mercredi 25 novembre 2020 - par Christelle Néant

Réforme des retraites en Ukraine – À partir du 1er janvier des dizaines de milliers d’Ukrainiens pourront commencer à mendier

La réforme des retraites, promue en Ukraine après l’Euromaïdan à la demande des créanciers internationaux, porte ses fruits. Dès le nouvel an, des dizaines de milliers d’Ukrainiens âgés resteront sans moyens de subsistance. En conséquence, de nombreux grands-parents mendiants apparaîtront dans les rues, et beaucoup devront simplement mourir tranquillement à la maison.

JPEG

Ce scénario sinistre a été établi en Ukraine dès 2017 dans le cadre de la réforme des retraites, qui prévoyait de relever l’âge de la retraite et la durée de vie active requise pour un repos bien mérité.

La résolution n° 1098 du gouvernement ukrainien stipule que ceux qui ont au moins 27 ans de cotisation à leur actif peuvent prendre leur retraite en 2020. S’ils ont entre 17 et 27 ans de carrière, ils devront travailler jusqu’à 63 ans, et entre 15 et 17 ans – 65 ans.

Plus de 75 000 nouveaux mendiants à cause de la réforme des retraites en Ukraine

Si le nombre d’années travaillées n’est pas suffisant, les Ukrainiens âgés pouvaient compter sur une retraite sociale jusqu’à récemment. La pension sociale a été jugée dérisoire par rapport aux prix de la nourriture, des médicaments et des services publics. Elle est actuellement de 1720 hryvnias (environ 51 euros). Et même pour obtenir ces miettes, certaines conditions doivent être remplies : une surface habitable ne dépassant pas 21 mètres carrés par personne (même une hutte-masure rurale typique est généralement plus grande) et l’absence de jardin, où la grand-mère « perfide » peut faire pousser du persil et des pommes de terre, en essayant de « tromper » l’État.

Cependant, le décret gouvernemental prévoyait également que cette règle était une mesure temporaire, valable jusqu’au 1er janvier 2021. Par conséquent, plus de 75 000 Ukrainiens qui ont reçu une pension sociale cette année vont perdre cette maigre source de revenus. Il convient de noter que beaucoup d’entre eux ont travaillé dur dans le passé, mais soit sans enregistrement officiel, soit à l’étranger, car en raison de la désindustrialisation et de la fermeture des entreprises, ils ne pouvaient pas trouver un travail officiel normal dans leur pays d’origine.

Et le nombre de ces personnes va augmenter chaque année, comme une boule de neige. Si aujourd’hui, les personnes de la génération soviétique, qui avaient un certain nombre d’années de cotisation avant les années 1990, peuvent prendre leur retraite, la génération suivante n’en a généralement pas du tout.

Selon le chef du Club de discussion économique Oleg Pendzine, seuls 11 millions sur les 22 millions de personnes valides que compte l’Ukraine, paient la Contribution Sociale Unique (CSU), c’est-à-dire les cotisations au fonds de retraite. Les autres sont employés à titre non officiel ou en dehors de l’Ukraine. Et la plupart d’entre eux subiront le même sort, d’autant plus que la durée de cotisation requise sera augmentée. D’ici 2028, elle devrait être de 35 ans.

Pendzine prédit que dans cette situation, les gens devront vivre sous les ponts et mendier dans des décharges pour survivre – s’il n’y a pas de parents pour les nourrir.

Effondrement du fonds de retraite d’État

Peut-être qu’un avenir meilleur attend les Ukrainiens qui ont réussi à trouver un emploi officiel dans leur pays et qui pourront accumuler 35 ans de cotisations d’ici 2028 ? Cependant, même là, hélas, tout n’est pas si rose. Actuellement, le déficit du fonds de retraite s’élève à plus de 200 milliards de hryvnias. Le « trou » du fonds est comblé par le budget de l’État, qui donne néanmoins la priorité aux paiements à verser aux créanciers internationaux.

En octobre, le Premier ministre Denis Chmygal a déjà déclaré que les retraites en Ukraine cesseront d’être versées dans un avenir proche. Selon lui, la situation démographique en est responsable. Selon les estimations du Premier ministre, le rapport entre les employés et les retraités en Ukraine sera bientôt de 1 pour 2, et dans 15 ans, il ne sera plus du tout possible de payer les retraites.

Ses paroles peuvent être considérées comme une sorte de message « encourageant » à l’intention des Ukrainiens qui travaillent encore officiellement dans l’espoir d’accumuler 35 ans de cotisation à l’avenir.

Dans le même temps, le Vice-président de la Fédération des syndicats d’Ukraine, Alexandre Choubine, considère que le Premier ministre est un grand optimiste en matière de délais, car il estime que dans cinq ans l’Ukraine ne sera déjà plus en mesure de payer les retraites. Ce triste scénario n’est pas seulement une conséquence de la démographie, mais aussi un résultat naturel du Maïdan, dont on célèbre ces jours-ci le sixième anniversaire.

La fameuse « exemption de visa », ainsi que la fermeture massive d’entreprises, a envoyé des millions d’Ukrainiens valides hors du pays. Aujourd’hui, environ 8 millions de citoyens ukrainiens travaillent et leurs employeurs versent des cotisations au fonds de retraite, pas celui de l’Ukraine, mais celui de la Pologne ou de l’Italie.

Publicité

Toutefois, même si l’Ukraine ne sera plus du tout en mesure de payer les retraites, cela ne signifiera pas la suppression des cotisations de retraite des Ukrainiens actuellement employés. Cela signifierait le licenciement de milliers de fonctionnaires qui « ne peuvent pas vivre sans nourriture » et le fonds de retraite de l’État, en principe, peut travailler exclusivement pour lui-même. Il demeurera donc en tout état de cause, ainsi que les cotisations obligatoires qui s’y rapportent.

Des fonds de pension privés présentant des signes de fraude

Comme alternative supplémentaire au système de retraite actuel, le Cabinet des ministres ukrainien promeut le concept d’un système de retraite à trois niveaux par capitalisation. Selon le député de Solidarité Européenne Alexeï Gontcharenko, le projet de loi en question a récemment été approuvé par le Cabinet des ministres. Le gouvernement propose que la Verkhovna Rada introduise trois programmes de retraite professionnelle pour les jeunes travailleurs, qui ont maintenant moins de 35 ans :
1. Le droit de recevoir des paiements de pension après 50 ans avec une période d’assurance de 25 ans – les employeurs devront payer 15 % en plus des 22 % de CSU ;

2. Pour avoir droit à une pension après 55 ans et 30 ans de cotisation – 7 % des cotisations en plus des CSU pour les employeurs ;

3. La possibilité de s’affilier à un fonds de retraite non gouvernemental avec versement de la pension après 55 ans. Dans le même temps, le montant des contributions supplémentaires en plus des CSU serait d’au moins 3 %, après accord avec les employés.

Ainsi, selon le plan, un système de retraite à trois niveaux (pour les moins de 35 ans) devra fonctionner en Ukraine :

Le 1er niveau – le système de solidarité de l’État (toujours en vigueur) ;

2e niveau – le système financé par l’État (ils vont essayer de le lancer) ;

3e niveau – les fonds de retraite privés (existent déjà en Ukraine, mais ne sont pas très populaires en raison de la méfiance des citoyens).

Le gouvernement ukrainien se concentre sur le troisième niveau, en essayant d’encourager les citoyens à investir dans des fonds de retraite privés. En 2020, selon la Commission nationale des services financiers, 64 fonds de retraite non gouvernementaux fonctionnent en Ukraine. Le Fonds Monétaire International (FMI) et d’autres prêteurs internationaux considèrent que les problèmes de l’économie ukrainienne sont dus à la faiblesse des prêts et conseillent de les stimuler.

Le FMI et l’USAID critiquent sévèrement l’Ukraine pour sa passivité sur cette question.

«  Après 14 ans d’existence d’un système de retraite non étatique en Ukraine (3e niveau), l’expérience s’est avérée être un échec. Elle est infructueuse en termes de couverture des individus, de total des actifs accumulés, de dépenses et de performance réelle, et surtout de résultats  », a conclu l’USAID en avril de cette année.

L’intimidation des citoyens par l’annulation probable des retraites d’État peut également être causée par ce facteur. La députée de la faction « Serviteur du peuple » Galina Yantchenko a récemment déclaré sur les ondes de « Ukraine 24 » que les Ukrainiens actuels, âgés de 30 ans, ne doivent même pas espérer recevoir une retraite qu’après avoir atteint l’âge requis, il est donc temps pour eux de penser au système par capitalisation.

« J’ai 32 ans, et je pense que ma génération ne bénéficiera pas d’une retraite qui vous permet de survivre », a déclaré la député, en appelant l’auditoire à regarder les retraités d’Europe occidentale, qui vivent bien, et tout cela grâce au système de retraite par capitalisation.

Publicité

Dans ce contexte, on peut rappeler que des photos de retraités allemands heureux ont été distribuées il y a six ans sur le Maïdan, qui en un an a presque vu les retraites réelles divisées par trois en raison de la dévaluation.

En fait, les fonds de retraite privés sont des banques privées qui offrent des dépôts à long terme avec paiement dans 20-30 ans. Et le fait que les citoyens ukrainiens ne soient pas pressés d’y porter leurs économies est dû à la prise de conscience de l’instabilité de la situation politique et économique du pays.

Beaucoup voient aussi régulièrement des piquets de grève d’investisseurs trompés et soupçonnent une nouvelle escroquerie dans le système des fonds de retraite privés. Après tout, les banquiers-escrocs ukrainiens ont souvent le temps de voler les déposants en à peine un an ou deux de l’existence de la banque, alors ne parlons pas d’une période de 20 à 30 ans, alors que même le délai de prescription expirera. Il suffit d’imaginer un déposant qui aurait investi son argent dans un fonds de retraite privé en 1996, alors que le salaire moyen était de 126 hryvnias, espérant obtenir une « énorme retraite » de 150 hryvnias en 2020, compte tenu de l’intérêt et de la faible probabilité que cette société existe encore.

Les fonds de retraite non étatiques actuellement en activité investissent principalement dans des obligations d’État nationales (OEN), mais ces dernières années, la structure des OEN ukrainiennes présente toutes les caractéristiques d’une pyramide financière, qui pourrait s’effondrer à tout moment.

« Il faut des instruments pour l’investissement. Nous n’en avons pas dans notre pays. Nous n’avons pas de marché boursier comme ça. Le seul endroit où investir de l’argent aujourd’hui est probablement les OEN  », dit Alexandre Parachtchy, analyste de la société d’investissement Concorde Capital, en parlant des investissements prioritaires des fonds de retraites privés ukrainiens.

En Ukraine, il existe déjà de récents précédents où les déposants de tels fonds ont été trompés. En 2007, la Banque Nationale d’Ukraine (BNU) a créé un fonds de retraite séparé pour ses employés, auquel ils ont transféré 3 % de leurs salaires pour recevoir une retraite complémentaire à terme. Ces fonds ont été investis par la BNU dans des « entreprises rentables ». En conséquence, les fonds investis se sont évaporés peu après la victoire de l’Euromaïdan – en 2015.

Il manque environ un milliard de hryvnia au total. Et ils ont disparu parce que les « génies » économiques de la Banque Nationale n’ont investi ces fonds que dans des entreprises déficitaires (généralement des banques privées non rentables). De manière générale, ce régime présente tous les signes d’une escroquerie, qui a touché environ 13 000 employés ordinaires de la BNU.

Le système de capitalisation et les fonds de retraite privés peuvent être pertinents dans les pays stables à faible niveau de corruption qui n’ont pas connu de troubles économiques et politiques depuis des décennies, mais pas en Afghanistan, en Libye, en Ukraine ou en Moldavie. Dans ces pays, tout engagement financier assorti d’un délai de grâce de 20 à 30 ans ressemble au conte de fées dans lequel Hodja Nasr Eddin a pris l’argent du Shah, s’engageant en 20 ans à apprendre à un âne à parler le langage humain.

«  De toute façon, au cours de ces 20 années, soit le Shah mourra, soit l’âne mourra, soit je mourrai  », a décidé Nasr Eddin, ce qui a incité de nombreux escrocs des fonds de pension privés des pays instables et corrompus à adopter ce principe d’action.

Dmitri Kovalevitch

Source : Ukraina.ru
Traduction par Christelle Néant pour Donbass Insider



26 réactions


  • zygzornifle zygzornifle 25 novembre 2020 09:27

    Tiens ils sont en avance sur la France ..... 


    • Parrhesia Parrhesia 25 novembre 2020 09:47

      @zygzornifle
      Salut zygzornifle,
      N’en soyons pas trop sûr !!!
      Nos zélites franco-mondialistes semblent bien avoir déjà amorcé le mouvement depuis quelques temps déjà dans ce que nous appelions naguère encore « chez nous » !
      Bonne journée quand-même, si c’est encore possible.


  • Guy19550 Guy19550 25 novembre 2020 10:17

    Je dois relire l’article car je n’en ai pas compris grand chose. Je peux déjà dire ceci, sur la remarque que certains intervenants ont fait au niveau de l’article : La situation européenne n’est pas enviable et ne saurait être utilisée comme exemple à suivre. Bien-sûr on a plus ici, mais on a aussi un coût de la vie bien supérieur à celui de l’Ukraine. Beaucoup de gens en Europe n’ont pas les moyens de se payer une maison de retraite, même pas en Allemagne. Dans nos régions (nord de l’Europe), on tend vers cela du fait que la famille ne veut plus s’occuper de leurs personnes âgées. Quand j’ai commencé à travailler en 1980, on avait en Belgique déjà le problèmes des retraites et le sujet n’est politiquement pas correct car si on aborde le problèmes des hausses de cotisations on est poltiquement mort. Maintenant certains cherchent à résoudre le problème des pensions en Europe par l’immunité collective du virus. C’est non seulement immoral mais aussi casse-gueule. Cela devient de plus en plus à la mode, surtout en France, l’objectif étant de faire crever les vieux. Les fonds privés cela peut aller chez nous, bien que les états peuvent toujours baisser les pensions par la suite si ces fonds obtiennent plus de succès. La crise financière de 2008 a aussi vidé les caisses de ces fonds de retraites, pour ceux qui ont opté massivement pour ces fonds (cas de la Hollande). Alors en Ukraine avec la corruption, je ne donnerais pas un sou pour cela à cause de la viabilité. Il y a à boir et à manger avec mes remarques, mais faut pas espérer un miracle sur le sujet. Un des objectifs des allemands est en ce moment de prendre chez soi des ukrainiens pour s’occuper de leur vieillesse dans leur maison en Allemagne. On en est là et il y a de quoi tirer dans le tas.


  • Buzzcocks 25 novembre 2020 11:38

    On attend le reportage sur le sort des retraitées Russes, je mets au féminin, car les hommes meurent assez jeunes même si ça s’améliore dernièrement.

    Quand je vais en Russie, le nombre de petites vieilles qui survivent sur les marchés en vendant leur production légumineuse, ou pour les plus douées, du petit artisanat genre des poupées gigognes peintes par leur soin. C’est pas la joie d’être retraitée en russie, et donc fatalement en Ukraine. J’imagine que les ukrainiens ont leur retraite indexée sur le temps où ils bossaient pour l’URSS, autant dire qu’ils ont tout perdu.


    • Guy19550 Guy19550 25 novembre 2020 11:55

      @Buzzcocks
      Je suis content de lire cela. On a généralement de trop avec un potager et il y a aussi lieu d’avoir des sous pour acheter d’autres produits. Je vois les choses ainsi. Pendant la dernière guerre, les gens de la campagne vivaient mieux que les gens des villes à cause de leur culture de la terre. Cela m’a été raconté à maintes reprises dans ma jeunesse. Je retrouve aussi cela à la campagne au Portugal, malgré les difficultés, les gens vivent heureux. Il y a une grande solidarité au Portugal et elle est quasi nulle de mon côté de la Belgique. 


    • Christelle Néant Christelle Néant 25 novembre 2020 15:15

      @Buzzcocks
      La retraite minimum en Russie est d’environ 9300 roubles (c’est une moyenne, à Moscou c’est 12 000, et 18 000 chez les Nenets par exemple) soit un peu plus de 100 euros. Ça va passer à 10 000 roubles en 2021. Ce n’est pas transcendantal, mais c’est déjà mieux que les 50 euros ukrainiens. Et ce n’est pas assorti de conditions drastiques comme en Ukraine. De plus il y a d’autres aides sociales qui peuvent s’y rajouter en Russie.
      C’est clair qu’avec un tel montant il faut rajouter un complément (maraîchage ou artisanat). Au moins en Russie on ne leur interdit pas d’avoir un jardin permettant de mettre du beurre dans les épinards. Ce n’est pas parfait, mais c’est mieux que la situation en Ukraine.


    • Abou Antoun Abou Antoun 25 novembre 2020 18:18

      @Buzzcocks
      Vous avez totalement raison. Mon épouse et ma belle-mère sont toutes deux retraitées russes, alors je sais de quoi je parle.
      Il y a quelques avantages pour les résidents des grandes villes (S-P, Moscou, comme la gratuité des transports urbains) pour le reste de quoi crever de misère car le coût de la vie n’est pas très différent de celui de l’Europe de l’Ouest.
      En fait du temps de l’URSS les retraites n’étaient pas glorieuses mais permettaient de vivre compte tenu des coûts modiques du logement de la nourriture te la gratuité d’un grand nombre de services.
      Du temps des soviets 1 ROUBLE= 10 FF = 1.5 Euro. maintenant 1 Euro= 80 roubles.
      Dévaluation largement supérieure à 1000% et les retraites n’ont quasiment pas été réévaluées.


    • Abou Antoun Abou Antoun 25 novembre 2020 18:21

      @Christelle Néant
      50 ou 100 euros quand il faut environ 1000 euros pour se loger se vêtir, se soigner se nourrir, c’est à peu près la même chose c’est à dire rien du tout.
      Pour cela on ne peut pas prendre la Russie comme modèle.


    • Christelle Néant Christelle Néant 25 novembre 2020 18:28

      @Abou Antoun
      Vous parlez des grandes villes et vous oubliez une chose, la plupart des gens en Russie comme ici d’ailleurs sont propriétaires. Donc votre calcul n’est pas juste. Il ne faut pas 90 000 roubles pour se loger, se vêtir, etc en Russie. Le niveau de vie est bien en dessous de ce niveau pour la plupart des gens. Si vous êtes locataire à Moscou c’est une autre histoire, mais ce n’est pas un cas général.
      100 euros c’est clairement peu, je ne dis pas que c’est un modèle, mais c’est mieux que rien du tout comme ce sera le cas en Ukraine dès le 1er janvier. Et comme c’était après la chute de l’URSS d’ailleurs.


    • Abou Antoun Abou Antoun 25 novembre 2020 18:44

      @Christelle Néant
      la plupart des gens en Russie comme ici d’ailleurs sont propriétaires.
      Propriétaires d’immeubles en béton réalisés dans les années 60, c’est à dire de quasi ruines. Comme en France il y a des charges qui sont d’(autant plus lourdes que des travaux importants doivent être entrepris (huisseries, ascenseurs, chauffage collectif, distribution d’eau chaude, ravalement, etc.).
      Les charges sont énormes et les pensions ne suffisent même pas à les payer. Voilà la réalité !


    • Abou Antoun Abou Antoun 25 novembre 2020 18:44

      @Abou Antoun
      Et j’ajoute que les taux du crédit foncier sont usuraires >20% alors acheter du neuf ...


    • Christelle Néant Christelle Néant 25 novembre 2020 18:53

      @Abou Antoun
      Le chauffage collectif et l’eau chaude coûtent trois fois rien. J’en sais quelque chose puisqu’on a le même système qu’en Russie. Quant au reste des charges, je n’ai jamais vu ici de propriétaire qui en avait pour 1000 euros par mois et on a les mêmes Krouvtchevkas pourries qu’en Russie. Donc je ne sais pas d’où sortent vos calculs, mais ce n’est pas la réalité.


    • Abou Antoun Abou Antoun 25 novembre 2020 19:47

      @Christelle Néant
      Le chauffage collectif et l’eau chaude coûtent trois fois rien.
      Je parle de l’entretien des systèmes de distribution vétustes, rouillés. vous ne m’avez pas bien lu.
      Quant au reste des charges, je n’ai jamais vu ici de propriétaire qui en avait pour 1000 euros par mois
      Je n’ai jamais parlé de 1000 euros de charges j’ai dit, et je maintiens qu’il aut cette somme pour se loger, se vêtir, se nourrir et se soigner.. Encore une fois lisez mon intervention.
      Donc je ne sais pas d’où sortent vos calculs
      Il ne s’agit pas de calculs il s’agit de factures réglées par ma belle-mère, ma femme et ma belle fille.
      Il n’y a pas plus aveugle que qui ne veut pas voir.


    • Christelle Néant Christelle Néant 25 novembre 2020 20:42

      @Abou Antoun
      Les systèmes de distribution sont entretenus par les sociétés qui gèrent la distribution d’eau chaude. Donc les gens paient ça avec leurs factures.
      De deux non il ne faut pas 90 000 roubles pour se loger, se vêtir, se nourrir et se soigner en Russie. Si c’était le cas la plupart des Russes seraient déjà morts. Le salaire moyen en Russie est de 47 900 roubles.
      Votre famille vit où, en plein centre de Moscou ? Si oui, vous prenez la capitale pour une généralité. Des Russes j’en connais un paquet et aucun n’a 90 000 roubles par mois de salaire et ils vivent tous bien. Moscou c’est comme Paris ou Londres, tout est ultra cher là bas, ça ne veut pas dire que c’est pareil partout en Russie.


  • goc goc 25 novembre 2020 17:40

    Bonjour Christelle

    J’espère que cela va ouvrir les yeux aux jeunes, ceux qui ont participé au « Maïdan », et qu’ils arriveront à comprendre qu’ils ont été « cocufiés » par tous ces escrocs qui promettaient la « démocratie ».

    En tout cas, si Biden et sa bande de faucons (et de vrais aussi) arrivent au pouvoir, je crains que ces ricains poussent le pays vers la faillite, afin de préparer les esprits à la guerre et en faire de la bonne chair à canon.


    • Abou Antoun Abou Antoun 25 novembre 2020 18:23

      @goc
      ces ricains poussent le pays vers la faillite.
      C’est bien ce qu’ils avaient faits avec la Russie dans les années 90, avec leur potiche, l’ivrogne Eltsine.
      Bref Poutine a redressé la barre, mais pas les pensions...


    • Christelle Néant Christelle Néant 25 novembre 2020 19:02

      @Abou Antoun
      Dire que Poutine n’a pas redressé les pensions est un mensonge éhonté. Demandez aux retraités qui ont connu les années 90 combien ils recevaient SI ILS recevaient leur retraite. Le fond de retraite a été réellement stabilisé pendant les années 2000. Qui était à la tête de la Russie à partir de ce moment là ?


    • Abou Antoun Abou Antoun 25 novembre 2020 19:54

      @Christelle Néant
      Bon, vous pouvez raconter ce que vous voulez les pensions ’revalorisées’ oscillent entre 150 et 200 euros par mois. (12000 +).
      Il y a des compléments pour les anciens combattants, les gens ayant survécu au blocus de SP, les veuves de guerre, etc... mais ça ne va pas chercher loin.


    • Christelle Néant Christelle Néant 25 novembre 2020 20:37

      @Abou Antoun
      Ah mais je ne dis pas que c’est Byzance. Mais faut pas non plus exagérer en disant que Poutine n’a rien fait. Car ce n’est pas vrai. Les retraites sont payées, ce qui n’était pas le cas pour bon nombre de gens dans les années 90.


    • vraidrapo 26 novembre 2020 10:09

      @goc
      OK pour Maïdan mais,
      Il est très difficile de faire la part entre les vrais complots et les fantasmés qui sont les plus nombreux. Certains s’imaginent peut-être qu’en chargeant la mule, ils vont davantage retenir l’attention de leurs contemporains...
      Peine inutile : le Lobby Néfaste est si Puissant qu’il peut faire croire ce qu’il veut au plus grand nombre grâce aux media publics et privés qu’il tient au creux de sa main.


  • ETTORE ETTORE 25 novembre 2020 18:44

    Douce France......

    Vous comprenez maintenant pourquoi le trafic maritime est si intense entre les plages d’entrées de cet « Hue rope » et les docks d’empilage des déserts chauds ?


  • toma 25 novembre 2020 23:16

    J’ai été étonné quand ma belle-mère m’avait dit qu’elle avait mis des lampes faible consommation partout, faut dire en hiver il fait 18 heures noir par jour. J’ai demandé combien elle payait par mois, réponse... 7€. Ah oui, j’en payé 75 € sans rien d électrique en Allemagne, eau chaude et chauffage sont raccordés à la centrale thermique. Le gaz est gratuit, enfin, pas de compteur, c’est un prix fixe par personne, comme l’eau. 

    Donc moi je paye 200€ de charges et 75€ d’électricité, elle doit payer 20€ par mois. 

    Alors Certes la pension n’est pas mirobolante, mais c’est un début d’explication. 

    Concernant l’Ukraine, c’était pareil avec le rabais russe sur le gaz, mais l’Europe n’a t-elle pas dit qu’il fallait propulser l’Ukraine a l’Ouest ? C’est fait, le fils à Biden possède la société de gaz ukrainienne, les prix sont fixés par le marché et plus entre poutine et la blondasse hystérique. 

    Je confirme aussi que tous les Russes quasiment possède leur logement. Bcp sont pourri, mais 200€ de pension, sans loyer et quasi sans charges, c’est comme 1200€ en France en étant locataire... Non ? 

    Après, ils ont vécus l’URSS, la différence, avant ils avaient de l’argent et les magasins étaient vides, maintenant c’est le contraire. Mais le communisme a disparu, c’est bien ce qu’on voulait, non ? 


    • Christelle Néant Christelle Néant 27 novembre 2020 01:34

      @toma
      Ici j’en ai pour un peu plus de 100 roubles par mois d’électricité, soit en gros un peu plus d’un euro.... Je sais bien que le Donbass est moins cher que la Russie sur plusieurs trucs, mais 7 € d’électricité ça me semble beaucoup. Elle a le chauffage électrique ou un truc qui consomme beaucoup ?
      Concernant l’équivalence ce n’est pas ce que dit Abou Antoun, lui il parle d’un budget mensuel total de 1000 € ce qui est exorbitant, sauf si tu vis à Moscou. Là c’est comme à Paris, à moins de gagner plusieurs milliers d’euros par mois tu survis et encore... Mais de même que Paris ce n’est pas toute la France, Moscou ce n’est pas toute la Russie. Ce qu’il me sort c’est comme si en partant d’un exemple parisien je disais qu’en France avec moins de 4000 euros par mois tu ne t’en sors pas.
      200 € de retraite selon où tu vis ça équivaut à des montants différents en France. Si c’est à Moscou ou St Pet c’est clairement impossible de s’en sortir. Si c’est dans un village à la campagne dans une maison avec jardin, poules, chèvres ou vaches c’est une autre histoire.


  • vraidrapo 26 novembre 2020 10:04
    À partir du 1er janvier des dizaines de milliers d’Ukrainiens pourront commencer à mendier

    En France, dès à présent, 1 million sont attendus aux restaux du Coeur !
    Aura-t-on une évolution « exponentielle » dans les années à venir ?


  • ETTORE ETTORE 26 novembre 2020 13:25
    vraidrapo 26 novembre 10:04
    À partir du 1er janvier des dizaines de milliers d’Ukrainiens pourront commencer à mendier

    En France, dès à présent, 1 million sont attendus aux restaux du Coeur !
    Aura-t-on une évolution « exponentielle » dans les années à venir ?

    _____________________________________________________________

    Juste pour dire, que les Restos du Coeur, eux, sont ouverts, et heureusement  !

    Pour ce qui est de la distanciation ....Dedans ou dehors dans la file d’attente incommensurable...c’est une autre histoire.

    Voilà ! Nous y sommes, à partir d’un certain degré de dépendance et de pauvreté ;....Cette monar-chie, n’en à plus grand chose à foutre de son peuple.

    Si ce n’est de vacciner « gratuitement » la meute, histoire de faire passer la pilule de la bienveillance, à ceux qui ont encore du mal à comprendre, que rien n’est gratuit dans ce monde, même pas les cordes à pendre !

    Et on se rapproche à grand pas, des grands froids hivernaux.

    C’était déjà une catastrophe en année normale. Alors pensez donc ....

    Ces pouilleux gouvernementaux ayant toujours fait preuve d’une grande prévoyance ( n’est il pas ?), je me demande comment seront ces casernes mouroirs ou seront entassés tous ces SDF ( Salopards De Français) nourris à l’écuelle remplie d’eau croupie.....Ou de la pisse du voisin !

    Mais voyons, ce qui compte à présent, c’est la déco du sapin et les bonnes affaires sur le net ! 

    L’hypnose continue, et entretenue, faisant croire à tout un chacun, à minima, que son comportement civique, seras, ou pas, responsable de la punition collective.

    Alors, nous pensons égoïstement à notre boule de Noël, sans aucun mal !

    Mais, soyez rassurés, quoi que vous fassiez, de bien ou de mal, vous serez rendu au plan final.


    Et il vous resteras du temps pour vous demander,....
    Quand avez vous perdu conscience, que votre vie vous appartenait, à vous seul ?

    Et qu’elle n’est aucunement monnayable, par un négrier de la finance, même en contrepartie de vos cartes bancaires, et de toutes vos dents ?

  • ggo56 12 janvier 17:29

    La pauvreté augmente à toute vitesse dans les pays riches (https://www.youtube.com/watch?v=B08NKQo9xug), est-elle plus supportable dans les pays pauvres ?

    En Russie, beaucoup de retraités ont une occupation rémunérée, non pas pour eux, mais pour améliorer l’ordinaire de leurs enfants et petits-enfants...


Réagir