mercredi 29 avril - par CHALOT

La solidarité chevillée au corps !

Les lendemains ne vont pas chanter dans cette société où les inégalités sociales se sont élargies au cours d'une pandémie qui a appauvri les plus pauvres.

Mais nous pensons que les solidarités qui ont été construites durant cette épreuve peuvent se développer et ensemble, comme le montre ce dessin de Sapiens, nous pourrons et devrons préparer l'émergence d'une société plus humaine et plus fraternelle.

JPEG

Les associations familiales laïques de l'agglomération Melun-Val de Seine et le DAL 77 agissent en commun sur la question du logement.

Il s'agit pour les associations d'accompagner les familles dans leurs démarches et d'intervenir à tous les niveaux pour l'application du principe : chacun a droit à un toit !

La paupérisation d'une grande partie de la population, dans nos quartiers et nos villages nous a conduits à intervenir sur le terrain concret de la solidarité.

A Féricy, notre jeune association familiale laïque a ouvert un atelier pour la confection de masques à visières, proposées au prix coûtant.

A Melun, nous soutenons les associations qui livrent des repas, sous la forme d'implication physique de la part de bénévoles ou de dons financiers.

Publicité

Nous avons choisi, non d'être un opérateur bénévole de plus mais d'aider ceux et celles qui agissent sur le terrain avec dévouement.

A Vaux-le-Pénil, le DAL 77 a décidé de fédérer les bonnes volontés et d'organiser des distributions alimentaires en mobilisant ses jeunes militants et en intervenant en partenariat avec des acteurs membres de la Croix Rouge, du Secours Populaire, des Restos du cœur, des Familles laïques , du Comité des fêtes....

Parce qu'ensemble nous sommes plus forts et plus efficaces, nous avons décidé d'agir en relation avec d'autres comme le Secours catholique.

Cette action était pour nous une parenthèse car nous pensions revenir au « cœur de notre métier » l 'accompagnement des familles et laisser aux mouvements caritatifs l'aide alimentaire.

Face aux difficultés vécues par de nombreuses familles, face à cette faim qui noue les entrailles de tant de nos concitoyens qui craignent les lendemains qui ne chanteront pas, nos associations vont poursuivre et mener le combat sur plusieurs fronts :

 

  • la reprise des permanences d'accompagnement des personnes fragilisées dans leurs démarches,

  • l'intervention sur le terrain social pour le moratoire des loyers ;

  • la recherche d'une mobilisation collective du mouvement social pour le droit au logement, contre la misère ;

  • Publicité

    l'organisation concertée des actions de solidarité alimentaire.

 

Cette crise sanitaire conjuguée à celle, sociale, profonde qui a touché notre pays a vu se lever une nouvelle génération, d'hommes et de femmes qui s'est mobilisée pour faire vivre une solidarité au plus près des territoires.

C'est une force potentielle qui peut apporter aux associations un renfort qui ne peut que les renforcer en ces temps où la tâche est immense.

Si nous pouvons apporter notre expérience, elles, nous offrent une force neuve, disponible et des idées novatrices.

C'est une chance à saisir, nous la saisirons car nous avons devant nous des Bastille à abattre et une nouvelle société solidaire et sociale à construire.

 

Jean-François Chalot



18 réactions


  • Alors qui va être in the CHALOT now ?

    j’espère au moins Brad et/in Gaga ! ^^ ( smiley ? )


  • Pierre Régnier Pierre Régnier 29 avril 09:05

    Bonjour Chalot

    Votre mobilisation actuelle aux côtés des associations qui aident ceux qui souffrent le plus de la pandémie est évidemment une bonne chose. Continuez.

    Mais votre article ne laisse rien envisager pour que la suite ne soit pas un retour à ce qui était auparavant. Ou à bien pire, comme le prévoyaient déjà avant l’épidémie ceux qu’on qualifie de « collapsologues ».

    Quelles radicales modifications politiques concrètes devront être exigées pour construire la société solidaire et sociale après qu’auront été abattues les nouvelles Bastilles ? C’est ce questionnement qui manque dans votre article.


  • CHALOT CHALOT 29 avril 09:26

    C’est une introduction au débat et non un article théorique. Pour moi je pense qu’il faut une constituante et une restauration de la démocratie et un développement des services publics....Comme de toutes façons rien ne se fera avec les politiques actuels, c’est la mobilisation qu’il faut préparer pour abattre ce régime.


    • Spartacus Lequidam Spartacus 29 avril 11:05

      @CHALOT

      Développer la démocratie oui.

      Si il y a démocratie, on déguise pas son choix d’intérêt individuel en système de solidarité comme un monopole de services publics !

      C’est antagoniste.

      En démocratie, comme le pays le plus démocratique connu, la Suisse, les gens ont voté pour la fin des fonctionnaires. La limitation des services publics. 

      En Suisse pays le plus démocratique connu, la démocratie a voté « NON » à l’initiative en faveur du service public.


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 29 avril 14:36

      @Spartacus

      Il n’est pas inutile de rappeler ici que vous êtes, Spartacus, le contributeur d’Agoravox qui ne croit plus à la nécessité de sauvegarder la nature, ni de réfléchir sur le désastre écologique provoqué par le seul progrès matériel, ni, surtout, sur le scandale des inégalités flagrantes dans la répartition des moyens de vivre chez les humains...

      Que la volonté collective de faire avancer l’humanité vers une forme de solidarisme aujourd’hui encore à définir vous semble une régression ne peut donc surprendre que ceux qui ne vous ont pas beaucoup lu.


    • Spartacus Lequidam Spartacus 29 avril 19:08

      @Pierre Régnier

      Inutile de vous rappeler que ce que vous appelez la « nature » est en fait un environnement artificialisé depuis des siècles et n’avez aucune idée de la dangerosité de la vraie nature sauf un fantasme.
      Voulez vous adoptez une petite famille de crocodiles dans votre baignoire pour être en phase avec vos idées ? 

      Quand l’un des 5.5 million de fonctionnaire qui vit de l’impôt coercitif forcé, habitué à un traitement préférentiel, expose les inégalités a un entrepreneur, c’est si c’était celui qui a commandé le bourreau qui se moquait de l’infirmière qui soigne les victimes.

      Voulez avez manifesté combien de fois pour que votre corporation ne dispose pas de traitement préférentiel pour être en phase avec vos idées ?


      Inutile de vous rappeler que le solidarité est volontaire, comme le fait l’auteur lorsqu’il aide concrètement une personne. 
      Les pauvres ne veulent être ni assistés, ni catégorisé comme pauvres avec l’argent des autres, mais veulent faire partie des autres a égalité en autonomie.
      Vous avez créé combien d’emplois qui correspond à des vrais désirs de pauvres, l’autonomie ou œuvré concrètement dans une oeuvre de bienfaisance avec votre propre argent ?

      Vous tombez super bien avec vos leçons de solidarité au bon moment au bon instant.

      Pour la 1ere fois de ma vie, je viens d’ordonner de mettre des gens au chômage technique, et ceux qui sont payés le sont sur mon apport personnel de solidarité. Voulez vous être solidaire avec eux et me fournir quelques salaires complets avec votre livret A pour être en phase avec vos idées ? J’ai besoin de sommes a 5 chiffres, presque de 6.


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 29 avril 20:52

      @Spartacus

      Ne demandez surtout pas de l’aide à l’État. Spartacus vous dira que c’est une horreur dont il faut se débarrasser.


    • Spartacus Lequidam Spartacus 30 avril 01:50

      @pierre Regnier

      L’état ne donne aucune aide. Il transfère de l’argent des uns vers les autres.

      Tout l’argent qu’il sort est pris dans la poche de quelqu’un.


    • nono le simplet 30 avril 01:53

      @Spartacus
      Tout l’argent qu’il sort est pris dans la poche de quelqu’un.

      quand c’est dans la poche de l’imprimeur, il s’en fout, il en a plein ...


    • merthin 30 avril 09:19

      @Spartacus

      Et bien il semble que l’entrepreneur que vous êtes expérimente « la prise de risque ».

      Vous avez aujourd’hui le droit de chanter le Gospel de l’entrepreneur qui mérite ses divdendes par la prise de risque.

      Aujourd’hui où le risque est matérialisé, il faut assumer les gains passés !


  • François Vesin François Vesin 29 avril 10:14

    « Comme de toutes façons rien ne se fera avec les politiques actuels,

    c’est la mobilisation qu’il faut préparer pour abattre ce régime. »

    .

    Et les mots ne guériront pas les maux, mais

    ceux qui comme vous sont toujours en première ligne aux côtés

    des plus faibles dans l’action, peuvent mieux que personne être

    demain les constituants du Front Populaire qui vient. Merci

    https://frontpopulaire.fr/p/actualites


  • Réapprendre le collectif et le bien commun à une population décervelée par quarante ans d’ultra-libéralisme, ce n’est pas une mince affaire !


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 29 avril 14:42

      @France Républicaine et Souverainiste

      une population décervelée par quarante ans d’ultralibéralisme

      Oui, mais tout autant, par quarante ans de démission socialiste.


  • ZenZoe ZenZoe 29 avril 18:34

    Ceci n’est pas un article de Chalot, juste une pub pour son assoce.

    Ceci dit, je respecte totalement l’engagement de l’auteur pour les mal-lotis, mais ça ne m’empêche pas de penser que les associations sont le problème, pas la solution.

    Je suis pour remettre l’église au centre du village, cad, stopper les subventions aux associations et exiger que l’état fasse vraiment le travail qui est le sien, celui qui justifie son existence même : s’occuper du bien-être de tous ses citoyens. et particulièrement ceux qui ne peuvent pas le faire eux-mêmes.

    Même si le dévouement des bénévoles sur le terrain est bien réel et louable, comment ne pas voir un conflit d’intérêt entre des associations qui d’une part ont pour objectif la lutte contre la pauvreté et autres malheurs, et d’autre part dépendent justement de la pauvreté pour leur survie ? Avec un peu de cynisme, on pourrait même avancer que leur relative inefficacité à faire réellement bouger les choses vient de là.

    La solidarité nationale, ce n’est pas les assocations, encore moins le privé d’ailleurs, c’est l’état, avec nos impôts et directement contrôlé par les citoyens.


  • CHALOT CHALOT 29 avril 18:41

    ZenZoé ! En attendant que l’Etat fasse ce qu’il doit faire, on laisse les gens se désespérer et mourir de faim !? quand à la publicité pour mon assoce je n’en ai pas besoin : on ne vend rien et on n’est pas candidat….

    J’essaye de mettre en vie mes principes : je suis maire adjoint, en ce moment il n’y a pas de réunion, pas d’action, je reverse toute mon indemnité pour la solidarité et j’agis sur le terrain ;


    • ZenZoe ZenZoe 29 avril 19:30

      @CHALOT
      Je connais votre engagement. Vous, ni aucun bénévole, n’êtes en cause.
      Je mets plutôt en cause un système dans lequel l’état a abandonné tous ses devoirs les plus élémentaires et a délégué à gauche à droite les tâches qui lui reviennent.


  • Ecureuil66 29 avril 19:39

    Bonjour Chalot ce que vous faites est méritoire et je vous admire... c’est dommage que l’Etat avec tous les moyens dont il dispose ne fasse rien ou si peu, tous partis confondus. Oui c’est très triste en plus en ces temps de confinement certains chômeurs ne sont même plus reçus dans les agences pour l’emploi et les assistantes sociales sont aux abonnés absents ....espérons que ça va s’arranger


Réagir