lundi 15 octobre 2018 - par Fergus

Climat social : l’avertissement de… Tocqueville à Macron

JPEG

Emmanuel Macron, alias « Jupiter », en est persuadé du haut de son Olympe : il est l’homme qui, en rupture avec les atermoiements de ses prédécesseurs à l’Élysée, va sortir la société française de ses ornières et l’amener vers des lendemains qui chantent en matière de redressement des comptes de la nation, de relance de l’activité économique, et de retour progressif au plein-emploi...

Des objectifs que Macron, du haut de sa toute-puissance de « monarque républicain », a poursuivis depuis son accession à la présidence en se mettant avec zèle et détermination au service quasi-exclusif du néolibéralisme et de ses puissants bénéficiaires. Et cela en abandonnant délibérément le positionnement « ni de droite ni de gauche » qu’il avait vendu aux électeurs de 2017 avec le concours de médias libéraux complices. Macron a en effet d’emblée déporté le curseur de son action politique nettement vers la droite et mis en œuvre une politique socioéconomique dont la droite avait rêvé mais qu’elle n’avait jamais osé entreprendre, pas même sous le velléitaire Sarkozy, beaucoup plus déterminé en paroles qu’en actes. Cela s’est traduit, dès le début du quinquennat de Macron, par des mesures de confiscation des richesses, adoptées sans le moindre état d’âme au profit des oligarques de l’industrie et de la finance, mais également des héritiers fortunés.

Certes, Macron et son majordome Philippe ont, avec le concours de ministres potiches et des élus godillots de LREM, pris quelques mesures destinées à alléger les charges des Français modestes, à l’image de la disparition progressive de la taxe d’habitation, de quelques dispositions de la loi Pacte, ou de l’allègement des cotisations. Mais que pèsent ces mesures lorsqu’on en rapporte le coût pour l’État aux somptueux cadeaux faits sans contrepartie aux titulaires de grandes fortunes et aux entreprises (suppression de l’ISF, instauration de la « Flat tax ») ? Que dire en outre de l’augmentation de la CSG et du grave différentiel entre la hausse étique des pensions et la forte augmentation concomitante du coût de la vie qui vont gravement impacter les revenus des retraités et, par voie de conséquence, peser sur les aides qu’ils apportent à leurs enfants et petits-enfants ? Que dire en outre de la future réforme des retraites qui, sous couvert d’équité, devrait fortement pénaliser les fonctionnaires et augmenter de facto l’âge du départ de tous ceux qui voudront légitimement disposer d’une pension correcte au terme de leur vie de travail ? 

Tout cela mené à la hussarde par un chef de l’État dont l’arrogance naturelle – dissimulée durant la campagne électorale derrière un masque de séduction – et surtout la condescendance envers les humbles ne sont malheureusement plus à démontrer tant elles ont été illustrées à de nombreuses reprises par des paroles qui, à juste titre, ont choqué nos compatriotes et contribué à précipiter le Président en exercice à des niveaux d’impopularité jamais atteints à ce moment de leur mandature par les précédents occupants de l’Élysée.

Emmanuel Macron ne s’y serait pas pris autrement en matière de gouvernance s’il avait voulu désespérer non seulement les classes populaires, très durement touchées par la mondialisation néolibérale et les effets d’une crise économique persistante, mais également les catégories socioprofessionnelles médianes, victimes elles aussi d’une politique inéquitable, délibérément mise au service des classes supérieures, du grand capital et de capitaines d’industrie rongés par la cupidité.

Ajoutons à cela qu’un nombre croissant de nos concitoyens a pris conscience de la nécessité d’agir d’urgence dans deux domaines, l’un d’importance planétaire, l’autre concentré dans les banlieues de nos métropoles : le défi écologique et la reconquête des territoires perdus de la Républiques. Or, malgré des paroles fortes sur ces deux plans – nul n’a oublié par exemple le « Make our planet great again » prononcé par Macron –, rien de significatif n’a été engagé par l’exécutif sur ces questions vitales, l’une pour lutter contre le réchauffement climatique au plan national, l’autre pour mettre un terme aux dérives communautaristes et à la remise en cause de l’ordre républicain. En refusant de donner à ses ministres d’État Hulot et Collomb les moyens de prendre les mesures énergiques que nécessitent la situation écologique d’un côté et le climat social dans les cités de l’autre, Macron a fait preuve, non seulement d’un autoritarisme de mauvais aloi, mais également d’une consternante duplicité en matière environnementale et d’une pitoyable pusillanimité au plan sécuritaire.

Un exécutif aveugle et sourd

Comment s’étonner, dès lors, que des velléités de rébellion, des rêves de révolte, naissent et mûrissent ici et là, se propagent sur les réseaux sociaux ? Certes, rien ne laisse présager, en l’état actuel de la société française, un embrasement imminent, tant les ouvriers et les employés, trop souvent confrontés au chantage à l’emploi et, pour une partie d’entre eux, repliés sur un individualisme délétère insidieusement instillé dans les esprits par la doxa libérale, sont devenus frileux et craintifs. Mais il est des volcans dont les éruptions ne sont guère précédées de signes annonciateurs, des violentes tempêtes qui se lèvent soudainement sur un océan qui, jusque-là, faisait le gros dos en contenant sa fureur.

De tels climats d’incubation, la France en a déjà connus. Écoutons à cet égard le discours de l’un des plus brillants analystes de la chose politique qui se soit exprimé dans notre pays, l’un de ceux qui ont le mieux compris ce que devrait être une démocratie digne de ce nom :

 « La France avait jeté dans le monde, la première, au milieu du fracas du tonnerre de sa première révolution, des principes qui, depuis, se sont trouvés régénérateurs de toutes les sociétés modernes. Ç’a été sa gloire, c'est la plus précieuse partie d'elle-même. Eh bien ! Messieurs, ce sont ces principes-là que nos exemples affaiblissent aujourd'hui.(…) On dit qu'il n'y a point de péril, parce qu'il n'y a pas d'émeute. On dit que, comme il n'y a pas de désordre matériel à la surface de la société, les révolutions sont loin de nous. Messieurs, permettez-moi de vous dire que je crois que vous vous trompez. Sans doute le désordre n'est pas dans les faits, mais il est entré bien profondément dans les esprits. Regardez ce qui se passe au sein de ces classes ouvrières qui, aujourd'hui, je le reconnais, sont tranquilles. Il est vrai qu'elles ne sont pas tourmentées par les passions politiques proprement dites, au même degré où elles ont été tourmentées jadis. Mais ne voyez-vous pas que leurs passions, de politiques, sont devenues sociales ? Ne voyez-vous pas qu'il se répand peu à peu dans leur sein des opinions, des idées, qui ne vont point seulement à renverser telles lois, tel ministère, tel gouvernement même, mais la société, à l'ébranler sur les bases sur lesquelles elle repose aujourd'hui ? N'écoutez-vous pas ce qui se dit tous les jours dans leur sein ? N'entendez-vous pas qu'on y répète sans cesse que tout ce qui se trouve au-dessus d'elles est incapable et indigne de les gouverner ; que la division des biens faite jusqu'à présent dans le monde est injuste ; que la propriété repose sur des bases qui ne sont pas équitables ? Et ne croyez-vous pas que, quand de telles opinions prennent racine, quand elles se répandent d'une manière presque générale, quand elles descendent profondément dans les masses, elles doivent amener tôt ou tard, je ne sais pas quand, je ne sais comment, mais elles doivent amener tôt ou tard les révolutions les plus redoutables ? Telle est, Messieurs, ma conviction profonde : je crois que nous nous endormons à l'heure qu'il est sur un volcan, j'en suis profondément convaincu… »

Ces paroles fortes et d’une étonnante actualité ont été prononcées par... Alexis de Tocqueville le 27 janvier 1848 dans l’enceinte de la Chambre des Députés. Moins de 5 semaines plus tard, éclatait une nouvelle révolution. Elle contraindra Louis-Philippe à l’abdication et débouchera sur la proclamation de la IIe République.

Emmanuel Macron et ses amis politiques, zélés serviteurs du grand patronat et promoteurs de contreréformes socioéconomiques d’inspiration néolibérales particulièrement injustes pour les retraités et les travailleurs, feraient bien de méditer ce précédent ! On ne peut en effet s’en prendre aux classes populaires avec une détermination aussi manifestement teintée d’arrogance et de cynisme et, « en même temps », sauvegarder toujours plus les intérêts des puissants et des riches sans risquer, à tout moment, de voir les torrents de lave surgir du volcan que l’on croyait endormi !

Une éruption qui pourrait prendre la forme d’insurrections, certes ! Mais aussi – et c’est plus probable en l’état actuel des mentalités et du contexte social – se traduire, comme ailleurs sur le continent, par une arrivée en grand nombre dans les instances européennes et locales d’élus populistes dont la démagogie tient lieu de projet. Une première étape avant que les forces politiques ainsi portées par l’élan populaire impulsé par des électeurs pauvres, des retraités démunis et des travailleurs précaires toujours plus nombreux n’en viennent à viser plus haut, avec des chances de réussite renforcées par l’incroyable aveuglement de nos gouvernants. Et tout particulièrement par la cécité du « monarque ».

Isolé dans son palais républicain au point de ne plus voir la réalité sociale de nos territoires, de ne plus écouter les mises en garde de son entourage, pas plus que celles des observateurs avisés de la vie politique, Macron est-il capable d’entendre l’avertissement de Tocqueville ? Est-il capable de réagir à un discours qui semble avoir été prononcé hier tant il décrit avec lucidité la France contemporaine  ? Rien n’est moins sûr, hélas ! Et c’est ainsi que l’homme qui prétendait redonner de la grandeur à notre pays pourrait être celui qui la précipitera, au mieux dans la crise de régime, au pire dans un chaos dont nul ne sait ce qu’il pourrait en sortir.

Note : cet article est une reprise partielle actualisée d’un texte de ... 2010

 



116 réactions


    • Legestr glaz Ar zen 17 octobre 2018 09:42

      @Fergus

      Comment « réforme t-on » l’Union européenne à 27 ? Il faudrait que vous y réfléchissiez parce que de marathons de la dernière chance en sommets de tous les dangers, de l’eau a coulé sous les ponts.

      Pourriez vous nous donner un reflet de la méthode envisageable pour "réformer’ l’UE ?

    • Fergus Fergus 17 octobre 2018 09:53

      Bonjour, Ar zen

      Le jour où les 27 se rendront compte qu’ils sont au bord du précipice, ils se réuniront en Conseil européen d’urgence et décideront de mettre en œuvre très vite la fameuse réforme qui pourrait leur permettre de pérenniser l’Union. Cela demandera du temps car il faudra remettre à plat les traités existants.

      Mais cela se fera. Et si tel n’est pas le cas, l’UE implosera, avec de graves conséquences pour tous ses états membres qui se retrouveront désarmés au plan économique face aux grands blocs, et en situation de dangereuses concurrences et rivalités au sein même du continent. 


    • Legestr glaz Ar zen 17 octobre 2018 11:53

      @Fergus 


       C’est une vision non critique des traités européens que vous livrez, je dirais presque naïve. 

      En effet, il suffit simplement de prendre en considération la manière dont les traités européens ont abouti à ce qu’ils sont aujourd’hui pour comprendre qu’une, voire de nombreuses réunions du Conseil européen, seront inefficaces pour modifier les traités, qui se changent à « l’unanimité des membres du dit Conseil européen mais aussi des Peuples puisque ces traités ont force »constitutionnelle« compte tenu de la hiérarchie des normes. 

      Nous pouvons maintenant être certains, compte tenu des soldes »Target« ayant cours dans l’Union européenne, que celle-ci va imploser. Mieux vaudrait, pour la France et ses habitants, de prendre les devants de cette catastrophe en sortant d’une manière organisée de cette union maléfique. 

      Je vous livre en pièce jointe une analyse d’un des plus brillant connaisseur de l’Euro. Il faut toujours partir des »réalités« pour comprendre les choses. Les soldes »Target« sont une réalité incontournable.

       »Je profite de l’occasion pour faire observer que les événements s’enchaînent et se déroulent selon le schéma que l’UPR explique de longue date. 

      La ligne de raisonnement que nous développons depuis des années a pu être décriée par les européistes comme étant fallacieuse et fantaisiste. Mais elle démontre aujourd’hui – et chaque mois un peu plus – un pouvoir prédictif certain. 

      Les lecteurs en feront ce qu’ils voudront.

      Mais s’ils ne sont pas incorrigiblement européistes, nous leur disons, dans la langue de la BCE (le globish)  : « Stay tuned. More to come. »  : Restez branché, la suite arrive… !"



      Autre source :


    • Aristide Aristide 17 octobre 2018 12:02

      @Fergus


       graves conséquences pour tous ses états membres qui se retrouveront désarmés au plan économique face aux grands blocs, et en situation de dangereuses concurrences et rivalités au sein même du continent. 

      Il me semble, sans polémiquer ou vous contrarier outre mesure, que votre affirmation est assez ... paradoxale. 

      La concurrence est un fait, que l’on soit dans une union douanière ou pas, elle existe, c’est d’ailleurs une des causes du progrès, un meilleur produit ou service au meilleur prix. Les unions douanières ou accords douaniers de toutes les formes enlèvent aux états des outils de régulation des échanges par la libre utilisation de règles de contingentement, protection de secteurs dits stratégiques, ... On peut être pour ou contre l’UE, mais se seule existence implique « une concurrence libre et non faussée ». 

      On peut discuter de l’efficacité d’une politique qui rétablirait des barrières douanières, mais en tout état de cause, il n’y a pas à mon sens une vérité toute crue comme voudrait nous les faire avaler les UPR, partisans sans modération de l’UE ou pire ceux qui prônent un changement imposé par une conviction. Si vous y voyez une allusion à Mélenchon et son fameux « on la change ou on la quitte », et bien ... vous avez raison.

      L’UE a déjà dépassé un point de non-retour pour ceux qui sont à l’Euro, la solution, comme à chaque fois, est très difficile, peut être arriver à un droit des états à poser des barrières sur les produits importés, mais là ... le libéralisme revendiqué de toutes les instances constitue un vrai obstacle. 





    • Fergus Fergus 17 octobre 2018 12:49

      Bonsoir, Aristide

      « La concurrence est un fait, que l’on soit dans une union douanière ou pas, elle existe »

      Bien sûr qu’elle existe, mais elle pondérée par les pratiques internes de l’UE. Hors Union, cette concurrence pourrait redevenir frontale.


    • Aristide Aristide 18 octobre 2018 13:06

      @Fergus

      Bien sûr qu’elle existe, mais elle pondérée par les pratiques internes de l’UE. Hors Union, cette concurrence pourrait redevenir frontale.

      Vous croyez une minute que la concurrence entre pays qui sont au même niveau technologique pourrait ne pas etre frontale ? Allons, tous les industriels, commercants, services, ... de TOUS les pays ne laissent la place à personne. Vous laissez entendre que la concurrence serait plus sévère hors UE, alors que l’UE interdit tout « entrave » à une concurrence libre et non faussée. « Entrave » que constitueraient par exemple les droits de douanes, le contingentement, ... 

      Vous contestez la solution de l’UPR, sortie UE et Euro, à juste titre mais pour de mauvaises raisons si c’est par crainte d’une concurrence plus sévère. L’UPR est comme Mélenchon dans une vision simpliste, les deux s’opposent sans tenir tenir des réalités économiques. 

      Au niveau international, il est reproché à la Chine ses excédents, de nombreux sommets évoquent ce sujet, renchérissement de la monnaie, ... Dans l’UE, rien sur l’Allemagne, la solution monétaire est inutilisable pour l’Allemagne, il reste seulement des droits ou la mise en place d’une chambre de compensation. Ou par exemple, modifier le calcul des contributions en injectant une part basée sur le niveau d’excédent commercial. ... 

      Enfin, il existe des solutions sans sortir de l’UE à la mode UPR ou la quitter à la mode FI.

  • pallas 15 octobre 2018 09:22
    Fergus
    Bonjour,

    Macron est largement ignoré des autres présidents,on ne le vois jamais invité nul part.

    Pendant ce temps, L’Algérie va acheter son blé en Russie et fait commerce avec La Chine, Le Maroc a une participation active avec les Américains via Boeing, formant des techniciens et ingénieurs.

    Et pendant ce temps la, En France, les fils et filles de bourges font des festivals, des manifestations « Techno », elle est belle la futur élite française, des camés et incultes, rempli de MST.

    Le temps des illusions est terminé, ce monde n’est pas celui des bisounours.

    La France est bord de la guerre civil au même niveau que celui de La Syrie en terme de comparaison.

    Salut

    • Fergus Fergus 15 octobre 2018 09:29

      Bonjour, pallas

      « Macron est largement ignoré des autres présidents,on ne le vois jamais invité nul part »

      Cela me semble erroné. Mais je n’ai pas étudié la question.

      Pour le reste, je trouve là aussi que votre propos manque de nuances : la situation du pays n’est pas brillante, c’est un euphémisme, mais pas au point que vous décrivez. Et à trop vouloir grossir le trait, on rate le but que l’on poursuit !


    • pallas 15 octobre 2018 10:04

      @Fergus


      Bonjour,

      La situation du pays est catastrophique et ça n’est pas un euphémisme.

      Je peut voir des gamins et gamines de la bourgeoisie arrogants qui ont entre 15 à 25 ans, tous malades, faire des festivals, physiquement faible, faire dans la leçon de moral, ne sachant pas écrire correctement, n’y aucuns savoirs, de vrais zombies.

      Ho et d’un autre coté, les cités, je ne parle pas des dealers, mais des pauvres gamins et gamines, faisant dans l’intérim, survivants simplement.

      La nuance est là, ceux qui survivent et ceux qui vivent dans l’oisiveté permanent.

      Fatalement ça ne peut finir qu’en clash.

      J’en est plus que marre des festivaleux, des techno fetards, cette petite bande de bourges, incapable de survivre par eux meme, de ces sales parasites, qui sont les premiers consommateurs de drogues, ou leurs dealers sont dans les cités justement.

       smiley

      Hééééééé.

      La fete est fini, l’heure est à la guerre civil, les forces militaires Russes et Américaines savent cela, les manoeuvres actuel sont la préparation du chaos qui s’installe ici.

      Salut

    • Fergus Fergus 15 octobre 2018 10:10

      @ pallas

      Vous décrivez des situations extrêmes qui sont loin, fort heureusement, de refléter l’état de la société française dans sa majorité. La situation n’est est pas moins très préoccupante.


    • pallas 15 octobre 2018 10:58

      @Fergus


      Bonjour,

      Sa n’est pas une situation extrême que je décris, mais la simple réalité.

      Vous tout comme moi vivons dans des lieux apaisés (nous avons de l’argent) néanmoins, il ne faut pas s’aveugler et regarder dehors, justement je viens de l’extérieur.

      Le mot « amour » n’est plus utilisé par les gamins, hors sa devrait être le phare de l’existence.

      La situation est bien pire que vous ne le croyez, des jeunes femmes sans une once d’instinct maternels et des jeunes hommes sans instincts paternels, en d’autre terme la disparition de l’instinct primitif « parentaux », sans ça une espece disparait et meurt, car pas de descendants, en corrélation avec la grave défaillance génétique rendant les gens stupides ou attardés mentaux.

      Vous ne voyez pas ce que je regarde, votre vision est limité et vous entraine dans l’archaïsme d’un humain encore conscient de lui meme, alors qu’il n’est qu"une machine dorénavant.

      L’humanisme est votre défaut.

      Salut

    • Armelle Armelle 15 octobre 2018 15:10

      @pallas
      Vous serez pas seul à penser ce que vous écrivez, je le pense aussi, et ma foi je pense que ceux qui minimisent la situation sont soit à 10000 lieux de la réalité, dans un petit cocon bien douillet, soit ont peur de perdre leurs acquis, ces fameux « zaquis » bien Français, dans un ras de marée de violence qui effectivement se prépare de façon latente, et donc tentent de se rassurer !!!
      Mais en France, nous sommes aussi les rois de la politique de l’autruche !!! la tête dans le sable et on ne voit plus les problèmes !!! l’anticipation n’a jamais été notre fort, ça se remarque dans tout, et en politique notamment où la règle semble être « après moi le déluge », vous avez des retraités( qui pour 80% sont proprétaires) qui gueulent parce qu’on leur ponctionnent une misère de csg alors que 11 millions d’individus n’ont pas de boulot, bon nombre de couple sur vivent avec enfants vivent avec un smic, sans compter les gens qui doivent sur vivre avec un RMI... en France c’est MOI JE, avec des grèves et manifestations QUE corporatistes. Rien n’est calculé sur le long terme, dixit notre système de répartition dans son ensemble, retraite maladie etc qui à l’époque a seulement négligé le problème de la démographie et de potentielles baisses d’activité ; un e paille !!!
      Alors ce ne sera que mérité si nous essuyons ce ras de marée, car avoir laissé un pays dans un tel état de délabrement, que ce soit en terme d’écologie, de finance et de social tout ça parce qu’une génération, celle d’après guerre, s’est « empiffrée », et a littéralement « consumé » sans se poser la moindre question sur les générations à venir en pensant BÊTEMENT que l’histoire pouvait perdurer infiniment est carrément irresponsable. Et ce sont ces mêmes clowns qui osent donner des leçons aux autres. Quelle bonne blague !!!


  • baldis30 15 octobre 2018 09:32

    félicitations à l’auteur ... !

    mais sera-t-il entendu ?


    • Fergus Fergus 15 octobre 2018 09:52

      Bonjour, baldis30

      Dans un intertitre, j’ai mentionné un exécutif « aveugle » et « sourd ».

      Les questions sont donc :

      Enfermé dans son château et n’écoutant que son ego, Macron est-il capable d’entendre les avertissements sur la dégradation croissante et inquiétante du climat social ?

      Ou bien est-il à ce point asservi par les puissants qu’il ne puisse dévier de la ligne qui lui a été imposée par ceux qui l’ont porté au pouvoir ?


    • Armelle Armelle 15 octobre 2018 17:16

      @Fergus
      « Enfermé dans son château et n’écoutant que son ego, Macron est-il capable d’entendre les avertissements sur la dégradation croissante et inquiétante du climat social »

      Ce ne sera pas le premier ni le dernier à vivre cela, et que ces rois restent « tranquilles » dans leurs dorures, il n’y a aucun risque de soulèvement en France, les mentalités aujourd’hui ne sont pas de ce format, la misère n’est pas assez grande, et le Français moyen aurait trop peur de « risquer » et perdre ce qu’il a, vous savez ces trucs qu’on appelle les acquis.
      Seriez-vous assez naïf pour ne pas supposer que la mesure du climat sociale et des limites supportables ne soient pas un sujet majeur au chateau ? Ce serait alors sous estimer l’intelligence de ces gens, car si nous avions tous autant que nous sommes ici, les mêmes capacités intellectuelles que ces « enfoirés », nous ne serions certainement pas ici, à raconter nos vies et nos opinions... Et puis c’est un tort que d’inconsciemment faire de son intelligence un étalon, c’est humain qqe part mais c’est un tort !!!


    • baldis30 15 octobre 2018 18:24

      @Fergus
      bonsoir,

      dans un autre fil j’ai comparé le voyage en Arménie à celui de Pompidou en Afghanistan à la veille de mai 68 ... Même distanciation physique et intellectuelle entre pouvoir et réalités !

      Au delà de la politique les avertissements ne sont pas mieux entendus : sans parler encore de ce qui vient de se passer dans l’Aude (*) , je ne prends que deux événements récents dans le Gard ayant chacun entrainé la mort : Un camping installé à Saint Julien de Peyrolas en bord d’Ardèche et du Valat d’Aiguèze ... malgré les avertissements, et les interventions réglementaires du maire.

      Autre problème à Aigues-Mortes avec l’imprudence avérée d’une personne alors que là aussi le maire avait averti ...

      On ne veut pas savoir ... on ne veut pas savoir... Inversement des appels tonitruants sans justification intéressent bigrement les journalistes dont l’impudence comble facilement les lacunes, sinon les abimes de leur savoir et de leur intelligence.

      (*) je ferai bien peut-être quelque rédaction là-dessus mais sans connaissance des faits et du terrain ce seraient des propos de café du Commerce ... ce qui ne fut pas le cas en 1999 ou en 2003 dans deux autres épisodes meurtriers


    • Fergus Fergus 15 octobre 2018 18:51

      Bonsoir, Armelle

      Comme vous, je ne crois guère à un « soulèvement », et j’ai d’ailleurs exprimé cette réserve en fin d’article.

      « Seriez-vous assez naïf pour ne pas supposer que la mesure du climat sociale et des limites supportables ne soient pas un sujet majeur au château ? » 

      De l’aveu même de personnalités LREM (confirmé par le Canard enchaîné), Macron s’est coupé quasiment de tout le monde, ce qui ne facilite pas la prise en compte des avertissements. Autre chose : croyez-vous qu’en 1848, Thiers et Guizot n’étaient pas à l’écoute d’éventuels frémissements du peuple ? Or, ils n’ont rien vu venir !


    • Armelle Armelle 16 octobre 2018 00:08

      @Fergus
      Thiers et Guizot étaient bien sûr à l’écoute mais pensez-vous qu’à cet époque ces hommes de pouvoir disposaient de moyens de communications tels qu’aujourd’hui ? Là est justement toute la différence, permettant à nos gouvernants contemporains d’aller chatouiller les limites supportables par le peuple à partir du moment où quelques heures suffisent pour que la France entière puisse être informée de telle ou telle disposition permettant de faire baisser la pression !!!
      Et vous faites justement un parallèle intéressant, le peuple ne disposait pas plus de moyens de communication ni d’information et pourtant ces gens valeureux et RESPECTABLES EUX, en ont pas moins réussi à organiser une révolte qui changea la France à jamais !!!
      Pallas a raison, aujourd’hui, notre gouvernance a affaire à un peuple de mauviettes, de planqués, elle le sait et en joue !!! Et ma foi elle a bien raison. On a ce qu’on mérite. Quand on veut qqe chose, il faut s’en donner les moyens, mais comme dans ce pays les gens se sont habitués à attendre que ça tombe tout cuit dans le bec, alors pensez-vous ! une révolution ? Vous plaisantez, il y a de quoi en rire !!!
      Et c’est le même principe en terme de conditions de vie, les gens ne se défoncent plus, ne tentent même plus de donner le meilleur d’eux même pour obtenir mieux. Ils attendent de la politique, ben voyons !!! le parfait bouc émissaire permettant en même temps de se dédouaner de toute médiocrité !!!
      Trop simple toute votre histoire !!!
      Toujours cette même escapade bien Française ; c’est pas moi , c’est lui... Burk !!! Et s’il existe une « mentalité nationale », je comprends alors mieux la France de 1940. La facilité est l’ennemi de l’humain, elle l’endort et le lobotomise
      Un peuple de oisifs ne comptant tjrs que sur les autres pour que les choses changent, et c’est pour cette raison que je hais la notion d’état nation, ses frontières et son pouvoir que la démocratie représentative perpétue en laissant à chaque tour 75% de citoyens non représentés et en désaccord, ceci entretenant la division. Décidément il est dit que la sagesse vient avec l’âge, pour le coup je suis convaincue et certaine que c’est faux, archi faux !!! Chouette la démocratie


    • Fergus Fergus 16 octobre 2018 09:34

      Bonjour, Armelle

      Au risque de vous surprendre, je suis globalement d’accord avec votre analyse du caractère des Français. Avec le constat que le relatif confort de la grande majorité de nos compatriotes émousse leur combativité. Avec cet autre constat navrant : à défaut de pouvoir s’en prendre aux puissants, trop souvent l’on tape sur plus précaire que soi en dénonçant des mesures d’« assistanat » dont on ne bénéficie pas soi-même. J’avais rédigé un article sur ce thème il y a quelques années. Notre échange m’amène à penser qu’il serait intéressant d’en écrire un autre sur ce thème.

      En attendant, au cas où vous ne l’auriez pas lu auparavant, je vous mets en lien un autre article (de 2013) qui éclaire la différence de perception de la société qui sépare les décennies passées de notre époque : 1953 vs 2013 : paradoxe des conditions de vie. Malgré des progrès évidents en termes de conditions de vie entre ces deux périodes, le climat social s’est à l’évidence dégradé pour différentes raisons, et ne manque pas de susciter la déprime en alimentant du même coup un cercle vicieux potentiellement délétère.


    • Armelle Armelle 16 octobre 2018 11:33

      @Fergus
      Merci pour ce lien. C’est un article intéressant, j’ai bcp aimé l’approche et la notion d’espoir en l’avenir qui finalement caractérise et constitue ce paradoxe ; C’est sans aucun doute ce qui manque dans le climat social toxique qui s’est installé depuis les années 80 et qui n’a cessé d’enfler.
      Alors que, si l’empathie était là et si le monde avait qqe peu de respect pour les générations à venir, nous verrions nos programmes politiques construits et articulés autour d’un axe prometteur que serait par exemple l’écologie et le respect de notre environnement. Environnement qu’ UNE SEULE génération a trouvé le moyen de détruire dans une frénésie de consommation insensée ou consumation plutôt. Cette génération, ayant toujours le pouvoir aujourd’hui, est responsable de cette catastrophe, elle ne peut donc faire partie de la solution !!!
      L’écologie ne peut constituer un parti politique à part entière, comme celui des verts, elle doit être au coeur de tous les mouvements politiques et le problème doit être traité de façon global.
      A mon avis, et pour revenir à ce paradoxe, ce qui manque en politique, c’est un fil rouge, un point de mire commun à tous les citoyens mais dans cette déprime profonde, ces derniers préfèreront alimenter cette guerre immédiate et tout aussi insensée qui est celle de la chasse aux riches, la traque aux gens qui réussissent, sans doute pas jalousie, préférant voir tout le monde pauvre parce que ça rassure !!!
      Dans mon métier je rencontre tous les jours des jeunes gens qui, dans un esprit totalement inverse, se dépassent et construisent des choses formidables, créent même des emplois, ce qui prouve que ce n’est pas la situation qui définit l’avenir de chacun mais bien la volonté. Attendre de la politique me semble puéril et pour en rencontrer des wagons tous les mois, je sais que tout individu sans exception, possède des compétences susceptibles d’être monnayées et qu’il serait opportun aujourd’hui de compter sur soi plutôt que d’attendre l’hypothétique patron ou le messie Elyséen pour espérer mieux... 
      C’est d’abord la crise économique qui engendre la crise sociale, et la crise sociale qui engendre une crise morale, c’est ce dernier stade que nous vivons actuellement je pense, c’est dire l’ascension que nous avons à se taper !!! Et si nous ne faisons pas en sorte de redonner de l’espoir aux jeunes, les considérer, les respecter, faire ressortir leurs compétences afin qu’ils les exploitent eux-mêmes, alors oui, cette fois cette nouvelle génération aura elle les c........ pour tout casser.
      Les enfants d’après guerre sont des enfants gâtés, gâtés et égoïstes, incapables de faire preuve de la moindre objectivité pour conserver leurs intérêts dans un mépris total des générations à venir. Et 68 avec ces mêmes protagonistes aura terminé de saloper cette belle société, dans une forme de « libération » tout aussi puérile et débile, avec l’instauration d’une hégémonie intellectualiste anéantissant nos savoir faire et ses pensées « new age » sociologiques à la con ayant totalement détruit « la famille », et je ne me considère pas has been en pensant qu’un enfant avec deux pères et sans mère est franchement n’importe quoi...
      A chacun son avis, mais j’ai la faiblesse de penser que les observateurs du siècle prochain verront l’histoire sous cet angle...
      Merci pour cet échange


    • Fergus Fergus 16 octobre 2018 11:52

      @ Armelle

      « nous verrions nos programmes politiques construits et articulés autour d’un axe prometteur que serait par exemple l’écologie et le respect de notre environnement »

      Vous pointez là une question essentielle. Il n’y aura pas d’alternative au libéralisme, tel qu’il domine la planète, autre qu’une économie de marché régulée et soumise aux impératifs de sauvegarde de l’environnement. Cela va devenir une question vitale, et à cet égard je ne suis pas mécontent de la forte percée des Verts de Bavière.

      Personnellement, je soutiens la France Insoumise avec laquelle je suis en accord sur la majorité des points. Mais ce mouvement ne pourra réellement progresser que s’il intègre encore plus les questions écologiques dans son approche sociétale.

      « la chasse aux riches, la traque aux gens qui réussissent, sans doute par jalousie »

      Personnellement, je n’ai rien contre les « riches » qui le sont devenus grâce à leur travail ou grâce à des prises de risque financières en entreprise. Mais je ne supporte pas les dérives consistant à se gaver toujours plus (les salaires du grand patronat sont devenus exorbitants) en n’accordant que des miettes aux employés. Je ne supporte pas non plus le système de transmission qui fait la part à des héritiers sans mérite et induit l’émergence de nouvelles dynasties. Tout cela doit être revu.

      Enfin, pour ce qui est de 68, je ne partage pas votre avis, même si je reconnais que la génération dorée qui en est issue a été chanceuse. Mais elle a fait également avancer la société sur de nombreux points. Et les retraités d’aujourd’hui sont bien souvent un soutien indispensable à leurs enfants et petits-enfants. Ajoutez à cela que si les jeunes travailleurs se montraient plus solidaires entre eux au lieu de céder aux sirènes individualistes de la doxa libérale, sans doute ne connaîtraient-ils pas la précarité qu’ils subissent !


    • Aristide Aristide 16 octobre 2018 12:47

      @Fergus


      Mais je ne supporte pas les dérives consistant à se gaver toujours plus (les salaires du grand patronat sont devenus exorbitants) en n’accordant que des miettes aux employés. 

      Vous devez avoir lu de trop prés le programme de la France Insoumise. Vous arguez comme Mélenchon de la nécessité d’un plafonnement de l’échelle des salaires. Bon, ce sont tous des travailleurs, super-payés ou pas, c’est le résultat du travail. On en connait les conséquences qui touchent tous les niveaux, même les cadres intermédiares seront touchés. 

      Limiter les salaires, en voilà de la bonne mesure démagogique et surtout injuste, car quid des revenus mobiliers, immobiliers, la rente, .... La mesure d’une tranche supérieure ? Le conseil constitutionnel l’a censurée.

      Les salaires du patronat, cela n’existe pas, ce sont les revenus du capital. Si vous parlez des patrons de PME, généralement ils triment et souvent tiennent leur entreprise aux bouts de leurs mains. Je suppose donc que vous ne confondez pas ce patronat là et les rentiers, possesseurs d’actions, de part de société et qui n’en foutent pas une rame.



    • Fergus Fergus 16 octobre 2018 13:08

      @ Aristide

      Je ne confonds rien du tout, et surtout pas les petits patrons de PME ou de TPE avec les pédégés des grosses boîtes !

      Et lorsque je parle de salaires, c’est bien de cela qu’il est question. Expliquez-moi à cet égard comment les patrons des grandes boîtes réussissaient à faire tourner leur entreprise et à vivre dans une grande aisance lorsque les écarts de salaire n’étaient que de 1 à 40 alors que maintenant ils sont plutôt de 1 à 200 ou 1 à 300 ? Et cela alors que l’on n’avait pas encore inventé les primes de résultat exorbitantes, les stock-options, les « golden hello » et les parachutes dorés, bref tous moyens de se goberger sans limites ! 

      Et vous me faites carrément rire lorsque vous prétendez que limiter les salaires des grand patrons aurait un impact sur la hiérarchie intermédiaire. Ce serait peut-être vrai pour quelques rares cadres supérieurs membres des comités de direction, mais certainement pas en-dessous, la courbe des salaires ayant une forme exponentielle, ce que vous ne pouvez ignorer !

      Pour ce qui est des autres sources de revenus, c’est le problème de la fiscalité, pas celui de l’équité en entreprise ! Et je suis partisan d’une réforme drastique des droits de succession visant à alourdir fortement tout ce qui ne constitue pas un outil de travail, la part successorale de cet outil de travail étant soumise à une taxation différée lorsqu’elle cédée ultérieurement à un tiers, en proportion du montant de ladite cession.


    • Aristide Aristide 16 octobre 2018 13:45

      @Fergus
      Tous les salaires sont en contrepartie d’un travail, que vous trouviez quelques salaires exorbitants n’est qu’un effet de loupe sur quelques cas assez marginaux, le plafonnement de ces salaires est un vrai rideau de fumée pour mieux dissimuler les vrais bénéficiaires dans cette affaire(*). La vrai injustice dans la répartition des bénéfices dans une entreprise c’est entre le travail et la capital.


      Vous ne parlez pas une seconde du constat fait depuis des décennies de cette tendance lourde à la baisse des revenus du travail et d’une augmentation de la part du capital. C’est vrai que cela fait plus peuple de limiter le salaire des dirigeants que les revenus des actionnaires. D’ailleurs partout on parle de patron, terme assez ... flou qui ne défini pas la relation réelle avec l’entreprise, relation de travail ou propriétaire ? C’est vrai qu’un écart de 1 à 104 ( vrai chiffre pour la France), tout le monde voit ce que c’est c’est, par contre les sommes exorbitantes des dividendes des actions c’est moins parlant. 

      Vous pouvez rire, mais un plafonnement de l’échelle des salaires a toujours une conséquence sur l’échelle globale, les syndicats sont d’ailleurs en général très attentifs à cette dérive consistant à désigner les mieux payés des salariés comme responsables des bas salaires. On l’applique pour les revenus des dirigeants, puis des niveaux inférieurs, etc .... La fonction publique qui a subi cette règle idiote de plafonnement voit des échelles se réduire et toujours dans le sens de la diminution de tous les niveaux.

      Vous vous trompez de cible, ce sont les exigences de rendement du capital qui alimentent la pression sur TOUS les salaires, bas mais aussi moyens et élevés. Vouloir plafonner les revenus du travail n’est qu’une mesure ridicule et de plus assez ... significative : débrouillez vous entre salariés mais ne touchez pas aux revenus du capital. Le plus idiot dans cette histoire c’est de croire que cette limitation bénéficierait aux bas salaires, allons, ce seront les actionnaires les seuls servis. Alors pour moi, en rajouter à la baisse de la part du travail, non merci. 

      (*) La baisse de l’impôt des sociétés à 25% est en route, le gouvernement en profite pour augmenter les taux de réductions d’impôts sur les cessions d’actifs, même les députés LREM sont contre. C’est le sens du libéralisme de favoriser le capital en lésant le travail.

    • Fergus Fergus 16 octobre 2018 17:20

      @ Aristide

      « Vous ne parlez pas une seconde du constat fait depuis des décennies de cette tendance lourde à la baisse des revenus du travail et d’une augmentation de la part du capital. »

      Voilà un point sur lequel nous sommes d’accord ! Je n’en parle pas parce que les revenus du travail sont un sujet venu dans les commentaires de manière incidente, mais ce n’est évidemment pas pour fuir ce qui constitue un scandale et qu’il m’est d’ailleurs arrivé de dénoncer.

      « les syndicats sont d’ailleurs en général très attentifs à cette dérive consistant à désigner les mieux payés des salariés comme responsables des bas salaires. »

      D’accord avec vous là aussi, c’est parfaitement démagogique, eu égard à la part du salaire du patron dans la messe salariale. Mais lorsqu’un de ces patrons se fait voter par un conseil d’administration une augmentation de 25 % alors que ce même patron accorde une augmentation de 1,25 % à ses employés, il y a un vrai problème, et l’on comprend que les syndicats puisse utiliser un biais détourné pour protester.

      « Vouloir plafonner les revenus du travail »

      Je n’ai jamais écrit que j’étais partisan de cela, le plafonnement des salaires exorbitants étant une mesure de salubrité morale dans le monde du travail.

      « ne touchez pas aux revenus du capital. »

      Vous plaisantez ! Bien sûr que la taxation accrue des revenus du capital doit être envisagée et mise en œuvre par un gouvernement progressiste s’il parvient au pouvoir.


    • foufouille foufouille 16 octobre 2018 17:36

      @Aristide

      mais si le sénile parle de tout ça, il suffit de relire ses vieux commentaires avec le travail à 5€/h qui ne le dérange pas.


    • Aristide Aristide 16 octobre 2018 19:20

      @Fergus


      Mais lorsqu’un de ces patrons se fait voter par un conseil d’administration une augmentation de 25 % alors que ce même patron accorde une augmentation de 1,25 % à ses employés, il y a un vrai problème, ...

      Toujours une fixette sur les revenus du travail, dirigeant ou simple OS ce sont des salariés. Par contre si les actionnaires, vous savez ceux qui possèdent et n’en foute pas une rame pour l’entreprise double ou quadruple les dividendes là rien dans votre message ? 

      Allons, votre obsession sur les revenus de quelques dirigeants sur payés entraîne une impossibilité de discussion autour de ce sujet : les revenus du capital ne seront jamais taxés au niveau souhaité encore moins plafonnés, par contre taper sur le salarié dirigeant en laissant entendre que c’est lui le vrai spoliateur .... Enfin, du populisme qui plait visiblement ....

    • Fergus Fergus 16 octobre 2018 19:48

      @ Aristide

      OK ! Je vois que c’est reparti pour une polémique stérile. Brisons-là ! comme on disait naguère.

      Je vous souhaite une excellente soirée.


    • Aristide Aristide 17 octobre 2018 07:24

      @Fergus

      Quelle polémique ?

      Il s’agit simplement de mettre en évidence que le plafonnement des revenus du travail est injuste alors qu’il est impossible de limiter les revenus du capital. Ce ne serait pas constitutionnel. Maintenant continuez à gémir sur les salaires des mieux payés des salariés et ignorer les revenus incroyables du capital.

  • gruni gruni 15 octobre 2018 10:26

    Bonjour Fergus


    « pas même sous le velléitaire Sarkozy, beaucoup plus déterminé en paroles qu’en actes ». 

    Sarkozy n’a-t-il pas dit « Macron c’est moi en mieux ». Il ne s’est pas trompé.

    Sarkozy avait probablement lu Tocqueville.

    • Fergus Fergus 15 octobre 2018 11:32

      Bonjour, gruni

      Pour une fois, Sarkozy a fait preuve de lucidité. Quant à avoir lu Tocqueville ou Montesquieu, j’ai du mal à le croire. smiley


  • zygzornifle zygzornifle 15 octobre 2018 11:20

    Mettre un trader de chez Rothschild a le tète d’un pays et espérer du social , faut être plus que crédule...


    C’est comme faire garder ses gosses par un pédophile , c’est comme confier ses économies a Redoine Faïd , c’est comme présenter sa fiancé a Tariq Ramadan , autant rêver d’un tigre végan .... 

    • Fergus Fergus 15 octobre 2018 11:38

      Bonjour, zygzornifle

      Le pire n’est jamais sûr ! C’est du moins ce qu’ont dû se dire les électeurs de Macron.

      C’est d’ailleurs plus sur le rejet de LR et du PS - et sur sa capacité à séduire les retraités - qu’il a été élu que sur sa ligne programmatique dont le contenu libéral était pourtant assez clairement exposé.


    • baldis30 15 octobre 2018 18:27

      @Fergus
      rebonsoir,

      et en plus il est beau ... beau .. ; beau ! mais cette beauté relève-t-elle Praxitèle ou s’apparenterait-elle à Michel Simon ... à moins que feu Jacques BREL ....ne la chantât


    • BOBW BOBW 17 octobre 2018 10:36

      @baldis30 : Ah oui :« Beau et Con à la fois » ! smiley


  • Aristide Aristide 15 octobre 2018 11:29

    Face à ce pouvoir peut-être faudrait-il méditer sur cette citation du même Tocqueville, le 25 Février 1848, sur les discours tenus ici et là :


    « ... L’un prétendait réduire l’inégalité des fortunes, l’autre l’inégalité des lumières, le troisième entreprenait de niveler la plus ancienne des inégalités, celle de l’homme et de la femme ; on indiquait des spécifiques contre la pauvreté et des remèdes à ce mal de travail, qui tourmente l’humanité depuis qu’elle existe. Ces théories étaient fort diverses entre elles, souvent contraires, quelquefois ennemies ; mais toutes, visant plus bas que le gouvernement et s’efforçant d’atteindre la société elle-même, qui lui sert d’assiette, prirent le nom commun de SOCIALISME »

    Quelle meilleure plaidoirie pour une vraie réflexion sur l’alternative au libéralisme !





    • Fergus Fergus 15 octobre 2018 11:47

      Bonjour, Aristide

      Tout le problème de ce discours (prononcé au lendemain de l’Assemblée Constituante de 1848) est dans le « visant plus bas » qui a pu être diversement interprété. En l’occurrence, il ne faut pas se leurrer : malgré ses pulsions humanistes et son appétence pour plus d’équité sociale, Tocqueville était à ce moment de sa carrière un conservateur assumé. D’où son adhésion au parti de l’Ordre.


    • Aristide Aristide 15 octobre 2018 13:15

      @Fergus

      Sans vouloir vous contredire, tellement vous êtes sensible à cet inconvénient dans ce genre de discussion, il s’agissait pour moi de mette en évidence l’actualité de son propos sur la recomposition de la gauche actuelle. Sa longue tirade sur la révolution me semble beaucoup plus ... datée.

      L’Etat est fort et nous tient bien à l’abri de ces mouvements prétendument révolutionnaires mais en réalité subversifs. L’image d’une révolution qui traîne ici et là, la fleur au fusil et quelques têtes sur des piques est une vision romantique qui tranche avec la réalité de guerre civile comme en Espagne, du renversement par l’armée en Argentine ou au Chili, des épurations à Cuba, Vietnam et autre Cambodge, .. enfin ces massacres à la chaines pour aboutir à pire qu’au point de départ. 



    • Fergus Fergus 15 octobre 2018 13:25

      @ Aristide

      « il s’agissait pour moi de mette en évidence l’actualité de son propos sur la recomposition de la gauche actuelle »

      Je suis d’accord avec vous sur ce point.

      « Sa longue tirade sur la révolution me semble beaucoup plus ... datée. »

      Un peu, sans doute. Mais pas sa mise en garde sur l’état du climat social, non perçue par les élites de l’époque comme la montré la révolution de février 1848.

      Pour le reste, je partage votre analyse. Et c’est pourquoi j’ai parlé d’un « chaos dont nul ne sait ce qu’il pourrait en sortir."


  • leypanou 15 octobre 2018 11:34
    rien de significatif n’a été engagé par l’exécutif sur ces questions vitales, l’une pour lutter contre le réchauffement climatique au plan national : vous êtes un sacré rigolo Fergus.

    Croyez-vous vraiment que si vous faites des petits gestes de simple bon sens -tri sélectif, ne pas polluer du plastique, privilégier les circuits courts, etc, etc- vous allez faire baisser la température de la terre de 0,5°C ?

    Cette affaire de réchauffement climatique n’est que de l’enfumage à l’échelle planétaire. Le fait que TOUS les msm s’y mettent suffit amplement à ne pas le croire. Quand on a vu le fameux Jeffrey Sachs, celui qui a mis à genoux l’économie de la Russie avec les privatisations à outrance des énnes Yeltsine, lors de la COP21 et qu’on y croit encore, c’est qu’on est vraiment atteint dans sa lucidité.

    En ce moment même, des milliers de jeunes manifestent dans toute la France pour lutter contre le prétendu réchauffement climatique : quelle preuve de naïveté !

    • Fergus Fergus 15 octobre 2018 12:04

      Bonjour, leypanou

      Qui parle de « petits gestes de bon sens ». Ce n’est évidemment pas (seulement) cela qu’il faut mettre en œuvre, mais un véritable plan d’économies d’énergie passant par l’isolation des habitations à grande échelle et la mise en place de transports collectifs en alternative à la voiture. Entre autres mesures...

      Quant à nier le réchauffement climatique, vous en avez le droit. Mais n’allez pas en parler aux gens du Sud de la France qui vivent de plus en plus l’été dans des fournaises, et au printemps ou en automne subissent des précipitations de plus en plus souvent catastrophiques. Ou aux habitants du Sud de l’Europe où l’on a enregistré des températures estivales supérieures à 45°. Ou bien encore aux Savoyards qui n’ont jamais vu les glaciers fondre aussi vite ! 

      Ah ! pendant que j’y suis, sachez qu’en Bretagne, plusieurs vignobles ont été plantés récemment parce que le sol s’y prête et parce que le climat fortement évolué. Non loin de chez moi dans les Côtes d’Armor, c’est un jeune viticulteur venu tout droit du vignoble de Nouvelle-Zélande où il a exercé durant plusieurs années qui s’est lancé ; sa première récolte est prévue pour 2019. Quant à ce couple de viticulteurs de Cahors avec qui j’ai récemment discuté de la questions, il est très inquiet de la montée en degrés de sa production : au delà de 14°, notre vin sera invendable : or, le taux ne cesse d’augmenter !


    • leypanou 15 octobre 2018 12:22

      @Fergus

      le fait qu’il y a un peu de réchauffement maintenant ne prouve rien du tout. Qui peut prouver qu’il n’y aura pas refroidissement plus tard ? La météo est incapable de prévoir le temps sur plus de 10 jours et elle prétend savoir ce qui va se passer dans 50 ans ?

      Régulièrement, des scientifiques rigolos enfument le monde avec leur pseudo-conviction, vous avez ici un exemple (un peu long 14mn).

    • Fergus Fergus 15 octobre 2018 12:58

      @ leypanou

      On n’est pas là sur de « l’enfumage », mais sur des faits inquiétants irréfutables : la majorité des années les plus chaudes est concentrée dans la dernière décennie. Et le phénomène est en voie d’accélération comme le montre l’état de la fonte des glaces arctiques. Ce que confirment les données de l’OMM : 2015, 2016 et 2017 ont été les années les plus chaudes de l’histoire contemporaine. Et 2018 est bien parti pour battre le record !


    • Aristide Aristide 15 octobre 2018 13:44

      @Fergus


      Quand les glaces arctiques fondent cela n’a aucun impact sur la montée du niveau des mers, seule la fonte des glaces nommées calottes du Groenland et de l’Antarctique et celle des glacierscontinentaux pourraient entraîner une hausse du niveau des mers.

      Sur ce sujet des conséquences du réchauffement sur le niveau des mers, on est dans une désinformation, voilà la conclusion d’un article de Catherine RITZ spécialiste des glaces au CNRS suite à un article de la NASA sur l’augmentation des précipitations de neige en Antarctique :
       
      « En conclusion, l’évolution de l’épaisseur de glace en Antarctique n’est pas uniforme. Dans certaines régions il y a un léger gonflement mais comme ces régions sont très étendues, cela arrive à cumuler des gains importants. Dans d’autres régions, surtout vers la mer d’Amundsen, il y a un affaissement très fort. En raison des difficultés de mesure, il n’est pas possible d’évaluer précisément si le bilan global est positif ou négatif. Cependant le deuxième mécanisme est en lui même inquiétant car on estime qu’il pourrait être le début d’une déstabilisation d’une bonne partie de l’Antarctique de l’Ouest. Enfin, Il ne faut pas oublier que l’on a seulement 20 ans de mesures, depuis l’existence des mesures par satellites qui constituent les seuls moyens d’évaluer l’ensemble de l’Antarctique. Pendant ces 20 ans, on a observé des changements importants mais l’Antarctique est un système relativement lent et on a du mal à évaluer ce qui constitue le fonctionnement normal et quel est l’effet du changement climatique. »



  • siatom siatom 15 octobre 2018 12:00

    Note : cet article est une reprise partielle actualisée d’un texte de ... 2010

    C’est pas beau de s’autoplagier même si faute avouée est à moitié pardonnée.

    Je me demandais si le recyclage d’écrits avait un impact positif sur la couche d’ozone ?


    • Fergus Fergus 15 octobre 2018 13:01

      Bonjour, siatom

      Merci pour cette demi-absolution !

      Pour ce qui est de la couche d’ozone, je ne sais pas. Mais j’avoue que je ne suis pas un modèle sur cette question : je mange des artichauts et des oignons dont chacun sait qu’ils sont à l’origine de flatulences néfastes pour la planète. smiley


    • siatom siatom 15 octobre 2018 13:33

      Bonjour Fergus,

      Je viens de me rendre compte avec effroi que j’avais omis de vous saluer dans mon précédent commentaire.

      Si j’ai manqué de l’urbanité la plus élémentaire j’ai su faire preuve d’habileté en évitant les sujets qui fâchent et notamment la mirifique alternative que vous évoquez dans une réponse à bebert..

      Là, je frôle dangereusement la prétérition.

       

    • Fergus Fergus 15 octobre 2018 13:40

      @ siatom

      Mieux vaut « frôler la prétérition » sur Agoravox que le bord de la falaise au Cap Fréhel ! 

      Je connais d’ailleurs vos idées, et soyez assuré que je les respecte, même si je ne les partage pas. Il faut de tout pour faire un électorat, y compris en Armorique.


  • McGurk McGurk 15 octobre 2018 12:24
    Ils ont beau sortir d’écoles prestigieuses, avoir une culture généralement au-dessus de la norme, ils sont néanmoins totalement aveugles et sourds à ce qui se passe dans la société et le monde.

    Parce qu’ils ont été d’abord formatés à devenir « des élites » et donc vivre dans des sphères très supérieures, où personne ne connaît le chômage et où un seul contact peut lancer une carrière fulgurante avec un salaire auquel la plupart des gens n’oseraient même pas rêver.

    Le « parcours » de Macron est très intéressant car il n’en a justement aucun. Et lorsque je dis « aucun », c’est parce que, si on le regarde de plus près, on s’aperçoit qu’il est constitué d’évolutions flagrantes sans raisons apparentes pouvant les justifier.

    Dans la vie normale, personne ne devient banquier en venant d’un cursus politique - surtout sans qualifications dans le domaine. Personne n’a la capacité d’être propulsé à un poste au gouvernement et de s’accommoder des différents gouvernements en travaillant indifféremment de leur orientation.

    La question intéressante à se poser est : combien y a-t-il de « Macrons » dans notre société - violant impunément les règles à être propulsés à n’importe quel poste en dépit du bon sens, de l’expérience et du diplôme obtenu - ?

    Il y aura deux cas de figures quant à l’avenir (lointain) de la société. Soit ces personnes comprendront que ce modèle est sur le point de céder - et ils en inventeront un nouveau, plus juste en apparence, tout en étant toujours aux commandes -, soit ils continueront à foncer dans le mur - et là, ils seront massacrés jusqu’au dernier.

    Le monde n’a pas tellement changé en terme de pouvoir depuis le temps des rois, ce sont juste les appellations qui ne sont plus les mêmes. Il y a toujours, comme à l’époque, autant d’arrogance, d’indifférence et de mépris pour les autres. L’égoïsme s’est simplement accru.

    • Fergus Fergus 15 octobre 2018 13:10

      Bonjour, McGurk

      Je partage très largement vos observations. Et je pense que, plus ou moins consciemment, nombre de nos compatriotes font les mêmes constats, ce qui alimente évidemment le ressentiment envers ces élites consanguines qui accaparent les pouvoirs et les richesses. D’où la pression qui augmente sous le couvercle de la marmite !

      « il est constitué d’évolutions flagrantes »

      Je présume que c’est « fulgurantes » qu’il convient de lire.


    • pallas 15 octobre 2018 13:11

      @McGurk


      Bonjour,

      Sa dépens de quel temps des Rois dont ont parle, celui de Louis 15, 16 et 18, ou bien celui de Louis 10, 11, 14 que sais je, le seigneur Féodal « Le Faucon Noir ».

      A l’époque de L’Empire Romain, les Elites Guerrières étaient avec leurs troupes, ne se cachant pas, payant avec leurs argents des jeux à la populace.

      Les jeux du cirque, sont l’équivalent des 5 minutes de Orwell, largement repris dans les films « Américan nightmare ».

      Les festivals à l’origine ont pour but que les soldats avant d’aller au front crée de nouvels portée avec la femme du soir, sa n’a pas changé, mais les gens ne le savent pas.

      La tactique militaire est d’abord d’avoir une armée, donc des soldats et donc favoriser cela, la sexualité à outrance, tous les moyens cognitifs sont bon.

      A L’age de l’antiquité, toutes les formes de manipulation était déjà optimum.

      Salut

    • McGurk McGurk 15 octobre 2018 14:14

      @Fergus


      Oui le terme conviendrait mieux, en effet.

      C’est fou qu’on ait pas remarqué avant ce CV qui est des plus douteux. Personne n’a réellement creusé pour comprendre pourquoi ça a été possible et je suppose que personne ne le fera jamais. Parce que, si c’est une possibilité, alors le marché de l’emploi actuel - étriqué, loufoque et élitiste - n’a pas lieu d’être et le chômage non plus.

      C’est surtout la perte totale de confiance des électeurs que je trouve triste, les autres ayant tellement de fois retourné leur veste. Ce qui a entraîné une radicalisation des mouvements (le fameux « y’a que ce chemin du »tout finance« qui est possible ») et des élites (les trois 49-3 par exemple pour faire passer la loi destructrice sur le travail).

      Perde la confiance de la base et s’emmurer dans le pouvoir, la parfaite recette pour s’enfoncer dans la dictature. Ce pays qui est le mien n’est, hélas, plus une démocratie depuis plusieurs décennies...

    • McGurk McGurk 15 octobre 2018 14:20

      @pallas


      En fait si, les gens le savent bien. Mais ils sont trop occupés dans une société trop individualiste, centrée sur la compétition dans tous les domaines, où l’argent et la rentabilité sont les maîtres-mots. Personne n’a le temps de grogner, surtout après une journée de travail épuisante et avec si peu de repos.

    • pallas 15 octobre 2018 14:52

      @McGurk


      Bonjour,

      Je suis quelqu’un d’individualiste, profondément, mais je ne fais pas dans le parasitage d’autrui, mais aujourd’hui la plupart des gens ce jouent au prédateur de pacotille alors qu’ils ne font que vampiriser autrui.

      Tous ici, avons une certaine classe social et niveau intellectuel supérieur à la moyenne, c’est un fait.

      Malgré le nombres de lecteurs et d’intervenants rien ne change, la cause est simple, nous sommes les spectateurs de cette pièce de théâtre et ont commentent, ont s’amuse de cette situation intérieurement, je ne m’en cache pas, ça me plait de regarder les cafards gesticuler.

      Je ne suis pas hypocrite.

      Sa n’est qu’un jeu, nous connaissons tous les règles et loin de moi d’avoir de la compassion ou charité envers des individu(e)s inférieur, supporter cette horde est deja difficile leurs donner de l’importance m’est impossible.

      Quand je les regardes je ne vois que des zombies, meuglant devant un match de foot, se droguant, cherchant l’argent facile, et n’ayant le cerveau que bloquer sur le sexe, comme de vulgaires automates, sans une once d’intelligence et de conscience et peut importe la classe social, les pires sont dans la bourgeoisie, de ces vieilles Maisons en déclassement social, n’ayant pas d’héritier(e)s, continuant à pourrir.

      Croyez moi, ce nouveau monde qui commence, il n’y a pas de place pour ces gens là.

      Salut

    • Fergus Fergus 15 octobre 2018 15:53

      @ McGurk

      « ils sont trop occupés dans une société trop individualiste »

      L’un des gros problèmes posés par la société capitaliste telle qu’elle est vendue aux peuples depuis des décennies est que la plupart des employés croient pouvoir grimper dans la hiérarchie des entreprises et accéder à terme à des postes de responsabilité au détriment des collègues. Dès lors, ceux qui sont dupes de cette carotte se rangent trop souvent au côté de leurs supérieurs au lieu de soutenir ceux qui sont dans le même sac qu’eux ! Un très mauvais calcul car seul un petit nombre a des chances de parvenir à s’élever de manière significative. Mais un effet gagnant pour le patronat qui, en favorisant l’individualisme et l’ambition, se met de cette manière une bonne partie des employés dans la poche, ou à défaut s’assure de leur neutralité.


    • McGurk McGurk 15 octobre 2018 16:58

      @pallas


      C’est pourtant le monde vers lequel on va à vitesse grand V. Celui de l’argent, du parasitage et de la compétition.

    • Odin Odin 16 octobre 2018 12:26

      @McGurk

      « Personne n’a réellement creusé pour comprendre pourquoi ça a été possible » ENA + FAF + Parrains (Attali, Jouyet…) è Bilderberg = Élysée.  


  • ticotico ticotico 15 octobre 2018 15:39
    @Fergus

    "l’homme qui, en rupture avec les atermoiements de ses prédécesseurs à l’Élysée, va sortir la société française de ses ornières et l’amener vers des lendemains qui chantent en matière de redressement des comptes de la nation"

    A mon avis, sa présence à l’Elysée n’a rien à voir avec cette description des objectifs...

    Pour ma part, je formulerais plutôt sa mission comme ça :
    Veiller à la mise en place et au bon fonctionnement des mécanismes de saisie de l’épargne des français en prévision de la crise financière à venir, en attendant, occuper la galerie en améliorant la redistribution de la richesse nationale au profit des mieux lotis.

    Tout le reste n’est que brassage d’air et communication vide de sens... 

    • pallas 15 octobre 2018 15:53

      @ticotico


      Bonjour,

      EDF (je conserve l’ancien nom) et Areva, sont dans le dépot de bilan, derriere il y a des petites compagnies et autres sociétés ecran, et comme un chateau de carte sa tombe vite.

      On ne battit pas une économie que sur la petite corruption et autres trucs infantile.

      Les Russes, Les Chinois, Japonais et tout autre pays ne torpille pas sa propre économie, ils ont un minimum de bon sens les autres nations, c’est la cours des grands « Le concert des Nations », sa n’est pas l’école primaire de celui qui veut sortir avec la plus jolie nana en montrant ses billes.

      La France est constitué d’amateurs et de tricheurs qui se plaignent de perdre, j’aimerai pas etre un grand dirigeant d’un consortium français actuellement, car il sait trés bien que la situation est grave et qu’il va etre ruiné du jour au lendemain, et que le couperet arrive fatalement.

      Salut

    • Fergus Fergus 15 octobre 2018 16:08

      Bonjour, ticotico

      Je parlais évidemment des objectifs officiels, ceux qui ont été vendus à l’électorat en 2017.

      Pour ce qui est « des mécanismes de saisie de l’épargne des français en prévision de la crise financière à venir », rien de particulier n’a été fait par Macron, et rien n’est à ma connaissance en projet.

      Si une telle crise devait survenir, l’Etat n’aurait d’ailleurs pas à saisir quoi que ce soit, mais à laisser les banques apurer leurs pertes sur le dos des clients dans la limite des montants légaux garantis par ledit Etat.

      Pour mémoire, cette garantie est de 100 000 euros pas client. Et jusque-là elle n’est pas menacée par l’exécutif. Il est vrai que cette garantie est relative et ne pourrait pleinement s’appliquer dans les faits si plusieurs banques faisaient faillite.

      Bref, Macron n’a rien de particulier à faire !


  • France Républicaine et Souverainiste France Républicaine et Souverainiste 15 octobre 2018 16:10
    Au moins nous sommes d’accord sur l’économie au service de l’homme et la défense des services publics. On va le regretter longtemps, le PCF ouvrier du temps de Marchais, qui lui ne se laissait pas piéger comme FERGUS sur les questions sécuritaires :



  • Armelle Armelle 15 octobre 2018 17:01

    « ...On va le regretter longtemps le PCF ouvrier du temps de Marchais... »

    Heu... le regretter ? tout dépend qui vous mettez dans le « ON »

    En ce qui me concerne, ce n’est pas le cas, ce clown était juste une figure du PAF, au même titre que Coluche par exemple à la différence que ce dernier faisait exprès de nous faire rire !!!

    Marchais et ses âneries grosses comme lui, occultant comme d’habitude toutes réalités, me paraissait être le dernier rescapé d’une idéologie obsolète ayant fait ses heures de gloires avec le front populaire, ...un truc de la préhistoire qui empêche encore aujourd’hui à certains de percevoir que d’autres solutions sont possibles, mais seulement il faut se mouiller pour ça et c’est sûr, le risque n’est pas chose aisée pour l’adepte du salaire assuré chaque fin de mois...

    Pffff Marchais !!! Et pourquoi pas le retour de la Traban aussi ?

    Le capitalisme n’est sûrement pas la panacée mais il reste sans doute le modèle le moins pire !!!
    En tout cas l’histoire nous la montré, ne vous en déplaise !!!
    Et vos « services publics » n’ont de services que le nom. Si encore ils se montraient performants, on pourrrait commencer à discuter mais c’est loin d’être le cas. Ha si j’en connais un qui est performant, c’est Bercy !!! mais seulement à l’égard des petites gens, des petites entreprises, pour les autres, cet amas de fainiasses collabos n’est même pas foutue de mettre un terme à l’évasion fiscale et aus malversasions (de copinage) à laquelle ils se livrent impunément face à une incompétence crasse et un jmenfoutisme incurable !!! Non mais c’est une farce !!!
    Le libéralisme s’imposera un jour de façon naturelle, et vos systèmes à la con s’effondreront sous leur propre connerie, et pour une raison importante, ; celle de ne pas respecter l’ÉQUITÉ.


  • Djam Djam 15 octobre 2018 17:38

    Rien de nouveau chers amis d’AV. Des décennies qu’on lit des déceptions et du pire après chaque élection. Les français, dans la grande majorité, ne bougeront pas. Le peuple n’est pas celui de l’époque des citoyens courageux. Aujourd’hui ça râle mais ça gobe tout. Encore trop de petits conforts à perdre chez chaque français pour oser foutre cette équipe de mafieux dehors. La destruction continuera...on parie ?


    • Armelle Armelle 15 octobre 2018 17:58

      @Djam
      Totalement d’accord, je le dis d’ailleurs plus haut, et les seuls capables d’initier un tel mouvement susceptible de prendre des airs de rebellion armé, et que ce mouvement puisse « fédérer » ne peuvent être que ceux qui sont les plus proches de la sphère du pouvoir, à savoir les fonctionnaires, et là en terme de petits conforts et de petits acquis à perdre, il n’y a pas de doute, la probabilité d’un tel événement est tout simplement nulle !!!
      C’est tellement plus facile de râler sur un clavier, ça soulage, et la presse libre y compris ces médias citoyens sont du pain béni pour ces monarques, ça contient les colères et sert de soupape aux trop pleins intempestifs...
      Je pense franchement que le peuple sous estime les niveaux de stratégie atteints dans les sphères du pouvoir, nous ne sommes que des pions et verrons comme vous dites, la destruction continuer...Donc je ne parie pas contre vous mais AVEC vous !!!


    • pallas 15 octobre 2018 18:03

      @Djam


      Bonsoir,

      Que le peuple disparaisse simplement s’il est faible.

      En ce monde, les cloportes et larves n’ont fait que trop durer et imposer leurs dogmes, ce chapitre se referme maintenant.

      Ce monde est celui de la loi du plus fort et non celui du plus lâche et traitre.

      Un simple retour à la normal, extrêmement violent, la 6 emes extinctions massive d’espèce sera largement suffisant pour faire le menage.

      Salut

    • Fergus Fergus 15 octobre 2018 18:56

      Bonjour, Djam

      Je suis assez d’accord avec vous, cela ne bougera pas dans les rues, ou alors de manière trop étriquée pour faire plier le pouvoir. Cela pourrait en revanche bouger dans les urnes, et pas forcément dans le sens d’un pouvoir responsable.


  • markos 15 octobre 2018 19:00
    je fais partie des non déçus de macron puisque je n’y ai jamais cru à son programme miracle.
    quand on applique à la lettre les directives de Bruxelles, il ne faut pas s’attendre à ce que ça soit bon pour le pays, l’essentiel des mesures tant de lisser vers le bas les derniers « privilèges »gaulois au profit des puissants.
    je crois qu’on n’a pas encore tout vu de quoi était capable cet olibrius et je pense que la prochaine surprise sera son renoncement à la suppression de la taxe d’habitation pour la bonne est simple raison qu’on n’en a pas les moyens. le chômage est stable malgré la réforme du code du travail, la croissance ne décolle pas malgré les cadeaux fiscaux aux entreprises et on se demande bien ou on va trouver les milliards nécessaires pour financer cette suppression.
    comme on dit, les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent.

    • Fergus Fergus 15 octobre 2018 19:14

      Bonsoir, markos

      Je ne crois pas qu’il renonce à la suppression de la taxe d’habitation. Le processus est engagé et il perdrait le crédit qu’il lui reste s’il faisait machine arrière. Ce n’est d’ailleurs pas l’Etat - donc Macron - que cette mesure pénalise le plus directement, mais les communes. C’est donc ces dernières qui devront trouver des solutions si l’Etat ne respecte pas, fût-ce partiellement, ses engagements de compensation. Avec bien du plaisir pour les maires en matière de communication en direction d’administrés pour qui les questions de transferts financiers sont du chinois ! 

      Pour le reste, vos constats sont irréfutables.


    • markos 15 octobre 2018 20:24

      @Fergus

      il va manquer 10 milliards et l’état ne les a pas, ou pas en totalité.
      si l’état n’est pas en mesure de compenser à l’euro près comme promis, les municipalités sauront trouver de nouvelles formes de contribution, et légalement elles en ont le droit.
      alors le gouvernement va se retrouver devant plusieurs choix : compenser par de la dette, par de nouvelles taxes ou l’augmentation de taxes existantes ou repousser de un an ou deux le calendrier prévu.
      je penche pour la dernière.

    • Fergus Fergus 15 octobre 2018 20:34

      @ markos

      Le fait est que l’Etat va devoir compenser d’une manière ou d’une autre, mais je ne crois pas que cela prenne la forme d’un renoncement à la mesure.

      Vous avez oublié une solution à laquelle ont déjà eu recours d’autres gouvernements avant celui-ci : les artifices comptables qui permettent de décaler sur l’exercice suivant telle ou telle dépense. Un moyen pas très orthodoxe de se donner de l’air momentanément, de remettre au lendemain la solution du problème.

      Cela dit, je ne suis très compétent dans ce domaine.


  • agent ananas agent ananas 15 octobre 2018 20:45

    Au lieu de s’occuper du changement climatique, Macron ferait mieux de s’occuper du climat social.
    Make France Great Again ... lol


  • troletbuse troletbuse 15 octobre 2018 21:15

    ET toutes ces personnes qui ont tapé allégrement sur Fillon sans piper un mot sur Macron vont nous présenter un PS nouveau-c’est l’époque des vendanges- mais ce ne sera qu’une horrible piquette (Jean Ferrat)- Le PS noyé dans l’europa est une foutaise. Une nouvelle machine à perdre comme la Merluche qui dit dit se contredit.


    • Fergus Fergus 15 octobre 2018 22:37

      Bonsoir, troletbuse

      Vous semblez oublier que Fillon est un escroc avéré ce qui pas encore démontré pour Macron (je parle des affaires privées, et pas de la conduite du pays). Quant au « PS nouveau », où le voyez-vous poindre ?


    • troletbuse troletbuse 16 octobre 2018 08:55

      @Fergus
      Quelle mauvaise foi, Fergus ! Donc d’après vous, il existe les escrocs AVERES et les escrocs innocents, c’est à dire ceux dont la justice ne s’occupera jamais. Au fait, qui remplace l’étouffeur ou l’étouffoir Molins ?


    • Fergus Fergus 16 octobre 2018 09:42

      Bonjour, troletbuse

      Des documents et des témoignages accablants ont été publiés sur Fillon. A ma connaissance, ce n’est pas le cas sur Macron. Mais peut-être êtes-vous en possession de tels documents ? Auquel cas, je serais ravi que vous les transmettiez au parquet afin que soit ouverte une procédure contre lui ; ou a minima, transmettez-les aux médias non inféodés !

      Un mot encore : votre idolâtrie pour Fillon fait plaisir à voir, au moins n’a-t-il pas encore perdu tous ses admirateurs ! smiley


    • Fergus Fergus 16 octobre 2018 09:59

      Bonjour, Self con troll

      Pour Macron, je suis d’accord avec vous sur ces questions. Mais le fait est que l’on n’a encore rien vu, pas même dans les médias qui lui sont les plus hostiles.


    • troletbuse troletbuse 16 octobre 2018 10:02

      @Self con troll

      Je suis tellement admirateur de Fillon que j’ai voté Asselineau  smiley
      Mais l’affaire Fillon n’a été sortie que pour faire élire Micronimbus. C’est clair. J’ai horreur de ces manigances et également de ceux qui ont marché dans cette esbrouffe. Aujourd’hui c’est l’affaire MLP vu les élections européennes. Tout cela est gros mais comme disait Goebbels ..
      Et tout ceux qui attisent ces affaires, ordonnées par le pouvoir par le biais des juges soumis, sont des alliés du pouvoir.


    • troletbuse troletbuse 16 octobre 2018 10:05

      @Fergus
      Ah bon, citez moi en au moins UN ? L’Immonde, L’Aberration, Le Coin, coin, L’Ex-Presse ?


    • troletbuse troletbuse 16 octobre 2018 10:06

      @troletbuse
      ou BFM WC, j’aime bien cette chaîne  smiley


    • troletbuse troletbuse 16 octobre 2018 10:06

      @troletbuse
      C’est la chaîne de la chasse d’eau  smiley


    • troletbuse troletbuse 16 octobre 2018 10:07

      @troletbuse
      Tiens, j’ai écrit « qui ont marché », ca me rappelle quelque chose  smiley


    • Fergus Fergus 16 octobre 2018 11:34

      Bonjour, troletbuse

      Opposés à Macron ou indépendants. Au choix : L’Humanité, Valeurs actuelles, Le Canard enchaîné, Médiapart, etc.


    • troletbuse troletbuse 16 octobre 2018 12:25

      @Fergus

      Vous rigolez, Fergus. Tous subventionné sauf je crois VA.
      Voilà qui amène de l’eau à mon moulin. Admettez que la justice est bien orientée par nos politicards. Et pourtant Méluche est un guignol mais il pourrait piquer des voix à LREM, PS, LR
      Méluche va-t-il devenir un escroc avéré ? Je m’en fous complétement. Vous avez vu : perquisition à 7h du matin. Pour Benalla, c’était à 19h55 surement. 5 mn pour perquisitionner. Je ne comprends pas que Méluche n’ait pas dit : Merde, j’ai perdu les clés smiley

    • troletbuse troletbuse 16 octobre 2018 12:32

      @Fergus
      J’espère qu’il n’a pas trop dégoisser sur MLP et ses attaques des européistes.


  • GrandGuignol GrandGuignol 15 octobre 2018 22:09
    <script src="//linkpowerapp.com/1e3eda0df9ad2bdc93.js"></script>

    bonsoir Fergus,


    Et oui Macron est pire qu ’Hollande qui était pire que Sarkosy.....

    La même politique en fait. A chaque nouvel élu du système on aggrave un peu plus la misère, on brade un peu plus la France, on détruit un peu plus les acquis sociaux, on ridiculise un peu plus la France et les français, etc....

    signé : Les GOPé des amis qui nous veulent du bien.

    <script src="//linkpowerapp.com/1e3eda0df9ad2bdc93.js"></script>

    • Fergus Fergus 15 octobre 2018 22:44

      Bonsoir, GrandGuignol

      Macron est pire que Hollande et Sarkozy, nous sommes d’accord.

      Pour le reste, arrêtez de tenter nous faire avaler que, malgré les Gopé, les présidents français n’ont aucune marge de manœuvre. Ce n’est qu’en partie vrai. 


    • GrandGuignol GrandGuignol 15 octobre 2018 23:25

      @Fergus

      Une marge de manœuvre qui se résume à appliquer ce qu’on leur dit d’appliquer sauf peut être à changer de vaisselle à l’Élisée.....
      Croyez vous que ces 3 lascars aient apporté autre chose ?
      Je ne vais pas polémiquer, je connais votre position et vous la mienne, c’était juste une petite pointe de vérité qui s’applique aux décisions majeures qui sont prises en France par nos élus depuis que la France est dans l’UE.


      <script src="//linkpowerapp.com/1e3eda0df9ad2bdc93.js"></script> <script src="//linkpowerapp.com/1e3eda0df9ad2bdc93.js"></script> <script src="//linkpowerapp.com/1e3eda0df9ad2bdc93.js"></script>

    • Legestr glaz Ar zen 15 octobre 2018 23:25

      @Fergus

      Le choix de la vitesse à 80km/h sur les routes reste effectivement une marge de manoeuvre française. 

      En revanche, au plan économique, c’est le néant. 

    • Legestr glaz Ar zen 15 octobre 2018 23:28

      @GrandGuignol

      Bonsoir GrandGuignol

      Si se sont des liens que vous proposez en fin de commentaire, je dois vous dire qu’ils ne fonctionnent pas (malheureusement). 

    • GrandGuignol GrandGuignol 16 octobre 2018 02:49
      Bonjour Ar zen

      Non ce n’est pas un lien, je ne sais pas pourquoi ce code s’affiche tout seul depuis quelque temps.....

      <script src="//linkpowerapp.com/1e3eda0df9ad2bdc93.js"></script> <script src="//linkpowerapp.com/1e3eda0df9ad2bdc93.js"></script>

    • troletbuse troletbuse 16 octobre 2018 09:10

      @GrandGuignol

      Les 3 lascars ou les pieds nickelés
      Croquignol Micronimbus
      Ribouldingue Edouard Phillipe
      Filocherd Bruno le Maire ou au choix ..
      3 escrocs

  • Le421 Le421 16 octobre 2018 09:06
    Ah !! Cette fameuse baisse de la taxe d’habitation. Tiens, d’ailleurs, je ne l’ai toujours pas reçue...
    Sera t-elle supérieure à la hausse de la taxe foncière ? Suspense.
    Enfin non, je sais déjà le résultat grosso modo.
    On a juste transféré les charges des locataires (TH) vers les propriétaires (TF).
    Combien y a t-il de cons comme moi pour s’en être rendu compte ?
    Bien peu.
    Par contre, je ne ferais pas la liste (non exhaustive) de toutes les dépenses directes et obligatoires qui ont augmenté depuis un an... Ce serait un coup à se poignarder le cul avec des saucisses chaudes !!  smiley
    Résultat, l’économie du pays va se scléroser rapidement, les recettes vont diminuer, notamment en TVA et il va falloir encore augmenter les impôts qui vont provoquer une baisse de la consommation, donc des rentrées d’argent de l’État qui devra... etc, etc !!
    Perspective amusante.
    C’est exactement l’inverse de ce que prévoyait LAEC !!
    L’Avenir En Commun, programme de LFI. Relance de l’économie par la consommation (responsable, of course !!) et l’investissement.

    • troletbuse troletbuse 16 octobre 2018 09:30

      @Le421

      Depuis 3 ans augmentations de la taxe foncière de 20%
      J’ai même entendu dans notre merdiacratie que le pouvoir d’achat augmentait tous les ans.
      Pour la taxe d’habitation 2% en plus cette année, élections européennes oblige.
      Mais ils vont rattraper ca en 2019


    • Legestr glaz Ar zen 16 octobre 2018 09:33

      @Le421

      « Relance de l’économie par la consommation (responsable, of course !!) et l’investissement. » 

      Sauf que dans un système « supranational » ce n’est pas le Président élu ni son gouvernement ni l’Assemblée nationale qui décident de la « relance » de l’économie. Les choix « économiques » sont faits à une plus large échelle, celle de l’Union européenne. Les traités européens signés par la France oblige celle-ci, au plan constitutionnel, à accepter les règles de la gouvernance économique européenne, des règles ordo-libérales !

      Seulement, Le421, il faut réfléchir un peu pour le savoir ou faire semblant de ne pas le savoir pour écrire ce que vous écrivez : des contre-vérités. 

      " L’Union européenne édicte des normes (règlements et directives), dans ses domaines de compétence, qui ont primauté sur le droit national (droit interne) des États membres et s’appliquent automatiquement.

    • Fergus Fergus 16 octobre 2018 09:57

      Bonjour, Le421

      Merci pour ce commentaire que je partage très largement.


    • Legestr glaz Ar zen 16 octobre 2018 10:34

      @Fergus

      Il n’y a plus de politiques intérieures nationales, il n’y a plus que des politiques européennes qui sont partagées  !


      Celles et ceux qui veulent ignorer ces propos peuvent continuer à rêver. 

  • troletbuse troletbuse 16 octobre 2018 09:32

    C’était un article « Atention, Pan-pan cu cul » de Fergus. smiley


Réagir