jeudi 19 septembre - par Christelle Néant

Sabotage des négociations sur le Donbass - La technique de l’illusionniste

Depuis l’arrivée de Volodymyr Zelensky à la tête de l’Ukraine, les déclarations officielles et les actes concernant le conflit et les négociations sur le Donbass se suivent et se contredisent les uns les autres. Un véritable numéro d’illusionniste, visant à faire croire que l’Ukraine est prête à appliquer les accords de Minsk, alors qu’il n’en est strictement rien. Retour et explication sur cette méthode un peu particulière.

JPEG

Après l’énonciation de la « formule Zelensky » par le ministre ukrainien des Affaires étrangères, qui déclarait que Kiev se donnait moins d’un an pour appliquer les accords de Minsk, alors que l’armée ukrainienne est toujours incapable de respecter ne serait-ce que le cessez-le-feu, avant de menacer de mesures radicales si ce but n’était pas atteint, j’avais clairement expliqué qu’il s’agissait à la fois de montrer patte blanche à la communauté internationale tout en essayant de faire du chantage sur les Républiques Populaires de Donetsk et de Lougansk (RPD et RPL), pour les forcer à accepter des accords de Minsk version édulcorée si elles ne voulaient pas voir la guerre à grande échelle reprendre sur leur territoire.

La réunion des groupes de Contact qui a eu lieu à Minsk hier a confirmé que la stratégie de Zelensky est celle de l’illusionniste (semblable d’ailleurs en cela à la technique d’Emmanuel Macron, auquel Zelensky ressemble sur bien des aspects).

Kiev fait ainsi des déclarations grandiloquentes devant la presse sur le fait que Zelensky veut régler le conflit dans le Donbass en moins d’un an, que l’Ukraine va réparer le pont de Stanitsa Louganskaya d’ici le 30 novembre, ou comme récemment, qu’il veut lancer le désengagement des hommes et des équipements militaires non pas sur quelques sites pilotes mais sur la totalité de la ligne de front.

À lire ces nouvelles on croirait que Zelensky est plus attaché aux accords de Minsk que ne le sont la Russie, la RPD et la RPL. Or c’est exactement cela le but : paraître plus catholique que le pape, ou plus royaliste que le roi ! Cette technique n’est ni plus ni moins qu’une bonne vieille méthode de communication pourtant bien connue : l’écran de fumée !

Cet écran de fumée est destiné à la communauté et à la presse internationales, ainsi qu’à la population ukrainienne. Zelensky veut ainsi se donner l’image d’un président pour la paix. Le but étant ensuite de mettre l’échec de l’avancée des accords de Minsk sur le dos de l’adversaire, en utilisant cet écran de fumée comme « preuve » que Zelensky est de « bonne volonté », alors qu’il ne s’agit que de mots qui ne sont en rien suivis par des actes.

Si Zelensky était réellement aussi attaché aux accords de Minsk, pourquoi n’applique-t-il pas de mesures disciplinaires contre les soldats ukrainiens qui violent le cessez-le-feu comme le prévoient les mesures additionnelles de contrôle de la trêve ?

Pourquoi son armée continue de tirer inlassablement sur le territoire de la RPD et de la RPL, et surtout sur les civils, comme le montre ce rapport de la représentation de la RPD au sein du Centre Conjoint de Contrôle et de Coordination du cessez-le-feu (CCCC) remis hier à Minsk, et qui indique qu’en deux semaines, l’armée ukrainienne a violé le cessez-le-feu à 204 reprises, tirant 1 715 munitions, endommageant 37 habitations et cinq pièces d’infrastructure et blessant 9 civils sur le territoire de la République !

Si Zelensky a réellement donné l’ordre à son armée de se préparer au désengagement des forces sur l’ensemble de la ligne de front, comme l’a annoncé le commandant en chef de l’Opération des Forces Interarmées (OFI), Vladimir Kravtchenko, pourquoi y a-t-il 276 pièces d’équipement militaire ukrainien hors des zones de stockage et déployées près de la ligne de front en violation des accords de Minsk ? Pourquoi déployer 138 chars d’assaut, 106 pièces d’artillerie, quatre lance-roquettes multiples, 25 systèmes de défense antiaérienne et trois systèmes antichars, dans la zone où ces armements ne devraient pas se trouver, si Kiev prévoit réellement de mettre en œuvre le retrait de ses troupes ?

Pourquoi Zelensky déclare qu’il ne veut pas d’un désengagement petit à petit via des sites pilotes sur la ligne de contact, parce que je cite cela prendrait « 300 ans », alors que des véhicules blindés ukrainiens ont été vus dans la zone pilote de désengagement de Petrovskoye, ainsi que des mines antichars sur la route menant au village, ce qui est une violation flagrante de ce même désengagement ?

C’est sûr qu’avec de telles violations constantes le désengagement va prendre 300 ans, mais c’est de la faute de Kiev si cela va prendre un tel temps de mener à bien ce que l’Ukraine a signé. Ce n’est pas la RPD qui a mis ces véhicules blindés et ces mines antichars dans la zone de désengagement, mais bien l’armée ukrainienne ! Alors pourquoi se plaindre du temps que cela prend, quand on est soi-même responsable de cette situation si ce n’est pour essayer de faire porter la faute à l’autre ?

Pourquoi Kiev repousse-t-elle la signature de la formule Steinmeier sous des prétextes bidons, en exigeant par exemple que l’OSCE puisse travailler pleinement sur tout le territoire ukrainien, alors qu’en deux semaines, l’armée ukrainienne a empêché l’OSCE de travailler à 15 reprises, soit en brouillant le signal de ses drones, soit en empêchant les observateurs d’accéder aux sites de stockage des pièces d’armement lourd ? Ou en exigeant que le cessez-le-feu soit totalement respecté, alors que l’armée ukrainienne le viole tous les jours ?

Pourquoi Kiev demande-t-elle à grands cris une réunion au Format Normandie, avant de tout saboter en refusant de signer la formule Steinmeier, qui était le pré-requis pour l’organisation de ce sommet ? Refus de signer qui s’accompagne comme d’habitude d’exigences bidons, et de conditions qui changent l’ordre d’application des accords de Minsk, ce qui bloque totalement le processus. En effet, en exigeant le retour du contrôle de la frontière avec la Russie AVANT d’appliquer la formule Steinmeier, Kiev exige de mettre la charrue avant les bœufs, puisque ce point est le dernier des accords de Minsk, qui ne pourra avoir lieu qu’une fois tout le reste appliqué.

Sans parler du blocage de l’échange de prisonniers entre l’Ukraine, la RPD et la RPL, qui s’est doublé de la nécessité de mettre au point de nouvelles procédures visant à empêcher les fuites de listes de personnes à échanger, suite au fait qu’un prisonnier assigné à résidence à Marioupol, a été assassiné chez lui après que son nom soit apparu publiquement comme faisant partie du prochain échange. Une méthode qui fait penser à ce message de Babtchenko appelant à tuer les détenus avant même leur procès.

En bref, comme à l’époque Porochenko, Kiev joue la technique du serpent qui se mord la queue pour bloquer les négociations et l’application des accords de Minsk. La seule différence avec l’ancienne administration, c’est que Zelensky joue la surenchère communicationnelle, pour essayer de faire croire qu’il fait quelque chose alors qu’il ne brasse que du vent, et faire porter à la RPD, la RPL et la Russie la responsabilité des échecs dus aux actes de Kiev !

Comme Denis Pouchiline, le chef de la RPD, je crains malheureusement que le conflit du Donbass ne dure encore très longtemps. Et si certains avaient encore des illusions sur le fait que Zelensky mettrait fin à la guerre, je pense qu’ils sont maintenant redescendus de leur nuage.

Zelensky n’est qu’un illusionniste qui utilise les médias et la propagande de masse pour faire croire qu’il veut la paix, alors qu’il poursuit la même politique que son prédécesseur.

Le problème, c’est que pour être un bon illusionniste, il faut que le truquage ne se voit pas. Or là la différence flagrante entre les paroles et les actes de Kiev saute aux yeux pour qui accepte de voir la réalité. Et comme le dit l’adage, si les mensonges prennent l’ascenseur, la vérité prend l’escalier, mais elle finit toujours par arriver à destination. Et ni la Russie, ni la RPD, ni la RPL ne sont dupes de ce numéro de prestidigitateur bon marché.

Christelle Néant

Voir l'article sur Donbass Insider



30 réactions


  • totof totof 19 septembre 22:55

    Je voudrais remercier Christelle Néant pour le fabuleux travail qu’elle fait. Là, par exemple, sans cet article, je serais tombé dans le panneau de cette stratégie d’illusionniste de Zelensky. Je le dis franchement, je suis tombé dans le panneau mais il faut dire que ce conflit, pourtant un sujet aussi majeur, ne fait pas couler beaucoup d’encre.

    Encore merci.


    • Christelle Néant Christelle Néant 20 septembre 13:01

      @totof
      Et le peu d’encre que ce conflit fait couler dans les médias occidentaux est soigneusement choisie. Les médias européens ne vont relayer que les paroles « de paix » de Zelensky, et oublier opportunément le reste.


    • Christelle Néant Christelle Néant 20 septembre 13:01

      @totof
      Un morceau de mon commentaire a sauté.
      Merci pour vos compliments. C’est pour cela que je fais ce travail. Pour montrer l’autre face de la pièce.


    • Guy19550 Guy19550 22 septembre 00:08

      @totof
      Et oui, c’est du beau travail. J’ajoute quand même que depuis le début en 2014, la presse est muselée en Europe et de ce fait, on raconte des tas de fausses vérités en Europe.

      Chose que j’ai remarqué également pour les grosses lignes du conflit, c’est que au début, les seuls à avoir ingéré dans le conflit, ce sont les cowboys, l’Europe se tenait en retrait avec de l’hésitation, mais de par leur attitude passive, ils acceptaient les atrocités commises. Les anglais avaient clairement exclu d’y envoyer des troupes.

      Cinq ans après, il y a eu un revirement total des anglais (peut-être à cause de l’intervention de Poutine en Syrie), des hésitations de plus en plus importantes en Europe et des cowboys qui ne font que envenimer les choses (les cowboys tiennent à « leur » gaz de schiste) et pour leur malheur, il est dans le Donbass.


    • Christelle Néant Christelle Néant 22 septembre 21:41

      @Guy19550
      Non le gaz de schiste dans le Donbass s’est avéré être une bulle qui a fait pschittt. Les réserves sont bien moindres que celles qui avaient été annoncées.


  • Guy19550 Guy19550 20 septembre 06:29

    C’est un excellent article Christelle. J’ai eu l’impression en lisant les articles sur Tass qu’il y a eu un certain revirement du ministre des affaires étrangères ukrainien vers la fin de cet épisode. Cela n’a que peu d’importance, mais indique bien qu’il a vu qu’il fonçait droit sur un mur. La partie russe à la Rada a fait d’exellentes remarques à la Rada (selon ce que j’ai vu sur Tass). C’est le refus de signer l’accord de Tarzan à Minsk qui a « décoincé » les choses de manière fatale pour l’Ukraine. Et c’est cela qui a ouvert l’image du mur du côté du ministre de l’intérieur.


    • Guy19550 Guy19550 20 septembre 10:11

      @Guy19550
      ministre de l’intérieur à lire comme ministre des affaires étrangères, bien sûr. Il y a bien un ministre de l’intérieur mais lui devrait se comparer à un SS et je suis sans nouvelle du gars.


    • Christelle Néant Christelle Néant 20 septembre 13:03

      @Guy19550
      Merci. Oui quand on lit d’un article sur l’autre on ne sait plus réellement ce qu’ils veulent. Mais une fois qu’on a compris la tactique, ca devient plus clair.


  • Guy19550 Guy19550 20 septembre 06:40

    Il faut maintenant attendre pour avoir une nouvelle vue pour la suite des choses, mais je crains déjà que certains accords partiels tombent à l’eau comme ce sera je pense le cas pour la reconstruction d’un pont.


    • Christelle Néant Christelle Néant 20 septembre 13:03

      @Guy19550
      C’est aussi ce que je crains. J’espère que non, car la reconstruction du pont de Stanitsa Louganskaya est importante pour la population civile.


    • Guy19550 Guy19550 21 septembre 08:00

      @Christelle Néant

      Je préfère attendre pour me prononcer. Ce qu’il y a eu en même, ce sont les discussions trlatérales pour le gaz et là aussi la rada a du boulot.


    • Guy19550 Guy19550 21 septembre 08:06

      @Guy19550

      Je ne suis pas saoul, hein, mais j’ai deux PC devant le pif et du mal à trouver les touches du clavier de la tour : https://warsawinstitute.org/putin-orders-gas-link-yamal-china/

      Et un pas en avant pour l’abandon du gaz russe vers l’Europe. A part cela, les discussions trilatérales ce sont bien pass"es. Enfin, rien de décidé car ils vont rejouer la partie fin octobre, lol et toujours avec un mort.


  • JP94 20 septembre 16:38

    Avant même son élection, on savait qu’il avait des chances d’être élu, puisque il était une fausse alternative à un Porochenko discrédité.

    Il s’agit uniquement de faire croire que l’Ukraine fonctionne démocratiquement, puisque s’y déroulent des élections dans lesquelles des candidats « s’opposent ».

    Mais tous ces candidats appartiennent au même groupe de permutation de fachos. 

    Lui promettait la paix, à laquelle aspirent bien sûr la plupart des citoyens ukrainiens, mais pas Zélensky, pas plus qu’aucun des autres candidats.

    La paix est ailleurs, dans le camp du Donbass, ou chez le peuple. 

    Ce clown particulièrement cynique a surgi d’un coup, lorsque Porochenko ne faisait plus l’affaire, mais le plan est le même. Comment dans un pays où règne un pouvoir fasciste issu d’un coup d’Etat, et où des bandes fascistes font régner la terreur, un candidat de la paix, non avalisé par l’Occident ( USA, GB et Canada avant tout) pourrait-il exister et se présenter ... et même être élu ? 

    Inconcevable ! D’autant plus inconcevable que la paix et la démocratie signifie la fin et la condamnation de tous ces dirigeants et députés issus du coup d’Etat. 

    « tout changer, pour que rien ne change » ( le Guépard).

    Ce qui frappe d’abord chez ce criminel est son cynisme. Il se croit malin en s’adressant à Poutine avec provocation : cela monte son caractère irresponsable et sa totale incompétence politique : c’est la grenouille qui se prend pour le boeuf. Il est du niveau de Macron, très faible en matière politique (voire pour le reste). 

    On le voit avec son gilet pare-balles aux côtés des soldats ukrainiens, sur le Front : il se prend pour un chef de guerre en campagne. Effectivement c’est de la com’, mais ça montre bien que la paix ne fait pas partie du plan.

    Il propose la citoyenneté ukrainienne « aux Russes , victimes de la dictature de Poutine ». Que de cynisme de la part du dirigeant d’un pays qui assassine tout locuteur russophone ! 

    Sous son règne, très grave provocation du Kertch. Si c’est ça la paix ...

    Il s’entend avec Saakachvili ... pour un patriote, ça fait tache. 

    Les mères des victimes de la Maison des Syndicats sont menacées et les victimes ne sont pas reconnues, au contraire.

    Et ce clown parade avec sa jolie femme pour la mise en scène. Mais il est pire qu’un Dorian Gray. C’est une personnalité politiquement très perverse, donc dangereuse.

    Il se croit intelligent, mais lorsque Poutine lui répond, on voit tout de même que leurs statures sont sans commune mesure. Un nain politique en Ukraine. 

    Poutine ne mène pas une politique sociale (voir la réforme des retraites en Russie). Mais question politique étrangère et stature politique, il est à la hauteur des fonctions qu’il exerce et représente une bourgeoisie nationale, et non pas les intérêts étrangers au pays, comme les fascistes et ce Zélenski.


  • Eric Havas Eric Havas 20 septembre 17:26

    Le Donbass c’est les mines de charbon méchant, en plus soviétique plus à la mode.... Que du pas biobio donc.

     

    Zelensky veut faire rouler le Donbass en trottinettes électriques écolo à la place de leurs T80 diesel.

     

    Comment peux tu être si obtue et ne pas penser aux mignons oursons blancs ?




    • Eric Havas Eric Havas 20 septembre 17:27

      obtuse comme un obtus de 105mm
       


    • Christelle Néant Christelle Néant 20 septembre 22:48

      @Eric Havas
      Sauf que sans charbon pas d’acier, pas d’acier = pas de trottinettes électriques qui ne sauveront pas plus les ours blancs que les T80 diesel, vu que les trottinettes sont fabriquées à l’autre bout du monde avec des produits issus du pétrôle et des terres rares pour les batteries qui polluent et qu’il faut aussi faire venir de pétaouchnok.... Quand au jeu de mots pourri avec le mot obtus-obus, no comment. Retournez à l’école du rire et revenez commenter ici quand vous aurez eu votre diplôme.


  • Guy19550 Guy19550 23 septembre 02:10

    Ce que dit tonton dans ce lien n’est pas faux selon moi : 
    https://tass.com/world/1079288
    Tarzan a essayé de faire avancer les choses avec cette proposition, mais je me suis toujours demandé à quoi cela pouvait servir du fait que ni Macron, ni Merkel n’emboitaient le pas sur base des propos de Tarzan. C’était une politique à deux vitesses. La décision de postposer pour une durée indéterminée la réunion du groupe des quatre a été prise sur base d’un entretien entre le remplaçant de Tarzan et Poutine. Il est possible que les français aient été consultés mais cela n’a laissé aucune trace par des liens sur Tass. Par contre, la France va discuter des choses dans les couloirs de l’Onu : https://tass.com/world/1079294
    Bref, l’agrandissement du groupe des quatre n’est pas loin et je vais donc revenir avec ma proposition d’y inclure également les chinois...


    • Christelle Néant Christelle Néant 23 septembre 14:49

      @Guy19550
      Ce qu’il dit est faux, puisqu’il a approuvé la formule Steinmeier deux fois lors des réunions au Format Normandie. Je ne vois toujours rien qui justifierait d’agrandir le groupe des 4.


  • Guy19550 Guy19550 23 septembre 16:10

    Donnez-moi les dates de ces deux fois, mais selon mes souvenirs, jamais les idées de Steinmeier (avouer que Tarzan est mieux quand même) n’ont été suivies par Kiev et si le groupe des quatre en a parlé, j’ai une sérieuse lacune. L’OSCE en a parlé avec Steinmeier, mais c’est toujours resté du congelé avec le groupe des quatre. Je vous présente mes excuses si c’est moi qui me trompe, mais depuis plus de 3 ans, je n’ai jamais vu une décision sur le sujet par le groupe des quatre. C’est à tel point significatif pour moi que j’en étais arrivé à la conclusion de la politique à deux vitesses et que Steinmeier, à part les idées, n’a rien amené d’une solution qui aurait été approuvée par Kiev. 


  • Guy19550 Guy19550 24 septembre 01:07

    Je vous remercie beaucoup pour les deux liens, mais les deux liens sont d’origine russe et je sais très bien que les russes sont d’accord avec cela. Ce que Tarzan a proposé est en fait un statut spécial qui deviendrait définitif après les élections.

    C’est dommage que ce soit resté oral et n’a de ce fait rien de contractuel. C’est différent pour les accords de Minsk car là tonton a bel et bien signé l’accord, mais même là, dès le lendemain de sa signature, il s’est entrenu avec les cowboys et tout ce qui a suivi a été un fameux dérapage des accords signés, ça c’est un fait et la responsabilité de cela est chez les cowboys en grande partie. Le simple fait qu’un accord signé pour la formule de Tarzan, n’existe pas, fait que c’est nul et sans valeur. Les russes et les républiques maintiendront leur point de vue, les américains l’autre point de vue et les européens, allez savoir ! N’importe lequel des garants qui est lésé dans les magouilles peut selon moi se défaire de ce qui a été convenu par les accords de Minsk, devenir partie prenante et en cela, Poutine pourrait prendre l’initiative de reconnaître les républiques, mais ce ne sera pas suivi par les autres pour ce qui est de cette reconnaissance. La seule chose que la Russie puisse faire, c’est de continuer d’asphyxier l’Ukraine. Il est clair aussi pour moi que cela n’intéresse pas la Russie de devenir partie prenante dans le conflit, mais c’est une possibilité que chaque garant a et sans la moindre équivoque.


    • Christelle Néant Christelle Néant 24 septembre 12:12

      @Guy19550
      Ce n’est pas que les Russes qui sont d’accord avec la formule Steinmeier. Cette formule a été validée deux fois oralement lors de réunions au format Normandie. C’est pour ca que pour ne pas rejouer ce cirque, Poutine a exigé que cela soit signé avant de refaire une réunion.


  • Guy19550 Guy19550 24 septembre 11:04

    Je vous ai exprimé mon point de vue sans haine et de manière assez explicite. J’espère qu’un jour, le bon sens prendra le dessus pour créer une ouverture, mais en l’état actuel des choses, c’est au frigo et il est probable que les bombardements vont se poursuivre. De plus, des lois sont passées à la Rada pour organiser des élections dans le Donbass ainsi qu’en Crimée au départ de Kherson. Ces lois sont telles que si même seulement un bureau de vote est ouvert, que l’élection sera valide, bref rien de mieux que pour mettre un terroriste en place pour l’administration du territoire. Les terroristes de Kiev, en faisant cela, ont montré très clairement leurs intentions. Je suggère donc de remettre les armes lourdes en place, essentiellement pour anéantir toutes les sources de bombardement issues des terroristes de Kiev et en plus l’usage de missiles pour atteindre Kiev directement à partir du Donbass.


    • Christelle Néant Christelle Néant 24 septembre 12:55

      @Guy19550
      Nous n’avons pas de missiles ballistiques en RPD-RPL, donc pour atteindre Kiev ca va être compliqué. Quant aux élections pour la Crimée et le Donbass à Kherson, ils désigneront un pantin qui gèrera que dalle.... Puisque les gens en Crimée et dans le Donbass ne le laisseront pas entrer sur leur territoire....


  • Guy19550 Guy19550 24 septembre 14:17

    Pas compliqué du tout, dès que les républiques seront reconnues par la Russie, les missile viendront, Kiev perdra ce qui lui reste de la mer d’Azov et le jeu peut aller commencer de manière sérieuse.

    On est encore loin de cela, mais c’est ce qui va pendre au nez des terroristes de Kiev, s’ils ne signent pas les accord le 1er octobre.


    • Christelle Néant Christelle Néant 24 septembre 14:42

      @Guy19550
      Sauf que là la Russie deviendrait effectivement partie prenante de la guerre. Ppoutine attend que l’Ukraine s’effondre. Ca règlera le problème autrement.


  • Guy19550 Guy19550 24 septembre 19:54

    Le FMI veut y remettre 5 milliards, ce qui va prolonger l’agonie de 2 ans environ et pendant cette agonie les terroristes de Kiev peuvent utiliser les missiles que eux déploient en direction des républiques. C’est aussi la raison pour laquelle la paix est primordiale pour les deux parties. Ceux qui mettent encore du pognon dedans pour prolonger l’agonie, sont des criminels de guerre selon moi, en cela inclu les cowboys et le FMI. 


    • Christelle Néant Christelle Néant 25 septembre 15:29

      @Guy19550
      D’autant plus que le FMI prête de l’argent à l’Ukraine en violation de son règlement intérieur, qui interdit de prêter à des pays en guerre....


Réagir