vendredi 15 mai - par Christelle Néant

RPD – Deux civiles blessées en trois jours par les tirs de l’armée ukrainienne

Alors qu’a lieu une nouvelle réunion des groupes de contact au format vidéo-conférence, l’armée ukrainienne a continué ses bombardements et tirs contre les zones résidentielles de la RPD (République Populaire de Donetsk), endommageant plusieurs habitations, et blessant deux civiles.

JPEG

L’armée ukrainienne tire sur les zones civiles de la RPD

Du 12 au 14 mai 2020, l’armée ukrainienne a violé 29 fois le cessez-le-feu, et tiré 368 munitions, dont 80 obus de mortier de 120 mm et 82 mm, contre le territoire de la RPD.

Malgré la tenue d’une nouvelle réunion des groupes de contact au format vidéo-conférence depuis le 13 mai, la situation sur le front n’est pas du tout à l’accalmie. Bien au contraire.

Ainsi, rien que du 13 au 14 mai 2020, l’armée ukrainienne a violé le cessez-le-feu deux fois plus que durant les 24 h précédentes, et tiré trois fois plus de munitions.

Et comme depuis le début du mois de mai, l’armée ukrainienne vise principalement les zones résidentielles de la RPD, faisant de nouvelles destructions d’habitations et de nouvelles victimes civiles.

Ainsi, le 12 mai 2020, à 15 h 50, les FAU (Forces Armées Ukrainiennes) ont ouvert le feu contre le village de Staromikhaïlovka à coup d’obus de mortier de 82 mm et de véhicules de combat d’infanterie. Les tirs de l’armée ukrainienne ont mis le feu à une maison, dont la propriétaire, une femme âgée de 52 ans, a été brûlée aux mains, aux bras et aux pieds en essayant d’éteindre l’incendie.

Les soldats de la milice populaire de la RPD sont venus éteindre l’incendie et apporter les premiers soins à la femme blessée. Au total, trois habitations ont été détruites ou endommagées par ces tirs à Staromikhaïlovka, et deux autres habitations ont été endommagées à Yasnoye. Les tirs étaient corrigés à l’aide d’un drone, ce qui montre que ces bombardements de zones civiles de la RPD sont des crimes de guerre délibérés de l’armée ukrainienne.

Voir le reportage de la milice populaire de la RPD (en russe) :

Le 13 mai au soir, c’est le village de Vassilievka, où se trouve une station de pompage (c’est-à-dire une infrastructure civile vitale), qui a été pris pour cible par l’armée ukrainienne à coup d’obus de mortier de 120 mm et 82 mm, et de véhicules de combat d’infanterie. Ces tirs n’ont heureusement pas fait de destructions ni de victimes parmi les civils.

Dans la même soirée, l’armée ukrainienne a tiré 100 munitions de systèmes de défense antiaérien en deux heures et demie sur le village de Spartak, là aussi sans faire de victimes civiles.

Un bilan qui semble ne pas avoir suffi aux soldats ukrainiens. Ainsi, ce matin, 14 mai 2020, de 5 h 25 à 7 h 20, l’armée ukrainienne a tiré 20 obus de mortier de 120 mm sur les villages de Zaïtsevo et Panteleïmonovka. Ces tirs ont endommagé deux maisons d’été à Zaïtsevo et blessé une civile à Panteleïmonovka. La femme a reçu une commotion cérébrale et a été soignée.

Voir le reportage de la milice populaire de la RPD (en russe) :

Et si jusqu’ici l’artillerie lourde n’a plus été utilisée par l’armée ukrainienne contre la RPD depuis la fin avril, la situation pourrait changer bientôt. En effet, les services de renseignement de la RPD ont détecté le déploiement par les FAU de trois obusiers automoteurs Gvozdika de 122 mm dans la zone résidentielle du village de Stepnoye, à l’ouest de Donetsk.

En plus de violer les accords de Minsk concernant le retrait des armes lourdes loin de la ligne de front, la présence de ces armes dans une zone résidentielle, est une violation du droit international, et met en danger les habitants du village. Si ces armes tirent depuis la zone résidentielle, et que la RPD répond à ces tirs, des civils pourraient être blessés ou tués. En clair, l’armée ukrainienne utilise les civils qui se trouvent dans la zone du Donbass sous son contrôle comme boucliers humains !

Nouvelle réunion des groupes de contact via vidéo-conférence

Ces tirs ont eu lieu sur fond de nouvelle réunion des groupes de contact via vidéo-conférence. Une réunion toujours en cours à l’heure où j’écris ces lignes, car le travail du groupe de contact n’a pu réellement commencer qu’avec trois heures de retard à cause de l’attitude de la délégation ukrainienne.

Un mauvais signal pour cette délégation qui inaugure son nouveau format « élargi ». Le comportement des représentants ukrainiens a ainsi empêché toute discussion des points à l’ordre du jour du groupe de contact en charge des questions de sécurité.

« Malgré le fait que la délégation ukrainienne a renouvelé sa composition, en présentant un nouveau chef – le vice-ministre de la défense M. (Alexandre) Polichtchouk – elle n’a malheureusement rien pu produire de nouveau dans le travail du groupe. De manière traditionnelle pour les représentants officiels de Kiev, la démagogie et la politisation des questions pratiques n’ont pas permis aux participants aux négociations d’entamer une discussion concrète sur le fond d’une question importante à l’ordre du jour  », a déclaré Alexeï Nikonorov, le représentant de la RPD au sein de ce sous-groupe de contact.

Les représentants ukrainiens ont ainsi été incapables de discuter de la nouvelle version du texte devant compléter la décision cadre sur le désengagement des troupes fournie par l’OSCE, justifiant leur impréparation par l’absence d’instructions claires dans le document envoyé par le coordinateur de l’organisation avant la réunion.

« Aujourd’hui encore, aucune nouvelle zone de retrait des troupes et des équipements n’a été identifiée, bien que l’échange de propositions et de positions des parties sur tous les lieux discutés ait eu lieu il y a longtemps, et qu’il existe un certain nombre de zones sur lesquels aucune des parties n’a d’objection », a déclaré M. Nikonorov, qui a souligné qu’au lieu d’avoir un dialogue constructif, les représentants ukrainiens ont préféré rétropédaler sur les maigres progrès qui avaient été faits sur ce dossier.

Et alors que la réunion se poursuit à l’heure où j’écris cet article, une maison vient de brûler à Staromikhaïlovka après que l’armée ukrainienne a tiré au véhicule de combat d’infanterie contre le village. Voilà comment l’Ukraine respecte les accords de Minsk…

Christelle Néant

Voir l'article sur Donbass Insider



1 réactions


Réagir