lundi 15 juillet - par Sylvain Rakotoarison

François de Rugy et la République du homard géant

« La faim, cette coquine, fait souvent faire aux beaux esprits des choses qui ne sont pas sur la carte. » (Cervantès, 1602).



Cela fait près d’une semaine que le numéro deux du gouvernement, François de Rugy, Ministre d’État, Ministre de la Transition écologique et solidaire (insistons sur solidaire) est dans la tourmente. Le 10 juillet 2019, le site Mediapart, motivé par une sorte de messianisme démagogique et par un marketing commercial, a commencé à sortir des "affaires" concernant cette personnalité politique.

Commençons clairement par deux remarques préalables. J’apprécie peu la méthode moderne qui veut qu’on jette en pâture un certain nombre d’informations (parfois d’ordre privé) et que les personnes ciblées soient lynchées sur la place publique. Certains pourraient dire que parfois, certaines personnes l’ont bien mérité (Dominique Strauss-Kahn, Jérôme Cahuzac, etc.), mais il y a une sorte de puanteur journalistique à vouloir se substituer à la justice. Je n’insisterai pas sur la fonction de ramasse-poubelles de certains médias.

Et pour François de Rugy, les informations données étaient connues de très peu de personnes, d’un entourage très proche. Ce lynchage médiatique paraît plutôt injuste. Je ne dis pas qu’aucune enquête préliminaire ne sera pas ouverte à la suite de ces quelques révélations (ce serait même étonnant, le parquet national financier semble aujourd’hui assez réactif avec ce que la presse publie, et c’est peut-être tant mieux, cela mériterait une réflexion approfondie qu’il ne s’agit pas d’entamer ici), mais les faits qu’on lui reproche sont plutôt dérisoires par rapport à ses responsabilités nationales.

Aujourd’hui, on préfère parler des menus du ministre à discuter de sa politique nucléaire, de sa politique fiscale (qui a fait sortir les gilets jaunes sur des ronds-points), etc. C’est étonnant, alors qu’il y a probablement tant de choses, sur le fond, qui pourraient être, sinon critiquables, du moins discutables. C’est dans cette discussion sur le fond qu’on améliore les projets de loi. Pas en parlant des bouts de gras. Cela ne veut pas dire qu’il faut fermer les yeux sur les excès et les abus, mais éviter la démesure des réactions.

_yartiDeRugyB04

Ces deux remarques dites, parlons de cette "affaire". A priori, rien d’illégal n’a été commis. Mais le politique n’a rien à voir avec le juridique. Le politique, c’est de convaincre les citoyens que ses actes sont en accord avec la morale du moment. Or, la morale du moment ne passe plus rien. S’il faut trouver une faute pour François de Rugy, c’est au moins cette imprudence couplée d’une négligence, dans le meilleur des cas.

Imprudence car un dîner à dix ou trente convives, de nos jours, ne restera jamais privé : les smartphones, les réseaux sociaux (quand je pense qu’une amie s’amuse à envoyer au monde entier le moindre dessert quand je partage un dîner au restaurant avec elle), il y en aura bien un, de convive, qui lâchera l’information dans la montagne géante des informations sans intérêt, illisibles et égocentriques de l’Internet. Sauf que, lorsqu’est impliquée une personnalité très en vue, il y a des chances pour qu’une personne malintentionnée puisse en faire une exploitation peu valorisante.

Négligence car l’Hôtel de Lassay, le siège de la Présidence de l’Assemblée Nationale, est connu pour sa bonne chère et son luxe quasiment intégré dans ses murs. Jacques Chaban-Delmas, maire de Bordeaux, qui présida pendant quinze ans la Chambre, avait porté une attention très particulière à la cave de ce haut lieu. Mais déjà bien avant lui, le Duc de Morny, petit-fils de Talleyrand et demi-frère de Napoléon III, ancien stratégique Ministre de l’Intérieur, qui a présidé le Corps législatif du 12 novembre 1854 à sa mort, le 10 mars 1865, avait déjà fait de ce lieu un palais très confortable sous le Second Empire, que la République s’était empressée de préserver au nom du respect de l’État.

Cent cinquante ans plus tard, on imagine donc que le personnel chargé de l’intendance a naturellement vocation à proposer le meilleur du luxe possible à ses hôtes, sans consignes contraires. Autrement dit, le luxe par défaut. La négligence, ce serait de ne pas avoir donné la consigne d’un peu plus de sobriété. Cette négligence est d’ailleurs d’autant plus étonnante que non seulement François de Rugy n’a pas l’image d’un homme à paillettes qui brûle tout ce qu’il touche, mais qu’il a fait de la transparence et de l’intégrité son credo au perchoir.

Au point, par exemple, de supprimer la "réserve parlementaire" des députés, ce qui a eu pour conséquence une forte baisse de certains budgets municipaux et la fin de certains projets associatifs (il aurait suffi de généraliser et rendre obligatoire ce que certains députés avaient déjà fait d’eux-mêmes, à savoir publier chaque année comment ils avaient dépensé leur réserve à l’euro près). Je reviendrai sur sa "défense" plus bas, mais indiquons que François de Rugy a évoqué certaines animosités provenant de son action de transparence au perchoir. Notons que cette transparence, le Président de l’Assemblée lui-même en est exempté.

L’étonnant, c’est qu’il y a plus de transparence dans le budget de fonctionnement de l’Élysée que de l’Hôtel de Lassay. Un député est capable de savoir combien de repas ont été livrés à l’Élysée, mais pas à la Présidence de sa propre assemblée. Au-delà de ces problèmes de contrôles comptables, il y a aussi un problème d’ordre philosophico-constitutionnel (également évoqué lors de l’affaire Benalla), la sacro-sainte séparation des pouvoirs.

De toute façon, la contestation des frais de bouche fonctionne toujours excellemment. C’est de la démagogie pure, mais cela choque sincèrement les citoyens qui comparent l’utilisation de l’argent public, c’est-à-dire, des contribuables, donc le leur, avec leur propre budget. Déjà en 1825, Jean-Anthelme Brillat-Savarin écrivait joyeusement : « Dis-moi ce que tu manges, je te dirai ce que tu es. » !

La tarte à la crème dans une campagne municipale, c’est de regarder le budget champagne de la municipalité sortante. Pas la peine de le connaître, cela choquera toujours. Pourtant, pour les cérémonies minimales (14 juillet, 11 novembre, 8 mai, vœux, etc.), peut-on se passer de champagne lors d’une réception ? Le total est toujours "exorbitant" en comparaison du budget d’un ménage. Tout est une question de modération.

L’histoire récente a montré un certain nombre d’exemples de même nature, traités de manière différente.

Par exemple, en juin 1995, entre les deux tours des élections municipales, Jean Tiberi, maire par intérim et candidat à la lourde succession de Jacques Chirac à Paris, a été "sali" parce que ses enfants habitaient dans des logements sociaux de la ville de Paris alors qu’ils étaient eux-mêmes propriétaires et recevaient des revenus locatifs.

De plus, Alain Juppé, qui venait d’être nommé Premier Ministre après une bataille interne au RPR particulièrement destructrice (rivalité entre Jacques Chirac et Édouard Balladur à l’élection présidentielle) et qui se présentait à la mairie de Bordeaux, encore adjoint sortant à la mairie de Paris, a été lui aussi épinglé par "Le Canard Enchaîné" en juin 1995 pour avoir réduit de 1 000 francs le loyer de son fils logé dans un appartement de la ville de Paris, qui fut rénové aux frais de la municipalité avec des travaux coûtant 381 000 francs.

À l’époque, pour ces deux élus parisiens, il n’y a eu aucune poursuite judiciaire. En revanche, l’image d’Alain Juppé en a pris un coup, après une campagne présidentielle basée essentiellement sur la "fracture sociale" et avant la réforme de la sécurité sociale qui, quelques mois plus tard, a engendré la dernière grève massive de l’histoire sociale du pays.

C’était en 1995, la première loi sur le financement politique datait de 1988, et l’on revenait de loin avec des scandales politico-financiers de l’ère de François Mitterrand (affaire Carrefour du Développement, etc.). Ce n’est pas avec l’élection de l’ovni Emmanuel Macron que la moralisation de la vie politique est devenue un impératif civique et même électoral. Dès les années 2000, ce qui pouvait être encore admis en 1995 ne l’était plus.



Ainsi, un scandale a éclaté lorsque, le 16 février 2005, "Le Canard Enchaîné" (suivi ensuite par les journaux "Libération" et "Le Parisien") a révélé la grandeur de l’appartement de fonction du jeune ministre Hervé Gaymard, l’enfant précoce de la Savoie (comme Michel Barnier), nommé très récemment, le 29 novembre 2004, Ministre de l’Économie et des Finances (pour remplacer Nicolas Sarkozy élu président de l’UMP), pour sa famille de huit enfants, loué par l’État à 14 000 euros par mois pour 600 mètres carré, sans compter des travaux coûteux pour un total de 58 894 euros (loyers et travaux), du même ordre de grandeur que les seuls travaux de l’appartement de fonction de François de Rugy.

Hervé Gaymard n’a tenu que neuf jours, après des déclarations contradictoires et confuses, et a dû démissionner le 25 février 2005. Depuis cette date, même si aujourd’hui, il est encore président du conseil départemental de la Savoie, il n’a plus aucune influence sur le débat national alors qu’il était l’un des jeunes espoirs du chiraquisme (avec François Baroin). Il a d’ailleurs remboursé les frais engagés par l’État pour son appartement comme il s’y était engagé.

"Le Canard Enchaîné" du 9 mars 2005 a également révélé la location d’un coûteux appartement de fonction (240 mètres carré à 5 500 euros par mois selon "Libération" du 11 mars 2005) pour le Ministre délégué au Budget Jean-François Copé qui a su mieux se défendre, sans jouer au père la vertu, et a réussi à éviter la démission.

Un peu plus récemment, toujours aussi dérisoire (et moins grave que ce qui est aujourd’hui reproché à François de Rugy), le Secrétaire d’État chargé du développement de la région capitale Christian Blanc a dû démissionner le 4 juillet 2010 du gouvernement de François Fillon après la révélation, par "Le Canard Enchaîné" du 16 juin 2010, de l’achat de cigares sur fonds ministériels, soit 12 000 euros en dix mois. Cette affaire arrivait au pire moment puisqu’un ministre très important, Éric Woerth, était mis en cause dans l’affaire Bettencourt (à tort si l’on en croit le tribunal correctionnel de Bordeaux qui l’a relaxé).

Après n’avoir voulu rembourser que la part de sa consommation personnelle (soit 3 500 euros), et sur injonction du Premier Ministre, Christian Blanc a remboursé la totalité, et après sa démission, s’il a retrouvé automatiquement son mandat de député pour les deux dernières années de la législature, il a quitté ensuite la vie politique. J’insiste, la somme en cause, 12 000 euros, est dérisoire par rapport à ce qui est en jeu avec François de Rugy.

Sous François Hollande, c’était son conseiller très important de l’Élysée, Aquilino Morelle qui était épinglé par une enquête de Mediapart révélée le 17 avril 2014, sur une suspicion de conflit d’intérêts et sur le fait qu’il faisait payer par l’Élysée le cirage de ses trente paires de chaussures de luxe, faites sur-mesure. Il avait « fait privatiser un salon de l’hôtel Marigny afin de se faire cirer les chaussures seul au milieu de cette pièce toute en dorures » (ce qu’a contesté l’intéressé). Il a été poussé à la démission dès le lendemain.

Je peux citer aussi l’exemple de Michèle Alliot-Marie, même si c’est une affaire très différente des précédentes puisqu’elle n’a rien à voir avec l’argent public, mais avec les valeurs. Voici l’une des personnes qui détient le record de longévité au gouvernement, et pour une femme, l’une de celles qui a occupé le plus de postes régaliens (Défense, Intérieur, Justice, Affaires étrangères), et surtout, dont les actions ont toujours été définies selon le filtre : comment serais-je perçue ? Voulant un sans-faute, aucune affaire, dans l’optique hypothétique d’arriver un jour à Matignon (2004, 2005, ou 2010).

Et voici qu’elle n’a rien compris au Printemps arabe (peu de monde a compris à l’époque) et qui a pédalé dans la semoule pendant six semaines. Le 11 janvier 2011, soit trois jours avant la fuite de Ben Ali, elle a osé déclarer devant les députés français vouloir proposer « le savoir-faire de nos forces de sécurité, qui est reconnu dans le monde entier » pour réprimer la révolution démocratique tunisienne. La révélation, par "Le Canard Enchaîné" du 26 janvier 2011, de ses vacances tunisiennes du nouvel an alors que les manifestations étaient déjà nombreuses, a achevé sa crédibilité de chef de la diplomatie française, et sa démission, retardée jusqu’au 27 février 2011, est devenue inéluctable.

En revanche, je n’évoque pas Jérôme Cahuzac qui fut au cœur d’une affaire beaucoup plus grave (et qui a été condamné), ni même celle qui concerne François Fillon, qui n’a pas encore été jugé mais le verdict de l’élection présidentielle fut de toute façon le plus éloquent de tous les verdicts possibles. Il ressort qu’à partir des années 2000, non seulement faire payer par l’État (par les contribuables !) des prestations qui paraissent superflues voire inutiles pour le travail d’un haut responsable du pouvoir est choquant, mais qu’il est désormais entré dans les mœurs de démissionner.

En juin 2017, d’ailleurs, la simple mise en examen dans une affaire de collaborateurs parlementaires a coûté le retour de François Bayrou, nommé un mois auparavant Ministre d’État, Ministre de la Justice, ainsi que les ministères d’autres membres influents du MoDem (Sylvie Goulard, devenue entre-temps LREM, et Marielle de Sarnez).

Comme on le voit, la jurisprudence ministérielle ne plaide pas pour François de Rugy même s’il peut considérer que sa démission serait injuste. C’est le principe général des notes de frais : jusqu’à quel montant cela paraît-il déraisonnable ? Il ne me paraît pas déraisonnable que dans un dîner avec un homologue européen, par exemple, on serve du homard géant et des vins de haute qualité. C’est au contraire la manière d’honorer ses invités de marque, d’autant plus que la France doit quand même préserver son image de pays du luxe et de pays gastronomique.

_yartiDeRugyB02

En revanche, s’il s’agit de profiter de sa position pour épater ses amis de longue date ou sa famille, ou faire son repas de mariage, c’est évidemment plus que contestable (même si ce repas était payé par l’intéressé : tout le monde ne peut pas se marier à l’Hôtel de Lassay, ce n’est pas un organisme de réception pour mariage, c’est un bâtiment officiel de la République). Le flou, ce sont tous les invités entre les deux, ceux qui peuvent légitimement être honorés par une rencontre avec le Président de l’Assemblée Nationale. N’y a-t-il pas alors un équilibre à définir entre les homards géants et le plateau repas style club sandwich ? Probablement.

On est loin de la vertu de De Gaulle, qui payait lui-même ses notes d’électricité à l’Élysée et ses repas familiaux ! Pourtant, on ne peut pas dire qu’à l’époque de De Gaulle, la France n’honorait pas avec faste ses grands invités. Au contraire, toute la grandeur de la France était là, incarnée par De Gaulle, sans homard géant.

Ce qui est sûr, c’est que les révélations choquent les citoyens, surtout ceux qui ont du mal à terminer le mois. Car l’afflux d’informations, plus ou moins confirmées (là encore, la confusion n’aide pas la personne impliquée) scandalisent, autant par jalousie que par vertu. Par exemple, des travaux pour 63 000 euros, alors que son prédécesseur, Nicolas Hulot, plus sage, se considérant comme de passage, n’y voyait pas la nécessité. C’est le prix d’un appartement de province. Rien que le dressing (le rêve de toute épouse, serais-je tenté de dire avec une pincée de machisme que je retirerais immédiatement !), 17 000 euros, soit le prix d’une voiture neuve telle qu’on nous la vend dans les multiples publicités des soirées télévisées, est, lui aussi, choquant.

Comme dans le Pénélope Gate, François de Rugy semble aussi mal se défendre que François Fillon. La seule réaction acceptable aurait été de faire amende honorable : "oui, c’était cher, je ne m’en suis pas rendu compte, je présente mes excuses aux Français et je ferai attention pour les prochaines fois". Acceptable mais peut-être pas acceptée.

_yartiDeRugyB09

Il faut dire que François de Rugy aura beaucoup de difficulté à surnager. Pourquoi ? Parce que déjà, le homard géant, c’est un super animal. Il est rouge, facilement identifiable et suffisamment original pour désormais l’associer systématiquement au ministre. La moindre mention de l’animal est une contestation d’opposant. C’est de bonne guerre. De plus, le mot lui-même permet de nombreux jeux de mots (le plus fréquent : "Homard m’a tueR", on peut en citer d’autres, comme "Homard, ô liesse ennemie"), en plus, il a des pinces, ce qui ouvre un nouveau champ de jeux de mots (le ministre s’est fait pincer). De plus, le patronyme du ministre se prête aussi aux jeux de mots. Les terminaisons en "-ard" et en "y" trouvent facilement des rimes.

Et le parcours politique lui donne peu d’alliés puisqu’il est connu comme un spécialiste de retournement de vestes : écologiste, il a sabordé le groupe écologiste à l’Assemblée Nationale le 17 mai 2016 pour rejoindre le groupe socialiste et devenir un vice-président de l’Assemblée, puis, en janvier 2017, il s’est présenté à la primaire du PS pour l’élection présidentielle et s’est même engagé à la télévision à soutenir dans tous les cas le candidat désigné, à savoir Benoît Hamon. Toutefois, quelques semaines après son échec à la primaire, il a rejoint …Emmanuel Macron et a rejoint son parti jusqu’à obtenir la consécration en se faisant élire au perchoir, faute de rivaux expérimentés au sein de LREM.


Plus concrètement, la manière de se défendre publiquement, tant dans la matinale du 10 juillet 2019 sur France Inter que chez Jean-Jacques Bourdin le 12 juillet 2019 sur BFM-TV, n’a pas été très convaincante. Et la convocation publique du Premier Ministre Édouard Philippe à Matignon le jeudi 11 juillet 2019, tandis qu’il était en déplacement à Niort, n’a pas montré une solidarité gouvernementale inconditionnelle.

Le 10 juillet 2019, François de Rugy a expliqué : « J’assume totalement qu’un Président de l’Assemblée Nationale, comme un ministre, rencontre de manière informelle lors de dîners des responsables d’entreprises, de la culture, de l’université. Je n’accepte pas qu’on nous attaque, moi et ma femme [la galanterie et la politesse auraient voulu se citer en dernier], nous n’avons rien à nous reprocher, ni elle ni moi. » (France Inter). Sur le fond, il a probablement raison, mais comment peut réagir le peuple quand il entend cela ? Comment être crédible quand on dit qu’on mange du homard géant dans le but de connaître la France réelle ? Le pire, ce fut la colère, sûrement sincère, exprimée le 12 juillet 2019 sur BFM-TV. C’est une inversion des rôles : c’est le peuple qui devrait être colère, pas lui.

Par ailleurs, ses déclarations ont été souvent confuses voire contradictoires. Les tweets, notamment, semés pendant des années, peuvent revenir à la figure comme un boomerang, dans le sketch éculé de l’arroseur arrosé.

_yartiDeRugyB03

Le limogeage beaucoup trop rapide de sa directrice de cabinet, Nicole Klein, pourtant ancienne préfète de Loire-Atlantique respectée de tous, notamment pour sa gestion de l'évacuation de la zone de Notre-Dame-des-Landes, a donné également une idée sur sa manière de manager ses collaborateurs (du genre : "sauve-qui-peut, laissez-moi passer"), au point que la haut-fonctionnaire, traumatisée par cette disgrâce et d'habitude plus discrète, a eu besoin d'exprimer sa rancœur par médias interposés.

Le précédent de l’affaire Gaymard donne inéluctablement l’issue de cette affaire De Rugy : la démission, rapide ou laborieuse, mais cela paraît d’autant plus inévitable que, contrairement à Hervé Gaymard, François de Rugy ne bénéficie d’aucune troupe politique, d’aucun fidèle, d’aucun relais au sein de la majorité dont la plupart des députés LREM sont très inquiets de l’image donnée après la contestation des gilets jaunes. Ses collègues ministres se montrent très peu solidaires.

Cette image déplorable rejaillit sur toute la classe politique avec un fond d’antiparlementarisme et cette réflexion que décidément, tout le monde serait pourri, ce qui est pourtant loin d’être le cas. Plus on parle de homard, moins on parle de politique. Il faut raisonner en politique. La politique n’a jamais été juste ou injuste. Après tout, l’élection d’un candidat est parfois aussi injuste que sa défaite. Il y a des circonstances extérieures, un contexte, une "mode", de la chance (qui doit être accompagnée d’une audace pour être vraiment saisie), ou de la malchance au contraire, également des fautes de ses adversaires.

Politiquement, comment le Ministre de l’Écologie pourrait-il encore justifier ses taxes supposées écologiques mais réellement créées pour réduire le déficit public sur les vols aériens, sur le carburant des camions, etc. ? Comment pourrait-il être aujourd’hui crédible avec des homards en guise de rébellion ? C’est probablement injuste, mais la situation politique est ce qu’elle est. Les enjeux sont graves : la paralysie d’un des axes majeurs de l’action gouvernementale, et le risque de faire resurgir une crise des gilets jaunes encore plus violente dans son expression. Plus le Président Emmanuel Macron attendra, plus la crise débordera sur tout l’exécutif.

Le principe de réalité, ce n’est pas de craindre qu’un site Internet messianique puisse faire la peau d’un ministre, c’est de craindre que quelques homards mensuels paralysient non seulement la politique écologique du gouvernement, mais aussi la réforme de l’assurance-chômage et la réforme des retraites. Rappelons que l’été dernier, l’affaire Benalla a eu raison de la réforme institutionnelle


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (14 juillet 2019)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
François de Rugy et la République du homard géant.
François de Rugy et le bâton de maréchal du politicien manœuvrier.
Allocution de François de Rugy lors de son élection au perchoir (27 juin 2017).
Premier tour de la primaire socialiste du 22 janvier 2017.
Troisième débat de la primaire socialiste du 19 janvier 2017.
Deuxième débat de la primaire socialiste du 15 janvier 2017.
Premier débat de la primaire socialiste du 12 janvier 2017.
Programme de François de Rugy (à télécharger).
La primaire EELV de 2016 (premier tour).

_yartiDeRugyB05



21 réactions


  • cevennevive cevennevive 15 juillet 11:52

    Bonjour Sylvain,

    Bon article, très développé et auquel je souscris. Je viens de le lire sur la modération et l’approuver bien sûr !

    Que de tribulations au sein des gouvernements !

    Effectivement, comme vous l’écrivez, ça occupe les yeux, les esprits et les cervelles, occultant ainsi les méfaits d’une politique souvent injuste et délétère pour certains.

    On se « venge » comme on peut.

    Finalement, tant et tant de personnages politiques ayant des responsabilités au sein des gouvernement, plein d’ambitions et de morgue, se conduisent comme de Rugy !

    Il sera remplacé par un de ses semblables...


  • foufouille foufouille 15 juillet 12:12

    les caisses de l’état ne sont pas vides pour tout le monde.


    • foufouille foufouille 15 juillet 12:40

      @Positronique
      la différence est que ça fait quelques années que les caisses sont vide mais juste pour nous.
      et voter, et pas veauter, pour qui ?
      les ploutocrates changent de partis comme de chemises ou pleurnichent quand les électeurs votent macron tout en votant contre le RN.


    • zygzornifle zygzornifle 15 juillet 13:11

      @foufouille

       Ouais un certain Macron se met a rêver d’une étoile noire comme dans Star-Wars ....


    • ASTERIX 17 juillet 09:57

      @foufouille REPONSE A RAKOTO LE DECONNO CATHO

      rakoto votre sale manie de défendre tous les escrocs beaucoup plus nombreux a votre droite nous fait penser que pour aller jusqu aux ecolo vous avez fait un GROS EFFORT QUI VOUS A rapporte des GROS HOMARDS


  • zygzornifle zygzornifle 15 juillet 13:08

    Il n’y a pas que lui , le président pendant sa campagne puis après a organisé des festins a tour de bras et je ne parle même pas de ce qui se passe dans les embrassades on l’on reçoit en grandes pompes tous les dictateurs de la planète ....


    • baldis30 16 juillet 20:25

      @zygzornifle

      bonsoir ,
       Tout cela coûte cher ... Or il y aurait des solutions simples ... 

      vendre l’Hôtel de Lassey, pour le raser et à sa place ériger un supermarché de la politique , vendant des promesses, des places sur les listes, des décorations, etc.....

      convertir l’Hôtel en chambres d’hôtes, assurément avec la publicité faite la clientèle aisée ne manquerait pas notamment pour admirer les cuisines et la cave ...


    • ASTERIX 17 juillet 10:05

      @zygzornifle

      SUPPLIQUE A MEDIAPART des gilets rouges et jaunes + insoumis QUE LE PROCHAIN DANS LA LIGNE DE MIRE SOIT JUPITER grand organisateur des magouilles CHEF DU GRAND DEGAT !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


  • zygzornifle zygzornifle 15 juillet 13:10

    Haaaa ces écolos ,toujours a courir après le prestige et l’oseille , ça me rappelle le sénateur Vincent Placé écolo de mes 2 ....


  • ZenZoe ZenZoe 15 juillet 15:07

    C’est vrai que les frais de bouche intéressent toujours le peuple.

    Les révolutions commencent presque toujours quand le peuple a faim et qu’ils voient les châtelains se bâfrer sur leur dos. Marie-Antoinette est restée dans l’Histoire avec sa brioche pour tous. Manque de bol, les citoyens qui n’ont pas le sens de l’humour n’ont pas apprécié et lui ont coupé la tête.
    L’habitude est restée. On demande toujours la décapitation de nos jours, plus avec la guillotine, mais avec un grand coup de pied au derrière, et la porte grande ouverte. Et c’est tant mieux.


  • Taverne Taverne 15 juillet 15:08

    Il y a les gens de cour et il y a les gens de coeur. C’est la mesure de l’homme à l’aune de l’adversité qui fait le tri.

    Comment De Rugy s’est -il comporté face à l’adversité ? Par des manipulations (information dissimulée ou retenue), des artifices et en pleurnichant sur son sort...A-t-il fait preuve de courage, de compréhension, d’humanité, de responsabilité, dans ses réponses et dans ses actions (le limogeage par exemple) ? Je pose juste la question. A chacun d’y voir clair en son âme et conscience...


    • ZenZoe ZenZoe 15 juillet 15:46

      @Taverne
      Il a limogé sa dircab et gardé son épouse, alors qu’il aurait du faire le contraire, car c’est son épouse qui lui aura coûté le plus cher smiley
      Veule et pas malin.


  • Taverne Taverne 15 juillet 15:42

    A la manifestation spontanée du « homard pour tous », le peuple le voit trop au premier plan et tousse, tousse ! Attention que le rhume ne gagne pas les bronches...


  • baldis30 15 juillet 18:51

    bonsoir,

     Qu’on veuille bien penser à tous ceux qui furent lourdement condamnés pour des larcins liés à la misère ou encore plus simplement à la faim de leurs enfants ...

    De plus ce monsieur il est logé , et bien logé, chauffé .... alors....

    on prolonge le raisonnement et on arrête de chercher des excuses....

    Parce que de mémoire il y eut des élus qui logés qui en même temps trouvaient le moyen de louer le leur pour ... arrondir les fins de mois ... meuh non cela n’existe pas et n’a jamais existé ... 


  • C’est pas parce qu’on se dit républicain qu’il faut se goinfrer avec du homard thermidor ..

    D’ailleurs tout gastronome patriote se doit de souper aux couleurs nationales , c’est à dire d’une truite au bleu , d’un blanc de poulet et d’un rouget de l’île .


  • Traroth Traroth 16 juillet 11:23

    De Rugy n’est qu’un petit symptôme d’un régime où les gouvernants sont supposés être les serviteurs de la république, et se comportent en réalité comme des maîtres. Et ça ne date pas de Macron, loin s’en faut.


  • ETTORE ETTORE 16 juillet 23:45

    Ce gouvernement change tellement souvent de locataire dans ses murs, que ce n’est plus LrEM qu’on devrait l’appeler, mais.... airBnB !


  • Pere Plexe Pere Plexe 17 juillet 10:55

    Qu’un arriviste patenté, traître à ses heures,soit à sont tour balancé à la vindicte n’a rien pour m’attrister.

    Les larmoiements de notre nécrophile en marche n’y change rien.


    • Taverne Taverne 17 juillet 11:02

      @Pere Plexe

      Un « arriviste patenté ». Pas tenté ? Très tenté au contraire et qui appliquait à la lettre le mot d’Oscar Wilde : « Le seul moyen de se débarrasser d’une tentation est d’y céder. »


  • zygzornifle zygzornifle 21 juillet 12:34

    Vivement que d’autres se fassent « pincer »


Réagir