vendredi 13 mars - par Michel DROUET

Le virus de la prise de conscience ?

Depuis hier, les choses de ce monde semblent avoir pris une allure différente : d’un côté, le fou de la Maison Blanche, qui se refuse à voir la situation en face et et fait comme d’habitude en rejetant la responsabilité de la pandémie sur les autres, et de l’autre, c’est-à-dire l’Elysée, au-delà des mesures factuelles de précaution, où on sentirait presque une remise en question de la pensée néolibérale, en vigueur jusqu’à présent.

Trump et son nationalisme imbécile

« America first » que l’on peut traduire par « Trump first », tant les mesures prises depuis son entrée à la Maison Blanche visent avant tout à la réélection de l’intéressé. Après avoir nié la pandémie, joué les matamores devant des médias complaisants à défaut d’être objectifs, Trump semble se rendre compte qu’il ne suffit pas de vouloir (décréter le printemps comme fin de la pandémie, ou la sortie d’un vaccin dans le mois qui suit) pour que tout revienne en ordre.

Oubliant que le patient zero aux Etats Unis revenait d’un voyage en Chine, il interdit désormais l’accès à son territoire des européens, « qui n’ont pas su maîtrise l’épidémie chez eux », sauf la Grande Bretagne et l’Irlande (comprenne qui pourra). Bref, un discours de renvoi de la patate chaude destiné à son électorat et censé faire oublier les énormes carences en matière de santé du pays auxquelles Trump aura bien contribué depuis le début de son mandat.

C’est ainsi qu’une de ses premières mesures aura consisté à virer les responsables de l’administration chargé de suivre les pandémies, sans doute parce que sa politique nationaliste et de fermeture des frontières commerciales empêcherait toute intrusion de virus. Une autre de ses principales mesures aura été de supprimer l’Obama care.

On mesure aujourd’hui l’imbécilité de ces mesures sachant que, privés de couverture sociale, des millions d’américains ne vont pas voir le médecin et continuent de travailler même s’ils ont de la fièvre. Par ailleurs, ceux qui malgré tout souhaiteraient se faire dépister contre le coronavirus doivent débourser 3000 dollars non pris en charge.

Publicité

Bref, toutes les conditions sont réunies pour que, malheureusement, les Etats Unis soient le pays qui paiera le plus lourd tribut en termes de mortalité, liée au virus, qui n’est pas, comme l’affirme Trump, une simple grippe.

Macron et « la rupture »

Au-delà des décisions factuelles prises pour endiguer l’épidémie et dont on mesurera plus tard les effets et plus que la décision de maintenir les élections municipales (dont le report aurait pu être interprété comme une manœuvre destinée à favoriser sa majorité en perdition), trois points méritent d’être analysés : l’hommage au service public de santé, l’importance signalé de notre système de protection sociale et la critique (mesurée) des lois du marché.

L’hommage appuyé au service public de santé et à la médecine libérale, en première ligne, ne peut pas constituer une fin en soi et des mesures fortes devront être prises pour que l’hôpital public, sur lequel une succession de mesures technocratiques imbéciles se sont abattues depuis de nombreuses années retrouve sa place et que ses personnels qui se dévouent au quotidien soient justement reconnus, et pas uniquement par un discours. Pour la médecine libérale, on rappellera en particulier l’imprévoyance des pouvoirs publics incapables de fournir aux médecins (ainsi qu’à leurs secrétariats) des masques et du gel hydro alcoolique un mois après le début de l’épidémie.

Un oubli est à noter dans ce discours : la participation à la lutte contre l’épidémie des hôpitaux et cliniques du secteur privé, pourtant financés par la sécurité sociale. Si nous devions être confrontés à une situation à l’italienne de burn-out de notre personnel de santé public et à un manque de matériel de réanimation, laisserait-on le système privé continuer ses petites affaires tranquillement ? Ce serait indécent ! Dans ce domaine, la « rupture » doit aller plus loin et des exigences de participation du privé liée à la situation mises sur la table rapidement.

L’hommage de Macron à notre système de sécurité sociale protecteur, pour les plus faibles, en particulier, marque-t-il un tournant dans les politiques anti sociales ou relève-t-il du simple discours de circonstance ? Il faudra attendre un peu pour mesurer les effets de ces déclarations, voir si le désengagement de la sécurité sociale ou les mesures gouvernementales qui impactent les cotisations de mutuelles cesseront et si les objectifs de dépenses de santé de l’hôpital public (l’ONDAM) seront revus, afin de consacrer pleinement le rôle de notre système de protection sociale à la française, héritage du CNR.

On se prend à penser que la réforme des retraites pourrait aussi être revue, peut-être parce que la crise financière qui accompagne la crise sanitaire a pour effet de mettre en difficulté le système par capitalisation qui fonctionne essentiellement avec l’économie virtuelle, c’est à dire la bourse.

Publicité

Dernier volet de cette « rupture » annoncée, celle des « biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché ». On pense d’abord au fait que le paracétamol et autre pénicilline, sans parler des principes actifs pour de maladies graves sont produits en majorité à l’étranger et que les laboratoires pharmaceutiques font la loi en matière de prix. Concrètement, certains patients atteints de cancers n’ont pas accès à certains médicaments en raison de leur prix exorbitant. Cette spéculation sur la mort est inadmissible.

Pour autant, nos gouvernants sont-ils disposés à mettre fin à cette dépendance aux intérêts privés en créant un service public de recherche et de production de médicaments ? Là également, l’avenir nous le dira. La tendance à ne pas tirer de leçons une fois la crise passée est malheureusement une pratique courante, la mise en place d’un « contrôle » du système bancaire après la crise de 2008 étant là pour nous le rappeler.

Enfin, la notion de biens et services à placer en dehors du marché ne devrait-elle pas concerner d’autres secteurs clés de notre activité économique comme les aéroports ou les autoroutes par exemple ou l’informatique, le net ou bien encore la téléphonie avec la 5G ?

 

Le coronavirus marquerait-il la fin de la « mondialisation heureuse » chère à nos économistes béats obnubilés par les cours de la bourse mais qui ferment les yeux sur notre dépendance économique et médicale ? On peut rêver. Une fois de plus, il est à craindre que le réveil soit dur. 

 



145 réactions


    • Vivre est un village Vivre est un village 14 mars 09:51

      @Vivre est un village

      - Quand la ronde humaine tourne à l’envers

      [...]On pourrait comparer ce processus à l’effondrement progressif d’un édifice entraîné par la fragilisation, puis la destruction d’une partie vitale. On peut considérer notamment que la montée du néolibéralisme et les mutations du capitalisme détruisent peu à peu le étages supérieurs : les cercles de relations symboliques qui nourrissent le sentiment d’appartenance à une communauté politique élargie et solidaire (la classe sociale, la nation). La grande société n’est plus protectrice, elle n’est plus source d’identité à peu de frais pour l’intimité. Le sommet de l’édifice est détruit par la guerre économique généralisée et les appels à l’évacuation lancés par les politiques : « La nation ne peut plus rien pour vous, débrouillez-vous c’est désormais dans l’entreprise que se règlent les problèmes ! » Alors tout le monde se replie à l’étage inférieur : les relations sociales au travail. Mais là aussi, de plus en plus, c’est la guerre. Pour survivre, il ne faut pas être gentil et convivial, il faut se battre. Pou être soi, il faut être contre et non pas avec les autres ; le conflit psychique interne s’accentue, et avec lui le stress et la peur de l’autre. Pour préserver son équilibre, essayer de retrouver l’unité perdue, la société, l’individu évacue alors aussi l’étage du travail, qui n’est plus qu’un champ de bataille, et se replie dans son quartier, dans sa communauté. Là on retrouve un peu de paix et d’unité. Mais la dislocation de la grande société et de la solidarité à tous les étages supérieurs engendre tant de violences et de méfiance que, bientôt, la communauté se transforme en camp retranché (parfois même avec de vrais barbelés et de vrais miradors à la frontière !). Il faut montrer patte blanche (sans jeu de mots) pour rentrer chez soi.[...](p441)

      [...]Pauvre famille ! Elle finit par constituer le seul et unique cercle de relations humaines, et on lui demande l’impossible, à savoir : supporter à elle seule la charge de satisfaire toutes les aspirations contradictoires de l’être, qui étaient autrefois conciliables grâce à l’imbrication solidaire des cercles de relations humaines constitués par le quartier, l’école, l’entreprise, les amis, les associations, la profession, la classe sociale, la nation,., L’individu en vient ainsi à reporter sur quelques êtres chers la charge qui, dans une société humaine, incombe à une multitude d’êtres différents. Exigence démesurée et mission impossible, que l’individu est lui-même incapable d’assumer en retour pour ses proches. Même la famille peut ainsi devenir un espace de frustration qui s’effondre dans l’ennui dépressif ou l’affrontement violent[...](p442)

      - Notre résilience rend la société malade

      [...]Néanmoins, l’immense majorité d’entre nous n’est pas malade, mais seulement résiliente. Nous nous protégeons efficacement et laissons la maladie hors de nous, c’est-à-dire dans la société. Loin de nous dissoudre par identification inconsciente à ce régime détestable, nous le souffrons en silence, en compensant ses désagréments par les plaisirs de la vie familiale, la consommation, la camaraderie avec quelques collègues, l’invention de toutes sortes de pratiques qui redonnent du sens à notre travail, etc. En somme, on fait avec, du mieux qu’on peut.

      Mais « faire avec », c’est toujours au bout du compte « faire ce que l’on exige de nous et non ce que l’on estimerait le plus justifié. C’est effacer le conflit psychique personnel, non en combattant la réalité qui nous menace, mais en évitant au contraire le conflit social et politique ouvert qui serait nécessaire pour changer la société. Aussi, notre résilience nous sauve la vie, mais elle fait aussi de nous les objets dociles d’une servitude volontaire. Face à un monde que nous nous estimons incapables de transformer, nous recourons largement à la sagesse de ce roi du monde rencontré par le petit prince de Saint-Exupéry : il n’ordonne que ce qu’il sait devoir se produire inéluctablement. Consciemment et inconsciemment, nous utilisons tous les instruments réels ou artificiels nous offrant au moins l’impression de rester maîtres de nos vies. Mais on ne peut éviter ce constat : la réussite de cette lutte pour notre intégrité mentale se paie au prix fort d’une soumission de fait au modèle imposé par ceux qui nous font violence et anéantissent la perspective d’un authentique progrès humain.

      Ainsi, paradoxalement, c’est sur la volonté farouche de préserver notre peu d’autonomie que s’appuient les néolibéraux pour nous en déposséder. Car, au moment où celle-ci ne peut plus être préservée sans que soit engagé un vrai combat politique, les individus résilients préfèrent les satisfactions certaines… plutôt que les frustrations garanties d’un engagement politique. La contribution historique de tous ceux-là est donc identique à celle des victimes perturbées au point d’internaliser les valeurs de leurs bourreaux.[...](p444)

      - Bilan de l’enquête

      [...]Proposition 3. Parce qu’elle défait l’unité de l’être et celle des groupes humains indispensables à l’intégrité et à la santé mentale de l’être, la dissociété est une source continue de souffrance psychique ; elle constitue donc une pathologie sociale.

      Proposition 4. La réaction saine et adulte à une agression consiste à identifier l’agression et à mobiliser ou inventer les moyens de se protéger ou de lutter consciemment contre elle. Toute autre réaction est donc l‘indice d’un processus psychopathologique (pour partie inconscient).

      Proposition 5. L’être humain ordinaire est prédisposé à protéger son intégrité psychique contre une situation de conflit intérieur anxiogène par un réflexe de déconnexion avec la réalité, d’absence du moi, qui efface ou atténue fortement le sens de sa responsabilité.


    • Vivre est un village Vivre est un village 14 mars 09:52

      @Vivre est un village

      Proposition 6. La résilience (compétence générale des individus pour surmonter les situations pénibles ou traumatisantes), tout en préservant la santé psychique de l’individu, peut avoir pour effet d’aggraver une pathologie sociale en inhibant la volonté et la capacité de résistance des individus. .

      Proposition 7. Tout comme une maladie psychique enferme plus le malade dans son problème qu’elle ne l’engage à le résoudre, une maladie sociale peut donc avoir pour effet et pour fonction de pérenniser et renforcer le système qui l‘engendre. Ainsi, la dissociété suscite des stratégies de défense individuelles (passivité, identification, etc.) et collectives (communautarisme) qui favorisent en réalité son extension au lieu de la combattre.

      Proposition 8. La dissociété piège une communauté humaine dans un gigantesque « dilemme du prisonnier » : l‘immense majorité de ses membres aurait intérêt à une société coopérative et solidaire, mais la réaction la plus rationnelle pour la plupart des individus consiste à adopter ou à tolérer le modèle dissociétal de la compétition solitaire.[...](p447)

      11) Conclusion provisoire : de l’illusion démocratique « à la « démocratie effective »

      - Pour une nouvelle méthode politique

      [...]Leur tâche première consiste donc à infléchir les croyances, et le comportement d’une masse critique d’individus.[...](p454)

      [...]La majorité résiliente n’a pas besoin d’être convaincue par un exposé détaillé des politiques alternatives. Elle sait déjà parfaitement que la dissociété est détestable et que n’importe quelle société faisant une plus large part à la coopération et la solidarité lui serait préférable. Elle est en revanche inconsciente de sa responsabilité directe dans l’extension de la dissociété, et son inconscience est en « grande partie fondée sur sa certitude de n’avoir aucun pouvoir pour changer quoi que ce soit à l’orientation des politiques publiques. Cette certitude est, notamment, l’effet le plus réussi de l’intoxication par la culture néolibérale : la politique ne peut rien ; chacun n’est responsable que de soi, et non du reste du monde, puisque le monde et son histoire sont régis par des lois naturelles irrévocables. Mais le sentiment d’impuissance du simple citoyen se fonde aussi sur une réalité politique et institutionnelle qui constitue la clé de l’ultime énigme soulevée par mon enquête.[...](p454)


    • Vivre est un village Vivre est un village 14 mars 09:52

      @Vivre est un village

      - L’illusion démocratique

      [...]Ce que nous appelons « démocratie » est donc largement une illusion. Nous désignons ainsi des régimes politiques qui sont en réalité organisés de façon à empêcher les citoyens d’avoir une prise directe sur l’orientation des politiques publiques.[...](p457)

      - L’offre défaillante et la responsabilité historique de la gauche

      [...]Le seul moyen dont dispose un citoyen pour reprendre la main est extrêmement exigeant. Il s’agit d’adhérer aux partis politiques et d’y mener la bataille interne pour changer la ligne majoritaire…[...](p459)

      - Le réveil des citoyens et la révolution démocratique

      [...]Cette philosophie repose sur trois sous-principes directeurs : 1) la participation des citoyens aux votes n’est pas qu’un droit, c’est une obligation sanctionnée par la loi ; 2) quelles que soient les techniques ordinaires d’élaboration et d’exécution des lois et règlements, un nombre déterminé de citoyens peut toujours exiger que le peuple exerce directement son pouvoir souverain pour rejeter ou amender ces lois et règlements ; 3) la démocratie est « générale » : le principe d’égal pouvoir souverain des membres de la communauté politique exige que, partout où et à chaque fois que des individus se trouvent soumis au pouvoir d’autres individus ou organisations, la loi organise le contre-pouvoir qui interdit toute servitude et tout déséquilibre manifeste de pouvoir entre les citoyens (l’entreprise, l’école, les organisations internationales, etc.) ; une démocratie générale suppose par ailleurs que toute organisation qui exerce un pouvoir d’influence dans la formation des choix et des opinions politiques soit soumise à des règles de fonctionnement démocratiques (partis, syndicats, médias, etc.).[...](p468)

      - La révolution du discours politique

      [...]Je conclurai ici sur une idée aussi banale que contraire aux idées reçues : la première des batailles politiques à mener, et la plus décisive, est une bataille d’idées. Corollaire non moins banal : l’acte le plus fondamental du responsable politique, c’est son discours.[...] … la priorité des militants survivants est de mener la bataille culturelle. [...] (p469)

      [...] … la parole est un acte, et même le plus distinctif de l’espèce humaine ; un acte qui donne son sens à tous les autres. Car les mots sont des choses qui structurent notre inconscient et notre conscience, et donnent sens à toutes les autres choses.[...](p471)

      Source : http://cogimo.fr/WordPress3/fiches-de-lecture/jacques-genereux-la-dissociete/


  • ETTORE ETTORE 13 mars 16:55

    Ca fait 3 ans qu’ils se paye notre pomme

    Il lui resterait..... 2 ans !

    Il a largement dépassé la moyenne de la non crédibilité !


  • macchia 13 mars 18:11

    A mon avis dans les circonstances difficiles les discours doivent êtres courts et précis, genre DeGaulle ou Churchill. J’ai l’impression qu’en Italie et en France on vise à apaiser l’opinion publique.


  • pallas 13 mars 18:25

    Mélusine ou la Robe de Saphir.

    Bonsoir,

    Je revendique ma différence envers ce pays merdique

     « Sentenza »


    Salut


  • ETTORE ETTORE 13 mars 18:55

    Tiens, étrange quand même...

    L’armée aurait remis le chauffage dans des bâtiments désaffectés ?


    • pallas 13 mars 19:11

      @ETTORE

      Le Hadès ;

      Ne reconnait nul loi, ni des Dieux ou un Dieu, ou des Mortels.

      Il y a Cerbère, un vrai carnassier

      Salut


  • Le421 Le421 13 mars 19:32

    Perso, la principale chose qui m’inquiète, c’est que Macron peut dire une chose et penser le contraire, en même temps, comme tout bon acteur qu’il est...

    Et c’est là que le bât blesse vraiment...

    Raconter avec ses larbins que l’hôpital assure le service alors qu’il était déjà à la corde, c’est fort de café !!

    Bon, moi, je vis à la campagne.

    Risque divisé par dix.

    Dans les grandes agglomérations...

    C’est l’jeu ma pôv Lucette !!


  • troletbuse troletbuse 13 mars 20:35

    Fermeture des écoles mais les frontières restent ouvertes. La logique micronienne.

    Et pour le vendredi 13, un accident Seveso à Rouen. Mais n’ayez pas peur, tout est sous contrôle. Les analyses d’air sont excellentes .... d’après la préfecture. On peut donc faire confiance  smiley

    https://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/seine-maritime/rouen/explosion-debut-incendie-usine-saipol-pres-rouen-1799474.html

    .


  • BA 13 mars 20:51

    Etats-Unis : Donald Trump déclare l’état d’urgence sur tout le territoire.


    Donald Trump déclare l’état d’urgence nationale.


    Cette déclaration permettra de mettre 15 milliards de dollars dans la lutte contre l’épidémie. 


    https://www.20minutes.fr/monde/2739139-20200313-coronavirus-direct-france-prend-tournant-lutte-contre-epidemie



  • Julot_Fr 13 mars 21:43

    question ramassi de merde, cet article fait pas mal


  • Copain 14 mars 01:26

    l’État est la plus haute réalisation de l’idée divine sur terre et le principal moyen utilisé par l’Absolu pour se manifester dans l’histoire. Il est la forme suprême de l’existence sociale et le produit final de l’évolution de l’humanité. En effet, l’État n’est pas un simple pouvoir institutionnel, c’est une réalité spirituelle.


  • zygzornifle zygzornifle 14 mars 09:18

    Coronavirus, un virus microscopique qui fout en l’air toute l’économie mondiale et qui transforme des armées et armes nucléaires en hochet agités par les présidents de ces grandes puissances qui ne sont grande que par leur égo , il est tellement lénifiant de nous rappeler que nous ne sommes que des denrées périssables qui tombent comme des mouches malgré nos sois disantes super puissances , cela servira t’il d’expérience ? Non , a mon avis on s’en souviendra dans les livres d’histoires car dès que cela ira mieux la course a l’argent et au pouvoir redémarrera a plein régime ....


  • Montagnais Montagnais 14 mars 09:34

    Le sino-virus est arrivé à point nommé pour dissimuler le collapse généralisé ..

    Vous avez raison : toutes les conditions sont réunies pour que, malheureusement, les Etats Unis soient le pays qui paiera le plus lourd tribut en termes de mortalité, liée au virus


    • Montagnais Montagnais 14 mars 15:21

      @Marine L’OR-Félin

      Diminus, il est toujours colère .. y’a qu’a lire ses commentaires. y bouffe de la bave de crapaud ce lourdaud ?..

      Atrabilaire sans chance de rédemption, sans jamais pouvoir se refaire


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 14 mars 15:29

      @Montagnais

      Le Bébert il se fout de votre gueule...certes pas avec des pincettes...


  • ETTORE ETTORE 14 mars 11:17

    Il y auras un après aussi !

    Et quand cet après seras là.....

    Il faudra faire en sorte que TOUS ces cloportes, qui du haut de leur siège égocentrique, crachaient à la figure des institutions médicales et qui n’avaient que les coups de matraques et défigurations à faire valoir comme justification de leur charge.

    Ces pourris, il faudra les faire disparaitre pour l’éternité de tout univers politique.

    Eux et toutes leurs ramifications passées .

    Il faudra ASSAINIR définitivement cette classe de cloportes irresponsables haut du col et bas du cul.

    Ce seras la seule solution pour éviter toute re-contamination de ce virus propre à ces « maudits » qui se disent « poli-tiques »

    Quand vous les entendez de leur ton mielleux, maintenant, encenser le corps médical, leur demander secours, compter sur eux, alors que il y a si peu de temps encore, il jouaient au tourne cul à chaque demande .

    Rendre coupable les gens communs d’un millier de décès annuel sur les routes en verbalisant, et jouant de la cacophonie du 80...90...80...

    Et eux...Seraient coupables mais pas responsable de cette hécatombe à venir ?

    Vous pouvez commencer dors et déjà à leur envoyer un signal fort.

    Envoyez les paître avec les élections programmées et déjà manipulées.

    Il est plus que temps de leur faire comprendre que leur temps est compté.

    Et que les dossiers à charge s’accumulent sur le bureau du juge.

    Un grand coup de pied dans ce tas de m.... feras le plus grand bien au peuple.


  • nono le simplet nono le simplet 14 mars 13:38

    même si ça va dans le sens de ses intérêts politiques, en interdisant les européens sur le sol américain Trump a pris une mesure intelligente sur le plan sanitaire ... enfin presque, puisque les anglais ne sont pas concernés ...

    qu’on le veuille ou non le foyer mondial actuel du Corona c’est l’Europe et c’est là où on registre le plus de nouveaux cas et de morts ... Italie en tête suivie par l’Espagne et la France ... et ça « pousse » fort derrière ... en Allemagne, en Suisse ... la croissance de cas est de plus de 20 % par jour en Europe et les morts suivent le rythme avec un décalage... à part en Italie où ils sont débordés et le nombre de morts explose ... j’ai bien peur que dans une semaine il y ait plus de morts en Italie qu’en Chine ...

    et pour ceux qui est des « experts » français, j’ignore qui ils sont mais si ce sont leurs conseils qui ont été suivis depuis un mois et encore aujourd’hui un grand coup de pied dans le derrière et une mise en retraite anticipée serait salutaire !

    pour la décision de Macron de maintenir les élections elle met non seulement en danger une partie de la population mais changer les équipes municipales au milieu de cette crise sanitaire est d’une inconscience hallucinante comme le soulignait @loatse dans un autre article !


    • nono le simplet nono le simplet 14 mars 13:42

      @nono le simplet
      évidemment il y a encore sur AVX quelques postures de déni ... mais de plus en plus rares ... et pour certains, le déni n’est pas une posture mais un état normal smiley


    • Xenozoid Xenozoid 14 mars 13:51

      @nono le simplet

      je met une parenthèse

      sans rentré dans un polémique inutile sur quoi croire ou pas, connais tu l’effet nacebo et l’effet de l’hystérie collective ?,sans minimiser je suis sur que le stress n’est pas bon pour combatre les maladies et les médias en rajoute...maintenant qué séra séra


    • nono le simplet nono le simplet 14 mars 13:55

      @Xenozoid
      l’hystérie collective est un facteur aggravant bien connu dans les naufrages où on aurait pu sauver plus de monde sans la panique ...
      dans mon bled il parait que le rayon « pâtes » a été dévalisé dans l’Intermarché ...
      on a signalé quelques cas dans les deux grandes villes les plus proches ...


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 14 mars 14:00

      @nono le simplet

      Chez moi pareil...mais pas les pâtes de merde ...faut pas deconner ...lol


    • Xenozoid Xenozoid 14 mars 14:06

      @nono le simplet

      ici a la haye ils ont commencé aussi,moi qui n’aime pas les troupeaus ouh la la,le seul point positif ,les dunes se sont presque vidée d’humain, et c’est tres bizzarre ici...
      aussi les animaux le sente,les mouettes se font encore plus la guerre sur les quais car il y a moins de touristes et donc moins de bouffe....

      vu une video sur nu.nl avec des centaine de singes(en thailande) qui se battent pour une banane, car les touristes ne viennent plus visiter les temples....


    • Xenozoid Xenozoid 14 mars 14:11

      @nono le simplet

      mon commentaire a eu une bad gateway 501,le site rame

      en gros je disait que a la haye ,ils ont commencés ici aussi,le point positif ,les dune se vident d’humains,le négatif les animaux se battent plus que normal sur les quais,car les touristes sont absents...vu une video sur nu.nl en Thailande des centaine de singes se battent pour une bannane car il n’y a plus de touristes


    • Xenozoid Xenozoid 14 mars 14:12

      @Xenozoid

      lol il est lá quand même le com,m’enfin


    • Xenozoid Xenozoid 14 mars 15:05

      @Shaw le Marre1 de l’Orphelin-e

      n’oublie pas l’épice et L’Imperium qui est issu du jihad buthlerien, un évènement qui débuta il y a plus de dix mille ans lorsque les humains se libérèrent du joug des machines pensante et des robots intelligents qui les avaient asservis.

      mon chere padawan Paul Muad’Dib


    • Xenozoid Xenozoid 14 mars 15:27

      @Shaw le Marre1 de l’Orphelin-e

      tu sais que je t’aime bien,bisous


    • Xenozoid Xenozoid 14 mars 15:30

      @Shaw

      by the way ,c’est mal baré pour le con(mot anglais) a amsterdam que tu avais prévu


    • Xenozoid Xenozoid 14 mars 15:42

      @Shaw le Marre1 de l’Orphelin-e

      tout cela , bien sure, dépend de l’angle d’incidense et de l’approche


    • Michel DROUET Michel DROUET 15 mars 10:07

      @nono le simplet
      Les anglais et les Irlandais sont concernés depuis aujourd’hui : Trump a réussi à se connecter deux neurones...
      La décision de Macron de maintenir les élections est d’autant plus hallucinante que depuis hier soir les mesures de confinement sont montées d’un cran.


  • ETTORE ETTORE 14 mars 17:04
    troletbuse 13 mars 20:35

    Fermeture des écoles mais les frontières restent ouvertes. La logique micronienne.

    Et pour le vendredi 13, un accident Seveso à Rouen. Mais n’ayez pas peur, tout est sous contrôle. Les analyses d’air sont excellentes .... d’après la préfecture. On peut donc faire confiance 


    Mais quel bordel ce quinquenat Micron. !!!( 3 ans déjà, mais qu’est ce qu’on déguste)

    Il a la queue qui lui sert de papier collant à tout ce qui peut voler comme conneries en tous genre, les incendies, les explosions,encore et encore ! Les attentas, les matraquages, les coups bas, les conneries en nombre de ses affidés du bulbe, les microbes......

    Dites Mister Micron, histoire de bien finir votre travail, z’auriez pas une petite nouveauté anxiogène ? parce que les incendies avec « tout va bien madame la marquise » et vos prélats qui s’y exhibent comme preuve incontestable que les cons peuvent survivre à tout , ça ne le fait plus !

    Nannnnn ! faudra taper plus haut, genre une petite alerte radioactive dans une zone bien peuplée.

    Aaaaalleeeez, vous nous trouverez bien une petite centrale qui a une p’tite fuite de fumées radioactives, et qui écris par ses volutes, dans le ciel azur : 

    «  Tout vas bien, no problémo, on gère  »


  • Montagnais Montagnais 14 mars 19:48

    « Pays et banques en cessation de paiement d’où révolte de la population
    qui a ses comptes bloqués et ne peut retirer que 800$ par mois. »

    Le sino-virus n’est qu’une entrée en matière.

    Sans jouer les Cassandre, on peut s’attendre à :

    L’effondrement de l’industrie du tourisse

    L’effondrement de l’industrie de l’amusement public

    La panique bancaire et monétaire

    la crise de nerf généralisée

    La libanisation de l’Europe

    Et plus si affinités

    Il va en chier Proprol !

    Les riches pas : ils sont globalement bunkarisés et ils ont des armées privées

    Seuls les endroits reculés.. au contact de ce qui reste de nature

    Pas gai toussa .. on y est pour rien et on peut pas grand’chose

    KYPD Sursum Coda (des dragon..)


  • ETTORE ETTORE 14 mars 20:02

    C’est sûr que quand on vas se retrouver devant des distributeurs de billets affichant  : EN PANNE....

    Ca va faire réfléchir même les plus endurcis au système.

    Mais là, il seras trop tard, les plus nantis auront rejoint leurs iles privées.


  • Montagnais Montagnais 15 mars 00:16

    Sinovirus. Ouf ! le vaccin bientôt là ! 

    Résultats de recherche
    Israeli Research Center to Announce It Developed ...
    Haaretz-il y a 16 heures
    Israeli Research Center to Announce It Developed Coronavirus Vaccine, Sources Say. Scientists at the Biological Research Institute are making significant ...

  • ETTORE ETTORE 15 mars 00:27

    Tant de sollicitude par ce peuple élu de dieu me touche vraiment !

    Et à un tel point que le doute m’habite  !

    Ahhh, tiens, On as déjà en France un Salomon qui fait rempart au virus.....

    Alors c’est quoi ce gars au juste ? Un visiteur médical pour les laboratoires Israéliens ?


Réagir