vendredi 14 septembre - par Amaury Grandgil

Les habits neufs du président

Ce qui est bien avec ce qu'a pu dire Alexandre Benalla contre le Sénat (voir ici à ce lien, et là la "plainte" du président) c'est que cela révèle la véritable conception des institutions du président, ressortie sans doute un peu maladroitement par son ancien nervi. Le Sénat serait une assemblée de "petites gens" qui ne serait pas élu démocratiquement, et devant qui il ne devrait pas avoir à se présenter. Et les institutions doivent toutes aller dans le même sens, toutes acquiescer au président, tels les députés godillots de LAREM, à l'exception notable de Sonia Krimi. Ils apprendront tous les deux qu'il ne faut jamais sous-estimer des bons vivants comme le sont certains sénateurs.

 

Ce sont des Raminagrobis, on les croit des vieux chats ensommeillés, digérant tranquillement leur dernier repas, somnolant en goûtant la chaleur de l'endroit, alors qu'ils ont encore le coup de griffe acéré.

 

La plainte de Macron à Gérard Larcher est significative aussi. On aurait cru Emmanuel plus habile. Car cela veut dire quoi ? Que l'audition par le Sénat pourrait mettre en lumière des faits déplaisants pour "Jupiter" ? Cela paraît évident. Alexandre est forcément automatiquement au courant de beaucoup de choses. Je m'étonne d'ailleurs beaucoup qu'un président tellement avancé, tellement progressiste sur le plan des mœurs visiblement ait tant de mal avec somme toute la vérité. Parce qu'il y a un dossier, parce que le fait que Benalla fasse partie du premier cercle montre qu'il sait beaucoup de choses la vie intime de Brigitte et Emmanuel.

 

Qu'est-ce qui lui fait si peur ? On se demande ou plutôt non on ne se demande pas...

 

Larcher c'est "l'ancien monde", la France rurale où l'on se fiche complètement de manger cinq fruits et légumes par jour. C'est la France de la décence commune, où l'on ne rote pas son quinoa avant d'aller à la salle de sport afin de complaire aux standards physiques actuels, où l'on n'est pas actif jusqu'à l'aliénation. C'est la France des "petites gens", celle "périphérique" où l'on est parfois "au cul des vaches". C'est dire combien le "nouveau monde" de la "start up nation" le méprise, le rejette dédaigneusement. Pour eux c'est la France des ploucs quoi.

 

Ce qui est le plus subjuguant la dedans, c'est cette étonnante déclaration du président sur le fait qu'Alexandre ne soit pas son amant (voir à ce lien). Mais monsieur le Président, qui avait bien pu suggérer cela ? Et pourquoi croire utile de répondre à ce qui serait des calomnies ? Là encore c'est un peu maladroit ne croyez-vous pas ?

 

image empruntée ici

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

Amaury - Grandgil



42 réactions


  • Gwynplaine Joker 14 septembre 11:49

    Le problème des mégalos et des ambitieux (qui sont souvent les mêmes), c’est qu’ils se surestiment toujours et quand ils tombent, ils se font d’autant plus mal qu’ils sont montés haut..


    • amiaplacidus amiaplacidus 14 septembre 13:59
      @Joker

      Il n’y a pas loin du Capitole à la roche Tarpéienne.

    • bébert 14 septembre 15:27

      @Joker
      Et toi t’en sais quelque chose , vu que t’as fini sur Avox comme une pauvre latche.


    • zygzornifle zygzornifle 15 septembre 08:30

      @Joker
      Faut vraiment avoir un QI d’huître pour mettre pendant 5 ans le destin de la France entre les mains griffues d’un trader sorti de chez Rothschild puis passé ministre chez la nouille , et ensuite ça vient couiner comme quoi il est vilain le monsieur .... 


    • HELIOS HELIOS 15 septembre 11:20

      @zygzornifle
      ... haaa, une réflexion de bon sens !


  • lala rhetorique lala rhetorique 14 septembre 12:29

    Sommes au paroxysme de l’état félon ; tout le monde sait quelque chose sur tout le monde, donc chantages, etc... La pourriture est bien installée ! Le seul problème c’est que le peuple paye pour ces truands !


  • bob14 bob14 14 septembre 12:35
    ++++++
    L’habit du président est un cache poussière..celle qu’il soulève tous les jours avec des sorties intempestives et maladroites sur la France et son peuple..Ne pas oublier qu’il n’était que caissier de banque avant de devenir votre président...Il récite les leçons apprises avec dame Brigitte celles qui lui ont permis d’arriver au sommet...Un récitant rien de plus car incompétent pour tout le reste !

  • Fergus Fergus 14 septembre 13:18

    Bonjour, Amaury

    « Larcher c’est »l’ancien monde« , la France rurale où l’on se fiche complètement de manger cinq fruits et légumes par jour »

    Vraiment ?  smiley

    Larcher est le fils d’un propriétaire d’usine textile t éleveur de chevaux dans l’Orne. Devenu lui-même vétérinaire, il fait principalement carrière dans le milieu du sport équestre de haut niveau. Puis il devient sénateur-maire de Rambouillet, ville résidentielle hyper-sécurisée où la moyenne des revenus nets était en 2014 (chiffres Insee) de 3 217 euros contre 2 202 euros au niveau national.

    Pas grand chose à voir avec ce que l’on nomme la « France rurale », faite principalement de petits paysans, de commerçants et professions libérales en chute d’activité, et de services publics qui régressent d’année en année.


    • HELIOS HELIOS 15 septembre 11:27

      @Fergus


      ... le revenu n’a rien a voir avec la ruralité... il y a des paysans qui gagnent tres bien leur vie, cela ne les empeche pas d’aller au marché dans la 4L qui resiste encore, se lever a 4h pour s’occuper des animaux ou de l’entretien des champs et des vergers.

      Si Larcher n’est, a proprement parler, pas un pur rural, il n’en reste pas moins un de ces français rattaché a sa terre, sa region et a une certaine idée de la France que n’entache ni sa résidence a Paris, ni ses activites senatoriales.

      Bref, rien a voir avec Macron qui commence a en faire un peu trop. On l’a remercié d’avoir restauré un peu de dignité a la fonction qu’il occupe, mais il ne faudrait pas confondre ; comme il le fait, direction et dictature ainsi que vitesse et précipitation.

  • Laconique Laconique 14 septembre 13:48

    Vision totalement binaire du monde.


    • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 14 septembre 14:32

      @Laconique

      Pourtant vraie ; il y a les riches et les pauvres.. ;
      Et c’est vrai que Macron est sans doute non binaire.

    • hunter hunter 14 septembre 14:34

      @Laconique


      Un monde dominé par des machines appelées ordinateurs, ne peut être que binaire !
      Les cerveaux humains sont binaires dorénavant !

      Oui, le monde est binaire...zéro, un....zéro,un....zéro,un.....

      Adishatz

      H/

    • hunter hunter 14 septembre 14:35

      @Amaury Grandgil


      Non binaire, c’est la traduction novlangue d’homosexuel ?

      Pourquoi, on ne peut plus dire « homosexuel », c’est trop politiquement incorrect ?

       smiley

      Adishatz

      H/

    • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 14 septembre 14:42

      @hunter
      Je trouve ça marrant de détourner leur jargon


    • hunter hunter 14 septembre 18:03

      @Amaury Grandgil


      Alors je suis d’accord !

      Adishatz

      H/

  • amiaplacidus amiaplacidus 14 septembre 14:01
    Pour moi, la vraie question c’est pourquoi toute la macronie est vent debout pour tenter de sauver le soldat Benalla, parfois au mépris des règles républicaines.

    Il faut croire que derrière Benalla, il y a du lourd, du très lourd.

  • moderatus moderatus 14 septembre 16:44

    Bonjour Amaury

    vous avez raison Benala a intérêt à se méfier des deux sénateurs endormis qui vont poser les questions ;
    Il me font penser à un chat que j’avais qui paraissait dormir devant le trou ou s’était engouffré la souris et qui quand la souris confiante sortait lui sautait dessus à la vitesse de l’éclair et la croquait.
    Quand aux déclarations de Macron sur son amant,, on parle des problèmes psychologiques de Trump, mais je crois que là nous avons un cas rare.

    Rare et très grave quand on écoute sa dernière déclaration sur le torture . Il es en train de dire aux musulmans de France, vous avez raison de ne pas nous aimer , nous somme des salauds , pas un mot du FLN .
    Je ne sais pas s’il se rend compte de la gravité de telles condamnations unilatérales et toujours contre la France.

    • Fergus Fergus 14 septembre 17:56

      Bonjour, moderatus

      « Quand aux déclarations de Macron sur son amant »

      Sur quelles informations tangibles vous appuyez-vous pour employer le mot « amant » ? Personnellement, j’en suis resté au stade de rumeurs à ce jour non vérifiées.

      Cela dit, indépendamment du fait que je me contrefiche de la sexualité de Macron dès lors qu’elle n’interfère pas dans la conduite des affaires élyséennes.

      Or, il y a bien eu dysfonctionnement à l’Elysée et surprotection de Benalla. A quel titre ? La question mérite en effet d’être posée, et d’obtenir une réponse.

      MM. les sénateurs, ne vous gênez pas pour mettre Benalla sur le grill !


    • hunter hunter 14 septembre 18:06

      @Fergus


      C’est la même problématique que du temps de Mitterrand, le « tout Paris » connaissait l’existence de Mazarine !

      Jean Edern Hallier allait d’ailleurs en parler..........oups, un accident de vélo ......

      Là, c’est pareil.....

      Rien d’officiel bien entendu, mais ce n’est pas parce que c’est « off », que c’est faux !

      Et ne comptez pas sur vos « médias » officiels, pour parler de vérité...du temps de Mazarine, ils savaient tous......

      Adishatz

      H/

    • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 14 septembre 18:45

      @hunter

      Rien d’officiel mais faut pas être grand devin


    • Le421 Le421 14 septembre 18:54

      @moderatus
      Et même si c’était le cas, comme disait un copain, tant que ce qui lui rentre dans le cul ne me vienne pas dans la bouche...


    • HELIOS HELIOS 15 septembre 11:35

      @Le421

      .. a propose de cul, vous imaginez un peu les conversations entre ces deux là (si c’est vrai, evidement) ?

      ... imaginez, 5 minutes de tranche de vie.... viens mon chou que je nique la France.... hmmm...

      Cela pourrait être la legende d’une image de nos dessinateurs préférés sur Avox.

  • zygzornifle zygzornifle 14 septembre 17:54

    si les questions sont posées avant le repas de midi ça pourrait être intéressant , autrement si c’est l’aprem Macron aura demandé aux cuistots de la cantine du Sénat de cuisiner riche et gras et les sénateurs vont baigner dans leur jus ....


  • Christian Labrune Christian Labrune 14 septembre 21:34
    @Amaury Grandgil

    Je suis tellement écoeuré par ce que la France est en train de devenir que je préfère ne pas commenter longuement votre article. Tout ce que nous voyons actuellement est navrant, et nous ne sommes malheureusement qu’au début d’un processus désastreux. Il y aura eu tout l’été l’affaire Benalla qui révélait un envers du décor plutôt sordide, mais ce n’est que le commencement d’une décrépitude irrémédiable qui nous ridiculise et commence à faire ricaner tout le monde à l’étranger.

    La commission sénatoriale est beaucoup plus habile et incisive que celle de l’Assemblée, laquelle paraissait composée de collégiens boutonneux. Le coup de fil de Macron au Président du Sénat était la pire des choses à faire, tout comme la déclaration concernant Maurice Audin, qui rappelle l’incongruité, juste avant les présidentielles, d’une dénonciation des « crimes contre l’humanité »que la France aurait commis en Algérie. Avant de juger la France et de s’exprimer comme les Indigènes de la République, Macron ferait mieux de se juger lui-même.

    Le pire de cette rentrée - mais personne n’en parle - c’est l’élection à la présidence de l’Assemblée d’un Ferrand. On sait de quoi ce sinistre bonhomme est capable, et il sera probablement à l’origine des plus retentissants scandales qu’on peut attendre désormais de la bande à Macron.

    • CORH CORH 15 septembre 09:59

      @Christian Labrune

      "qui rappelle l’incongruité, juste avant les présidentielles, d’une dénonciation des « crimes contre l’humanité »que la France aurait commis en Algérie« 
      Je tiens a préciser tout de suite que je suis on ne peut plus critique a l’endroit de ce détestable président,
      Maintenant et ceci dit : Je trouve tout a fait incroyable que vous évoquiez la torture française en Algérie avec un conditionnel. Vous faites preuve d’un effarant négationnisme
      .En dehors du cas emblématique d’Audin, de tous les témoignages, sans parler des aveux assumés et »justifiés" par les autorités de l’époque, je pense a ce méritoire comportement du général de La Bollardiere qui a eu la dignité, malgré son statut de serviteur de l’état de s’opposer a lui et a ses pairs au nom de sa conscience, hommage a lui aussi, devrait être rendu. 

    • HELIOS HELIOS 15 septembre 11:46

      @CORH

      La guerre ne se passe pas comme un séjour au Club Med.
      Depuis celle que nous avons vécu contre les anglais et qui dura 100 ans, qui fût peut etre la dernière... toutes se sont déroulées depuis comme de vrais carnages, boucheries où tout est permis.

      La France et comme les autres, ont egorgés, torturés et je n’ose imaginer quoi d’autre -les allemands savent bien- et seuls les plus faibles se repentent, vous le savez bien : a circonstances exceptionnelles, solutions exceptionnelles !

      Le seul argument que vous pourriez opposer est que a torture dont on parle s’est faite contre un français et non pas contre un ennemi. Mais le distingo moral est bien fin....

      Rappelez-vous également, les hommages sont toujours posthumes et on sait reécrire l’histoire quand il le faut.

    • CORH CORH 15 septembre 15:24

      @HELIOS

      J e n’ai rien absolument a opposer... Français ou algérien cela ne change pas grand chose.
      Vous parlez de guerre et vous justifiez la torture parce qu’une fatalité de la guerre, il se trouve et heureusement, que beaucoup n’étaient pas de votre avis a cette époque.et contrairement a ce que vous croyez la torture n’a pas toujours été considéré comme une arme de guerre dans l’histoire.
      Sachez aussi qu’officiellement l’état a l’époque, ne parlait pas de guerre mais d’opérations de maintien de l’ordre.
       les algériens n’ont jamais été considérés comme un peuple en guerre mais comme des terroristes, assez précisément comme les allemands considéraient les résistants âpres la reddition française.
       


  • BA 14 septembre 23:17

    Déjà, dès le soir du 1er tour de l’élection présidentielle, les banquiers ne se tenaient plus de joie.


    Dès le soir du 1er tour, pour fêter la victoire d’Emmanuel Macron, trois banquiers de la banque Rothschild étaient au premier rang.


    Lisez cet article du Canard Enchaîné :


    Macron et ses groupies de la banque Rothschild.


    Dimanche 23 avril 2017, deux associés gérants de la banque d’affaires Rothschild, avec lesquels Emmanuel Macron a travaillé durant près de quatre ans (de septembre 2008 à mai 2012), se pressent au premier rang du QG du Parc des expositions, porte de Versailles, pour filmer avec leurs téléphones portables l’arrivée du vainqueur du premier tour.


    Accompagné de Laurent Baril, star des fusions-acquisitions de la banque d’affaires, Olivier Pécoux, co-président du comité exécutif du groupe Rothschild & Co, est un brin gêné d’être repéré par une journaliste du Canard Enchaîné.


    « Je suis ici incognito », insiste le bras droit de David de Rothschild, alors qu’il fait partie des récidivistes. Le 13 juillet 2016, Olivier Pécoux avait déjà assisté au premier meeting parisien d’Emmanuel Macron.


    Ce 23 avril, Baril et Pécoux retrouvent un ancien camarade de la maison Rothschild : Lionel Zinsou, ex-conseiller de Laurent Fabius à Matignon et ex-premier Ministre du Bénin.


    Les trois banquiers s’émerveillent à l’idée que Macron, qu’ils ont connu « bébé », puisse l’emporter. Il serait le second Rothschild, après Georges Pompidou, à gravir sous la Ve République les marches de l’Elysée.


    L’Histoire – et les vraies gens – en marche …


    Source : Le Canard Enchaîné, mercredi 26 avril 2017, page 2.


    Rappel :


    Jean Lemierre, le patron de la banque BNP Paribas, était pour Macron.


    Frédéric Oudéa, le patron de la banque Société Générale, était pour Macron.


    François Pérol, le patron de la banque Banque Populaire - Caisse d’Epargne, était pour Macron.


    Dominique Lefebvre, le patron de la banque Crédit Agricole, était pour Macron.


    Bernard Arnault, le patron de LVMH, était pour Macron.


    Jean-Paul Agon, le patron de L’Oréal, était pour Macron.


    Martin Bouygues, le patron de Bouygues, était pour Macron.


    Serge Dassault, le patron de Dassault, était pour Macron.


    Arnaud Lagardère, le patron de Lagardère, était pour Macron.


    Tous les banquiers, tous les grands patrons du CAC 40 étaient pour Macron.



    • zygzornifle zygzornifle 15 septembre 08:35

      @BA


      Déjà, dès le soir du 1er tour de l’élection présidentielle, les banquiers ne se tenaient plus de joie.

      ils ont ruisselé dans leur slips ....

  • bob14 bob14 15 septembre 06:53

    La tension monte encore à l’approche de l’audition d’Alexandre Benalla : le chef du parti présidentiel Christophe Castaner a menacé la commission d’enquête, au cas où elle voudrait « s’arroger un pouvoir de destitution » du président, tandis que l’avocat de l’ex-chargé de mission envisage des recours….C’est la panique totale du gouvernement pour sauver le compagnon du président… ?


    • HELIOS HELIOS 15 septembre 11:56

      @bob14

      Il n’y a pas de fumée sans feu.... c’est bien un proverbe de chez nous !...

       alors, le Castaner en question s’il parle de destitution, c’est qu’il sait, lui qui navigue dans les sphères de l’état, que quelques « détails » trainent et qu’ils seraient susceptibles d’imposer une destitution !

      Il ne faut pas céder a la rumeur, mais cela n’empêche pas de chercher, hein ?

    • bob14 bob14 15 septembre 16:19
      @bob14......
      Affaire Benalla : Belloubet met en garde contre un « empiètement sur le judiciaire »
      Politique
      Affaire Benalla : le Parlement n’a pas le droit « d’empiéter sur le domaine judiciaire », avertit Nicole Belloubet
      Orange avec AFP, publié le samedi 15 septembre 2018 à 13h15
      Alexandre Benalla et de Vincent Crase, tout deux mis en examen, seront auditionnés par la commission sénatoriale le 19 septembre prochain.
      Après avoir dénoncé une « instrumentalisation politique » de l’affaire Benalla, Nicole Belloubet, la ministre de la Justice a lancé un avertissement aux sénateurs de la commission d’enquête en rappelant, dans une tribune publiée dans le journal Le Mondesamedi 15 septembre, que le Parlement « ne peut pas empiéter sur le domaine judiciaire ».

    • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 17 septembre 11:02

      @bob14
      ça doit être plutôt explosif le dossier, non ?


Réagir