lundi 19 juillet 2010 - par Albert Ricchi

DSK et le FMI veulent s’attaquer à la France…

Pourtant friande d’articles sur DSK, la grande presse a passé largement sous silence le rapport que le FMI a publié le 15 juin dernier sur la France.

Ce rapport résume les constats préliminaires effectués par les représentants du FMI à l’issue de missions qui s’inscrivent dans le cadre des consultations périodiques de suivi de la situation économique.

A la lecture de ce document, si par malheur la France devait être réduite à réclamer l’aide du FMI, le calvaire libéral imposé par Nicolas Sarkozy ne serait qu’un avant-goût de la thérapie de choc imaginée par DSK…

Dans son rapport pour la France, le FMI vante la rigueur budgétaire tout en pointant les risques de contraction de la demande et donc de déficits qui vont en découler ! Il se réjouit des coupes sombres envisagées par Nicolas Sarkozy : « La maîtrise des dépenses sociales est cruciale. Les mesures de rigueur, notamment la poursuite de la réduction des effectifs des fonctionnaires (avec le non-remplacement d’un départ à la retraite sur deux)… permettront de maîtriser la hausse des dépenses des administrations publiques ».

Le FMI indique aussi que « la réforme des retraites et du système de santé doivent constituer la pierre angulaire de la stratégie budgétaire de moyen terme ». Et il donne même des leçons de rigueur à Nicolas Sarkozy en mettant en garde la France contre la tentation redistributive : « il convient toutefois de résister aux pressions qui conduiraient à ne pas corriger les déséquilibres fondamentaux et à s’appuyer démesurément sur des mesures d’accroissement des recettes ».

Un comble quand on sait que les recettes n’ont cessé de diminuer depuis 10 ans, notamment avec les exonérations de cotisations patronales accordées indistinctement sans conditions à toutes les entreprises : celles dont la santé est florissante et qui délocalisent souvent comme celles qui ont des difficultés sérieuses (plus de 30 milliards d’euros par an, soit environ 20% des cotisations patronales) Sans oublier les 507 niches fiscales « officielles » qui représentent 70,7 milliards €, la cour des comptes estimant, quant à elle, le vrai montant de toutes les niches fiscales réelles à 146 milliards € !

Beaucoup plus que le déficit record du système de retraites estimé à 40 milliards € en 2018 !

Mais le FMI va encore plus loin. Il pointe qu’« en France, le marché du travail et le marché des produits se caractérisent par d’importantes restrictions ». Et il appelle carrément à de nouvelles régressions sociales : « réduire la dualité entre les CDD et les CDI » et poursuite de « la modération du salaire minimum (SMIC) ».

Un plaidoyer particulièrement indécent quand on sait que le Directeur général du FMI gagne 500 000 dollars nets par an, soit plus de 30 fois le SMIC chaque mois !

Les jeux d’esquive de DSK

Outre la Grèce, le FMI est intervenu dans trois pays de l’Europe de l’Est membres de l’UE : la Hongrie en octobre 2008, la Lettonie en décembre 2008, la Roumanie en mars 2009. Il est également intervenu dans deux pays de l’Est non membres de l’UE : l’Ukraine en 2008 et la Serbie en 2009

Partout, les conséquences sont les mêmes : libéralisation du marché, baisse des dépenses du secteur public, baisse du pouvoir d’achat pour des millions de salariés.

Le plan de rigueur draconien concocté par le FMI et l’UE pour la Grèce est particulièrement édifiant :

  • Salaires gelés jusqu’en 2014.
  • Primes du 13e et 14e mois (Noël et Pâques) supprimées pour les salaires supérieurs à 3.000 € par mois et plafonnées à 1.000 € pour les salaires inférieurs à 3.000 € par mois, alors que ces primes avaient déjà été réduites de 30% dans le cadre des précédentes mesures annoncées en mars dernier.
  • Baisse des investissements publics de 1,5 milliard €.
  • Taux de TVA, passé en mars de 19 à 21, relevé à 23%.
  • Mise en place d’un nouveau salaire minimum applicable aux jeunes et aux chômeurs de longue durée.
  • Réduction du nombre de départs anticipés à la retraite, avec comme objectif d’interdire ces départs avant 60 ans.
  • Libéralisation des marchés des transports et de l’énergie.

Cette liste n’étant évidemment pas exhaustive.

Aujourd’hui, DSK se dit « admiratif de l’extrême rigueur choisie par le gouvernement Papandréou » (Le Monde du 4 mai 2010) dont il est en grande partie, en réalité, l’instigateur.

Mais, comble de l’hypocrisie, DSK prétend que les mesures d’austérité sont toujours prises par les gouvernements eux-mêmes. Ainsi, dans l’émission « A vous de juger » de France 2 le 20 mai 2010, il affirmait ne pas avoir imposé au gouvernement roumain la baisse de 25 % des salaires des fonctionnaires.

Selon lui, il aurait dit aux dirigeants roumains : « Si vous avez besoin de faire des économies, vous augmentez les impôts, notamment pour les plus riches. ».
« Le gouvernement roumain nous a répondu : "Non, c’est nous qui décidons" »

Mais selon Libération du 8 juin 2010 le gouvernement roumain conteste vivement cette version : « La Roumanie ne dispose pas de suffisamment de riches pour partager avec tous les pauvres », selon le ministre des Finances, Sebastian Vladescu qui y voit un calcul politique : « Il veut se présenter à l’élection présidentielle française, il a fait une déclaration proche de la gauche. »

Le Président Traian Basescu a ajouté avec colère : « Si M. Strauss-Kahn a des doutes, je vais lui transmettre personnellement le papier que le FMI voulait faire appliquer par la Roumanie : une hausse de la TVA de 19 à 24%, une augmentation du taux unique d’imposition de 16 à 20% ainsi qu’une réduction des salaires dans le secteur public de 20% »

Demain, si DSK confirme son départ à la course présidentielle en 2012, il faudra qu’il s’explique un peu mieux sur son idéologie et son action au sein du FMI.

Car hier déjà, sous le gouvernement Jospin, il préconisait une baisse du taux supérieur de l’impôt sur le revenu au profit des très hauts revenus. Il défendait également une défiscalisation sans limite des stocks options et voulait accélérer la privatisation du service public.

La gauche est ainsi clairement prévenue contre l’erreur que constituerait le choix d’un tel candidat face à Nicolas Sarkozy en 2012. Et le PS aura du mal à apparaître crédible comme parti du changement d’autant qu’outre le Directeur du FMI, un autre « socialiste », Pascal Lamy, œuvre à l’OMC et ne cessant de prôner un libéralisme qui fait de plus en plus de ravages dans le monde…

Photo Flick-cc : DSK par Christian : http://www.flickr.com/photos/38131656@N00/174566053/



126 réactions


    • Albar Albar 19 juillet 2010 22:39

      Il aurait du porter la photo d’un autre français , Salah Hammouri ( de mère française ), emprisonné en israel , mais manque de pot il est aussi Palestinien tout comme Shalit est français-israelien.

      Salaud d’Eric Raoul ! Il en bave déjà à l’idée d’être récompensé en retour de ce coup de pub ; la politique d’israel passe avant celle de la France et des retraités français, pourvu qu’on ait l’oseille.

       


  • cmoy patou 19 juillet 2010 21:27

    C’est comme l’argent des licences de l’UMTS accordés il est passé où cet argent ?

    Il devait servir a aider a financer les retraites, c’est curieux on n’en parle plus.

    Cet argent aurait il servi a autre chose ?

    Si quelqu’un à la réponse je suis preneur, merci.


  • 1Direct 1Direct 19 juillet 2010 21:35

    J’oubliais
    L’apothéose du système de « THE » Classe est qu’ils ont réussi à faire croire que le libéralisme, tel qu’il le construise et le présente de nos jours, est le seul système qui permettrait à Monsieur Tout- le-Monde de réussir, à se hisser dans l’échelle sociale.
    Se hisser ? Oui, mais, sauf rares exceptions, pas jusqu’à eux.
    Ainsi, ils peuvent créer des divisions dans la population et éviter une trop grande cohésion de rejet de leurs dogmes.
    Elle (la Classe) évite même et surtout que ne se constitue d’autres classes suffisamment qui pourraient contester sa suprématie.

    Souvenez-vous,
    il y a des années, il y avait une classe ouvrière, une classe moyenne (la « petite » bourgeoisie etc. ).
    De nos jours, plus rien ou uniquement de façon squelettique, de façade, limite virtuelle, aucune cohésion, peut-être des esprits de corps.
    Cet esprit de corps qu’ils ont mais qu’ils nomment chez les autres, péjorativement, du corporatismes récalcitrant.

    Ne vous méprenez pas ...
     ce n’est pas, de ma part, de la nostalgie mais uniquement un simple constat.


  • georges 19 juillet 2010 21:36

    un coup de balai du FMI sur l heritage du CNR et ses senils gardiens je suis preneur . puisqu a l inverse de ses voisins la france est incapacable de se reformer et de regarder le monde tel qu il, est 30 ans apres la chute du mur il faut bien un coup de pouce de l exterieur , donc merci aux marchés d avoir mis l economie francaise devant ses responsabilités . si en meme temps on pouvait enfin en finir avec cet egalitarisme obsessionnel et ce nivellement systematique vers le bas .Quand au liberalisme il n est pas destructeur , il a socialement elevé des millions de gens dans des pays emergents . ya qu en france qu on a peur , on a peur de tout alors qu on a les cartes en mains pour reussir , trouillards !


    • jaja jaja 19 juillet 2010 21:48

      Eh oui il en reste à privatiser des entreprises qui feraient le bonheur de vos amis des multinationales... Ne rêvez pas la trouille, la grosse, c’est le peuple qui vous la donnera quand il se soulèvera pour s’emparer des richesses que vos amis capitalistes ont confisquées...


    • georges 19 juillet 2010 22:14

      si privatiser signifie concurrence saine , baisse des prix et fins des monopoles publics alors banco . et puis le petit peuple que vous pretendez defendre se fiche pas mal de pseudo revolution qui ne reuniront que quelques agités communistes et bobos , ils veulent de l ordre et ils veulent gagner le fric aussi facilement que les tauliers du CAC 40 , si le peuple devait se rebeller ce sont les elites mediatico politiques qui passeraient un sale quart d heure


    • kiouty 21 juillet 2010 11:23

      "privatiser signifie concurrence saine , baisse des prix et fins des monopoles publics« 

      HAHAHAHAHAHAHAHAHA

      On pourra toujours critiquer les libéraux, ils ont quand meme un sacré sens de l’humour...

      On voit tous les jours cette »saine concurrence« , ces »prix en baisse« dans le secteur des grandes surfaces, de la téléphonie mobile, de l’électricité ouverte aux marchés privés, des autoroutes, en France !
      C’est vrai quoi !
      Et puis l’intervention publique, c’est une ingérence insupportable, n’est-ce pas Renault, n’est-ce pas Peugeot, avec vos primes a la casse payées par le contribuable, mais dont les benefices resultants vont dans les caisses des actionnaires...

      Quant aux »monopoles publics" il ne pose un problème en réalité qu’aux actionnaires des boites privées qui ne peuvent pas se faire de thune avec de grands pans de secteurs comme l’éducation ou la santé. Pour le reste de la population, ca n’a aucune espèce d’importance. Franchement, hein !


  • Bleu Montréal 20 juillet 2010 04:05

    un drôle de mélange des genres ce DSK, il a l’air de manquer d’intégrité, il a l’air dangereux pour ceux qui veulent une société juste, solidaire, socialiste.


    • Bloggy Bag Bloggy Bag 22 juillet 2010 11:00

      Il a surtout l’air de ce que l’auteur de ce post veut lui donner. Le moins que l’on puisse dire c’est que la présentation n’est pas « neutre »...


  • gimo 20 juillet 2010 09:51

    150.000 Soldats juifs du 3é Reich- Les soldats juifs del’armée d’hitler 

    en nombre de 150.000 et 20 médaille d’honneurs

    bon à savoir !!!

    http://www.youtube.com/watch?v=LDI7DN54lJE&feature=related

    ........


  • stephanemot stephanemot 20 juillet 2010 10:16

    DSK mene sa campagne 2012 au centre, plutot sur les terres de Bayrou. S’il veut vraiment se presenter, il n’a pas du tout valeur a se plier au petit jeu des primaires socialistes.

    Les electeurs socialistes risquent de se retrouver avec un Sego-Martine au programme.

    PS : DSK etait de passage a l’Ambassade de Coree le 14 Juillet dernier (crochet depuis une conf en province). La derniere fois que je l’ai vu sur place, en 1992, il etait Ministre. La prochaine... ?


  • gimo 20 juillet 2010 10:27

    @stephanemot

    c’est dure quant les masques tombent merci pour ton - !!!!

  • gimo 21 juillet 2010 08:42

    Rien ne changera par quiconque qui soit élu en 2012 

    pour la simple raison que le système est bien ancré en France
    complice lui d’un autre système de la finance dans la planète

    Seul !!! le peuple pourra et peut le faire changer !!!!!
     En est il capable !! capable là !! est le gros problème ??

  • Bloggy Bag Bloggy Bag 22 juillet 2010 10:16

    Bel exercice de rhétorique que celui qui est de donner son opinion (négative) avant de faire son bout de citation.

    Le rapport du FMI aurait-il dû écrire « La maîtrise des dépenses sociales est [complètement superflu, il faut continuer à augmenter les déficits]. » ? Les déficits non maîtrisés signifient *la ruine* de certains, assurément les plus faibles.

    Ce rapport aurait-il dû écrire « la réforme des retraites et du système de santé [est totalement secondaire et sans importance] pour la stratégie budgétaire de moyen terme ». Cela aurait été un fabuleux mensonge d’une démagogie extrême.

    Auriez-vous désiré lire « il convient toutefois de [céder] aux pressions qui conduiraient à ne pas corriger les déséquilibres fondamentaux et à s’appuyer [sans limite] sur des mesures d’accroissement des recettes ». Bien sûr ici, chacun expliquera que l’accroissement des recettes se fera en piquant l’argent du voisin, pas le sien, alors que la mesure de recettes en question la plus simple et efficace c’est la TVA (l’IRPP et autres ISF étant totalement inefficaces et nécessitant une réforme radicale qui prendra de toute façon du temps).

    Je m’arrêterai là pour les citations, chacun est en mesure de juger sur le degré d’orientation de la rédaction...

    Sur l’Ukraine, je vous renvoie ici : http://wordpress.bloggy-bag.fr/2009/11/07/mensonges-et-verites-sur-le-fmi-et-lukraine/
    Quant à la Hongrie (en ce moment), l’affaire est intéressante puisqu’ils affirment ne plus avoir besoin du FMI car ayant réussi à atteindre les objectifs fixés (avec l’aide de l’argent du FMI et de l’UE) et qu’ils pensent être en mesure de se débrouiller seul avec l’UE. Ils font certes de la politique intérieure en agitant l’image du repoussoir FMI, mais si le malade est effectivement guéri comme ils le disent, en quoi cela condamne-t-il le médecin ? On verra bien la suite d’ici quelques semaines.

    Sur le mensonge de DSK voulant « une défiscalisation *sans limite des stocks options* » vous trouverez une version plus correcte vis à vis de la réalité ici : http://www.lexpansion.com/economie/actualite-economique/strauss-kahn-veut-des-stock-options-transparentes_82209.html (que ne l’a-t-on assez entendu à l’époque, cela nous aurait évité nombre de déboires !).

    En somme, cet article cherche à surfer sur l’image historiquement négative du FMI pour y associer DSK l’adversaire à abattre, il extrait des bouts d’un rapport complexe pour en faire une présentation forcément négative et simpliste, et il cite des paroles d’hommes politiques qui ont intérêt eux-aussi à taper sur le FMI pour se justifier.
    Dans le monde réel tout n’est pas blanc ou noir, mais là, c’est carrément tout rouge on dirait. Un procès à charges en somme...


  • Jean-Luc Donné-Matteo Jean-Luc Donné-Matteo 25 juillet 2010 03:20

    Mais DSK n’est pas de gauche, il se dit de gauche !

    Vu ce qu’il est payé alors qu’il n’a aucun sens de la novation, du dialogue et du sens de l’évolution des sociétés actuelles, je ne vois pas ce qu’il apporte au monde. A chaque fois que je le lis je m’aperçois qu’il ne vit jamais dans le monde des idées, qu’il n’a aucune idéologie bien définie pour sortir les pays de leurs problèmes. Il taxe il taxe il taxe. Rigueur Rigueur Rigueur. Aucune nouveauté, c’est à croire qu’être placée « si haut » n’offre pas l’avantage d’avoir des conseillers de grande sensibilité, de grande logique, et bref de grande intelligence générale. Au-delà de ça quelques conseillers ayant toujours une foule d’idées à proposer seraient les bienvenues.

    A moins qu’il ne soit qu’un pantin dont les fils sont tirés par des spéculateurs financiers, pariant encore sur le déclin de l’Europe.

    Les trois premières lignes du FMI sur Wikipedia :
    Le Fonds monétaire international (FMI) est une institution internationale multilatérale regroupant 186 pays, dont le rôle est de « promouvoir la coopération monétaire internationale, de garantir la stabilité financière, de faciliter les échanges internationaux, de contribuer à un niveau élevé d’emploi, à la stabilité économique et de faire reculer la pauvreté »

    vous avez bien lu, RECULER LA PAUVRETÉ !

    Il faudrait virer tout ceux qui n’ont pas d’idées novatrices ou qui ne veulent pas s’entourer de novateurs !!!


  • Catherine Segurane Catherine Segurane 25 juillet 2010 06:03

    Excellent article.


    Ceux qui pourraient être tentés de mener DSK à la Présidence sont prévenus.



  • millesime 25 juillet 2010 07:30

    à lire l’article de Paul Jorion que j’ai reproduit sur mon site à propos de la Hongrie :
    le gouvernement hongrois vient de voter une taxe sur les banques pour les trois années à venir ; au grand dame du FMI et de l’Union européenne, de sorte que le programme du FMI préconisé en 2008 et remis en cause et la Hongrie se passera des 5,7 milliards d’euros restant.
    DSK.....du balai .. !
    la Hongrie un exemple à suivre...(hélas pas avec Sarkozy)
    http://millesime.over-blog.com


  • loco 25 juillet 2010 11:27

    D icolas S ar K ozy
    Après le nain nuisible, qui serait assez sot pour voter DSK ???


  • loco 25 juillet 2010 11:29

    D icolas S ar K ozy

    Après le nain néfaste, voter pour son clone ???


  • papaxx 25 juillet 2010 14:31

    J’espère que tous les électeurs de gauche ne vont se laisser prendre des les filets de DSK comme ils l’ont fait avec Mitterrand - qui après 1982 nous a concocté une belle petite politique néolibérale où les possédants étaient largement privilégiés par rapport aux français vivant uniquement des revenus de leur travail. Il faut repenser le projet d’une société où enfin on ferait contribuer tous les revenus aux efforts communs d’une république mettant l’humain au centre des ses objectifs.


  • entrevuew 25 juillet 2010 18:26

    Avec DSK et Sarko, Marine Le Pen prend tout son sens. Moi je roule pour le FN. Quand à Martine Aubri c’est la fille de l’ancien Président de le Commission Européenne bref ceux qui nous dirige vers la société néo-libérale US. 

    Alors pour les socialistes je suis au regret de vous dire que le socialisme n’existe plus sauf si vous entendez dans le socialisme : des impôts gigantesque et des immigrés partout sans boulot. Drôle de programme sans parler du droit de vote aux immigrés et des naturalisations à tout va et de la diversité imposé à tous les étages. En somme le projet socialiste ressemble à une Dictature Socialiste Port-racial


  • pens4sy pensesy 26 juillet 2010 07:32

    DSK est la Honte de la gauche française.
    Pire que Fabius, presque pire que tout.
    Il n’y a que le sarko et son hortefeux qui le battent dans la bassesse et l’abjection.


  • vachefolle vachefolle 12 février 2011 18:43

    en 2012 DSK sera un très bon candidat ...... de la droite.

    On aura donc 2 candidats de droite au deuxième tour : Sarko et DSK.


Réagir