mercredi 25 mars - par Laurent Herblay

Coronavirus : une nouvelle ligne au passif de Macron (2/2)

C’est ce qui était demandé depuis plus de quinze jours par des experts venus d’horizon très divers  : la mise en confinement du pays, à la manière de ce qui a été mis en place en Italie. Las, après des tergiversations bien politiciennes et inconséquentes, le pouvoir a tardé à prendre la mesure de la crise, au point de maintenir le premier tour des élections municipales. Au global, sa gestion de la crise sanitaire, qui ne suit pas encore les recommandations de l’OMS, n’est pas bonne.

 
Services publics aussi exemplaires qu’oubliés
 
S’il est un point où Macron a eu raison sur la forme, c’est dans l’hommage qu’il rend aux personnels médicaux qui sont en première ligne dans cette grave crise sanitaire. Leur mobilisation est d’autant plus remarquable qu’ils le font dans de mauvaises conditions suite aux coupes sombres réalisées depuis plus de dix ans qui ont malheureusement déterioré l’état de notre système de santé. Mais s’il y avait des mots dans l’allocution du président, malheureusement, il n’y avait guère plus. Pire, l’annonce du déplafonnement des heures supplémentaires du 8 mars, si elle était malheureusement sans doute nécessaire, était d’autant plus cavalière sur la forme que l’Etat est encore en retard dans le paiement des heures passées et il a fallu attendre le 17 mars pour une petite annonce du gouvernement !
 
En outre, il faut bien rappeler ici que cette majorité, comme les précédentes, a procédé à de nouvelles coupes dans les budgets des hôpitaux. On peut aussi rappeler les 22 000 postes supprimés en 2015 par Hollande et Macron. Cette gestion purement comptable fait qu’il n’y a aujourd’hui aucune marge de manœuvre pour gérer un afflux exceptionnel de malades, qui impose de faire des arbitrages inhumains. Et un tel afflux suppose également d’en demander toujours plus à des personnels de santé pourtant déjà en grande tension. Pire, malgré l’épidémie, cette triste majorité n’a débloqué que des moyens dérisoires par rapport aux besoins réels : à peine 2 milliards  ! Quel contraste avec Boris Johnson, qui, même si sa gestion de la crise pose question, a lancé un plan d’investissement de dizaines de milliards pour la NHS et des dizaines de milliers de professionnels de plus, avant le coronavirus…
 
 
Le bilan sanitaire actuel incite à questionner, durement, les choix du gouvernement. Si nous ne sommes pas dans la dramatique situation italienne, nous semblons en prendre le chemin, avec une dizaine de jours d’écart. Car nous ne sommes pas dans la situation de la Corée du Sud ou de l’Allemagne, qui affichent un nombre de morts et des taux de mortalité largement inférieurs. Rappelons ici le succès de la Corée du Sud à contenir l’épidémie alors que le pays a longtemps été le deuxième foyer le plus virulent de la planète. Pour l’instant, le pays a contenu les cas à moins de 10 000 et les morts à une centaine. Notre voisin d’outre-Rhin, s’il a beaucoup de cas, a beaucoup moins de morts. Deux points communs : beaucoup de tests pour identifier les personnes contaminés, et un bon équipement avec 7 lits de soins intensifs pour 1000 habitants en Corée, 6 en Allemagne, contre 3 en France et 2,65 en Italie
 
 
Ni anticipation, ni réactivité, ni masques et ni tests
 
Ce qui frappe en prenant un peu de recul, c’est le manque criant de réactivité de la majorité, alors que l’épidémie a été plus tardive dans notre pays, ce qui aurait du nous permettre d’anticiper davantage. Il a fallu attendre le 3 mars pour avoir des décrets d’achat de masques, et ce n’est ce samedi 21 que nous avons appris les quantités commandées, dont la livraison sera progressive  ! Le conseil scientifique auquel se référait Macron lors de son intervention du 12, avait été mis en place le 11 ! Et il a fallu attendre le 20 mars pour la création d’une cellule d’anticipation, qui aurait du être mise en place dès janvier, ce qui aurait sans doute permis d’anticiper davantage, que ce soit sur les masques, les tests, ou même les ouvertures de lits supplémentaires, qui viennent bien tardivement par rapport au cycle de la crise. Le changement de ministre de la santé en pleine crise n’a probablement pas aidé
 
Olivier Berruyer a peut-être bien raison d’écrire que la France est « le pire élève de la planète » dans la gestion de cette crise. D’abord, maintenir le premier tour des municipales était une faute sanitaire incompréhensible, alors que la propagation de l’épidémie s’amplifiait. Comment peut-on annoncer la fermeture des écoles et demander à protéger les personnes âgées tout en convoquant toute la population à se croiser lors d’une élection ? Il est bien évident que même avec toutes les précautions nécessaires, un vote représente une occasion critique de propagation de l’épidémie  ! Les chiffres des jours prochains pourraient bien montrer l’impact du vote du 15 mars. Heureusement, le second tour a été reporté, mais on peut s’interroger sur la légitimité de ces élections, entre une campagne largement éclipsée par le coronavirus, une abstention record, et le décalage du second tour…
 
 
Sur le fond, sur beaucoup de sujets, le gouvernement ne semble pas faire les bons choix. L’OMS dit qu’il faut tester un maximum de personnes pour pouvoir isoler les malades et prendre les bonnes mesures pour l’entourage, comme le soulignait également Le Quotidien du Médecin le 6 mars. Sur ces deux sujets, la France a fait le mauvais choix, malgré les dires d’Olivier Véran. Et cela est d’autant plus incompréhensible que ceux qui ont suivi ces recommandations s’en tirent beaucoup mieux. C’est le cas de la Corée du Sud, qui a réussi à contenir efficacement l’épidémie en testant 20 fois plus que nous. N’est-il pas effarant de limiter à ce point les tests et de ne pas tester des personnes aux symptômes modérés ou des personnes qui ont pourtant été en contact avec des personnes contaminés ? Bien sûr, l’approvisionnement des tests n’est peut-être pas simple, mais certains pays réussissent à le faire.
 
L’OMS souligne également l’importance de l’usage des masques. Pour cela aussi, la France n’est pas en pointe, faisant dire à Philippe Juvin, chef des urgences à l’hôpital Georges Pompidou, très critique dans Quotidien sur l’intervention du 16 mars, que « nous sommes un pays sous-développé en matière de santé » du fait de notre incapacité à fournir des masques à toutes les personnes exposées, notamment les professionnels de santé. Vu d’Asie, cela est d’autant plus incompréhensible que les masques sont portés par tout le monde. La situation actuelle est d’autant plus révoltante que notre pays avait un stock important de masques : plus d’un milliard de masques chirurgicaux et plus de 700 millions de FFP2 en 2009 ! Le stock a été liquidé par nos dirigeants, enfermés dans une vision comptable des choses et ce gouvernement a bien tardé pour réagir, se réveillant dans les derniers jours…
 
En somme, dans bien des domaines, ce qui frappe, c’est le manque d’anticipation et le retard de notre pays, dont le chef envoie nombre de soldats sans équipement au front. Cela est d’autant plus choquant que la Chine, puis les autres pays d’Asie, et enfin l’Italie nous offraient un panorama clair des mesures à prendre. Les décisions en trois temps, jeudi 12, samedi 14 et lundi 16 étaient peu claires et démontrent a posteriori que les premières salves étaient inadaptées puisqu’elles ont été corrigées deux jours plus tard à peine. Pourquoi les annonces du 16 ne pouvaient-elles pas être faites dès le 12 ? Beaucoup les demandaient depuis plusieurs joursTout cela donne un sentiment d’amateurisme et d’incapacité à prendre les bonnes décisions au bon moment inquiétant, à défaut d’être surprenant.
 
Enfin, ce gouvernement s’est aussi distingué par son dogmatisme dans le refus de remettre en cause la liberté de circulation des personnes. Comme la commission européenne, il a critiqué ceux qui rétablissaient des contrôles aux frontières, des Etats-Unis à d’autres pays européens, comme l’Allemagne. Bien sûr, une frontière seule ne peut pas empêcher la propagation du virus quand il est déjà arrivé, mais il peut tout de même freiner sa diffusion depuis des zones davantage touchées. Et à ce titre, l’autorisation de la venue de près de trois mille supporters de la Juventus à Lyon le 26 février est une autre faute dans la gestion de cette crise ! Difficile de ne pas voir dans la gravité de la situation dans la région lyonnaise une conséquence partielle de ce choix, aggravé par le maintien des municipales.
 
Bref, à l’heure du bilan factuel, la note est lourde pour la majorité. Amorphe jusqu’en mars, se contentant de traiter les premiers foyers, elle n’a absolument pas su anticiper la situation actuelle, alors même que d’autres pays sont bien en avance sur nous. De ce fait, nous affrontons l’épidémie avec un manque criant de moyens (lits, masques, tests) qui créent une tension horrible dans le système médical et alourdit déjà le bilan. Non seulement Macron créé des crises internes, mais il se montre incapable de gérer une crise venue de l’extérieur, parce qu’il gère sa communication de crise plus que la crise.


56 réactions


  • Trelawney Trelawney 25 mars 10:48

     Non seulement Macron créé des crises internes, mais il se montre incapable de gérer une crise venue de l’extérieur, parce qu’il gère sa communication de crise plus que la crise.

    S’est-il créé les moyen de gérer ce type de crise ? La réponse est évidemment non ! Et c’est pour cela qu’il ne leur restait que la communication de crise pour nous donner un semblant d’organisation. Je dis bien « restait », parce qu’à aujourd’hui tout le monde sait qu’il ne faut rien attendre du gouvernement et que nous sommes dans la même situation que l’Italie avec 11 jours de retard.

    Martin Hirsh qui a été un acteur zélé de la politique de réduction des dépenses de santé (Hollande Marcon) et qui maintenant en voyant le le tsunamie qui arrive sur l’Ile de France, demande à l’aide avec autant de sincérité que d’inquiétude, serait du plus pitoyable si ce n’était pas si dramatique.

    Accrochez vous les parisiens, car statistiquement, les régions sont mieux dotées que vous en matière de lits d’hôpitaux.


  • rogal 25 mars 11:16

    « Coupes sombres » ? Pis que cela : coupes claires !


  • Arogavox 25 mars 11:35

    Le jupiter est sans doute en train de nous préparer son prochain sermon au lieu d’organiser le référendum de sortie du coronAvirus qui devra demander aux Français comment ils veulent trancher l’imbroglio des élections municipales ...


  • François Vesin François Vesin 25 mars 12:26

    Cette buzynerie n’a que trop duré

    Macron doit d’urgence démissionner.


  • pipiou2 25 mars 12:30

    Quoi que fasse le gouvernement l’auteur aurait forcément dit que ça n’allait pas.

    Qu’il se rende utile ce Monsieur Herblay au lieu de passer son temps à commenter, critiquer et verser sa bile.

    Il en est à citer B Johnsson en exemple !

    Pire que le virus : la médiocrité des citoyens politicards.


    • Trelawney Trelawney 25 mars 15:29

      @pipiou2
      Quoi que fasse le gouvernement l’auteur aurait forcément dit que ça n’allait pas.
      Le problème est que ce gouvernement ne fait rien. Les italiens ont essayé des trucs et se sont trompés. Ils ont au moins eu le mérite d’essayer. Maintenant ils en sont au confinement total avec 10 jours d’avance sur nous. Est-ce que l’on se sert de leur expérience ? non. En début pique de contamination on va créer un conseil d’expert pour savoir ce qu’il faut faire.
      Je rappelle que le 25 février mourait un enseignant dans l’Oise. Un mois après, ce gouvernement court comme un canard sans tête à la recherche de solution pour organiser cette crise.

      Ce gouvernement et Macron vont peut être perdre beaucoup de plume dans cette histoire, mais la grande perdante est l’UE qui a volé en éclat (rétablissement des frontières, aucun organisation à l’échelon européen, vol de matériel destiné à un pays) et qui ne s’en remettra jamais.


  • cettegrenouilleci 25 mars 13:45

    Bonjour Laurent Herblay

    Merci pour ce tableau lucide de la situation.

    Je vous trouve toutefois très magnanime à l’égard de Macron et de son équipe de pies nickelés, quand vous constatez que « Au global, sa gestion de la crise sanitaire, qui ne suit pas encore les recommandations de l’OMS, n’est pas bonne. »

    La méthode Macron n’est pas seulement calamiteuse ; elle est criminelle.

    Pouvons-nous espérer que la raison revienne et que les mesures de bon sens que réclament les soignants, les malades et leurs proches, de nombreux élus, que d’autres ont su préparer et prendre en temps utile, finissent par prévaloir sur les considérations étrangères aux intérêts du peuple et de la nation qui semblent guider les choix de Macron et du gouvernement ?

    Il est permis d’en douter.

    Ce pouvoir est-il capable de prendre et d’appliquer les bonnes décisions ?


  • CORH CORH 25 mars 14:03

    Mais où sont donc les 1er de cordées ? dans les hopitaux ? aux caisses des supermarché, dans les Ephad ? que nenni, ils surveillent leurs stock-options dans leurs résidences secondaires !


    • Alain 25 mars 16:15

      @CORH
      Ils sont derrière leur ordinateur. Ils se sont fait livrer des jeux vidéos par amazon (+200% de ventes) et ils font croire qu’ils télétravaillent.
      Le patron de Derichebourg (aéronautique) lors d’une réunion a déclaré :
      « oui mais les gens vont devoir choisir de quoi ils veulent mourir, de faim ou du virus ».
      Il paraitrait qu’Airbus (info à vérifier) arrive à fournir à ses sous-traitants des masques, des gants et des combinaisons. Bizarre, bizarre ? Airbus a du matériel médical quand les hôpitaux n’en ont pas ? Moi, j’ai dit Bizarre ? Comme c’est bizarre.


    • Arogavox 25 mars 16:56

      @CORH

       71 % des Italiens et 65% des Français se disaient d’accord avec l’assertion selon laquelle « la civilisation telle que nous la connaissons actuellement va s’effondrer dans les années à venir ».

      cf : https://www.reformes.ch/societe/2020/03/coronavirus-bible-et-theories-de-leffondrement-maladie-coronavirus-apocalypse


      les 1er de cordées ? 

       sont-ils de la civilisation issue de Rome, qui inspirait les ancêtres de cette large majorité de Français et d’Italiens (avant de devenir « la civilisation telle que nous la connaissons actuellement »), et qui évitait de péter plus haut que son cul en croyant grimper jusqu’à jupiter ?

        

      ( après si d’aucuns veulent imaginer que l’Apocalypse ait été écrite par un petit homme vert ayant voyagé du futur dans notre passé pour y laisser un message destiné à nous avertir ... au moins, ceux-là ne font voyager que leurs propres neurones et n’entraînent pas derrière eux toute une cordée !)




    • Arogavox 25 mars 16:57

      @Alain
      effectivement : bizarre !


    • Eric F Eric F 25 mars 23:09

      @Alain
      L’industrie utilise des masques contre les poussières, il s’en vend en période normale dans les magasins de bricolage.
      Certaines entreprises dont l’activité a du cesser en ont fourni aux hôpitaux, celles qui fonctionnent utilisent leurs stocks.


    • Arogavox 26 mars 11:45

      @Eric F
      Il a été avancé :
      «  Airbus a du matériel médical quand les hôpitaux n’en ont pas ? »
        si les hôpitaux peuvent se contenter de « masques contre les poussières » ne serait-il pas bizarre que notre gouvernement n’arrive pas trouver (voire réquisitionner s’il le fallait) ces masques dont la pénurie lui est reprochée ?


    • Eric F Eric F 26 mars 17:13

      @Arogavox
      certains masques sont polyvalents (industrie (poussières, émanations chimiques..) / santé), des entreprises de construction notamment en ont fourni spontanément aux hôpitaux
      référence : https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/03/21/les-dons-se-multiplient-pour-pallier-la-penurie-de-masques_6033966_3244.html


  • assouline assouline 25 mars 14:32

    la mise en confinement du pays, à la manière de ce qui a été mis en place en Italie. Las, après des tergiversations bien politiciennes et inconséquentes, le pouvoir a tardé à prendre la mesure de la crise

    .

    Une appréciation des mesures de confinement à géométrie variable...

    .

    Ainsi, il n’ y aurait que la France qui soit en retard... après tergiversations...

    En retard, au regard de quoi, au regard de qui ?

    .

    L’Italie était-elle à l’heure, au seul prétexte que l’épidémie y était en avance, et les contre-mesures en conséquence aussi ?

    .

    Le Royaume-Uni était-il à l’heure, alors qu’après une période de dénégation, le pays s’est engagé sur la voie du confinement après la France ?

    .

    Les Etats-Unis eux-mêmes, pourtant si prompt habituellement à surréagir...

    Seraient-ils devenus une référence de la « non-tergiversation » en suite de la valse-hésitation dansée par l’administration Trump  ?

    .

    Et la Russie ? La Russie !

    Parle-t-on s’agissant de la Russie de« tergivesation bien politiciennes et inconséquentes », alors qu’elle est la dernière à adopter les mesures de confinement tant réclamées en France, et alors que tous dans le voisinage de la Russie et en Europe ont déjà adopté ces mesures ?

    .

    Peu importe, après tout...
    Pourvu que la polémique soit entretenue et survive jusqu’à l’après-Corona...
    Tout ce qui compte, c’est que ça se passe mal, et que ça se sache...
    J’rigolerais que le France s’en sorte avant tout ses voisins européens...


  • assouline assouline 25 mars 14:47

    Quel contraste avec Boris Johnson, qui, même si sa gestion de la crise pose question, a lancé un plan d’investissement de dizaines de milliards

    .

    On commet l’erreur, ici, de comparer un plan d’investissement sur plusieurs années à un plan de crise !

    Les investissements structurelles britanniques ne seront d’aucune utilité à la lutte contre la crise du Corona qui, elle, est bien présente...

    .

    Il aurait été plus instructif de comparer les retards accumulés du NHS anglais avec les investissements sur la même période de la santé publique en France.

    .

    Mauvaise habitude que de comparer les tomates et les choux...


  • assouline assouline 25 mars 15:04

    Notre voisin d’outre-Rhin, s’il a beaucoup de cas, a beaucoup moins de morts. Deux points communs : beaucoup de tests pour identifier les personnes contaminés, et un bon équipement avec 7 lits de soins intensifs pour 1000 habitants en Corée, 6 en Allemagne, contre 3 en France et 2,65 en Italie

    .

    Eh non...

    Car comme l’indique l’article dont sont issues ses statistiques, les équipements sanitaires français sont à géométrie variable, adaptables aux besoins et ont été adaptés...

    .

    C’est ainsi que « Les hôpitaux français ont en effet mobilisé de nombreux lits d’autres services pour faire face à la hausse des cas. A la Pitié Salpêtrière, le service d’infectiologie et de réanimation est ainsi passé de  »7 lits dédiés«  à  »56 lits« ... De sorte que, jusqu’à présent, les hôpitaux français ne sont pas arrivés à saturation, même s’ils s’y préparent... »


    • Alain 25 mars 15:13

      @assouline
      Ils ont été adaptés comment ?
      Parce que la réalité, c’est pont aérien de malades par l’armée et affrètement de TGV médicalisés. Ah oui... n’oublions pas les EHPAD... ou si finalement.... oublions les (cf. non comptage des morts dans les EHPAD).


    • assouline assouline 25 mars 16:15

      @Alain
      .

      c’est pont aérien de malades par l’armée et affrètement de TGV médicalisés.


      .
      il s’agit là des mesures concernant les étalbissement arrivés à saturation malgré la conversion des lits d’un service sous-utilisé vers un service en besoins.
      Hélas, l’épidémie n’a pas pris soin de se répartir égalitairement dans les région...
      Or, les équipements sont répartis, eux, aussi égalitairement que possible selon les besoins courants des régions...
      Ce qui explique des transferts par les moyens adéquats de malades d’une région à l’autre...
      .
      C’est curieux cette propension d’une épidémie habituelle à exiger des moyens inhabituels...

    • Trelawney Trelawney 25 mars 16:53

      @assouline
      Car comme l’indique l’article dont sont issues ses statistiques, les équipements sanitaires français sont à géométrie variable, adaptables aux besoins et ont été adaptés...
      Adaptés par qui ? Est-ce qu’il existe un plan de santé gouvernemental pour générer des procédures d’adaptation pour ce genre d’épidémie ? C’est normalement ce que devrait faire tout système de santé organisé. En France non ! c’est au petit bonheur la chance et selon la bonne volonté des exécutants (personnel soignant). En Chine ils mettent 10 jours à construire un hôpital dédié (financement, logistique, matériel, personnel) et en France on met 6 jours à planter une tente. Pour un peu vous donner une idée de l’organisation à la française du genre : « On a la tente, mais les piquets sont à Toulon, la toile à Brest et les sardines à Paris. Quant au personnel il est en RTT confiné. »

      Les allemands ont un plan de santé face aux épidémies et ça commence par un dépistage. Vous sortez, pas la peine de remplir un papier. Vous vous dirigez vers un centre de dépistage réparti sur tout le territoire, vous vous faite dépister et si c’est OK vous sortez, sinon vous restez chez vous. Ca évite le confinement et limite la propagation. Les pays bas itou. Car tous les épidémiologistes vous le diront, la problématique d’une pandémie c’est comment éviter la propagation en évitant le confinement. Question que ne se sont jamais posé les différents ministres de la santé.

      Les italiens, les espagnoles, les anglais, les français n’y sont pas préparés et ca cause des dégâts sanitaires et économiques. Les allemands, les hollandais, les scandinaves le sont. Gouverner c’est prévoir !


    • Alain 25 mars 16:57

      @assouline
      Oui, bien sûr. Quand on sait qu’on ne tiens pas compte des appels des cliniques privées pour gérer des patients... Mais bon, après tout, si au gouvernement, on n’a pas besoin de masques, ni de gants, ni de blouses, et pas de respirateur pour roupiller tranquille pèpére à l’EHPAD nommé « assemblée générale », pourquoi ces cons de français en voudraient-ils ?
      La France, c’est donc ce grand pays qui gère si bien la santé publique et qui répartit si bien les équipements :
       Un masque, c’est difficile à mettre (porte parole du gouvernement)
       On arrête de compter les cas sauf les plus aigus. Bilan ? on peut estimer les cas à X 55 par rapport à la réalité.
       Les gants ? Les gants... quels gants ?
       Des sociétés contactent le gouvernement pour fabriquer des respirateurs. Allo ? quoi ? Non, mais allo ? Y’a quelqu’un au bout du fil ?
       Martin Hirch, fossoyeur de l’hopital public qui pleurniche maintenant pour réquisitionner...qui d’ailleurs ? Ils sont déjà tous sur le terrain...
       Ne parlons même de leur fameuse feuille de sortie qui en 7 jours en est déjà à la version 2, qui ne comporte même pas un logo de l’état. A la fin du confinement, qui prend le pari avec moi qu’elle fera 2 pages et qu’on ne comprendra rien ?
       le confinement ? Des tas de cas de CIVD dans des boites et des usines ? On les ferme ? Penses-tu... On va quand même pas se faire chier à désinfecter pour ces gueux...
       Les morts dans les EHPAD ? Les EHPAD, c’est quoi çà ? Y’a des morts ? On les compte pas ? Ah bon ? Bof, on demandera à Macron d’aller à la télé dire que c’est la guerre.
       Les morts en dehors des hopitaux ? Ah bon ? Y’en a ? On les compte pas non plus. Bof, on demandera encore à Macron d’aller à la télé pour dire que c’est la guerre.


    • assouline assouline 25 mars 17:18

      @Trelawney
      .

      Est-ce qu’il existe un plan de santé gouvernemental pour générer des procédures d’adaptation pour ce genre d’épidémie ?


      .
      Pouvait-on s’attendre à question plus idiote...
      Comment peut-on réclamer « un plan de santé gouvernemental » pour gérer une catastrophe sanitaire dont la gestion est par nature in-pla-ni-fia-ble... ?
      .
      Avait-on songer à réclamer le développement d’un vaccin anti-corona avant que l’on connaisse son nom ?
      .
      La première cause de gravité de l’épidémie en France, c’est l’épidémie elle-même, en raison même de son ampleur et de son exceptionnalité !
      .
      Tous les systèmes de santé du monde, même les plus perfectionnés, sont taillés pour répondre à des besoins courants...
      Les « plan de santé gouvernementaux » ne peuvent eux-mêmes répondre qu’aux besoins courants ou à ceux dont le degré d’exception est prévisible et appréhendable ...
      .
      Chacun supporte des températures très variable au cours de sa vie, mais lorsque cette température vient à être « exceptionnellement excessive », on se brûle... sans avoir planifié au préalable les soins contre la brûlure et sans qu’il y ait lieu de s’en étonner... On se brûle, c’est tout... Et on s’en remet...

    • Cadoudal Cadoudal 25 mars 17:23

      @assouline
      Pourtant développés dans l’Ariège, ces tests ne sont pas encore utilisés en France ou en Europe.
      L’entreprise a fait savoir qu’ils étaient avant tout destinés au Département de la défense aux Etats-Unis. 

      https://www.ladepeche.fr/2020/03/24/coronavirus-les-tests-de-depistage-ariegeois-valides-aux-etats-unis,8816888.php ?fbclid=IwAR1xphKEo6m9a8JgJ5HabXC3iTCwzX2sgBpeqKOFHNM5C8ulkC1DoJcCfKI


    • assouline assouline 25 mars 17:30

      @Alain
      .
      Comment ?
      Tout n’aurait pas été prévu pour qu’il n’y ait pas de mort en dehors des hôpitaux ?
      Et tout n’aurait pas été prévu pour qu’il n’y en ait pas non plus en Ehpad ?
      Ca alors !
      Mais qu’est-ce qui se passe en France ?
      A nous entendre, on croirait être touchés par une épidémie sans précédent !


    • Alain 25 mars 18:20

      @assouline
      Le mieux serait de poser ces questions à autre que moi. Principalement à macron et à sa bande d’amateurs (puisqu’il faut être fier d’être un amateur. Propos de Macron). C’est eux qui ne comptent ni les morts dans les EHPAD, ni les morts chez eux. Moi, je compte rien. Je suis artisan. Je suis à l’arrêt. J’ai plus rien à compter et le gouvernement ne me filera rien.


    • Trelawney Trelawney 26 mars 07:12

      @assouline
      Comment peut-on réclamer « un plan de santé gouvernemental » pour gérer une catastrophe sanitaire dont la gestion est par nature in-pla-ni-fia-ble... ?
      C’est le b a ba du métier de fonctionnaire et Roseline Bachelot à l’époque où elle était ministre et sur l’expérience du H1N1 avait commencé un plan épidémiologique, avec centre de dépistage et de vaccination. Les maires de toutes les communes de France peuvent en témoigner, puisqu’ils ont reçu des instruction des préfets pour définir des moyens d’urgences dans leur commune. Xavier Bertrand son remplaçant a amélioré le système en décentralisant vers les régions.
      Puis le gouvernement Ayrault puis Valls ont mis fin à tous ces plans (inondation, intempérie, nucléaire et bactériologique) en prétextant qu’il n’avait pas à mettre de l’argent dans cela et que c’était aux collectivités locales de les financer. Macron a achever la destruction déjà engager avec comme leitmotiv : ça coute un pognon de dingue.
      Et à aujourd’hui ce gouvernement par manque d’organisation bricole et va dépenser 100 fois plus dans une crise dont on ne sait même pas si on va s’en sortir vivant. Observez ce qu’il se passe en Allemagne, où eux ils appliquent un plan bactériologie et épidémiologique, les coréens et les japonais aussi. Ils auront des morts comme nous, mais il minimisent les dégâts sanitaires et économiques, car ils sont préparés.
      Et qui se prépare pas avant, se prépare pendant.
      La planification d’un virus, se réalise très bien avec des modules mathématiques éprouvés (ce sont les même pour Ebola, le sras, la grippe etc), dire que ce n’est pas planifiable est un mensonge comme dire que les masques ne servent qu’aux malades


    • assouline assouline 26 mars 11:02

      @Trelawney
      .

      une crise dont on ne sait même pas si on va s’en sortir vivant.


      .
      Avec 1331 morts en France depuis le début du mois, sur une population de 67 millions, vous avez encore un petit espoir...
      .
      A titre indicatif, le cancer est la cause de plus de 13000 décès chaque mois en France...

  • assouline assouline 25 mars 17:02

    Alors qu’il pointe du doigt, article après article, l’imprévision tant que l’inconséquence des pouvoirs publics français, l’auteur, comme tant d’autres ici, ne s’est réellement préoccupé de « l’épidémie chinoise » qu’à compter du ... 29 février dernier ! ici

    Et pourquoi ça ?

    Parce qu’il n’y a pas cru !

    Comme nous tous en même temps que lui ?

    Et en même temps que les pouvoirs publics, incapables au pire d’alarmer une population d’incrédules...

    Et tout ça, parce qu’on ne voyait pas bien ce qu’un virus chinois, cet autochtone bien de là-bas, aurait pu venir faire dans les affaires des européens...

    Rien d’autre alors qu’une maladie chinoise pour les chinois, qui sauront bien s’en débrouiller, souhaitons-leur...

    D’ailleurs, Ebola en Afrique n’avait en son temps engendré aucune panique populaire en France...

    .

    Il est pourtant souvent rappelé, dans tous les articles du genre, à charge d’un gouvernement déjà coupable, que l’épidémie faisait rage en Chine dès la mi-décembre 2019...

    .

    Certes, l’auteur n’était pas Ministre de la Santé à la mi-décembre 2019...

    Mais pourquoi le serait-il davantage et mieux encore aujourd’hui ?

    Sa seule connaissance du connu, et encore, lui aurait-elle insufflé d’utiles compétences autre que celle de la « réaction à posteriori »... dont serait capable tout ministre de la santé, même le plus inconséquent... et dont sont en général prodigues tous les providentiels experts du « ce-qu-il-aurait-fallu-faire » ?

    .

    Pas sûr que la polémique soit là où elle aurait lieu d’être...


    • chantecler chantecler 25 mars 17:47

      @assouline
      Malgré vos biaux discours vous ne pouvez soutenir que l’absence de masques, de blouses , de protections , est cohérent .
      Au contraire face à tout danger d’épidémie cette absence a concouru à rendre celle-ci quasi imparable .
      Et ces protections existaient bel et bien il y a 10 ans .


    • assouline assouline 25 mars 18:08

      @chantecler
      .

      Au contraire face à tout danger d’épidémie...

      .

      Or, nous n’étions pas « face à tout danger d’épidémie » jusqu’à très récemment...

      Nous n’étions face qu’aux questions sanitaires courantes...

      Des questions courantes suffisantes à accaparer tout le débat sur la gestion des équipements de santé en France... notamment celle d’une médicalisation accrue des EHPAD...

      .

      Qu’aurait-on dit si l’on avait appris que le Gouvernement se consacrait activement à un plan de lutte contre une épidémie fantasmatique alors qu’il y a tant à faire, au jour le jour, pour améliorer le sort des EHPAD ?


  • assouline assouline 25 mars 18:06

    Au contraire face à tout danger d’épidémie...

    .

    Or, nous n’étions pas « face à tout danger d’épidémie » jusqu’à très récemment...

    Nous n’étions face qu’aux questions sanitaires courantes...

    Des questions courantes suffisantes à accaparer tout le débat sur la gestion des équipements de santé en France... notamment celle d’une médicalisation accrue des EHPAD...

    .

    Qu’aurait-on dit si l’on avait appris que le Gouvernement se consacrait activement à un plan de lutte contre une épidémie fantasmatique alors qu’il y a tant à faire, au jour le jour, pour améliorer le sort des EHPAD ?


    • Trelawney Trelawney 26 mars 07:27

      @assouline

      Or, nous n’étions pas « face à tout danger d’épidémie » jusqu’à très récemment...

      Nous n’étions face qu’aux questions sanitaires courantes...

      Ou vous êtes de mauvaises fois, ou vous êtes complètement idiot. A partir du moment où l’épidémie s’est étendu au Japon et en Corée, avec quelques cas dans les différents pays d’Europe et du moyen orient, l’OMS a alerté non pas de probable, ou éventuelle, mais future pandémie.  Elle a demandé aux différents pays de s’y préparer. Certains ont agit en silence d’autres ont préférer communiquer (Trump, Macron, Johnson) très certainement pour masquer leur manque de préparation dans ce domaine.

      J’espère que Macron va payer très cher son incurie. 


    • nono le simplet nono le simplet 26 mars 08:20

      @Trelawney
      le 26 février, plus aucun doute n’était possible, l’épidémie était en France ... et le 1er mars le nombre de cas entrait en croissance exponentielle même si on testait peu ... le confinement et les conseils de précaution maximales
      auraient du intervenir au plus tard les 3-5 mars et non le 14 mars, et non les mesures partielles manquant de cohérence qui ont été prises principalement pour les élections ...
      et évidemment, comme tu dis, dés la fin février, voire fin janvier, se préoccuper des masques, de l’organisation ...
      mais pour ça il fallait avoir pris conscience du problème ...


    • Trelawney Trelawney 26 mars 09:22

      @nono le simplet
      Conférence de Bille Gates sur le sujet. Ca date de 2015.
      https://www.youtube.com/watch?v=6Af6b_wyiwI


    • nono le simplet nono le simplet 26 mars 09:46

      @Trelawney
      merci pour le lien
      une vidéo pleine de bon sens et de logique ... on a eu plusieurs piqures de rappel dont en 2009 avec le H1N1 ... et rien n’a changé ...


    • assouline assouline 26 mars 10:39

      @Trelawney
      .

      l’OMS a alerté non pas de probable, ou éventuelle, mais future pandémie.


      .
      Certes... mais il était déjà trop tard pour procéder aux ajustements du système de santé français tels qu’il sont réclamés ici, dans l’idéal...
      Voyez le cas de la Russie... Elle commence seulement à construire des hôpitaux de fortune dans la campagne environnante de Moscou...
      .
      Et répétons-le : Quoi qu’ait pu dire l’OMS, personne n’a cru à l’exportation d’une épidémie considérée par tous comme exclusivement chinoise...

  • Eric F Eric F 25 mars 18:59

    On voit citer en boucle la question du nombre supérieur de lits de réa en Allemagne pour expliquer leur faible nombre de morts, or même en France on n’est pas encore en saturation au niveau national, cela n’entre donc pas dans l’explication de la différence de mortalité. Certes, ils font davantage de dépistage que la France, donc il y a plus de cas bénins détectés, mais l’Italie dépiste aussi largement.
    Sans doute l’épidémie n’est pas aussi avancée car ils ont mieux empêché la contamination extérieure, et peut-être en dépistant plus tôt ils « confinent » sélectivement les personnes contaminées (mais est-ce vraiment le cas ?), en tout cas il n’y a pas de confinement général.

    Le niveau global du budget de santé en France n’est guère éloigné de celui de l’Allemagne ramené au nombre d’habitants, mais il y a une question de priorisation et d’optimisation, ce qui n’est décidément pas (ou plus) notre domaine de prédilection.


    • CN46400 CN46400 27 mars 09:11

      @Eric F
      Evidemment, les allemands ont bien mieux interprété les infos chinoises, analyse mais pas de copie-coller, confinement cool, dépistage appuyé, isolement des positifs et on ne manque ni de masques, ni de tests, ni de lits d’hôpital. En France on ferme les yeux, autant que possible, sur les « sleuhs », et on s’étripe pour empêcher, ceux qui le désirent, d’essayer une molécule proposée par une sommité médicale française....


  • Le Sudiste Le Sudiste 25 mars 19:02

    En parlant pognon et surtout en se demandant où il va, les italiens avaient besoin de pièces pour leurs respirateurs, de « valves respiratoires ».

    1 valve coute chez le fabricant 11 000 dollars.

    En 24h une startup italienne en impression 3D en a fabriqué une petite centaine pour 1 dollar pièce.


  • Octave Lebel Octave Lebel 25 mars 19:27

    Tout cela me fait penser à un vieux film que l’on nous repassait chaque été et qui était bien plaisant à voir "Mais où est donc passée la septième compagnie ? "de Robert Lamoureux avec Jean Lefebvre, Pierre Mondy, Aldo Maccione. Un sourire en pensant à l’humour de Robert Lamoureux léger autant qu’acide et un pincement au cœur en pensant à tous ceux qui sont en première ligne dont certains font semblant de découvrir le dévouement et le professionnalisme en imaginant que nous allons oublier leurs propos antérieurs. En pensant à tous ceux que le malheur qui a bon dos quelquefois frappe durement.

    Tout cela est assez navrant. On ne sait plus s’il faut s’inquiéter, s’habituer, se résigner à un tel pilotage sans oublier d’espérer parce qu’il faut toujours espérer. Croire que de tout cela sortira un véritable diagnostic et les pistes de renouveau par un approfondissement de la démocratie et de la responsabilité (un apprentissage ?). Parce qu’il n’y a pas de démocratie sans responsabilités effectives des citoyens et de leurs mandants .On en est loin, plutôt dans un théâtre d’ombres et de lumières comme savent si bien le mettre en scène nos médias omniprésents (omnipressants).

     


  • eau-du-robinet eau-du-robinet 25 mars 20:29

    Le gouvernement Macron en a profité du Coronavirus pour tester notre capacité de soumission avec ce confinement qui n’est rien d’autre qu’un état de siège, un coup d’état !

    .

    Couple Buzyn-Lévy contre le Professeur Raoult

    .


    • Julot_Fr 25 mars 20:45

      @eau-du-robinet
      C’est un coup globale de la finance, similaire au green fascisme


    • Eric F Eric F 25 mars 23:18

      @eau-du-robinet
      Concernant cet état de siège sanitaire (car en effet on peut le nommer ainsi), Macron n’a fait que suivre l’Italie, qui a plus ou moins copié ce qu’a fait la Chine, et que l’Espagne applique aussi... D’autres pays affichent en temps réel et nominativement la position GPS des personnes contaminées. Le « grand frère » est aussi une épidémie mondiale.


    • assouline assouline 26 mars 11:13

      @eau-du-robinet
      .

      Le gouvernement Macron en a profité du Coronavirus pour tester notre capacité de soumission


      .
      Et les Français en profitent pour tester leur capacité de rébellion...
      A quoi ça servirait, sinon, d’être français...

    • dimitrius 26 mars 11:19

      @eau-du-robinet
      J’ai toujours dit qu’il te manque une case.


  • Julot_Fr 25 mars 20:44

    c’est plus que de la negligence de la part du gouvernement, c’est une operation montee a l’avance comme le l’indique la classification de la Chloroquine comme subtance veneineuse courant janvier par les autorites sanitaire francaises : Gilber Collar https://www.youtube.com/watch?v=MA0ilp1fRQg&feature=youtu.be


  • Inquiet 26 mars 08:33

    En mode cynique : vous voyez bien que notre modèle de protection sociale ne fonctionne pas et qu’il faut le réformer :)

    On pari que cette rhétorique va être utilisée ?


  • Copain Copain 26 mars 09:18

    70 000 000 et 200 000 ça fait 0.1% . C’est à dire que les trois religions les plus importantes de France est : le christianisme, l’islam , le bouddhisme , il y a plus de Raélien que de juif en France. Veuillez m’excuser pour ce désagrément, fini les subventions de l’état avec l’argent des fidèles de la Sainte Eglise. A vos fidèles d’entretenir le CRIF , la LICRA , et Sos Couscous raciste... 

    Résultats de recherchRésultats W

  • Le421 Le421 26 mars 14:59

    Personnellement, je poserais juste une petite question...

    L’état d’urgence sanitaire va t-il rentrer dans la Constitution ?

    60 heures de travail hebdomadaires, congés payés sucrés ou réduits, autorisation de sortie écrite, rassemblements interdits si plus de 20 personnes, etc, etc...

    Et tout ça au nom de l’unité nassionaaaaaale et de l’urgence sanitaire.

    Et qui va décider de la fin de cet « état d’urgence » ?

    Ça va faire comme Vigipirate et tout le reste.

    On va garder tout ça sous le coude et on attends...


Réagir