jeudi 1er juin - par Le Panda

Affaire Ferrand : une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Brest

Il faut commencer par éprouver du respect pour soi-même : tout le reste suivra. Friedrich Nietzsche

La justice que l’on attend des autres il faut se l’appliquer Le Panda

Contre toute attente, mais il semblerait qu’il soit difficile de procéder de façon différente, sauf peut-être en ce qui concerne M. Ferrand.

Où est le problème ou les dilemmes ?

Outre le décalage entre le contrat passé avec les Mutuelles et la constitution a posteriori de la SCI, ce qui sous-tend ces révélations est le soupçon d’enrichissement personnel et de conflit d’intérêts.

L’avocat Alain Castel, à l’origine du montage immobilier de l’affaire, n’a pas hésité à évoquer "une manoeuvre".

Richard Ferrand allait louer l’immeuble à la mutuelle et il allait s’enrichir avec tous les travaux à la charge des Mutuelles.

Il faut appeler un chat un chat. Ne pas perdre de vue que ces affaires ont permis une accumulation de plus de 500 000 mille euros, sur la partie visible en l’instant.

Comme l’a révélé, les éléments précédents Richard Ferrand serait intervenu en personne bien en amont de la transaction entre Sandrine Doucen et les Mutuelles, en signant de sa main un compromis avec le vendeur avant que le bien ne parte aux enchères.

Une clause conditionnait même l’achat du bien à l’obtention du contrat de bail de la SCI avec les Mutuelles. 

Richard Ferrand se défend de tout enrichissement personnel.

Il argumente qu’il n’était ni marié ni pacsé avec Sandrine Doucen à l’époque.

Le couple s’est finalement pacsé en janvier 2014.

Nous n’avons pas de patrimoine commun, déclare M. Ferrand.

Pas une affaire familiale, cela ressemble terriblement à ce que donnera Fillon peut-être par sa similitude.

L’unique part de la SCI n’appartenant pas à Sandrine Doucen a été confiée à la fille du couple, âgée de 13 ans à l’époque.

Il semble plus qu’évident aussi que le contrat d'aménagement des locaux brestois acquis par la SCI a été confié, comme par hasard à l’ex-épouse de Richard Ferrand.

Il en est divorcé, de cette dernière depuis 1994.

En 2013, son ex épouse a été à nouveau sollicitée puis retenue à la suite d’une mise en concurrence pour repenser l’enseigne et les boutiques de certains opticiens du réseau.

Affaire Ferrand : Le président de le République M. Macron estime que la presse ne doit pas "devenir juge".

Le ministre de la Cohésion des territoires, un ex-socialiste rallié de la première heure à Emmanuel Macron, est confronté à une polémique et à des appels à la démission depuis des révélations, notamment, sur une location immobilière des Mutuelles de Bretagne impliquant sa compagne. Les investigations devraient se concentrer sur les conditions d'acquisition et de location du local brestois où les Mutuelles de Bretagne ont installé un centre de soins en 2011. Richard Ferrand était alors le dirigeant des Mutuelles de Bretagne et sa compagne, la propriétaire du local, grâce à une SCI.

Après avoir refusé, d'ouvrir une enquête sur Richard Ferrand, le parquet de Brest a finalement décidé d'ouvrir, jeudi 1er juin, une enquête préliminaire dans l'affaire immobilière impliquant le ministre de la Cohésion des territoires. 

La police judiciaire de Rennes saisie. 

Après analyse des éléments complémentaires, j'ai décidé de saisir ce jour la direction interrégionale de la police judiciaire de Rennes d'une enquête préliminaire.

Dixit le procureur, Eric Mathais. Au lendemain de l'annonce du dépôt d'une plainte contre X dans cette affaire auprès du parquet de Brest par l'association anticorruption Anticor.

Cette enquête aura pour but de recueillir tout élément permettant une analyse complète des faits et de rechercher si ceux-ci sont susceptibles ou non de constituer une infraction pénale en matière d'atteintes aux biens, de manquements au devoir de probité et aux règles spécifiques du code de la mutualité, précise encore le parquet de Brest.

L'emploi à l'Assemblée du compagnon de celle qui lui a succédé aux Mutuelles de Bretagne

Un autre collaborateur de celui qui était alors député du Finistère a attiré l'attention du Monde  : jusqu'en 2014, il a employé comme assistant parlementaire Hervé Clabon, qui n'est autre que le compagnon de celle qui a succédé à Richard Ferrand à la direction générale des Mutuelles de Bretagne, Joëlle Salaün. Dans le même temps, celle-ci a continué de rémunérer Richard Ferrand comme chargé de mission auprès d'elle, pour 1 250 euros par mois, de 2012 à 2017. "Echange de bons procédés ?" s'interroge Le Monde.

Ce que répond Richard Ferrand. Dans son communiqué, mardi, le ministre s'explique sur sa rémunération par les Mutuelles de Bretagne. Selon lui, c'est l'assemblée générale de ces dernières qui a décidé, "hors de [sa] présence", de lui confier cette mission, en raison de sa "bonne gestion" en tant que directeur général. Son rôle : "apporter [son] expertise et [sa] connaissance" du poste à Joëlle Salaün.

Quant à Hervé Clabon, il "a toujours été un militant très actif", répond Richard Ferrand.

"Il l’était déjà auprès de Kofi Yamgnane, secrétaire d’Etat entre 1991 et 1993, puis député de la 6e circonscription de 1997 à 2002, précise le ministre. Il n’y a aucun lien entre mes activités aux Mutuelles de Bretagne et la présence d’Hervé Clabon."

Un possible conflit d'intérêts sur le vote d'une loi sur les mutuelles

Devenu député, Richard Ferrand a continué de toucher, tout au long de son mandat, 1 250 euros par mois comme chargé de mission auprès de Joëlle Salaün, celle qui lui a succédé à la tête des Mutuelles de Bretagne, affirme Le Monde.

Mais une fois à l'Assemblée nationale, il a déposé avec plusieurs autres députés socialistes une proposition de loi concernant les mutuelles, à l'automne 2012. Un texte sur lequel il s'est également exprimé lors des débats en commission. Il visait à permettre aux réseaux mutualistes de réserver des prix plus avantageux à leurs adhérents, une possibilité dont disposaient déjà les mutuelles privées. Le texte, finalement censuré par le Conseil constitutionnel, concernait directement les Mutuelles de Bretagne, qui le rémunéraient. 

"Richard Ferrand m’avait dit qu’il avait travaillé pour les Mutuelles de Bretagne, mais pour moi, c’était du passé", s'étonne la présidente socialiste de la commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale, Catherine Lemorton, interrogée par Le Monde. "Si j’avais su qu’il était encore chargé de mission [aux Mutuelles], la question, je l’aurais posée clairement. Il était en lien d’intérêts".

Ce que répond Richard Ferrand. Il se défend : en expliquant qu'il avait "tenu à conserver une activité professionnelle" en parallèle de son mandat : "Cela me paraît totalement bénéfique par opposition à celles et ceux qui ne vivent que de la politique."

C'est un sérieux coup porté à la défense de Richard Ferrand. Le parquet de Brest a finalement décidé d'ouvrir une enquête préliminaire afin de faire toute la lumière sur l'affaire immobilière qui fragilise le député du Finistère, confirmant une information du Télégramme . Le procureur de la République de Brest, mis sous pression face à l'afflux d'éléments nouveaux, a confié l'enquête à la direction interrégionale de la police judiciaire de Rennes.

Mais pour connaitre le parcours de M. Ferrand vous avez l’ensemble ou presque jusqu’à ce jour  !

Il y a réellement de l’eau dans le gaz et peut-être même plus, mais nous allons le savoir avant le second tour des législatives 2017.

Encore une fois nous constatons que le pouvoir ou l’arrivée à certaines fonctions donnent justement ce que nous attendons et les engagements pris, lors des présidentielles, comme le non cumul de mandats et la transparence.

A ce stade des doutes conséquents subsistent, mais faut-il encore appuyer sur le bon interrupteur.

Le Panda

Patrick Juan

 



31 réactions


  • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 1er juin 13:56

    Tu a écrits : « chargé de mission », .. tention faut lire « chargé de toucher du pognon »,.. à moins que ce soit plutôt « chargé de miction » !!


    @+ P@py


    • Le Panda Le Panda 1er juin 16:54

      @Gilbert Spagnolo dit P@py
      Tu a écrits : « chargé de mission », .. tention faut lire « chargé de toucher du pognon »,.. à moins que ce soit plutôt « chargé de miction » !!

      « Bonjour cher »ami« merci pour ton lien et moins que l’on puisse écrire en ce qui me concerne je t’aurai nommée Ministre de L’Intérieur toi tes copains et les voyous tu connaisé

      Amicalement »


  • zygzornifle zygzornifle 1er juin 14:04

    Mettez toute cette racaille politicarde au SMIC et ils se tailleront dans le privé couler les entreprises et du coup partiront avec la recette en empochant en plus un parachute doré ....


    • Le Panda Le Panda 1er juin 16:56

      @zygzornifle
      Mettez toute cette racaille politicarde au SMIC et ils se tailleront dans le privé couler les entreprises et du coup partiront avec la recette en empochant en plus un parachute doré ....

      « Bonjour, je t’avais demandé de soulever une armée de contestataires, non mais si tu continues tu vas réellement avoir un poste d’attaché parlementaire au RSA, bon à présent nous serons fixés sous peu »

      Cdt"


    • zygzornifle zygzornifle 2 juin 09:11

      @Le Panda


       RSA = république sans argent .... c’est cela ?

    • Le Panda Le Panda 2 juin 09:22

      @zygzornifle
       RSA = république sans argent .... c’est cela ?

      « Bonjour,
      Tu es plein dans le mille, mais 3000€ tu prends, nous sommes piégés et nous venons d’en prendre pour 5 années » 

  • Elliot Elliot 1er juin 14:24

    tre polémiste, c’estun métier «  Le président de le République M. Macron estime que la presse ne doit pas »devenir juge".

     Mr Macron, la presse comme tous les citoyens à le droit d’être juges des actions ou des activités des gens qui ont une fonction officielle donc qui émargent aux fonds publics. Cela s’appelle la démocratie.

    Néanmoins, la presse ni personne ne doit pas se substituer à l’institution judiciaire.C’est sans doute ce que vous avez voulu dire.

    Les journalistes d’investigation qui font bien leur métier sont des analystes, ils recoupent leurs informations et n’avancent qu’avec la certitude que les faits qu’ils rapportent sont bien réels.

    On n’a pas connaissance de montages grossiers faits pour niure. 

    On ne leur demande pas l’objectivité dans l’objet qu’il choisissent de traiter mais seulement dans la manière de le traiter.
    C’est aussi pourquoi ils seront toujours suspectés d’acharnement contre l’un et de complaisance pour l’autre.

    Mais tout ça ne supprime pas la réalité des faits rapportés dont la Justice va examiner la légalité, le peuple lui appréciera au niveau de l’éthique.

    Les journalistes ont aussi le droit de pointer les contradictions entre le faire et le dire et là aussi de faire le choix parmi ceux qu’ils dénoncent et ceux qui passeront entre les gouttes.

    Gageons que si monsieur Ferrand n’avait pas été ministre, on n’aurait jamais évoqué les petits arrangements auxquels, semble-t-il, il s’est livré. 

    Par ailleurs, à l’époque où ça s’est passé, personne n’y a vu malice même pas l’avocat qui y a prêté la main et qui en parle maintenant. Pour se dédouaner ?

    Les polémistes, eux, sollicitent les faits, les arrangent, oublient certains éléments pour en mettre d’autres en lumière. Mais ils sont connus et reconnus dans ce rôle : ils ne trompent que ceux qui ont la légèreté d’accorder foi à ce qu’ils racontent.

     Être polémiste, c’est un métier dans lequel s’illustre un certain Zemmour mais personne ou presque n’accorde de crédit à ses analyses. 


    • Le Panda Le Panda 1er juin 17:06

      @Elliot

      Etre polémiste, c’estun métier « Le président de le République M. Macron estime que la presse ne doit pas »devenir juge« . Mr Macron, la presse comme tous les citoyens à le droit d’être juges des actions ou des activités des gens qui ont une fonction officielle donc qui émargent aux fonds publics. Cela s’appelle la démocratie. Néanmoins, la presse ni personne ne doit pas se substituer à l’institution judiciaire.C’est sans doute ce que vous avez voulu dire.

      ’Bonjour, je savais que vous aviez diverses qualités mais si en plus vous »devin« ou va aller Astérix le Gaulois rejoindre Macron ? Je ne vous pense pas assez toqué pour faire cela, mais il y a tellement de faits dans l’affaire Ferrand, que nous pourrions Mettre dans le même SAC Cahuza, Fillon, and C° »

      Suite


    • Le Panda Le Panda 1er juin 17:06

      @Le Panda
      Pardon Cahuzac


    • Le Panda Le Panda 1er juin 17:13

      @Elliot
      Suite et fin provisoire

      Gageons que si monsieur Ferrand n’avait pas été ministre, on n’aurait jamais évoqué les petits arrangements auxquels, semble-t-il-il-il, il s’est livré. Par ailleurs, à l’époque où ça s’est passé, personne n’y a vu malice même pas l’avocat qui y a prêté la main et qui en parle maintenant. Pour se dédouaner ? Les polémistes, eux, sollicitent les faits, les arrangent, oublient certains éléments pour en mettre d’autres en lumière. Mais ils sont connus et reconnus dans ce rôle : ils ne trompent que ceux qui ont la légèreté d’accorder foi à ce qu’ils racontent. Être polémiste, c’est un métier dans lequel s’illustre un certain Zemmour mais personne ou presque n’accorde de crédit à ses analyses. 

      « Mais il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain, il nous l’a faite de la même façon que Cahuzac face à l’Assemblé et à l’ensemble des journaliste, mais il y a des faits et je ne sais si vous l’avais remarqué, les sondages en faveur d’en MARCHE SONT TOMB2 DE MOINS 5%. Quant au fait que Zemmour soi polémiste cela est une paire de manche dont il se tire bien mieux que les politiciens que nous avons et cela ne date que depuis 50 années et nous venons d’en prendre à nouveau pour 5 années de plus »

      Cdt" 


    • Elliot Elliot 1er juin 17:26

      @Le Panda

      tre polémiste c’est un métier « . ce passage est une coquille qui ne devait pas se trouver là. Le texte en réalité commence à ’ le président, etc...
       Mais malheureusement quand le message est envoyé, il n’y a pas moyen d’apporter une correction et c’est dommage.
      Pour le reste, je ne comprends pas très bien où vous voulez en venir.
      En tout cas » c’est sans doute ce que avez voulu dire " c’est un hypothèse, voire une figure de style mais en aucun cas une divination.

    • Elliot Elliot 1er juin 17:37

      @Le Panda


      «  mais il y a tellement de faits dans l’affaire Ferrand, que nous pourrions Mettre dans le même SAC Cahuza, Fillon, and C° »

      Vous avez un grand sac, alors il y a encore de la place pour le FN et sa patronne qui cumulent les affaires indélicates examinées par la Justice.
      Mais je maintiens que si Ferrand n’avait pas été ministre, on n’aurait probablement pas déterré l’affaire.
      Quant à la chute de la république en marche dans les sondages, on attendra le résultat des élections pour mesurer l’impact de l’affaire.
      En l’occurrence, je me demande de quels sondages vous parlez. Pour ma part, je n’ai rien relevé de tel dans ceux qui sont portés à ma connaissance.



    • Le Panda Le Panda 1er juin 20:27

      @Elliot
      Très bien alors partons pour la figure de « style » désolé de ne pas avoir pu répondre à l’instant comme j’ai l’habitude de pratiquer question là de « correction » et ouvrir un débat. Je pense qu’un article ne va pas tarder à tomber sur le FN et je pense que vous y participerez. MLP lance un « emprunt » au peuple de France et à se partisans. Pour les législatives motif : Aucune banque en France accepte de lui prêter l’argent sous forme d’emprunt remboursable, puis son père refuse à priori de remplacer les banques pour sa fille, donc comment va faire Philipot son bras droit ? Ainsi que tous les candidats partants pour ce parti dont ils cherchent comment à la rentrée changer son nom ?

      Cdt


    • Le Panda Le Panda 1er juin 20:33

      @Elliot

      Vous avez un grand sac, alors il y a encore de la place pour le FN et sa patronne qui cumulent les affaires indélicates examinées par la Justice.
      Mais je maintiens que si Ferrand n’avait pas été ministre, on n’aurait probablement pas déterré l’affaire. Quant à la chute de la république en marche dans les sondages, on attendra le résultat des élections pour mesurer l’impact de l’affaire.
      En l’occurrence, je me demande de quels sondages vous parlez. Pour ma part, je n’ai rien relevé de tel dans ceux qui sont portés à ma connaissance.
      « Des sacs j’en ai plein la cave et le cellier vous en voulez ? Quant à ses affaires indélicates laissons le soin à la justice le soin de se prononcer, mais nous savons à priori de quoi il en relève. Pour Ferrand vous avez raison, mais sous le coup de la nouvelle Loi le pot aux roses aurait vu le jour, mais je partage votre opinion on ne prête qu’aux pauvres riches. Puis la fin de votre commentaire celui ci attendons le résultat du 1er tour c’est dans pas longtemps »
      Cdt 

  • Taverne Taverne 1er juin 15:29

    La question du jour : « faut-il faire en sorte que Ferrand sorte ? » (le redire plus vite)


    • flourens flourens 1er juin 17:03

      @Taverne
      en tout cas avec cette affaire, il a gagné son bâton de Maréchal, Ferrand, on l’avait jamais faites celle là


    • Le Panda Le Panda 1er juin 17:16

      @Taverne
      La question du jour : « faut-il faire en sorte que Ferrand sorte ? » (le redire plus vite)

      Bonjour,

      Ce jeu de mot « maréchal, si tes laitues naissent les miennes naitront très vitre aussi et tu verras que comme pour Ferrand personne ne le suivra au »fer« 

      Bien à toi »


    • Le Panda Le Panda 1er juin 17:18

      @flourens
      en tout cas avec cette affaire, il a gagné son bâton de Maréchal, Ferrand, on l’avait jamais faites celle là....

      « Bonjour,

      A ne pas se tromper il s’est trompé de guerre, car même une pompe à M....celle là il l’a gagné mais Macron va tenir la distance de se »ami« dis moi qui tu fréquentes je te dirai qui tu es »


  • Fergus Fergus 1er juin 16:40

    Bonjour, Le Panda

    Manifestement, Ferrand a, de manière constante, intimement mêlé ses intérêts professionnels et ses intérêts privés.

    Tout cela le disqualifie pour donner des leçons de morale, ce dont il n’est pas privé ces derniers mois. C’est pourquoi Ferrand devrait avoir la décence de démissionner de son poste de ministre, ne serait-ce que pour ne pas plomber quelques dizaines de circonscriptions où LREM risque d’être battue pour cause de non-conformité entre les discours et les actes au sein du parti.

    Un mot sur ce point : « Une clause conditionnait même l’achat du bien à l’obtention du contrat de bail de la SCI avec les Mutuelles » Cette disposition est parfaitement légale. Elle rejoint d’une certaine manière la clause habituelle liée à l’obtention d’un prêt.

    Bien à toi


    • Le Panda Le Panda 1er juin 17:27

      @Fergus
      Bonjour,

      Je me doutais que tu viendrais parler de Ferrand, donc je rajoute de plus en plus que je ne suis pas du tout sur que s’il ne met pas Ferrand, comme Clermont sur la touche en attendant la finale du Brenus avec Toulon il va couler en rade.

      Manifestement, Ferrand a, de manière constante, intimement mêlé ses intérêts professionnels et ses intérêts privés. Tout cela le disqualifie pour donner des leçons de morale, ce dont il n’est pas privé ces derniers mois. C’est pourquoi Ferrand devrait avoir la décence de démissionner de son poste de ministre, ne serait-ce que pour ne pas plomber quelques dizaines de circonscriptions où LREM risque d’être battue pour cause de non-conformité entre les discours et les actes au sein du parti.

      « Il ne faut pas oublier d’où vient Ferrand, comme je l’ai déjà indiqué dans la mesure ou Macron ne le vire pas en tant qu’arbitre de derrière les buts, il risque fort de voir sonner la bérézina pour son parti. Par ailleurs Le Conseil lui a accordé à lui et aux sien un temps de parole dont il n’a absolument pas le droit. Donc ce qui en termes clairs cela correspondant à la violation de la Loi du 4 août 1789 et il y a un demi siècle, que les français sont des veaux comme agneaux de pâques. »

      A suivre" 


    • Le Panda Le Panda 1er juin 17:32

      @Fergus
      Suite et fin provisoire

      Un mot sur ce point : « Une clause conditionnait même l’achat du bien à l’obtention du contrat de bail de la SCI avec les Mutuelles » Cette disposition est parfaitement légale. Elle rejoint d’une certaine manière la clause habituelle liée à l’obtention d’un prêt.

      « Je suis moins catégorique toi, var tu as lu ou vu de quelle façon est écrite cette clause, il n’y a qu’un point qui m’interpelle son côté non lucratif, le fait relever de la loi de 1901, donc lorsque la publication de ce document sera officielle et non maquillée je serai en accord avec ce que tu écris mais en l’instant je suis pas sur à 100% »

      Merci d’avoir soulevé ce point de ’droit« et de ton intervention.

      Amicalement »


    • Fergus Fergus 1er juin 17:34

      @ Le Panda

      Sur le temps de parole, le CSA peut modifier les règles strictes de la loi dès lors que cette modification est motivée. Mais de toute façon, tout cela n’a aucune importance : quasiment personne ne suit la campagne officielle !

      Pour ce qui est de Clermont-Toulon, je croise les doigts pour les Auvergnats, cela va de soi !


    • Le Panda Le Panda 1er juin 17:45

      @Fergus
      Sur le temps de parole, le CSA peut modifier les règles strictes de la loi dès lors que cette modification est motivée. Mais de toute façon, tout cela n’a aucune importance : quasiment personne ne suit la campagne officielle !

      « Tu n’as pas tardé à réagir, mais la il ne s’agit pas du CSA, mais d’une décision signé par le président du Conseil Constitutionnel, puis merci si tu peux me dire ou s trouve la modification justifié c’est du vol caractérisé. Pour les Auvergnats je te remercie dans la mesure où j’ai de nombreux »amis" qui y jouent.

      Amicalement’


  • Esprit Critique 1er juin 16:54

    C’est facile a comprendre. Une association, une coopérative, une mutuelle n’est pas soumis a l’impôt sur les bénéfices, ce sont des organismes fiscalement transparent. Ont paie les frais, les charges, les salaires , .... et ont restituent le reste aux adhérents pour payer leurs apports en raisin, par exemple, dans une coopérative vinicole ....

    Si un administrateur, un dirigeant ou un proche, entre en affaire avec la « Société », l’argent qu’il touche , lui , n’est plus dans « L’Economie sociale ». Et le système est Ouvert aux détournements possible.

    C’est pour cela que ce genre de contrat doit être extrêmement encadré, soumis a l’avis du commissaire aux comptes et a l’approbation de l’assemblée générale, les sous comptes concernés, examinés et présentés a chaque AG !!!! ....

    Ferrand a enfreint ces règles, qui plus est, il est le penseur du système, le signataire des document initiaux comme acheteur du local, alors qu’ils est comme directeur, représentant légal de la mutuelle etc etc ...c’est de la petite escroquerie.


    • Le Panda Le Panda 1er juin 17:40

      @Esprit Critique
      Bonjour

      C’est pour cela que ce genre de contrat doit être extrêmement encadré, soumis a l’avis du commissaire aux comptes et a l’approbation de l’assemblée générale, les sous comptes concernés, examinés et présentés a chaque AG !!!! ....Ferrand a enfreint ces règles, qui plus est, il est le penseur du système, le signataire des document initiaux comme acheteur du local, alors qu’ils est comme directeur, représentant légal de la mutuelle etc etc ...c’est de la petite escroquerie.

      « Non pas d’accord, ce n’est pas de la petite escroquerie c’est de la belle et grande escroquerie, car ce que vous ignorez peut-être reste que les comptes auraient dus avant toute chose être approuvé par Un Commissaire aux Comptes. Or ce personnage hyper important est un fantôme qui en la circonstance n’a rein avalisé du tout. Et pour ce faire il suffit même que deux signatures voire d’une seule si un »pouvoir« est délivré au »mandant« . Nous nous trouvons à priori en la circonstance dans une affaire qui ira plus loin que prévu » Puis à y regarder de plus proche Macron pourra même dissoudre l’Assemblée Nationale comme tous président peut résilier ou modifier l’ordre du jour avec ou sans accord" 


  • zygzornifle zygzornifle 2 juin 09:13

    le tonnerre de Brest lui balancera peut être sa foudre ? rien n’est moins sur en Macronnerie ....


    • Le Panda Le Panda 2 juin 09:27

      @zygzornifle
       RSA = république sans argent .... c’est cela ?

      le tonnerre de Brest lui balancera peut être sa foudre ? rien n’est moins sur en Macronnerie ....
      « Attention, il va pleuvoir dans peu de temps, tu as pensé à acheter un »parapluie« marqué »Macron« il s’en vend maintenant au Monoprix »

    • zygzornifle zygzornifle 2 juin 12:30

      @Le Panda


      Monoprix c’est l’enseigne préféré de Juppé me semble t’il ? 

    • Le Panda Le Panda 2 juin 13:16

      @zygzornifle
      Monoprix c’est l’enseigne préféré de Juppé me semble t’il ? 

      « Il est normal, les »vieux sans dents vont là où repose les « baleines »  smiley


  • Le421 Le421 2 juin 10:42

    L’histoire de Fillon n’aura donc servi à rien.

    Pas plus de morale à droite qu’à droite, en définitive !!

    Ah ouais, c’est vrai, Cahuzac, avec tout son pognon, était auto-classé « à gauche » !!
    mdr


    • Le Panda Le Panda 2 juin 11:18

      @Le421

      L’histoire de Fillon n’aura donc servi à rien. Pas plus de morale à droite qu’à droite, en définitive !!

      Ah ouais, c’est vrai, Cahuzac, avec tout son pognon, était auto-classé « à gauche » !!
      mdr

      « Oui comme tu l’indiques, à nous de jouer pour les législatives et pas prendre cela pour une partie de dés tu sais pas prends »la piste« je prends »les pions« et on sen sert pour les faire rouler tous ceux que tu as cité des »tocards« à fond la caisse, allez prenons un verre mdr »


Réagir