lundi 16 avril - par Gwynplaine

Syrie : et maintenant ?

La géopolitique actuelle focalisée sur la Syrie est plus inextricable que jamais car il s'agit de moins en moins d'un enjeu unique opposant deux protagonistes identifiés qui, si c’était le cas, pourraient entamer des négociations pour mettre fin à la guerre.

La dernière opération militaire de l’OTAN donne un éclairage en clair-obscur à la savante chorégraphie diplomatique qui va nous être présentée dans les semaines et mois qui viennent. Les attaques « chirurgicales » contre des cibles syriennes ont été soigneusement planifiées pour éviter de toucher des cibles russes, iraniennes ou du Hezbollah, ou des militaires turcs en opération, quatre acteurs engagés directement dans ce conflit pour des raisons différentes. Leur détermination tranche avec la position des Etats-Unis et ses alliés français, anglais et saoudiens qui ne sont pas favorables à un combat direct prolongé.

Alors que les autres pays se livreront à un interminable ballet diplomatique, la Russie, l'Iran, la Turquie et le Hezbollah continueront à dominer la situation sur le terrain comme ils le font depuis deux ans. Mais, s’ils ont bien remporté une victoire sur divers groupes armés opposés au Président Assad, deux points noirs demeurent.

Le premier concerne l’avenir des régions du nord-est où les Kurdes syriens jouissent désormais d'une autonomie mais sont confrontés à l'opposition des gouvernements syrien et turc. Le second concerne le sort qui sera réservé aux dizaines de milliers de combattants rebelles appartenant à des groupes islamistes et laïques hétéroclites qui sont maintenant encerclés dans quelques zones du nord-ouest et du sud du pays.

Quand ces deux questions auront trouvé des réponses, qui décidera de l’avenir de la Syrie ? Les rencontres de Sotchi et d'Ankara entre les présidents de la Russie, de la Turquie et de l'Iran évoquent les pourparlers qui avaient eu lieu à propos de la Syrie il y a cent ans, quand les puissances coloniales britannique et française ont modelé ses contours en tant que nouvel état dans un nouvel ordre régional qui convenait à leurs intérêts, devant des spectateurs turcs, russes, américains et sionistes qui s’invitaient quand ils le pouvaient.

Le fait que des acteurs extérieurs façonnent une nouvelle fois l'avenir de la Syrie sans tenir compte de la volonté du peuple syrien risque encore une fois de produire un résultat fragile et déséquilibré générateur de tensions et de foyers conflictuels. Un pays qui est créé ou reconfiguré principalement selon les souhaits des puissances étrangères, et qui ne permet pas à son propre peuple de jouer un rôle dans la prise de décision, aura du mal à atteindre sa pleine souveraineté et une stabilité minimale.

En regard de ces enjeux, les attaques aériennes de samedi contre trois cibles syriennes semblent marginales sinon dérisoires. Les tirs franco-anglo-américains visant à « punir » le gouvernement syrien et à le dissuader d'utiliser des armes chimiques (sic) risquent de se retourner contre leurs auteurs, non seulement dans l’opinion publique de leurs propres pays, mais également en aggravant la déstabilisation des états encore soumis à l’influence des zombies rescapés de l’ « état islamique ».

Les états occidentaux et arabes qui ont utilisé des moyens militaires et politiques par procuration (false flags et proxi wars) pour « faire reculer » l'influence iranienne sur les terres arabes ont obtenu le contraire de ce qu'ils cherchaient à établir. L'influence de l'Iran, de la Russie, du Hezbollah et de la Turquie en Syrie et dans d'autres pays arabes n'a cessé de croître, en proportion du bellicisme persistant des Etats-Unis et des autres puissances occidentales.

Personne ne détient la formule magique qui mettra fin à la violence au Moyen-Orient, mais s'il est difficile de faire le bonheur d’un peuple malgré lui, il est impossible de le faire contre lui. Et dans cette région du monde, plusieurs autres peuples que les Syriens sont muselés. Plutôt que de voter des motions inutiles à l’ONU et de faire des "unes" des magazines truffées d'incantations droit-de-l’hommistes, la première chose à faire est de retirer ces muselières.

Seulement voilà : cela nirait pas dans le sens des intérêts des voisins, ni des puissances impériales d’autant plus dangereuses qu’elles sont sur le déclin.

Alors, il faudra se contenter du spectacle des entrechats des ambassadeurs, des tapis rouges et des grosses limousines.

 



43 réactions


  • Hecetuye howahkan 16 avril 09:29

    Salut et merci

     tout ce qui a un début a une fin...l’empire occidental unioniste va péricliter., mais il consiste plus en un état d’esprit de certains qu’autre chose .il devait être là des la seconde guerre mondiale et par bien des aspects il est bien là mais lui voulait beaucoup plus que ce qu’il a : soumission totale de tous...or cela n’a jamais été le cas et ne le sera jamais car le pire créé de facto sa propre polarité..comme avec Astérix Assad et la potion magique russe par exemple ..

    derrière ces mots vides comme empire ce sont des hommes qui ont fait cela, la colonisation, le vol , la violence, la torture , la destruction, le mal pour le plaisir de faire le mal etc ce ne sont que des homes devenus déments à cause de leur souffrance du refus de vivre qui ont créé cela..

    méfions nous des mots faciles, car ils cachent souvent le fait comme frappe veut dire : je t’envoie des bombes sur ta gueule pour te détruire, te tuer, t’humilier, te faire mal etc car je veux ce que tu possèdes..c’est mon droit car c’est ce que je veux....

    ceci vous le voyez correspondant à un age mental de 1 à 2 ans et hélas je suis plus que sérieux..

    suivre sinon précéder de telles personnes montre le niveau de l’ensemble...

    Changer radicalement ne passe pas par un plan mais par la compréhension de ce qui se passe..

    Nous refusons la vie car elle nous dit à chaque seconde : tu vas mourir, L’Origine etc mais cela n’est pas possible...de refuser la vie sauf de se suicider et c’est ce que nous faisons tous en mode suicide lent..suicide qui vous le savez bien sur est la fuite impossible de sa souffrance auto créée...amenant à supprimer le corps...certes la souffrance n’est plus mais la vie non plus..

    Ce qui nous reste de cerveau n’est plus apte à lutter...l’Origine est parfaite et à chaque instant tout est possible...


  • Cateaufoncel 16 avril 09:44

    Et maintenant ?

    Si Trump parvient à l’emporter sur le Deep State, il va se dégager vie fait de ce merdier, et ramener les boys à la maison, comme il l’a annoncé. Et, peut-être, dans la foulée, virer Jim Mattis, secrétaire à la Défense.


    • Gwynplaine Kent 16 avril 10:02

      @Cateaufoncel

      Vous savez que Trump a nommé Bolton « conseiller à la sécurité nationale » le 9 avril ?Pour le Figaro (Bolton, un faucon à la droite de Trump), « Cet interventionniste affilié aux néoconservateurs ne cache pas sa défiance à l’égard des règles et des institutions internationales et « croit passionnément aux guerres préventives ». »


      Vous n’allez pas dire quele Figaro est un journal gauchiste ?

    • Onecinikiou 16 avril 11:23

      @Cateaufoncel


      Mattis est paradoxalement celui qui a le plus freiné pour éviter une conflagration régionale voire même mondiale lors de la dernière séquence ubuesque, sans doute que sa rigueur toute militaire a pris le pas sur ses convitions idéologiques et celles surtout de l’entourage de Trump, qui se révèle dément.

      Pour Trump c’est foutu : les néoconservateurs, par l’entremise du procureur spécial nommé à cet effet, le tiennent définitivement par les couilles : soit il s’aligne et en vérite se soumet - ce qu’il a désormais fait - aux diktats de cette petite clique belliqueuse à très fortes connotations communautaires qui travaille dans l’interêt exclusif d’un petit état non moins belliqueux du MO (et fondamentalement au détriment de celui du peuple américain), soit c’est le processus de destitution immédiat, les poursuites penales, et l’emprisonnement. C’est ni plus ni moins comme cela que le deal a dû lui être proposé, et finalement imposé.

    • Cateaufoncel 16 avril 13:00

      @Kent

      « Vous savez que Trump a nommé Bolton « conseiller à la sécurité nationale » le 9 avril ? »

      Oui, en remplacement d’Herbert McMaster, que Dedefensa.org présentait comme le verrou placé par le Deep State, pour contenir Trump.

      « Vous n’allez pas dire que le Figaro est un journal gauchiste ? »

      Quel intérêt ? Je n’ai pas besoin de médias pour comprendre qu’avec la nomination de Bolton, Trump a envoyé un message à quelqu’un, vraisemblablement au même destinataire que les symboliques bombardements de la nuit du 13 au 14 : Kim Jong-un.

      Et Bolton ou pas Bolton, « le » Donald reste le président des Etats-Unis.


    • Cateaufoncel 16 avril 13:01

      @Onecinikiou

      « Mattis est paradoxalement celui qui a le plus freiné pour éviter une conflagration régionale voire même mondiale lors de la dernière séquence ubuesque… »

      C’est ce que rapportent les médias. Mais je n’ai pas attendu qu’il y ait Poutine et Trump pour ne rien croire de ce que propagent les medias. Pour juger des événements, j’attends donc leurs conséquences observables.

      « Pour Trump c’est foutu : les néoconservateurs, par l’entremise du procureur spécial nommé à cet effet, le tiennent définitivement par les couilles : soit il s’aligne et en vérite se soumet - ce qu’il a désormais fait… »

      On devrait assez rapidement être fixé, puisque sa porte-parole a confirmé, démentant du même coup le morveux de l’Elysée, le retrait des troupes américaines de Syrie, d’ici au début de l’été.


    • Onecinikiou 16 avril 13:54

      @Cateaufoncel


      Cela fait deux fois à un an d’intervalle que Trump annonce le retrait de Syrie : une semaine après et dans les deux cas, s’en est suivie une « attaque chimique » instantanément attribuée au régime, puis des frappes américaine sous pression des faucons de toutes sortes. Nous avons d’ailleurs exactement les mêmes aux Etats-Unis qu’en France, au patronyme près.

      De deux choses l’une : soit Trump bluffe et ment, et ne compte nullement se retirer de Syrie, soit comme je l’ai dit il est tenu par les couilles par les forces neoconservatrices mondiales, qui fomentent en temps et en heures des provocations grossières toujours très bien ajustées, dans le but de lui tordre le bras et le contraindre à reviser ses positions. C’est dans doute les deux d’ailleurs : il est contraint de renier ses convictions et donc de mentir PARCE QUE tenu par les couilles !

    • Cateaufoncel 16 avril 18:05

      @Onecinikiou

      Vous avez vos certitudes, moi, je n’en ai aucune. Il n’y a pas un site de réinformation en lequel j’aie une confiance aveugle, et il n’y en aura jamais. Pour le retrait de Syrie, c’est l’affaire de neuf à dix semaines, selon le calendrier annoncé.

      Donc, en application de mes principes, j’attendrai des conséquences pour essayer de comprendre et d’interpréter ce qu’il s’est réellement passé en amont. Nous aurons peut-être l’occasion d’y revenir.


    • Onecinikiou 16 avril 18:50

      @Cateaufoncel


      J’aimerais croire que Trump a encore une liberté d’action, mais vu comment l’étau se ressert autour de lui, avec la perquisition chez son avocat encore en début de semaine, il est à craindre que les carottes ne soient cuites. Et puis il y a le rappel des faits, et la coïncidence pour le moins suspecte entre ses déclarations sur le terrain de la politique étrangère (qui vont plutôt dans le bon sens) et la survenue d’évènements quasi simultanée qui les contrecarrent. J’ai passé l’âge de croire à une contingence de cet ordre.

    • Cateaufoncel 16 avril 21:05

      @Onecinikiou

      « ...vu comment l’étau se ressert autour de lui...
       »

      Ca fait pratiquement depuis son investiture que la presse mainstraeam nous dit que l’étau se resserre autour de lui, que la procédure d’impeachment est imminente, alors...

      Et l’« imprévisible » Trump n’a peut-être pas fini de nous déconcerter. Dans l’expectative où je suis, l’attente des conséquences observables me paraît donc être la posture appropriée.


    • Valas Valas 16 avril 23:19

      @Cateaufoncel

      Vous avez entièrement raison au sujet de la puissante emprise de l’Etat Profond sur le Pentagone et la Maison Blanche.
      Et c’est ce qui explique les incohérences des messages de Trump envoyés par Twitter. On pourrait penser qu’il est atteint de démence mais un canal par lequel il peut envoyer des messages « codés ».
      Et c’est aussi ce qui explique pourquoi l’envoi de plus de 100 missiles en Syrie, la nuit du 14 avril, n’ont fait aucun mort. Les cibles ont été prévenues avant l’attaque.
      On pourrait espérer qu’un putsch en interne réussisse et que les USA stoppent leur politique expansionniste, mais je n’y crois pas trop (Les vampires Rothschilds veillent aux grains).

      Je me demande ce qui va se passer dans les semaines à venir mais, à mon avis, elles vont être importantes pour l’avenir de l’humanité.

      En attendant Trump sape grandement l’image US et ça il le fait bien !


    • Gwynplaine Kent 17 avril 11:26

      @Vraidrapo

      les états et les nations qui les constituent sont comme les plaques sismiques : ils ont des lignes de clivage prêtes à céder et former une faille plus ou moins importante pouvat aller jusqu’à un grand riff ou une fosse océane. 

      Les traces de la guère de sécession ne sont pas vraiment cicatrisées, et un éclatement n’est pas à exclure.Le sort de l’empire romain, scindé en deux puis disloqué est assez éclairant. Les cassures se sont faites sur es fêlures existantes 

    • Cateaufoncel 17 avril 15:03

      @Vraidrapo

      « On pourrait espérer qu’un putsch en interne réussisse et que les USA stoppent leur politique expansionniste, mais je n’y crois pas trop (Les vampires Rothschilds veillent aux grains). »

      Putsch, je ne pense pas, mais élimination progressive des éléments du Deep State qui ont été glissés dans son entourage. La tâche n’est pas simple, mais il est dans une posture totalement inédite : en guerre contre l’Etat Profond, il est l’élu du Pays Profond, c’est-à-dire de dizaines de millions d’électeurs dont plusieurs millions (rednecks, membre de la NRA, « pitoyables » en tous genres) pourraient réagir par la violence, si on tentait de les dépouiller de leur président.

      « Je me demande ce qui va se passer dans les semaines à venir mais, à mon avis, elles vont être importantes pour l’avenir de l’humanité. »

      Nous vivons incontestablement une période charnière où, à chaque instant, peut se produire un événement aux conséquences déterminantes pour la suite du devenir de la planète. Au niveau de l’Europe également, dans la foulée de la victoire électorale de Viktor Orbàn

      « En attendant Trump sape grandement l’image US et ça il le fait bien ! »

      J’imagine que c’est le cadet de ses soucis. Du point de vue de la caste libéral-socialo-médiatique, qui est l’arbitre des élégances bien-pensantes, les Etats-Unis étaient déjà l’abomination de la désolation sous Bush II. Ils se réhabilitèrent en élisant un métis, que la caste interpréta comme le signal du début de l’ère post-raciale. Comme si les Américains qui, jusque-là, avaient une opinion globale calamiteuse de leurs voisins afro-américains allaient en changer parce qu’un américano-kényan avait été porté à la Maison Blanche…

      En réalité, il est apparu que si Obama a été la conséquence du double mandat de George W. Bush, Trump a été la conséquence du double mandat d’Obama. Quid des conséquences à venir ?


    • Cateaufoncel 17 avril 15:16

      @Vraidrapo

      « A la réflexion, les USA sont trop vastes pour espérer une Révolution à la mode de la vieille Europe... »

      La Russie était bien plus vaste que les Etats-Unis, mais actuellement, aux Etats-Unis, les clivages sont transversaux et ils s’établissent sur des bases raciales, sociologiques, institutionnelles, démographiques.

      « Si quelque chose devait advenir, il me semble que ça ne peut se produire qu’à partir d’un seul des 50 États et faire tache d’huile par la suite. »

      L’éclatement qu’évoque Kent est lisible sur la carte du vote des comtés en 2016. Les démocrates dominent sur les côtes Est et Ouest, là où se trouvent grandes concentrations de population, et où les Blancs tendent à devenir minoritaires, s’ils ne le sont pas déjà.

      http://www-personal.umich.edu/ mejn/election/2016/countymaprb512.png

      A New York en 2010, les Blancs non Hispaniques ne représentaient déjà plus que le tiers de la population. Dans l’Etat, Clinton l’a emporté avec 58.8 % des voix, dans le comté de New York, elle a recueilli 87.2 % des voix, mais Trump a recueilli la majorité du vote masculin blanc.

      En Californie, la proportion de Blancs non Hispaniques n’était plus que de 40 % en 2010. Clinton y a obtenu 61.7 % des voix, et c’est là qu’elle fait la différence en voix qui lui permet de passer Trump dans les résultats nationaux. Alors qu’au total, elle l’a devancé de 2.5 millions de voix, elle l’a surpassé de 4.27 millions de voix dans la seule Californie et, pourrait-on ajouter, dans les comtés côtiers de la Californie

       « Vu de ce côté de l’Atlantique, je ne vois pas lequel et comme je ne connais pas les particularités de ces États… »

      La Californie pourrait envisager de faire sécession. Certains y songent, mais ça ne paraît pas très sérieux, eu égard à toutes les dispositions constitutionnelles tant américaines que californiennes qu’il faudrait surmonter.

      Cela dit, il reste que l’élection de Donald Trump a révélé une déchirure, qu’il n’a pas provoquée. Elle venait de loin, puisque dès 1994, Bill Clinton disait que, dans l’avenir, le plus grave question de sécurité nationale serait celle de « l’identité avec l’immigration, l’évolution des communautés et des minorités… ».

      Ce qui lui donne, du point de vue de l’intelligence politique, des dizaines de longueurs d’avance sur les présidents français qui, se shootant à l’universalisme républicain depuis tantôt cinquante ans, « pensent » que ça finira par se tasser tout seul, sur fond de renforcement du communautarisme musulman.


    • Cateaufoncel 17 avril 15:26

      @Kent

      « Les traces de la guère de sécession ne sont pas vraiment cicatrisées, et un éclatement n’est pas à exclure. »

      C’est tout de même assez loufoque comme perspective, les geeks, les yuppies, les nerds, les hipsters, les invertis et les LGBTQ friendly, chaussant les bottes de Jefferson Davos et enfourchant les montures de Robert Lee et de... Thomas Jonathan Jackson, dit... Stonewall Jackson


    • Cateaufoncel 17 avril 15:28

      @Valas

      Mon intervention de 15:03 s’adresse à Valas, et non à Vraidrapo.

      Qui peut la lire quand même smiley


  • baldis30 16 avril 09:57

    bonjour,

     Ô que cette carte est belle.. ! et qu’elle aurait dû inspirer notre politique depuis 1974 ... !

     par moment des éclairs de lucidité .... Chevènement, Chirac, Jobert,... mais combien d’illuminés qui se prirent et se prennent encore pour des génies sans être ... Aladin ...


  • anna anna 16 avril 10:03


    DAMAS CONFIRME POUR LA PREMIÈRE FOIS LA CAPTURE DE MILITAIRES BRITANNIQUES À LA GHOUTA ORIENTALE
    « La capture de militaires britanniques s’est produite près de Kafraya lors d’un assaut imputé aux forces syriennes sur les abords de Kafraya mais des Spetsnaz russes participaient au combat et de source syrienne des commandos speciaux tchétchènes ont abattu un nombre indéterminé de commandos du 22e régiment des SAS. Londres hurle depuis a la guerre universelle... »


  • maQiavel maQiavel 16 avril 10:07

    Merci pour l’article. 


    • Gwynplaine Kent 16 avril 10:47

      @anna



      « pas un mouton qui a osé d’ouvrir sa gueule face a Jupiter »

      surtout les moutons qui l’ont mis là où il est !

    • phan 16 avril 12:33

      @anna
      pas un mouton qui a osé d’ouvrir sa gueule face a Jupiter


      Il y a quand même un ancien gardien de moutons qui a ouvert sa gueule ! Jean Lassalle sur les frappes occidentales en Syrie : « Le pire visage de la France ». Pour rappel, Jean Lassalle est terminé 7ème sur 11 au premier tour de l’élection présidentielle 2017.

    • V_Parlier V_Parlier 16 avril 13:52

      @anna
      Des petites manifs tout de même. Même si je le respecte.


    • anna anna 16 avril 15:13

      @phan
      Oui, il y a aussi Asselineau, Melenchon, MLP,  et autres

      Mais j’ai parlé de deux journalopes de hier soir face a Macroleon 
      Surtout le grand « humaniste » défenseur de la veuve et de l’orphelin, un ex-trotskiste, recyclé dans la super-tolérance, Edwy Plenel 

  • sirocco sirocco 16 avril 12:55

    @l’auteur

    « Quand ces deux questions [1- l’avenir des régions du nord-est de la Syrie occupées par les Kurdes - 2- le sort des milliers de terroristes qui demeurent actifs sur le sol syrien] auront trouvé des réponses... »

     
    Il y a une 3ème épineuse question en jeu : le sort des bases militaires que les USA ont construit et continuent de consolider sur le sol syrien, à la frontière jordanienne (Al Tanf) et dans les zones pétrolifères du nord-est.


    • Gwynplaine Kent 16 avril 13:16

      @sirocco

      ça ne sera pas la première fois que l’OTAN aménage le territoire alors que les perspectives sont aléatoires !

      en France, Chateauroux, Evreux et Juvaincourt on hérité d’aérodromes sur-dimensionnés quand les Américains les ont quittés après une utilisation d’une quinzaine d’années seulement...

  • zygzornifle zygzornifle 16 avril 14:27

    La Papouasie et les Inuits qui ont des stock de sagaies et de harpons ..... 


  • Matlemat Matlemat 16 avril 14:48

     Pour ceux qui veulent en savoir plus sur les accords de Sykes-Picot, Lawrence d’Arabie et sur la création d’Israel : 


    « Une ligne dans le sable » livre de James Barr.

  • Christian Labrune Christian Labrune 16 avril 15:05

    Et maintenant, la prochaine cible devrait être le régime islamo-nazi de l’Iran, dont il conviendra de ratatiner au plus vite les installations nucléaires et les missiles balistiques, lesquels menacent désormais directement l’Europe. Ca ne devrait plus trop tarder.

    Ensuite, ce sera le tour de la dictature d’un Mussolini des Turcs rêvant encore d’exterminer les Kurdes.

    N’en déplaise à ceux qu’excitent les exactions répétées de l’axe Iran - Russie - Turquie et qui s’en font sur ce site les complices officieux, la France ne deviendra jamais une démocrature.


    • Gwynplaine Kent 16 avril 15:15

      @Christian Labrune

      même pas dans tes rêves...

    • Gwynplaine Kent 16 avril 15:17

      @Christian Labrune

      la démocratie saoudite et la république laïque d’Israël veillent au grain !

    • Alex Alex 16 avril 15:21

      @Christian Labrune
      « Et maintenantla prochaine cible devrait être le régime d’extrême-droite israélien » dont vous êtes le thuriféraire fanatique, sans vous rendre compte combien vous êtes dangereux, comme tous les fanatiques !


    • Xenozoid Xenozoid 16 avril 15:23

      @Christian Labrune

      c’est une dictocratie


    • JC_Lavau JC_Lavau 16 avril 15:36

      @Christian Labrune. D’autant que les iraniens, c’est rien que des goyim ! Faut les éradiquer, moi’j’vous dis !


    • berry 16 avril 17:51

      @Alex
      Quand la gauche israélienne est au pouvoir, elle fait la même politique.


  • l' hermite Cyrus 16 avril 15:15

    @matlemat


    Lawrence d’ Arabie qui fut le premier a « violer » le sanctuaire de la Mecque ,et en le rendant publique déclenchant la colère des arabes ... pour le compte des puissance occidentale ... 

  • Michel Maugis Michel Maugis 16 avril 17:11
    Excellent article !

    Il faut à tout prix promouvoir le mot d’ordre de la manif du 1er mai.

    MACRON DEHORS !! SORTONS DE L’OTAN immédiatement.

    Si le PCF et FI et PRCF et RPR avec des personnalités de droite comme Villepin ne se réunissent pas pour décider cette action c’est qu’ils seraient complices !! 

    Cette action obligerait MACRON à démissionner et serait un acte résistant fondamental contre la création de l’Otanazie ( le nouveau nom de l’Europe qui se crée).

    Assez de bavardages, passons à l’action. Des Millions face à l’Élysée !

    • Christian Labrune Christian Labrune 16 avril 23:14

      Si le PCF et FI et PRCF et RPR avec des personnalités de droite comme Villepin ne se réunissent pas pour décider cette action c’est qu’ils seraient complices !!
      ============================================
      @Michel Maugis

      Excellente remarque !
      Cette fois, on touche au but. Tous ensemble, tous ensemble, chantons en choeur :

      Debout, les damnés de la terre
      Debout, les forçats de la faim
      La raison tonne en son cratère,
      C’est l’éruption de la fin.
      Du passé faisons table rase,
      Foule esclave, debout, debout
      Le monde va changer de base,
      Nous ne sommes rien, soyons tout.

      C’est la lutte finale ;
      Groupons nous et demain
      L’Internationale
      Sera le genre humain.

      etc.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 17 avril 11:44

      @Michel Maugis

      Des millions pour soutenir Assad, l’idiot du village smiley


    • phan 17 avril 15:41

      @Michel Maugis

      Avez vous un frottement sur vos 2 jambes ?


Réagir