jeudi 14 mars - par REMY Ronald

Le contre-projet de société proposé « En Marge »

 

Suite à la révolte des Gilets jaunes, une synthèse du Grand débat National est officiellement proposée le 15 Mars, avant prise des premières mesures « correctives » par le Président de la République et avant le nécessaire lancement des navettes parlementaires pour enclencher certaines réformes. En provenance des Gilets jaunes, des citoyens massivement consultés dans chaque commune ou bien exprimés sur le site web du gouvernement, les doléances sont parfois très contradictoires.

Pour les « Bouledogues de la Républiques », présents dans chaque parti, et dubitatifs sur le résultat de ce Grand débat National, c’était le bon moment pour exposer et débattre de notre propre analyse synthètique. Via le think tank « En Marge » (émanation du collectif électoral des chômeurs et précaires VLC, « Vaincre Le Chômage »), par sa sensibilité sociologique particulière et son apport spécifique, « la France d’en bas et des sans dents » a démontré qu’elle est capable d’analyse, de synthèse et même de faire des propositions concrètes potentiellement consensuelles.

JPEG

Depuis 30 ans, nous avons eu largement la preuve que le système actuel de gouvernance « social libéral à la française » ne fonctionne pas.

Parfois sans aucune formation technique spécifique ni expérience de la gestion d’entreprise, s’est généralisé un système de « pantouflage », de copinage, de cooptation et d’installation successives d’ENArques à la tête de la majorité des grandes sociétés françaises. Résultat : accumulation d’erreurs de gestion. Fermetures d’entreprises par manque de réactivité managériale sous le poids des concurrences internationales souvent déloyales (tant au niveau social, écologiques, administratives, normatives que fiscales). Délocalisation majoritaire des firmes restantes pour payer moins de charges sociales et de salaires, y compris déménagement de sièges sociaux pour payer moins d’impôts et taxes. Effondrement des emplois industriels (70% de disparition, ce n’est pas rien. Cessons le déni  !). Hausse des drames sociaux et du chômage. Nouvelles vagues successives de perte de compétitivité par manque de budget recherche et d’investissement dans les nouvelles technologies. Augmentation dramatique et coûteux du chômage de longue durée, du stress et des suicides. Clochardisation progressive de certains services publics (avec accélération de fermetures dans les campagnes). Hausse des taxes et des impôts pour penser l’accumulation des plaies sociales et tenter de mieux préparer l’avenir (souvent en vain : dans ce pathétique « pays de sans dents », une armée de 160.000 jeunes sortent de notre système éducatif sans diplôme chaque année  ! (ce n’est pas rien non plus). Heureusement Agnès Buzyn / Santé et Jean-Michel Blanquer / éducation semblent vouloir sérieusement rectifier la situation).

 

Malgré l’un des engagements électoraux phares d’Emmanuel Macron, malgré le constant travail de porte à porte des militants LaREM censés informer sa hiérarchie sur la colère montante des contribuables, malgré les nombreux signaux d’alarme tirés par « En Marge » depuis un an, l’aveugle augmentation fiscale du Premier Ministre Edouard Philippe a fait de la France la suicidaire championne du Monde des prélèvements obligatoires. Révolte des Gilets Jaunes (attendue et que nous jugions inévitables). Tardive rétrocession maladroite et partielle de 11 milliards d’Euros. Grand Débat National pour trouver enfin une solution collective rationnelle face au déficit budgétaire et à la baisse du pouvoir d’achat, et face au grave déclin économique, financier, social, culturel et éducatif du pays.

 

Après trois mois de débats disparates et dépareillés sur les 30 dernières années de gestion peu glorieuse du pays, d’écoute des propositions des uns et des autres, d’observation des tentatives de tables rondes, des analyses parfois contradictoires dans l’ensemble de la presse, du visionnage en direct ou en replay des quotidiennes empoignades verbales partisanes sur les chaines TV et les sites web, un immense travail récapitulatif est proposé par la société informatique « Cap collectif », sous la houlette de 2 ministres et le contrôle de 5 personnalités « garantes » de son indépendance. Paradoxalement, sans participation de la CNDP, la coûteuse Commission Nationale du Débat Public dirigée par Chantal Jouanno  : 176.000€ brut par an (payés par nos impôts).

 

L‘avant veille de ce compte rendu officiel, le think tank « En Marge » propose une analyse synthétique complémentaire. Pourquoi ? Parce que l’ensemble des propositions lues, entendues, aperçues à la télé ou sur les ronds-points nous a laissé (pour l’instant) insatisfaits. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir tiré les signaux d’alarme et exprimé nos suggestions écrites pendant et surtout bien avant la crise des Gilets jaunes. Nous exposons donc un extrait de 8 de nos 14 propositions que nous estimons absolument indispensables pour sortir notre pays du déclin.

Mais pourquoi justement ne pas avoir attendu le 15 Mars 2019 (date de clôture du Grand Débat National) ?

Parce que l’objectif de ce résumé complémentaire non exhaustif est d’être pris en compte AVANT la première série de mesures présidentielle et AVANT les prochaines navettes parlementaires. A la masse des propositions nationales les plus diverses partant dans tous les sens, nous souhaitons que soit rajoutés notre propre point de vue synthétique global, une dose complémentaire de concret, de pratique, saupoudrée d’une pincée de bon sens...

 

1) Plafond institutionnalisé des prélèvements obligatoires.

Une sorte de « grand bouclier fiscal élargi » à ne plus jamais dépasser, débattu à l’occasion d’une sorte de « Grenelle », au contenu régulièrement réactualisé avec les partenaires sociaux, que le Parlement pourra baisser (notamment grâce aux futures recettes provenant de la mini taxe « sociétale » sur les flux spéculatifs « dérivés »), mais jamais plus augmenter. Une Stabilité contractuelle enfin trouvée qui ne génèrera plus de jacquerie fiscale et de fuite des investisseurs français ou étrangers.

 

2) Encadrement « conditionné » du « pantouflage » des ENArques.

Un système contournant parfois trop les compétences techniques nécessaires et l’expérience industrielle (aucun ENArque n’a vécu les affres de la création d’entreprise). Cela est parfois perçu comme une forme subtile et institutionnalisée de corruption par entremissions ou cooptations (si la France est en queue de peloton de l’OCDE au niveau corruption, c’est entre autres pour cela). Ce système opaque d’entre soi, salarialement souvent très coûteux, à grandement nuis à l’ingéniosité, à la créativité, à la productivité et à l’expansion de l’emploi industriel qualifié. Plus généralement, ENArques ou pas, les grands dirigeants d’entreprises seront responsabilisés sur les résultats. Les fameux faramineux « parachutes dorés » seront à l’avenir « indexés » sur les bénéfices boursiers certes, mais AUSSI sur les baisses de chiffres-d’affaires et les licenciements.

 

3) Démocratie participative réelle.

Représentation des usagers dans les Conseils d’Administration des services publics (privatisés ou non). Info. : voir l’atelier du site En Marche !

Sans cette représentation ne serait-ce que symbolique, tout le reste n’est que bonnes paroles pour gogos. Cela n’est pas utopique car déjà expérimenté (notamment dans l’éducation nationale). Elle limitera certaines erreurs de gestion, diminuera les disfonctionnements, les injustices, les gaspillages et… la corruption (une corruption qui nuit à l’image de marque de la France, plombe les budgets locaux ou nationaux et exaspère les citoyens à cause de la hausse des taxes et des impôts qui en découlent).

 

4) Orientation des flux financiers au profit de l’économie réelle, de la production de richesses et d’emplois

(actuellement majoritairement orientés vers l’économie virtuelle et la spéculation)

Comment ? Par la mini taxe « sociétale » sur l’achat des produits spéculatifs toxiques appelés « dérivés » (des paris non pas sur les chevaux ou le foot, mais sur les futures hausses ou la baisses d’actifs boursiers ; un Himalaya de paris semi clandestins actuellement gérés hors bilan par les banques). Comme les acheteurs à l’étranger ne payeront pas cette taxe à l’achat (contrairement aux français qui la payeront), les produits spéculatifs toxiques (« dérivés ») quitteront petit à petit le territoire. Grâce à cette mini taxe sur les produits « dérivés », progressivement, de facto, l’épargne et les placements financiers s’investiront en France vers l’économie réelle. En plus, deuxième avantage, la recherche, l’investissement dans les entreprises « stratégiques » et les emplois « valorisant » seront boostés par la massive recette de cette fructueuse mini taxe « sociétale » (rappelons que le flux financier alimentant l’énorme bulle spéculative hors bilan des banques est supérieur… au PIB français !).

 

5°) Centrales nucléaires SANS URANIUM (au Thorium).

Faute de temps et de place, avec regret, nous ne pouvons décrire ce très vieux dossier qui mérite attention. Malgré les remarquables avancées technologiques en Hollande, Inde et Chine, le très décevant ex ministre de l’écologie Nicolas Hulot, reconnaissant ne pas bien connaître ce dossier, avait rejeté le 18 Février 2018 une proposition de commission d’étude faite en séance parlementaire par le député Benoit Potterie (LaREM). Idem pour un simple budget de veille technologique. Comment la France peut-elle maintenir son rang international à l’exportation et son niveau de connaissance nucléaire, si elle décide (tel un paresseux la veille du baccalauréat) de faire l’impasse sur toute une filière scientifique ? D’autant que la filière EPR a coûté l’énorme somme de 11 milliards d’Euros en 11 ans sans produire un seul watt d’électricité  ! Le tout sans débat, aux frais des citoyens et des usagers… (Nous, les gueux, avons juste le droit de nous taire et de payer, avec des hausses sans fin. En sus, le fisc français est le seul au Monde à avoir le culot de faire payer aux usagers une taxe sur les taxes !!! Là aussi, l’acceptation silencieuse ne doit plus perdurer).

 

6°) Réforme du Coran.

Cela ne concernerait pas le Grand Débat National parait-il… Burkas, horaires de piscine, produits hallal, circoncision et mariage forcé, polygamie, obscurantisme, haine et sang versé ne doivent être abordés. Seuls des problèmes de « gaulois » par/pour les « gaulois » ont droit au statut de doléance. Même dans les cités et grandes métropoles où la majorité des bébés naissent musulmans, la réponse est « dégagez, il n’y a rien à voir ».

Bien entendu, nous vous épargnons le long exposé argumenté sur ce délicat et indispensable processus d’adaptation (adaptation recommandée par le prophète Mahomet lui-même et déjà mise en pratique en Asie et en Europe de l’ex empire ottoman. Contrairement aux affirmations des idéologues communautaristes pro-islamistes (les idiots utiles dirait Staline), la majorité des musulmans des Balkans mangent du porc et sont complètement laïcisés sans qu’ils en soient traumatisés).

 

Les précédentes réformes avaient regroupé des dizaines de textes (écrits sur des parchemins ou des peaux de chèvre, et tous postérieurs à la vie de Mahomet). Elles ont eu lieu il y a plusieurs siècles, de manières discrètes par les califes successifs, ou bien avec grandes cérémonies rassemblant les oulémas (sunnites) ou Hojatoleslam (chiites) des pays de « l’Ouma ». Ces réformes du Coran se sont cumulées via le processus des « Mansukhs » et des « Nasikhs ». Des dizaines de variantes du Coran ont été détruites, surtout à partir du Calife Othmân (notamment le Coran d’Ali Abi Talib, gendre de Mahomet, celui d’Ubay ibn Ka’b, d’Abdullah ibn Mas oüd, etc.).

 

L’objectif de cette future modernisation sera de rendre enfin compatible la dernière version du Coran avec les lois fondamentales de la République et des droits de l’Homme. Entre autres « améliorations », les phrases appelant au génocide de certaines catégories de peuples, ou à l’esclavage d’autres, seront clairement et solennellement abrogés (« mansukhées ») lors de chaque étape consultative de cette réforme à la fois française, européenne puis mondiale. (Info. : DAECH : Quelle solution contre la barbarie et l’islamophobie ?)

Toute future lâcheté des législateurs à ce sujet se traduira par l’inévitable poursuite sans fin du coûteux djihad islamiste sanglant. Aux dépens de nos Nations et aussi de l’Oumma lui-même (n’oublions pas que les 5 premiers Calife succédant à Mahomet ont été assassinés par des musulmans. Autrefois comme aujourd’hui, plus de 90% des musulmans tués le sont par des musulmans. N’oublions pas que pour Mahomet, l’Oumma incluait aussi les juifs et les chrétiens. Jusqu’à sa mort, la majorité des amis de Mahomet étaient et sont demeurés juifs et chrétiens).

 

Une fois le « processus de réfonte du Coran engagé », les extrémistes (déistes ou non), opposés à la réforme, y compris autochtones ou naturalisés, seront fermement invités à quitter les territoires participant à cette réforme.

 

7°) Une Europe redynamisée par des agences fédérales protectrices des Nations indépendantes.

La cacophonie médiatique omniprésente due à la crise des Gilets Jaunes a complètement étouffé l’indispensable et urgent débat européen.

D’un côté, nous avons des partisans du maintien béat, conservateur, aveugle, d’institutions Européennes figées, parfois dépassées par les évènements sur certains sujets, en retard d’une guerre, risquant de nous mener collectivement à la catastrophe.

De l’autre côté, des partisans du repli national, du FREXIT et de l’abandon de l’Euro.

Nous soutenons une troisième voie constructive, mobilisatrice et de bon sens.

 

Plutôt que de rechercher sans cesse en vain l’unanimité de 27 (et bientôt 30) pays, plutôt que de subir la pusillanime dictature de bureaucrates et technocrates non élus, aveugles, impuissants ou juridiquement non compétents sur nombre de dossiers importants, nous proposons une alternative libérant enfin l’initiative, la créativité, l’expérimentation au profit d’une avancée, d’un renforcement et d’une plus grande efficacité et protection de l’union européenne :

Des agences autonomes regrouperont uniquement les pays désirant en faire partie. Sans subir l’obstruction des pays non intéressés. En raison des résultats obtenus, d’autres pays indépendants adhéreront. Des pays pourront sortir d’une agence sans être expulsés des autres institutions européennes. Donc sans vivre la situation absurde des britanniques hésitant à assumer complètement un très complexe BREXIT.

A l’avenir, les débats de fond ne seront plus occultés par les hauts fonctionnaires européens et les gouvernements. Le Parlement Européen élu par les citoyens aura enfin son mot à dire sur nombre de dossiers, en imposant une meilleure transparence et gestion des institutions.

Y compris sur le décrié Pacte de Marrakech ou sur le futur véritable rôle des agences EUROSUR et FRONTEX.

Par exemple : Devons-nous tripler leur budget pour écarter radicalement tous les trafics humains et bloquer toute immigration illégale ? Ou bien faciliter les sauvetages en mers (en complicité avec les passeurs) et tripler l’immigration sauvage ? Ou alors une troisième solution mixte et complétée, alternative nécessitant l’accord de l’ensemble des pays méditerranéens ? 

Une trentaine d’idées d’agences potentielles autonomes s’annoncent déjà. Avec libre entrée ou départ des Nations conservant leur indépendance : Centre européen de formation technique militaire. Coopérative européenne d’armement. Centre européen de recherche et développement sur les centrales au Thorium. Agence de collaboration et de soutien aux innovations protectrices de l’environnement. Agence européenne de développement des produits génériques de santé. Etc. Etc. Les agences verront le jour en fonction des besoins, des moyens et de l’imagination des partenaires. Un concours Lépine européen faisant participer les partenaires sociaux, les universitaires et lycéens, bien plus intéressant et bien plus constructif qu’imaginer toujours plus de taxes en France !

 

8°) Débat démocratique de principe AVANT les grands traités internationaux.

Nous vous épargnons ici aussi les nombreux argumentaires expliquant pourquoi la moitié des pays européens (Russie, Autriche, Italie, Bulgarie, Croatie, Hongrie, Pologne, Serbie, Slovaquie, République tchèque, Suisse, Danemark, Pays-Bas, etc.) ont refusé ou sont revenus sur la signature de la fameuse « autoroute juridique » légitimant et facilitant l’émigration massive régulière (le fameux et tant décrié Pacte de Marrakech).

Ce texte a été signé en catimini par la délégation française le 19 décembre 2018 à l’ONU. Sans interroger le Conseil Constitutionnel sur les implications juridiques officiellement reconnues par des chefs d’Etat dont l’allemande Angela Merkel. Sans débat parlementaire. Sans consultations des français et de ses institutions démocratiques. Complot ourdi par des idéologues fanatiques d’extrême gauche ? Par des ultra-libéraux ? Et/ou par un patronat complice objectif du communautarisme en France et en Europe (afin de peser sur les salaires et faire plus de profit) ? Encore une fois, notre doléance est reçue avec dédain, genre « dégagez, il n’y a rien à voir » (en fait, c’est plutôt eux que nous devons d’urgence « dégager » !).

Si ce texte ONUsien divise tant l’Europe, c’est parce que des phrases sont jugées inacceptables, méritent analyse, débat et « améliorations ». Le refus hautain de tout débat sur ce sujet (y compris pendant le Grand Débat National, est symptomatique, caricatural d’un mode de gouvernance autoritaire, centralisé, jupitéro-autiste, complètement dépassé. Une gouvernance massivement rejetée par les citoyens, qu’une pseudo élite complètement hors sol tente pourtant d’imposer aux français par tous les moyens. Y compris par un génial camouflage manipulatoire appelé Grand débat national ? Pitié pour la France et les français ! J’espère sincèrement que non ! En résumé, pourquoi diffuser un texte dans toute la presse européenne et prétendre relancer l’union des peuples d’Europe, si on ne prend pas aussi la peine de les écouter et d’instaurer avec respect un minimum de dialogue ? 

 

A propos de « l’atterrissage » concret (législatif) de ce vaste débat (tronqué ou non), je pose une question de principe, en caricaturant exprès :

Si 99% des français n’ont pas parlé de certains sujets difficiles, délicats ou « brûlants » (la faute aux médias, aux partis, etc., voire même la faute à personne), carte blanche sera-t-elle donnée pour institutionnaliser l’omerta ou l’oubli de dossiers « très sensibles » ? Dans le cas où des informaticiens-statiticiens auraient une influence excessive et déterminante sur les futures décisions présidentielles, où se trouverait le courage d’initiative politique d’Homme d’État ? Comment s’exprimerait cette bénéfique démarche visionnaire qui a rempli certaines pages de l’histoire de France ? (en sus de Jeanne d’Arc et du Général de Gaulle)

 

En conclusion,

Le Ministre des Affaires Étrangères Jean-Yves Le Drian a été calamiteux. Parce que responsable du scandaleux Pacte de Marrakech et parce qu’abominable le 19 Mars 2018 lors de son ignoble point presse officiel face au tyran pro-djihadiste Erdogan martyrisant AFRIN (et désirant faire de même avec les autres régions kurdes).

Si son successeur se manifeste pour le retrait de la signature Française du sulfureux Pacte de Marrakech, ou si le successeur du Premier Ministre accepte le principe de la représentation des usagers dans les Conseils d’Administration des services publics (privatisés ou non), et aussi de respecter l’engagement électoral phare d’Emmanuel Macron pour enfin baisser les prélèvements obligatoires (qui asphyxient l’économie française et les français),

 

on en déduira que le « mode de gouvernance à la française » est peut-être en train d’évoluer, de s’améliorer ; que nous n’avons pas vécu un vaste « enfumage » politique général cherchant à prolonger un système de gestion du pays à la fois inacceptable et inefficace.

 

 

===========

 

 

*« En Marge » :

Petit Think tank de quartiers populaires, accusé d’être à la fois la plus ancienne racine idéologique de la révolte Gilet Jaune et un solide soutien à… Emmanuel Macron  ! Préparez les boules Quies car c’est exact dans les deux cas  ! Le catastrophique Maduro et son hyper inflation crucifiant économiquement son peuple n’est pas du tout notre préférence (hurlements des apparatchiks F.I.). Nous respectons les institutions françaises (hurlement des pro-VIe République) et préférons la démission du Premier Ministre (hurlement des apparatchiks LaREM) qui a ouvertement et systématiquement renié jusqu’au bout, « droit dans ses bottes » l’engagement électoral de baisse des prélèvements obligatoires. Au lieu de nous trouver au milieu d’une foule noyautée par des bannières « Macron démission » et des casseurs d’extrême gauche ou d’extrême droite (avec et sans quenelles), nous (l’extrême centre, les « Bouledogues de la République » de tous partis, les exclus en révolte, y compris avec une poignée de vieux « radsocs » et de Gilets Jaunes pro-Macron) avons préféré, sans haine ni violence, distribuer sur les pare-brises des tracts* de propositions concrètes et consensuelles.

 

*NB/ Des ramettes (et des cartons) sont, comme d’habitude, à votre disposition.

 

JPEG



23 réactions


  • Julien S 14 mars 10:08

    En effet Nicolas Hulot dans la vidéo repousse l’idée de la conversion au thorium, mais avec un argument inattendu de lui : il serait plus intéressant, dit-il, de rester dans le domaine connu en utilisant l’U 238 en surgénération (« neutrons rapides »). Hulot se moque de qui ? des pro ou des anti-nucs ? 


    • REMY Ronald REMY Ronald 14 mars 11:10

      @Julien S
      Bonjour.
      Nicolas Hulot était de toute évidence un Ministre médiocre, peu imaginatif, peu mobilisateur, peu dynamique (voire paresseux limite sabotage).
      .
      Il aurait pu lancer des tables rondes et colloques nationaux ou internationaux sur chaque grande filière énergétique, rassembler des militants environnementalistes sur des dossiers qui « patinent », effectuer un travail médiatique d’alerte et de diffuseur d’idées (même si ce n’était pas les siennes). Il avait d’énorme moyens audiovisuels et administratifs à sa disposition de part sa fonction. Néant.
      .
      Le résultat est hélas désastreux :
      (il n’en est pas le seul responsable)
      En sus des 11 milliards dépensés en 11 ans sans un seul watt produit,
      en sus des impasses sur certaines filières récupérées par d’autres Nations
      (il n’y a pas que le thorium, la fusion froide ou les moteurs à hydrogène),
      toute l’industrie de production énergétique alternative est en faillite, tant au niveau des éoliennes, des panneaux solaires que notre coûteuse marémotrice normande (bradée en 2018 à 1 € !).
      .
      La « mauvaise gouvernance » n’existe pas qu’en France. La faillite des industries énergétiques écolos a touché aussi la puissante Allemagne industrielle (qui pollue maintenant tout le continent avec ses centrales anti-écolo au charbon !) et cette faillite a ravagé presque toute l’Europe (aveuglément non protégée de l’évidente concurrence déloyale chinoise).
      .
      Absence de transparence, absence de débat, aveuglement dogmatique, décisions médiocres voire pire ; Hulot a représenté exactement ce que les « Bouledogues de la République » reprochent au « mode de gouvernance ancien » qui a touché d’autres ministères et a enfoncé notre pays et notre continent depuis 30 ans.
      Si nous n’avons cessé d’alerter sur la montée de l’impatience et de la colère des citoyens (certes en vain), ce n’était pas pour rien.
      .
      Les politiciens qui parient sur la lente disparition des Gilets Jaunes
      (notamment sous le redoutable impact destructeur des noyauteurs violents ou racistes, alliés objectifs des conservateurs « zombifiés »),
      se trompent lourdement. Car les racines du mécontentement général sont profondes et la prochaine « éruption citoyenne » (si elle a lieu, faute des réformes) sera bien pire.
      Comme pour nos nombreux précédents avertissements,
      ce n’est en rien une volonté
      (nous avons régulièrement averti sur les risques, les bavures et séquelles des révoltes et révolutions),
      ni une menace
      (nous répétons ne pas avoir participé à l’organisation des Gilets Jaunes),
      mais un constat pragmatique.
      Vouloir ignorer les thermomètres, les baromètres, les indicateurs, les écrans, les jauges de pression ou les rétroviseurs n’est pas le signe de la « bonne gouvernance » (basée sur la transparence et les « débats d’étapes »).
      .
      A+
      Cordialement


    • seul le contenu compte... seul le contenu compte... 14 mars 11:59

      @REMY Ronald
       
      nicolas-le-nigaud n’était qu’une caution écolo dans un gouvernement ultra-libéral.
        
      Il était censé piquer des voix aux écolos pour les européennes.
      Et rien d’autre.
       
      Quand il lui a été demandé ce qu’il pensait des 1 800 000 poids-lourds ajoutés sur les routes suite à la ’ libéralisation ’ de la route, au détriment du fret ferroviaire, il fît ’ semblant ’ de ne pas savoir de quoi il retournait.
       
      Quand 2 mois plus tard, la même question lui fut re-posée, il détourna la tête et s’en allât derrière les clebs-de-garde qui firent barrière...
        
      Et je ne vais même pas aborder toutes les possibilités de sortir à la fois du nucléaire ET des énergies carbonées polluantes, parce qu’elles sont soumises aux mêmes diktats que ceux qui vont faire TOUT ce qu’ils pourront pour préserver LEUR paradigme. 
       
      Allez chercher, dans l’ Histoire, un seul exemple de changement de paradigme s’étant fait sans que les spoliés durent contraindre les spoliateurs.
      Ce ne fut jamais le cas.
      Et ce ne pourra pas davantage être le cas cette fois-ci...
        


  • Attila Attila 14 mars 10:19

    Les pays arabes laïcs étaient nombreux dans les années 1950-70 : Égypte, Tunisie, Algérie, Irak, Syrie. Et cela, sans aucune modification du Coran.

    Le commencement de l’islamisme date aussi de ces années là. D’abord, les Frères Musulmans en Égypte ont été soutenus et financés par la CIA pour déstabiliser le gouvernement laïc de Nasser. Puis les gouvernements des États-Unis ont exercé d’énormes pressions sur l’Arabie Saoudite pour qu’elle diffuse son islam radical, le wahhabisme, en finançant la construction de mosquées, en payant des imam radicaux, en finançant des écoles coraniques, etc. 

    Puis, les États-Unis ont financé et armé des groupes islamistes radicaux pour aller se battre contre les soviétiques en Afghanistan. Ils ont recommencé avec Daesh pour abattre le gouvernement de Bachar-al-Assad en Syrie.

    c’est à la demande de nos alliés que nous nous sommes investis dans la création d’écoles coraniques, de mosquées et dans la propagation du wahhabisme

    .

    Clinton : Talibans, Al Qaeda, c’est nous qui avons créé cela

    .

    L’article ne dis rien de tout cela qui est pourtant bien connu : incompétence ou duplicité ?

    _____________________________________

    « De l’autre côté, des partisans du repli national, du FREXIT et de l’abandon de l’Euro »

    Ben voyons : d’un côté, les « progressistes », de l’autre, les vilains nationalistes populistes partisans acharnés du repli sur soi.

    C’est Macron qui vous l’a soufflé ?

    .


    • REMY Ronald REMY Ronald 14 mars 12:05

      @Attila
      Bonjour.
      Vous avez entièrement raison concernant la déplorable « diplomatie Hollande-Fabius » qui a ouvertement collaboré en Syrie avec certains groupes djihadistes très dangereux émanant d’El Nostra et d’El Kaïda (« ils ont fait un superbe boulot » dixit Fabius). J’ai dénoncé tout cela dans de nombreux articles, y compris sur Agoravox (ils sont encore disponibles).
      .
      Cette effroyable diplomatie poursuivie par notre Ministre des Affaires Etrangères Jean-Yves Le Drian a été rectifié de justesse (certes timidement et maladroitement) par Emmanuel Macron.
      Notamment lors de la réception officielle à l’Elysée le 29 Mars 2018 des dirigeants des FDS (forces laïques regroupant des arabes et des kurdes YPG combattant à la fois DAECH, les mercenaires djihadistes payés et armés par Erdogan, et rejetant toute partition d’une future Syrie laïque et démocratique).
      Résultat :
      1°) Il n’y a plus aucune aide française aux rebelles islamistes (aujourd’hui regroupés dans la vaste zone turko-djihadiste d’Idlib) et
      2°) Mambij sera protégée d’une invasion turque même après le départ des américains.
      3°) Le FDS a été invité à entamé des pourparlers avec l’actuel gouvernement Syrien, dont le départ préalable de Bachar El Assad (fortement protégé par les Russes) n’a plus été exigé.
      Des pourparlers qui ont été effectivement menés et ont abouti temporairement à quelques accords :
      => Arrêt des hostilité dans la zone centrale de l’Euphrate (zone industrielle et pétrolière de Der ez-Zor ; des centaines de mercenaires russes de la division « Wagner » y avaient trouvé la mort, comme idem plus tard des renforts iraniens)
      => Arrivée de quelques éléments de l’armée gouvernementale syrienne dans les zones kurdes notamment de Tal Rif’at (réduit kurde du sud d’Afrin), de Al’Arimah (zone nord-est de Manbij à la frontière turque, Al-Hasakah (au centre du pays kurde à l’Est de la rivière Khabur elle-même loin à l’est de l’Euphrate, Al-Qamishly à l’extrême Nord-Est de la région syro-kurde, également à la frontière de la Turquie.


    • REMY Ronald REMY Ronald 14 mars 12:39

      @Attila
      Rebonjour.

      Vous écrivez : "d’un côté, les « progressistes », de l’autre, les vilains nationalistes populistes partisans acharnés du repli sur soi.

      C’est Macron qui vous l’a soufflé ?« 

      Mes articles sont trop longs et donc assoupissent l’attention des lecteurs à mi chemin. Mea culpa.

      .

      Mais si vous relisez calmement mon texte traitant de l’Europe, vous vous rendrez compte que les européïste béni-oui-oui en prennent pour leur grade.

      J’ai toujours soigneusement écouté chaque intervenant sur ce difficile et très complexe dossier européen. En respectant les points de vue et en analysant les racines de leurs opinions (et de leurs inquiétudes).

      .

      J’ai par exemple soigneusement écouté le travail complémentaire d’analyse d’Asselineau (excellent et bien plus complet que le mien) concernant le sulfureux pacte de Marrakech.

      Il a par ailleurs régulièrement et brillamment fustigé l’unanimisme paralysant au sein des instances européennes. En cela, on pourrait dire qu’il a indirectement, sans le vouloir, malgré lui et contre sa conclusion de »FREXIT« , grandement contribué à la proposition de »En Marge« pour relancer la construction européenne.

      Je ne me moque pas. C’est parce qu’il avait soigneusement mis le doigt sur ce problème, que nous avons pu y réfléchir avec soin et proposer une solution.

      (Bonne ou mauvaise, les dialogues citoyens, les débats électoraux et enfin l’expérimentation concrètes le diront).

      En attendant,

      relisez nos textes sur une future démarche »d’Agences Européennes autonomes« , réunissant librement les Etats indépendants qui le désirent, protégeant à la fois l’Europe et les Nations, transparentes et gérées démocratiquement par des personnalités compétentes élues (sous le contrôle du parlement Européen et des Parlements Nationaux concernés). Des »patriotes" (dont j’estime aussi faire partie) m’ont déjà signalé leur intérêt pour développer la réflexion sur cette voie.

      Nul n’étant parfait, nous acceptons bien entendu le débat républicain, comme de tradition dans nos humbles ateliers

      (voir notamment les 58 articles Agoravox précédents).

      A+

      Cordialement.


    • Attila Attila 14 mars 15:36

      @REMY Ronald
      D’accord, mais vous ne répondez pas à la question : pourquoi réformer le Coran ? Comme si on demandait de réformer l’Ancien Testament.
      Puisqu’on a maintenant les preuves que ce sont les gouvernements des États-Unis à l’origine de la création de l’islamisme et du terrorisme islamique, pourquoi demander aux musulmans ordinaires et qui n’y sont pour rien de se réformer ? C’est plutôt aux gouvernements Etazuniens qu’il faut demander de cesser d’alimenter le terrorisme.

      .


    • Attila Attila 14 mars 15:43

      @REMY Ronald
      Entre rester dans l’Union Européenne et en sortir, vous prônez une troisième voie. Mais la troisième voie, on la connaît : c’est réformer l’Union Européenne.
      Cela doit faire trente ou quarante ans que des mouvement politiques parlent de réformer l’UE et rien ne bouge de ce côté là. On sait pourquoi : les Traités Européens sont verrouillés juridiquement et pratiquement et il n’existe pas d’autre choix que d’accepter la politique de l’UE ou en sortir.

      .


    • REMY Ronald REMY Ronald 14 mars 20:18

      rebonjour.
      J’ai répondu à votre légitime question via le dialogue avec @tashrin un peut plus bas. A+


    • REMY Ronald REMY Ronald 14 mars 20:19

      @Attila
      rebonjour.
      J’ai aussi répondu à votre question tout aussi légitime via le dialogue avec @tashrin un peut plus bas.
      A+


  • Arogavox 14 mars 10:45

    ’Synthèse’ invérifiable, tout comme le sera celle qui nous est promise concernant la grande entourloupe anticonstitutionnelle ... cf https://www.agoravox.fr/commentaire5448728

      

     Impossible de tout cautionner ou de tout refuser en bloc : c’est le même piège que la « vente liée » ....

      Qui en tirera les conclusions qui s’imposent, et quand ? 
     Et pourtant des pistes de sorties de ce piège ont été avancées ...


  • Eric F Eric F 14 mars 11:53

    C’est un peu une liste à la Prévert, que viennent faire le Coran (*), et le Thorium (questions très spécifiques) dans ce débat ?

    Il n’est pas question de justice fiscale et de pouvoir d’achat, hors le plafonnement des prélèvements obligatoires (mais sans ventilation concrète).

    Le point 4 part d’une bonne intention, mais comment s’assurer que les financiers ne placeront alors pas à l’étranger ?

    D’accord sur le point 8, et aussi 2 et 3, mais c’est encore très spécifique.

    (*) concernant le Coran, c’est au sein de cette religion que l’évolution peut se faire, non pas pilotée par les politiques.


    • REMY Ronald REMY Ronald 14 mars 13:22

      @Eric F
      Bonjour.
      cela aurait été une liste à la Prévert si j’avais énumérer nos 14 points au lieu de 8 (notamment un meilleur projet de service national militaire ou civil, capable d’être une seconde chance pour les 160.000 jeunes qui sortent chaque année de l’éducation nationale sans diplôme, capable d’être utile voire rentable socialement, économiquement et écologiquement« pour la Nation. Un service à géométrie variable allant de 3 mois (minimum) à trois ans en fonction des technicités et des responsabilités choisies par chaque appelé).
      .
      La ventilation sous le futur »grand bouclier des prélèvements obligatoires" ?
      Ce sont les partenaires sociaux et les législateurs qui amélioreront le dispositif, sans qu’aucun citoyen ne soit écorché vif par un excès cumulé d’impôts, taxes et charges.
      .
      Comment s’assurer que les financiers ne placeront alors pas à l’étranger ? demandez-vous.
      Je n’ai pas envie de polémiquer sur les solutions de type « maduriste », « trotskyste », « maoïste », « polpotiste », ou autre système policier confiscatoire ou de contrôle des changes dont la capacité d’imagination humaine fait frémir (pas uniquement à F.I.)
      .
      Je préfère conseiller aux investisseurs de comparer
      => la rentabilité des placements dans l’économie virtuelle (rentable à court terme mais catastrophique lors des éclatement des bulles spéculatives) et
      => la rentabilité plus solide et crédible des placements dans l’économie réelle (surtout dopée par les recettes de la « mini taxe sociétale » dans les secteurs stratégiques, les nouvelles technologies, la recherche et les emplois à grande valeur ajoutée rentable à l’export).
      .
      Je rajouterai aussi ce que j’ai souvent dit à des épargnants :
      « Ce qui est à première vue valable pour un individu ne l’est pas toujours au niveau de la collectivité, avec risque d’aveugle panurgisme collectif vers les ravins ».
      La précédente crise dite des « subprime » l’a démontré.
      La future inévitable crise des produits spéculatifs dit « dérivés » le prouvera à nouveau.
      Pour faire court, j’aime bien aussi rajouter :
      « Un peuple ne s’habille pas avec des billets, ne se chausse pas avec des billets et ne mange pas des billets ». Quoi que l’on pense et quoi que l’on dise,
      1°) la spéculation consiste à arnaquer quelqu’un et
      2°) il faut bien produire tous ces biens.
      Ou alors tenter d’importer ces biens de l’étranger avec de l’argent planche à billets de type « maduriste » que plus personne n’accepte...
      A+
      Cordialement.



    • Eric F Eric F 14 mars 14:35

      @REMY Ronald
      Tout d’abord merci de répondre, ce qui n’est pas si fréquent par d’autres auteurs d’articles. Je pense que vos propositions découlent de réflexions indépendantes du mouvement des GJ, et couvrent donc différents domaines, parfois très spécifiques (comme la technologie nucléaire, qui relève d’experts très pointus non de notre feeling, le mien par exemple est que la fusion ne sera jamais confinable sans une énergie supérieure à celle générée, mais ce n’est qu’une intuition non une démonstration. Je n’ai aucun avis sur la faisabilité du thorium, j’étais jadis favorable à la surrégénération tuée par vos ex-amis Verts, et par ailleurs je suis favorable à l’hydrogène quand ce sera sécurisé).

      Vous cherchez un « compromis » entre la ligne macroniste (on dira eurolibérale pour simplifier) et ceux qui la rejettent absolument. Je suis absolument convaincu que vous êtes quelqu’un de bonne volonté, mais on ne peut marier la carpe et le lapin. Le noeud du problème est le partage des richesses produites par l’économie entre le capital, le travail, et la collectivité. Les GJ considèrent -ainsi qu’une grande partie des citoyens, dont je fais partie- que la part faite aux revenus du capital est disproportionnée, et profite seulement à une petite minorité de possédants (les revenus de l’épargne, pour des ménages moyens, n’étant qu’une faible part de leurs revenus). L’ISF est en quelque sorte un « totem », mais la « flat tax » est une mesure plus emblématique encore, qui exonère les revenus financiers de la « progressivité » de l’impôt et de ce fait profite d’autant plus que la richesse augmente (il y a un article récent sur agoravox sur ce thème)

      Je pense pour ma part que les trois mesures sociales et fiscales les plus « fortes » suite au mouvement de contestation seraient
      -l’abrogation de la flat tax ;
      -l’indexation sur l’inflation de tous les revenus fixés par l’état, dont les retraites, et le point de la fonction publique (pas exclusivement les minima) ;
      -la suppression de la TVA sur les produits de première nécessité.
      Et les deux mesures concernant les institutions seraient
      -un mode de scrutin plus représentatif pour éviter que l’opposition n’ait d’autre recours que la rue (je penche pour ma part à une proportionnelle par grande circonscription de 2 ou 3 départements),
      -l’institution d’un véritable référendum d’initiative citoyenne, sur lequel j’étais initialement sceptique mais qui répond à un besoin de démocratie directement participative.
      Cela parait réaliste (on ne changera pas radicalement la nature humaine ni même l’économie mondialisée dans note coin), je me méfie des utopies qui aboutissent au contraire de ce qu’elles visent (en l’occurrence dans la situation actuelle, ce serait un retour de bâton néo-conservateur du « parti de l’ordre »).


    • REMY Ronald REMY Ronald 14 mars 16:00

      @Eric F
      Rebonjour.
      Vous avez globalement raison et la plupart des points que vous avez énumérés étaient déjà dans notre tract et la grande affiche sur la vitrine de notre local le trimestre précédent les Gilets jaunes. On peut rajouter d’autres points que vous n’avez pas cités mais sur lesquels vous seriez surement d’accord (dont la restauration de l’APL). Pour éviter de faire trop long, on s’est contenté d’énumérer les 8 points NON déjà cités par d’autres groupes ou partis.
      NB/ Si les Gilets Jaunes n’ont pas trop parlé de l’APL, c’est qu’ils appartiennent (à l’origine, avant le lamentable noyautage par les extrémistes) à la classe des petits artisans ou professions libérales, des petits commerçants, des petits auto-entrepreneurs, etc.). Mais à chaque fois que je leur en ai parlé, les femmes présentes ont été les plus rapides à être d’accord pour la restitution complète des APL (sans doute beaucoup de femmes célibataires).
      .
      Concernant la dose de proportionnelle parlementaire, « En Marge » a un point de vue spécifique opposé à la mode actuelle et donc apposé au projet du gouvernement.
      C’est un peu dur de développer ici, mais la calculette prouve que le résultat ne sera pas plus génial qu’avant en matière de représentation des minorités. Le Président du Sénat Gérard Larcher avait déjà utilement tiré le signal d’alarme à ce sujet.
      Je rajoute en étant à nouveau sévère :
      En quoi moins de députés pour une population 50% plus nombreuse qu’en 1958 entrainerait un meilleur contact entre les élus et leurs citoyens ? Surtout en doublant en plus la taille des circonscriptions, en diminuant les ressources financières du députés et en empêchant le cumul avec le statut de Maire de petite ville (les grandes villes demandent effectivement trop de boulot. Idem concernant la Présidence de nos nouvelles immenses régions). En matière de proximité, cette copie doit être revue. Ce n’est pas en restreignant le nombre et la capacité des Parlementaires que notre démocratie se portera mieux. Les économies sur l’Etat doivent être trouvées ailleurs qu’en rognant la représentation du peuple (comme quoi, la démagogie populiste ne se trouve pas que dans la rue...)
      A+
      Cordialement.


  • tashrin 14 mars 14:24

    il ya quelques idées à creuser

    En revanche, modifier le Coran par la Loi... Je m’interroge...

    Comment serait percue une tentative de modification de la bible pour la rendre conforme au droit actuel ? pourrait on dans la foulée réécrire quelques passages du Meilleur des mondes d’Huxley, parce que c’est un peu subversif ?

    Les députés ont-ils le droit de décider du contenu d’une oeuvre, quelle qu’elle soit ? La situation juridique actuelle est largement suffisante, si on l’applique : c’est très clair, les textes dits « sacrés » ne concernent que ceux qui y croient, et dans la limite qui s’impose à tous, à savoir la Loi.

    Par ailleurs, que serait une Europe au sein de laquelle chacun est libre de faire ou de ne pas faire, d’adherer ou de ne pas adhérer, ce qui provoquera la coexistence de méaniques diverses, voire contradictoires ? L’unanimité est un probleme, certes, mais je ne pense pas qu’il yait là une solution exploitable sachant qu’une des principales difficultés européenne à l’heure actuelle est justement l’uniformisation des regimes fiscaux et sociaux. Ca me parait contreproductif, mais peut etre n’ai je pas bien saisi ?


    • REMY Ronald REMY Ronald 14 mars 18:11

      @tashrin

      Bonjour.

      Autrefois, la modification des lois coraniques étaient promulguée par les Califes.

      Mais nous sommes en France.

      Il n’y a pas de Calife.

      Il n’y a d’ailleurs plus de Calife du tout dans le monde musulman éclaté en proie aux haines religieuses.

      On fera avec les institutions démocratiques à notre disposition en France, en Europe et à l’ONU.

      Un processus de réforme ouvert à tous les courants musulmans (Sunnisme, Chiisme, Karidjisme, Coranisme, Acharisme, Soufisme) avec la trentaine d’obédiences (Malikisme, Hanafisme, Salafisme, Alaouisme, Zaïdisme, Druezs, etc.) ainsi que les minorités druzes, Ahmadistes et Yésidistes. L’approche musulmane laïque kurde sera d’une grande utilité.

      Les juifs et les chrétiens seront des participants minoritaires avec le titre « d’invités » (l’Oumma d’origine décrit par le prophète Mahomet lui-même incluait les juifs et les chrétiens).

      Les athées auront le statut de « consultés » (puisque nommés dans la version actuelle du Coran comme victimes potentielles de génocide et d’esclavage).

      Des pays préfèreront adopter la charia. Les partisans de la charia pourront librement les rejoindre. Des pays préfèreront participer sérieusement à la réforme internationale du Coran et inviteront les partisans (quels qu’ils soient) de l’islamisme violent à émigrer.

      A+

      Cordialement.


    • REMY Ronald REMY Ronald 14 mars 20:10

      @tashrin
      Rebonjour.
      Votre remarque est logique et fréquente au sein de LaREM et dans les milieux « européïstes conservateur », qui n’aiment pas trop cette idée « d’Europe à la carte ».
      Cependant, j’ai répondu qu’elle existe déjà, de fait. Aucune des institutions européennes n’a le même nombre de pays :
      Le Conseil de l’Europe (47 membres),
      L’union Européenne (28 bientôt 27),
      L’espace Schengen
      (26 membres) : Le Royaume-Uni et l’Irlande,

      membres de l’Union européenne, n’appartiennent pas à l’espace Schengen. La Norvège et l’Islande ne sont pas membres de l’Union européenne mais sont associés à l’espace Schengen. Idem pour les agences européennes déjà lancées : EUROSUR (2013, 18 membres), FRONTEX (2016, 20 membres), etc.
      La zone Euro (19 membres -chiffre à la hausse ainsi que le Kosovo et le Monténégro qui ne sont pas membres de l’Union)
      .
      Les « européïstes critiques » aiment parler de cercles concentriques progressifs. Mais c’est une construction idéologique qui s’est avéré ne pas tenir la route. Les Pays-Bas, membre fondateur de la première communauté à 6 n’ont pas la même approche sur certain dossiers que la France (drogue, fiscalité, défense, etc.). Certains pays récemment adhérents sont bien plus « unionistes » que l’Allemagne, d’autres beaucoup moins. Les opinions publiques varient. Et les actes de certains gouvernements ne sont pas en phase avec leur propre opinion publique.
      .
      Pour les « européïstes réformateurs », seul le système d’Europe à la carte et d’Agences Européennes autonomes gérées de manière transparente (sous contrôle du Parlement européen et des parlement nationaux concernés) semble finalement pouvoir mettre d’accord l’ensemble des pays :
      Pourquoi payer un service dont ils estiment ne pas avoir besoin ? 
      Pourquoi des pays n’utilisant pas un service ralentiraient (involontairement ou non) leur fonctionnement ?
      .
      Les pro BREXIT et pro FREXIT semblent perdre du terrain d’après les derniers sondages. Mais certains commencent à réfléchir à la souplesse et à l’efficacité supposée du système d’Europe des Agences en raison de l’élection de responsables compétents et du contrôle par les Parlements des pays contributeurs financiers.
      A+


    • tashrin 18 mars 15:31

      @REMY Ronald
      Cependant, j’ai répondu qu’elle existe déjà, de fait

      Oui enfin c’est précisément un des facteurs qui fait que ca ne fonctionne pas...


  • REMY Ronald REMY Ronald 15 mars 14:23

    Rebonjour

    1°) Les autres réunions dans les communes (+de 99% sans Macron) n’ont été facturées à personne. C’est sur les passages télé qu’Emmanuel Macron a fait un juteux carton. Le fruit de son travail et des chemises qu’il a mouillées... Objectivement, bravo l’artiste. Il a surpris tout le monde (y compris ses ennemis) par sa prouesse encore jamais vu jusqu’ici en France.

    .

    2°) Là, il y a effectivement à dire et à redire... Les voitures en feu tournant en boucle nous ont nous aussi très agacés. Au final, les G.J. ont été médiatiquement crucifiés. Néanmoins, reconnaissons qu’ils ont payé chèrement leur absence d’organisation et de service d’ordre. On les avais pourtant prévenus (notamment ici via Agoravox) dès le début Novembre, y compris en proposant notre aide pour ce service d’ordre (mais on est peut-être tombés sur des G.J. ayant besoin de cette pub ou bien sur des noyauteurs camouflés...).

    .

    3°) Les sondages (du pouvoir ou non) sont faux. Ce sont des outils, des photographies parfois à double tranchant... (on l’a vu spectaculairement en 1995 où Jacques Chirac était crédité loin derrière à 13% pour devenir Président de la République 3 mois plus tard).

    A+

    Cordialement.


  • lloreen 15 mars 20:27

    A titre d’information:Depuis le 18 juin 2015, il existe un conseil national de transition en France, créé par un collectif.

    https://www.conseilnational.fr/

    Un conseil national de transition est un outil juridique reconnu par le droit international mis en place à plusieurs époques dans différents pays.

    Ce CNTF a élaboré un programme et a crée une Cour Suprême.

    https://www.conseilnational.fr/transition-programme/

    https://www.conseilnational.fr/proclamation-dune-cour-supreme-francaise/


  • lloreen 15 mars 20:29

    https://www.mesopinions.com/petition/justice/approuver-mandats-arret-delivres-cour-supreme/52273

    Par Conseil National de Transition Pétition adressée à CITOYEN DU PEUPLE DE FRANCE

    MANDAT D’ARRÊT

    Pour haute trahison, atteinte à la sûreté de l’Etat et crime contre l’humanité,

    La « Cour Suprême » de justice de France, créée pour représenter la « Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen », et animée exclusivement par des citoyens non professionnels, délivre ce jour, 10 novembre 2018, au nom du peuple de France représenté par tous les signataires, ce mandat d’arrêt concernant Emmanuel Macron, né le 21 décembre 1977 à Amiens, fils de Jean-Michel Macron et Françoise Noguès pour,

    - « Haute trahison » : violation de l’article 9 du préambule de 1946 du bloc de constitutionnalité, en raison de la vente illégale de biens du patrimoine national. Tentative d’établissement d’une dictature absolue par la loi n° 2017-1510 du 30 octobre 2017 visant à supprimer les droits « sacrés, inaliénables et imprescriptibles » pourtant garantis par la plus haute instance juridique de France : La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen.

    - « Atteinte à la sûreté de l’état » : organisation d’un programme d’immigration mettant tous les Français en état d’insécurité, en danger de guerre civile, et ce, en violation du « droit à la sûreté » dont toute association politique est pourtant garante (article 2 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen).

    - « Crime contre l’humanité » : le Décret n°2018-42 du 25 janvier 2018 obligeant à la vaccination annule le « Droit Parental », fondement de la civilisation humaine. De plus, les études préalables révélaient que les produits injectés affecteraient gravement l’état de santé mental et physique des enfants, c’est donc en toute conscience qu’Emmanuel Macron a usé de son pouvoir pour préjudicier à la vie de centaines de milliers d’enfants français.

    Ce mandat d’arrêt est étendu à Edouard Philippe, Agnès Buzyn, Jean-Michel Blanquer et Annick Girardin, co-signataires du décret relatif à la vaccination obligatoire ; et à tous les autres membres de ce gouvernement dont il est avéré qu’ils ont participé activement à trahir la France et les droits fondamentaux et inaliénables des Français.

    Pour exécution dudit mandat, nous mandons et ordonnons à tous officiers ou agents de la Force publique de rechercher, arrêter et conduire chacun de ces individus à la Maison d’arrêt de Fleury-Mérogis pour être mis à la disposition de la justice, comme l’état de droit l’exige.

    Compte tenu du fait que ces individus disposent de nombreux complices dangereux et sont soupçonnés d’appartenir à des réseaux occultes ayant phagocyté plusieurs services des institutions nationales, il est expressément recommandé aux agents de la force publique d’intervenir en collaboration avec les services des forces armées de l’état, civiles ou militaires, respectueuses de l’état de Droit et fidèles à la Constitution.

    Pour que la Force serve la Justice, le Peuple et la Souveraineté de la Nation Française.


  • lloreen 15 mars 20:30

    L’affaire Granier, révélateur de la dictature en marche.

    Un CRS intègre dénonce les crimes d’état et se fait interner d’office sur décision préfectorale (évidemment sur ordre de Macron).

    https://www.youtube.com/watch?v=GqkX2px04VM


Réagir