mardi 28 avril - par Christelle Néant

Zelensky supplie l’Occident de l’aider pour éviter la faillite de l’Ukraine

Le 26 avril 2020, le journal espagnol El Pais a publié un article de Volodymyr Zelensky intitulé « Le spectre de la faillite plane sur l’Ukraine  », dans lequel le Président ukrainien supplie l’Occident de l’aider pour éviter d’avoir une telle catastrophe sur la conscience. Un article qui prouve malheureusement que les analyses récentes que j’ai publiées sur l’état de l’Ukraine et son risque d’effondrement étaient justes.

JPEG

Zelensky admet que l’Ukraine est au bord de la faillite

Il y a fort à parier que le cabinet du Président ukrainien a envoyé cet article signé de la main même de Zelensky à plusieurs journaux occidentaux importants pour rappeler aux alliés occidentaux de Kiev que sans leur aide, l’économie ukrainienne peut s’effondrer à tout moment, et que s’ils ne font rien pour l’empêcher ils auront la faillite de l’Ukraine sur la conscience.

Et à part El Pais, il semble que les autres grands journaux européens sont plus préoccupés par le coronavirus et le devenir de leur propre pays après l’épidémie que par le sort de l’Ukraine.

Le contenu de l’article en lui-même est édifiant et détruit toute la jolie propagande occidentale pro-ukrainienne qu’on nous sert depuis le Maïdan.

Dès la première phrase, Volodymyr Zelensky admet que « l’Ukraine n’a pas été capable de changer son économie basée sur les matières premières et est très dépendante des marches étrangers ». Il explique ensuite que c’est à cause de cela et des réformes de modernisation qui ont traîné à être mises en œuvre que l’Ukraine se retrouve placée devant une nouvelle crise économique potentielle.

Et c’est là qu’il commence le chantage envers l’Occident en soulignant que son pays a urgemment besoin de l’aide financière du FMI et de la Banque Mondiale, et que sans elle «  le spectre de la faillite se profile, qui plongerait l’Ukraine dans la pauvreté ».

En clair, l’Ukraine est au bord de la faillite, n’a rien pour rembourser ses dettes, et si l’Occident attend qu’elle soit en faillite avant de l’aider ce sera encore pire, et la vie de millions de personnes serait alors en danger.

« Le redressement après une faillite serait long et difficile. Nous ne pouvons pas risquer la vie de millions de personnes et c’est pour cette raison que nous attendons un nouveau programme de financement du FMI et de la Banque mondiale  », écrit Zelensky.

Zelensky ment sur les accomplissements de l’Ukraine

Mais dire que l’Ukraine post-Maïdan a échoué sur tout n’est pas très vendeur pour inciter l’Occident à lâcher quelques milliards, alors le Président ukrainien passe ensuite à l’auto-promotion de son gouvernement, quitte à exagérer ou raconter des mensonges éhontés.

Il faut rendre l’Ukraine attractive, alors Zelensky déclare que son gouvernement a réalisé plus de réformes conformes aux souhaits de l’Occident que tous les autres gouvernements ukrainiens précédents, qu’ils ont terminé la mise en place d’un système anti-corruption, réformé le système financier, adopté plus de 100 lois pour améliorer et moderniser le cadre juridique, travaillé sur un programme visant à attirer les investisseurs et surtout qu’ils ont fait voter les deux fameuses lois dont j’ai parlé le mois dernier : la loi anti-Kolomoïski (qui vise à purger le système bancaire des oligarques) et la levée du moratoire sur la vente des terres agricoles.

Le problème, que Zelensky tait de manière opportune, c’est que la loi concernant la levée sur moratoire sur la vente des terres agricoles ne convient pas au FMI et à la Banque Mondiale qui ont déjà demandé d’aller encore plus loin ! Car ce que veulent ces institutions c’est que les sociétés et les étrangers puissent acheter les terres agricoles ukrainiennes en masse ! Ce que ne permet pas officiellement la loi votée par la Rada.

Résultat le Président ukrainien a l’air grotesque lorsque dans le paragraphe suivant de son article il vante la « puissance agricole » qu’est l’Ukraine. Sans parler de son histoire ridicule selon laquelle le verrouillage de la vente des terres agricoles «  maintient des millions d’Ukrainiens dans la pauvreté  ». C’est sûr qu’une fois qu’ils en auront été dépouillés pour une bouchée de pain par Soros, ou Bayer-Monsanto, ils seront plus riches !

Il faut une bonne dose de cynisme pour oser vendre cette réforme comme visant à lutter contre la pauvreté des Ukrainiens, alors que cela leur promet un appauvrissement digne de celui des années 90, lorsque les sociétés ont été privatisées et vendues pour trois fois rien. Conséquence dont ils sont bien conscients, puisqu’une majorité d’Ukrainiens est contre cette levée du moratoire sur la vente des terres agricoles.

Ce paragraphe est une ode à la soumission de l’Ukraine aux diktats occidentaux. En gros dans cette partie de l’article, Zelensky dit ouvertement que son gouvernement a accepté plus que les précédents de vendre le pays contre l’aide internationale. Je sais bien que Zelensky veut légaliser la prostitution, mais ce n’est pas une raison pour vanter publiquement celle de son gouvernement, et sa pratique du sexe oral envers l’Occident « façon gorge profonde » (sic).

On comprend dès lors pourquoi cet article n’a pas été traduit et publié sur le site du Président ukrainien ! Car les Ukrainiens, et surtout les agriculteurs, savent que ce sont les gouvernements post-Maïdan et leur politique qui les a mis dans une situation de pauvreté extrême. Et pas le fait de ne pas pouvoir vendre leurs terres agricoles aux spéculateurs étrangers ! Et je doute que les nationalistes ukrainiens les plus radicaux trouvent qu’il y ait de quoi être fiers du comportement de péripatéticienne du gouvernement ukrainien !

Zelensky ment aussi éhontément sur « le chemin de la paix » entamé par l’Ukraine, en prétendant qu’il a lancé le dialogue avec la Russie, qui ne discutait pas avec le gouvernement précédent. Sauf que ce n’est pas avec la Russie qu’il faut discuter du Donbass de une, car encore une fois l’Ukraine n’est pas en guerre contre la Russie mais contre la RPD et la RPL (Républiques Populaires de Donetsk et de Lougansk).

C’est d’ailleurs avec ces républiques que l’Ukraine a mené les deux échanges de prisonniers récents (en décembre 2019 et en avril 2020) qui lui ont permis de récupérer 96 des 131 prisonniers que Zelensky se vante d’avoir ramenés à la maison. Et même au sein de l’échange mené avec la Russie, la plupart des prisonniers rendus par l’Ukraine n’étaient pas Russes !

Zelensky peut brandir la réunion au Format Normandie pour faire croire que son gouvernement a avancé sur le « chemin de la paix » (comme il l’avait fait dans un documentaire en disant qu’il avait accéléré le processus de Minsk, ce qui est une totale contre-vérité), la réalité est qu’à part les échanges de prisonniers, le gouvernement ukrainien actuel n’a pas avancé d’un iota sur la mise en œuvre des accords de Minsk. Attention Volodymyr, la publicité mensongère est punissable en Europe !

Faire passer l’Ukraine de pays mendiant à héros international

Mais il semble que Zelensky est bien conscient que le numéro de mendiant de l’Ukraine qui dure depuis des années lasse l’Occident. Alors il a ajouté tout un paragraphe sur le fait que « l’Ukraine n’est pas seulement un pays qui demande de l’aide, mais aussi un pays qui a déjà une expérience positive dans la lutte contre la pandémie de coronavirus et qui peut aider d’autres pays ».

Le Président ukrainien explique alors que l’Ukraine aurait aidé 25 pays à évacuer leurs citoyens de Chine et a envoyé une équipe d’anesthésistes et une cargaison d’alcool médical en Italie. Sauf qu’il faut plus que ça pour cacher la catastrophe que représente la gestion de la pandémie de coronavirus par l’Ukraine.

De quelle « expérience positive dans la lutte contre la pandémie de coronavirus » parle Zelensky ? Le lynchage de ses concitoyens rapatriés de Chine, le chaos dans les transports en commun, suite à la fermeture du métro de Kiev et la mise en place de quotas de passagers qui mettaient les entreprises de bus en faillite, la fermeture des marchés privés qui est en train de provoquer des émeutes dans certaines régions, les gens qui se retrouvent sans un sou faute de pouvoir aller travailler et qui ne reçoivent pas de compensation digne de ce nom ? Je doute que les Ukrainiens trouvent que leur expérience de la lutte contre le coronavirus soit « positive ».

De même parler ensuite du soutien de l’Union Européenne pour maintenir les sanctions contre la Russie, alors que Zelensky prétend vouloir discuter avec Moscou, montre bien que la « volonté » de l’Ukraine de discuter avec son voisin n’est qu’un mensonge. Le gouvernement de Zelensky est tout aussi russophobe que le précédent.

Alors à quoi rime cet article ? Eh bien Zelensky voit bien que l’Ukraine s’est retrouvée reléguée au second plan des priorités mondiales à cause du fait que le pays passe son temps à mendier de l’argent, et n’avance sur rien, tant au niveau des réformes que des accords de Minsk, ce qui a lassé l’Occident au bout de six ans. Rajoutez à cela l’épidémie de coronavirus, et le sort de l’Ukraine et sa faillite potentielle sont devenus le cadet des soucis de l’Occident, qui a plus urgent à gérer.

Résultat on se retrouve avec le Président ukrainien qui publie un article de supplication dans un journal occidental en mode « aidez nous, sinon vous aurez notre faillite sur votre conscience », qui prouve ce que plusieurs analystes dont moi-même disons depuis plusieurs années : sans une perfusion d’aide financière occidentale constante, l’Ukraine post-Maïdan est vouée à la faillite et à l’effondrement.

Sans la Russie, sans son partenaire commercial historique et naturel, l’Ukraine ne peut survivre, et l’Occident n’a pas les moyens de compenser les pertes. La pseudo-révolution de la « dignité » (autre nom du Maïdan de 2014) est un échec cuisant, et cet article où Zelensky en est à supplier l’Occident de sauver son pays de la faillite et de la ruine en est la preuve.

Christelle Néant

Voir l'article sur Donbass Insider



14 réactions


  • François Vesin François Vesin 28 avril 10:01

    « aidez nous, sinon vous aurez notre faillite sur votre conscience »

    .

    Soros, BHL et Cohn Bendit & Cie se seraient dits « très préoccupés » !

    On le serait à moins si une Justice souveraine venait à les inculper

    d’avoir organisé ce qu’il convient d’appeler un crime contre l’Humanité .


  • Rémi Mondine 28 avril 14:05

    La vraie queston est : L’occident a-t’il encore intérêt á payer ou l’ukraine post faillite sera t’elle encore plus maléable. 

    l’ukrainienne va pouvoir se prostituer aux occidentaux, on va pouvoir acheter la terre ukrainienne à pas cher. 

    Pour rappel la grêce après 4 ans de mémorandum la pute était tombée à 4€ de l’heure nul doute que l’ukraine fera mieux. 

    il faudra juste qu’avant de s’effondrer elle récupére les mines et usines du donbass pour avoir un peu plus à vendre á nos oligarques. 

    Bref la situation est préocupante il pourrait manquer un peu de chair.


    • Christelle Néant Christelle Néant 28 avril 15:53

      @Rémi Mondine
      C’est une bonne question. Le risque c’est de voir l’effondrement provoquer l’arrivée au pouvoir des plus extrêmistes, et là ça sera une autre histoire.


  • JMBerniolles 28 avril 15:07

    Bonjour

    Et merci encore pour vos infos…. 

    Zelensky, comme beaucoup, se croit encore dans le monde d’avant coronavirus.

    Mais les pays latins de l’UE, au moins, sont aussi en faillite.

    La différence était que l’Ukraine devait emprunter au FMI avec tout ce que cela comporte. Tandis que la France par exemple peut emprunter à bas taux sur les marchés financiers et il y a le mécanisme de stabilité européen MES… 

    Tout cela est terminé. Chaque pays de l’UE est ramené à lui-même et pour les pays latins sous la menace de la mainmise de l’Allemagne sur le style de la question grecque. Dans ce cadre l’Ukraine est promise au sort de la Roumanie. Ses terres prolifiques seront achetées par les allemands.

    L’alternative est donc la suivante : ou l’UE éclate ou ses pays passent sous la domination allemande. 


    • Christelle Néant Christelle Néant 28 avril 15:54

      @JMBerniolles
      Je pense que c’est pour ca que Ze s’est fendu d’un article signé de sa propre main : parce qu’il se rend bien compte qu’actuellement l’Ukraine c’est le cadet des soucis de l’Occident.


  • Guy19550 Guy19550 28 avril 20:06

    J’ai pour habitude de ne pas lire les articles où il est fait mention de « so - called Normandy quartet »

    Quand je vois so-called, je vois les ricains en être l’auteur.

    Je lis, mais sans retenir les détails.

    Ceci dit, je pense également que Berniolles voit juste. Faudra également penser à supprimer le free visa avec l’Ukraine...


  • Pierre Pierre 28 avril 20:36

    Bonjour,

    J’avais lu une traduction de cette lettre parue dans « El Pais » et j’étais surpris que Zelensky avait choisi ce journal pour la publier. Vous m’avez ouvert les yeux, il a certainement envoyé cette lettre à toute une série d’autres journaux et elle a dû rester sur des coins de bureau, il y a d’autres priorités pour le moment.

    Ce président est pitoyable et publier cette lettre l’aurait révélé à toute l’Europe. C’est un chantage indigne du genre : "Si vous ne nous refiler pas du fric, les Ukrainiens vont être dans la misère et ce sera de votre faute." Je ne crois pas que beaucoup d’européens seront sensibles à ce chantage. Bien au contraire, les problèmes domestiques sont devenus prioritaires et la lassitude des conflits internationaux a même gagné les médias les plus engagés.

    J’ai jeté un coup d’œil sur « Ukrainskaya Pravda » et on ne parle pas de l’éventuelle défaut de payement de l’Ukraine. On lit des banalités du genre : l’Ukraine a inventé un nouveau radar qui détecte les drones à toutes les altitudes, le taux de change de la hryvnia s’est renforcé ou les Forces armées russes ont violé sept fois le cessez-le-feu en utilisant des mortiers de 120 mm et 82 mm interdits par les accords de Minsk.

    Il n’y a apparemment pas de panique dans les médias ukrainiens et en cas de défaut de payement, l’Ukraine fera comme l’Argentine et tant pis pour les créditeurs.

    En revanche, les médias russes sont plus diserts. Je lis que les villes de l’Est du pays prennent leurs distances avec Kiev. Odessa, Kherson, Nikolaïev veulent gérer leurs problèmes seuls et surtout, à Kharkov, on dit que Kiev est à 500 km et la frontière russe à 20 km. Ce sera à vérifier mais l’heure de vérité approche.

    On sait depuis longtemps que 2020 sera une année décisive pour l’Ukraine et j’espère que les faucons inspirés par des officines américaines ne vont pas se lancer dans une offensive désespérée.


  • choderlos 29 avril 08:56

    Un oubli cependant, qui concerne l’importance stratégique de l’Ukraine dans la lutte des pays occidentaux contre la Russie. Même en dépit de ses propres règles, et même à perte, le FMI, contrôlé par ces pays, aidera l’Ukraine à surnager.


    • Christelle Néant Christelle Néant 30 avril 17:58

      @choderlos
      « surnager » c’est le bon terme... Sauf que l’Ukraine en matière d’argent c’est le tonneau des Danaïdes donc y a un moment où le FMI n’arrivera plus à suivre. Et là avec le coronavirus la liste des pays qui ont besoin d’aide, et ceux qui ne vont plus pouvoir donner autant au fonds se rallonge...


  • agent ananas agent ananas 29 avril 16:51

    Peut être que Ze devrait demander à Hunter (Biden) de rembourser le pognon de dingue de son emploi fictif à Burisma ?... smiley


Réagir