vendredi 13 décembre 2019 - par Michel DROUET

Ah, la belle réforme que voilà !

Solidarité ! Justice ! « Tout le monde sait que l’on devra travailler plus longtemps » « Tous les Français le savent » et le fameux « Mes concitoyens me le disent dans ma circonscription : il faut faire cette réforme ». Bref de l’autosuggestion à l’unanimisme fantasmé, les communicants gouvernementaux se seront dépassés pour nous vendre la réforme des retraites : c’était quasiment Noël avant l’heure, sauf qu’une fois le paquet déballé, il nous vient une furieuse envie de le renvoyer à la figure du Père Noël de Matignon.

Où sont la solidarité et la justice ?

On a beau creuser, on a du mal à les percevoir sauf s’il s’agit de solidarité et de justice entre des pauvres et des moins pauvres chargés de se partager un gâteau de moins en moins grand avec davantage de convives.

Les riches qui ne sont pas, ou si peu, concernés par cette réforme pourraient-ils avoir un jour à souffrir d’un tel système ? La réponse est non car si le nombre de Millionnaires et de milliardaires augmente, tout est fait pour leur assurer des fins de mois confortables. Notre gouvernement y veille, qui ne ménage pas ses efforts, entre cerises sur les dividendes (qui augmentent en volume) moins taxés, et crème sur le gâteau avec la suppression de l’ISF.

Tout cela permettra à ces nécessiteux de ruisseler de bonheur « sous des cieux imbéciles où jamais il ne pleut » (Brassens) en surveillant d’un œil inquiet le coffre-fort qui leur fait office de cerveau.

Même chose pour les entreprises qui bénéficient régulièrement de milliards de ristournes sur leurs cotisations sociales (pardon, leurs « charges ») à coup d’heures supp. et de primes défiscalisées et désocialisées au détriment des régimes de protection sociale, et de CICE, sans qu’on en voit les effets sur le chômage.

Parlons enfin des actionnaires qui ne se sont jamais autant gavés de dividendes et qui votent comme un seul homme pour les dirigeants d’entreprises des augmentations indécentes de salaires et des retraites chapeau, bien sûr non concernées par la réforme « universelle »…

C’est toujours la même histoire

La « réforme » depuis quelques temps n’est plus synonyme de progrès social, et le premier Ministre qui ne recule devant aucune outrance, dans son discours, s’est cru autorisé à se référer aux acquis du Conseil National de la Résistance en citant ses fondateurs, qui d’un beau mouvement collectif, ont dû se retourner dans leurs tombes.

Ils osent tout…

Prenez la sécurité sociale, qui de réformes en déremboursements n’en finit pas de se recroqueviller pour le plus grands bénéfice des mutuelles et assurances privées qui n’en finissent pas d’augmenter leurs cotisations. Et comme la descente aux enfers est trop lente, le gouvernement, dans sa grande magnanimité, décrète à grand coups de trompettes le reste à charge zéro sur les prothèses auditives et les lunettes sachant que cette mesure sera en fait payée par les mutualistes eux-mêmes qui voient s’envoler leurs cotisations. Du grand art !

Publicité

Bientôt, compte tenu de la « réforme » de l’indemnisation du chômage, il deviendra utile de souscrire une assurance complémentaire couvrant ce risque.

Enfin, pour la retraite, avec la réforme annoncée, il faudra également souscrire à un plan retraite ou un fonds de pension afin de profiter un peu de ses vieux jours.

Faites le total de toutes ces réformes passées et à venir et dites-moi si, à terme, votre pouvoir d’achat va augmenter.

Au final, il ne s’agit pas d’une succession de « réformes », mais bien d’un plan concerté destiné à abaisser drastiquement les ressources des retraités et faire le bonheur des assurances privées et autres fonds de pension avec des « cotisations volontaires » pour les actifs. Le néolibéralisme est à l’œuvre, sous couvert de solidarité et de justice, bien sûr.

Un peu de « techno » ne peut pas faire de mal pour faire passer la pilule

Alors, voilà, c’est le Conseil d’Orientation des Retraites qui s’y colle fort opportunément. Et pour se faire, il mesure le pourcentage que représentent les retraites (340 Milliards) dans le PIB en commentant : « Cet indicateur est donc déterminant pour évaluer la soutenabilité financière du système, dans la mesure où il exprime, de manière globale et synthétique, le niveau de prélèvements qu’il faut opérer sur la richesse produite par les actifs pour assurer l’équilibre du système de retraite ».

La soutenabilité, pour qui ? Le COR ne le dit pas. Il parle par ailleurs du « niveau de prélèvement » sur le PIB pour des retraites qui jusqu’à présent étaient la contrepartie de cotisations sociales, et donc étaient des salaires différés, pas un prélèvement sur les riches au profit de fainéants qui ne bossent plus.

Ce « niveau de prélèvement » à ne pas dépasser, a été fixé à 14 % (encore une règle d’or) (il était de 13,8% en 2018). Donc, en toute logique, puisque le nombre de retraités augmente actuellement plus vite que le nombre d’actifs, la nouvelle réforme des retraites ne peut que constituer une régression.

Il est par ailleurs intéressant de constater que la solidarité dans les restrictions ne concerne que les futurs retraités. Les ressources financières générées par l’économie, les dividendes et autres bénéfices qui croissent compte tenu des cadeaux faits aux entreprises, ne sont concernés par aucun « prélèvement », alors même que les retraités et les salariés d’aujourd’hui ont grandement contribué à leur augmentation en étant « flexibles ».

Le déficit calculé par le C.O.R. pour 2027

Entre 8 et 17 Millions (admirez la précision), il a servi de prétexte au gouvernement pour glisser la mesure de l’âge pivot à 64 ans (qui devient ainsi de fait l’âge de départ officiel à la retraite compte tenu de la décote définitive si on veut partir à l’âge légal de 62 ans) qui permettra de renflouer les caisses sans tarder.

Mais de quoi est constitué ce déficit ? Essentiellement (9 milliards) du manque de cotisations sociales due à la modération (pour ne pas dire le blocage) des salaires des fonctionnaires et de la suppression de 80 000 postes annoncée par le Gouvernement, malgré les demandes récurrentes de maintien de services publics en milieu rural, par exemple. On notera qu’au titre de la suppression des postes, 5000 agents sont concernés au Ministère de l’Ecologie, ce qui en dit long sur la volonté réelle du gouvernement en ce domaine. Le gouvernement c’est le pompier pyromane.

On ne savait pas le gouvernement aussi réactif sur la question du déficit des retraites au point de le faire payer sans délai aux cotisants, et de se fâcher avec la CFDT, alors que le budget de l’Etat affiche chaque année un déficit de 100 Milliards, alimenté par la dette, sans que personne ne s’en émeuve.

Publicité

Mais alors, si le déficit du régime des retraites résulte de suppressions d’emplois publics, ce doit être le même processus qui est à l’œuvre pour l’emploi privé, malgré tous les financements octroyé par l’Etat et qui participent à son déficit, non ?

Or, c’est peu de dire que ni la suppression de l’ISF, ni le CICE, transformé récemment en baisse de charges définitives pour les entreprises, n’ont eu pour effet de baisser le chômage en France et il conviendrait donc de demander des comptes à ces entreprises plus enclines à créer de l’emploi à l’étranger, plutôt qu’en France. Il faudrait aussi s’interroger sur la pertinence de l’assiette des cotisations sociales et s’interroger sur son élargissement à la valeur ajoutée.

Enfin, il est de notoriété publique que la fraude fiscale et sociale en France, ne font pas l’objet d’une lutte acharnée de la part de Bercy. Cela a récemment été dénoncé par la Cour des Comptes.

Mises bout à bout, ces propositions seraient de nature, non seulement à combler les déficits, mais certainement à créer des excédents… mais vous n’entendrez que très rarement des débats sur ce sujet dans les médias qui préfèrent se focaliser sur le détail de la réforme proposée plutôt que de creuser les autres solutions possibles.

Petites remarques pour la route sur la « réforme » des retraites

  • La gouvernance future du système sera confiée aux partenaires sociaux qui ne pourront pas agir sur la valeur du point à la baisse, puisqu’il sera bloqué (règle d’or). Ils n’auront d’autres solutions que d’augmenter la durée de cotisation. On ne saurait que leur conseiller de refuser cette patate chaude et laisser le gouvernement prendre les mesures impopulaires.
  • Contenu dans les 14 % (règle d’or !), le nouveau régime se devait d’emblée de diminuer ce pourcentage de « prélèvement » sur le PIB. C’est chose faite par les nouvelles règles de calcul des pensions (totalité de la carrière pour le privé au lieu des 25 meilleures années et les 25 meilleures années, avec les primes, pour les fonctionnaires au lieu des 6 derniers mois) : baisse assurée des pensions pour tout le monde à la clé.
  • On créé un régime universel, mais on reconstitue des régimes particuliers (pour la police, les militaires, les gendarmes, les pompiers) et il y a fort à parier que des corporations influentes arriveront à préserver leurs acquis. Par ailleurs, promesse a été faite de ne pas ponctionner les fonds, parfois conséquents des régimes spéciaux ou complémentaires (AGIRC ARRCO). Question : A quoi serontils utilisés ?
  • Rien de prévu sur les inégalités salariales hommes/femmes qui ont des effets négatifs sur les pensions de retraite de ces dernières.
  • Pas grandchose non plus sur la pénibilité du travail (totem pour le Médef), ni sur l’emploi des seniors qui seront au chômage deux ans de plus, car personne ne les recrutera.
  • ….

Quelques enseignements pour finir

Les retraites, ça coûte un « pognon de dingue » et donc ça doit être raboté dans le montant et dans la durée. « La meilleure retraite est celle qu’on ne verse pas » disait quelqu’un. Ce serait bien que vous mourriez rapidement après l’âge pivot…

Second théorème macronien « le Travail doit payer », ce qui n’est plus vrai si on tient compte qu’il faudra souscrire des plans épargne retraite, payer plus cher sa mutuelle et se couvrir pour le risque chômage. Les assurances privées sont dans les starting blocks…

Les riches ne sont pas partageux et ils s’empressent de s’accaparer tout ce qu’on leur donne et en faisant de l’optimisation fiscale pour éviter de payer des impôts. Parfois, ils s’achètent leur salut en versant quelques centaines de millions pour reconstruire une cathédrale qui a brûlé, et on leur dit merci.

A ceux qui se posent encore la question de savoir si Macron est de gauche ou de droite, on répondra désormais qu’il est surtout néolibéral, à savoir que pour lui le travail est un coût et une charge, les retraités des inutiles, les allocataires des parasites, les chômeurs des fainéants et le fonds de pension Black Rock, un bienfaiteur de l’humanité.

 



68 réactions


  • Arogavox Arogavox 13 décembre 2019 10:59

    Une seule phrase suffit à ridiculiser le « travailler plus longtemps » seriné à toutLeMonde :

    « 60,2% des plus de 55 ans étaient au chômage depuis plus d’un an en 2018 »   (cf https://www.latribune.fr/economie/france/chomage-de-longue-duree-le-calvaire-des-seniors-811094.html)


    • Michel DROUET Michel DROUET 13 décembre 2019 11:02

      @Arogavox
      Oui, c’est cela la réalité pour les seniors et la « réforme » Macron ne fait qu’empirer la situation.


    • jmdest62 jmdest62 13 décembre 2019 11:39

      @Raymond75
      Enfin, il faudra bien un jour faire participer les revenus financiers,

      je partage
      @+


    • Michel DROUET Michel DROUET 13 décembre 2019 13:45

      @Raymond75
      Mitigé sur le second paragraphe dans la mesure où les régimes spéciaux faisaient déjà l’objet de mesures de convergence et que l’âge de départ augmentait régulièrement.
      D’accord sur le dernier paragraphe, bien entendu.


    • bebert bebert 13 décembre 2019 15:03

      @Raymond75
      Surtout avec l’IA


    • titi 13 décembre 2019 21:44

      @jmdest62

      "

      Enfin, il faudra bien un jour faire participer les revenus financiers,

      je partage

      « 

      Sauf que c’est déjà le cas, et depuis 1996.

      Je trouve assez effarant qu’en 2019 certains insinuent encore que la solution »magique" viendra de là. Il faut vraiment être hors sol.

      Non seulement les revenus financiers participent déjà, mais avec une énorme différence sur les revenus salariaux : leur participation est à sens unique, car il n’y a aucune ouverture de droits supplémentaires.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 14 décembre 2019 08:16

      @titi
      Si les revenus du capital étaient plus justement redistribués sur les salaires et donc sur les cotisations, nous n’en serions pas là. Ainsi que la suppression des cotisations salariales qui ne sont pas compensées par l’Etat.


    • titi 14 décembre 2019 18:29

      @Fifi Brind_acier

      Les revenus du capital participent à la CSG et au RDS très lourdement avec une énorme différence : ils n’ouvrent aucun droit.

      « plus justement redistribués sur les salaires ». Savez vous au moins de quoi vous parlez ? Qui dit dividendes, dit résultats, et donc impôt sur les sociétés AVANT le versement des dividendes et CSG + RDS après.

      Vous pouvez reprendre tous les calculs vous verrez qu’en ce qui concerne les prélèvements l’Etat ne perd rien.


    • Alexosaure 15 décembre 2019 22:15

      @Raymond75

      « Mais l’autre aspect de la réforme, le retraite universelle, est une excellente chose, n’en déplaisent aux minorités qui bénéficient de régimes spéciaux, et feront l’objet de période de transition spéciales. »

      Maintenant que vous savez que et les sénateurs et les policiers ne rentreront pas dans cette excellente réforme « universelle » ,maintenez vous vos élucubrations ?


  • leypanou 13 décembre 2019 11:27

    Prenez la sécurité sociale, qui de réformes en déremboursements n’en finit pas de se recroqueviller pour le plus grands bénéfice des mutuelles et assurances privées qui n’en finissent pas d’augmenter leurs cotisations 

     : justement, le gouvernement qui matraque à chaque occasion que les 42 régimes de retraite sont trop nombreux et intenables se garde bien de faire pareil avec les 3000 environ parait-il mutuelles et autres assurances privées de complémentaire santé.

    Un système de santé où vous payez en fonction des risques que vous voulez « assurer » et non en fonction de vos ressources ne peut pas être un système juste et les retraités justement paient nettement plus pour leur complémentaire santé que les actifs car ayant plus de « risques ».


    • Michel DROUET Michel DROUET 13 décembre 2019 12:24

      @leypanou
      Il ne touchera jamais aux 3000, car c’est précisément le lieu d’atterrissage des systèmes de protection sociale une fois que le gouvernement aura tout dépecé comme il le fait actuellement.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 13 décembre 2019 13:23

      @Michel DROUET
      Macron a reçu en juillet les PDG des fonds de pension, dont Larry Fink le PDG de BlackRock.
      .
      Et Thierry Breton s’est fait le porte parole de la Commission européenne qui considère cette réforme comme « nécessaire et porteuse d’espoir ».
      Mais elle n’a pas dit pour qui ?


    • Michel DROUET Michel DROUET 13 décembre 2019 13:46

      @Fifi Brind_acier
      Pour le PDG de Black Rock...


    • capobianco 16 décembre 2019 08:58

      @leypanou
      «  se garde bien de faire pareil avec les 3000 environ parait-il mutuelles et autres assurances privées de complémentaire santé. »
      Les mutuelles sont le garde avancée de la privatisation de la sécu. Perso je préférerais verser ma « cotisation » directement à la sécu et si c’était le cas de tous, le gvt serait bien gêné pour parler du « déficit ».
      Depuis 40 ans nous avons des élus qui appliquent la même politique, est-ce que les résultats sont bons ? Des déficits partout dans ce qui touche aux services publiques (la santé, l’éducation...) au sociale (sécu, chômage, retraites...) et privatisation des entreprises rentables (autoroutes, edf, loto, barrages....). Soit ce sont des incapables soit ils se servent à leur profit et ceux de la grande finance, cela doit-il et peut-il continuer ? 


  • Arogavox Arogavox 13 décembre 2019 11:50

     « s’il s’agit de solidarité et de justice entre des pauvres et des moins pauvres ... »

     Le fond du problème, occulté par la question des retraites, reste en fait la question première des principes de cotisation/répartition retenus par le fisc.

     

     Le principe de progressivité de l’impôt a-t-il, OUI ? ou NON ? été reconnu et retenu comme valide et par le fisc ?
      Si jamais c’était NON, il serait grand temps de finir par l’avouer !

     Mais ATTENTION, un tel aveu serait très lourd de conséquences : car il signifierait que le peuple français a TOUJOURS été dupé par toutes ses ’élites’ qui, lui ayant menti, devraient être sévèrement sanctionnées pour cette trahison !

     Or, si on écartait toute notion de progressivité de l’impôt, comment comprendre, l’inénarrable usine à gaz d’un calcul de l’impôt sur le revenu faisant intervenir des tranches d’imposition ?
     Comment ne pas constater que ce principe de progressivité est avancé ... mais sans être réellement appliqué ?!

     Car un tel principe ne saurait être juste qu’en pointillés dans des sous-contextes du contexte global (la France) aux contours flous : 

      flat-tax quand il s’agit de faire cotiser sur les produits de consommation courante, indispensables à la survie, et non thésaurisables

     et, « en même temps », fausse progressivité de l’impôt sur le revenu des plus riches qui, de fait, bloquent l’économie en thésaurisant : puisqu’ils exigent en plus à être assistés par des CICE et autres, lorsqu’ils se souviennent que leur théorie du « ruissellement » suppose qu’ils sachent promettre des contrats de subordination !
      

     Une seule remarque s’impose pour introduire l’honnêteté qui permettrait de régler simplement et facilement bien au-delà de cette question réductrice des retraites :

     une réelle progressivité des prélèvements fiscaux ne peut être traduite que par une courbe exponentielle !

     

    ( alors, la courbe du revenu net, étant la différence entre revenu et une fonction exponentielle de ce revenu : 

       passe par un maximum !  (net maximimum ! ... donc réduction de l’échelle des revenus)
       et non seulement ne tend pas ensuite vers un pallier (voire une remontée comme dans le truc de l’impôt par tranches) ... mais s’enfonce vertigineusement vers des valeurs négatives à partir d’un certain point d’excès de revenus !

     )


    • Arogavox Arogavox 13 décembre 2019 12:18

      Nota Bene :
       si d’aucun voulaient s’essayer à contester ici le bien-fondé du principe de progressivité des prélèvements/cotisations fiscaux, il n’est peut-être pas inutile d’initier ce débat par les remarques suivantes :
        les intérêts composés suivent une courbe exponentielle !

        si la richesse des hyper-riches peut aujourd’hui suivre une courbe qui semble bien ressembler furieusement à une exponentielle, ne serait-ce pas par un bénéfice exponentiel émanant du contexte national, de ses infrastructures, et des capacités (émergentes ou non) partagées par toute une population ?
       (exemple frappant : la Police, l’Armée et tout le matériel et les armes -dont bombe atomique qui permettent aux riches de défendre leur coffre-fort contre brigands, « séditieux », ou ennemis géo-stratégiques ... sont-ils directement financés sur leurs deniers ?  
        Combien leur coûterait une milice privée  formée et surveillée par qui ?  s’ils devaient remplacer tout cela ? Auraient-ils alors la même aura, et la même sérénité dans leur vie publique et dans leur vie privée ?


    • Arogavox Arogavox 13 décembre 2019 13:07

      illustration de ce propos :

      https://www.geogebra.org/classic/enhsesy7


    • Arogavox Arogavox 14 décembre 2019 23:57

      un 3e paramètre serait-il indispensable ? :

        https://www.geogebra.org/classic/vh4cm8yx

      ...


  • Traroth Traroth 13 décembre 2019 13:47

    Pourquoi et comment le plan retraite de Macron est une régression sociale :

    https://lundi.am/Une-bande-dessinee-pour-tout-comprendre-a-la-reforme-des-retraites


  • Léon 13 décembre 2019 13:55

    L’ambition en 1945 était que le régime général rejoigne le niveau de prestations des régimes spéciaux grâce à l’amélioration des conditions économiques. Et non leur suppression en tirant vers le bas. La première tentative de les supprimer date de août 1953. Un article intéressant à lire Libé (ça arrive) https://www.liberation.fr/france/2019/11/07/en-1945-on-croit-que-le-regime-general-rejoindra-un-jour-ces-regimes-pionniers_1762223


    • titi 13 décembre 2019 21:51

      @Léon

      Donc si je comprend bien depuis 1953 on sait que les régimes spéciaux sont une connerie, mais on y touche pas.

      La France est vraiment un pays d’avant garde.


  • ribouldingue ribouldingue 13 décembre 2019 14:47

    Si les salarié-es, les chômeur euses, les sans rien, prenaient la peine de lire le torchon de 132 pages de monsieur retraite ils se seraient aperçus que quand il y a un flou il y a un loup comme disait ma grand-mère. Reprenons les lignes essentielles du torchon de monsieur retraite. Rappelons le quand même aussi au passage que monsieur retraite est le copain et bénévole à 6000 euros par mois des assurances privées.

    Concernant la valeur du point. Comme dirait l’autre. 1. la valeur du point ne pourra pas rester stable ad vitam æternam compte tenu de l’inflation, de la conjoncture actuelle et à venir, du chômage et du nombre de personnes partant à la retraite. Sans variable d’ajustement supplémentaires notamment en parts salariales le point ne fera qu’inévitablement de baisser. Comme les entreprises nous ressassent depuis des décennies que les commandes sont au plus bas, que les charges sociales les étranglent. de ce fait, elles ne peuvent pas embaucher. Que font-elles alors si elles n’ont pas de commandes à honorer ? Elles se tapent la cloche toute l’année ?

    D’ailleurs, monsieur retraite l’écrit aussi dans son rapport, l’avenir est incertain. En clair il ne sait pas lui même ce qu’il va advenir des retraités. Faire bosser jusque 64 ans quand il n’y a pas de boulot c’est comme pisser dans un violon. La mélodie est identique puisque c’est un concerto pour un sourd joué par un aveugle.

    Autre point essentiel pour approfondir la question soulevée par l’auteur de l’article concernant le salaire des femmes tant décrié par les ministres avec en ligne de front marlène schiappa ministre « du quand dira t-on et du bla bla » pour l’égalité hommes/femmes. Oui pour équilibrer le système par répartition il suffirait que les femmes aient le même salaire que les hommes ce qui augmenteraient immanquablement les caisses de retraites.

    Non, nous voyons bien que nous avons à faire à des banquiers, des comptables qui n’ont qu’une chose en tête briser la solidarité en imposant de force l’individualisme.

    Quant aux jeunes les premiers visés par cette politique dévastatrice ils deviendront inévitablement des sdf. Car la soupe populaire, les restos du cœur, le secours populaire, emaüs et toutes les associations en charge des personnes en grande difficulté seront supprimées. Dans l’état d’esprit du roi, la gratuité coûte un pognon de dingue il ne s’en sort pas...Sortons nos mouchoirs et compatissons au chagrin de notre bon saigneur.


  • Captain Marlo Fifi Brind_acier 13 décembre 2019 19:31

    Ils auraient tort de se gêner, on a beau découvrir les casseroles judiciaires qui  tintinnabulent dans notre belle classe politique, je vois que personne ne demande le départ de Delevoye.... ! Même pas les syndicats.

    .

    Dans bien des pays, du nord de l’ Europe en particulier, il aurait démissionné de son poste de Ministre, ou il aurait été poussé vers la sortie.

    Là, rien, il va rembourser son salaire de 5300 euros, un oubli, pensez donc, avec tout ce qu’il a à faire, ce brave homme, 5300 euros sur son compte chaque mois, il ne s’est aperçu de rien..., et il continue à bavasser dans tous les médias.


    • Cyril22 13 décembre 2019 20:36

      @Fifi Brind_acier
      il est aussi administrateur à la fondation SNCF, mais à titre bénévole, parait-il


    • mmbbb 14 décembre 2019 16:50

      @Fifi Brind_acier la je suis d accord  ; les syndicats notamment la CDFT ont des jeux troubles .


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 14 décembre 2019 19:18

      Je voudrais remercier les Députés de la France Insoumise et Alexis Corbières, qui ont protesté à l’ Assemblée nationale, contre Delevoye, ses casseroles et ses conflits d’intérêts.


    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 16 décembre 2019 08:53

      @Fifi Brind_acier
      J’en connais un qui a été Inspecteur Général des Finances et qui a laissé les taxes se multiplier en violation de l’article 13 des droits de l’homme de 1789.
      Ah ! Quand on va les obliger à rembourser tout ça !


  • Cyril22 13 décembre 2019 19:35

    Parmi les sujets abordés dans l’article, il y en a un avec lequel je suis en plein accord, c’est la question des cotisations des entreprises , et notamment sur les profits de plus en plus concentrés sur les hyper-riches, ces prélèvements ne cessent de diminuer ; non seulement le taux d’impot sur les bénéfices et les revenus financiers, mais aussi l’optimisation fiscale para-légale ou illégale.

    Or dans une économie de plus en plus automatisée, la part de la masse salariale dans le PIB global ne cesse de décroitre, donc les prélèvements sur les autres éléments de PIB devraient au contraire s’accroître. Le problème vient de la mondialisation compétitive généralisée (l’UE n’en n’est qu’un relai zélé)


    • titi 13 décembre 2019 21:56

      @Cyril22

      Les prélèvements sociaux sur les revenus des capitaux sont passés de 0% en 1990 à 21% en 2019.

      Vous entendez quoi par « devraient s’accroitre » ?


    • Cyril22 14 décembre 2019 09:07

      @titi
      la « flat tax » absorbe le montant des contributions sociales pour la tranche 30%, et bien au delà pour les tranches 41 et 47%, donc la « juste » contribution serait d’en revenir aux taux progressifs, comme c’est resté le cas pour les revenus locatifs.


    • Cyril22 14 décembre 2019 09:34

      @titi
      par ailleurs, je mentionnais les contributions sociales des entreprises basées sur la seule masse salariale, cela pénalise les entreprises qui embauchent et favorisent celles qui licencient pour automatiser ou sous traiter offshore, donc certaines contributions versées par les entreprises aux caisses sociales devraient être en fonction de la valeur ajoutée totale. Et pour les importations, ce serait une TVA différentielle sociale (annulée sur les entreprises nationales ayant déjà versé une CVA)


  • pallas 13 décembre 2019 19:45
    Michel DROUET

    Bonsoir,

    Je crains que vous n’avez pas compris.

    Le Mali ejecte la France de son territoire, il y a eu un incident diplomatique hier, ce jeudi 12 decembre, sans compter le comportement des soldats français lors des derniers mois, tel des colonisateurs.

    Le Mali travail avec la Russie, c’est officiel, les français doivent retourner chez maman

    L’Afrique abandonne le franc CFA, c’est mort la france Afrique.

    La France accuieillera tout les criminels en fuites, les délinquants, un lieu de choix.

    Cette danse macabre ne cessera pas, elle ne fait que commencer,.

     smiley

    Que les Monstres rentrent leurs Créateurs.

    La retraite de demeurés mentaux, de cafard, parasites, laissez moi rire

    Salut


  • pallas 13 décembre 2019 21:14
    Michel DROUET

    Bonsoir,

    Dans la mythologie Mycénienne

    Le juge des Enfers, Radamanthe de la Wylvern, aurait fait trépas d’une des sept chambres du Hades d’un mortel.

    Minos son demi frere, aurait pu discourir sur jugement de celui ci, si Eaque le contredisant.

    Eaque, est des plus violents des trois juges.Le plus meurtriers

     smiley

    Salut


  • pallas 13 décembre 2019 21:41
    Michel DROUET

    Heureusement,

    Pour vous que nous soyons pas au passé.

    Dans l’Agora d’il y a 3000 ans, vous me serez redevable.

    Salut


  • Daniel0 14 décembre 2019 05:36

    Bjr la réforme des retraites c’est le 1er étage de la fusée. Couplé avec la réforme du statut de la fonction publique, ça sera l’égalité pour tous dans la vie des actifs et des retraités . La qualité de vie de certain va y perdre, fin du pantouflage, caricature des Chevaliers du fiel, et pouvoirs de licenciement des élus et chefs d’administration. Une France du 21e siècle en ruine par la génération de mai 68.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 14 décembre 2019 08:43

      @Daniel0
      Qu’il y ait des abus, c’est certain, mais faut-il pour autant jeter l’enfant, l’eau du bain et la baignoire ? Vous, bien sûr, vous n’avez jamais bénéficié du modèle social français...
      .
      Vous n’avez jamais accepté les allocations familiales, ni utilisé la Sécurité sociale ? Vous n’utilisez pas les hôpitaux, ni les écoles publiques et gratuites, ni les APL, ni les indemnités chômage ? Personne autour de vous ne bénéficie de la retraite ?
      .
      Alors, félicitations, c’est que vous êtes riche, tant mieux pour vous. Ou que vous faites partie du Médef, qui rêve depuis 1945, de détruire tous les acquis sociaux du CNR.


    • Michel DROUET Michel DROUET 14 décembre 2019 09:24

      @Daniel0
      On appelle ça le syndrome du larbin : le très riche et le politique qui le protège disent au peuple : « Il y a parmi vous des privilégiés » Le larbin s’empresse donc de dénoncer ces privilèges et ne voit pas que le privilégié ultime, le riche, empoche encore davantage et est très content de son larbin.


    • Cyril22 14 décembre 2019 09:39

      @Daniel0
      la fonction publique est une nécessité pour la nation, certains avantages seraient justifiés si en contrepartie il y avait garantie de la continuité du service public, c’est à dire généraliser ce qui se fait pour l’hôpital sur ce point. Je pense que ce deal devrait être proposé en referendum aux agents publics. Et en tant que contribuable j’accepterai alors avec reconnaissance de payer ce dont je bénéficierais en tant qu’usager.


    • Michel DROUET Michel DROUET 14 décembre 2019 09:45

      @Cyril22
      Faire grève sans faire grève, c’est un concept. On voit ce que ça donne pour l’hôpital et les pompiers par exemple...


    • Cyril22 15 décembre 2019 11:11

      @Michel DROUET
      « On voit ce que ça donne pour l’hôpital et les pompiers par exemple »
      Les pompiers conservent leur régime de retraite, et l’hôpital se voit octroyer des milliards de rallonge en comptant la reprise des dettes par l’état (du reste le problème vient de la carence de la médecine de ville ce qui conduit à submerger les urgences).

      Mais la question que j’évoquais est celle de la nature d’un service public monopolistique, qui ne se justifie que s’il y a permanence du service pour les usagers. Or ici, en province, les bus et trams privés fonctionnent dans la plupart des villes, on peut aller au boulot sans trop galérer .
      Eh bien que va-t-il se passer ? la concurrence sur le rail sera plébiscitée par les citoyens, et les parisiens vont demander l’automatisation du métro car les lignes automatisées assurent la permanence du service. La RATP aura le destin de la SNCM.


  • germon germon 14 décembre 2019 07:19

    Bonjour à tous,

    J’en ai vraiment ras le bol de lire, écouter tous ces commentaires.

    Je ne vois qu’un moyen d’en sortir.

    Il faut que les « juristes » veuillent bien se creuser la tête pour trouver un moyen LÉGAL de DESTITUER le gouvernement, les députés LREM et leur petit NABO, sinon sa va finir dans un BAIN DE SANG.

    Et c’est surtout dans les villes qu’il y aura des victimes, non ?

    Bonne journée à tous.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 14 décembre 2019 08:55

      @germon
      Il faut que les « juristes » veuillent bien se creuser la tête pour trouver un moyen LÉGAL de DESTITUER le gouvernement, les députés LREM et leur petit NABO, sinon sa va finir dans un BAIN DE SANG.

      .
      C’est fait, l’UPR propose depuis décembre 2018, un dossier de destitution de Macron, ce qui est prévu dans la Constitution.
      .
      Ce dossier a été envoyé à tous les Députés et Sénateurs. Il contient toutes les violations de la Constitution faites par Macron. 1 seul a accepté de le signer, un Député Républicain. Tous les autres ont refusé de le signer, arguant que Macron a la majorité à l’Assemblée.
      .
      Même si la procédure n’aboutissait pas, elle aurait fragilisé le gouvernement, car les médias du monde entier s’en seraient fait l’écho, comme le projet de destitution de Trump. Sauf que le dossier des Démocrates ne semble pas tenir la route, alors que les violations de la Constitution par Macron sont réelles.
      .
      Ce qui prouve, que derrière leurs discours véhéments, les opposants à Macron sont des Mickey.


    • germon germon 14 décembre 2019 11:54

      @Fifi Brind_acier
      Ouais ! Mais sa ne se fera jamais avec la participation des sénateurs, des députés et autres opportunistes.
      Par contre grâce a tous ceux qui utilisent les réseaux sociaux s’ils répondent à la question : « Êtes vous pour la destitution du responsable de la destruction de la République Française, OUI ou NON » on va bien rigoler, non ?


    • germon germon 14 décembre 2019 11:58

      @germon
      Et d’ailleurs je la pose cette question.

      Êtes vous pour la destitution du responsable de la destruction de la République Française, OUI ou NON 

      A vous lire


    • Cyril22 15 décembre 2019 11:44

      @germon
      Ce ne sont pas les états d’âmes sur les réseaux sociaux qui ont le moindre effet, c’est le bulletin qui est mis dans l’urne. Appelez plutôt à un vote sanction à chaque élection, et il faudra que les partis qui le portent recueillent beaucoup plus de 1 ou 2%.
      Supposons maintenant que Macron se retire, le président du Sénat prend l’intérim et provoque une nouvelle élection. Les oppositions qui se sont additionnées pour le faire partir vont se diviser pour le remplacer, et un clone de Macron remportera la mise. Il faut donc auparavant un projet politique de large union, une coalition pour porter ce projet, et un candidat rassembleur pour l’incarner. Or chacun jusqu’ici met en avant son propre mouvement et son propre leader, et fait des incantations pour remporter la mise. Aucune chance.


    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 16 décembre 2019 09:02

      @Fifi Brind_acier

      Dans ce dossier de destitution, je n’ai pas vu la mise en accusation des taxes diverses et variées qui violent l’article 13 des droits de l’homme de 1789, Pourquoi ?

      Je ne vois pas non plus la mise en accusation des PV automatiques qui violent les articles 4, 5, 6, 8 et 9 des droits de l’homme de 1789, Pourquoi ?


  • gaston gaston 14 décembre 2019 09:31

    Puisque ceux qui sont pour cette réforme affirment que tout le monde va y gagner et que cette réforme est juste , est ce que quelqu’un pourrai m’expliquer pourquoi un ouvrier qui travaille en 3X8 ou 2X8 par exemple , et qui a une espérence de vie inférieure de 7 ans en moyenne par rapport à un cadre du fait de la pénibilité de son travail de ses horaires et de toutes les saloperie qu’il respire à l’usine tout au long de sa carrière ,pourquoi cet ouvrier devrait partir au même age que le cadre qui LUI va profiter du système de retraite 7ans de plus ??? est ce que quelqu’un ,un journaliste ou autre a déja posé la question a macron ou philippe ??? 

    Parce que je ne les entends pas beaucoup parler des ouvriers qui sont pourtant les plus nombreux .....et s’ils répondent « oui il faut voir avec les critères de pénibilité » et bien il faudra leur expliquer que déja la pénibilité ne s’applique pas au horaire décalée en 2x8 ce qui est une honte et que le bruit ne s’applique pas non plus puisque dans mon entreprise le patron refuse de prendre en compte la pénibilité liée au bruit sous prétexte qu’on a des protections auditives à porter en permanence ,de plus la pénibilité qui sera prise en compte si elle l’est ce sera sans effet rétroactif mais à partir de maintenant ce qui est une honte de plus !

    La pénibilité c’est juste du pipeau , ou pour la police ou les ouvriers qui font du marteau piqueur la nuit !

    perso je ne suis pas concerné par cette réforme puisque je suis carrière longue et que je dois partir dans 4 ans à 60 ans et quelques mois , mais je suis en grève à chaque manifs pour soutenir ceux qui vont se faire copieusement avoir et aussi mes enfants et pour dénoncer cette réforme totalement injuste !


    • Michel DROUET Michel DROUET 14 décembre 2019 09:43

      @gaston
      La pénibilité vient d’être reconnue pour les forces de l’ordre..... puisqu’ils auront droit à un « régime spécial ». Comme quoi il doit y avoir des bons et des mauvais régimes spéciaux....
      Je pensais que la réforme avait pour but de créer un régime universel applicable à tout le monde, mais j’ai dû me tromper. Et ce n’est sans doute pas fini.


    • Cyril22 15 décembre 2019 11:58

      @gaston
      Le dispositif actuel va demander 43 annuités pour bénéficier d’une retraite à taux plein ; Un cadre diplômé qui a commencé à travailler à 23 ans prendra donc sa retraite à 66 ans. Ce sera pire pour les jeunes dont la moyenne d’âge d’entrée dans la vie active est 26 ans.
      l’Espérance de vie au moment de prendre sa retraite dépend avant tout de situations personnelles. Ainsi mon grand père maternel qui a eu un job peinard est mort l’année qui a suivi sa retraite, c’était un fumeur ; Mon grand père paternel qui avait un job stressant a arrêté à 70 ans et a vécu fort âgé, avec un mode de vie acétique et une robuste constitution par chance.


  • Daniel0 14 décembre 2019 11:49

    Bjr, fallait me lire jusqu’au bout. M’enfin, une bonne analyse de la société française serait avec l’appelation des séries des voitures. On trouvait dans les années 90, les versions Privilège, premium, classe , luxe. Les Français veulent de l’égalité mais pour les autres, pas touché a ses petits privilèges. Perso, j’ai connu beaucoup de secteur, filière, statut et c’est pas fini, lol, j’ai jamais vu de la considération pour les chomeurs, précaires, temporaires, contractuels, de la part de mes collègues sous statut, embauché, public ou privé. Par contre, je fournissais plus de boulot et accepter d’entendre les syndiqués, qui ne voulais pas me voir et même me reprochaient de leur voler le travail. C’est un comble


    • Michel DROUET Michel DROUET 14 décembre 2019 12:36

      @Daniel0
      Autres temps, autres mœurs. En ce qui me concerne, j’ai connu l’époque (c’était au temps des 30 glorieuses) où les fonctionnaires étaient brocardés par ceux qui travaillaient dans le privé. C’était l’époque où les salaires dans le privé étaient 20 ou 25 % plus élevés à qualification égale que pour un fonctionnaire en début de carrière.
      Et puis quelques années plus tard après les premières crises pétrolières et les licenciement massifs dans le privé, j’ai vu les mêmes venir me demander comment faire pour rentrer dans la Fonction Publique, et quand je leur disaient qu’il fallait passer un concours, ils avaient du mal à comprendre que l’on doive en passer un pour gagner finalement peu, mais comme ils avaient le couteau sous la gorge, certains se sont lancés.
      Je pense qu’après 25 ou 30 ans de carrière, ils ont réalisé qu’ils étaient gagnants au final, mais il fallait faire des sacrifices en début de carrière.
      Je ne regrette pas un seul instant mon choix initial parce que j’ai découvert ce qu’était le service public et ce qu’il pouvait apporter aux usagers. J’ai eu une belle carrière (en passant des concours et en prenant des risques sur le choix des postes qui m’étaient proposé) et aujourd’hui après un peu plus de 45 ans d’activité (dont une partie dans le privé) je profite de ma retraite.
      Alors, les débats privé/statutaires me laissent de marbre et je constate qu’ils évoluent selon les époques avec un débat souvent instrumentalisé par ceux qui sont les fossoyeurs de notre modèle social et qui rigolent en nous voyant nous engueuler.
      Une fois que les régimes spéciaux auront été supprimés, les gens comprendront ce qu’ils auront perdu, car en l’absence de services publics, il faudra payer partout : les cliniques, les écoles, les péages sur toutes les routes, payer pour rrégler un litige.
      Bref, dans ce monde que certains appellent de leurs voeux sans se rendre compte de ce qui les attend, il ne restera plus que les gardes chiourmes du pouvoir (les forces de l’ordre) à avoir un « régime spécial », pour taper sur la tête et éborgner les quelques inconscients qui voudraient braver l’autorité et l’autoritarisme. 


    • Cyril22 15 décembre 2019 12:08

      @Michel DROUET
      "Une fois que les régimes spéciaux auront été supprimés, les gens comprendront ce qu’ils auront perdu, car en l’absence de services publics.."
      Il n’est pas question de supprimer les services publics mais d’aligner les régimes de retraite. Du reste certains services publics sont aussi bien réalisés par le secteur privé, ainsi les soins en clinique sont remboursés par la sécu comme l’hôpital, l’électricité et le téléphone ont été ouverts à la concurrence et ne connaissent plus de rupture de service, etc.


    • Michel DROUET Michel DROUET 15 décembre 2019 16:23

      @Cyril22
      C’est fou ce que la question des régimes spéciaux prend de place dans le débat alors qu’ils ne représentent qu’une part infime du nombre de personnels concernés et du financement public (1.5 % de 345 milliards environ).
      A croire que cette réforme (régressive pour tout le monde, rappelons-le) a été faite principalement pour avoir la peau de ces régimes, alors que la convergence est déjà à l’oeuvre avec le régime général (fin du statut pour les nouveaux embauchés à la SNCF à partir de 2020...).
      La communication gouvernementale et le LREM aura été efficace sur ce point : faire oublier à des millions de salariés qu’ils vont y perdre parce que les régimes spéciaux existent. Chapeau, les artistes. Belle entourloupe !
      Je rappelle tout de même qu’à aucun moment mon article ne parle de ces régimes spéciaux, mais que malgré tout on essaye de m’y ramener afin de tuer le débat sur ce fameux régime universel qui est si merveilleux que les forces de l’ordre ont demandé et obtenu (rapidement) à y échapper. Et ce n’est certainement pas fini. On verra en bout de course ce qu’il reste de l’universalité de ce régime.


    • Cyril22 15 décembre 2019 18:17

      @Michel DROUET
      il n’y a pas que la communication gouvernementale, il y a aussi -surtout en terme de conséquences pour l’usager- les réactions corporatistes, puisque l’actuel mouvement est principalement mené par les « conducteurs » sous statut. La thématique « on fait grêve pour vous » est saumâtre pour ceux qui peinent quotidiennement à parvenir sur leur lieu de travail.
      Fin de statut pour les nouveaux embauchés à la SNCF à partir de 2020 : eh bien raison de plus pour gommer les disparités avec ceux embauchés l’année d’avant.


    • Michel DROUET Michel DROUET 15 décembre 2019 19:55

      @Cyril22
      Lorsqu’on regarde les reportages à la télé, on constate tout de même le nombre important de personnes qui galèrent dans les transports parisiens mais qui soutiennent quand même l’action des grévistes et ça c’est inédit et cela contrebalance la stratégie gouvernementale de jouer le peuple contre les syndicats.
      Il y a là selon moi un grand point de faiblesse de la part du pouvoir.
      Par ailleurs, le feuilleton sur le thème « y aura t’il des trains à Noël ? » me semble pour le moins déplacé, car il s’adresse à une catégorie limitée de personnes , particulièrement celle qui habite en région parisienne et qui part en vacances ou rentre dans les familles pour les fêtes.
      Nous sommes loin des gilets jaunes de province... et d’une manière générale de la population hors Région Parisienne.


    • Michel DROUET Michel DROUET 15 décembre 2019 19:56

      @Cyril22
      Vous confirmez donc ce que je dis au début de mon post précédent sur les régimes spéciaux


  • Clouzit 14 décembre 2019 13:16

    au fait la retraite des presidents de la republique c est quel taux ,annuites,etc..et les deputes comment se calcule la retraite vu l age des deputes lrem


    • Michel DROUET Michel DROUET 14 décembre 2019 18:38

      @Clouzit
      C’est du pipi de chat à côté des retraites chapeau dans les entreprises du CAC 40 (et d’autres)


    • Cyril22 15 décembre 2019 12:11

      @Michel DROUET
      d’accord avec vous sur ce point, les plus gros scandales sont les régimes de faveur et de copinage des très haut dirigeants d’entreprise.
      Ceci dit, pour raisons d’exemplarité, la retraite des élus doit être revue et notamment être plafonné en cas de cumul.


  • hocagi@1shivom.com 14 décembre 2019 14:17

    La retraite du privé n’existe plus depuis longtemps vous plaisantez ou quoi ? a part déclencher une guerre civile en France pour restaurer un quoi que ce soit décent, il n y a pas de solution,

    Aujourd’hui on doit se battre pour 5 M de fonctionnaires et flics qui crèvent les yeux de nos filles pour leur assurer une petite retraite douillette ? ils peuvent se la mettre ds le cul, l’enfoncer dans leur anus jusqu’à ce qu’elle chatouille leurs tympans ... et je suis poli


  • Hervé Hum Hervé Hum 14 décembre 2019 14:45

    Et d’après vous, quelle est la relation de cause à effet entre " les entreprises qui bénéficient régulièrement de milliards de ristournes sur leurs cotisations sociales (pardon, leurs « charges ») à coup d’heures supp. et de primes défiscalisées et désocialisées au détriment des régimes de protection sociale, et de CICE, sans qu’on en voit les effets sur le chômage.

    et "des actionnaires qui ne se sont jamais autant gavés de dividendes et qui votent comme un seul homme pour les dirigeants d’entreprises des augmentations indécentes de salaires et des retraites chapeau, bien sûr non concernées par la réforme « universelle »…

     et enfin "Les riches qui ne sont pas, ou si peu, concernés par cette réforme pourraient-ils avoir un jour à souffrir d’un tel système ? La réponse est non car si le nombre de Millionnaires et de milliardaires augmente, tout est fait pour leur assurer des fins de mois confortables. Notre gouvernement y veille, qui ne ménage pas ses efforts, entre cerises sur les dividendes (qui augmentent en volume) moins taxés, et crème sur le gâteau avec la suppression de l’ISF.

    Faut quand même en tenir une bonne dose pour faire comme si les dividendes des actionnaires ne provenaient pas exclusivement des entreprises et comme si les ultra riches, n’étaient pas ces mêmes actionnaires majoritaires ;

    Bref, comment expliquez vous le fait de diviser en trois, ce qui ne fait qu’un même ensemble ???


    • hocagi@1shivom.com 14 décembre 2019 15:00

      @Hervé Hum
      Bonjour
      Vous avez raison sauf que les fonctionnaire a part tirer sur mon ambulance depuis que j’ai osé ouvrir mes yeux sur ce monde et en respirer l’atmosphère, ne font rien d’autre que de protéger leurs privilèges, ils sont plus royaliste que le roi en la matière, même la justice pour les gilets jaunes est digne des meilleures dictatures d’Amérique Latine, dixit Pinochet alors daignez m’expliquer ? mes ouïes sont grandes ouvertes, j’ai pas dit mes truies  smiley


  • Daniel0 14 décembre 2019 19:35

    Bsr oui les fonctionnaires et tout les syndicats des grosses boites, ils m’emeuvent beaucoup, tiens j’en ai les yeux humides que je me tamponne les yeux avec mon petit mouchoir. Les drapeaux de toutes les couleurs, les appels de détresse, du Zola. La sous traitance elle creve dans son coin, circuler, et pour la solidarité des régimes spéciaux qui ont des morts sur les barricades faudra repasser.


  • PhilippeDu92 PhilippeDu92 14 décembre 2019 23:12

    Je suis d’accord avec votre article sauf sur votre remarque concernant les différences hommes/femmes.

    On ne peut pas présenter les choses en affirmant péremptoirement qu’il existe des différences de salaires hommes-femmes à travail identique. C’est loin d’être le cas partout. Dans toutes les entreprises où il existe une grille de salaires et où les postes sont codifiés, il n’existe pas de différence de salaire puisque c’est le poste de travail qui est rémunéré de façon indicielle. C’est le cas dans la fonction publique, c’est le cas à EDF où j’ai fait toute ma carrière, et dans bien d’autres entreprises.

    L’erreur est de regarder les choses en moyenne et d’en faire une généralité.

    En ce qui concerne les pensions de retraites, je peux vous dire que mes collègues féminines ayant le même diplôme que moi et étant parties au même âge que moi ont toutes une pension supérieure à la mienne grâce aux bonifications pour enfants réservées aux femmes qui se sont ajoutées à leur pension statutaire.

    Attention, je dis bien, à diplômes identiques et à travail identique.

    Je précise également que mes collègues féminines qui sont parties avant l’âge auquel je suis parti sont parties avec la même pension que moi car elles ont mis à profit les bonifications pour enfant afin de partir avant.

    Certes quand on regarde les choses globalement on en déduira que la pension moyenne des hommes est supérieure à celle des femmes, mais c’est parce que les emplois n’étaient pas les mêmes.

    EDF est une entreprise très technique qui embauche surtout des diplômés de filières techniques, or ces ces filières ne sont pas prisées des femmes qui préfèrent les métiers de la communication, du secrétariat, du juridique lesquelles sont moins valorisées que les filières à forte composante technique, mais dans ce cas les hommes (moins nombreux) sont logés à la même enseigne que les femmes.

    Donc méfions nous des généralités.


    • Michel DROUET Michel DROUET 15 décembre 2019 07:47

      @PhilippeDu92
      Pour avoir fait l’essentiel de ma carrière dans la fonction publique territoriale, je confirme ce que vous dites en première analyse. Cependant, il faut bien considérer qu’à grade égal, il existait une tendance à la nomination d’hommes à des postes de direction ou à responsabilité particulières. Cela relevait du machisme inscrit dans les gênes des exécutifs et des directions générales et des lieux communs tels que « les femmes s’absentent pour garder leurs enfants » ou bien ont recours fréquemment au temps partiel. Certes, les choses ont bien changé depuis quelques années, mais il n’en reste pas moins que la culture patriarcale qui s’exerce également au sein des couples et alimente les comportements au travail a provoqué et provoque encore de fait des limitations à la carrière des femmes et partant de là des pensions de retraite moins élevées.


    • Cyril22 15 décembre 2019 18:10

      @Michel DROUET
      Dans de plus en plus d’entreprises, une politique de promotion des femmes est appliquée, mais on peut encore constater dans les filières d’étude qu’il reste une sous-représentation dans les filières scientifiques et techniques, et une sur représentation dans les filières sociales, qui se retrouvent alors sur le marché de l’emploi et dans les entreprises.
      Il y a des évolutions entrainant des effets induits, par exemple la proportion de femmes en médecine augmente, et un nombre conséquent préfère un emploi salarié qu’une installation en médecine libérale ; et en tant que libérale, le volume d’activité est de 25 % inférieure aux hommes.


Réagir