samedi 17 octobre - par Laurent Herblay

Couvre-feu et angles morts

Mercredi soir, lors de sa pseudo interview, ce président trop bavard a annoncé la mise en place d’un couvre-feu dans les zones les plus touchées par l’épidémie. Pourtant, il y a eu des oublis dans son intervention. Et si une mesure aussi extrême était peut-être nécessaire, ne révèle-t-elle pas également les biais de ce pouvoir, liberticide à défaut d’être professionnel, et qui en oublie beaucoup ?

Couvre-feu et angles morts

 

Se protéger lui, à défaut de protéger les Français

Il est assez incroyable que Macron ait monopolisé autant de temps pour dire finalement si peu. Car les mesures annoncées mercredi tiennent dans une courte dépêche AFP. Bien sûr, une telle annonce impose de donner des explications et de la perspective. Mais cette intervention réussit l’exploit d’avoir été à la fois très longue, sans permettre un véritable échange avec les journalistes, de simples faire-valoir entre les longs monologues du président, et d’avoir fait des impasses assez incroyables. Macron s’est perdu dès le début dans un exposé extraordinairement scolaire de l’épidémie, davantage digne d’un étudiant besogneux de Sciences Po que d’un président. En réalité, il voulait en même temps créer une forme d’électro-choc, tout en ne faisant pas trop peur au point de paralyser l’activité du pays.

Publicité

La quadrature du cercle n’est sans doute pas facile. Face à l’emballement du nombre de cas, bien plus limité pour les morts ou les patients en réanimations, le président souhaitait sans doute agir à nouveau pour ne pas pouvoir être accusé d’inaction, alors que les pays européens multiplient les initiatives. Macron préfère sans doute prendre le risque d’en faire trop, plutôt que de pouvoir être accusé de ne pas en faire assez. La communication semble davantage dicter ses choix que le bien commun, tant il semble naviguer à vue. Il s’est donc livré à un exercice de style délicat où il justifiait des mesures graves, admettant qu’il ne fait pas bon être jeune en 2020, tout en essayant de rassurer, en affirmant qu’il serait « disproportionné de reconfiner le pays  » et que « nous n’avons pas perdu le contrôle  ».

Mais au final, un couvre-feu est une forme, certes partielle, mais non moins réelle, de confinement. Comme au printemps, les Français paient de leur liberté les échecs du gouvernement. Alors, c’étaient les masques qui manquaient, y compris aux soldats en première ligne de cette guerre sanitaire. Comme l’a noté Anne-Sophie Lapix, cette rentrée a été marquée par les ratés sur les tests, le gouvernement lâchant la bride sur leur réalisation sans s’assurer qu’ils pourraient être traités en temps et en heure, ruinant la stratégie dite de « tester, tracer, isoler  » ! Bien sûr, Macron a annoncé de nouveaux tests, sans mentionner qu’ils sont bien moins fiables, une nouvelle application, et un nouveau tryptique « tester, alerter, protéger  », inspiré par la Grande-Bretagne, présentée en exemple pour son application.

Et de manière effarante, le système de santé et les soignants ont à peine été évoqués en trois quarts d’heure ! Alors que Boris Johnson a annoncé la mise en place de trois hôpitaux de campagne, Macron n’a pas un mot sur l’augmentation du nombre de lits de réanimation à12 000 au lieu de 5 000, annoncée en juillet et qui serait bien utile aujourd’hui. De même, il est révoltant que le président reste aussi vague sur les annonces à destination des restaurateurs, après le douloureux épisode du confinement. Même si le chômage partiel va aider, leur prêter de l’argent ne sera pas suffisant car cela implique un remboursement. Comme au printemps, le gouvernement aurait du mettre en place des discussions avec les bailleurs et les banques des restaurateurs, mais il ne semble toujours pas le faire... Le coût du couvre-feu devrait être partagé justement, comme celui du confinement auparavant.

Entre le fiasco des masques, des tests et de l’application, le manque de considération criant pour le système de santé, qui ne reçoit que quelques oboles conjoncturelles, ce qui a provoqué des grêves ce jeudi, et l’abandon des restaurateurs, un fleuron de notre pays, Macron ne semble avoir rien appris depuis le début de l’année. La seule chose qui lui reste, c’est la restriction de nos libertés.



37 réactions


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 17 octobre 10:06

    Au lieu de focaliser sur le castelet de guignol installé rue de Faubourg Saint-Honoré, il faut faire un zoom arrière pour montrer qu’il en va de même dans toutes les provinces et colonies de l’empire, mais aussi que le la lutte pour le trône impérial se joue entre autres à coups de contaminations réelles ou supposées.

    L’enjeu semble beaucoup plus vaste que la protection des intérêts du petit marquis poudré qui ne fait que gesticuler an espérant conserver son rôle dans la comédie en faisant du zèle pour montrer à ses maîtres sa soumission !

    Et ce n’est pas rassurant.


  • troletbuse troletbuse 17 octobre 11:58

    Il parle longtemps : c’est ce que j’appelle UN BAVEUX


    • Occitan Occitan 17 octobre 16:13

      @troletbuse
      Salut,
      le mythomane poudré ne fait pas de discours mais des promesses qu’il ne tiendra jamais.
      En fait, il s’écoute parler, ne se fait rien de plus qu’une branlette de neurones et qui sait, il lui arrivera (peut-être) même d’avoir un orgasme tellement il se croit excellent !


    • Odin Odin 17 octobre 13:28

      @The White Rabbit
      Bonjour,
      Face aux risques de révolte sociale, Macron blinde la police : 325 millions d’euros débloqués


    • I.A. 17 octobre 16:51

      @Odin

      Comme il a blindé les journalistes juste avant... Faut bien payer les valets !


    • goc goc 18 octobre 02:59

      @Odin
      il peut sortir l’argent, ce n’est pas un problème, ces mêmes flics feront le nécessaire pour récolter un maximum d’amendes. Parce qu’il ne faut pas se faire d’illusion avec ce gvt, les flics ne sont pas là pour nous protéger mais pour nous faire taire, mais surtout pour nous faire cracher au bassinet. Je rappelle que le confinement de la première vague a rapporté à l’Etat, plus de 250 millions en amendes diverses et variées, et parfois même illégales.


  • benyx benyx 17 octobre 14:13

    Et puis, est-ce-que ce couvre-feu n’est pas un moyen pratique de faire le ménage dans les banlieues un peu chaude ?


    • Fergus Fergus 17 octobre 17:00

      Bonjour, benyx

      « est-ce-que ce couvre-feu n’est pas un moyen pratique de faire le ménage dans les banlieues un peu chaude ? »

      Heu... je n’y crois pas un instant car les filcs n’iront pas s’exposer, ou très peu.
      Il est beaucoup plus facile pour eux de prendre en défaut des Français lambda qui ont un poil dépassé l’horaire du couvre-feu.



    • benyx benyx 17 octobre 20:14

      @Fergus
      Les flics, non, bien sûr, l’armé peut-être ...


    • Fifi35 Fifi35 18 octobre 11:04

      @Fergus
      Ce n’est pas sur les flics qu’il fait taper !
      Ils obéissent aux ordres que donne le ministre Darmanin. Qu’il donne pour instructions d’allez faire de même dans les quartiers de non droit.
      Et vous constaterez qu’ils iront et feront le taff.
      Et puis ce sera la litanie des FI et autres traitres à notre pays de dénoncer des dérapages et autres bavures. Facile de critiquer les fesses posées derrière un écran.


    • Ruut Ruut 19 octobre 09:52

      @benyx l’armé peut-être ...

      Ce serait un aveu d’échec.
      Il est trop arrogant pour ça.


  • zygzornifle zygzornifle 17 octobre 14:44

    Couvre feu ou couvre vieux en Ehpad ?

    Il y aura toujours la bamboula dans les 1000 cités de non droit, le couvre feu est fait pour rassurer le bobo des centre villes, les « chances pour la France » se torchent le cul avec ....


    • Fergus Fergus 17 octobre 17:05

      Bonjour, zygzornifle

      Le couvre-feu n’est pas fait pour « rassurer le bobo des centre villes ». Et pour cause : c’est lui qui est le premier emmerdé !

      Il est avant tout destiné à tenter de limiter le nombre des entrées en réa, synonyme, en cas de débordement des structures hospitalières, de choix des malades à sauver ou à laisser périr.

      Ce serait évidemment mortifère pour le personnel politique en place. D’où le parapluie grand ouvert, en France comme dans de nombreux autres pays ! 


    • Ruut Ruut 19 octobre 09:57

      @Fergus

      Le bilan de la politique menée.

      Pas assez de personnel, pas assez de lit.
      Pas d’équipe fixe (par manque de personnel) et donc contaminations croisées.
      Pas de coordination optimale multi-centre hospitaliers à cause de la politique du chiffre.
      Etc....

      Nous récoltons ce que nos irresponsables au pouvoir ont semés.
      Et hélas ça sent très mauvais.


    • Ruut Ruut 19 octobre 09:58

      @Ruut
      Si tu y rajoutes la politique anti-voiture pro- transports publiques (extrêmement contaminateurs) ...


  • ETTORE ETTORE 17 octobre 14:44

    L’échelle est posée au pied du balcon de l’Elysée.

    Nous avons eu droit au nasillard : « Nous sommes en guêêêêêêêêre »

    Nous avons eu droit au : « Couvre feeeeeeeu »

    Et le prochain croassement ? Ce seras quoi ?

    « armeeeeez, pointéééééz, tirez ! »


    • Occitan Occitan 17 octobre 16:15

      @ETTORE
      Salut,
      C’est dur et malheureusement vrai !


    • Fergus Fergus 17 octobre 17:06

      Bonjour, Occitan

      « malheureusement vrai ! »

      Ah bon ! « Tirer » sur qui ???


    • gouzier gouzier 17 octobre 19:43

      @ETTORE

      Le prochain croassement ? « Ils ne passeront pas ! » (« no pasaran »), en parlant des islamistes.

      Ce qui est évidemment un foutage de gueule absolu puisque que le poudré n’a pas arrêté de laisser entrer en France des millions et des millions de musulmans dont on ignore combien sont susceptibles de se radicaliser en fonction les circonstances.


    • Occitan Occitan 18 octobre 07:32

      @Fergus
      Bonjour Fergus,
      Vous êtes naïf où vous le faites exprès ?
      A question stupide, réponse stupide :
      « tirer sur les membres du gouvernement ! »
      ça y est vous êtes content ?


    • Fergus Fergus 18 octobre 09:03

      Bonjour, Occitan

      En réalité, j’ai parfaitement compris, mais j’aime que les choses soient dites de manière explicite. Surtout lorsqu’elles relèvent du fantasme !


    • Fifi35 Fifi35 18 octobre 11:19

      @gouzier
      Je partage votre opinion sur ce pantin à la botte de son maître : le monde de la finance.
      Mais n’oubliez-pas ses complices, ces traitres à la nation qui avancent parés des beaux habits de la révolution populaire.
      Ce parti, dont les défaites s’accumulent et concentre la France des antisémites, des complotistes, des indigènes, est mortifère. Leur chef, un schizophrène à l’allure d’un dictateur chinois qui fit crever son peuple de faim avec ses belles idées humanistes.
      Monsieur Macron, vous savez qu’ils sont passés et qu’il est déjà trop tard. 
      Monsieur Mélanchon, vous êtes l’allié de celui que vous conspuer et vous le savez !
      Vous méritez tous deux de passer sous les fourches caudines de la justice de ce pays que vous avez trahi. 
       


  • I.A. 17 octobre 17:08

    Bizarre, quand même, toutes ces surenchères, dans la plupart des pays...

    Parviendront-ils, de cette façon, à faire passer leurs grossières erreurs pour des succès ?

    Quoi qu’il en soit, ça semble être l’objectif visé, et c’est de plus en plus flagrant.

    Persévérer dans cet abracadabrantesque imposé, c’est exactement comme vouloir faire croire coûte que coûte qu’ils ont tous eu raison...

    Xi Jinping doit bien se marrer, à l’heure qu’il est.


    • Samson Samson 18 octobre 15:15

      @I.A.
      « Bizarre, quand même, toutes ces surenchères, dans la plupart des pays... »
      Imaginez un instant comment les gens seront contents de pouvoir être enfin vaccinés, et surtout si c’est posé comme condition de sortie pour aller acheter son pain ...
      Voilà qui devrait bien plaire à Bill, Melinda et autres charognards ! smiley


    • Legestr glaz Legestr glaz 18 octobre 15:20

      @Samson

      Ces gens là vont courir tendre le bras à la seringue salvatrice !

      Tout sera pour le mieux dans le meilleur des mondes.


  • ETTORE ETTORE 17 octobre 20:43

    gouzier

    @

    Le prochain croassement ? « Ils ne passeront pas ! » (« no pasaran »)


    Comme toujours, ce n’est que de la simple (IM) posture, du gonflage de jabot, de l’exhibition de cul à l’air, à trois poils frisés !

    Après avoir joué la sirènes d’alarme prophétique « Nous sommes en guèèèèère » !

    Après avoir joué les taupes en susurrant « Couvre feuuuuuuu »

    Le voilà en figurant de résistant, face à lui même « Ils ne passeront paaaaaas »

    As t-il seulement identifié l’ennemi (ou les) ? Certainement pas ! Parce que même si son « tout en même temps » à fait pschiiiit depuis longtemps, à ma connaissance, il n’est pas équipé de têtes multiples.

    Jamais ce pays n’as été dans une telle panade, volé, violé, décapité, vendu, dépecé, endetté, tué, martyrisé, lynché, défiguré.....et j’en passe et des meilleures.

    Et ce type se permet encore de faire la leçon aux français ?

    Lui et ses séides, ont déjà une belle place réservée en enfer, malheureusement, pour l’instant, ils sont encore, provisoirement, en formation diabolique, chez nous.


  • goc goc 18 octobre 03:12

    Pour ma part, je pense que les gvt a reçu les prévisions calculés par les modèles mathématiques, et que ces derniers chiffres pourraient, si rien n’est fait, obliger le dit gvt à confiner à partir de Décembre. Je n’ose vous laisse imaginer la situation de la distribution si on limite le nombre d’entré dans ses magasins au moment des fêtes. Pour rappel, le nombre de caisse installées dans les hyper (dont plus de la moitié sont inutilisé en temps normal), est basé sur le nombre de client les 24 et 31 Décembre de chaque année. Et je ne parle même pas de l’ambiance psychologique des français, et surtout des enfants, dans ce cas. Quand à « feu » notre économie, n’en parlons même pas

    Et du coup macaroni, dont on connait le mépris pour le « bas-peuple », tire à vue, et commence un reconfirment qui ne dit pas son nom, seule solution, selon lui, pour ne pas rendre sa réélection impossible, et seule solution pour éviter à ses ministres de ne pas être mis en examen. Pour le reste, il s’en fiche bien, si l’économie s’écroule..


  • devphil30 devphil30 18 octobre 07:31

    “On s’était habitués à être une société d’individus libres. Mais nous sommes une nation de citoyens solidaires.”

    https://fl24.net/2020/10/15/petit-tyran-macron-la-dit-hier-il-reve-dabolir-la-liberte-a-la-francaise/


  • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 18 octobre 09:25

    Par décret, Macron, le gouvernement et LREM ont donné le droit de tuer les vieux ...

    https://www.youtube.com/watch?v=KcS_48ueSCw&feature=emb_logo

    J’espère qu’à l’avenir on aura le droit de tuer les cons notamment chez les politiciens .

    Des vieux sur AGV il y en a beaucoup . Apparemment ils ne sentent pas solidaire à défendre la vie des plus âgés ....
    Tous POURRIS,


  • Samson Samson 18 octobre 15:04

    « La communication semble davantage dicter ses choix que le bien commun, tant il semble naviguer à vue. »
    Même si tout le monde souhaite qu’il recouvre aussi tôt que possible tout loisir de s’y consacrer à nouveau à temps plein, l’intimité de ses cours de théâtre avec Madame aura quelque peu servi à parfaire les manipulations et enfumages de notre très immature et narcissique petit Monarc quand il agite du vent !
    Quant à la République et ses institutions, les généreux sponsors qui ont financé son élection l’ont précisément mandaté à leur démantèlement et à la privatisation de tout bien encore commun ou public.

    En Marche vers Nulle Part, rien que de bien « normal » !

    « Macron ne semble avoir rien appris depuis le début de l’année. La seule chose qui lui reste, c’est la restriction de nos libertés. »
    Son profil psychopathique de pervers narcissique et manipulateur et la très haute idée que se fait Mutilator 1er de sa perfection lui interdisent toute forme de remise en question ou d’apprentissage.

    Quant au terme « dialogue » désormais frappé d’obsolescence, la novlangue du système y a avantageusement substitué ceux de « communiqué » et de « répression » : l’infantilisation du public ne suffisant à soumettre le Gaulois réfractaire, autoritarisme et restrictions des libertés s’imposent comme constantes en matière de « management » des gens qui ne sont rien par la start-up « France ».

    Et on s’étonne même que - en vertu des principes d’efficacité managériale pourtant si chers à nos Marcheurs et histoire de parfaire sa lutte contre l’« ensauvagement » - l’abuseur sexuel nommé ministre de l’intérieur n’ait pas officiellement récupéré dans ses attributions le « dialogue social », quand nul citoyen n’ignore encore qu’il se gère maintenant essentiellement par l’exemplarité mutilatoire des LBD ou l’embastillement sanitaire à domicile de toute la population.

    En vous présentant mes respectueuses salutations ! smiley


  • ETTORE ETTORE 18 octobre 18:17

    Mais quel boxon ce pays....

    Pas une institution qui ne soit épargnée par le laxisme puant déjà en place et cultivé pour des résultats encore plus pourris que la plus pourrie des boues d’épuration.

    Et maintenant, il devient un véritable coupe gorge.

    Voilà le moyen age lugubre qui refait surface dans ce pays où on vous vante le déplacement à l’hybride, et ou le secours catholique et autres institutions sont prises d’assaut , par les futurs mendiants des rues qui sentent déjà la pisse.

    Merci Monarc le Poudré, d’avoir fait fermer toutes les fenêtres de l’Elysée vers cette France, décidément encore trop vivante à votre goût.

    France, que vous torturez à petit feu, avec vos sbires peu reluisants.

    Mais à moins de nous éliminer tous.....Il en resteras suffisamment pour se souvenir, garder la mémoire de cet âge sombre, et vous le rappeler, à vous et à vos créatures, le moment opportun !


  • TSS 18 octobre 20:48

    il ya quelques années les USA avaient remis en etat d’anciens camps

    militaires pour interner les refractaires à la fracturation hydraulique en

    cas de rebellion.Ces camps pourront toujours servir aux anti vaccin !!

    il semblerait que le Canada prend le même chemin pour interner les

    gens qui refusent de se faire vacciner avec pour seule solution accepter

    ou rester dans les camps (?)


  • BA 19 octobre 16:37

    Confrontée à une puissante seconde vague, l’Europe a dépassé dimanche le seuil des 250 000 morts du Covid-19, amenant le Pays de Galles à décréter deux semaines de confinement à partir du vendredi 23 octobre, la Belgique à instaurer un couvre-feu à partir de lundi, et l’Italie et la Suisse à annoncer à leur tour un nouveau durcissement des restrictions.


      • Le Pays de Galles décrète deux semaines de confinement


    Le Pays de Galles a annoncé l’instauration à partir de vendredi d’un confinement de deux semaines pour tenter de freiner la deuxième vague, introduisant ainsi les restrictions les plus dures du Royaume-Uni.

    Vendredi, à partir de 18 heures, il sera demandé aux 3,136 millions d’habitants de la nation britannique de « rester à la maison », a expliqué le premier ministre gallois, Mark Drakeford, lors d’une conférence de presse, ajoutant que la durée de ce « pare-feu » est la plus courte qui ait pu être mise en place pour être efficace.


      • Couvre-feu en Belgique


    En Belgique, cafés et restaurants ferment lundi pour quatre semaines et un couvre-feu entre en vigueur de minuit à 5 heures pour endiguer la « montée en flèche » de l’épidémie.

    Vendredi, le pays de 11,5 millions d’habitants recensait près de 192 000 cas de coronavirus et 10 327 décès, ce qui en fait l’un des pays européens les plus endeuillés par la pandémie rapporté à sa population.


      • Nouvelles restrictions en Italie


    En Italie, le premier ministre, Giuseppe Conte, a annoncé dimanche une nouvelle série de restrictions concernant les bars-restaurants, l’interdiction des fêtes et foires locales et des sports collectifs amateurs, ainsi que l’extension du télétravail. « Nous devons mettre en œuvre des mesures pour éviter un nouveau confinement généralisé qui pourrait mettre gravement en péril l’économie », a justifié M. Conte. Le gouvernement italien a débloqué dimanche 39 milliards d’euros supplémentaires pour tenter de relancer l’économie nationale.

    L’Italie, qui jusque fin septembre avait fait figure d’exception vertueuse en Europe, fait face désormais à une hausse inquiétante du nombre de contagions : elle a ainsi pour la première fois passé le seuil des 10 000 nouveaux cas quotidiens vendredi.


      • Port du masque obligatoire dans les lieux clos en Suisse


    La Suisse, relativement épargnée par la première vague du printemps mais confrontée à une hausse exponentielle de cas, rend pour sa part obligatoire lundi le port du masque dans les lieux publics fermés, gares, aéroports, arrêts de bus et de tram, restreint les rassemblements et recommande le télétravail.

    Déplorant 1 822 morts du Covid-19 pour 8,6 millions d’habitants, la Suisse est le pays d’Europe où la maladie a progressé le plus vite la semaine passée (+ 146 %), selon un décompte de l’Agence France-Presse.


      • Flambée de contaminations en Pologne et en République tchèque


    Le Stade national de Varsovie va se transformer partiellement en hôpital provisoire pour des malades du Covid-19, au moment où la Pologne vit une flambée de contaminations, a annoncé lundi le gouvernement polonais. Le gouvernement avait décrété jeudi une série de mesures visant à endiguer une hausse record des cas de coronavirus, qui frôle ou dépasse ces derniers jours 9 000 nouvelles contaminations quotidiennes dans ce pays de 38 millions d’habitants, bilan qui ne peut aller qu’en s’accélérant, estiment les experts.

    De nouvelles restrictions sont imposées, surtout à Varsovie et dans d’autres grandes villes polonaises considérées à présent comme « zones rouges ». Le port du masque y est obligatoire, y compris dans la rue. Tous les lycées et les facultés situés dans ces zones sont fermés et pratiquent l’enseignement à distance. Les restaurants doivent fermer à 21 heures, les cérémonies de mariage sont interdites et le nombre de personnes admises dans les magasins, les transports publics et pour les offices religieux est limité.

    En République tchèque, le gouvernement a demandé à l’armée de construire un hôpital de campagne de 500 lits à l’extérieur de Prague. Dans la capitale, la police tchèque a fait usage de gaz lacrymogènes et de canons à eau dimanche face à une violente manifestation contre les restrictions visant à lutter contre le Covid-19.

    Avec 521,5 contaminations pour 100 000 habitants enregistrées ces quatorze derniers jours, la République tchèque est désormais de loin le pays d’Europe le plus exposé au SARS-CoV-2, selon le Centre européen de contrôle et de prévention des maladies, dépassant la France (299,7) ou l’Espagne (299,8).


      • L’Autriche limite les rassemblements dans les espaces clos


    L’Autriche va limiter les rassemblements à un maximum de six personnes dans les espaces clos et à douze à l’extérieur pour contrer la résurgence du coronavirus dans le pays, a annoncé lundi le chancelier Sebastian Kurz. Le nombre de nouveaux cas quotidiens dépasse régulièrement ceux qui ont été signalés lors de la première vague en mars, mais la réponse de l’Autriche s’avère différente cette fois. Le gouvernement conservateur veut éviter un confinement généralisé, comme instauré en mars, par crainte d’impacter davantage l’économie et de provoquer l’hostilité de la population.



    https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/10/19/covid-19-couvre-feu-en-belgique-nouveau-tour-de-vis-en-italie-et-en-suisse_6056546_3244.html


  • pierrot pierrot 19 octobre 19:27

    Je ne comprends pas que beaucoup hurlent contre Macron alors que la politique sanitaire est guidée par les médecins et Macron qui ne connaît rien en virologie suit les conseils des soignants et c’est judicieux ainsi..


  • pierrot pierrot 19 octobre 19:29

    Par contre Trump et Bolsonaro n’écoute pas les médecins et refusent toutes les mesures préventives : résultats ces 2 pays sont les plus impactés par le covid.


Réagir