mercredi 16 janvier - par Fergus

« Grand débat » : Macron se tend un piège !

L’annonce du Grand débat, son cadrage par Macron dans sa « Lettre aux Français », et ses modalités d’organisation, rien ne trouve grâce aux yeux des caciques du Rassemblement National, de Debout la France et de la France Insoumise. En ouvrant la voie à cette initiative inédite sous la Ve République, le président vient pourtant de mettre en place un piège potentiellement redoutable pour… lui-même.

Comme l’on pouvait s’y attendre, l’annonce du Grand débat et le texte jupitérien qui l’a accompagné en ce début de semaine sous la forme d’une « Lettre aux Français  » ont été accueillis par de nombreuses et virulentes critiques, tant du côté des partis de l’opposition qualifiée de « populiste » par les médias mainstream que dans les rangs des Gilets jaunes les plus radicalisés. Aux accusations d’« enfumage » ou même de « piège à cons » se sont ajoutées des consignes de boycott.

Rien là de très surprenant de la part de personnalités politiques qui, depuis l’émergence des Gilets jaunes, n’ont eu de cesse de tenter de récupérer ce mouvement dans l’espoir de provoquer la chute de Macron ou, à défaut, la dissolution de l’Assemblée nationale. Des espoirs jusque-là déçus et qui risquent d’être ruinés par le lancement de ce Grand débat grâce auquel nos compatriotes vont avoir la possibilité inédite de s’exprimer quasiment sans tabous sur tous les sujets qui leur tiennent à cœur en matière de gouvernance du pays. 

Ce boycott a-t-il des chances de fonctionner ? On peut en douter. Hormis le Rassemblement National, Debout La France et La France Insoumise, toutes les formations politiques, du Parti Communiste aux Républicains modérés appellent en effet à participer à cet ample débat démocratique qui est d’ores et déjà observé avec beaucoup de curiosité et d’intérêt dans les autres pays occidentaux. Nombre de Gilets jaunes se déclarent eux-mêmes prêts à déposer leur contribution, et il suffit de prendre connaissance des « doléances » déjà exprimées dans les mairies pour s’en convaincre.

Les participants croient-ils pour autant en la sincérité de Macron et de ses amis ? Non, bien sûr car les Français ne sont pas dupes de la stratégie élyséenne. Celle-ci vise à l’évidence à gagner du temps et à imposer tacitement dans l’opinion publique l’idée que le mouvement des Gilets jaunes n’a plus de légitimité tant que la démarche entreprise n’est pas allée au bout du processus et que des annonces n’auront pas été faites, une fois digérées par l’exécutif les contributions de nos compatriotes.

Dès lors, il est facile de comprendre ceux qui appellent au boycott pour ne pas cautionner une initiative qui, selon eux, ne débouchera sur rien, ou au mieux sur des mesurettes sans rapport avec les légitimes attentes des classes populaires. Mais il est clair qu’on est là sur un procès d’intention. Certes ! les gouvernements successifs ont souvent trompé les Français en leur faisant miroiter la possibilité d’avancées socioéconomique ou institutionnelles, et il n’est pas étonnant qu’une partie d’entre eux puisse réagir comme le « chat échaudé » du proverbe.

En refusant de participer à cet exercice démocratique, nos compatriotes commettraient pourtant une énorme faute stratégique ! Au-delà de la parole libérée que cette démarche induit dans la population, le Grand débat pourrait effectivement devenir une arme redoutable contre l’exécutif. Et, pour peu qu’un large consensus populaire se dégage sur plusieurs points (par exemple l’ISF* et le RIC*), se révéler un piège potentiel pour Macron contraint, du haut de son Olympe, de choisir entre la reddition sur quelques-unes des revendications emblématiques de la France des « oubliés » ou, conformément aux pratiques de l’« ancien monde », le recours à des annonces vides de contenu.

Dans le premier cas, le pays devrait sans trop de difficultés recouvrer son calme, même si le feu ne sera pas totalement éteint sous la cendre, eu égard à la très grande défiance des Français à l’égard de l’exécutif. Dans le deuxième cas, les classes populaires, s’estimant une fois de plus flouées par le gouvernement, pourraient durablement, et de manière beaucoup plus violente que lors des semaines passées, basculer dans une insurrection dont Macron aurait créé les conditions par sa surdité et son aveuglement.

À l’évidence, il y a avec ce Grand débat une chance à saisir par tous ceux qui souffrent. Nul doute à cet égard qu’une part importante des Français s’emparera de ce débat sans tabous ni pathétiques réserves politiciennes pour exprimer des attentes longtemps méprisées et mettre ainsi l’exécutif au pied du mur.

Rappelons-nous Stéphane Hessel. Lorsqu’il a écrit « Indignez-vous !  », tout le monde a applaudi ce texte et salué son auteur. Or, dans le contexte actuel de graves tensions sociales, ce Grand débat est enfin, et sans recours à la violence, l’occasion de verbaliser cette indignation si largement partagée par nos compatriotes, et notamment par ceux de la « ruralité », petites villes comprises, et de la « France périphérique  ».

On ne peut sans cesse réclamer d’être entendu et refuser, le moment venu, de s’exprimer lorsque cette possibilité est offerte !

ISF : Impôt de Solidarité sur la Fortune  ; RIC : Référendum d’Initiative Citoyenne



265 réactions


    • foufouille foufouille 12 mars 16:15

      @Traroth
      fergus reconnait surtout que son ploutocrate ne tiendra pas ses promesses ce qui ne le dérange pas.


    • Fergus Fergus 12 mars 20:15

      Bonsoir, foufouille

      Que Macron ne tienne pas ses promesses, c’est en partie faux : il tient celles qui sont néfastes pour les classes moyennes et populaires. Et il va même plus loin en prenant d’autres mesures, elles aussi néfastes, qui figuraient pas dans son programme.

      Au référendum révocatoire, je préférerais des jurys de citoyens tirés au sort appelés, chaque année, à demander des comptes aux élus et à publier la synthèse des réponses afin que chacun soit informé.


    • Traroth Traroth 12 mars 21:39

      @Fergus
      Informer ne suffit pas. La démocratie, c’est le pouvoir du peuple, par le peuple, pour le peuple, pas seulement le peuple informé. Pas besoin de jury citoyen pour voir qu’on se moque de nous, très franchement. J’ai du mal à voir le progrès.

      Et vous devriez prendre l’habitude d’appuyer vos propos par des raisonnements et des arguments. L’échange de simples opinions, c’est stérile. Vous préférez ceci, je préfère cela. Qu’est-ce qu’on a dit quand on a dit ça ? Rien.


  • jmdest62 jmdest62 16 janvier 08:31

    Salut Fergus

    Hier , lors des questions aux gouvernement E Philippe a très clairement réaffirmé que « tout ce qui entre dans le cadre de la lettre de Manu sera examiné par le Gvt ».

    En clair , vous pouvez palabrer sur tout ce qui vous chante tant que vous restez dans les (nos) clous.

    Manu a déclaré devant les maires qu’aucun sujet n’était tabou et qu’on pouvait discuter de tout ....« discuter » , ça mange pas de pain n’est-il pas ?

    @+


    • jmdest62 jmdest62 16 janvier 08:49

      @Fergus
      Votre « stratégie » part du postulat erroné que Manu aurait le sens de l’honneur et de sa fonction ....
      or, il démontre le contraire depuis plus de deux mois par ses invectives et ses brutalités ,
      or, il est en train de démontrer son double langage , en ce moment même à l’assemblée , en faisant passer , sans concertation , de nouvelles lois sur la justice .
      or, il est en train de démontrer son double langage

      en faisant piloter et encadrer le débat par ses « petits copains » .
      @+


    • Fergus Fergus 16 janvier 09:13

      Bonjour, jmdest62

      Le fait est qu’il y a eu un net décalage  dans le bon sens entre la lettre et les propos de Philippe et ceux que Macron a tenus devant les maires normands.

      « Votre « stratégie » part du postulat erroné... »

      Ma « stratégie » est qu’il faut profiter de ce débat pour instaurer un rapport de forces. Si c’est le cas, et si les Français sont nombreux à se porter sur des revendications identiques, Macron sera obligé d’en tenir compte, sauf à susciter une colère encore plus grande que celle des semaines passées, avec tous les risques que cela ferait courir au pays et à sa propre majorité !

      « en faisant piloter et encadrer le débat par ses « petits copains » »

      Les deux ministres ne sont là que pour assurer l’organisation du débat et ses modalités pratiques. Il sera toujours temps de faire ce procès si les « garants » qui vont être désignés ne sont que des potiches !


    • jmdest62 jmdest62 16 janvier 09:50

      @Fergus
      A) Vous pouvez croire qu’il y a un décalage mais il n’y en a pas ...on peut discuter sans tabou de l’ISF .... discuter OK ! mais « pas touche au grisbi ! »
      B) 2 ministres pour animer/encadrer + sur 5 « garants » : 2 désignés par le Gvt + 1 désigné par R. Ferrand .....
      est-il nécessaire de poursuivre ?
      @+


    • Parlez moi d'amour Parlez moi d’amour 16 janvier 13:07

      @Fergus

      Si c’est le cas, et si les Français sont nombreux à se porter sur des revendications identiques, Macron sera obligé d’en tenir compte,

      C’est vous qui allez vérifier l’importance et la fréquence des revendications ? Nos gouvernants nous ont habitués à la trahison, le bilan de ce « débat » sera celui que souhaitent les dirigeants actuels ...


    • Fergus Fergus 16 janvier 14:25

      Bonjour, Parlez moi d’amour

      « C’est vous qui allez vérifier l’importance et la fréquence des revendications »

      Non, mais il ne fait aucun doute que les médias  au moins une partie d’entre eux s’empareront de ce sujet, ne serait-ce que pour booster leurs audiences ou leurs ventes. 
      *
      « le bilan de ce « débat » sera celui que souhaitent les dirigeants actuels »

      C’est en effet un risque que je ne nie pas. Mais on ne pourra en avoir la certitude qu’au bout du processus ! Et lesdits dirigeants savent désormais que le peuple français à l’épiderme sensible, et qu’à trop vouloir le chatouiller il s’expose à de périlleux retours de flamme !


    • Et hop ! Et hop ! 16 janvier 15:59

      @Fergus :

      Macron a besoin de justifier de poursuivre sa politique de réforme malgré l’opposition de 80 % de la population.

      Ce grand débat va avoir comme conclusion que les Gilets Jaunes se plaignent du chômage, du pouvoir d’achat, de la lenteur de la justice, du coût de l’éléctricité, de la pollution, de l’encombrement des hôpitaux, du foutoir de l’é« ducation ntionale, etc.. et que c’est justement pour remédier à tout ça qu’il fait son grand programme de réforme.

      Aucune contre-proposition de réforme ne sera mentionnée, Grivaux a dit qu’il n’était » pas question de détricoter les réformes faites depuis deux ans" (dont la loi Travail), et Macron qu’il était hors de question qu’il change de cap.

      Et puis mettez-vous dans la tête que c’est Macron le révolutionnaire, que le parti révolutionnaire est arrivé au pouvoir à la fin des années 1980, notamment avec le gouvenement Balladur de la droite libérale, mais aussi la gauche libérale avec Jacques Delors et avec l’OMC du socialiste Lamy, que la Révolution est libérale et bourgeoise, et que le mouvement des Gilets Jaunes est une contre-révolution.


    • Michel DROUET Michel DROUET 16 janvier 18:05

      @Fergus
      Bonjour Fergus
      Je partage votre point de vue. Il faut participer et instaurer un nouveau rapport de force ce qui signifie qu’il ne faut pas faire des propositions uniquement dans le cadre fixé et oser aller au delà. Plus les propositions sortiront du cadre et plus Macron sera coincé.


    • Fergus Fergus 16 janvier 19:05

      Bonsoir, Michel DROUET

      Merci pour votre commentaire. Comme l’a souligné Gruni, c’est la voix du « bon sens ». 


    • Dan22 17 janvier 15:55

      @Parlez moi d’amour
      Exact !
      Un peu comme les résultats du premier tour des présidentielles !!!!!
      Je n’arrive toujours pas à y croire ......


    • ASTERIX 20 janvier 16:54

      @jmdest62

      C ’EST MAINTENANT CERTAIN IL FINIRA DICTATEUR  !!!!!!!

      les gendarmes ont les chars et les fusils d’assaut MARCHARRIERE OFFRIRA LES BALLES  !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
      et sa campagne pour l’EUROPE NOUS LA PAYERONS AVEC NOS IMPOTS ET LA TIPP TVA ECT............ VIVE LE ROITELET MANU 1ER 1ER TAXEUR DU MONDE !!!!!!!!!!!!!!


    • Fergus Fergus 20 janvier 17:08

      Bonjour, ASTERIX

      Un tantinet excessif, non ?


    • Traroth Traroth 7 mars 15:54

      @Fergus
      "C’est en effet un risque que je ne nie pas. Mais on ne pourra en avoir la certitude qu’au bout du processus !

      "

      Votre naïveté est confondante !


  • gruni gruni 16 janvier 09:09

    Bonjour Fergus

    On ne peut sans cesse réclamer d’être entendu et refuser, le moment venu, de s’exprimer lorsque cette possibilité est offerte !

    Du pur bon sens. Seulement Fergus, lorsque pas mal de citoyens sont obsédés par la démission de Macron, discuter avec eux devient mission impossible. Même si, comme tu le fais comprendre, tout le monde en a marre de se faire rouler dans la farine, je crois qu’il faut saisir l’occasion qui est donnée. Et si ce débat est une farce, le "piège pourrait se refermer. Macron serait-il assez stupide pour ne pas tenir compte du débat qu’il a proposée ?


    • Fergus Fergus 16 janvier 09:24

      Bonjour, gruni

      « lorsque pas mal de citoyens sont obsédés par la démission de Macron, discuter avec eux devient mission impossible »

      Certes ! Mais combien sont ces « pas mal » ? Ne surestime-t-on pas leur nombre en confondacnt l’écume et la vague ?

      Je discute pas mal dans ma ville, et mis à part quelques rares Gilets jaunes ou proches sympathisants, je ne rencontre personne qui soit sur cette ligne radicale. Et il y a des Gilets jaunes dissidents qui portent désormais leurs revendications dans les cahiers de doléances. Idem pour quelques Insoumis que je connais.

      « si ce débat est une farce, le »piège pourrait se refermer.« 

      Comme toi, je pense que ce débat va »obliger" Macron. Sans doute n’ira-t-il pas au bout des revendications, d’ailleurs très nombreuses et pour certaines contradictoires. Mais je ne vois pas comment il pourrait ne pas prendre d’initiative significative à l’issue de ce processus. Et (à titre d’exemple) même s’il ne revient pas sur l’ISF  c’est un totem pour lui —, je le verrais bien accepter l’idée qu’il faille en compensation instaurer une tranche supplémentaire d’impôt sur le revenu.


    • gruni gruni 16 janvier 09:44

      @Fergus

      « Mais combien sont ces « pas mal » ? Ne surestime-t-on pas leur nombre en confondacnt l’écume et la vague ?  »

      Effectivement, il est très difficile de les chiffrer. « Macron démission » est devenu un slogan, et rares sont ceux qui croient vraiment en cette possibilité. 


    • jmdest62 jmdest62 16 janvier 09:54

      @Fergus
      Je discute pas mal dans ma ville,

      °
      C’est combien « pas mal » ne confondez vous pas , vous même , l’écume et la vague

       smiley

      @+


    • Aristide Aristide 16 janvier 10:01

      @gruni

      Quelle importance ? Des milliers, des centaines, ... Ils ne représentent qu’eux même, et dans notre pays l’expression individuelle de ses choix politiques est le vote. Laissez croire que l’expression individuelle, inorganisée, merdique en fait est le summum de la démocratie est une illusion à la mode Ségolène.

      Comment cela se passe, et bien comme tous ceux qui ont participé à quelques AG spontanées, la prise en main et le noyautage par une minorité qui ressort des poncifs éculés.


    • gruni gruni 16 janvier 10:15

      @Aristide

      Vous avez raison, peu importe la quantité, ce qui m’interpelle c’est le refus du débat par des gens qui réclament l’écoute. Or tous les GJ ne le refusent pas, par contre d’autres deviennent de plus en plus sectaires. Aucun doute sur le « noyautage ».


    • Croa Croa 16 janvier 14:17

      À gruni « lorsque pas mal de citoyens sont obsédés par la démission de Macron, discuter avec eux devient mission impossible »
      .
      Sauf que proposer une discussion ça évite de devoir rédiger une lettre de démission. On peut toujours discuter sans s’engager sur une suite et c’est sûrement de ça qu’il s’agit.
      *
      « Macron serait-il assez stupide pour ne pas tenir compte du débat qu’il a proposée ? »
      .

      OUI !


    • Fergus Fergus 16 janvier 14:34

      @ Croa

      Soyons sérieux : pourquoi Macron démissionnerait-il ? Il a été élu et garde la légitimité que lui a conféré cette élection, que l’on soit ou non d’accord avec la politique qu’il conduit.

      Dans le pire des cas, si la situation sociale restait instable, c’est vers une dissolution de l’Assemblée nationale que l’on irait, et donc vers de nouvelles législatives. Avec, à la clé, l’arrivée quasi certaine au pouvoir d’une majorité de droite composite LREM-UDI-LR, un peu sur le modèle de ce qui s’était passé en juin 1968 : après dissolution de l’AN, c’est une majorité de droite pléthorique, née d’un désir de retour de désir à l’ordre, qui avait été élue !!!


    • Croa Croa 16 janvier 14:56

      À Fergus,
      Il a plein de raisons de démissionner comme le revendiquent les Gilets Jaune.
      La principale c’est qu’il ne veut pas accéder aux autres revendications des GJ pour la bonne raison qu’il agit pour d’autres maîtres. Coincé entre les exigences de ses maîtres occultes et celles du peuple il n’a d’autres choix que de déposer sa démission CQFD !
      Une dissolution ne serait qu’une échappatoire provisoire d’autant que le système totalitaire en place sera toujours là (ainsi que tu en reconnais le déroulé.) Comme les GJ ne sont pas sorti de la dernière pluie, on les trouvera encore sur les rond-points !


    • vesjem vesjem 16 janvier 15:32

      @gruni
      bonjour gruni, bonjour fergus, donnez-vous la main
      vous rendez-vous compte, tous 2, du ridicule que vous incarnez ?
      vous ne pouvez pas être plus subtils pour méduser le lecteur ; vous croyez vous adresser à des enfants ?


    • jmdest62 jmdest62 16 janvier 15:46

      @gruni
      "ce qui m’interpelle c’est le refus du débat par des gens qui réclament l’écoute.

      "
      °
      Personne ne refuse un débat objectif et ouvert avec des gens sincères et honnêtes ...
      on est un peu loin du compte Non ?
      @+


    • aimable 16 janvier 17:27

      @gruni
      Il est évident que ce débat est une entourloupe pour les gilets jaunes puisqu’il est a mon avis destiné en 1er a couper le soutien de la majorité des sympathisants pour les isoler , en leur faisant croire qu’avec le débat tout va pratiquement être réglé , qu’ainsi il est inutile de continuer d’occuper les ronds points et de faire des marches silencieuses pendant le débat , donc pour Macron ceux qui veulent y croire les lâcherons , même si le résultat est mitigé , il leur sera difficile de les remobiliser . 


    • gruni gruni 16 janvier 17:36

      @vesjem

      Pour répondre à ton commentaire, dans ton cas OUI


    • Fergus Fergus 16 janvier 17:47

      @ gruni

       smiley


    • gruni gruni 16 janvier 20:01

      @jmdest62

      Vous êtes sûr d’être honnête et sincère. Moi pas tout le temps, pourtant nous débattons ensemble. Donc, sans attendre des miracles, je suis partant pour ce débat.


    • gruni gruni 16 janvier 20:08

      @aimable

      « ce débat est une entourloupe ». J’ai moi-même écrit que Macron cherchait à gagner du temps pour user le mouvement. Ce qui n’est pas une raison suffisante pour refuser le débat dans une démocratie. D’autre part, si ce débat est un « piège », Fergus a raison, Macron se piège tout seul, en tout cas il joue avec le feu. 


    • Fergus Fergus 16 janvier 20:35

      @ gruni

      Le Pen et Mélenchon ont déclaré ce soir, bien que doutant de l’issue du débat et donc de la sincérité de Macron, avoir rédigé leur propre contribution. Le bon sens gagnerait-il le Rassemblement national et la France Insoumise ? 


    • Fergus Fergus 16 janvier 20:39

      Bonsoir, Aimable

      Le Pen et Mélenchon (voir ci-dessus) ont compris qu’il est absurde de ne pas participer à ce débat, même s’il doit au final prendre la forme d’une « entourloupe ».

      Dénoncer la duplicité de l’exécutif n’en sera en effet que plus fort et plus entendu par la population si la participation est massive  !


    • jmdest62 jmdest62 17 janvier 15:53

      @Fergus
      Exact !
      en ce qui concerne JLM il a même présenté sa contribution hier chez Lapix ....ça s’appelle « l’avenir en commun »
      80 % des revendications des gilets jaunes y trouvent réponse.
      Par contre pour MLP taxer les plus fortunés et augmenter le Smic ç’est pas trop son « truc » me trompes-je ?
      @+


    • Fergus Fergus 17 janvier 15:59

      Bonjour, jmdest62

      « pour MLP taxer les plus fortunés et augmenter le Smic ç’est pas trop son « truc » me trompes-je ? »

      Exact également ! Mais curieusement, il est impossible d’aborder ces questions avec les frontistes.


    • aimable 17 janvier 17:47

      @gruni
      je suis d’accord avec vous et Fergus il faut discuter mais il ne faut pas rester l’arme au pied en attendant le résultat surtout que le but de Macron c’est de priver les gilets jaunes de leurs sympathisants pour casser le mouvement .


    • Et hop ! Et hop ! 18 janvier 19:34

      @Sophie : « ... le mouvement est peu à peu phagocyté par les Insoumis et autres professionnels de la contestation. »

      Oui, et on voit les revendications fondamentales des GJ noyées par l’émergence des thèmes de la gauche politicienne comme la suppression du Sénat, la transition énergétique, la fin du régime parlementaire, l’accueil des migrants, la réforme de l’Europe.


    • ASTERIX 20 janvier 17:01

      @gruni

      GRUNI tu me décois car pour le peuple d’en bas ce n’est pas LE DEBAT MAIS LE TROU DU DEGAT QUE CREUSE MANU 1ER !!!!!

      je te signale qu’ils ne sont pas invités ni citoyens ni les GJ

      le DEGAT est un PRECIPICE creusé du CITOYEN au président VIA LES MAIRES AUSSI BONI...MENTEURS QUE LUI


    • Traroth Traroth 7 mars 15:56

      @gruni
      Ce que les citoyens veulent, ce n’est pas être écouté, mais entendu, c’est à dire OBÉIS ! Et le grand débat ne va pas du tout dans ce sens.


  • cevennevive cevennevive 16 janvier 09:27

    Bonjour Fergus,

    J’ai un peu changé d’avis depuis le débat d’hier soir avec les maires de la région de Normandie, surtout les maires des petites communes.

    De bonnes questions ont été posées (notamment sur les déserts médicaux, les fermetures diverses et les problèmes de logement et de proximité).

    Je ne sais ce qu’il en sortira, mais, pour une fois, nous avons l’occasion de nous exprimer et devant le Président, et devant nos pairs.

    Monsieur Macron a répondu sans dédain, sans mépris, essayant de retenir les noms et titres des intervenants. Bien sage petit élève...

    J’espère qu’il en sera de même pour toutes les régions.


    • cevennevive cevennevive 16 janvier 09:30

      De plus, je n’ai cure de ce qu’il adviendra du gentil petit élève, il a un entourage bien plus inquiétant que lui, et ce n’est pas sa démission, demandée à cor et à cri qui va changer les choses.
      Les tireurs de ficelles seront toujours là. On ne peut guère les envoyer dans les geôles du Japon avec qui vous savez...


    • Fergus Fergus 16 janvier 09:41

      Bonjour, cevennevive

      Effectivement, au cours de ce débat marathon, Macron n’a éludé aucune question et répondu avec, semble-t-il, beaucoup de sincérité aux maires. Il n’y avait pourtant pas là, loin s’ne faut, que des élus favorables à sa politique, et nombre d’entre eux restent mécontents de la loi NOTRe et défiants à l’égard d’un pouvoir qui a toujours plus tendance à se décharger des contraintes administratives et fiscales sur leur dos.

      Si le Grand débat peut se dérouler dans de telles conditions, et si l’exécutif est réellement disposé à lui donner une suite en matière de lois et d’évolution des institutions, alors il est possible que de avancées réelles puissent en sortir au final. Que risque-t-on à y participer ? Rien, sinon une nouvelle déception qui pourrait faire ressurgir la colère de manière encore plus virulente. Mais il est sûr qu’en restant passif et muets, l’on ne se donnera pas les moyens de faire entendre nos arguments autrement que sous la forme des slogans réducteurs entendus dans les manifestations !


    • Aristide Aristide 16 janvier 10:43

      @Fergus

      Je n’arrive pas à comprendre votre position : j’hésite entre une naïveté confondante et une illusion sur le pouvoir de la politique.

      Naïveté confondante de croire que de cette chienlit, comme disait Charles, il peut sortir quoique ce soit de ... raisonnable et efficace sinon des mesurettes bien dosées pour faire croire que l’on prend en compte la « parole ». Quoique je doute même de la qualité de cette « parole » qui sera la synthèse des synthèses des synthèses ....

      Illusion sur le pouvoir de la politique à régler un problème impossible : répondre à l’utopie et au rêve. 


    • Croa Croa 16 janvier 14:23

      cevennevive ta naïveté me laisse sur le cul !
      .
      Mais que t’as fait Macron pour être ainsi séduite ? Pour info Brigitte ne prête son Emmanuel à personne sauf aux garçons smiley


    • Fergus Fergus 16 janvier 14:39

      @ Aristide

      J’ai toujours eu pour règle d’or dans ma vie de faire confiance, y compris à des personnes  tant en entreprise qu’au plan politique — dont j’avais de bonnes raisons de suspecter la duplicité. J’en ai été la plupart du temps, et sans surprise, pour mes frais, mais il n’est arrivé d’avoir de bonnes surprises.


    • cevennevive cevennevive 16 janvier 14:44

      @Croa, bonjour !

      Hi ! Hi ! Hi !
      Voyons, voyons Croa ! Je ne suis nullement « séduite » par ce godelureau ! Et j’ajoute que je n’ai rien d’une cougar. L’aîné de mes petits enfants a 35 ans !
      Il est mignon quand il sourit. Il est bien propre sur lui. Mais c’est un ado attardé et il ne lui manque que les boutons d’acné.
      Quant sa politique... Ceux qui me font le plus peur, ce sont les tireurs de ficelles.

      Plus sérieusement, j’ai simplement dit que ce n’était pas si mal que l’on puisse « lui » parler librement, individuellement et face à face. Mais ce qu’il en sortira ne vaudra peut-être pas un pet de lapin. Et je ne suis pas prête à ranger mon gilet jaune (non, il est orange le mien...)
      Bien à vous.


  • JL JL 16 janvier 09:30

    Moi je boycotte les textes outrageusement stabilo-bossés.


  • lala rhetorique lala rhetorique 16 janvier 09:38

    Ce que n’ont pas bien compris ce freluquet et la sphère médiaticopolitique, c’est que ce président de pacotille ayant honteusement et continuellement menti, la confiance a non seulement disparu mais le souhait est maintenant qu’il dégage ! Ce grand débat est totalement dépassé et n’a plus aucun sens. Il va seulement coûter encore de l’argent aux contribuables !


    • gruni gruni 16 janvier 09:49

      @lala rhetorique

      « Ce grand débat est totalement dépassé et n’a plus aucun sens.  » Le grand débat vient seulement de commencer avec les maires hier soir. Ne soyez pas impatient, il y en a seulement pour quelques mois. 


    • Fergus Fergus 16 janvier 09:50

      Bonjour, lala rhetorique

      « le souhait est maintenant qu’il dégage »

      Le croyez-vous sincèrement ? La réalité est que « Macron dégage ! » est un slogan d’une partie des Gilets jaunes et d’une partie des intervenants du web que l’on n’entend quasiment nulle part ailleurs. Et pour cause : les Français, dans leur grande majorité, reconnaissent la légitimité de Macron même s’ils condamnent sa politique.

      « Ce grand débat est totalement dépassé et n’a plus aucun sens »

      En aucun cas ! On ne pourra affirmer qu’il n’a pas eu de sens qu’à l’issue du processus si rien n’en sort. Encore faudra-t-il, en participant, avoir fait a démonstration de la du pouvoir ou, pire, de sa !


    • jmdest62 jmdest62 16 janvier 10:00

      @gruni

      « il y en a seulement pour quelques mois. »

      Le problème c’est que pendant ces « quelques mois » le massacre va continuer à l’assemblée. Pas de trêve .

      @+


    • jmdest62 jmdest62 16 janvier 10:06

      @Fergus
      :les Français, dans leur grande majorité, reconnaissent la légitimité de Macron
      °
      « Un p’tit référendum révocatoire » , juste histoire de vérifier « en vrai » au lieu de se fier aux sondages. qu’en pensez-vous ?
      @+


  • Aristide Aristide 16 janvier 09:53

    Voilà donc que les zozos des ronds points devraient participer à cet happening politique organisé par un pouvoir aussi démago qu’inefficace. Au pretexte de « calculs politiques » aussi futiles que contestables.

    Il suffit d’avoir un tant soit peu un minimum de culture politique pour comprendre cet enfumage de première à la mode « centralisme démocratique » de ce cher Lénine. En gros exprimez vous, donnez vos attentes, vos propositions, et ... c’est tout. 

    Qui peut croire que sortira autre chose de ces palabres que des propositions qui puissent avoir la moindre influence sur la vraie vie. Le nombre de députés, le RIC, le mandat, la proportionnelle, ... suivi de la carte abonnement pour l’autoroute à prix cassé, le 80km transformé en 85 ou 90, ... enfin un foutoir de première.

    Allons, notre pays est une démocratie représentative, c’est aux élus qu’appartient le mandat de respecter le vote des électeurs et le programme annoncé. Que cela nous plaise ou non, et cela ne me plait pas personnellement, c’est à eux d’assumer les responsabilités de leur politique. Qu’ici et là, des syndicats ou lobbies défendent leurs interets est dans le jeu de la démocratie.

    Se rabaisser à suivre les « délires » de quelques agités en manque d’engagement est la preuve d’une faiblesse de l’état qui laissera des traces.


    • Fergus Fergus 16 janvier 10:15

      Bonjour, Aristide

      Beaucoup de vrai dans vos propos. Mais il faut vivre avec son temps, et le fait est que la demande de démocratie participative est partout en progression. Elle ne doit pas remplacer la démocratie représentative, mais la compléter sous des formes à définir. Ce débat est à cet égard très utile, à mon avis.


    • Aristide Aristide 16 janvier 10:24

      @Fergus

      Démocratie représentative ? Allons, rassurez moi, vous ne croyez pas une minute à ce discours ! 


  • oncle archibald 16 janvier 10:01

    On savait que c’était un très gros bosseur, mais quand même ! Un Président capable de tenir six heures en répondant clairement à des questions parfois très précises et « d’intérêt local » sans la moindre note. Ça en a scotché plus d’un. Je pensais à ses deux prédécesseurs s’ils avaient été mis à sa place ...

    Je pense exactement le contraire de Lala Rhétorique, c’est un Président très costaud, qui a très bien analysé la situation actuelle, et qui est capable d’innover pour s’adapter à des réalités dont il a pris hélas tardivement conscience.


    • Aristide Aristide 16 janvier 10:08

      @oncle archibald

      Les cranes d’œuf ont une caractéristique essentielle : celle de paraître compétent sur tous les sujets. Est ce suffisant d’époustoufler le quidam qui n’y connait rien qui prend pour une vraie réponse des propos de technocrates.

      Si vous avez un exemple de cette « capacité » de notre président, je suis preneur.


    • oncle archibald 16 janvier 10:57

      @Aristide : « Est ce suffisant d’époustoufler le quidam qui n’y connait rien »

      Tous des cons et des ignares ses interlocuteurs ?

      Un mec qui bosse et qui retient facilement c’est moins bien qu’un Hollande qui sourit bêtement ? ou qu’un excité qui fait rouler ses épaules ?


    • Fergus Fergus 16 janvier 11:09

      @ Aristide

      « Est ce suffisant d’époustoufler le quidam qui n’y connait rien »

      Macron a été questionné par des maires sur des sujets qu’ils connaissent très bien. Il faut reconnaître que ces personnes n’avaient rien à voir avec des individus lambda !


    • Fergus Fergus 16 janvier 11:16

      Bonjour, oncle archibald

      Je ne sais pas si Macron « est capable d’innover pour s’adapter à des réalités dont il a pris hélas tardivement conscience », mais le fait est qu’hier il a, d’après les observateurs, « scotché » les maires et réussi à en retourner pas mal qui avaient pourtant des préventions à son égard, au point de l’avoir accueilli par des applaudissements polis peu appuyés.

      La question qui se pose est : montrera-t-il autant d’empathie à l’égard des Français qui exprimeront leurs revendications lors du Grand débat ? 


    • Aristide Aristide 16 janvier 11:31

      @Fergus

      Donnez un exemple ou deux de cette expertise de notre président qui dépasse la connaissance ... commune de celui qui s’intéresse à la politique.


    • Aristide Aristide 16 janvier 11:32

      @oncle archibald

      Idem que pour Fergus, vous avez un ou deux exemples de cette expertise incontestable ?


    • bernard29 bernard29 16 janvier 14:37

      @Aristide

      il en donné au moins 42 hier soir. Les opposants feraient bien d’en prendre de la graine. Macron a réussi une performance aussi bien sportive qu’intellectuelle.
      Il suffisait de voir les applaudissements nourris de son auditoire, à la fin de son échange avec les maires, pour le comprendre. 

      Cet échange inédit et formidable, retransmis par les télés, ouvre une nouveau chapitre du quinquennat et de notre démocratie.


    • Fergus Fergus 16 janvier 14:51

      Bonjour, bernard29

      « Il suffisait de voir les applaudissements nourris de son auditoire, à la fin de son échange avec les maires »

      Moi qui suis un opposant déterminé à la politique de Macron, je reconnais en effet avoir été bluffé par sa capacité à retourner la salle. Rappelons qu’à son arrivée à 15 h 30, il n’avait eu droit qu’à des applaudissement polis de pure forme. Il a eu droit à son départ dans la soirée à une « standing ovation » !


    • troletbuse troletbuse 16 janvier 14:54

      @Fergus
      Allons, allons : retourner la salle. C’est tous des Kollabos qui tiennent à leurs avantages. Rien de plus.


    • troletbuse troletbuse 16 janvier 14:57

      @troletbuse
      Comme pour tous les mougeons, il suffit qu’un seul applaudisse pour que tous s’y mettent.


  • Loatse Loatse 16 janvier 10:11

    Les doléances de la population, Fergus, nos élus les recoivent toute l’année... recoivent et écoutent leurs administrés, c’est un fait qui ne peut leur être reproché...

    Certains d’entre nous abordent des problématiques qui ne sont pas d’ordre personnel, émettent des suggestions (de bon sens) qui visent l’intérêt collectif.. à petite et à grande échelle..

    Les plus audacieux font remonter d’eux même leurs doléances aux préfets...

    J’ai pour ma part découvert dans le contexte actuel « giletsjauniste », qu’était mis à disposition de mes concitoyens des cahiers en mairie pour exprimer donc ce qui était déjà exprimé... ou tout du moins ce qui était porté à la connaissance de nos élus, par leur administrés ou/et par les services « annexes » sur le terrain et qui concerne les préoccupations de M. Colomb...(ce qui prouve que l’exécutif est au courant, ne fait rien ou laisse moisir une problématique qui selon les stats et la généralisation de la problématique toucherait 1 français sur 4 ( qui vit donc dans l’habitat social) mais ceci n’est pas d’aujourd’hui)

    J’ai regardé le débat hier, toutes les problématiques abordées, ne concernaient finalement que le manque de moyens alloué aux communes... (des sous, des sous !), le cout de telle ou telle structure,

    Le tout dans une ambiance somme toute bon enfant, rien sur les problèmes tout aussi important(si ce n’est plus à moyen terme) que le nombre d’enfant par classe, le manque de places dans les structures éducatives pour jeunes handicapés, les couts des bureaux d’études, une petite vague d’ailleurs fut cause d’ un grand brouhaha lorsqu’un téméraire aborda certaine problématique liée au notariat..( je n’ai pu entendre de quoi il s’agissait sous la houle des indignations..)

    La pma fut aussi abordée...(? !)

    Bref, on aurait dit une réunion de notables qui se seraient donnés pour la plupart, le mot d’ordre de ne pas faire de vagues, et de bien rester dans le politiquement correct tout en abordant des sujets qui ne concernent pas ou fort peu les couches populaires.. la france des « quartiers » ; malmenée, oubliée, mais qui vit au quotidien ELLE, la violence liée en partie au trafic, les intimidations voir plus de certains « facheux », les dégradations couteuses, les réglements de compte sanglants désormé généralisés et touchant la ruralité..

    Une France qui dans son immense majorité, ne se vêt pas de jaune pour défiler, qui n’écrira pour sur le cahier en mairie ses doléances, parcequ’elle a pour habitude de faire le dos rond, consciente du peu de considération pour ses conditions de vie qu’on lui accorde..

    qui risque d’exprimer les choses « sans filtre » , ce qui peut lui être dommageable, le déni de réalité aujourd’hui faisant loi...


    • Aristide Aristide 16 janvier 10:21

      @Loatse

      Est-ce vraiment étonnant ? Il me semble que les jeux sont faits et que cette opération désastreuse de mise en ordre d’un foutoir politique assez considérable ne peut qu’aboutir à un fatras aussi désastreux sur la force de notre république.

      Il était prévisible qu’un crane d’œuf au pouvoir nous ponde les pires mesures technocratiques dites de « relance de notre économie ». C’était dans le programme du candidat.

      Mais malmener à ce point notre république ! 


    • cevennevive cevennevive 16 janvier 10:31

      @Loatse, bonjour,

      Vous avez sans doute raison en ce qui concerne les problèmes cuisants des banlieues et des laissés pour comptes, la France des quartiers bien entendu.

      Mais n’oubliez pas qu’hier soir, étaient présents des Maires d’une région de Normandie où ces problèmes sont beaucoup moins courants, surtout dans les petites communes...

      S’il s’était agi des maires des Cévennes par exemple, il ne seraient pas abordé de tels sujets, ce serait plutôt des problèmes de proximité, de désert médical ou de petites retraites, de pauvres et de maisons « passoires » en énergie, de transports collectifs inexistants et de fermeture de classes.

      Bien à vous.

       


    • Aristide Aristide 16 janvier 10:54

      @cevennevive

      ce serait plutôt des problèmes de proximité, de désert médical ou de petites retraites, de pauvres et de maisons « passoires » en énergie, de transports collectifs inexistants et de fermeture de classes.

      Vous avez oublié la fermeture du bureau de poste et de la boulangerie. Ce n’est pas pour vous moquer mais simplement pour illustrer l’inaité d’un tel procédé consistant à récolter des milliers de sujets d’insatisfaction tout en connaissant l’impossibilité d’y répondre.


    • Loatse Loatse 16 janvier 11:10

      @cevennevive

      Bonjour, oui j’y ai pensé... beaucoup de maires de très petites communes pas concernés donc, mais quelques uns de communes de plus de 15 000 habitants... la loi sru s’appliquant partout, indifféremment des régions, je me suis posée donc la question...


    • Fergus Fergus 16 janvier 11:26

      Bonjour, Loatse

      Les doléances que reçoivent les élus tout au long de l’année ne sont en général pas du même ordre et portent la plupart du temps sur des questions locales.

      Sans doute, celles qui seront traitées lors du Grand débat aborderont-elles des domaines plus larges que lors de la rencontre entre Macron et les maires normands.

      A ce stade, nul ne peut présager ce qui en sortira. Ou pas. Mais je suis persuadé qu’il serait dommage de ne pas saisir la perche tendue.


    • Loatse Loatse 16 janvier 11:40

      @Fergus

      et la gpa qui s’est invitée au débat, c’est une spécificité normande, locale ???


    • Loatse Loatse 16 janvier 11:42

      ou pma ché plus, ou les deux... c’est du même tonneau. qu’est ce que ca vient faire dans le débat ?


    • oncle archibald 16 janvier 12:34

      @Aristide

      Impossibilité d’empêcher les petits commerces des centre villes de fermer ?

      Certains maires n’ont pas attendu Macron pour agir. De grands espaces de stationnement gratuits à proximité immédiate des centres et les commerces ne ferment plus. C’est aussi bête que ça.

      Si pour acheter une flûte de pain et 500grammes de saucisse il faut roder une demi heure pour poser sa voiture et payer un euro pour stationner, c’est cuit ils vont faire leurs emplettes au supermarché.

      Et des immeubles inoccupés ou en très mauvais état à raser pour faire des parkings en général il n’en manque pas dans les petites villes.


    • Aristide Aristide 16 janvier 12:50

      @oncle archibald

      Vos m’avez mal compris, il ne s’agit pas de mésestimer l’efficacité de l’action publique à quelque niveau que ce soit, au contraire, je crois qu’elle est la seule capable de compenser les effets indésirables de ce que l’on nomme le libéralisme, et essayer d’en éliminer ou limiter les effets les plus désastreux.

      Il s’agissez de remettre en cause cette démagogie consistant à réunir comme sources essentielles de l’action publique les « revendications » des GJ. Des millions de français se sont exprimés dans les élections européennes, nationales, régionales et locales et cela sur la base de programme établis et connus de tous. C’est cela la légitimité des élus.


    • oncle archibald 16 janvier 14:23

      @Aristide

      Alors la ! Vous pouvez compter sur moi pour respecter la légitimité des élus. C’est même exactement ce que je reproche aux GJ de ne pas faire en venant beugler Macron démission ! Il leur a fallu deux mois pour comprendre que ça ne serait pas possible ?

      Le Président en exercice est donc légitime et lui aussi à mis deux mois à comprendre que certaines actions entreprises étaient inacceptables pour une partie non négligeable de la population. Du coup il essaye de permettre une sortie de crise avec une consultation qui permettra à tous de débattre afin de mettre sur la table les problèmes les plus préoccupants .

      Une fois cette action terminée il lui appartiendra de ne pas rater l’opportunité de faire des propositions susceptibles de remettre en marche une société complètement disloquée. S’il arrive à cela il aura été très très fort. Comme c’est un surdoué je m’abstiens de penser à priori qu’il n’y arrivera pas ....


  • keiser keiser 16 janvier 10:24

    Salut Fergus

    C’est marrant mais je ne vois pas du tout cela.

    je pense plus que le porte parole des « en marche », s’offre une campagne gratuite en vue des européennes qui approchent.

    Et tout cela sous l’ovation des Maires.

    Une sorte de « stand up » bien orchestré et qui ne couterait pas un pognon de dingue à son parti.

    Ce gouvernement, décidément très fort en matière de recyclage, fait feux de tout bois.

    Petit bonus, il en profite pour surfer sur l’idée des GJ de supprimer le sénat.

    Car il ne faut pas oublier que depuis l’affaire Benalla, il considère le sénat comme un gros cailloux dans sa chaussure. 

    Alors en fait, non ce n’est pas marrant.


    • Fergus Fergus 16 janvier 11:32

      Bonjour, keiser

      Je pense qu’il y a des deux : une volonté d’apaiser la population en tentant de désamorcer le mouvement des Gilets jaunes, et une mise en route de la campagne européenne. Cela relève d’une stratégie plutôt bien élaborée.

      Macron n’en est pas moins disposé, si l’on en croit le Canard enchaîné, à avancer sur certaines revendications, au point qu’il envisage de plus en plus de recourir le 26 mai à un référendum à questions multiples. Se contentera-t-il de questions institutionnelles ou ira-t-il plus loin. Nul ne le sait, mais plus la pression populaire sera forte, plus grandes seront les chances de voir abordées d’autres questions.


    • troletbuse troletbuse 16 janvier 22:50

      @Fergus
      Une volonté d’apaiser ou une volonter de baiser ? J’opte pour la deuxième affirmation.


  • ZenZoe ZenZoe 16 janvier 10:43

    Bonjour Fergus,

    Tous ceux qui le peuvent doivent absolument s’exprimer, même s’ils ont des doutes sur ce qui va être retenu (moi j’en ai, et de gros !). Mais au moins on aura joué le jeu honnêtement.

    Car si rien n’est retenu des revendications, Macron pour le coup se retrouvera à poil comme l’empereur, et il aura contre lui non seulement des millions de citoyens très en colère, mais aussi les maires qui auront le sentiment de s’être fait avoir.

    Macron n’a plus le choix, il doit assumer jusqu’au bout. Moi je dis ça vaut le coup !


    • Aristide Aristide 16 janvier 10:49

      @ZenZoe

      Allons, Zenzoe, ce n’est pas en organisant les mêmes happening dans les mairies que ceux qui avaient lieu sur les rond points que l’on va en changer la nature. Un fatras de propositions aussi incompatibles les unes que les autres, avec option constitution de la VIème ou anti-immigration. De quoi satisfaire insoumis et rassemblés ... toujours aussi prompts à propager la parole du leader maximo ou de la duce nationale.


    • Fergus Fergus 16 janvier 11:33

      Bonjour, ZenZoe

      Je suis évidemment totalement sur la même ligne que vous. Et c’est pourquoi j’ai choisi ce titre à mon article.


    • Fergus Fergus 16 janvier 11:35

      @ Aristide

      Vous n’avez, semble-t-il, été ni sur les ronds-points, ni dans les mairies car alords vous auriez constaté qu’il y a de grandes différences dans les revendications et la manière sont elles sont structurées.


    • Aristide Aristide 16 janvier 12:10

      @Fergus

      Encore une fois, vous affirmez sans savoir ce que j’aurais fait ou pas.

      Mon expérience, la mienne, est simple, des revendications aussi diverses qu’incohérentes, un exemple des baisses d’impôt et des demandes de services supplémentaires, des mesures sociales pour les salariés et la diminution des cotisations sociales, ... Allez ajoutez les 80 km/h, et l’abandon de la valeur nationale de la loi, enfin ... 

      Je passe sur les sujets portés par les noyauteurs de LFI, RN et autres groupuscules. Le RIC est apparu par hasard au bout de quelques semaines ? La sixième aussi ? L’immigration ? enfin tous ces sujets portés par les partis qui se sont associés, euhhh, qui ont récupéré le mouvement assez confus, inorganisé et donc facile à prendre. 

      Quand à la structuration, vous avez surement des exemples significatifs de cette réflexion qui se dispense de lieux communs ...


    • ZenZoe ZenZoe 16 janvier 14:11

      @Aristide
      Un fatras de propositions aussi incompatibles les unes que les autres

      Pas d’accord. Et pourquoi montrer du mépris ? D’abord, quand des gens galèrent et le disent, on ne dit pas d’eux d’emblée qu’ils sont trop bêtes, on essaie de voir ce qui ne va pas. Ensuite, certains GJ (pas tous, évidemment) expriment très bien et avec cohérence des idées qui tiennent la route, mais peut-être les avez-vous tous zappés en ne prenant pas la peine de les écouter ?

      Sur le soi-disant fatras, l’immense majorité des revendications tourne au fond autour des mêmes sujets, pas plus de deux ou trois (le pouvoir d’achat, plus de justice fiscale et de démocratie). Une synthèse est possible, et a déjà été faite d’ailleurs par certains maires.

      Sur l’incompatibilté, pas d’accord non plus. Tout le monde s’exprime, c’est chaotique, mais après on fait le tri en retenant ce que veut la majorité et ce qui est faisable. Ca s’appelle le débat et c’est à la base de la démocratie.

      En fait, avec vos préjugés et vos oeillères sur le sujet, vous réagissez un peu comme Macron dites-moi (et ce n’est pas un compliment) ? Répondez-moi vite que vous allez au moins réfléchir à vos positions. smiley


    • ZenZoe ZenZoe 16 janvier 14:19

      @Aristide
      des revendications aussi diverses qu’incohérentes, un exemple des baisses d’impôt et des demandes de services supplémentaires

      Non, ce n’est pas incohérent. Les fonctions publiques sont notoirement très mal gérées, et le gaspillage est partout. Une meilleure gestion des effectifs et des missions, et l’abandon de projets coûteux et fumeux serait un bon début pour dégager des fonds.


  • Albert123 16 janvier 11:18

    « la possibilité inédite de s’exprimer quasiment sans tabous sur tous les sujets »


    c’est juste faux, les sujets qui seront abordés sont déjà filtrés, le port du gilet jaune en présence de Micron est désormais interdit (amande de 135 € bien que son achat fut rendu obligatoire par l’état français lui même).

    Non seulement il n’y rien d’inédit mais l’hypocrisie elle même n’a rien de nouveau.

    Macron n’attend justement que le fait qu’une vaste majorité « joue le jeu » pour renforcer sa légitimité, 

    c’est exactement la même chose qu’un référendum sans les conséquences politiques de celui ci, 

    bref encore une énième démonstration de l’absence totale de « couilles » du personnage, 

    après j’en voie déjà beaucoup, des castrés principalement, qui sont prêts à légitimer une fiotte à la tête de l’état.


    « On ne peut sans cesse réclamer d’être entendu et refuser, le moment venu, de s’exprimer lorsque cette possibilité est offerte ! »


    non seulement on le peut mais toute personne cohérente intellectuellement et éthiquement le doit.

    les solutions que proposent aujourd’hui Macron étaient valables au début du mouvement lors des 3 premières semaines, une phase ou une simple dissolution aurait pu faire retomber la tension directement,

    mais au vu de la violence (physique et morale) subie par le peuple depuis désormais plus de 9 semaines, on est même plus dans la simple démission de Macron mais dans le désir que celui ci et sa clique souffrent à leur tour, 

    les chiens de garde des médias peuvent s’offusquer de voir des journalistes se faire lynchés dans la rue, mais ce qu’ils ne veulent pas comprendre c’est que l’heure de la curée est venue.

    la classe politique et la classe médiatique ont tellement jetées de l’huile sur le feu, qu’aujourd’hui le peuple ne réclame plus un dialogue mais du sang.

    et la faute n’en incombe pas aux GJ, ni à des forces obscures tirant des fils invisibles, encore moins à de sombres mouvances extrémistes, 

    la faute n’en incombe qu’a la classe dirigeante (médiatique et politique) sans intelligence et sans couille, pitoyablement programmée à flatter l’oligarchie qui la mise en place sans jamais prendre conscience de la situation réel du pays, 

    il y a chez Macron cette marque de la bêtise crasse du petit salarié de banque pas du tout à sa place en tant que Président de cette nation, 

    il manque chez ce pauvre type, assez banal et minable en fait, tout ce qui fait d’un homme, un véritable prince machiavélique capable de répondre aux désirs des puissants tout en ayant le peuple de son coté.

    celui ci ne réussit d’ailleurs qu’a impressionner les profils similaires au sien.



    • Fergus Fergus 16 janvier 11:38

      Bonjour, Albert123

      « c’est juste faux, les sujets qui seront abordés sont déjà filtrés »

      Non, il n’y aura pas de « filtre », c’est impossible  ! Et les doléances écrites dans les mairies ou d’ores et déjà remontées par le Cese montrent que les Français s’expriment sans tabous ni réserves !


    • troletbuse troletbuse 16 janvier 12:54

      @Albert123
      s’exprimer quasiment sans tabous sur tous les sujets

       C’est du LREM pur jus  smiley
      Comme Coluche qui parle des journaleux, Fergus répètent les mensonges, c’est pire.
      Micron n’aime ni les pauvres, ni les travailleurs, ni les retraités et et ni les hétéros.
       smiley


    • Odin Odin 16 janvier 13:55

      @troletbuse
       smiley smiley smiley


    • Fergus Fergus 16 janvier 14:55

      Bonjour, troletbuse

      J’emploie les mots « sans tabous » depuis plusieurs jours, y compris sur ce site. Si quelqu’un a copié, ce n’est pas moi, mais LREM !  smiley


    • Sparker Sparker 16 janvier 22:02

      @troletbuse

      Il ne les aimes ni ne les aimes pas, ils n’existaient que par statistiques pour lui.


  • Loatse Loatse 16 janvier 11:30

    et Georges Marchais qui était un homme de bon sens, s’inquiétant de la montée du chômage et de la continuité de l’immigration de travail, il était d’extrême drouaate, Aristide ????

    Y’a un moment faut commencer à réfléchir un peu...


    • Aristide Aristide 16 janvier 11:57

      @Loatse

      Quel rapport avec ce que j’ai écrit ? Ah, c’est juste de parler de l’anti-immigration et de la duce rassemblée qui vous fait monter sur vos ergots aussi promptement.

      Vous voulez mon avis sur l’immigration, je suis pour une maîtrise comme sur toutes les politiques. Je ne parle évidement pas de notre obligation morale et légale à accueillir tous ceux qui sont menacés.

      Vous allez me demander ce qu’est une maîtrise ? Et bien simplement de ne pas se laisser imposer une immigration qui ne serait le résultat d’un choix national fait démocratiquement. Un exemple ? Par exemple, le cas des médecins étrangers. Aider ces personnes indispensables à rester dans leur pays, en place de venir remplir les postes hospitaliers ou à aller habiter dans les déserts médicaux. Pénurie de médecins provoquée par une politique de numerus clausus catastrophique. Un autre, les travailleurs du bâtiment, des travaux pénibles payés à la fronde qui éloignent tous les nationaux et sont essentiellement occupés par des immigrés. Es conditions de travail ignobles, exploités, ... 

      L’immigration économique doit être maitrisée, des quotas ? Je ne suis pas un spécialiste mais il faut encadrer cette immigration sans dériver vers d’autres sujets tels que les musulmans, le grand remplacement, le ventre de nos femmes ...


  • Sparker Sparker 16 janvier 12:29

    « Et en même temps » que vont-ils faire ? n’ont-ils pas des réformes « impopulaires » à faire passer selon l’aveu de Le Maire ?


    • Fergus Fergus 16 janvier 14:57

      Bonjour, Sparker

      Tant que le mouvement des Gilets jaunes ne sera pas éteint, et les Européennes passées, les « réformes impopulaires » attendront ! Et peut-être longtemps si le climat social ne s’apaise pas.


Réagir