre leur pays en cas d’attaque ou d’invasion ...alors comment imaginer qu’ils aillent attaquer la Russie ? seules leurs élites projettent un coup d’Etat, mais contre Minsk...encore une illusion.

    Le danger existe notamment, et a fait l’objet d’un roman ....russe ( pas Garev) d’Elsa Triolet ( écrit en français) : Le Cheval Roux, dans lequel elle imagine les Etats-Unis déclenchant une guerre atomique en, Europe, « pour nous aider »...

    Le reste de ce qui est dit par Roman Garev ou le Saker me semble juste : la Pologne achète des F35 pourris en se ruinant : elle s’entraînent néanmoins ...mais contre des Russes fictifs...face aux vrais, pilotant les Sukhoi et les Mig, ce serait autre chose...


  • Pierre Pierre 11 avril 19:51

    Bonjour Roman,

    Commentaire tardif mais je viens de rependre mes occupations habituelles après une longue absence.

    Je constate que les ignorants de l’histoire de la Russie et de l’Ukraine (qui ont d’ailleurs une histoire commune) y vont de leurs commentaires stéréotypés comme si c’était encore Staline au pouvoir.

    Je vous trouve bien timoré dans votre article. 

    Personnellement, en cas d’attaque contre le Donbass ou la Crimée, je pense que les Forces russes doivent porter un coup mortel contre l’Ukraine. Le prix à payer sera le même pour une intervention locale ou pour une invasion.

    J’ai récemment sidéré un Ukrainien qui voulait m’expliquer que les Ukrainiens n’allaient pas tarder à expulser tous les russophones (il a dit Russes) du pays à moins qu’ils ne parlent plus russe et alors que lui-même utilisait le russe et l’anglais.

    Je lui ai expliqué comment un conflit avec la Russie se déroulerait pour l’Ukraine.

    • Les centres de commandement seraient détruit le premier jour dans tout le pays.
    • Toute la défense antiaérienne ukrainienne et tous les avions seront HS le premier jour.
    • Les systèmes de brouillage électronique rendront les communications ukrainiennes muettes dès le premier jours.
    • Il est possible que les ukrainiens possèdent aussi du matériel de brouillage. Il sera détruit dès que détecté.
    • Toutes les liaisons terrestres à l’est du Dniepr seront sous contrôle russe et les ponts seront détruits y compris les ponts sur le Dniepr à partir du premier jour.
    • La RPL et la RPD devront encaisser le choc puis les hélicoptères prépositionné à Rostov commenceront à se charger des chars Ukrainiens sans doute à partir du deuxième jour.
    • Les troupes d’élites russes prendront l’aéroport de Kiev (Borispol) le premier jour et sont rejoints deux jours plus tard par des colonnes venant de la frontière russe. Ils se dirigeront ensuite vers le sud pour prendre l’Armée ukrainienne en tenaille avec les unités qui partiront de Crimée.
    • Le troisième jour, les tankistes ukrainiens abandonnent leurs chars pour rentrer chez eux. Ils enlèvent leurs bottines pour courir plus vite. 
    • Le sixième jour au plus tard, les unités de RPL et de RPD soutenus par l’Armée russe atteignent le Dniepr. Si Odessa, Nikolaev et d’autres villes du sud se révoltent, ils continueront l’offensive au-delà du Dniepr.
    • Dans les 10 jours, on organisera un référendum d’indépendance dans toute la Novorussie et à Kharkov.
    • L’aviation russe et les missiles continueront à détruire les centres vitaux et les usines à l’ouest du Dniepr jusqu’à ce que Kiev se plie.

    Notre ami ukrainien à rétorqué que l’Armée russe, c’est du Potemkine et que l’OTAN viendra au secours.

    Je lui ai fait remarquer qu’il faudra une semaine avant que la première réunion ait lieu et trois semaines de plus pour prendre une décision. En plus, il faudra 6 mois aux Américains pour traverser l’Atlantique avec suffisamment de matériel.

    La suite de la conversation était assez débridée, j’ai retenu l’extrême combativité des soldats ukrainiens, les meilleurs du monde, que c’est eux qui ont inventé les missiles et que Moscou va bruler. 

    Je ne crois pas qu’une réconciliation avec les Russes est possible ou alors dans plusieurs générations. smiley


    • Passante Passante 11 avril 20:03

      @Pierre
      bonsoir, bien aimé le coup des bottines,
      mais je n’ai à vous proposer que mon ignorance..
      et ma question est la suivante :
      dans quelle mesure la division ukrainienne
      représente-t-elle une division catholiques/orthodoxes ?


    • @Pierre

      Votre analyse est militairement valide mais ne tient pas en compte la doctrine de Poutine.

      En fin joueur d’échecs, il ne mettra que le strict minimum en oeuvre pour écoeurer les ukrops.

      Puis leur fera un grand sourire en disant que la table des négociations reste ouverte...

      Il ne reculera pas d’un dixième de millimètre, et les ukrainiens vont se taper dans un mur d’acier.

      Si les Russophones devaient être menacés, l’Ukraine risque la même chose que dans les républiques sécessionnistes, avec le soutien actif de la Russie.

      Poutine n’est pas un va-t-en-guerre, mais il vaut mieux ne pas essayer de jouer avec les couilles de cet imposant voisin.


    • Pierre Pierre 11 avril 22:42

      @Passante
      Les régions catholiques se situent tout à l’ouest de l’Ukraine. Il s’agit des oblasts de Galicie, de Volhynie, de Transcarpatie et quelques régions voisines. J’estime cette population à 6 à 7 millions de personnes. L’histoire de ces régions est reliée à principalement la Pologne, l’Autriche et la Hongrie, des pays catholiques. Ces régions ont été annexées par l’URSS après la Deuxième Guerre mondiale et n’ont pas d’histoire commune avec le reste de l’Ukraine.
      Pour se faire une idée, je n’ai jamais vu une église catholique à Jytomyr ou à Vinnytsia, pas à Kiev non plus et certainement pas dans les villes de l’Est.
      C’était et c’est encore des régions avec d’énormes populations juives qui ont émigré par millions à l’ouest suite aux pogroms du début du siècle dernier. 
      Avant 2014, 80 % (statistiques officielles) des Ukrainiens avaient une opinion positive des Russes. Aujourd’hui, je ne sais pas, sans doute moins de 40 %. Les Ukrainiens ont été très choqués par la perte de la Crimée.
      Il faut savoir que l’Ukraine était la partie la plus industrialisée de l’URSS. Après son indépendance en 1991, ce pays avait tous les atouts pour devenir un géant industriel à l’égal de l’Allemagne. A présent, le pays court vers la faillite, quel gâchis.


    • Pierre Pierre 11 avril 23:04

      @Philippe Huysmans, Complotologue

      Complotologue... j’adore !  smiley

      « Poutine n’est pas un va-t-en-guerre » Je suis tout-à-fait d’accord mais les dirigeants militaires sont beaucoup plus belliqueux et il me semble qu’ils ont envie de tester leurs nouveaux « jouets ».
      En sept ans, j’ai aussi constaté un changement d’attitude des Russes sur les Ukrainiens (et aussi des Baltes et des Polonais) dans les commentaires des articles. Il est de moins en moins question de frères. Ils ne doivent pas s’inquiéter, personne ne veut les annexer. En revanche, voir leurs économies s’effondrer est assez jouissif d’après ce que je lis. De là à espérer une Novorussie sécessionniste et indépendante, il n’y a qu’un pas. 


    • JP94 25 avril 21:11

      @Passante
      En fait, ils ne sont pas catholiques, mais uniates : catholiques de rite orthodoxe, une trouvaille polonaise pour asseoir sa domination sur l’Ukraine occidentale, qu’elle asservissait, et la couper du monde orthodoxe ( le monde orthodoxe a une unité, et échappe à l’emprise du Vatican ( dont le Reich était l’associé contre l’URSS) et se protège d’autres invasions. 
      Les prêtres uniates et leur Eglise ont été parmi les vecteurs les plus fanatiquement alliés aux nazis, même après la guerre commettant des attentats en URSS...
      Donc effectivement, le clivage religieux reflète le clivage politique...mais c’est souvent le cas dans le monde...mais si l’on n’est pas croyant soi-même, cela influe sur les mentalités...ou les reflète.


  • JP94 25 avril 21:27

    Le futur défilé de Zélenski au Donbass risque de ressembler à celui-ci, mais en plus petit : 

    Проконвоирование немцев через Москву 17 июля 1944 - YouTube


Réagir