samedi 7 mars - par Le Cri des Peuples

Reddition turque à Idlib : l’accord de cessez-le-feu entre Moscou et Ankara conforte Damas et sauve la face d’Erdogan

Par Scott Ritter

Scott Ritter est un ancien officier du renseignement du corps des Marines américains. Il a servi en Union soviétique comme inspecteur de la mise en œuvre du traité INF, auprès du Général Schwarzkopf pendant la guerre du Golfe et de 1991 à 1998 en tant qu’inspecteur des armes de l’ONU.

Source : RT, le 6 mars 2020

Traduction : lecridespeuples.fr

La réunion de cette semaine entre les Présidents Poutine et Erdogan à Moscou a été présentée comme ayant pour but (et résultat) d’empêcher une guerre entre la Russie et la Turquie en Syrie. Mais une telle guerre n’a jamais été à l’horizon. Poutine ne s’est pas laisser prendre au bluff d’Erdogan, et le Turc s’est couché.

Le Président russe Vladimir Poutine et le Président turc Reccep Tayyip Erdogan, accompagnés de leurs principaux conseillers à la sécurité nationale, se sont rencontrés à Moscou le 5 mars. Le but de ce sommet d’urgence était de négocier les termes d’un cessez-le-feu qui mettrait fin aux âpres combats dans la province syrienne d’Idlib, qui menaçaient d’entraîner leurs deux nations dans un conflit militaire direct. Après plus de six heures de réunion, un nouvel accord, présenté comme un « protocole additionnel » au « Mémorandum sur la stabilisation de la situation dans la zone de désescalade au 17 septembre 2018 » (mieux connu sous le nom d’ « Accord de Sotchi » ), a été accepté par les deux parties.

Un pas en avant, deux pas en arrière

Pendant une semaine, du 27 février au 5 mars, la province syrienne d’Idlib est passée du stade zéro à une guerre entre l’armée syrienne et ses alliés d’une part, et des groupes terroristes lourdement armés (directement soutenus par la Turquie) opposés à la domination du Président syrien Bashar al-Assad d’autre part, dans une situation géopolitique semblable à un baril de poudre qui menaçait d’entraîner les armées turques et russes (sans même parler de la Syrie, de l’Iran et du Hezbollah) en conflit direct l’une avec l’autre. Le 1er mars, la Turquie, faisant suite aux menaces précédemment proférées par le Président Erdogan de repousser l’armée syrienne et ses alliés à la ligne de démarcation définie dans l’accord de Sotchi, a déclenché une offensive majeure, baptisée « Opération Bouclier de Printemps » et impliquant des milliers de troupes turques combattant aux côtés de formations anti-Assad.

Cette opération a rapidement échoué ; non seulement l’avance turque a été stoppée, mais l’armée syrienne, appuyée par le Hezbollah et des milices pro-iraniennes, a pu reprendre une grande partie du territoire perdu lors des combats antérieurs. Confronté à l’alternative d’escalader et d’affronter directement les forces russes, ou de se résigner à une défaite sur le champ de bataille, Erdogan s’est dirigé vers Moscou.

Le nouveau protocole additionnel, qui est entré en vigueur à minuit heure de Moscou le vendredi 6 mars, représente une défaite stratégique pour Erdogan et l’armée turque qui, en tant que deuxième force armée permanente de l’OTAN, équipée et entraînée selon les normes occidentales les plus élevées, aurait dû largement suffire à damer le pion à une armée syrienne en lambeaux, usée par neuf ans de combat incessants. Les forces armées syriennes, avec leurs alliés, ont cependant combattu les Turcs avec succès, les menant à une impasse. De plus, les combattants anti-Assad qui avaient été entraînés et équipés par les Turcs se sont révélés décevants sur le champ de bataille.

L’une des principales raisons de l’échec turc était le fait que la Russie contrôlait l’espace aérien au-dessus d’Idlib, refusant aux Turcs l’utilisation d’avions, d’hélicoptères et (sauf pour une période de 48 heures) de drones, tout en utilisant apparemment leur propre aviation aux côtés de l’armée de l’air syrienne pour pilonner à la fois l’armée turque et leurs forces alliées anti-Assad (bien qu’aucune des parties n’ait officiellement confirmé que les Russes ont bombardé les Turcs, car ç’aurait été un désastre pour les pourparlers ; mais jusqu’à preuve du contraire, l’armée syrienne ne possède pas de Su-34, l’avion de combat & bombardier supersonique russe le plus moderne qui a décimé les rangs turcs). En fin de compte, les combattants anti-Assad ont été contraints de se réfugier dans les soi-disant « postes d’observation », des garnisons turques lourdement fortifiées établies en vertu de l’accord de Sotchi, se mêlant aux forces armées turques pour se protéger contre de nouvelles attaques. L’opération Bouclier de Printemps s’est avérée être une défaite retentissante pour les Turcs et leurs alliés.

Des problèmes que les pourparlers ne résolvent pas

Aux termes de l’Accord de Sotchi originel, l’armée turque était censée superviser le retrait des forces anti-Assad lourdement armées, y compris Hayat Tahrir al-Sham (HTS), une organisation désignée comme terroriste par l’ONU, des zones dites de « désescalade ». L’incapacité à accomplir cette tâche, combinée à des attaques continues contre les positions syriennes et les civils par des combattants du HTS, a provoqué l’attaque de l’armée syrienne à Idlib. Le protocole additionnel négocié cette semaine à Moscou « réaffirme » le « dévouement » turc et russe à « combattre toutes les formes de terrorisme » et à « éliminer tous les groupes terroristes en Syrie ».

La manière dont cela sera mis en œuvre n’est pas précisée dans le protocole additionnel, étant donné que la majorité des forces anti-Assad qui ont cherché refuge dans les postes d’observation turcs sont des combattants d’HTS qui, une semaine auparavant, ont été généreusement approvisionnés en armes et en véhicules par l’armée turque pour mener des attaques coordonnées avec elle. Les modalités pratiques de mise en œuvre de ce protocole semblent donc inexistantes.

L’accord se concentre également sur un autre aspect critique, mais non mis en œuvre, de l’accord de Sotchi original, à savoir la garantie d’un passage sûr le long des couloirs stratégiques des autoroutes M4 et M5 reliant la ville d’Alep à Lattaquié (M4) et à Damas (M5). L’incapacité et / ou la réticence des Turcs à donner suite à cette disposition a été le principal moteur de l’offensive syrienne actuelle à Idlib. En effet, l’armée syrienne a pu prendre le contrôle total de l’autoroute M5 et était en train de faire de même pour l’autoroute M4 lorsque l’accord de Moscou a mis fin aux combats.

Aux termes du protocole additionnel, les nouvelles zones de désescalade seront définies par les lignes de front telles qu’elles existent actuellement, garantissant les avancées durement gagnées faites par l’armée syrienne et embarrassant Erdogan, qui avait promis de renvoyer les Syriens vers les positions qu’ils avaient au moment de l’accord de Sotchi initial. De plus, l’autoroute M4 sera désormais tamponnée par une zone de sécurité de 12 kilomètres (six kilomètres de chaque côté), et des patrouilles conjointes de la Turquie et de la Russie y garantiront un passage sécurisé pour la circulation des véhicules commerciaux. Ces patrouilles commenceront le 15 mars, ce qui signifie que les Turcs ont dix jours pour superviser l’évacuation des forces anti-Assad de ce couloir, c’est-à-dire de les repousser au nord de l’autoroute M4, ce qui était le but initial de l’offensive syrienne.

Retour à l’ordre, mais pour combien de temps ?

Bien que présenté comme un accord de cessez-le-feu, le protocole additionnel produit par le sommet de Moscou entre Poutine et Erdogan jeudi est un instrument de reddition à peine déguisé. Le gouvernement syrien a obtenu tout ce qu’il cherchait en lançant son offensive, et les Turcs et leurs alliés anti-Assad se sont retrouvés à lécher leurs blessures dans une poche d’Idlib très réduite. Au-delà de la prévention d’un conflit direct entre la Turquie et la Russie, qui n’a jamais été une probabilité sérieuse, le protocole additionnel n’apporte que peu de changements à la situation sur le terrain. La Turquie est toujours confrontée à la tâche de désarmer les combattants HTS qu’elle embrasse actuellement en tant qu’alliés, et la crise humanitaire déclenchée par des centaines de milliers de réfugiés déplacés par les combats antérieurs demeure. À bien des égards, le protocole additionnel, comme son précédent, l’Accord de Sotchi, est un arrangement provisoire conçu pour échouer, car son succès ne fait que perpétuer une réalité insoutenable qui ne sera résolue que lorsque la totalité du territoire syrien sera restituée au contrôle de la gouvernement syrien.

Pour moi, le meilleur moment de la rencontre de Moscou entre Erdogan et Poutine a été la position servile de la délégation turque face à Poutine, se tenant debout sous la statue de Catherine II, qui a vaincu les Turcs à plusieurs reprises au XVIIIe siècle.

Pour soutenir ce travail censuré en permanence et ne manquer aucune publication, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez également nous suivre sur Facebook et Twitter.



15 réactions


  • HELIOS HELIOS 7 mars 20:32

    ... si c’est vrai : Merci Poutine !


  • DACH 7 mars 23:19

    Quand on veut gagner une guerrre on s’en donne les moyens ! Ainsi : «  »"

    Il est préférable pour la Syrie de remplacer ses systèmes de défense S-300 et Pantsir russes par des systèmes « HQ 5C » ou Hong Qi, –Drapeaux Rouges- de la Chine, car les moyens russes ne valent absolument rien pour faire face aux missiles air-sol israéliens. Ces mises en doute ont été écrites sur le site d’information chinois SINA.COM , cité par un site de sécurité occidental.

    Le site chinois a passé en revue la défense aérienne syrienne et a écrit que dans une série d’attaques aériennes attribuées à Israël, on a constaté que les systèmes S-300 , S-200 , SA-11 et PANTSIR S1, qui composent la défense aériennesyrienne, sont totalement inefficaces ...


    • leypanou 8 mars 10:51

      @DACH
      on a constaté que les systèmes S-300 , S-200 , SA-11 et PANTSIR S1, qui composent la défense aériennesyrienne, sont totalement inefficaces ... 

       : les S-300 sont tellement inefficaces que la Russie n’a mis que des dizaines d’années avant d’accepter à en doter la Syrie, sur pression de la-seule-démocratie-au-moyen-orient.


  • Olivier 7 mars 23:22

    Le satrape Erdogan est devenu un boulet pour son pays, se brouillant avec tout le monde pour un résultat nul, ne parvenant même pas à conserver une étroite bande de terrain syrien qui borde sa propre frontière... Ce n’est que face à l’UE, cocue constentante à l’avance de toutes ses extravagances et de tout ses chantages qu’il peut plastronner. Par contre devant Poutine il file doux...


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 9 mars 10:40

      @Olivier
      l’UE, cocue constentante à l’avance de toutes ses extravagances et de tout ses chantages qu’il peut plastronner

      Il faudrait développer sur les gains d’Erdogan face à l’UE, parce que je n’ai rien vu. 


    • vesjem vesjem 9 mars 11:18

      @Olivier Perriet
      t’as de la merde dans les yeux


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 9 mars 13:01

      @vesjem

       
      Et lorsque Poutine, enverra aussi les syriens aux portes de l’europe, pour faire payer la reconstruction par les européens, en l’occurrence toi, tu en diras quoi ? T’auras de la merde dans les yeux aussi ?


  • rita rita 8 mars 08:36

    Poutine recadre Erdogan, mais c’est un malade profond, donc il recommencera ses chantages et ses attaques contre le régime de Syrie !

    Dernière, les Turcs descendent un avion du régime !


  • Parrhesia Parrhesia 8 mars 09:49

    >>> Et le Turc s’est couché « 


    Ne sous-estimons quand même pas trop la sphère islamiste qui l’entoure et l’islamisme éternel dans lequel il reste étroitement drapé. Or, historiquement, s’il lui arrive de se coucher, cet islamisme-là ne s’endort jamais complétement !

    Quand à Vladimir Poutine, il s’affiche de plus en plus comme  »le" dirigeant international hors de pair, encore que nous ne sachions toujours pas quel jeu il joue exactement, ni avec qui !

    ça ne fait rien ! Cet homme-là nous change agréablement de ce que nous avons l’habitude de voir et d’entendre.


    • leypanou 8 mars 10:55

      @Parrhesia
      tout ce qu’il fait n’est pas accepté facilement, même parmi les hauts placés (Shoigu en particulier) en Russie (cf louvoiement lors de l’affaire Il20 par exemple).


  • maQiavel maQiavel 8 mars 11:44

    Merci pour l’article. Globalement d’accord. 

    Les négociations ont été un désastre pour Erdogan. Dire qu’il n’y a même pas un mois, Erdogan se frappait la poitrine comme un dos argenté et exigeait le retrait des troupes syriennes tout en hurlant des ultimatums. Tout ça pour ça.

    Et pourtant, la stratégie d’Erdogan n’était pas stupide : pour arriver en position de force à ces négociations, il a tout fait pour obtenir l’aide militaire américaine pour contester la suprématie aérienne russe dans l’espace aérien syrien et le soutien diplomatique des européens pour accentuer la pression sur la Russie, quitte à faire un chantage aux réfugiés. Malheureusement pour lui, ça n’a pas vraiment fonctionné. Erdogan a voulu convier Emmanuel Macron et Angela Merkel pour faire de cette réunion bipartite une rencontre à quatre sur la Syrie mais Poutine a refusé. Erdogan a voulu que le sommet se déroule à Ankara plutôt qu’à Moscou mais Poutine a aussi décliné, il ne voulait pas se retrouver face à des emmerdeurs de chefs occidentaux comme invités surprise. Donc c’était finalement un mano à mano et Erdogan n’avait aucun atout dans sa manche, pour le dire autrement il était à poil face à Poutine.

    Ca montre à quel point le rapport de force est en faveur de Poutine dans ce duo de marchands de tapis. Si Erdogan a tant cédé, c’est qu’il est conscient de la vulnérabilité de l’armée turque face au renforcement du dispositif militaire Russe, le scénario d’une confrontation militaire était bien trop risqué. Mais c’est loin d’être terminé, on sait déjà que tôt ou tard, ce cessez-le-feu sera rompu et que les opérations vont redémarrer. Erdogan devra mettre ce temps de cessation des hostilités à profit pour se rapprocher du bloc américano-occidental et revenir en position de force quand ça va redémarrer. Côté russe, l’heure n’est pas au triomphalisme, Erdogan n’est pas du genre à abandonner ses objectifs, quoi qu’on puisse penser de lui, c’est un véritable homme d’Etat, il sait reculer pour mieux sauter, les Russes doivent poursuivre leur politique qui consiste à tout faire pour éviter une confrontation directe avec la Turquie et à bâtir un semblant de relation de confiance ne serait-ce que sur le court terme pour se servir de la Turquie comme d’une épine dans le pied de l’OTAN ( sur le moyen et long terme c’est impossible, les ambitions des parties sont trop éloignées et inconciliables ). De son coté, le bloc américano occidental va tout faire pour que les tensions montent entre Moscou et Ankara. La veille du sommet, une délégation américaine était à Ankara avec pour objectif de conduire la Turquie à prendre ses distances avec Moscou. Les Etats unis se sont aussi opposés vendredi à l’adoption d’une déclaration du Conseil de sécurité de l’ONU soutenant l’accord russo-turc. 


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 9 mars 10:38

      @maQiavel

      c’est beau le dévouement :

      la Syrie est-elle stabilisée ? Non.
      les réfugiés sont-ils rentrés ? Evidemment non.
      quelle solution politique proposent les poutiniens pour sortir de la crise ? Evidemment aucune.

      La Syrie sous protectorat russe et iranien est dans un état aussi désastreux que l’Irak sous protectorat americano-iranien.

      à part ça les orgues du Kremelin nous vendent une énième victoire. Depuis le temps qu’elles s’enchaînent, la situation devrait être brillantissime.

      Tiens, ce n’est pas le cas ???


    • agent ananas agent ananas 9 mars 13:37

      @maQiavel
      Ca montre à quel point le rapport de force est en faveur de Poutine dans ce duo de marchands de tapis.

      Cela a toujours été le cas. Déjà en 2016, Erdogan était allé à plat ventre à St Petersbourg quelques mois après que son aviation avait abattu un Sukoi russe. Ce voyage à Canossa n’était pas seulement à cause des dures sanctions économiques russes contre la Turquie mais aussi de la recrudescence de l’élimination de soldats et policiers turques par les kurdes du PKK. Les liens entre les russes et le PKK sont anciens et remontent à la guerre froide lorsque les soviets supportaient les marxistes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).


  • zygzornifle zygzornifle 9 mars 12:29

    On peut rêver .....


  • Copain 9 mars 20:37

    Lorsque des personnes âgées arméniennes me racontaient les histoires horribles du génocide arménien, j’ai eu du mal à croire que les soldats ottomans étaient en compétition et qu’ils ramasseraient plus d’oreilles, de doigts ou de mamelons de leurs victimes arméniennes.

    Maintenant, au XXIe siècle, l’armée terroriste d’Erdogan commet les mêmes crimes à Idlib, mais cette fois, le soi-disant monde civilisé, également connu sous le nom de l’OTAN et de l’UE, surveille non seulement les horreurs, mais soutient également les terroristes. Hier, l’armée d’Erdogan a abattu un avion de chasse syrien au-dessus d’Idlib alors qu’il était en mission de lutte contre les terroristes d’Al-Qaïda. L’armée terroriste par procuration d’Erdogan sur le terrain a capturé l’un des pilotes et l’a massacré avec un couteau. Vous n’allez pas voir ces scènes horribles sur vos chaînes de télévision, mais elles vous diront qu’Assad et Poutine bombardent des hôpitaux et des refuges pour chats.

    Hier, le 3 mars 2020, l’armée terroriste d’Erdogan a également tué mon ami Hasan Hasan. J’ai perdu beaucoup d’amis pendant cette guerre injuste, mais Hasan m’a brisé le cœur parce qu’il était un gentleman qui aimait la Syrie et il a consacré sa jeunesse à protéger la Syrie et à lutter contre les terroristes. Quand je lui disais que j’ai honte devant les sacrifices des soldats syriens ( 150 000 morts ), il me disait que je suis aussi un soldat sur différents champs de bataille, champs de bataille intellectuels et médiatiques et que je protège leur dos en montrant la pleine vérité au monde.
    Au début de la guerre en 2011, Hasan était étudiant à Lattaquié, il a décidé de rejoindre l’armée début 2012 pour défendre le pays. Il a servi au collège d’infanterie d’Alep et a défendu le collège pendant 4 mois contre Al-Nusra et une autre organisation terroriste. Il a été assiégé avec ses collègues pendant 12 jours au collège jusqu’à ce qu’il soit impossible de résister.
    Par conséquent, ils se sont retirés à la prison centrale d’Alep pour y être assiégés pendant plus d’un an. Les terroristes ont attaqué la prison de toutes parts à l’aide de voitures piégées, d’attentats suicides, de roquettes, de missiles, de snipes, et ils ont empêché la nourriture et les médicaments de centaines de prisonniers et de soldats dans la prison. 600 personnes sont mortes pendant le siège, mais Hasan et quelques autres soldats et prisonniers ont survécu lorsque le général Suheil Hasan, qui dirige les Tiger Forces, a levé le siège de la prison.
    Lorsque Hasan est arrivé à l’hôpital de Tartous et a vu des dizaines de milliers de personnes se rassembler pour les accueillir pour leur retour en toute sécurité, il s’est senti plus fort et est retourné dans l’armée pour combattre dans la banlieue d’Alep jusqu’à la libération complète de la ville il y a quelques semaines.
    Récemment, Hasan a joué un nouveau rôle dans la lutte contre le terrorisme, cette fois à Idlib. Hasan a combattu contre Al-Qaïda et l’armée d’occupation turque et a été martyrisé hier, le 3 mars 2020 à Saraqeb. Je n’oublierai jamais ce personnage héroïque : aimer votre nation n’est pas seulement de la rhétorique que nous utilisons dans une conversation. Aimer sa nation signifie se sacrifier pour que les autres vivent en paix.


Réagir