jeudi 24 juin - par LATOUILLE

Élections : décidément rien ne change !

 D’élection en élection les politiciens bercent l’électeur au rythme de la même complainte aux intonations de berceuse. Il faut tenir compte et questionner l’abstention particulièrement plurifactorielle, cependant les politiciens ne questionnent rien et ne tiennent compte de rien, ils constatent. Ils continuent à déverser les mêmes discours, les mêmes querelles partisanes, à avoir la même posture politique : trois petits tours et puis s’en vont vers le siège de leur parti rependre leur marche solitaire vers le « Pouvoir ». Il en fut ainsi dimanche 20 juin, une fois encore, à l’issue du premier tour des élections régionales.

 

 Ainsi, sur le plateau de France2, de 20h à 21h, on les a vus se lamenter sur l’abstention record mais n’y apporter aucune analyse si ce n’est : le cumul des élections régionales et départementales de nature à désorienter l’électeur, la nature et l’enjeu de ces élections que les citoyens ne connaîtraient pas, la date tardive cumulée à la sortie du confinement, les dysfonctionnements dans l’organisation, bref des calembredaines et des sornettes tellement chacune ne représentent que peu de choses dans l’abstention. Puis vint une lueur d’espoir avec Rachida Dati : les citoyens seraient lassés par le discours politique et l’attitude des politiciens et des journalistes, surtout ils auraient le sentiment que les élections ne servent à rien.

 

 Le sondage de l’IFOP « Profil des électeurs et clés du scrutin (1er tour) » montre bien que les électeurs ont massivement le sentiment que les élections ne « changent rien », qu’elles sont aussi inutiles vis-à-vis de leur situation personnelle que vis-à-vis de l’évolution de la société. Le reste, les autres causes même si elles existent bien sont devenues très secondaires. Dans le caractère multifactoriel de l’abstention nous pouvons ajouter, mais les sondages ne le montrent pas clairement, que les électeurs pensent que la politique régionale comme celle départementale se font plus à Paris que dans les régions ou les départements, la gouvernance centralisatrice d’Emmanuel Macron ayant nourri et renforcé ce sentiment. Quand on interroge les gens, dans une pratique de sociologie immersive, ils expriment bien cette centralisation de la décision citant par exemple les aides sociales qui si elles sont gérées par le département, sont surtout versées par les CAF qui pour les gens sont des organismes rattachés au pouvoir central. C’est bien le gouvernement qui détermine le montant de l’Aide Pour le Logement, de l’Allocation Adulte Handicapé ; alors concernant cette dernière les gens ne voient dans le département que l’organisme qui gère le dossier d’attribution : or on ne vote pas pour élire le directeur d’un service public. Si nous creusions plus avant ce point nous verrions très vite émerger que les gens pensent que les régions et les départements ne disposent que d’une autonomie extrêmement restreinte et qu’ils sont essentiellement le bras armé de politiques nationales ce qu’ont confirmé le mandat d’Emmanuel Macron et particulièrement sa gouvernance de la crise sanitaire. Alors à quoi bon aller voter ?

 

Le discours et l’attitude des politiciens prennent parfois en compte ces données mais c’est pour mieux organiser leurs discours, leurs commentaires autour de la seule critique de leurs adversaires et plus particulièrement contre le « diable » : le Rassemblement National. Ces discours qui annihilent toute possibilité de débat, lassent. Les citoyens attendent des discours constructifs, des discours qui leur permettent de se faire une opinion sur des projets, des discours d’espoir ouvrant vers une amélioration de leurs conditions de vie. Xavier Bertrand a tenu, dimanche soir, un discours dépolitisé, un discours de parti aseptisé, improductif voire contreproductif. Quand il dit que les gens ont reconnu le travail qu’il a fait et qu’il a brisé les mâchoires du RN, c’est l’archétype du discours dont ne veulent plus les gens. D’abord, compte tenu de l’abstention et des votes blancs, ce ne sont que 13 % des électeurs qui ont voté pour lui, qui ont reconnu « son travail » et 87 % qui ne lui accordent pas de satisfecit. Le chiffre devrait l’amener à plus d’humilité quant à la promotion de la supposée qualité de son « travail d’élu » d’autant que ce score n’est pas mieux que celui qu’il fit en 2015 au premier tour (cf. encadré en fin d’article). Ces 13 % représentent vraisemblablement, en analogie à l’analyse nationale du scrutin, un électorat traditionnel de la droite constitué majoritairement de personnes de plus de 50 ans, majoritairement retraitées et plutôt dans une situation financière confortable qui votent par atavisme ; il n’a donc pas recruté au-delà de son cercle habituel. Ensuite, Xavier Bertrand s’est attaqué au RN qu’il persiste à appeler le Front National dans une vaine tentative de diabolisation : « Nous avons desserré, pour les briser, les mâchoires du FN. » En reprenant à son compte le duel Macron-Le Pen qui assomme les électeurs depuis 2017, il fatigue l’électeur moyen réduisant la politique à un duel de personnes et supprimant du discours toute analyse politique. Surtout Xavier Bertrand ne prend pas en compte, par ignorance des analyses sociopolitiques, que l’électorat a évolué depuis l’ère du Front National et de Jean-Marie Le Pen et qu’il ne diabolise pas le RN même quand il ne veut pas de sa ligne idéologique. La diabolisation a d’autant mieux disparu, outre le président de la République et son ministre de l’Intérieur, les membres de la droite dite républicaine ont vis-à-vis des questions de sécurité, de l’immigration et de l’Islam une idéologie semblable avec celle du RN ; Xavier Bertrand n’a-t-il pas mis à son actif le démantèlement de la Jungle de Calais que réclamait le RN. Donc, les électeurs « moyens » et parmi ceux-ci les moins de 30 ans, se disent : si je ne veux pas du RN pourquoi voterai-je pour des politiciens qui font ou qui feront la même politique, pourquoi voter si rien ne change. Quelle alternative se pose alors devant moi ?

 

Le quidam pourrait être tenté par la gauche ou par les écologistes, ce n’était pas le cas chez les moins de 30 ans nous apprirent les sondages d’opinion. Toutefois certains électeurs ont été tentés de voter pour la gauche et ils vont vivre à nouveau la bouillabaisse politique habituelle. En Île de France ceux qui hier ont été incapables de s’unir subitement se rassemblent sur leurs valeurs communes disent-ils, ce qui ne présage rien de bon quant à leur capacité à gérer les autres valeurs qui sous-tendent l’action politique et gestionnaire au quotidien. Le font-ils pour faire opposition et faire tomber la présidente sortante ou pour promouvoir une politique commune ? On sait trop ce que deviennent ces « unions » une fois les élections passées ; ce qui est artificiellement commun ne résiste pas à la rudesse d’une gestion forcément pragmatique d’une collectivité. À côté de cette union où les électeurs ne sont pas complètement trahis, juste inquiets, il en est d’autres comme à Marseille où Jean-Laurent Félizia qui conduisait une liste d’union de gauche, s’est finalement retiré de la course alors qu’il avait engrangé 18,9 % des suffrages, éliminant ainsi la gauche de la scène politique en PACA.

 

C’est sous la pression des instances de son parti : EELV, qu’il a cédé visiblement à contrecœur : « Je voterai dimanche prochain Renaud Muselier pour battre Mariani et sa triste cohorte. » Comme pour Xavier Bertrand le discours de diabolisation est improductif, voire il risque de réveiller les électeurs du RN dont on sait qu’ils se sont massivement abstenus au premier tour. Mais surtout quelle trahison pour les électeurs de gauche qui à Marseille voyaient le retour de la gauche dans l’hémicycle du Conseil régional. Double trahison : celle de l’espoir, celle des idées. Pourtant il proclamait : « Les citoyens de gauche attendent autre chose que l’effacement de leurs valeurs et de leurs idées ». Les quelques conseillers de gauche qui auraient pu promouvoir les idées de gauches sont sortis de la course, donc du Conseil régional laissant le champ entièrement libre aux forces de droite, à une droite conservatrice et ultralibérale. Chacun des électeurs de Monsieur Félizia sait combien une fois élu Monsieur Muselier comme Christian Estrosi en 2015 négligera la gauche, ses projets, ses propositions. C’est une droite orgueilleuse et méprisante qui se présente en se couchant sur ses dissensions : Éric Ciotti, ultralibéral et autoritaire, qui hier voulait exclure Renaud Muselier de leur parti LR vient aujourd’hui lui prêter main-forte ; c’est l’heure de la revanche et de la haine. Monsieur Félizia a fait montre d’une rare lâcheté lorsqu’il déclarait : « Il n’y avait, en vérité, pas de bon choix, mais c’était ma responsabilité d’en prendre un. » Il y en avait un autre : le maintien de sa liste pour ne pas trahir ses électeurs et ne pas assassiner la gauche. Est-ce qu’un pacte républicain qui consiste à tuer dans l’œuf la gauche et ses électeurs est un pacte vraiment républicain ? En tout cas un pacte qui élimine des électeurs, leur retirant le droit à l’expression d’un vrai choix, n’a rien de démocratique. Ce genre de pacte d’opportunité a-t-il encore un sens en 2021 où le président de la République qui n’est pas exempt de responsabilité dans l’abstention et dans la baisse de la confiance dans la démocratie, découvre qu’une abstention massive voudrait dire quelque chose de la maladie de la démocratie est malade ?

 

Ne nous étonnons pas de lire dans Médiapart : « Chez les militants qui ont reçu l’annonce du retrait par un mail sobre et court à 17 h 15, le sentiment d’être privés d’une partie de la campagne prédomine. L’un d’eux confie : « Ne croyez pas que tout ça était improvisé. On avait retravaillé et réécrit nos professions de foi et nos bulletins pour le second tour. Ils étaient sans logo des partis. » Sur un mur du local de la tête de liste du Rassemblement écologique et social, de grandes feuilles blanches accueillent les phrases fortes qui devaient ponctuer la semaine jusqu’au second tour. Au marqueur bleu, un peu effacé, l’une d’elles clame : « Premier tour je choisis, deuxième tour aussi ». » Quel pourra être ce choix : le diable de droite tellement éloigné des valeurs de gauche, le vote blanc ou l’abstention ? Ne vont-ils pas voter pour le RN représenté par Thierry Mariani car tant qu’à avoir le diable autant avoir l’original plus tôt qu’une copie malpropre qui manque d’honnêteté ?

 

On ne pouvait pas faire mieux que dans les Hauts de France et en Provence Côte d’Azur pour continuer à éloigner les électeurs des urnes. Comme l’écrit le philosophe Dominique Bourg dans Psychologie de la connerie en politique : « De manière générale, ce qui semble caractériser la connerie politique est donc la réticence à considérer les changements profonds qui ont affecté nos sociétés depuis des décennies. » Les politiciens, à l’issue du premier tour de cette élection, font la démonstration de la justesse des propos de Dominique Bourg et vont au-delà en manifestant un incroyable mépris des aspirations des électeurs.

 

Jadis l’électeur se demandait pour qui voter, aujourd’hui la question est pourquoi voter ?

 

 

 

Élections régionales de 2015 en Nord-Pas-de-Calais-Picardie

 

1er tour Xavier Bertrand obtint 27,97% des votes exprimés mais seulement 13,17% si on rapporte au total des inscrits ce qui est équivalent au score obtenu au 1er tour de 2021.

Marine Le Pen engrangeait 40,64% des votes exprimés.

 

2ème tour Xavier Bertrand terminait avec 57,77% des votes exprimé, seulement 33% du total des inscrits.

Pour ce 2ème tour Xavier Bertrand a bénéficié du désistement de la liste PS, et de l’absence des listes EELV et PCF.

 



40 réactions


  • Docteur Faustroll Séraphin Lampion 24 juin 18:34

    Non seulement les élections ne changent rien, mais elles cautionnent le système en légitimant pas les suffrages les décisions de gens qui ne disent ni ce qu’ils vont faire, ni ce qu’ils font réellement, mais qui vous envoient tout le temps dans la poire que c’est vous qui les avez choisis.

    Demande-t-on aux bœufs de voter pour choisir leur éleveur puis leur abattoir ?


    • Fergus Fergus 24 juin 19:31

      Bonsoir, Séraphin Lampion

      Des « boeufs » qui, à l’exception d’une minorité des classes populaires, n’ont jamais connu autant d’aisance matérielle. Au moins 90 % de la population possède tous les équipements souhaitables en termes de confort ménager, de télévision, de téléphonie, etc. Et les véhicules les plus vendus sont des SUV !!! 


    • astus astus 24 juin 19:49

      @Fergus

      Sans doute les politiciens ont-ils beaucoup de progrès à faire, mais dans ce genre d’articles, et en général sur Agoravox, c’est toujours la faute des autres si rien ne change. Or les choses sont plus complexes car la déresponsabilisation actuelle des citoyens et des électeurs qui ont tous les droits mais peu de devoirs est aussi à chercher comme l’écrit Élisabeth Roudinesco dans le fait que chacun est aujourd’hui devenu « Soi-même comme un roi » puisque « chacun le vaut bien ». Le narcissisme qui est le contraire de la démocratie et de la République prépare les tyrannies car on a finalement les gouvernants que l’on mérite.
      Cdlt


    • Fergus Fergus 24 juin 19:58

      Bonsoir, astus

      Bien d’accord avec vous. J’ai moi-même évoqué le « narcissisme » dans un récent commentaire ainsi que l’« hédonisme » pour les jeunes générations.


    • L'apostilleur L’apostilleur 24 juin 20:39

      @Séraphin Lampion
      « ...Non seulement les élections ne changent rien, mais elles cautionnent le système ... »

      Vous avez mieux ? Pas d’élection ?


    • Attilax Attilax 24 juin 21:34

      @L’apostilleur

      Exactement. Voter pour des lois et pas pour des gens.


    • sirocco sirocco 25 juin 00:33

      @Attilax

      Avec le RIC constituant, par exemple.


    • Aristide Aristide 25 juin 08:48

      @Fergus

      ... les jeunes générations.

      Peu importe ce que vous en dites, à votre place je m’interrogerais sur deux points :
        la désignation assez ... simpliste d’une catégorie entière de la population pour essayer d’essentialiser ses comportements, ses projets, sa vision du monde, ...
        il est assez commode de désigner une population dont on ne fait pas parti, pour l’affubler de toutes les tares et défauts ...

      Pour ma part, je côtoie des jeunes assez responsables, conscients des difficultés, étudiants ou déjà dans la vie active, ils ne correspondent en rien à votre portrait ... Pas plus jouisseurs que nous l’étions à leur age. Je dirais même plus informé, ce qui explique peut-être cette abstention. Ils sont beaucoup moins engagés ou affiliés à des partis qui tous promettent un avenir radieux, ils sont beaucoup moins crédules et savent que seule l’action individuelle dans leur vie mais aussi dans la société est la vraie alternative à ce qu’il considère comme un cirque electoral.

      Et toutes les combines d’entre deux tours leur donnent raison !!!


    • foufouille foufouille 25 juin 09:02

      @Fergus
      tu es un vrai bobo car 73% ont moins de 2500.


    • Docteur Faustroll Séraphin Lampion 25 juin 11:17

      @Attilax

      bravo


  • rhea 1481971 24 juin 19:09

    Avec le variant delta, nous sommes en train de nous rendre compte que la

    vaccination ne sert à rien, pas un politique n’en parle et comme l’écrit un

    économiste c’est le Tchernobyl de la vaccination.


  • Jeekes Jeekes 24 juin 19:37

    Ce qui me surprend le plus dans ce fatras de pseudos-analyses, c’est que personne ne semble envisager que cette abstention massive puisse avoir une autre cause.

     

    Toutes mouvances, tout partis confondus, ensemble (à de rares exceptions près) ils ont joué la même lamentable partition.

    Le méchant virus qu’est ’’tellement dangereux’’, le masque imposé, le confinement débile par tous reconnu comme nécessaire, et le vaxxin, le vaxxin, le vaxxin !

     

    Aucun de ces pourriticards n’a remis en cause les décisions dictatoriales de micron et de sa bande d’enflures. Aucun n’a dénoncé la mascarade.

    Aucun n’a eu le courage de parler de l’incroyable mise en scène, l’inacceptable manoeuvre de l’interdiction des traitements efficaces et bons marché.

    Peu importe d’avoir fait crever autant de gens, à croire qu’ils avaient tous un portefeuille d’actions chez BigPharma ?

     

    Tous, comme un seul homme, ils ont été d’accord.

    Ce faisant ils ont tous prouvés ce qu’ils valaient, ce pour quoi ils existaient. Un pour tous, tous pour un. Rien que des larves pétries de trouille à l’idée de faire un faux-pas. Des salopards sans aucun courage, mais un seul but, leur ambition.

    Bref tous complices, la même racaille, voleurs, menteurs, lâches !

     

    C’est en tout cas ce qui fait que je voterais probablement plus jamais.

      

    Voter pourquoi faire, pour mettre en place une ordure du même acabit que son prédécesseur ? Quelqu’un qui fera encore et toujours la fortune des plus riches sur le dos de la grande masse des mougeons ?

     


    • L'apostilleur L’apostilleur 24 juin 20:51

      @Jeekes

      « ..Ce qui me surprend le plus dans ce fatras de pseudos-analyses, c’est que personne ne semble envisager que cette abstention massive puisse avoir une autre cause.

      Aucun de ces pourriticards n’a remis en cause les décisions dictatoriales de micron et de sa bande d’enflures... »

      L’abstention ne peut pas exprimer vos opinions, sinon l’abstentionnisme n’aurait pas atteint ce niveau. 
      Tout le monde aurait voté comme vous.
      A moins que vous soyez trop seul avec vos convictions ?


    • Attilax Attilax 24 juin 21:39

      @L’apostilleur

      Mais c’est pourtant le cas :
      L’opinion commune, c’est le ras-le-bol et le dégoût, qui se sont exprimés à 70%. On ne peut pas faire plus clair.

      Si nos « représentants » avaient ne serait-ce qu’une once de dignité, ils se retireraient. Mais vous constaterez que ce n’est pas le cas. Ils n’en sont préoccupés que pour le vernis de légitimité que l’élection est censée leur conférer. Là, c’est raté et ça se voit plus que d’habitude.

      Pointer du doigt une conséquence sans se préoccuper de la cause, c’est comme regarder le doigt au lieu de la lune...


    • malhorne malhorne 25 juin 08:38

      @Jeekes la vraie cause etait la fête des péres et les réunions de familles aprés confinement , aussi simple que ça !!


    • Aristide Aristide 25 juin 08:55

      @Attilax

      L’opinion commune, c’est le ras-le-bol et le dégoût, qui se sont exprimés à 70%. On ne peut pas faire plus clair.

      Vous faites dire ce que vous pensez vous à des personnes qui ne se sont pas exprimés. 70% de la population penserait la même chose que vous ?

      C’est pas la première fois que l’abstention est récupérée et essentialisée ... Là c’est un peu gros !!!


    • Attilax Attilax 26 juin 15:38

      @Aristide

      Ah bon ?
      Qu’est-ce qu’il y a de gros là-dedans ? vous croyez que les gens ne vont pas voter par paresse ? Ce ne serait pas simplement parce qu’ils sont convaincus que ça ne sert à rien et qu’ils ont autre chose à foutre de leur dimanche ? Donc : qu’ils sont écœurés et refusent de participer à la mascarade ? Il vous faut 100% pour être convaincu ?

      Je ne sais pas qui instrumentalise qui, ici.


  • Parrhesia Parrhesia 24 juin 19:37

    Pour que les élections changent quoi que ce soit, il faudrait, entre autres choses, que l’esprit des électeurs retrouve plus de sagacité et d’intelligence politique .

    Il faudrait que cette sagacité et cette intelligence leur fasse retrouvé l’importance primordiale de l’instinct grégaire, de l’importance de la solidité familiale et de la cohésion nationale et le courage de les défendre !!!

     Aussi longtemps que les électeurs continueront à gober béatement les analyses politiques faussées par des partis politiques dévoyés, ils continueront à élire à tous les niveaux de citoyenneté des personnalités de Nième zone, avec les conséquences qui en découlent quotidiennement ; (enfin pour ceux qui sont encore en mesure d’observer les faits et d’effectuer des déductions découlant logiquement de ces faits !!!


  • L'apostilleur L’apostilleur 24 juin 20:35

    @ l’auteur 

    « ...Il faut tenir compte et questionner l’abstention... »


    Questionner un âne qui ne veut pas boire ? 

    Pas simple.


  • ETTORE ETTORE 24 juin 20:59

    Mais à quoi reconnais t-on donc, un bon « politichien » ?

    A sa capacité innée, à évacuer ses tares et ses manquements, sur la population.

    Il se contente de se positionner, et attend qu’on le confirme dans son immobilisme.

    Et si d’aventure la plèbe, refuse de créer ce courant d’air qui lui donne un minima de frémissement à sa fonction d’IM mobile, il accuse ciel et terre, et les éléments, d’injustice, envers sa personne.

    J’en connais des orties, et des mauvaises herbes, qui se lamentent moins qu’eux, quand on les arrache, d’un sol qu’ils ont squatté, pourtant bien plus.... naturellement.


  • xana 24 juin 23:53

    Moi je ne voterai plus jamais pour des « représentants » qui ne représentent absolument pas le peuple. C’est de l’escroquerie.

    Je voterai un jour si on nous demande (à nous le peuple) de voter une constitution ou des lois. Mais ça n’arrivera jamais évidemment.

    Je voterai si un jour on nous demande (à nous le peuple) de rétablir la peine de mort pour les vendus et les traîtres, les gros fumiers en col blanc, ceux qui bradent notre pays au capital américain ou chinois. Mais ça n’arrivera jamais évidemment.

    Si cela devait arriver, je reviendrai en France sur mes genoux pour assister à la décapitation de Macron et de ses séides. Mais cela n’arrivera jamais évidemment.

    Après, pour savoir si nos exploiteurs doivent être de droite ou de gauche, je m’en contrefous. Si les menteurs élus sont LREM ou FN, je m’en fous.

    Je suis un abstentionniste, et il n’en faudrait pas beaucoup pour faire de moi un terroriste.

    Un peu plus de désespoir, sans doute.


  • Trelawney Trelawney 25 juin 07:46

    Il ne faut pas perdre de vu que ce sont des élections régionales et que depuis la modification des régions faites sur un coin de table de l’Elysée, la politique régionale ne veut plus rien dire.

    Excepté les régions Corse, Bretagne et PACA qui n’ont pour ainsi dire pas changées, les régions comme Nouvelle Aquitaine, Grand Est, Haut de France sont tellement étendu qu’il est difficile de définir un choix politique pour l’orientation de ces régions. Qu’est-ce que l’électeur de Poitiers en a à faire de Bordeaux et des environs ? Idem pour Troyes Sedan et Strasbourg ou Aurillac et Annecy ?

    Donc ces élections ne concerne pas leurs électeurs. De plus le désistement de certains partis politiques au nom du « front républicain » lors des élections de 2015, a ancré les partis en place au profit des partis inexistants donc disqualifiés d’office comme la gauche dans les hauts de France et en PACA.

    On verra au second tour qui saura faire le plein de ses électeurs et qui ne le saura pas. Mais je m’attend à des surprises surtout en Ile de France.


  • Pierre Régnier Pierre Régnier 25 juin 08:16

    Je suis résolument opposé à l’abstention et je fais toujours l’effort de me déplacer pour aller au bureau de vote.

    Mais si je ne vois aucun candidat préoccupé par ce qui me préoccupe le plus je ne vote pour aucun d’entre eux.

    C’est ce que j’ai fait au premier tour des élections régionales, j’ai mis dans l’urne une enveloppe vide.

    Mais les médias ont totalement ignoré les bulletins blancs, la majorité des journalistes estimant, comme ils le font désormais tout au long de l’année, que les bonnes propositions sont forcément faites par des candidats, fussent-ils tous, à l’exemple d’Emmanuel Macron, des individus principalement carriéristes. 

    Je n’irai donc pas voter au second tour.


  • malhorne malhorne 25 juin 08:34

    Quand nous voyons les associations contre nature qui se développent , les Français se sentent encore trahis et iront a la péche ce dimanche


  • foufouille foufouille 25 juin 09:03

    « or on ne vote pas pour élire le directeur d’un service public. »


    surtout vu le nombre de salopards.


  • markos 25 juin 09:11

    je suis en PACA et je suis furieux.

    on m’a volé mon second tour.

    avec cette idée imbécile de front républicain, on me demande de voter pour quelqu’un qui est un des plus bels exemples de la médiocratie politique locale, celle qui fait fuir les électeurs.

    ces basses manœuvres vont m’obliger à m’abstenir pour le second tour, c’est à dire qu’on se moque de ce que les gens veulent, on préfère leur dicter ce qu’ils doivent faire. ça fausse la démocratie.

    voter avec une pince à linge sur le nez, non merci !


    • Parrhesia Parrhesia 25 juin 09:46

      @markos
      Je crains que le front ripoublicain (qui fonctionne en parallèle avec la mode abstentionniste) ne soit pas une idée imbécile. Au contraire, c’est une idée très efficace pour abuser l’électeur standard et empêcher une droite qui représente maintenant 70% du corps électoral de gagner la moindre élection !

      Mais de toute façon cela n’a plus guère d’importance car les 75% de neuneus droitistes ne savent même plus eux-mêmes ce que devrait être véritablement une droite rationnelle française en l’an de disgrâce 2021 !!!
      En fait, les neuneus de droite sont exactement comme les neuneus de gauche : Ils ne savent même plus sur quelle planète ils sont, au point de mépriser les enseignements incontournables de la référence socio-économique française toujours absolue nommé Charles de Gaulle !!!
      Car LUI, avait parfaitement anticipé la honteuse chienlit actuelle !!!


  • HELIOS HELIOS 25 juin 09:28

    Quand on voit tous ceux qui appellent a ne pas s’abstenir et a voter pour eux-mêmes on voit évidement où se trouve le loup.


    La determination de électeurs français est bafouée par ceux qui vous expliquent qu’il y aurait des partis sataniques qui ne doivent pas etre choisis...

    La démocratie ne serait applicable qu’avec eux, pas avec « les autres » qui respectent pourtant les mêmes règles. depuis quand se permettent-ils de penser que seul leur choix tactique est valide ?

    Allez tous voter, la réalité c’est qu’ils vous font croire qu’il faut aller voter mais ils espèrent que vous n’y alliez pas.

    Votons, votons tous et votons pour ce que nous croyons. essayons tous les choix possibles qui correspondent a nos envies, a nos espoirs et a nos risque, n’ecoutons pas ceux qui s’accrochent a leur fauteuil, ce n’est pas pour vous, mais pour eux-mêmes.

    Plus ils rejetent vos choix, plus ils demontrent que les leurs sont mauvais pour vous.

    REAGISSONS....


  • zygzornifle zygzornifle 25 juin 14:24

    Si les élections servaient a quelque chose depuis le temps on s’en serait rendu compte, en fait elles permettent surtout aux pro de la politique de vivres comme des nababs, le smic serai roi en politique on ne verrait plus ces combats pour remporter la mise .... 


  • zygzornifle zygzornifle 25 juin 14:27
    N’attendez pas la solution de vos problèmes des hommes politiques puisque ce sont eux qui en sont la cause (Alain Madelin)

  • zygzornifle zygzornifle 25 juin 14:27
    Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs , des voleurs et des traîtres n’est pas victime !.... il est complice.(George Orwell)

  • ETTORE ETTORE 25 juin 19:51

    Ce que vous prenez pour des panneaux d’affichage électoraux, sont en réalité pour une très grande part, des « avis de recherche » !

    Ce sont des « figures » qui s’étalent une fois sur papier brillant, bien plus qu’ils ne le sont eux même, et, avec la colle de cet artifice gluant, s’essayent à attraper tous les gogos, qui bourdonnent encore d’une mélodie passée, ou la démocratie était le printemps des idées, et vice versa.

    Aujourd’hui, qu’y voyons nous ?

    Des « exo-tiques », des « faux CONbatants » des « opportunistes » qui s’échinent à monter les marches du pouvoir, depuis des lustres, comme des sherpa pour l’Everest, avec des camps de base à chaque bar de « tournée de votes ».

    On les voit encore plus usés que leurs idées, d’un autre âge !

    Normal, puisque le sac à dos professionnel, n’est pas interchangeable, même si souvent déposé en consigne, mais toujours avec la même clé de casier.

    Alors, vous avez le Super Intendant des Parcs et Amusements, un « Géniteur, pas gêné » par tout cela, qui estime que, puisque « tout est dans tout », il serait bon que

    « le tout », lui appartienne ( surtout si c’est bien dedans ).

    Alors, il est où cet « horizon » politique ?

    Il est donc vrai que la terre est ronde, et que ceux qui se précipitent vers la droite, ne font que rencontrer ce qui courent vers la gauche, et que le point de rencontre....

    Le Lupanar (d) de convergence, là ou les constats se font amèrs, se dit au centre, centre qui est bien fluctua(t), mais ne coule jamais !

    Marins d’eau de démocraD & Cie, trop douce pour être salé MENT, honnête.

    Même si les cheveux poivre et sel de certains, sont plus engageants que leur tronche de défroqué.....On reste quand même dans l’expectative, de cette galerie d’exposition d’oeuvres de dards, aussi inachevées, mais pourtant affichée avec grandiloquence, pour un vote de satisfécit national.

    Dans ce cas, OUI, je peux vous le dire, les panneaux sont bien fixés, et que l’ouvrier communal à parfaitement fait son travail !

    Quoi, le reste ? Quel reste ?


  • zygzornifle zygzornifle 27 juin 08:48

    Je vote depuis 1974 et j’ai constaté depuis que je suis de plus en plus pauvre, que les prix augmentent régulièrement, que je perd mes libertés une a une, qu’il y a de plus en plus de surveillance, de caméras, de flicage, d’obligations et d’interdictions de toutes sorte, que tous les gouvernements de gauche comme de droite tapent sur les chômeurs, les retraités, que la population a bien changée et pas en mieux.

    Je comprend donc les citoyens qui ne se déplacent plus ou votent blanc car il n’y a plus que les petits enfants qui croient encore au père Noel ....


    • véronique 29 juin 11:11

      @zygzornifle

      « Je comprend donc les citoyens qui ne se déplacent plus ou votent blanc car il n’y a plus que les petits enfants qui croient encore au père Noel .. »

      Quant à moi je ne les comprends pas. Ou bien ce que je comprends, c’est que les citoyens et citoyennes ne savent pas utiliser leur droit/pouvoir de vote.

      Une élection n’a pas pour seul enjeu d’élire un candidat. Il peut y avoir un enjeu financier comme pour les législatives, mais il y a aussi des enjeux stratégiques. Par exemple fragiliser la position des sortants. Ou bien donner à un parti d’opposition assez de voix pour susciter des réactions. Pour les régionales très fortement proportionnelles, donner des sièges à des opposants...

      Et c’est pour ça que l’abstention (surtout au premier tour bien sûr) ne dérange pas du tout ceux qui dirigent, bien au contraire. Ça aussi les électeurs qui s’abstiennent, et qui sont mécontents, doivent le comprendre. Et c’est justement pour obtenir, ou bien une adhésion franche, ou bien l’abstention, que les dirigeants actuels ont excellé dans l’art de diaboliser tous leurs opposants. Durant longtemps seul le RN était diabolisé. De nos jours même la france insoumise est taxée d’extrémisme ! En fait tout ce qui n’est pas de près ou de loin favorable à lrem est devenu extrémiste.

      Je conseille vivement de lire de Pierre Serna ’l’extrême-centre où le poison français« . Vraiment.

      Et j’ajoute que l’électeur abstentionniste doit aussi ne pas rêver et ne pas légitimer son individualisme par la fausse croyance que le vote ne sert à rien. La politique est une lutte acharnée pour le pouvoir car certains ont de gros intérêts à défendre. Il faut souvent du temps pour permettre un rééquilibrage de la société. Donc tous les »petits" combats sont utiles, toutes les élections. C’est pourquoi ce serait bien quand même de ne pas prolonger les choses bêtement en n’allant pas s’exprimer aux premiers tours des scrutins qui nous sont proposés. 


  • Tordant , amusant ..... !

    La moquerie est totale ....

    LREM ou le néant politique , alors , alors , alors la mission de l’ex premier ministre Philippe, le tordu, est de recaser chez les L R les restes de la REM pour le plus grand nombre ......

    Tous ces transfuges qui ont constitué LREM tapent à la porte de leurs anciens partis.

    C’est pathétique , minable ......Les élus LREM sans honneur , sans grandeur que des glandeurs , des cyniques petits amateurs ....

    ALORS, le premier ministre et le ministre de la santé crient à la catastrophe sanitaire actuellement et menacent les mauvais français d’un reconfinement dur dés septembre ....

    Les crache-la- haine reprennent leur rôle favori , la menace permanente .....



  • La fabrique du consentement devient la nouvelle manipulation de l’ingénierie sociale .

    Ce dispositif cynique touche toutes les couches sociales , chercheurs , enseignants , gendarmes , policiers, juges, fonctionnaires territoriaux , élus de l’opposition , médecins ,journalistes, médias..... Tous et toutes sont affectés par cette saloperie politique ..

    Qui pollue même les écolos lobotomisés à la course au pouvoir « quoi qu’il en coûte » .

    La guerre totale n’est pas loin, hier une gifle demain la haine de tous et de toutes sans distinction avec en point d’orgue la violence totale ....
    Qui stoppera Macron et sa bande d’ingénieurs de la haine .... ?


  • Une élection se passe dans un bureau de vote , avec un groupe d’assesseurs , des enveloppes , des bulletins , un registre des inscrits , des tables , des chaises , un isoloir .

    Dimanche soir ce 27 juin , après 20 h , pour quelle raison un animateur du débat télévisuelle a évoqué la présence de machines à voter dans un département témoin .... ???

    Macron le manipulateur, le menteur , le sinistre comploteur, l’escroc maladif aurait permis cette mascarade ...

    Alors que comme chacun sait l’isoloir électronique n’est absolument pas fiable , ni réellement réalisable .....

    Ces salopards n’en finissent pas d’escroquer la France, le peuple et l’état, la constitution et les lois .


  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 29 juin 15:41

    Rien ne change parce que : Le vote conforte le leurre démocratique !

    Où est la démocratie ? Les fausses élections régionales en France confirment mon précédent écrit. 70 pour cent d’abstention !!!

    https://t.co/t1Eq9Jc9ja?amp=1


    • véronique 29 juin 16:35

      @Mohammed MADJOUR

      Pourquoi « fausses élections régionales »  ?

      Ce ne sont pas de fausses élections, ce sont des vraies. Des vraies qui vont permettre à un certain nombre d’avoir un siège et une indemnité d’élu dont le montant n’est pas symbolique, surtout pour le siège de la présidence. Des vraies élections qui vont donner le pouvoir à certains de décider comment ils distribuent l’argent public.

      Les citoyens s’abstiennent ? L’abstention est aussi une manière de choisir. 


  • Le timming du déconfinement a influencé, facilité l’abstention . Le plan , l’arnaque se situe dans les détails .

    Les plus âgés ont voté par éducation, conditionnement et plus généralement par conviction .

    Quant aux plus jeunes et les plus de 30 ans ils ont montré toute leur bêtise , toute leur fainéantise citoyenne .

    Les minorités sociales qui actuellement ont pour consigne de faire du bruit , de crier au loup , de manière exacerbé afin de créer une diversion .

    Macron et sa bande d’ingénierie sociale n"en finissent de générer , entretenir du chaos (sanitaire,,social..financier..médiatique..sécuritaire etc) .

    La carte du terrorisme reste limité pour l’instant .

    Le terrorisme religieux n’est plus financé en exclusivité, (par les Soros, Rockefeller , .....monarchies du golf .CIA..etc) .
    Seul le terrorisme sanitaire tue ...

    La guillotine a été remplacée par la seringue et le virus .,,,Gates, Merkel, Macron, Castex,Véran sont les exécuteurs .


Réagir