samedi 18 mars - par Thomas Roussot

La ligne Hamon, entre fausse fronde et soutien implicite à l’état d’urgence et à la répression de l’Internet

En ces temps de campagne Présidentielle, alors qu’Hamon se produit à Bercy, il est toujours bon de se rafraîchir la mémoire.
Préparant des simulations de motions de censure, organisées dans une précipitation volontaire, écartant des soutiens (y compris gaullistes) qui auraient largement pallié aux deux voix manquantes, ne s’opposant pas réellement aux prorogations de l’état d’urgence, les frondeurs qui forment et encadrent la ligne Hamon sont nés de l’imposture. 1

« Le temps trompeur nous dissimule ses traces, mais il passe, rapide.
Li Po

Ayant laissé un Gouvernement mettre la Justice sous tutelle (Décret du 5 décembre 2016 portant création de l’Inspection générale de la Justice), casser un siècle de luttes sociales (loi El Khomri du 9 août 2016), cette mouvance soi-disant dissidente n’a en fait pratiqué qu’une collaboration implicite de tous les instants à l’égard de la politique liberticide des Gouvernements Valls. Dès 2000, Christian Paul, le bras droit d’Hamon en matière des questions de Défense, dont l’ouvrage « L'entourage militaire du président de la IIIe République, 1871-1939 « était fort pertinemment cité au sein du travail « Politiques de l'ombre. L'Etat et le renseignement en France." (Fayard Ed, 2009, 704 p.), fournissait les armes juridiques pour son camp alors en mode cohabitation pour restreindre gravement la liberté de l’internet. Intitulé cyniquement « Du droit et des libertés sur l’Internet, la corégulation, contribution française pour une régulation mondiale », ce rapport délétère avançait les pions de la surveillance généralisée sous-tendant l’état d’urgence Vallsien. Évoquant le concept de communication au public alors que l’internet est de par son arborescence structurelle une communication du public, ce glissement sémantique ouvrait la justification d’un contrôle étatique arbitraire de ses pratiques, euphémisé par la formule d’“interrégulation” institutionnelle.

« Un nouveau cadre juridique de la communication au public doit être défini pour les services en ligne. Le cadre juridique actuel, qui regarde l’internet comme un service de communication audiovisuelle, doit être réformé en mettant fin à l’ambiguïté que recèle actuellement une catégorie de “communication audiovisuelle” entendue trop largement. Il convient de consacrer une nouvelle catégorie juridique de "communication au public", en posant un principe de liberté de la communication au public. »2

Le vide juridique présidant jusqu’alors aux destinées communicationnelles des usagers du net bénéficiait objectivement au principe de liberté d’expression. Via son encadrement par voie législative, sous couvert de protection de la dignité humaine, Christian Paul ne faisait que la bafouer.

Ne s’arrêtant pas en si bon chemin, le chef des « frondeurs » décidait de s’abstenir régulièrement lors de la plupart des prorogations de l’état d’urgence ou motions de censure, y compris proposées par les bancs de la droite. Il n’était donc aucunement question d’opposition mais bien de collaboration passive.

 

Christian Paul disait écouter le Gouvernement et ses arguments, sans jamais signifier la nature de son vote.
Et pour cause, il s’abstenait. Cela ne l’empêchait pas de déclarer de « très fortes réserves »3 et se soucier parfaitement hypocritement des dérives induites par son propre travail, considérant que « l’état d’urgence pouvait régler d’autres problèmes d’ordre public qui peuvent survenir dans la même période mais qui concernent d’autres domaines ».4

Attitude parlementaire du chef des « frondeurs » à l’Assemblée nationale :

Analyse du scrutin n° 1316
Deuxième séance du 19/07/2016
Scrutin public sur l'amendement n° 8 de M. Larrivé et l'amendement identique n° 89 de M. Jacob après l'article premier du projet de loi prorogeant l'application de la loi n° 55-385 du 3 avril 1955 relative à l'état d'urgence (première lecture).

Ne s’est pas opposé.

 

Analyse du scrutin n° 1317
Deuxième séance du 19/07/2016
Scrutin public sur l'amendement n° 7 de M. Larrivé et l'amendement identique n° 88 de M. Jacob après l'article premier du projet de loi prorogeant l'application de la loi n° 55-385 du 3 avril 1955 relative à l'état d'urgence (première lecture).

 Ne s’est pas opposé

 

Analyse du scrutin n° 1321
Deuxième séance du 19/07/2016
Scrutin public sur l'amendement n° 92 de M. Jacob après l'article premier du projet de loi prorogeant l'application de la loi n° 55-385 du 3 avril 1955 relative à l'état d'urgence (première lecture).

Ne s’est pas opposé.

 

Analyse du scrutin n° 1318
Deuxième séance du 19/07/2016
Scrutin public sur l'amendement n° 52 de M. Ciotti après l'article premier du projet de loi prorogeant l'application de la loi n° 55-385 du 3 avril 1955 relative à l'état d'urgence (première lecture).

Ne s’est pas opposé.

 

Analyse du scrutin n° 1319
Deuxième séance du 19/07/2016
Scrutin public sur l'amendement n° 30 de M. Ciotti après l'article premier du projet de loi prorogeant l'application de la loi n° 55-385 du 3 avril 1955 relative à l'état d'urgence (première lecture).

Ne s’est pas opposé.

 

Analyse du scrutin n° 1320
Deuxième séance du 19/07/2016Scrutin public sur l'amendement n° 83 de M. Le Fur après l'article premier du projet de loi prorogeant l'application de la loi n° 55-385 du 3 avril 1955 relative à l'état d'urgence (première lecture).

Ne s’est pas opposé.

 

Scrutin public sur l'amendement n° 83 de M. Le Fur après l'article premier du projet de loi prorogeant l'application de la loi n° 55-385 du 3 avril 1955 relative à l'état d'urgence (première lecture).

Ne s'est pas opposé.

 

Analyse du scrutin n° 1322
Deuxième séance du 19/07/2016
Scrutin public sur l'amendement n° 108 (rect) de la commission et l'amendement identique n° 109 (rect) de M. Jacob après l'article premier du projet de loi prorogeant l'application de la loi n° 55-385 du 3 avril 1955 relative à l'état d'urgence (première lecture)

Ne s’est pas opposé.

 

Analyse du scrutin n° 1323
Deuxième séance du 19/07/2016
Scrutin public sur l'amendement n° 97 de M. Jacob après l'article 2 du projet de loi prorogeant l'application de la loi n° 55-385 du 3 avril 1955 relative à l'état d'urgence (première lecture)

Ne s’est pas opposé.

 

Analyse du scrutin n° 1325
Deuxième séance du 19/07/2016
Scrutin public sur l'amendement n° 32 de M. Ciotti après l'article 2 du projet de loi prorogeant l'application de la loi n° 55-385 du 3 avril 1955 relative à l'état d'urgence (première lecture)

Ne s'est pas opposé.

 

(1) http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/coulisses/2016/05/12/25006-20160512ARTFIG00296-motion-de-censure-coup-de-bluff-des-frondeurs-ou-reel-echec.php

(2) http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/004001056.pdf. p.66

(3) http://www.humanite.fr/christian-paul-avant-toute-reforme-il-faut-dresser-un-bilan-de-la-mesure-593870
(4) Ibid



12 réactions


  • Jeekes Jeekes 18 mars 15:50

    Merci pour ce rappel salutaire.

    Si seulement il pouvait rafraichir la mémoire d’aucuns qui continuent à nous pomper l’air avec la « grauche » du PS et de ces affidés...


    • Le421 Le421 19 mars 11:39

      @Jeekes
      Effectivement, cela fait un bon moment qu’on avait compris... Ceci, dit, sans bien être malin, Mélenchon a quitté le PS en 2008 sous la risée de ses petits camarades. Benoit Hamon a refusé de le suivre alors que la porte était ouverte. Maintenant que la maison brûle, il voudrait que les pompiers de La France Insoumise viennent à la rescousse...
      Ben voyons.
      130.000 à La République hier. J’y étais*. Et ce n’étais pas de la comptabilité Fillon.
      Perso, à vue de pif, République était gavée, 3-4 personnes au M², à tout touche. Et les accès autour avaient une foule de participants autour. Les images parlent d’elles-même !!
      Souhaitons à Benoit Hamon de remplir les 4.000 places de sa salle. Soyons « beaux joueurs » !!
      *Malgré les difficultés d’accès (SNCF en « dérangement », météo incertaine, évènements en cours, etc...)
      Un point positif aux « tortues ninjas » avec qui j’ai discuté. Très attentifs, professionnels et presque sympas avec nous. Je suis parti en leur disant : « Bon courage, faites ça bien !! »


    • jmdest62 jmdest62 19 mars 11:47

      @Le421
      Salut

      «  hier. J’y étais »
      Oui ! je vous ai vu à la télé , vous auriez pu vous raser et mettre une cravatte  smiley smiley
      cordialement
      @+

    • zygzornifle zygzornifle 19 mars 12:31

      @Jeekes


       non seulement ils nous pompent l’air mais quand ils sont au pouvoir ils nous pompent notre fric aussi ....

  • À rebours 18 mars 17:04

    Hamon s’est adjoint Thomas Piketty comme économiste. Piketty est un fédéraliste européen partisan des eurobonds. Rappelons que Hollande avait tenté de tordre le bras de Merkel pour les lui faire accepter. Les eurobonds sont le « wet dream » de la finance qui pourra enfin tondre l’Allemagne en faisant des trous dans n’importe quel autre pays fragile. Evidemment on vend l’idée comme très généreuse à l’égard des pays endettés.

    http://www.liberation.fr/futurs/2012/07/02/quel-federalisme-et-pour-quoi-faire_830642

    C’est bien encore le libéralisme qui s’avance masqué derrière les projets de distribution de cannabis (idée libertaire) et de revenu universel (entériner le chômage de masse). Le cannabis permettant d’ailleurs de traiter chimiquement le chômage de masse.

    Imposture est le mot.


  • foufouille foufouille 18 mars 17:31

    il a pas voté pour donc.
    point barre.


  • alinea alinea 18 mars 20:28

    Qui ne dit mot consent.
    des frondeurs !! vous savez ce que c’est « fronder » ? C’est se moquer !
    Se moquaient-ils ou s’en moquaient-ils ? Un aveu de faiblesse de toutes façons.
    Il est la pire catastrophe qui pouvait arriver à la gauche pour ces élections ; mais, d’un autre côté, il aura bien 8 ou 9% d’électeurs qui sont contents qu’on leur fasse croire que le PS n’est pas mort, et ceux-là, il y a gros à parier qu’ils n’auraient pas voté Mélenchon ; aussi, cela fera un manque à Macron !
    je parie que Macron aura moins de vingt pour cent des voix et talonnera ou sera talonné par Mélenchon ; mais le résultat des courses, ce sera , au choix, la droite, ou la droite !


  • petit gibus 19 mars 11:36
    Qui s’intéresse vraiment à la réalité ?

    Pour plaire smiley
    n’oblige t on pas les nanas à se maquiller de la tête au pieds

    Les politiques ne font que les imiter


    • zygzornifle zygzornifle 19 mars 12:30

      @petit gibus


       c’est vrai , certaines se voilent même pour exciter leur concubin et commettre le péché de chair entre 2 roustes ..... 

  • zygzornifle zygzornifle 19 mars 12:28

    Hamon était en laisse maintenant il a atteint l’extrémité il n’ira pas plus loin maintenant place au PS et à son incontinence .....


  • captain beefheart 19 mars 23:56

    Merci l’auteur,si des fois les gens se laissent tromper par ses apparences plutôt sympa comparées aux autres de son camp... qu’ils lisent votre billet.Je me demande comment les mimitants de ce parti osent encore se montrer dans la rue.Les pontes de ce conglomérat de mafieux se trahissent entre eux à ciel ouvert maintenant.Où leur a-t-on enseigné cela ?
    Finalement c’est encore pire que les curés.


  • captain beefheart 19 mars 23:56

    Lire militants, (quoique)


Réagir