lundi 3 février - par CHALOT

Dépoussiérer le vieux monde

En 2020 de plus en plus de listes citoyennes se construisent dans les villages et même les villes à l'occasion des élections municipales....

Il ne s'agit plus d'établir une liste autour d'un homme « providentiel » qui de fait choisit ses colistiers mais de bâtir un programme et une liste avec la population.

A Vaux-le-Pénil, à côté de la liste menée par le maire sortant, divers gauche, deux autres ont vu le jour, une de la droite « décomplexée » alliée à des macronistes, et une citoyenne, sociale et écologique.

On entend ici et là des commentateurs regretter qu'il n'y ait pas qu'une seule liste de gauche.....

Il n'y a pas eu, dans ce processus, des bons et des mauvais mais deux démarches différentes.

La première, traditionnelle, conduit le maire sortant à proposer à des personnes, la plupart notables de se joindre à lui.

La deuxième consiste à construire un projet avec les gens.

A Vaux-le-Pénil, un collectif regroupant des militants et militantes associatifs, s'est constitué pour discuter des bases politiques d'une candidature.

Le projet devra être bâti avec les gens autour de valeurs comme : la solidarité, l'accès de toutes et de tous à des services publics de qualité, le respect de l'environnement et la démocratie participative.

Des écologistes, des socialistes, des insoumis participent à ce grand projet…. Si ces personnes ne masquent pas leurs appartenances, elles veulent que le projet soit participatif et collectif, il ne s'agit pas de réunir des représentas de partis mais des citoyennes et citoyens aspirant à ce que le peuple soit consulté et moteur des changements nécessaires.

La démocratie participative est à l'épi-centre de la démarche.

Des cafés citoyens ont été mis en place.... Les quatre cafés ouverts à toutes et à tous traitent de chaque thème central : la démocratie participative, l'écologie, le social, la culture et la jeunesse....

Le collectif a voulu que ces débats se tiennent dans trois cafés de la ville….

A chaque fois les participants – une quarantaine de personnes – ont discuté par table avant qu'une synthèse générale soit élaborée. Des pistes de transformation ont été trouvées.

Des hommes et des femmes qui jamais n'avaient fait de politique se sont impliqués et, cerise sur le gâteau, plusieurs jeunes participent au projet : le benjamin qui vient de souffler ses 20 bougies est l'un des éléments – moteur de l'équipe.

Rien n'est gagné, ni figé mais ce qui est évident c'est la volonté collective de continuer au-delà des échéances électorales en mettant en place une réelle démocratie participative en cas de succès électoral…

Si nous sommes battus, nous continuerons à développer l'expression et l'action collective citoyenne afin de peser pour un vrai changement.

 

Jean-François Chalot



1 réactions


Réagir